• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le Baccalauréat ou l’éloge de la médiocrité

Le Baccalauréat ou l’éloge de la médiocrité

Benoit Hamon a récemment déclaré que les copies du bac, cuvée 2014, seraient examinées avec indulgence cette année. En cause : la difficulté inattendue de l'épreuve de mathématique et du sujet de physique en section scientifique. Le baccalauréat est-il encore un véritable diplôme ou est-il en passe de devenir un rite obligatoire de passage du secondaire au supérieur ?

Benoît Hamon vient d’annoncer qu’une grande tolérance sera accordée dans la correction des copies du baccalauréat, cuvée 2014, car trop de lycéens s’étaient plaint, sur les réseaux sociaux, du niveau de difficulté trop élevé des épreuves de mathématiques et de physique, en section scientifique. Mais que penseraient nos grands-parents, ou encore Jules Ferry s’ils apprenaient que le bac de maths sera, cette année, noté sur 24 ?

Pourtant, comme le souligne Bernard Egger, président de l’association nationale des professeurs de mathématique, « le sujet était calibré » mais poursuit-il, plus compliqué que celui de l’an dernier. Ainsi, s’étant entrainé sur des sujets blancs d’une facilité déconcertante, les élèves ont, de fait, eu l’impression de se retrouver devant les exercices du concours d’entrée à l’X en découvrant le sujet.

Les professeurs, étant aussi dans l’embarras, avouent pour la plupart que les sujet délivrés chaque année voient leur complexité décroitre à mesure que le temps passe. Comment la proportion de bachelier dans une génération a-t-elle pu si vite augmenter alors que dans les années 1970, faut-il encore le rappeler, seulement 16% d’une génération possédait le précieux sésame (Indicateur issu des bases de données de l'INSEE) ? La chute incommensurable du niveau d’exigence en est un facteur clé tout autant que les volontés successives des gouvernements, de droite comme de gauche, d’augmenter le taux de réussite à n’importe quel prix.

Quel étudiant oserait aujourd’hui frapper à la porte d’une multinationale et mettre en avant ce diplôme sans aucune valeur sur le marché du travail national ou international ? Dès lors, de nombreux étudiants, bachelier désargentés, se présentent à l’université sans pour autant nourrir une dévorante passion pour les milieux estudiantins. Personne n’oserait mettre en corrélation la dévaluation du diplôme napoléonien et la chute fracassante du rang de nos universités dans le classement de Shangai mais il est temps de remettre en question les exigences qualitatives de notre système éducatif.

L’an prochain, les élèves exigeront-ils la moyenne d’office aux majeures du bac ? Sans ironie aucune, le baccalauréat se dévalue et entraine dans sa chute notre système d’éducation publique. Existera-t-il encore, dans un futur proche, des personnalités qui, telles Sacha Guitry ou André Malraux, ont osé déclarer devant la presse qu’elles n’avaient jamais été reçues à l’examen terminal ? Heureux aux non-bachelier, désormais, la perle rare, c'est vous !


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (37 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • pauldelabarth 24 juin 2014 10:50

    Un article fort bien construit, la démonstration est limpide : notre baccalauréat est en danger. Pourquoi nos étudiants parviennent-ils de plus en plus difficilement à s’intégrer sur le amrché du travail ?

    Maxime GIRARDOT, certes le niveau de ce diplôme (si on peut encore le qualifier comme tel) est chaque année revu à la baisse, mais la solution ne serait-elle pas sa suppression définitive ?

    Jospin avait souhaité en 1989 que 80% d’un classe d’âge obtienne le bac, pourquoi ne pas, dans ce cas, monter jusqu’à 100% ?

    Je vous conseille ce très bon témoignage sur le sujet qui met en valeur le point de vue d’un enseignent en classes préparatoires sur le sujet : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/06/17/31003-20140617ARTFIG00080-faut-il-supprimer-le-baccalaureat.php

     

     

     


    • Abou Antoun Abou Antoun 24 juin 2014 12:00

      Effectivement, c’est une excellente idée.
      Mais dans la foulée, puisqu’il est clair que notre système d’enseignement est devenu à peu près totalement inefficace, pourquoi ne pas supprimer l’école ?


    • Abou Antoun Abou Antoun 24 juin 2014 12:38

      Jospin avait souhaité en 1989 que 80% d’un classe d’âge obtienne le bac, pourquoi ne pas, dans ce cas, monter jusqu’à 100% ?
      Manque d’ambition !
      Pourquoi ne pas viser le doctorat ?


    • Algunet 24 juin 2014 16:36

      En fait ce n’est pas l’école qu’il faut supprimer mais « l’éducation nationale »


    • Venceslas Venceslas 29 juin 2014 14:34

      Ça viendra. Le PS en est déjà à viser la licence pour 50% des jeunes (ce n’est pas une blague, c’est vérifiable sur leur site). Un peu de patience et ce sera le Doctorat pour tous.


    • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 29 juin 2014 14:44

      La licence ,dans une de ses acceptions, est signe de laisser aller ...


    • jako jako 24 juin 2014 10:53

      Si jeune et déja deux pseudos ! quel éveil, le bac faut le supprimer et enfin réaliser le contrôle continu des connaissances.


      • Rounga Roungalashinga 24 juin 2014 11:05

        A force de vouloir le bac pour tout le monde, il n’est pas étonnant que celui-ci soit considéré comme un dû.
        Le sujet était difficile ? Eh bien les bacheliers de cette année pourront être fiers de l’avoir. Par contre, s’ils sont notés sur 24, ceux qui auront tout juste la moyenne devraient se sentir humiliés d’avoir eu leur examen par pitié.


        • claude-michel claude-michel 24 juin 2014 11:16

          Faut bien un diplôme pour entre a Pôle-Emploi.. ?


          • Txotxock Txotxock 24 juin 2014 11:44

            Ah mon bon monsieur, de mon temps le bac c’était quelque chose, les jeunes n’étais pas gngnagnagna et blablabla…

            Mémoires des vieux cons, œuvre éternelle, sauf que bien des profs de math sont d’accord sur le fait que le sujet était un vrai piège à cons.


            • alinea alinea 24 juin 2014 20:17

              Mais qui donc pond les sujets ? N’y a-t-il personne pour l’adapter au programme ?


            • stetienne stetienne 24 juin 2014 23:12

              bien c est combien
              2 ou 3 encarte a la fsu
              c etait un sujet normal ni plus facile ni plus difficile que les autres

              bon j imagine votre niveau en math pour dire cela
              racine carre de 4 euh ah non c est trop dur sans calculatrice


            • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 juin 2014 23:48

              alinea
              « Mais qui donc pond les sujets ? N’y a-t-il personne pour l’adapter au programme ? » !

              --------------------------------------------

              le sujet est proposé par un prof désigné par un inspecteur ,puis une
              commission examine et décide ! Voila pour la théorie !
              Mal payé ,la plupart des profs n’en veulent pas ;et il arrive que volontairement ,le sujet soit mal conçu afin d’éviter d’être re-convoqué les années suivantes !

              Certains sont encore plus vicieux ,en se vantant de leurs qualités de pédagogues !

              Vous avez compris pourquoi !?

              LES PROFS NE SONT PAS PLUS MALADES QUE NOUS TOUS !

              Ils sont à l’image de notre société !

              CQFD


            • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 00:02

              Txotxock :
              « le sujet était un vrai piège à cons. » !
              Vous avez compris pourquoi ?!
              ...lire ce qui suit ;ma réponse à alinea !
              Merci
              CQFD


            • alinea alinea 25 juin 2014 10:11

              Mao,
              Le bateau coule alors !?


            • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 juin 2014 00:43

              alinea :

              Mao,
              Le bateau coule alors !?

              ---------------------------------------

              « Quand les démagogues pointent à l’horizon ,c’est la fin des civilisations  » !

              CQFD


            • foufouille foufouille 24 juin 2014 12:15

              c’est comme tous les diplômes, ça vaut plus rien au fil du temps

              certificat d’étude, BEPC, BEP, etc
              le but est de faire des vieux ados


              • Lambda posteur 24 juin 2014 12:24

                Et ce que l’article n’évoque même pas, c’est la disparition du schéma explicatif prévu dans l’énoncé du sujet de math...

                Que les choses soient toujours plus faciles, c’est un fait et ce n’est pas forcement une bonne nouvelle (syndrome Idiocratie en vue ?) mais noter 24/20 une épreuve qui ne pouvait donner que 15/20 au maximum, c’est le minimum syndical.

                Je comprends la nostalgie des élites qui tiennent à conserver leur aura mais il faut être optimiste, le savoir se partage de mieux en mieux et je les invite à tester par eux-mêmes les épreuves du BAC actuel pour valider (ou pas) leur impression de « recul intellectuel ».


                • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 07:05

                  Eplications :

                  1)« noter 24/20 » : ça facilite la correction / notation !
                  2)« une épreuve qui ne pouvait donner que 15/20 » !
                  ...ça c’est « pour comprendre » ; on ’en fout ,ce qui compte ce sont les
                  3) 80 % garantis  !

                  CQFD


                • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 07:06

                  Explications


                • jef88 jef88 24 juin 2014 12:46
                  « Le Baccalauréat ou l’éloge de la médiocrité »
                  NON ! ! ! ! 
                  Le gouvernement ou l’éloge de la médiocrité

                  • bernard29 bernard29 24 juin 2014 17:06

                    c’est rigolo, c’est la société qui est médiocre, c’est notre démocratie qui est médiocre , peut être que le bac suit la même pente. 

                    Et puis, il y a de nombreux Bac plus 15 qui animent des émissions de télé , sans parler des émissions de téléréalité ou de talk show qui façonnent notre jeunesse.

                    le bac retrouvera toute sa force lorsqu’il y aura enfin des épreuves imposées de Stand-up et de parties de déconnades, permettant l’accès à des filières qui donnent vraiment un emploi, ne serait-ce que temporaire. Le bac doit s’adapter au marché.


                  • baron 24 juin 2014 13:09

                    Pour se faire une idée il faudrait ressortir les annales des années antérieures. Tout le reste n’est que du pipeau....


                    • Armelle ARMELLE 24 juin 2014 13:52

                      ...Les stigmates d’une « éducation nationale » décadente...

                      Des cadres de l’administration qui font n’importe quoi
                      Des enseignants (pour beaucoup) qui enseignent n’importe quoi et qui se fichent totalement de la réussite de leurs élèves, seule leur condition prévaut
                      Des enseignants qui répètent bêtement ce qu’ils ont appris de leurs profs (lesquels ont fait de même) parfois sans aucune psychologie
                      Des enseignants qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise, ne sachant donc comment fonctionnent les structures censées recevoir les étudiants qu’ils doivent éduquer
                      Des programmes basés sur ce grand terme élitiste qu’est la « culture ». Cette dernière ne sert à rien si l’on explique pas comment s’en servir. Et quand on passe sa vie à l’école (de 3 à 60 ans), il semble effectivement difficile d’expliquer le ’’comment’’

                      Comment pourrait on avoir le culot de faire croire que la baisse générale du niveau est due à la baisse de capacité intellectuelle des élèves ? 
                      Il faut tout simplement avoir l’honnêteté intellectuelle d’affirmer que la défaillance se situe bel et bien dans les rangs de l’éducation nationale. Une nébuleuse qui devient totalement inopérante et a qui, à travers ses puissants syndicats, les pouvoirs publics ont laissé beaucoup trop de pouvoir.
                      Et quand on sait que l’enseignement constitue les fondations d’une société, on peut alors être bougrement inquiet sur l’avenir de celle-ci.



                      • Doume65 24 juin 2014 15:46

                        « Des enseignants (pour beaucoup) qui enseignent n’importe quoi et qui se fichent totalement de la réussite de leurs élèves, seule leur condition prévaut »

                        Sont bien soutenus dans ce sens par leur administration (peut-être pas partout) qui se fiche pas mal aussi de la bonne instruction fournie aux élèves. Si un prof veut de l’avancement, ce n’est certainement pas en faisant des bons cours qu’il en obtiendra. Ce n’est pas ce qu’on lui demande. Du reste, faire de bons cours lorsqu’on doit principalement faire de la garderie (y compris pour les BTS)...


                      • Armelle ARMELLE 24 juin 2014 17:10

                        6 moinsseurs !!!

                        Ha !!! Il est vrai que le moinssage est plus aisé que le contre argument.
                        En même temps chercher des arguments pour contrer un constat, ça n’est pas chose facile, donc ça moisse
                        La vérité blesse !!! c’est douloureux n’est ce pas Lles moinsseurs ?

                      • Lc47 24 juin 2014 17:27

                        Est-ce que le lycée a vocation à préparer les futurs bacheliers au monde de l’entreprise ? Ben je crois que non.
                        L’élève se préparera au monde de l’entreprise après le bac en intégrant un BTS, une grande école pour être un futur cadre ou se préparera au monde de l’entreprise avant le bac. en intégrant un LEP. Mais le lycée, par lui-même, n’a pas cette vocation !

                        Certains peuvent regretter que l’Education nationale ne soit pas au service du monde des entreprises mais ça c’est un autre débat.


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 24 juin 2014 18:31

                        Armelle,

                        Le contre argument : « pour noyer son chien, l’accuser de la rage ! »
                        Quand on veut privatiser un service public, on donne des directives pour qu’il finisse par être complètement déconsidéré. C’est ce que tous les Gouvernements ont fait depuis Chevènement.

                        Au fil du temps, les heures de français ont rétréci comme peau de chagrin.
                        Tous le monde sait qu’on ne peut faire aucune sorte d’études sans la maîtrise de la langue et que c’est le principal critère discriminatif.
                        Pas grave, on la remplacera par l’anglais, plus fastoche, comme Mme Fioraso l’a décidé l’an dernier pour l’enseignement supérieur..., ce n’est pas la langue européenne ?

                        Au lieu de remettre des heures de français, d’aider les élèves en difficulté, on leur fait faire... des scoubidous, et on les fait passer d’une classe à l’autre, car les doublements et l’aide individualisée, ça coûte un bras !

                        Les familles ont compris que l’enseignement obligatoire signifiait « diplôme acquis », peu importe le contenu, pourvu qu’on ait le parchemin... Elles se sont faites avoir.

                        Les familles qui ont le choix financier, y compris nos « politiques de GÔche », ne mettent plus leurs enfants dans l’enseignement public depuis longtemps... .
                        Car dans l’enseignement privé, on ne garde que les élèves qui travaillent, les autres rejoignent leur établissement de secteur, soit en cours d’année, soit en fin d’année.

                        La société à deux vitesses, c’est depuis longtemps.


                      • Remi 24 juin 2014 19:17
                        Des enseignants qui répètent bêtement ce qu’ils ont appris de leurs profs (lesquels ont fait de même) parfois sans aucune psychologie.

                        Vous avez mis les pieds dans une salle de classe, récemment ?
                        Vous pratiquez la psychologie à distance sur 800 000 personnes à la fois. Mazette..
                        "Des enseignants qui n’ont jamais mis les pieds dans une entreprise, ne sachant donc comment fonctionnent les structures censées recevoir les étudiants qu’ils doivent éduquer"

                        L’instruction, ce n’est pas la formation professionnelle.
                        L’université, ce n’est pas le monde du travail (pour la plupart des salariés, une belle saloperie, au demeurant que ce monde du travail aujourd’hui).
                        Trop dur à comprendre ?

                        Des programmes basés sur ce grand terme élitiste qu’est la « culture ». Cette dernière ne sert à rien si l’on explique pas comment s’en servir.

                        Vous au moins, vous savez, c’est manifeste.

                        Et quand on passe sa vie à l’école (de 3 à 60 ans), il semble effectivement difficile d’expliquer le ’’comment’’.

                        C’est vrai, quoi, il serait épatant que les enseignants enseignent en dehors de l’école.



                      • Remi 24 juin 2014 20:58

                        . « Si un prof veut de l’avancement, ce n’est certainement pas en faisant des bons cours qu’il en obtiendra. »

                        C’est en effet exactement l’inverse. Si le cours dispense un niveau de connaissances simplement relativement élevé, si le niveau d’expression du profession se base sur un langage différent du langage familier, la majorité des élèves, qui ne comprend pas, parce qu’elle n’en a pas les capacités cognitives, et n’accepte pas qu’elle ne comprenne pas, décrétera que « le prof est mauvais », les « parents d’élèves » finiront (cela va vite, désormais) par se liguer contre l’enseignant, l’administration demandera (et en l’espèce obtiendra illico) que l’on dépêche une inspection, qui freinera inéluctablement l’avancement de l’insupportable élitiste.
                        Si cela ne suffit pas, le petit chef d’étable recueillera pieusement les courriers furibards des « parents d’élèves » en vue d’une élimination professionnelle.


                      • mmbbb 24 juin 2014 21:11

                        j’ai 54 ans ma scolarite pour tout l’or du monde je ne la revivrai Je fais un plaidoyer pro domo on ne vous regarde pas du meme oeil si vous etes fils de notaire de medecins de deputes ou comme moi fils de rien du tout On me demandait de la fermer et de me mouler dans le systeme Quant aux profs j’en ai connu vraiment de mediocre J’ai toujours considere l’education comme une usine a enseigner ou la selection est tres rude et paradoxalement vous devez deployer une energie double lorsque vous etres issu d’une basse extraction C’est simplement une constatation alors le principe republicain les bonnes idees de gauche vous voyez ou je les mets pardonnez moi cette trivialite mais il arrive un temps ou les sentiments profonds ne peuvent etre plus caches La gauche bourgeoise elle s’est selectionner les bonnes ecoles 


                      • Remi 24 juin 2014 21:16

                        L’école secondaire que vous avez connu n’existe plus depuis plus de 30 ans.


                      • mmbbb 24 juin 2014 21:30

                        la mediocrite n’est pas aussi bien partage que vous ne le pensiez J’habite pres de Lyon je passe souvent devant le Lycee du Parc en rentrant chez moi a pied Ces eleves qui sont la sur le parvis a leur mines ne me paraissent pas petris d’angoisse et ont tous les caracteres de classes sociales structurees intellectellemnt et semblent etre issus de l’enseignement de masse Lyon fourmille d’ecole privee du cours preparatoire aux clases preparatoires et nous retrouvons toujours les memes profils sociaux La bourgeoisie ( je ne la jalouse pas ) sait conserver son elitisme Cet article parle de l’education la machine de masse a enseigner celle que j’ai connu c’est un autre monde la ou le peuple est contenu 


                      • Remi 24 juin 2014 21:48

                        la mediocrite n’est pas aussi bien partage que vous ne le pensiez J’habite pres de Lyon je passe souvent devant le Lycee du Parc en rentrant chez moi a pied Ces eleves qui sont la sur le parvis a leur mines ne me paraissent pas petris d’angoisse et ont tous les caracteres de classes sociales structurees intellectellemnt et semblent etre issus de l’enseignement de masse Lyon fourmille d’ecole privee du cours preparatoire aux clases preparatoires et nous retrouvons toujours les memes profils sociaux La bourgeoisie ( je ne la jalouse pas ) sait conserver son elitisme Cet article parle de l’education la machine de masse a enseigner celle que j’ai connu c’est un autre monde la ou le peuple est contenu

                        Vous vous fiez uniquement à ce que vous voyez.
                        Pourquoi voudriez-vous que cette jeunesse bourgeoise soit « pétrie d’an
                        goisse
                         » ? Quelle raison aurait-elle de l’être ? Pour elle, la vie est douce.
                        La reproduction sociale est aujourd’hui infiniment plus forte qu’à l’époque où vous étiez à l’école, quand bien même vous en avez gardé un mauvais souvenir.
                        De plus, en raison de la baisse réelle de la faculté des enseignants à dispenser un savoir de bonne qualité, non pas en raison de leur qualités professionnelles, mais parce que les gouvernements ont organisé le saccage de la transmission des connaissances depuis 30 ans, le milieu auquel appartient cette jeunesse n’a pas de difficulté à payer les cours particuliers qui seraient jugés nécessaires. Mais il y a, même dans la bourgeoisie, une baisse des qualités cognitives et du niveau culturel qu’on ne peut plus masquer.
                        Autrefois, la bourgeoisie se faisait un point d’honneur à être cultivée. C’était parfois plutôt superficiel, mais aujourd’hui, c’est beaucoup moins moins nécessaire à ses yeux qu’il y a trente ans.


                      • Lc47 25 juin 2014 03:56

                        @ Remi

                        Je suis d’accord avec vous. On assiste bien a une « homogénéisation » des classes sociales par la médiocrité. En fait ce n’est pas le baccalauréat qui est devenu médiocre, c’est notre société.


                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 07:22

                        « Du reste, faire de bons cours lorsqu’on doit principalement faire de la garderie (y compris pour les BTS) » !

                        That is the problem !

                        C’est la différence essentielle avec le privé ,qui en plus recrute les meilleurs élèves : mêmes les gochistes et les musulmans vont chez les cathos ,voir l’iman Chalgoumi qui n’est qu’un exemple ,parmi beaucoup d’autres !

                        « Quand les démagogues pointent à l’horizon ,c’est la fin des civilisations  » !

                        Voila ,un excellent sujet de BAC !

                        CQFD


                      • alinea alinea 25 juin 2014 10:12

                        Armelle : quelqu’un a dit ça ? :
                        "Comment pourrait on avoir le culot de faire croire que la baisse générale du niveau est due à la baisse de capacité intellectuelle des élèves ?"


                      • Remi 25 juin 2014 14:36

                        Quand le tiers des élèves entrant en Sixième ne comprennent pas ce qu’ils lisent, il vous faut admettre qu’il y a corrélation entre baisse de niveau et baisse de capacités cognitives. Nos enfants ne lisent pratiquement plus plus. Je pensais que vous le saviez, alinea.
                        Le Secondaire, bien loin de rectifier le tir, aggrave la situation scolaire ET intellectuelle d’une majorité d’élèves.
                        Demandez simplement autour de vous auprès d’une classe d’âge jeune la différence entre la gauche et la droite...


                      • Remi 25 juin 2014 15:05

                        Il s’est trouvé des internautes pour moinsser mon intervention sur la question de l’aavncement des professeurs à l’EN. Moinsser est aisé, discuter et argumenter plus compliqué. Surtout quand on ne connaît rien à la question...Enfin, ça peut donner l’impression d’exister, que de se rattacher à des croyances.


                      • Doume65 25 juin 2014 19:40

                        @ Remi

                        « le petit chef d’étable recueillera pieusement les courriers furibards des « parents d’élèves » en vue d’une élimination professionnelle. »

                        C’est bien pire que ça ! C’est l’administration, qui au départ ne cherche pas à savoir si le prof et ses cours sont bons, mais s’il remplit d’autre critères qui consistent grosso-modo à aider ses supérieurs et son (sa) inspecteur (trice) à avoir un maximum la paix, et si possible faire leur boulot.


                      • Remi 26 juin 2014 13:48

                        Ce que vous décrivez est le quotidien de l’administration.
                        Mais les opérations d’élimination professionnelle sont également pratiquées, de manière compatible avec ce quotidien. Cela rend dociles ceux qui assistent à la mise à mort.


                      • irinia 24 juin 2014 14:08

                        J’ai honte que le bac soit devenu si facile à avoir et que les élèves soient de moisn capable d’année en année !

                        Si c’est pour organiser un simulacre d’examen, supprimons le baccalauréat !


                        • Armelle ARMELLE 24 juin 2014 14:23

                          Irinia,

                          Ce ne sont pas les élèves qui sont de moins en moins capables
                          Vous pensez réellement que le niveau intellectuel a baissé depuis 50 ans ?

                          Le bac est juste une épreuve de « classification », il est là pour coller les gens dans une case, qui elle même constitue une grille. Il ne sert à rien.

                          Le taux de réussite au bac est aussi le fond de commerce des écoles, donc ce paramètre ne peut que fausser la vérité.
                          C’est effectivement une grosse supercherie qu’il faut supprimer et à remplacer par le contrôle continu

                        • diverna diverna 24 juin 2014 14:28

                          La question de mathématiques était-elle vraiment difficile ? Je vous laisse juge sur le principe. Il s’agissait d’une suite Un (la lettre U et indice n) et « l’astuce » consistait à envisager la différence Un - U(n-1)  ; ce n’était pas suggéré et il fallait l’envisager. C’est classique et la question posée est : est-ce que les élèves avaient vu de tels pb durant l’année ? Ensuite on écrit les autres rangs : U(n-1) - U(n-2) etc... et on fait la somme : sur les 2 que j’ai écrits on voit que le terme U(n-1) est éliminé et, de même sur une somme jusqu’au premier terme U0 il ne reste que Un et U0. C’est un peu sioux mais classique et nécessaire à connaître pour envisager des études supérieures. Ce que personne ne semble s’être demandé c’est si les étudiant du même âge en Europe savent se dépatouiller de cette astuce. Je ne sais pas mais je souhaite une enquête journaliste sur ce point, ce qui ferait avancer le schmilblic. L’occasion est bonne de démontrer aux enseignants que le niveau a assez baissé et les programmes interprétés a minima c’est fini.

                          Là, on a eu des classes mal préparées qui flippent et comme il est hors de question que ce soit la faute du prof , on met en cause ceux qui ont fait le sujet et on ajuste les notes pour que le sacro saint 80% soit respecté et atteint. Le monde à l’envers.


                          • fredvd 24 juin 2014 14:45

                            Je vis en Belgique, il n’existe pas d’équivalent au bac français. Quand j’étais à l’école ( il y a 25-30 ans), on avait en fin d’étude secondaire un examen de « qualification » qui donnait accès à l’enseignement supérieur, mais le ministère de l’enseignement à finit par le supprimer. Au fil des ministres de l’enseignement qui se sont succédés ces 30 dernières années et les réformes que chacun à voulu imposer. J’ai pu constater un délitement de la qualité de l’enseignement. 

                            Alors oui, on peut constater une certaine résignation de la part des enseignants à qui on demande non plus d’enseigner, mais d’occuper les « étudiants » pendant 8 heures. 
                            J’ai une sœur dans l’enseignement qui me disait pas plus tard qu’hier :« j’ai l’impression qu’on est en train de créer une génération de main d’oeuvre bon marché » , « ils ne doivent plus rien apprendre, plus rien assimiler c’est dépriment » 

                          • Dudule 25 juin 2014 03:53

                            @diverna

                            Même pas nécessaire. Je viens de faire l’exercice pour voir. Le sujet est disponible ici :

                            http://www.apmep.asso.fr/IMG/pdf/Metropole_S_19_juin_2014.pdf

                            L’intégrale qui définie la suite est parfaitement intégrable, même par un élève de terminale médiocre. Ils savent intégrer sans tenir compte d’un paramètre (ici n). On obtient ainsi le terme général de la suite, et sa limite (1/2 comme il était demandé de la conjecturer). Cette exercice ne m’a même pas pris 5 mn, et je ne suis pas un super matheux.

                            Je ne pense pas que cet exercice très facile a posé le moindre problème à la très grande majorité des candidats...

                            Il y avait quelques petites questions vicieuses dans l’exo sur les nombres complexes, et mêmes si d’autres questions étaient faciles, je pense que c’est plutôt là que ça a coincé :

                            On leur demande de démontrer que la racine d’un nombre complexe est double (ce n’est pas dit explicitement, mais c’est le sens des questions), ce qui n’est plus au programme, et même en étant guidé, certaines questions ne sont pas -très- simple (mais faisable). Ceci permettant de résoudre une équation polynomiale bicarrée.

                            Certaines questions de l’exo de géométrie n’étaient pas hyper faciles non plus. Mais dans l’ensemble, si un élève passable ne pouvait peut-être pas tout faire, il y avait moyen de ramasser des points très facilement.

                            Je pense que l’immense majorité s’en est tiré avec la moyenne sans que les correcteurs n’ai besoin d’être trop indulgent. Les plaintes viennent des bourges qui visaient le 18 et la mention TB avec félicitation du jury... Il y avait eu exactement la même chose en 2003. Les petits fils et filles à papa/maman des grands lycées parisiens rameutent les médias. Rien d’autre.

                            J’ai trouvé le sujet de physique beaucoup plus vicieux que celui de maths en fait. Pas de problèmes pour les gens qui ont fait un peu de physique, bien sûr, mais pour un terminale, c’est un peu déroutant je pense. Même si le sujet n’était pas long est laissait du temps à la réflexion. La physique au lycée est devenue assez bizarre... Pourtant, pas de plaintes en physique à ma connaissance.

                            http://labolycee.org/menugeo.php?s=1&annee=2014&pays=Metropole#geo

                            En fait, je pense que personne ne se plaint parce que le programme est tellement farfelu que les élèves ne comprennent plus rien à ce qu’ils font, et ne sont pas apte à juger de la difficulté d’un sujet. Notez bien comment c’est libellé : analyse de document, quasiment toutes les formules données... du grand n’importe quoi.


                          • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 07:57

                            « Là, on a eu des classes mal préparées qui flippent et comme il est hors de question que ce soit la faute du prof , on met en cause ceux qui ont fait le sujet et on ajuste les notes pour que le sacro saint 80% soit respecté et atteint. Le monde à l’envers. » !

                            EXACT en partie !

                            Le problème ce ne sont pas les maths ,ni les PROFS !

                            « Du reste, faire de bons cours lorsqu’on doit principalement faire de la garderie (y compris pour les BTS) » !

                            That is the problem !

                            C’est la différence essentielle avec le privé ,qui en plus recrute les meilleurs élèves : mêmes les gochistes et les musulmans vont chez les cathos ,voir l’iman Chalgoumi qui n’est qu’un exemple ,parmi beaucoup d’autres !

                            les PROFS de l’ E N sont en général mieux que ceux du privé  !

                            Tout ça vient de la démagogie de nos politiques qui pour la plupart placent leurs progénitures dans le privé ,sauf évidemment quand près de chez eux existe un oasis !

                            Ce qui est trompeur : certains vont ,sans aucune vergogne ,se féliciter de la chose !

                            On voit très bien que c’est une affaire de classes sociales : les « gochos plus ou moins bobos  » ( idéologiquement aussi bien de gauche que de droite) ayant complètement abandonné le peuple !

                            Vous avez un trio très médiatisé sur F2 pour ne pas rester dans l’abstraction :

                            Ruquier

                            Polony

                            Caron

                            Ils sont partout et sont les vrais responsables du scandale !

                            Ils tchatchent beaucoup sur tout ,mais leur objectif est de réussir leur carrière en noyant le poisson ,quand ce sujet est d’actualité !

                            « Quand les démagogues pointent à l’horizon ,c’est la fin des civilisations  » !

                            CQFD


                          • Carl 24 juin 2014 14:49

                            Quelle horreur ! La plèbe instruite et diplômée !


                            • Bergegoviers Bergegoviers 24 juin 2014 22:08

                              En effet, l’auteur est à coté de la plaque et son admiration visible pour ce Jules Ferry qui affirmait que la France avait le devoir d’« éduquer les races inférieures » démontre la véracité de votre affirmation : comme le disait si bien Staline, nous avons affaire à un fasciste de la pire espèce. 


                            • stanley stanley 24 juin 2014 14:55

                              La différence c’est que dans les années 70, les non-diplômés n’avaient aucune difficultés à trouver du travail. Aujourd’hui et depuis un certain temps déjà, la médiocrité de l’éducation des masses m’apparait être une volonté d’abêtir le bon peuple. Parce qu’évidemment, moins il est instruit, moins il est dangereux. L’excuse à peine voilée qui fût avancée, était qu’un certain nombre d’enfant issus de l’immigration n’avait pas vraiment le niveau et qu’il fallait leur donner un p’tit coup de pouce. Mais cette excuse ne tien plus s’agissant de l’antépénultième génération née ici. Le bac lui ; n’est qu’une clé pour ouvrir quelques portes. Mais la clé est de plus en plus petite et ouvre de moins en moins de portes... 


                              • bakerstreet bakerstreet 24 juin 2014 15:16

                                Comme pour le reste, le nucléaire, le productivisme agricole, les aides sociales profitant surtout à la bourgeoisie, on continue avec de vieilles recettes éculées, car refusant sous le poids des lobbys et des habitudes à se réformer. 


                                Le niveau baisse. 
                                La preuve que non, ma bonne dame, nous avons de plus en plus de bacheliers, et même scientifiques, même si ceux ci préféreraient des épreuves tout de même un peu plus faciles.

                                La vérité, c’est que cette épreuve généraliste est d’un autre temps, bien dans la logique du « bachotage » à la française, ne correspond plus à aucun critère de sélection juste, et sert juste d’écrémage pour les dites grandes écoles.

                                • fredvd 24 juin 2014 15:31

                                  En Belgique il n’y a pas d’ « écrémage » pour les grandes écoles. Résultat on dépasse parfois les 60% d’échec en première année.


                                • Remi 24 juin 2014 19:26

                                  « c’est que cette épreuve généraliste est d’un autre temps, »

                                  Mais qu’est-ce que vous racontez, au juste ?


                                • 1984 24 juin 2014 15:19

                                  Le bac c’est un truc aussi important que Benoit Hamon... Pardon pour le bac !


                                  • Carl 24 juin 2014 15:32

                                    L’objectif d’une société civilisée et humaniste n’est pas de former de la main-d’oeuvre pour la grande machine capitaliste mais d’élever à un degré de connaissance et de compréhension maximum chaque être qui la compose.

                                    Ce qui m’étonne le plus c’est que se sont souvent les moins diplômés et les moins érudits qui demandent le plus de sévérité et le plus de sélection pour leurs enfants, ignorant par là même qu’en fin de compte, à quelques exceptions près, seul le milieu socioculturel est déterminant et qu’ils sont en réalité, de par leurs origines sociales, à la source de l’échec de leurs ouailles...

                                    • fredvd 24 juin 2014 15:43

                                      Vous venez de quelle planète Carl ? smiley Parce que « une société civilisée et humaniste », vous ne parlez surement pas de la terre... 




                                    • Werner Laferier Werner Laferier 24 juin 2014 18:30

                                      N’importe quoi, réveillez vous.


                                    • Venceslas Venceslas 29 juin 2014 14:32

                                      La plèbe est diplômée, à condition de ne pas être instruite. D’emblée, les correcteurs du baccalauréat s’entendent dire qu’il faut 80% de mentions. Après, il ne reste plus qu’à « pulvériser le plan » comme auraient dit les Popov à une époque.


                                    • alinea alinea 24 juin 2014 15:35

                                      Si au lieu de les préparer au bac en bachotant, ils les préparaient au bac en les instruisant, cela n’arriverait pas ! J’étais stupéfaite de découvrir la manière de travailler des futurs bacheliers !! surtout ne pas regarder au delà de la méthode bachotage ; assimiler sans comprendre... enfin bref !!
                                      Hamon nous a promis un autre type d’évaluation !! Aïe ! maintenant on ne doit plus parler en classe, l’instit ne doit plus s’adresser aux gamins puisqu’ il propose des smileys sur les copies de dictées là où l’élève a fait des progrès !! c’est pas du rêve, c’est un cauchemar !


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 08:41

                                        alinea :

                                        "Si au lieu de les préparer au bac en bachotant, ils les préparaient au bac en les instruisant, cela n’arriverait pas ! J’étais stupéfaite de découvrir la manière de travailler des futurs bacheliers !! surtout ne pas regarder au delà de la méthode bachotage ; assimiler sans comprendre... enfin bref !!"
                                        ---------------------------------------------
                                        C’est pas nouveau ,il y a 60 ANS c’était déjà souvent comme ça !
                                        Effectivement ,ça s’est encore beaucoup aggravé !

                                        Je donne les raisons principales de cette aggravation :

                                        Le problème ce ne sont pas les maths ,ni les PROFS !

                                        « Du reste, faire de bons cours lorsqu’on doit principalement faire de la garderie (y compris pour les BTS) » !

                                        That is the problem !

                                        C’est la différence essentielle avec le privé ,qui en plus recrute les meilleurs élèves : mêmes les gochistes et les musulmans vont chez les cathos ,voir l’iman Chalgoumi qui n’est qu’un exemple ,parmi beaucoup d’autres !

                                        les PROFS de l’ E N sont en général mieux que ceux du privé !

                                        Tout ça vient de la démagogie de nos politiques qui pour la plupart placent leur progéniture dans le privé ,sauf évidemment quand près de chez eux existe un oasis !

                                        Ce qui est trompeur : certains vont ,sans aucune vergogne ,se féliciter de la chose !

                                        On voit très bien que c’est une affaire de classes sociales : les « gochos plus ou moins bobos  » ( idéologiquement aussi bien de gauche que de droite) ayant complètement abandonné le peuple !

                                        Vous avez un trio très médiatisé sur F2 pour ne pas rester dans l’abstraction :

                                        Ruquier

                                        Polony

                                        Caron

                                        Ils sont partout et sont les vrais responsables du scandale !

                                        Ils tchatchent beaucoup sur tout ,mais leur objectif est de réussir leur carrière en noyant le poisson ,quand ce sujet est d’actualité !

                                        « Quand les démagogues pointent à l’horizon ,c’est la fin des civilisations  » !

                                        CQFD


                                      • alinea alinea 25 juin 2014 10:16

                                        Non ce n’était pas comme ça ! il n’y a pas soixante ans que j’ai passé le bac ! je n’ai jamais fait de bac blanc toutes les cinq minutes « pour me mettre en condition » !! certes il y avait un programme mais je n’ai pas souvenir qu’on me parlait du bac !! on ne me donnait pas des recettes « pour que ça aille » !!, pour répondre à ce qu’on attendait de moi !!


                                      • Remi 25 juin 2014 14:41

                                        « les PROFS de l’ E N sont en général mieux que ceux du privé ! »
                                        En tout cas, ils sont moins soumis à la hiérarchie, car le recrutement d’environ 90 % d’entre-eux se fait par concours, ce qui leur donne un statut de fonctionnaire.


                                      • Remi 25 juin 2014 14:43

                                        « bac blanc toutes les cinq minutes »

                                        Que nous chantez-vous là, alinea ?


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 16:21

                                        « Que nous chantez-vous là, alinea ? » !

                                        ...le collègue fait dans l’exagération et par là-même participe
                                        du système ,qui noie toujours le poisson avec de telles réactions irresponsables !
                                        La situation est trés grave ! Ok !Mais nous ne devons pas dire n’importe quoi et répondre à la réalité public / privé ,avec l’abandon du peuple par des « élites » TRES MALADES !
                                        j’ai donné l’exemple Ruquier dans les médias !

                                        CQFD


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 16:32

                                        « ils sont moins soumis à la hiérarchie » !

                                        Exact ,mais vous faites fausse route ,si vous croyez que la majorité
                                        EN est dans l’abus délibéré !

                                        Encore une fois ,c’est l’analyse public / privé qui donne la clef du problème ,que pas grand monde par hypocrisie et démagogie ,ne veut voir ! Ne vous étonnez pas si une majorité des profs EN place ses enfants chez les cathos ! Et cela de plus en plus !

                                        CQFD


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 16:48

                                        alinea :

                                        « Non ce n’était pas comme ça ! »

                                        J’ai écrit :
                                        « C’est pas nouveau ,il y a 60 ANS c’était déjà comme ça !
                                        Effectivement ,ça s’est encore beaucoup aggravé ! »

                                        C’est en plus un témoignage vécu !

                                        N’escamotez pas ainsi les réponses SVP !

                                        ...beaucoup aggravé !
                                        ...ce n’est pas la peine d’exagérer ,sans examiner le fond du problème !

                                        CQFD


                                      • alinea alinea 25 juin 2014 16:54

                                        Je suis de Marseille Rémi ! Il y a un bac blanc tous les trimestres, enfin là où j’ai connu des élèves de terminales ! il y a quarante ans, on n’avait même pas idée de ce que ça voulait dire, un bac blanc !!!


                                      • alinea alinea 25 juin 2014 16:56

                                        Nous n’avons pas le même vécu mao ! je dis que je n’ai jamais connu le bachotage de ma vie, ni au lycée ni en fac ! voilà ; peut-être ailleurs, là où je n’étais pas, il y était !! je ne sais ! smiley


                                      • Remi 25 juin 2014 17:02

                                        Un bac blanc tous les trimestres, c’est plus qu’ailleurs.
                                        Mais où est le problème ?


                                      • kalachnikov lermontov 25 juin 2014 17:04

                                        @ Grand Timonier

                                        C’est évident qu nous sommes devant le péril ...jeune et je suis pleinement d’accord avec vous : il ne faut plus de mesurettes en la matière mais littéralement une révolution culturelle. Ce n’est qu’à ce titre que nous ferons un grand bond en avant. Il faut que nous nous préparions à une grande marche.


                                      • Lc47 25 juin 2014 17:20

                                        Le baccalauréat est un concours et il est normal que les enseignants préparent les élèves au concours. Que diraient les parents d’élèves si on supprimait les bacs blancs ?
                                        Généralement c’est deux bacs blancs sur l’année de Terminale, 3 ça commence à faire un peu beaucoup.
                                        Après le bachotage a toujours existé et certaines parties de cours ne peuvent être assimilées que par du par coeur : verbes irréguliers, dates en Histoires, théorèmes....


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 juin 2014 00:23

                                        alinea :

                                        « Nous n’avons pas le même vécu mao ! »

                                        ...de génération non , de lieu si ( quartier des Carmes ) ,de spécialité : je ne sais pas !
                                        Je passais le bac mathématiques et techniques ;en candidat libre ,parfois je « bachotais » dans la rue avec deux littéraires qui eux étaient au Lycée ,donc ils bachotaient aussi en classe , c’est sur !Les livres donnant les épreuves des années précédentes ,on les avait ,avec des corrections succinctes !
                                        Mais encore une fois je ne compare pas à aujourd’hui !
                                        Dans ce présent souvent délétère et déliquescent ,la différence fondamentale est le « sérieux » des corrections,hors
                                        consignes gouvernementales  !
                                        Les 80 % ( garantis ) poussent à un certain laisser-aller !

                                        CQFD


                                      • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 juin 2014 00:25

                                        « Le baccalauréat est un concours » !

                                        NON ,un examen ,ce n’est pas la même chose !


                                      • tf1Groupie 24 juin 2014 15:58

                                        Bizarre : encore aucun commentaire dénonçant l’ultra-libéralisme, ni les banquiers.


                                        • Lc47 24 juin 2014 16:40

                                          Certains proposent le contrôle continu et la suppression du baccalauréat. Je crains que le niveau du bac obtenu par contrôle continu serait pire que le bac obtenu à l’issue du concours actuel !
                                          - depuis pas mal de temps les établissements scolaires (privés et publics) sont classés, chaque année, en fonction de leurs résultats au bac. Donc il est certain que, si le contrôle continu était en vigueur, les notes lors des contrôles seraient tirées vers le haut.
                                          - il deviendrait pratiquement impossible, de plus, pour un enseignant de mettre une mauvaise note lors d’un de ces contrôles sans prendre le risque de voir les parents débarquer pour demander une justification. Il y a des parents que se déplacent sans hésiter pour bien moins que ça. Alors entre les pressions de l’administration de l’établissement et celle des parents beaucoup d’enseignants seront tentés d’être laxistes au niveau de la notation afin d’avoir tout simplement la paix.

                                          Ou alors supprimons les notes comme le propose B. Hamon ! Plus de problème.


                                          • stanley stanley 24 juin 2014 16:50

                                            Le contrôle continu était à l’origine un moyen de régler le problème des nombreux excellent élèves qui s’écroulaient psychologiquement au moment des épreuves. Cela n’aurait changé en rien le niveau du bac.


                                          • Lc47 24 juin 2014 17:33

                                            Comme a dit Luc Ferry pour ne pas avoir le bac. aujourd’hui il faut en faire la demande à l’avance ! Les excellents élèves qui n’obtiennent pas la baccalauréat il ne doit pas y en avoir beaucoup.


                                          • Werner Laferier Werner Laferier 24 juin 2014 18:29

                                            Le contrôle continu n’apporte rien, les élèves utiliseront la fraude, au moin, au BAC, la fraude est punie et la sécurité est la.
                                            Dans un contrôle continu, les élèves ne risquent quasiment rien si il y’a tricherie.


                                          • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 06:54

                                            « Le contrôle continu » s’accompagne d’une véritable usine à gaz !
                                            Les profs n’en veulent pas !


                                          • Armelle ARMELLE 24 juin 2014 17:37

                                            De toute façon cet examen et comme bien d’autres n’ont utilité que pour les emplois du service public. 

                                            Les acteurs du privé sont de moins en moins suspendus à ces principes d’évaluation « bidon », d’ailleurs missionner une institution comme l’éducation nationale pour instruire et jauger l’intelligence des élèves ne peut qu’être débile, le type d’intelligence prônée par cette institution ne fabrique que des technocrates, des gens gens cultivés, certes, mais bcp dénués de bon sens, et c’est comme cela qu’on se retrouve avec des centrales nucléaires qu’on ne sait pas maîtriser, que certains malades mentaux avec bac +8 nous ont concocté des produits financiers des plus débiles, qui nous mènent à la ruine et des politiques qui à part nous mentir ne savent pas faire grand chose.
                                            L’enseignement en France est atteint d’un cancer, et ne pas le reconnaître serait ne pas le servir
                                            Des entreprises l’ont compris depuis bien longtemps, certaines ont créé leur propre école et indiscutablement le résultat est flagrant
                                            CQFD

                                            • Werner Laferier Werner Laferier 24 juin 2014 18:24

                                              Si les étudiants français ne sont pas capables d’assurer l’avenir, les enjeux mondiaux et capitalistes de notre monde, autant supprimer le BAC.
                                              Le marché du travail est rude, ceux qui ne servent à rien feraient mieux de changer de filière et de choisir la menuiserie ou le travail dans les usines.
                                              Normalement, dés le collège, puis au lycée, les français sont censé étudier l’économie, la bourse et le civisme, or, ce n’est pas le cas ; on préfère privilégier l’histoire, les arts-plastiques, la musique qui ne rapportent strictement rien à notre système mondialiste et globalisé.
                                              L’éducation est à refaire, c’est de la compétition qu’il faut, élever le niveau afin de former les futurs élites de demain.


                                              • Werner Laferier Werner Laferier 24 juin 2014 18:38

                                                On n’y pense pas beaucoup, mais nous pouvons importer des élites étrangères, comme des élèves sud-coréens ou allemands pour combler le vide laissé par la jeunesse française.
                                                Toute chose à une solution, le monde continuera à avancer.


                                              • Carl 24 juin 2014 19:30

                                                Réaction typique d’une personne qui n’a peu ou pas fait d’études, qui ne regarde pas plus loin que le bout de son nez et qui répète bêtement le catéchisme du libéralisme primaire ! Si l’humanité avait toujours pensé comme vous, vous auriez aujourd’hui des chaînes au pieds.


                                              • Remi 24 juin 2014 19:31

                                                « ceux qui ne servent à rien »

                                                Vous servez à quoi, vous ?


                                              • Remi 24 juin 2014 21:13

                                                Gauche normale.

                                                Votre citation de l’OCDE est bien connue. Elle est constitue un aveu rare et précieux du projet de destruction des systèmes scolaires publics.
                                                Mais souhaitez-vous illustrer votre affirmation (que je partage) sur la nécessité d’enseigner que la vie ne saurait se restreindre à la compétition ?
                                                Car cet aveu démontre le contraire.
                                                La suppression des redoublements, les taux de réussite bénalistes aux examens le la quasi-disparition des sanctions disciplinaires ont depuis belle lurette supprimé toute esprit de compétition chez nos élèves. Celui qui effectue un minimum d’efforts, j’ai bien dit un minimum, est largement stigmatisé. Et il est parfaitement normal qu’il en soit ainsi. Parce que ce qui ne font presque rien auront également leur chiffon de papier appelé diplôme. Sauf, évidemment, ceux qui se mettent en marge du système scolaire, malgré toutes les tentatives de l’administration de les y maintenir (y compris ceux dont le comportement contribue largement au pourrissement dudit système, et dont la présence démotive le peu d’élèves qui voudraient encore étudier).


                                              • Lc47 25 juin 2014 04:44

                                                @Werner

                                                On peut aussi arrêter de lire Victor Hugo ! à quoi ça sert pour notre monde globalisé la lecture de V. Hugo ?
                                                La peinture, la sculpture, la musique ? C’est vrai ça ne sert à rien pour l’économie mondiale sinon à l’ouverture et à la curiosité de l’esprit. Mais ça votre monde globalisé il n’en veut pas. Votre monde globalisé veut que l’on pense tous pareil et même son voeu le plus cher est que l’on ne pense pas du tout, ça serait encore mieux !
                                                L’Histoire ? Foutaise que l’Histoire ! L’Histoire commune à un peuple est un fondement de cette nation et votre monde globalisé ne veut plus des nations, plus des frontières pour constituer un marché mondial de consommation et de production.
                                                Je vous propose même de supprimer le Français à l’école. A quoi ça sert, aujourd’hui, le Français après tout ? A rien. Il faut parler Anglais, la langue de Wall Street et de la City.

                                                Vous proposez en fait une école où l’on ne dispenserait que deux matières : l’économie (et plus précisément le capitalisme libéral) et l’Anglais (attention ! l’Anglais financier car l’Anglais littéraire on s’en fout, ça ne sert à rien). Beau programme ! 66 millions de traders en France jouant à la bourse. Quand on voit ce que ça a donné en 2008 avec la crise des subprimes il y a de quoi frémir et de quoi enrichir, encore plus, les laboratoires pharmaceutiques grands pourvoyeurs d’antidépresseurs.

                                                Je vous cite : « ceux qui ne servent à rien feraient mieux de changer de filière et de choisir la menuiserie ou le travail dans les usines. » J’aurais pensé que vous teniez le monde de l’entreprise et de l’artisanat en plus haute estime ! Ben même pas !

                                                PS : cela fait belles lurettes qu’il n’y a plus d’usines en France grâce à votre cher monde globalisé !


                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 25 juin 2014 10:05

                                                Werner a raison, la géographie, ça sert à rien, puisque les USA veulent que l’ OTAN, Organisation du Traité Atlantique Nord, aille jusqu’en Ukraine en passant par la Turquie...
                                                C’est bien connu que la Turquie et l’ Ukraine sont en bordure de l’Atlantique nord...


                                              • Lambda posteur 25 juin 2014 21:15

                                                J’en ai froid dans le dos...


                                              • eric 24 juin 2014 18:47

                                                Cela va changer. C’est long, mais c’est en cours. Le degré de nullité entretenu par les syndicats de gauche dans toute la partie de notre système éducatif qui dépend d’eux entraîne un phénomène peu visible, mais néanmoins spectaculaire.
                                                Quand j’étais lycéen, les pires établissement étaient publics, mais les meilleurs aussi.
                                                Notamment au niveau des prepa. la ou les futures élites se préparent a l’abri des facs. il n’y avait pas photo. Aujourd’hui, 2 ou 3 lycées publics a Paris surnagent. Quelques uns en province. Partout, du niveau technique aux prepas, en passant par le lycée général, l’excellence rime avec prive. Prive catholique dans l’ensemble. Cela fait quoi, 20 ou 30 ans que cela dure. EN gros depuis qu’avec l’arrivée au pouvoir des socialistes, les bureaucrates politises de l’EN en ont fait un champs d’experimentation politique.

                                                C’est chaque année en rang plus serres et pl.us nombreux qu’arrivent dans les sphères décisionnaires, des gens qui ont été forme par un système alternatif, avec d’autres ambitions, d’autres résultats et d’autres valeurs.
                                                Non seulement ils mettront a leur tour leur gosses dans le prive, mais tôt ou tard, ils pèseront soit, pour une reforme de l’école, soit, si les lobbies EN ne se laisse pas faire, par un élargissement du prive : « la bonne école pour tous ».


                                                • Carl 24 juin 2014 19:22

                                                  C’est ce qu’avait déjà décrit Edward Bernays dans son fameux livre Propaganda.



                                                • Lc47 25 juin 2014 10:30

                                                  Le système à l’américaine : une école à deux vitesses.
                                                  - des écoles privées pour des élèves recrutés sur dossier (ceux qui n’ont pas de bons résultats on ne les prend pas afin de préserver de bonnes statistiques). Inutile de préciser que ces écoles privées sont payantes et les droits d’inscription très élevés et donc elles ne sont pas accessibles à tout le monde.
                                                  - des écoles publiques qui ont une réputation épouvantable aux Etats-Unis qui accueillent des élèves de milieux modestes la plupart du temps ou des élèves en difficulté.

                                                  Il est facile pour ces écoles privées américaines d’avoir d’excellents résultats : elles disposent de grands moyens (grâce aux frais d’inscription qu’elles exigent), elles sélectionnent les élèves et dès qu’il y en a un qui pose problème elles s’en débarrassent ! Au final l’excellence ! Et c’est cette excellence qui permet de justifier des frais d’inscription de plus en plus élevés d’année en année.

                                                  Une école des riches et une école des pauvres. Le rêve quoi ! Enfin le rêve pour ceux qui ont la chance de naître du bon côté de la barrière sociale.


                                                • xmen-classe4 xmen-classe4 24 juin 2014 21:52

                                                  et l’« auteur » confond taux d’admission et nombre de réussite.

                                                  choisir sa vocation est un privilège.
                                                  et l’anpe décide que c’est le privilège du capital et non celui du capital humain.


                                                  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 24 juin 2014 23:30


                                                    xmen-classe4 :

                                                    « choisir sa vocation est un privilège. » !

                                                    -----------------------------------------------------
                                                    la vocation ,
                                                    ne se choisit pas ,elle de l’ordre de l’inné !!!

                                                    Justement une société qui se respecte a pour principal souci
                                                    de respecter la vocation de chacun ; nous en sommes très loin ,d’où le chaos généralisé dans une société où personne n’est à sa place !

                                                    Merci
                                                    CQFD


                                                    • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 01:35

                                                      C’est « un vœu pieu » à des « culs bénis ».

                                                      les épreuves de littérature et de mathématiques sont très différente et non pas à cause d’un coefficient.
                                                      mais simplement pour que l’état puisse venir donner des leçons à des entreprises sur des crimes sans qu’il n’y ai de procès, ou de crime.

                                                      de la justice preventive.


                                                    • xmen-classe4 xmen-classe4 25 juin 2014 01:49

                                                      j’ajoute que le meilleur moyen, le seul, de s’affirmer, pour un jeune, en 2014 est simplement d’accepter des femmes travaillant, ne sachant pas faire la cuisine et cherchant a se faire de l’expérience de la vie.


                                                    • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 25 juin 2014 02:08

                                                      excusez :
                                                      elle est de l’ordre de l’inné


                                                    • rhea 1481971 25 juin 2014 08:18

                                                      80% de reçus au bac : QI moyen 80
                                                      50% de reçus au bac:QI moyen 100
                                                      Difficile de faire comprendre aux électeurs que leurs progénitures seraient des crasses, alors le politique arrange le résultat.


                                                      • robert 6 juillet 2014 19:00

                                                        rhea, d’oussassor ????


                                                      • Matthias24 Matthias24 25 juin 2014 09:20

                                                        Hum sujet délicat que l’école. Je pense tout de même que la médiocrité des résultats vient de l’éducation nationale et pas d’une baisse des facultés des élèves. Le fait est que tout le monde peut apprendre les mathématiques et que le fameux QI ne veux strictement rien dire à part hasarder que tel ou tel comprendra juste plus vite, pas forcément mieux. Donc ce fier à cela pour dire si un individu est intelligent ou non je trouve juste ça réducteur est même dangereux. Dangereux parce qu’on va faire croire que le savoir n’est qu’à la portée d’une élite définie par des caractéristiques génétiques.
                                                        Pour l’avoir vécu moi même, je peut vous dire que je considère cela comme de la connerie pur et que tout le monde sera perdant avec ce genre d’idiotie. Tout le monde, à part exception, peut suivre un cours et comprendre parce que nos cerveaux fonctionnent un peu près tous selon la même logique. Après, certains avanceront plus vite mais la compréhension est accessible à tous.
                                                        C’est pour cela que dire que ces lycéens sont juste mauvais parce qu’on ne les a pas assez frappé, comme j’ai pus lire entre les lignes de certains commentaires, me parait être juste une incompréhension du problème. Personne ne s’est posé la question de savoir si ces lycéens étaient motivés pour apprendre ? Par ce que la réussite scolaire provient de cela, la motivation. Et la motivation est le rôle de l’EN


                                                        • Lc47 25 juin 2014 10:11

                                                          @Mathias24

                                                          La motivation des élèves n’est pas seulement l’affaire de l’Education nationale, elle est aussi l’affaire des parents et de la société en général.


                                                        • Remi 25 juin 2014 14:48

                                                          « on ne les a pas assez frappé, comme j’ai pus lire entre les lignes »

                                                          Où avez-vous pus (sic) lire cela ?


                                                        • berry 25 juin 2014 23:44

                                                          A Matthias 24

                                                          Vous avez des a-priori qui ne correspondent pas du tout à la réalité.
                                                          http://www.intelligence-humaine.com/economie.html

                                                          Vous avez bien de la chance de vivre en Suisse, vous ne vous en rendez sans doute pas compte mais la Suisse, c’est presque un miracle.
                                                          Allez passer des vacances en Inde ou en Afrique, vous allez comprendre.


                                                        • Remi 25 juin 2014 16:58

                                                          "c’est l’analyse public / privé qui donne la clef du problème ,que pas grand monde par hypocrisie et démagogie ,ne veut voir ! Ne vous étonnez pas si une majorité des profs EN place ses enfants chez les cathos ! Et cela de plus en plus !"


                                                          Je pense que vous pardonnerez mon copier-coller réécrit en maigre de votre texte.

                                                          Sur le fond : De quoi parlez-vous, au juste ?


                                                          • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 26 juin 2014 03:06

                                                            Remi ne comprend pas :

                                                            "une majorité des profs EN place ses enfants chez les cathos " !

                                                            Vous trouvez ça normal ?!
                                                            De mon temps ,c’était impossible !

                                                            CQFD

                                                            Merci


                                                          • Remi 26 juin 2014 13:57

                                                            « c’est l’analyse public / privé qui donne la clef du problème »

                                                            Personne ne peut comprendre votre langage déstructuré.

                                                            De toute façon, votre expression est schématique, vous n’argumentez rien, votre CQFD final et systématique en dit assez sur votre psychisme.
                                                             On a aucune envie de vous lire.


                                                          • franc 25 juin 2014 21:02

                                                            Dans les années (19)60,la France a 45 millions d’habitants et 10 % de bacheliers ,était première en littérature , science mathématiques (Bourbaki) , chimique ,génétique ,agronomique ,construction automobile ,train (TGV,),avion (Concorde),espace avec la fusée Ariane,nucléaire (centrales ,et bombe A et H), sans compter l’artistique avec la musique et le cinéma et la gastronomie (meilleure cuisine) et la haute couture (Yves St-laurent) ;le s français étaient réputés pour être les meilleurs inventeurs du monde et son prestige était retentissant dans le monde entier.

                                                             

                                                            Aujourd’huis en 2014,la France est à presque 70 millions d’habitants et près de 90 % de bacheliers et la France n’invente plus rien ,son économie s’effondre ,ses usines ferment ,ses grandes entreprises vendues aux étrangers ,ses élèves se trouvent parmi les derniers des pays développés et ses Ecoles et Univrsités descendent chaque année plus dans les classements mondiaux comme celui de Shangaï,la violence explose ,les suicides explosent ,les cambriolages explosent ,les crises de nerfs explosent ,et l’angoisse explose ,d’où vient que la France est le champion du monde de consommation de tmédicaments en particulier de psychotropes et de tranquillisant.La France est devenue la risée du monde te les français sont méprisés .M^me les belges se moquent des français et refusent et repoussent les émigrés français ,quelle honte.

                                                             

                                                            Cherchez l’erreur.

                                                             

                                                            pour moi l’erreur se trouve dans la démagogie et la médiocrité qui s’étalent et se pavanent sans vergogne et avec arrogance partout et en tout

                                                            en particulier à l’Education nationale dont l’exemple affligeant de vouloir supprimer les notes pour ne pas traumatiser les enfants ,alors qu’il faut faire le contraire dans la sictiuation tragique d’aujourd’huis ,une sélection rigoureuse et vigoureuse pour rechercher les plus compétents les plus excellents qui redresser la France

                                                             

                                                             


                                                            • franc 25 juin 2014 21:34

                                                              Des bac +10 ,bac +15,il y en a pléthore en France mais pour faire quoi on se le demande, . Très facile de bavarder en sociologie ,n’importe quel loubar aujourduis peut se prétendre sociologue et parler sans fin de sproblèmes sociaux des banlieux et des immigrés , ou alors il faudrait s’inscrire au chomage .

                                                              Il faudrait aujourd’huis avoir des bac +5,bac +10 pour déplacer une échelle ou porter un pot d e peinture ou être caissière ou boulanger.

                                                              quand cela ne fait pas péter des plombs,comme Richard Diurn ,super diplômé ,maitrise de ceci et matrise de cela ,et qui demande à la mairie d’avoir un petit emploi et qui le refuse.Résultat,que fait-il ,il prend un fusil et tire sur la maire et les conseillers municipaux , une dizaine de morts 

                                                              Après le bac pour tous , la licence pour tous,la maitrise pour tous et pourquoi pas le doctorat pour tous tant qu’on y est ,il ne faut traumatiser , stigmatiser et discriminer quiconque en refusant un diplôme à quiconque ; mais comme il n’ya pas de place d’emploi de doctorat pour tous , c’est Richard Diurn pour tous .

                                                               

                                                              j’en veux à mort la gauche (la fausse gauche) d’avoir détruit l’Ecole d e la République , de bafouer le principe de compétence et de rejeter l’excellence , d’avoir rendu nuls les diplômes et de rendre nuls les élèves ,par démagogie ou par cynisme ,peut être les deux à la fois .


                                                              • Captain Marlo Fifi Brind_acier 26 juin 2014 08:17

                                                                Prenez le temps de regarder cette vidéo :
                                                                « Les 10 stratégies de manipulation de masse »

                                                                * 1- La diversion... le foot, le foot, le foot.
                                                                * 2- La stratégie du choc : laisser pourrir une situation, pour que le public soit demandeur des mesures qu’on souhaite lui imposer. ex privatiser
                                                                * 3- La dégradation lente : appliquer sur 10 ans une dégradation lente, dont l’ensemble présenté d’un bloc provoquerait des émeutes.
                                                                * 4- Le différé : présenter une mesure « douloureuse, mais nécessaire », pour dans 3 ou 5 ans. Ouf, c’est pas pour tout de suite !
                                                                * 5- L’infantilisation
                                                                * 6- Usage de l’émotion
                                                                * 7- L’ignorance
                                                                * 8 - Encourager la médiocrité : « cool », bête et vulgaire, Nabila.
                                                                * 9- La culpabilité : l’individu est rendu responsable des ses malheurs.
                                                                * 10 - La connaissance des comportements humains qui permet aux décideurs de mieux comprendre, pour mieux contrôler.

                                                                Il doit y avoir dans cette liste des choses qui concernent l’ école...


                                                                • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 juin 2014 02:19

                                                                  Ne pas oublier la flatterie ,l’affect ,l’addiction...et pas mal d’autres !
                                                                  Merci


                                                                • oncle archibald 26 juin 2014 13:10

                                                                  « Benoît Hamon vient d’annoncer qu’une grande tolérance sera accordée dans la correction des copies du baccalauréat, cuvée 2014, car trop de lycéens s’étaient plaint, sur les réseaux sociaux, du niveau de difficulté trop élevé des épreuves de mathématiques et de physique, en section scientifique. Mais que penseraient nos grands-parents, ou encore Jules Ferry s’ils apprenaient que le bac de maths sera, cette année, noté sur 24 ? »


                                                                  Deux observations et une conclusion : 

                                                                  1/ Dans cette phrase un étudiant qui est passé par la prépa « lettres » et souhaite « publier » sur un site d’échanges d’idées fait une faute d’accord du participe passé que nos grands mères, qui en règle générale n’ont pas dépassé l’école primaire n’auraient pas faite. On voit bien là à quoi servaient les coups de règles sur les doigts, pratique abandonnée depuis trop longtemps.

                                                                  2/ Il n’est absolument pas nouveau que certaines épreuves du bac sont notées sur 24 où plus et non pas sur 20. Depuis des années et quelle que soit la couleur du gouvernement les directives arrivent du rectorat après correction d’un échantillon de copies et de façon à ce que le quota de reçus fixé par le ministère soit atteint. Au besoin une deuxième et une troisième cotation des copies suivant les directives est imposée aux correcteurs jusqu’à obtention du résultat souhaité.

                                                                  C’est la cata !

                                                                  • Mao-Tsé-Toung Mao-Tsé-Toung 27 juin 2014 07:16
                                                                    Mr Remi svp !

                                                                    Qui est l’escroc de nous deux ?

                                                                    « c’est l’analyse public / privé qui donne la clef du problème »

                                                                    Vous isolez une phrase d’un ensemble structuré composé par toutes mes interventions ( c’est une stratégie d’escroc bien connue ) !

                                                                    ...après ,évidemment ,ça vous permet de dire n’importe-quoi !

                                                                    Tiens ,on va voir Mr Remi ,votre honnêteté :

                                                                    trouvez vous normal que les profs EN placent leurs enfants dans les écoles privées ( très majoritairement cathos ) avec Mr Chalgoumi et tous les « bourgeois » de France et de Navarre ? !

                                                                    Comment analysez - vous ce phénomène qui s’amplifie tous les jours ,excepté dans quelques oasis ?!


                                                                    Merci Mr Remi pour votre réponse ,que j’espère très argumentée !

                                                                    CQFD


                                                                    • hans 29 juin 2014 18:25

                                                                      Camarade maxime, ton dernier article révèle donc bien encore une fois un provoc du FN....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès