• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le supporter algérien ou l’expression d’une ethnicité (...)

Le supporter algérien ou l’expression d’une ethnicité aigüe

JPEG

À l’instar des fameux cris de supporters : « Allez les bleus ! » ou « forza Italia », les algériens ont coutume de soutenir leur équipe en utilisant une formule très étrange : « one, two, three viva l’Algérie », complètement dépourvue de vocable algérien. Pour la petite histoire, ce cri résulterait de la transformation du slogan révolutionnaire « one, two, three, we want to be free » scandé durant les marches anticoloniales ; c’est un fait tout à fait probable tant il est rare de trouver un symbole algérien qui ne comporte aucun lien (direct ou indirect) avec le contexte de lutte pour l’indépendance.

Cette acclamation rythme depuis quelques semaines le vacarme des manifestations de liesse consécutives à la Coupe d’Afrique des Nations. Sans amoindrir les conséquences qui fluctuent entre le ridicule de cet individu célébrant la victoire avec une tronçonneuse au milieu des Champs Elysées et la tragédie des dégâts corporels et matériels, nous pourrions juger ces célébrations tout à fait anecdotiques. Selon la typologie, elles sont comparables aux célébrations des fans de football en général, et même à l’extrême, les dérives pourraient être assimilées aux comportements de certains supporters décérébrés parmi les hooligans européens. Certains parlent d’une spécificité française liée, selon la sensibilité politique, au laxisme des autorités ou au rejet social vécu par ces français d’origine algérienne. Des mesures prises par certaines autorités d’un pays du Golfe de ne pas diffuser la finale sur écran géant, en raison d’incidents survenus en marge de la demi-finale opposant l’Algérie au Nigéria, suffisent pour réfuter cet argument. Mais au-delà de l’aspect pathétique, car évidemment ce chauvinisme n’est pas exclusivement violent, le caractère symptomatique du nationalisme algérien, appelé aussi « fierté algérienne », représente l’objet de notre article, sans aucune autre prétention que celle de fournir quelques pistes de réflexion.

Le nationalisme correspond au sentiment d’appartenance à une langue commune, une religion, une délimitation territoriale

La notion de « sentiment » révèle à quel point ce principe est fondamentalement irrationnel. D’ailleurs cette « irrationalité » conduira à des situations incohérentes lorsqu’au lendemain de la Révolution française, il s’agira de combiner des identités hétéroclites, comme les alsaciens et les provençaux, plus proches sur bien des domaines, des allemands pour les premiers et des italiens pour les seconds. Dans certains cas, il faudra recourir à la force, comme dans le cas de la Savoie qui manu-militari sera rattachée à la France tandis que les savoyards étaient partagés entre l’autonomie et l’annexion au Royaume du Piémont-Sardaigne. Même si l’idée d’Etat-nation est aujourd’hui dominante, il faut savoir que cette notion est relativement récente. Avant le 19ème siècle, le monde se répartissait en empires composés de mosaïques identitaires sans qu’il fût nécessaire d’inventer une identité commune. Il arrivait parfois que l’identité du pouvoir soit minoritaire, comme ce fut le cas à Istanbul, pourtant capitale d’un empire musulman, dont la population était majoritairement non-musulmane (70%). L’industrialisation et les progrès technologiques, notamment la création de la presse, rendent possible le concept nationaliste par une large diffusion de symboles auxquels des individus différents peuvent s’identifier pour former l’unité nationale. Plus récemment, avec la chute du communisme, nous assistons à la fin de la distinction identitaire dictée par la classe sociale et le « retour » du nationalisme.

Dans le cas algérien, la notion est plus irrationnelle encore, puisque l’identité algérienne ne s’est pas forgée suite à un long processus de suppression des réalités culturelles locales, mais à partir d’une usurpation identitaire. Depuis les comptoirs phéniciens, les longues occupations romaines, vandales, byzantines, la première incursion arabe ou la Régence barbaresque… l’Algérie n’a jamais cessé de conserver son caractère pluriculturel. Ainsi, lors de la Régence d’Alger, qui à notre humble avis représente la dernière photographie authentique de l’identité algérienne avant que « l’Algérie » (en tant que Nation) ne soit créée par la France, seules 30 % des tribus étaient soumises (blad al-makhzen) à une forme d’autorité des beys. Le reste des tribus (blad al-siba) jouissait d’une indépendance culturelle, politique et juridique en conformité avec le droit coutumier, pilier du corpus juridique islamique exprimé par cette règle : « ce qui est établi par la coutume est semblable à ce qui est établi par le texte religieux » (ma thabata bil ‘urf kama thabata bi nass). Ce principe fondamental du droit musulman remet en cause toute idée de nationalisme et établit le pluralisme culturel, caractéristique de l’histoire musulmane depuis les premières conquêtes jusqu’à l’empire andalou. Cette notion est évidente dans l’organisation du pouvoir chez l’Emir Abdelkader et dans les propos de son petit-fils, l’Emir Khaled, membre éminent du parti des Jeunes-Algériens, considéré comme le fondateur du mouvement indépendantiste algérien lorsqu’il déclare : « Arabes, Kabyles, Mozabites (…) loin de moi l’idée d’ethnie puisqu’une seule foi nous unit ».

En 1948, Messali el-Hadj nouvellement converti au nationalisme arabo-islamique suite à ses rencontres avec des personnalités telles que Chakib Raslan, présente un mémorandum à l’ONU définissant l’identité algérienne comme exclusivement arabo-islamique. La rédaction de ce mémorandum est confiée à la plume de Tawfiq al-Madani, membre de l’Association des Ulémas, la version algérienne de l’Islam politique des Frères Musulmans. Cette initiative unilatérale va à l’encontre des positions du MTLD (le parti de Messali el-Hadj créé à la suite de l’interdiction du PPA), composé lors du congrès de 1947 de 10.000 kabyles sur 14.000 membres au total. Mais ce choix est surtout déconnecté de la base populaire, comme l’écrivait Boudiaf : « Progressivement le nationalisme se liquéfie sous l’influence des notables algériens, eux-mêmes soumis aux « conseils » modérateurs des courants bourgeois panarabes  ». Deux visions s’affrontent alors : la vision populaire et réaliste d’une identité pluriculturelle ou l’importation du modèle (essentiellement égyptien) idéologique de l’Islam politique. Durant la lutte pour l’indépendance, de 1954 à 1962, la question identitaire est reléguée au second plan sous l’influence des cadres du mouvement révolutionnaire pour des raisons de priorité. Finalement, le débat essentiel n’aura jamais lieu, puisque Ben Bella, le représentant de « l’aile orientaliste » du FLN, s’empare du pouvoir par un coup d’état et règle la question de l’identité nationale par une formule sans appel : « Nous sommes arabes, arabes, 10 millions d’arabes ». L’affirmation est scientifiquement fausse puisque des tests génétiques réalisés sur la population tunisienne montrent que le marqueur génétique arabe représente moins de 10 %. Nous n’avons pas de données équivalentes en Algérie, mais dans la mesure où la Tunisie, par sa position géographique, fut d’avantage exposée aux mélanges ethniques, il est raisonnable d’affirmer que le taux serait vraisemblablement inférieur…Malheureusement, il y a très peu de chances de voir ce genre de tests réalisés en Algérie … D’ailleurs, Boumediene « pur produit » de l’Université égyptienne d’al-Azhar et accessoirement auteur d’un coup d’état militaire, a pris soin de fermer le centre universitaire de recherche ethnologique d’Alger.

Il convient de préciser que nos propos ne plaident pas en faveur d’un « berbérisme » politique qui à nos yeux n’est rien d’autre qu’une autre forme de dérive nationaliste. Il s’agit de rétablir une vérité : l’Afrique du Nord est une mosaïque de tribus berbères pour certaines arabisées, comme elles furent romanisées en d’autre temps. Une étude génétique comparative entre des sujets marocains arabophones et berbérophones ne montre aucune différence, ce qui a tend à prouver que l’arabisation fut linguistique et culturelle mais en aucun cas ethnique. 

 La réification de l’identité aboutit inexorablement à une représentation schématique de l’ethnicité et à la nécessité d’inventer des supports symboliques de plus en plus simplistes pour remplacer les particularités réelles, riches et complexes mais contraires à l’idée nationaliste. Cette symbolique peut s’articuler autour de références communes insignifiantes qui sont ensuite amplifiées afin de constituer un liant suffisant dans l’imaginaire collectif, au sein d’un processus qui implique également l’abandon des références originelles pour se fondre dans la Nation. Dans le cas de l’identité algérienne, comme nous l’avons vu plus haut, les références sont importées et ne possèdent pas d’ancrage populaire, en dehors d’une certaine bourgeoisie acquise à la rêverie romantique d'une renaissance de la gloire arabe. Mais pour la masse populaire, l’identité algérienne se résume à quelques symboles révolutionnaires sommaires comme le drapeau dessiné par Emilie Busquant (épouse de Messali el-Hadj), une militante communiste agnostique. Ce drapeau est aujourd’hui sacralisé et entouré d’une ferveur quasi-religieuse comme l’hymne national (qassaman), rédigé par Moufdi Zakariya. Cet hymne est considéré comme un symbole de l’unité arabo-musulmane algérienne alors que l’auteur lui-même déclarait : « Nous sommes un peuple de l’Aurès, nous ne sommes ni du Najd, ni d’Alep. Nos ancêtres étaient amazigh et n’ont jamais été arabes, ils répondirent à l’Islam : soit le bienvenue ! Mais à l’arabité, ils répondirent : Koceila est prioritaire ».

Le phénomène implique également une restriction, voire une réécriture de l’Histoire afin de l’adapter à cette identité « imaginaire » dans une conception purement politique comme l’affirme l’historien Mohammed Harbi en parlant d’instrumentalisation de l’histoire algérienne à des fins d’unité nationale. Ainsi, de cette histoire millénaire ne subsiste que les huit années de lutte pour l’indépendance, et pour combler le vide…il faut beaucoup de fierté ! Le Maroc se distingue de son voisin par une richesse culturelle notoire, son artisanat traditionnel incomparable, son patrimoine architectural qui témoigne de l’âge d’or almoravide ou almohade et l’expression d’un nationalisme largement moins ostentatoire. En Algérie, la Mosquée Jama’ Lekbir d’Alger de l’époque almoravide, fondée en 1096 par Ibn Tachfin et la Mosquée d’El-Eubad construite par les Mérinides à Tlemcen en 1339, sont les deux seuls vestiges qui témoignent d’un passé médiéval…il faut donc que cette fierté s’exprime autrement.

La nécessité croissante de recourir à des symboles de plus en plus simplistes (signe du niveau intellectuel contemporain) comme affirmation du nationalisme pour les masses, conduit à des attitudes singulières et ridicules dont le cas algérien ne représente in fine qu'une illustration caricaturale. Nous retrouvons ce phénomène en France où face à la visibilité croissante de l’Islam, le burkini est perçu par certains comme une menace pour l’identité française. Inversement, la piètre perception de l’Islam engendre la nécessité pour les salafistes de manifester leur appartenance par des symboles aussi simplistes que la tenue vestimentaire. Comment peut-on imaginer un instant que la richesse culturelle française puisse être mise en danger par un vêtement de bain ou que la profondeur spirituelle de l’Islam puisse dépendre d’une jellaba ?

Sur la question migratoire, le principe assimilationniste d’abandon des références originelles et d’adoption des références de la Nation fonctionne tant que les sujets assimilés, initialement européens, possèdent des caractéristiques assimilables, à savoir une analogie possible entre les références à abandonner et celles qu’il faut acquérir, mais surtout la volonté de s’assimiler. Aujourd’hui, l’immigration passionne le débat public, et bien que les solutions ou les analyses différent, il y a consensus pour admettre l’échec. À qui la faute ? Nous refusons tout manichéisme et penchons vers une responsabilité collective et conjoncturelle. L’immigration nord-africaine concomitante à un besoin urgent de main d’œuvre fut précipitée et non planifiée. Par ailleurs, les premières générations sont arrivées en France dans une optique temporaire, avec la ferme intention de repartir sans ressentir le « besoin » de s’assimiler à une identité nationale nouvelle. Pour des raisons diverses, ils ne repartiront pas et une partie des nouvelles générations n’intégrera pas la Nation mais des groupes identitaires de plus en plus marqués et ce sur ce point la conjoncture économique n’est pas tout à fait étrangère. Aujourd’hui, il devient urgent de repenser sereinement cette question loin des calculs électoralistes et démagogiques. 

Pour conclure, nous dirons qu’au-delà de la question algérienne, la résurgence des nationalismes, illustrée par les récents succès électoraux de certains courants européens, l’indéniable constat d’une réislamisation sur des bases politiques, aucunement spirituelles (législatives au Maroc, PKK en Turquie, Frères Musulmans en Egypte…), représente l’un des dangers les plus importants de notre monde actuel. Nous n’avons pas la prétention de détenir les solutions au problème mais nous constatons que les sociétés établies dans leur identité traditionnelle parviennent à résister aux sirènes nationalistes. Ce n’est pas un hasard si le salafisme n’est jamais parvenu pas à s’implanter au Sénégal où pourtant la tradition religieuse est très forte. Nous avons souvenir des résultats du FIS aux législatives algériennes de 1992 et de notre étonnement devant le score nul (zéro député) du parti islamiste à Adrar dans le sud algérien, lieu de formation de l’écrasante majorité des imams algériens jusqu’au début des années 90…

Mangi dem, ba bennen !


Moyenne des avis sur cet article :  2.17/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 22 juillet 18:33

    Ce n’est pas un phénomène spécifiquement algérien : les Brésiliens, les fitosi Italiens et les hulligans Britanniques sont pas mal non plus dans le genre.

    Le foot amuse les masses, leur bouffe l’esprit et les abêtit. Les dictateurs sont toujours et dans tous les cas en faveur du foot. Qui est pour le foot a les masses de son côté, qui est pour la culture les a contre soi, c’est pourquoi tous les gouvernements sont plus attentifs aux événements sportifs qu’à la culture.


    • Jonas Jonas 23 juillet 01:16

      @Séraphin Lampion "Ce n’est pas un phénomène spécifiquement algérien : les Brésiliens, les fitosi Italiens et les hulligans Britanniques sont pas mal non plus dans le genre."

      Ça n’a aucun rapport. Les Algériens détestent le pays dans lequel ils vivent. Pour eux, la France est un pays colonisateur, qui a opprimé leurs familles pendant des générations.
      Ces débordements footballistiques ne sont que prétexte à détruire
      tout ce qui n’est pas islamique, à « niquer la France », et à casser du
      Blanc.

      « Ils nous ont colonisé donc on va faire pareil sur les Champs Elysees. »
      « La France ils nous ont colonisés, aujourd’hui c’est nous on les colonise. »
      « on a fait plus vite que les Allemands on a pris Paris en 3h. »

      https://twitter.com/EnCausee/status/1150685218900193281
      https://twitter.com/GilbertCollard/status/1152863046198583296
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1152598181357785088
      https://twitter.com/tprincedelamour/status/1152492389820448768
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1150678266803564544
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1152487061045350401
      https://twitter.com/PorteTonAme/status/1152486472232177665
      https://twitter.com/PorteTonAme/status/1152437244394975233
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1152358426674118656
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1152502611939123200
      https://twitter.com/DamienRieu/status/1152640931272826880


    • Olivier 25 juillet 15:23

      @Jonas
      Oui absolument.

      Ces faits montrent l’échec de la société multi-culturelle qu’on a prétendu bâtir par l’immigration. Cela étant les intentions n’avaient rien de pur : l’immigration n’a pas été conçue pour que ça se passe bien, mais pour que ça se passe mal  et c’est effectivement ce qui arrive.

      Avec un cynisme criminel, les élites ont crée de toutes pièces les conditions d’une future guerre ethnico-religieuse.

      L’objectif fondamental est celui du « grand remplacement », la liquidation ethnique à terme de la population de souche. 


    • Clocel Clocel 22 juillet 18:53

      L’affaire a l’air pas mal instrumentalisée, garder le pays en tension pour faire passer le cortège des lois scélérates qui annihile notre identité, pulvérise nos droits et nous livre à poil à la violence bestiale des nouveaux grands féodaux.

      Une belle allégorie le foot, utiliser sa tête pour mouvoir un ballon, ça sent l’aboutissement d’une créature exceptionnelle.


      • foufouille foufouille 22 juillet 19:02

        « Une étude génétique comparative entre des sujets marocains arabophones et berbérophones ne montre aucune différence, »

        c’est des clones ???


        • hkimou 22 juillet 19:25

          @foufouille Même pas de clonage : ce sont les mêmes originaux ! Pas de distinctions génétiques entre les sujets berbérophones et arabophones. Conclusions du centre d’anthropologie de Toulouse (voir Coudray 2006)


        • alexis42 alexis42 22 juillet 19:34

          Même si cet article est d’une qualité ridicule si on le compare à ceux d’un Fergus ou d’un 421, il n’en est pas moins très bon par rapport à la moyenne agoravoxienne.
          Un bémol : les immigrés nord-africains (ex « TNA ») ont été enchaînés et amenés de force en France, où ils ont été maintenus à l’insu de leur plein gré.


          • Clocel Clocel 22 juillet 19:45

            @alexis42

            La traite des « gris » à présent, il ne manquait plus que ça...


          • Trelawney Trelawney 23 juillet 08:41

            Napoléon trois décide d’envoyer militaire et colons pour transformer cette région de tribus bédouines en état organisé administrativement. Plus tard les autochtones décident de prendre leur indépendances et ils le font par les armes.

            Une fois l’indépendances acquise, les leaders de ce mouvement transforme cette région désertique en nation souveraine. Ils en profitent pour y instaurer une dictature « socialise » à l’instar de leur grand modèle égyptien ou de leur petit modèle irakien ou syrien.

            Et au 21ème siècle, l’algérien se pose la question sur son identité arabo-islamique.

            Continuez comme cela, le retour dans l’arbre est pour bientôt


            • zygzornifle zygzornifle 23 juillet 09:08

              C’est « une chance pour la France » .... Élevés grâce aux prestations sociale versés par ces couillons de français qui vont bosser pour les entretenir ..... 


              • placide21 23 juillet 11:39

                @zygzornifle
                Qu’on laisse entrer une population qui souhaite notre asservissement ou notre disparition dépasse mon entendement, à d’autres époques la solution aurait été expéditive ; je pense que la disparition de la notion de trahison dans notre droit a quelque chose à voir avec le processus.


              • Gilbert Spagnolo dit P@py Gilbert Spagnolo dit P@py 23 juillet 09:56

                Comme disent les « mougeons » Macronistes, et autres bobos gauchos, s’était « bon enfant », ben la preuve :Ici.


                @+ P@py


                • Bug Cafard Bug Cafard 24 juillet 12:06

                  @Gilbert Spagnolo dit P@py
                  bien vu


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 23 juillet 10:26

                  Pour faire simple, peut-on dire que l’Algérie a été créée par les Français ?

                  Un peu comme la Libye, créée pour l’Italie, et dont Khadafi voulait faire « un non pays » ?

                   smiley


                  • hkimou 23 juillet 12:04

                    @Olivier Perriet
                    Clairement oui !! Il y a eu, au cours de l’histoire, des royaumes berbères unifiés dont le dernier était le Royaume Abelwahid (XVème siècle) avec des frontières sensiblement identiques mais sans commune mesure avec la centralisation réalisée par la France. 


                  • OMAR 24 juillet 10:59

                    Omar9
                    .
                    @Olivier Perriet
                    .
                    Généralement, un pays se construit autour d’une langue et une croyance communes à sa nation et une organisation, et est territorialement délimité par des configurations géographiques naturelles : une chaîne de montagne, un fleuve, une mer...
                    .
                    Combien de temps la France a-telle mis pour avoir ses contours actuels ?
                    La Corse, par exemple n’est française que depuis 1768..
                    Et ceci est valable pour toute l’Europe quand on pense aux récents états balkaniques, la Crimée, le Donbass..
                    .
                    Par contre, se sont des européens qui ont « créé » la majorité des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique, en se partageant de manière économique ou stratégique mais désastreuse des régions, sachant que les peuples qui y habitaient n’avaient aucune notion d’état analogue à celle appliquée par l’Europe.
                    .
                    La France n’a pas créé l’Algérie mais seulement francisé un nom dérivé de celui d’El-Djazair. car quand les troupes coloniales débarquèrent en 1830, ils ont trouvé des villes, un peuple et son armée qu’ils ont combattu et souvent massacré.
                    Par contre, oui, les limites géographiques de l’Algérie actuelle ont été décidées et tracée par la France lors de la Conférence de Berlin en 1885.
                    A l’image donc, de la majorité des états du monde.


                  • foufouille foufouille 24 juillet 11:11

                    @OMAR
                    non pour la france, c’est plus avec l’école obligatoire en français qu’elle existe.
                    sinon avant, il existait des patois dans toutes les régions avec des coutumes différentes.
                    mais si tu veux tu peux diminuer la taille de l’agérie comme celle de 1830 .........
                    certains pays africains sont toujours très petits avec des guerres tribales et c’est mieux ?


                  • QAmonBra QAmonBra 23 juillet 17:43

                    Merci @ l’auteur pour le partage.

                    L’Algérie est une jeune nation et une nation de jeunes, c’est dans cette double jeunesse qu’il faut simplement chercher les causes de la fougue, l’exubérance, l’intransigeance et le patriotisme de son Peuple, pas seulement au plan footballistique, autant de qualités spécifiques d’une jeunesse vigoureuse et porteuse de tous les espoirs, et ce n’est pas le « Hirak » (mouvement) engagé depuis le 22/02/2019 qui me démentira !

                    @ Olivier Perriet

                    Pour faire tout aussi simple, peut on dire que la France est une création allemande, vu l’origine germanique des francs ?

                    En tous cas cela pourrait expliquer pourquoi l’état français est le seul en Europe a avoir collaboré activement avec l’Allemagne nazie, vu que son maréchal avait utilisé le gaz « moutarde » contre les populations civiles du Rif marocain, faute de bombes incendiaires utilisées plus tard à Guernica par l’aviation de ses cousins germains. . .


                    • foufouille foufouille 23 juillet 17:57

                      @QAmonBra
                      faut vraiment te faire soigner. en 40, y avait pas que les schleus.
                      ton algérie est « collabos » depuis 1830 ?


                    • QAmonBra QAmonBra 23 juillet 18:31

                      @foufouille

                      Salut le troll « faschiasse », calme toi, met les mots et tes idées en ordre dans ta tête avant de taper convulsivement sur ton clavier, nous y gagnerons toi et moi en qualité d’argumentation, je suis ouvert au débat avec tout le monde, à la condition d’un minimum de clarté. . .


                    • rugueux 23 juillet 18:49

                      @QamonBra

                      T’es vraiment trop con...La guerre du rif marocain et l’ypérite c’est l’Espagne pas la France....

                      La France seul état européen à avoir collaboré avec les nazis ? Vraiment ?...Et la Croatie ?...Et un Quisling sais-tu ce que c’est ?...En Norvège ou en Suède ce nom propre est devenu aujourd’hui un nom commun comme frigidaire ou poubelle...et c’est une insulte....et les Pays-Bas ou les pays de l’Est...

                      Les débordements ont été le fait d’une population exogène dégénérée , issue des banlieues, sans repère, ni tenue morale...le degré zéro de la citoyenneté, un ramassis d’hilotes et des périèques inciviques et barbares....la lie de la cité !

                      Ce qui est curieux, pour moi qui suis souvent à Alger, c’est que bien des joueurs algériens sont bi-nationaux fançais, et à Alger surtout bien des citoyens le sont aussi...Pourtant lorsque la France gagne , ok cela n’arrive pas souvent, je n’y ai jamais vu s’exprimer cette exaltation de leurs racines françaises , ni encore vu y flotter le drapeau français...

                      Si notre République n’était pas transgenre les forces de l’ordre auraient balayé ces racailles dans la Seine comme cela se faisait à une époque où l’état savait tenir son rang...


                      • QAmonBra QAmonBra 23 juillet 20:05

                        @rugueux

                        Tiens un autre ! Cet article semble les attirer comme les fruits bien murs attirent les guêpes et autres frelons.
                        Ce qui caractérise ce que j’appelle les « faschiasses », c’est leur propension à la violence et au mépris de ceux qui ne pensent pas comme eux. Pour peu que ces derniers les contredisent et leur hargne se dévoile.
                        Cette violence et ce mépris s’exprime en premier lieu par l’insulte, en outre, une crasse ignorance ou/et le mensonge leur tient lieu d’arguments, lors de la plupart de leur propos. . . 


                      • OMAR 23 juillet 23:35

                        Omar9
                        .
                        @rugueux :« Si notre République n’était pas transgenre les forces de l’ordre
                        auraient balayé ces racailles dans la Seine comme cela se faisait à une
                        époque où l’état savait tenir son rang
                         ».
                        ..
                        Oh, vous faites allusion à ce collabo nazi de Maurice Papon et de ses rafles des algériens un certain octobre 1961 ?
                        https://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-papon-des-ratonnades_492206.html">https://www.lexpress.fr/actualite/politique/le-papon-des-ratonnades_492206.html
                        Quelle belle référence française vous nous présentez : !!!
                        .
                        Bof, vous êtes juste la preuve que l’occupation nazie en France, a laisse ses germes dans ce pays...


                      • OMAR 23 juillet 23:55

                        Omar9
                        .
                        @rugueux :" La guerre du rif marocain et l’ypérite c’est l’Espagne pas la France....

                        .
                        Petit esbroufeur, tu crois que nous avons oublié ce Ministre-faussaire de la guerre , Paul Painlevé,

                        qui ordonna l’utilisation de l’aviation française dans le bombardement chimique des populations marocaines ?
                        https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Rif
                        .


                      • QAmonBra QAmonBra 23 juillet 23:59

                        @Positronique

                        Jamais deux sans trois !

                        Qu’il est mignon celui là ! il me compare à Soral, moi un modeste ouvrier à la retraite ! Tu me flattes le « faschiasse » !?


                      • OMAR 23 juillet 23:18

                        Omar9

                        .

                        Bonsoir @hkimou« «  one, two, three, we want to be free » scandé durant les marches anticoloniales.. ».

                        .

                        Celui qui vous a raconté « la petite histoire » relative à l’origine de ce slogan, vous a mené en ... felouque « gouvernementalement efeleniste.... ».

                        J’ai vécu cette période, et mis à part des slogans en français et en arabe algérien, on ne connaissait d’anglais que « Be bop a lula », « Thank you » et « Very good »....

                        .

                        Si un jour vous vous publiez un article relatif aux slogans sacndés durant les marches coloniales, je me ferai grand plaisir à vous proposer ma modeste contribution reposant sur mon vécu et mes souvenirs.

                        .

                        De même pour les chants et slogans dans les stades algériens...


                        • hkimou 24 juillet 06:59

                          @OMAR Vous aurez remarqué l’emploi du conditionnel dans la phrase qui exprime l’incertitudede de cette théorie soutenue par l’université de Tiaret.... Je serai néanmoins ravi d’echanger avec vous, témoin de ces faits historiques.


                        • rugueux 24 juillet 09:49

                          @omar

                          T’es qu’un âne la France n’a plus jamais utilisé d’armes chimiques après 1918...D’ailleurs t’es même trop stupide pour lire correctement ce qui est écrit dans wiki...

                          Je cite : " ce moment débutèrent les bombardements chimiques : d’après le général de l’aviation espagnole Hidalgo de Cisneros dans son autobiographie Cambio de rumbo11, il fut le premier à larguer, depuis son Farman F60 Goliath au cours de l’été 1924, une bombe de 100 kilogrammes de gaz moutarde, arme chimique fabriquée avec l’aide du chimiste allemand de Hambourg Hugo Stoltzenberg


                          Non seulement c’est écrit Espagne mais en plus c’est écrit au conditionnel et avec la formule de précaution oratoire « d’après X.... » que l’on utilise pour un fait incertain...


                          • OMAR 24 juillet 10:19

                            Omar9
                            .
                            @rugueux le gueux
                            .
                            Mais t’es aussi effronté qu’un trou de bidet et têtu comme une mule :
                            "Au cours de la guerre du Rif (1921-1926) un atelier de fabrication d’obus chimiques fut installé avec l’aide de spécialistes français à Melilla au Maroc au bénéfice de l’armée espagnole".

                            https://www.senat.fr/questions/base/2018/qSEQ180404697.html
                            .
                            Tu crois que la France coloniale s’embarrasse de scrupules, de retenue ou d’honneur ?
                            Et que dire du napalm utilisé sur le peuple vietnamien et algérien,
                            Tiens, va contredire ce pilote français qui a brulé des algériens :
                            https://www.youtube.com/watch?v=HFZ2UKKvejE


                          • QAmonBra QAmonBra 24 juillet 10:34

                            @rugueux

                            Maréchal nous voila. . . De retour !

                            Sacrés « faschiasses »  !  Vos générations se suivent et se ressemblent, vous êtes autant « fasché » avec la culture que l’Histoire, cette dernière ne cessant de vous cocufier. . .


                          • rugueux 25 juillet 07:16

                            @qamonbra

                            C’est bien ce que je dis t’es vraiment trop con.....Tout d’abord tu cites la question écrite d’un sénateur communiste qui en 2018 n’a rien d’autre faire que de poser des questions sur des événements d’il y a presque un siècle dans laquelle la France n’était pas partie prenante.....accessoirement le napalm n’est pas une arme chimique...je ne comprends même pas comment on tolère encore que des cocos puissent s’exprimer au Sénat ou à l’AN....Ces types devraient tous être au trou.

                            Ensuite que les spécialistes fussent français, chinois ou zoulous cela ne change rien au fait que c’est l’Espagne et non la Françe qui a utilisé de l’ypérite au Maroc.
                            Quant à ton truc youtube c’est ridicule , oui tout le monde le sait la France a utilisé du napalm en Algérie...et alors ?


                            • zygzornifle zygzornifle 25 juillet 09:44

                              des parasites a l’image des politiques ....


                              • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 28 juillet 12:31

                                J’ai l’habitude de simplifier et de me débarrasser des amalgames. 


                                C’est moi le Nord Africain qui connait l’histoire Nord Africaine. En refusant de l’admettre et en persistant dans la désinformation et la fausseté, les deux régimes de Paris et d’Alger (qui sont en réalité le même régime), ont déjà fait beaucoup de mal aux populations des Deux Rives.

                                Si « l’examen de passage » que je propose depuis plus de dix... ( Voir le contenu de mes 700 articles ici : https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/700%C3%A8me-article-r%C3%A9ponse-a-monsieur-bensalah/3450376871654368/ 

                                ...Est refusé, alors le « trou noir » qui en résultera engloutira pas mal de contrées...

                                https://www.facebook.com/notes/mohammed-madjour/la-transition-ou-le-retour-aux-si%C3%A8cles-obscurs/1208298259195585/

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

hkimou


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès