• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le piéton une espèce en voie de disparition

Le piéton une espèce en voie de disparition

La marche forcée vers la vitesse.

Les humains ont depuis bien longtemps oublié que c’est d’abord à pied que leurs ancêtres ont investi toute la planète. En prenant le temps de la découverte, de l’observation tout en se présentant fort démunis devant des périls de toutes natures, ils sont allés toujours plus loin à la vitesse de ceux qui se contentent de la vitesse de la marche.

Bien sûr, dans son désir de domination et de puissance, l’humain n’a eu de cesse d’améliorer le procédé, commençant par domestiquer des animaux afin de prendre de la hauteur et de gagner de la vitesse. Puis l'ingéniosité débordante de cette curieuse espèce invasive l’a conduite à penser des moyens de transport, ainsi nommés parce que c’est d’abord en allant de ports en ports que les grands voyageurs ont mené la planète en bateau.

Hissant la voile, ils se sont rendu compte qu’il y avait des forces supérieures à la leur et depuis n’ont d’autre ambition que de bénéficier de ces énergies qu’ils mettaient à leur service. Du vent d’abord et pendant fort longtemps, puis le progrès venant, la voile laissa place à la vapeur dans une révolution qui allait mettre le monde cul par-dessus tête. La suite ne sera plus que folie démoniaque.

Pour suppléer ce pied qui manquait d’efficacité, ils firent le tour du problème avant que de découvrir la roue, non pas celle permanente qu’ils exhibent dans leur dos, mais ce miracle de simplicité qui permet de rouler vers un avenir qu’ils supposaient plus radieux. Le commerce fit la différence, le déplacement se fit transport des marchandises plus sûrement que celui des humains toujours à la remorque des grandes caravanes.

Les transports de masse cependant trouvèrent leur raison d’être pour acheminer de la main d’œuvre gratuite, corvéable à merci et enchaînée à son outil de travail sur les lieux mêmes des productions. La roue avait tournée, le triangle avait pris sa place et les déplacements prenaient l’allure d’une monstruosité sans nom.

Les évolutions ultérieures se firent au nom d’une nouvelle idole, un dieu de célérité qu’on nomme la vitesse. Course effrénée pour arriver le premier, pour avaler les distances tout en réduisant le temps à sa plus simple expression. Le risque fut grand alors pour ceux qui restaient sur le bord de la route de se faire écraser par ses monstres crachant et toussant, qui avalaient kilomètres et passants débonnaires.

L’hécatombe finit même par toucher les cinglés du volant, qui le pied sur le champignon ignoraient que c’est souvent au pied d’un arbre que s'achèverait leur route. Les platanes furent montrés du doigt, sans doute parce qu’ils faisaient de très mauvais cercueils. L’humain préfère d’abord mettre en cause des éléments extérieurs avant que de remettre en cause ses propres comportements.

La vitesse fut limitée ce qui ne remit pas sur pied ceux qui déambulaient tranquillement. Le marcheur n’était pas encore une forme nouvelle de monstre égoïste et cupide se lançant dans la politique mais un humain profitant de son mode ancestral de locomotion. Il fallait agir au plus vite pour briser la spirale de la célérité. Pourtant l’affaire était mal engagée, le transport en commun se mit en tête de ligne pour faire du piéton un être simplement transitoire entre deux arrêts.

Une petite reine retrouva alors ses quartiers de noblesse. Elle fut électrisée par des batteries venues de Chine qui frappèrent les trois coups de la mort du piéton. Partout les dernières réserves naturelles sur lesquelles le pauvre marcheur pouvait trouver un peu de paix et de sécurité furent investies par des hordes de cyclistes pressées, irrespectueux et nucléarisés.

Les vélocipédistes de la vingt-cinquième heure avaient l’oreille des politiciens qui voyaient dans ce mouvement en équilibre l’occasion de se refaire une virginité verte. Tout leur fut autorisé et à défaut permis. Le contre-sens se fit règle urbaine, le feu cessa d’être rouge pour leur seul usage, le trottoir devint piste cyclable de substitution. Malheur à ceux qui allaient à pieds, ils allaient se faire rouler sur les arpions.

Ce vélo nucléaire mit la puce à l’oreille aux marchands de tout et de n’importe quoi. Tout ce qui pouvait permettre à un futur cul de jatte d’évoluer sur un trottoir plus vite que ces imbéciles qui se contentent sottement de marcher trouva sa place sur le trottoir pourvu que ce fut électrique. À une, deux ou plusieurs roues, debout, couché ou assis, les engins fonçaient sans respect aucun pour le piéton, devenu quille à abattre.

Imitant les services d’urgence, les nouveaux adeptes du trottoir mobile s’équipèrent d’avertisseurs sonores valant priorité. Leurs déplacements ne peuvent être entravés par l’obstruction de ces gens qui n’avancent pas dans le sens du progrès ou qui folie dérisoire, prennent encore le temps de se parler tout en déambulant tranquillement.

Les furieux, coupés du monde par des casques plus audio que de sécurité, des musiques électroniques et souvent un téléphone vissé à l’oreille qui leur donne la certitude d’être partout chez eux, foncent dans le tas en exigeant place nette avec la complicité bienveillante d’une police qui de toute façon ne peut rien faire contre eux. Le piéton est rayé de la carte urbaine, passe encore mais bientôt, il le sera aussi des bords des canaux et des rivières, des parcs et des forêts, des sentes et des chemins de grande randonnée qu’il conviendra de rebaptiser pour laisser place aux hordes électrifiées.

L’Europe dans son immense sagacité ne finance désormais que des aménagements exclusivement destinés à ceux qui sillonnent le territoire à grande échelle. La pérégrination est passée de mode, le vert se conçoit de manière électrique avec une propension inquiétante à oublier que ce sont des centrales mortifères qui produisent cette énergie maudite. Bientôt, il faudra concevoir des godillots sur batteries pour espérer sauver les derniers représentants de l’espèce qui useront encore de leurs membres inférieurs pour aller de l’avant.

Pérégrinement leur.


Moyenne des avis sur cet article :  4.67/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 28 juillet 09:21

    Va falloir rehausser les pare-buffles, y’a de la ferraille dans les vélos, ça esquinte la carrosserie ! smiley


    • C'est Nabum C’est Nabum 28 juillet 13:41

      @Clocel

      Il convient de ne leur laisser aucune chance


    • Clocel Clocel 28 juillet 20:25

      @C’est Nabum

      J’ai percuté ma première trottinette nucléaire la semaine dernière.
      Le type était dans l’angle mort du rétro, sans doute depuis un bon moment, j’ai tourné à droite, lui pas...
      Sans casque, en short, tee shirt, sandales, bref du fourrage pour Darwin.


    • devphil30 devphil30 28 juillet 09:47

      Excellent comme à l’habitude


      • C'est Nabum C’est Nabum 28 juillet 13:42

        @devphil30

        Je vais le croire et c’est mauvais pour ma modestie

        merci


      • Adèle Coupechoux 28 juillet 10:00

        Quel bonheur et quelle liberté de ne dépendre que de ces pieds pour se déplacer !


        • C'est Nabum C’est Nabum 28 juillet 13:42

          @Adèle Coupechoux

          à la condition de n’être pas En Marche, l’hérésie absolue


        • Adèle Coupechoux 28 juillet 18:42

          à la condition de n’être pas En Marche

          Ça tombe sous le sens... 


          • C'est Nabum C’est Nabum 28 juillet 20:57

            @Adèle Coupechoux

            Un sens qui me laisse interdit


          • ETTORE ETTORE 28 juillet 19:36

            Pauvre monde ultra mobile, ou nous n’avons plus...pied !

            Mais être dans le vent, n’est il pas le rêve de toute feuille, à l’automne de sa vie ?


            • C'est Nabum C’est Nabum 28 juillet 20:58

              @ETTORE

              L’hiver sera rude ensuite


            • juluch juluch 28 juillet 21:09

              Pas mal !

              merci nabum !


              • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 06:46

                @juluch

                Je sais, ce n’est pas le pied

                Merci l’ami


              • xana 28 juillet 22:22

                Moi aussi j’ai aimé.

                Avec le temps tu t’améliores, comme le bon vin.

                Bon, j’arrête, rapport a ta modestie...


                • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 06:47

                  @xana

                  Attention, même le bon vin finit par tourner au vinaigre


                • Septime Sévère 29 juillet 16:29

                  Rien ne vous empêche de recharger votre vélo électrique le soir chez vous avec une génératrice à pédales (par exemple un vélo ordinaire monté sur bâti et muni d’une quinzaine de dynamos). Ainsi ne sera-t-il pas nucléaire. 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 16:52

                    @Septime Sévère

                    Bien-sûr et l’argument de l’âge de pierre va surgir à la fois prochaine

                    Le choix politique est absurde car l’énergie électrique est d’abord et majoritairement nucléaire dans ce pays


                  • Septime Sévère 29 juillet 17:10

                    @C’est Nabum
                    Ce n’est pas un choix si sot pour le vélo. Un vélo électrique est réellement commode et peu fatigant. C’est un bon candidat pour le remplacement d’un % sensible d’usages automobiles urbains et suburbains. Ce qu’il consomme d’énergie en comparaison de ce qu’il remplace est avantageux. 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 17:19

                    @Septime Sévère

                    Je n’en doute pas mais il convient d’accompagner ce choix de la possibilité de produire chez soi un peu d’énergie sans devoir la revendre à EDF
                    Une petite éolienne ou un autre système pour recharger ce vélo en dehors des prises électriques nucléaires


                  • Septime Sévère 29 juillet 17:37

                    @C’est Nabum
                    Sérieusement, vous vous interdisez donc toute consommation d’électricité chez vous ? sauf l’ordinateur ? Je veux bien que si vous êtes antinucléaire vous craigniez la généralisation de la voiture électrique, mais celle du vélo électrique ce n’est plus sérieux. 


                  • Septime Sévère 29 juillet 17:48

                    @C’est Nabum
                    Au fait, vous avez le droit de produire chez vous toute l’électricité que vous voulez. C’est de la revendre au voisin, que vous n’avez pas le droit. 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 17:55

                    @Septime Sévère

                    Voilà l’âge de pierre revient
                    Je suis comme tout à chacun

                    Par contre je suis lucide. Multiplier les véhicules électriques c’est courir à la catastrophe, c’est pure démagogie que de prôner la voiture électrique sans envisager une autre forme de production décentralisée et individuelle ce qui actuellement
                    est interdit


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 17:55

                    @Septime Sévère

                    J’ai un doute sur ce droit



                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 18:15

                    @Septime Sévère

                    Vous avez beaucoup de chance


                  • Septime Sévère 29 juillet 18:24

                    Les légendes sont tenaces, en particulier celles qui touchent au droit, mais si vous préférez faire le malin !


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 18:25

                    @Septime Sévère

                    Je m’avoue vaincu
                    Je m’équipe de suite

                    et je vous invite de votre côté à écrire des articles pour répondre à des champions du commentaire


                  • ZXSpect ZXSpect 29 juillet 18:52

                    @Septime Sévère

                    .
                    « Je veux bien que si vous êtes antinucléaire vous craigniez la généralisation de la voiture électrique, mais celle du vélo électrique ce n’est plus sérieux. »
                    .

                    Allons, vous n’allez pas chicaner C’est Nabum et ses alertes sur le nucléaire en bord de Loire où « fleurissent les cancers de la thyroïde » ; dont les refroidisseurs des centrales ne rejettent pas de la vapeur d’eau mais « crachent la fumée »
                    .
                    https://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/des-fuites-216762
                    .
                     smiley


                  • Septime Sévère 29 juillet 19:32

                    @ZXSpect

                    En effet cet article du 22 juillet 2019 par C’est Nabum (jeu de mots sur « Cenabum », Orléans ?) est du lourd. Tout en émotivité, rien en connaissance positive.

                    Aucune source à propos de ces cancers de la thyroïde qui fleuriraient plus spécialement en bord de Loire.

                    A l’époque de cet article il y a eu une alerte à la présence (forcément anthropique) de tritium dans la Loire. En même temps, même l’organisme écolo qui a lancé l’alerte a convenu de la minceur des doses, quelques ordres de grandeur au-dessous de la radioactivité naturelle. 

                    ______  


                    Seulement, le tritium n’a rien à voir avec le cancer de la thyroïde, qui réclame de l’iode 131. A l’inverse du tritium l’iode ne s’échappe d’une centrale qu’en cas d’accident, dont on cherche la trace à cette époque ; de plus nul n’a signalé de fuite d’iode. C’est Nabum semble dire un peu ce qui lui passe par la tête. 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 21:51

                    @ZXSpect

                    Chicanons


                  • C'est Nabum C’est Nabum 29 juillet 21:52

                    @Septime Sévère

                    De l’eau lourde aussi


                  • Septime Sévère 29 juillet 21:55

                    @loganoid
                    Le conseil est judicieux, mais de toute façon je crois qu’il finira mal. 
                    J’ai un joli sesterce du personnage, trouvé dans les tiroirs de mon grand-père, d’où l’idée d’en faire un pseudo. 
                    D’après Ebay, ça ne paraît toutefois pas valoir une fortune, vu qu’il est assez usé.


                  • Septime Sévère 29 juillet 22:28

                    C’est Nabum a écrit : « de l’eau lourde, aussi ».

                    _____________

                    Si vous voulez dire qu’on a trouvé de l’eau lourde dans la Loire, je n’en suis pas vraiment étonné. 
                    Toutes les eaux du monde contiennent 1 molécule sur 3000 dont un des deux atomes d’hydrogène est un atome de deutérium (D), isotope de masse atomique 2 de l’hydrogène dont la masse atomique n’est habituellement que de 1. On appelle cette molécule « eau semi-lourde ». En d’autres termes, le deutérium représente 1 / 6000 e de l’hydrogène naturel. Le deutérium n’est pas radioactif.
                    L’eau est tout à fait lourde lorsque ses deux atomes d’hydrogène ordinaire sont remplacés par deux atomes de deutérium. 
                    Eau ordinaire : H²O ; eau semi-lourde HDO ; eau lourde D²O. 
                    Cependant je doute que l’eau lourde subsiste lorsqu’elle est diluée dans un grand volume d’eau ordinaire ; je pense que par équilibre avec l’eau ordinaire chaque molécule d’eau lourde donne deux molécules d’eau semi-lourde. 
                    L’eau lourde à petite dose n’est pas toxique, la chimie du deutérium étant identique à celle de l’hydrogène ordinaire. Pure, elle est inhabitable par les poissons, vu que sa densité de 1,1 les obligerait à un effort permanent d’immersion... En très grande quantité elle est cependant nocive par ralentissement des cinétiques chimiques, donc biologiques, puisque le deutérium est plus lourd que l’hydrogène ordinaire. 
                    Je vous laisse calculer combien d’eau lourde il faudrait déverser dans la Loire chaque minute pour y obtenir une concentration de deutérium simplement double de la concentration naturelle, concentration qui ne ferait de toute façon absolument rien du tout puisque Wiki vous dit qu’il faut changer dans une souris 50% de son eau normale par de l’eau lourde pour observer des symptômes. Peut-être y parviendrait-on en vidangeant dans la Loire toute l’eau lourde d’un réacteur Candu, mais EDF n’en exploite pas. 


                  • Septime Sévère 29 juillet 22:34

                    @loganoid
                    Bigre...
                    Je suis plus connaisseur de la république romaine que de l’empire. Un article peut-être un jour sur le drame de la belle Virginie, article quasiment d’actualité puisqu’elle fut victime d’un tribun abusif ? She too... 


                  • C'est Nabum C’est Nabum 30 juillet 06:37

                    @Septime Sévère

                    Je ne suis qu’un jongleur de maux


                  • Septime Sévère 31 juillet 19:38

                    @tous
                    Je me voile la face et me couvre la tête de cendre : le monstre n’était pas tribun mais decemvir. Je remercie cependant de leur délicatesse les nombreux lecteurs qui l’avaient vu sans rien dire. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité