• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Le temps des crétins, du populisme et de la barbarie 2.0

Le temps des crétins, du populisme et de la barbarie 2.0

Lors d’une conversation, une amie un peu plus âgée que moi me raconta que son père avait repris l’exploitation agricole familiale en sacrifiant son aspiration à faire des études. Par la suite, il n’avait cessé de lire et de s’instruire en parcourant des romans et des livres d’histoire. En cette époque, il y a plus de quarante ans, les classes aisées mais aussi populaires avaient un goût pour la culture. J’ai su par ma mère que mon grand-père, ancien ouvrier du bâtiment devenu invalide après un accident du travail et par ailleurs communiste invétéré, détestait les livres puis avait revue radicalement son jugement et sur le tard, s’était pris d’une passion pour la lecture. Le père de mon ex épouse était aussi un ancien ouvrier du bâtiment, lui aussi communiste et épris de culture historique, possédant des dizaines de livres sur l’histoire des pays et des peuples.

Dans ma jeunesse j’ai connu cette époque sans écrans numériques, avec la naissance des médias de masse et cette agitation sociale et culturelle. Je me souviens de ces journaux avec de longs articles riches en réflexion et contenu. J’ai d’ailleurs un numéro de Psychologie daté du début des années 1970 dans lequel on peut lire un long papier sur le philosophe Marcuse étalé sur une dizaine de pages avec des caractères petits si bien qu’avec les standards d’édition actuels, cet article nécessiterait plus du double de pages. Même constat pour les revues musicales Best et Rock’n Folk. Pendant ces années, quelques magazines culturels n’hésitaient pas à recenser des parutions d’un niveau assez atmosphérique, consacré à Wittgenstein, Derrida ou Deleuze et nombre d’essais assez exigeant pour le lecteur.

Puis les années 1980 sont arrivées. La culture n’avait pas décliné loin s’en faut. J’étais engagé dans ma première thèse et je n’hésitais pas à étudier avec grand intérêt la méthode d’Edgar Morin, la nouvelle alliance de Prigogine et des tas d’autres ouvrages comme le Tao de la physique ou bien le colloque de Cerisy sur l’auto-organisation. Ces années 80, la revue Actuel seconde formule n’hésitait pas à informer le lecteur des controverses scientifiques. C’est en lisant un numéro de cette revue que je fis la connaissance du premier livre de Rupert Sheldrake. Les fractales fascinaient et les travaux de Mandelbrot étaient présenté dans de nombreux journaux, agrémenté de ces étranges figures créée par les algorithmes. Si j’avais le talent littéraire de Sartre, j’écrirais un petit roman relatant mes premières aventures avec l’univers des livres, en l’intitulant non pas « les mots » mais « les idées ». En cette époque, les gens lettrés avaient le goût des idées.

Les années 90 ont signé l’ère post-communiste. Les lettrés ont progressivement perdu le goût de s’instruire. Au lieu de créer et faire vivre les idées, ils se sont contentés de les gérer. Passé l’an 2000, cela s’est vu à l’Université. Les professeurs n’avaient plus la curiosité sans laquelle les pensées ne peuvent s’épanouir. Les carriérismes et les jalousies ont gâché la fête des idées. La société est devenue narcissique. Elle l’était du reste déjà mais le phénomène s’est accentué. Touchant à la fois les classes cultivées et les gens du peuple.


Quelle est la crise qui se présente actuellement ? Crise de civilisation, crise de la démocratie, crise de société ? Premier point, comprendre les concepts que l’on utilise. Une civilisation ne se réduit pas à une société. Inversement, une société peut incarner les caractères d’une civilisation. On distinguera par ailleurs la civilisation et la société de la politique moderne définie comme une manière de gouverner avec un régime et des institutions incarnées par l’Etat.

Second point. Une civilisation se caractérise par des valeurs, une religion dominante, un ensemble de cultures plus ou moins diversifiées, avec des niveaux, et des modes de vie eux aussi diversifiés, plus ou moins selon les sociétés.

Dans ce contexte, la démocratie moderne est un régime qui est apparu avec le mode de vie moderne dont les leviers matériels et techniques sont fournis par le système industriel. La démocratie est un régime politique qui s’associe avec l’Etat de droit et la garantie des libertés individuelles.

Deux types de régimes contemporains ont émergé en submergeant les anciens régimes. Le communisme a recouvert le régime des tsars en Russie puis autour avec comme principe l’égalité des classes. Le fascisme est un régime hybride qui en Italie, a réussi à associer dans un même mouvement les capitaliste, la bourgeoisie étriquée (dépeinte par Verdi entre autres) et le travailleurs de modeste condition. Avec comme principe rassembleur la nation. Le nazisme est sociologiquement identique au fascisme mais il s’en différencie au niveau du principe rassembleur qui est la race et sa puissance. La guerre de 1939 a opposé les régimes démocratiques aux régimes fascistes. Avec le Japon dans le camp de l’Axe et les Russes finalement ralliés au Alliés.

La parenthèse enchantée a gagné les démocraties entre 1960 et 1980. Les années 2010 ont vu s’installer les forces populistes au sein même des régimes démocratiques qui sont face à deux ennemis, l’un externe, le fascisme islamiste, l’autre interne, le populisme qui ronge les démocraties de l’intérieur avec les nouveaux outils numériques.

Ce pourrissement interne de la démocratie est caractérisé par un phénomène inédit. Pour la première fois dans l’Histoire de l’humanité, les individus en masse se détournent des savoirs, de la culture, de l’aspiration à connaître et à s’instruire. Et dans le pire des cas, ces individus s’attaquent aux savoirs, connaissances et cultures. Surtout quand ils ont l’occasion de se cacher dans l’anonymat des réseaux sociaux.

Cette tendance à la désaffection face aux savoirs, ou à la défiance, s’est manifestée à des niveaux différents dans plusieurs contextes sociaux. A l’école, une dégradation des conditions favorables à l’éducation s’est produite et accentuée depuis 2010. Elèves, parents et enseignants sont concernés. Et même les rouages de l’administration qui n’ont pas été en veille sur ces sujets. L’université est concernée. Les responsables médiatiques aussi, le monde de l’édition, prêt à publier des choses faciles, surtout en science. Puis la masse des anonymes dont on constate la médiocrité et les ressentiments à l’égard de tout ce qui suscite envie, jalousies et passions tristes narcissiques. Le mot « élite » les fait aboyer. Tout ce qui leur est difficile d’accès est condamné à leurs yeux. Leur plaisir est d’humilier, croyant qu’en rabaissant l’autre ils s’élèvent. Il fut un temps où les maîtres étaient des modèles. Maintenant, ils sont devenus des repoussoirs.

C’est ce que j’appelle la barbarie 2.0, un mal qui ronge lentement la société, sorte de fascisme du déclassé qui dans d’autres pays est capté par le régime alors qu’en France, les extrêmes sont mis à l’écart mais pour combien de temps. Cette barbarie s’exprime sur le Net et prend le sens philosophique originel, le barbare étant celui qui n’accède pas au discours intelligé permettant de forger du sens à l’existence. Mais la différence avec l’Antiquité, c’est que cette nouvelle barbarie émerge dans une société instruite. Des types comme Trump, Erdogan ou Poutine parviennent à agréger les élites bourgeoises décomposées et les déclassés de l’humanité. On constate la trace des déclassés et désaffectés sur Agoravox, avec des auteurs presque radicalisés, intolérants, de mauvaise foi, parfois cinglés, et des commentaires plus qu’affligeants.

Les tendances contre la culture, la raison, l’intelligence, le savoir, la langue, la rigueur, représentent un réel danger pour la civilisation. Je ne peux guère plus qu’être un lanceur d’alerte sur ce sujet. Une alerte dirigée à la fois contre le peuple et les élites. Je crois bien que cette barbarie nouvelle et ce populisme sont des monstres qui se sont développés tels des kystes de l’ignorance et de la régression dans une démocratie qui s’est voulue saine. La barbarie 2.0 peut faire plus de dégâts que le nazisme d’ici 20 ans. Soyez vigilants. Si vous refusez de vous instruire, vous contribuerez à la destruction de la civilisation. A bon entendeur !

J’ai en tête un livre sur ce thème mais il n’est pas prioritaire.


Moyenne des avis sur cet article :  2.1/5   (52 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 1er juin 2017 09:08

    « Les années 2010 ont vu s’installer les forces populistes au sein même des régimes démocratiques qui sont face à deux ennemis, l’un externe, le fascisme islamiste, l’autre interne, le populisme qui ronge les démocraties de l’intérieur avec les nouveaux outils numériques. »


    Arrêtez de nous bassiner avec cette tarte à la crémé que les journaleux nous servent à tout bout de champ pour expliquer la même vision manichéenne que la vôtre de la vie politique : d’un côté la « démocratie » (le bien), de l’autre le« populisme » (le mal). Arrêtez aussi de répéter ce que dit ma concierge : les extrêmes se rejoignent (qui se ressemble s’assemble, etc...). Vous croyez penser alors que vous ne faites que régurgiter les clichés que vous ingurgitez à longueur de médias.

    Ce qui est flagrant, par contre, si on prend du recule, c’est que le mot « populiste » est toujours utilisé dans un sens péjoratif par les classes dirigeantes ou les politiciens au pouvoir et leurs larbins médiatiques, pour amalgamer et critiquer toutes les remises en cause de l’ordre établi qu’ils pensent détecter chez le »peuple« , et les freins au développement de leur politique qu’ils présente en rose ou en bleu clair pour donner l’illusion d’un choix. 



    • oncle archibald 1er juin 2017 09:57

      @Jeussey de Sourcesûre

      Pour les citoyens des pays dans lesquels on peut s’exprimer librement la démocratie est un fabuleux système qui incarne totalement la « fraternité » et redonne toute sa dignité à l’homme.

      Une voix vaut une voix. Que celui qui met le bulletin dans l’urne soit un intello qui a réfléchi pendant des semaines, analysé les propositions, pesé le pour et le contre, on qu’il soit un ignare qui va voter d’instinct ou après avoir avalé sans aucune réflexion critique les bobards de celui qui le flatte bassement par des mensonges, leur voix a exactement le même effet pour envoyer au pouvoir un candidat. C’est très bien comme ça. Je dirais même c’est essentiel si l’on croit que tous les hommes naissent « frères » et égaux en droits.

      C’est le meilleur symbole de liberté d’égalité et de fraternité que je connaisse. Ce qui n’empêche en rien de souhaiter comme le fait Monsieur Dugué que par l’instruction un nombre de plus en plus grand d’individus soit en mesure de réfléchir correctement avant de voter, de réfléchir non seulement aux effets probables de son bulletin de vote mais à l’avenir qu’il souhaite vraiment pour lui, pour ses enfants et petits enfants, à ce qu’il considère nécessaire ou simplement souhaitable pour que chacun puisse avoir une vie heureuse.

      Les discours « populistes » au sens péjoratif, c’est à dire les discours destinés à collecter les voix des plus faibles, les voix de ceux qui ne réfléchissent pas assez, en sachant parfaitement que la daube vendue dans les discours de campagne ne peut pas être mise en oeuvre, sont une calamité. Dans ce sens là oui « le populisme » c’est le mal. Le populisme, pas « le peuple ».

      C’est ignoble aussi d’employer le vocable « le peuple » ou « les gens » pour désigner les plus défavorisés d’entre nous. Le peuple c’est nous tous, sans exceptions ni hiérarchie, et en démocratie celui qui est choisi pour gouverner c’est celui que « le peuple », le vrai, c’est à dire l’ensemble du corps électoral, a choisi en votant.


    • Albert123 1er juin 2017 10:42

      « Ce qui est flagrant, par contre, si on prend du recule, c’est que le mot « populiste » est toujours utilisé dans un sens péjoratif par les classes dirigeantes ou les politiciens au pouvoir et leurs larbins médiatiques »

      Dugué n’est jamais que la voix de son maître, celui qui fait tout pour empêcher les classes dominées d’avoir une conscience de classe en dénigrant ses aspirations qui sont contraires à celles de la classe dominante.

      le terme désormais péjoratif « populisme » traduit ici cette volonté de salir ces aspirations de la majorité pour mieux servir les intérêts de l’oligarchie négrière ultra minoritaire qui n’a d’intérêt que pour elle même.

      Car si Dugué dénonce exagérément la bassesse du peuple qu’il déteste, il prend bien soin de ne surtout rien dire au sujet de la classe dirigeante qui le nourrie,

      fort avec les faibles, faible avec les forts, on reconnait bien là marque des indignes.

      Dugué est du coté des esclavagistes mais c’est pour nous sauver du barbarisme parait il.

      la bonne blague.







    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 10:47

      @Jeussey de Sourcesûre

      Visiblement, vous n’avez pas bien compris le billet et toutes ses subtilités. Bien évidemment, le populisme est assorti d’une connotation péjorative puisqu’il est une forme de fascisme, atténué certes, mais un fascisme qui associe une partie du peuple et des pouvoirs en place. Je n’ai jamais dit que la démocratie est le bien. C’est juste un régime qui peut produire le meilleur ou le pire. Le pire étant ce monstre populiste qui n’a pas encore été compris par les journaleux comme vous les appelez. Le populisme a ses origines dans le rapport trilatérale de 1973 (je ne suis pas sûr de l’année exacte). Essayez de sortir de la caverne, Monsieur de la source pure.


    • Julien30 Julien30 1er juin 2017 10:54

      @oncle archibald
      « Que celui qui met le bulletin dans l’urne soit un intello qui a réfléchi pendant des semaines, analysé les propositions, pesé le pour et le contre, on qu’il soit un ignare qui va voter d’instinct ou après avoir avalé sans aucune réflexion critique les bobards de celui qui le flatte bassement par des mensonges, leur voix a exactement le même effet pour envoyer au pouvoir un candidat.C’est très bien comme ça. »


      Vraiment ? Moi ça m’a toujours dérangé, un système qui donne autant d’importance à la voix du plus brillant qu’à celle du dernier des abrutis je trouve ça assez malsain.

    • Albert123 1er juin 2017 11:04

      @Bernard Dugué

      « le monstre populiste » n’est jamais que la conséquence du mondialisme si cher aux maîtres dont vous prenez systématiquement la défense.

      le fascisme ne sera jamais que la solution de cette même oligarchie face à la montée du populisme.

      conclusion vous défendez le point de vue de petits malins aussi lâches que suffisants.

      c’est là la marque de l’indignité.

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:05

      @Albert123

      La bonne blague, c’est de croire qu’il y a une conscience de classe qui peut émerger avec des gens déclassés. Vous en êtes resté au 19ème siècle.


    • Orageux / Maxim Orageux 1er juin 2017 11:51

      @Bernard Dugué

      En synthétisant votre billet, donc pour faire court, le communisme, c’est le salut .....


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:54

      @Orageux

      Votre synthèse est quelque peu brouillonne. Je précise alors : ni BHL, ni Onfray, ni Badiou et encore moins Lordon


    • Albert123 1er juin 2017 12:02

      @Bernard Dugué

      Plutôt Bergé Attali on l’avait bien compris.

    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 12:05

      @webhelice

      tout bien réfléchi, vous m’intéressez. Populisme est un terme qui recouvre beaucoup de traits sociaux. Parmi les populistes, on trouve des gens de la petite bourgeoisie qui n’ont rien de la pauvreté, du moins matérielle, je ne parle pas de la pauvreté dans l’âme si bien mise en musique par Verdi. Je précise à cette occasion que Verdi n’est pas un auteur d’Agoravox mais bien le compositeur italien qui a su dépeindre le côté mortifère de la picolo picolo bourgeoisie


    • amiaplacidus amiaplacidus 1er juin 2017 12:07

      @Julien30
      Absolument Julien30, et selon ces critères, vous ne devriez pas avoir le droit de voter.


    • Albert123 1er juin 2017 12:11
      « Vous en êtes resté au 19ème siècle. »

      non cela s’appelle se nourrir du passé pour bâtir l’avenir, bref l’inverse de votre tabula rasa permanente pour reproduire ad nauseum les erreurs du passé et tourner en rond comme un hamster.

      Par ailleurs encore une fois vous dénigrez le concept de conscience de classe effectivement bien malmenée mais par ceux dont vous prenez systématiquement la défense dans une démarche de larbin de plus en plus évidente.




    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 12:17

      @Albert123

      Je le précise une dernière fois. Je ne prends pas la défense des pouvoirs en place et je l’ai même prouvé en publiant un livre sur la gestion du H1N1 qui a montré les failles du système et les incompétences des élites de la santé publique. Mon livre est paru en pleine campagne de vaccination et a été censuré par les médias de masse qui n’avaient pas de quoi être fiers


    • Albert123 1er juin 2017 12:48
      Dénoncer le populisme comme vous le faites consiste à défendre le pouvoir en place.

      Pouvoir en place qui passe son temps à dénoncer la montée du populisme de son coté.

      Vous ne faites donc que maudire les conséquences des causes qu vous chérissez, travers classique chez les progressistes / modernistes qui rejettent les expériences du passé pour mieux en reproduire les erreurs.


      « je l’ai même prouvé en publiant un livre sur la gestion du H1N1 »

      si certains se foutent de la gueule de Morano quand elle se défend d’être raciste en prétextant avoir des amis de couleur, je suppose que votre argument aura le même effet.


       




    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 1er juin 2017 13:15

      @Bernard Dugué

      « Essayez de sortir de la caverne, Monsieur de la source pure. »


      Quand Diogène le cynique (c’est-à-dire le chien) traite Platon de « bavard intarissable », beaucoup d’Athéniens partagent son avis. L’allégorie de la caverne fait partie de ces bavardages superficiels qui ne paraissent profonds que parce qu’ils sont vides.


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 13:51

      @Albert123

      Albert, désolé de vous le dire mais vous êtes incapable de comprendre une réalité qui ne colle pas avec vos idées préconçues. Vous êtes dans un déni de réalité et c’est attristant. Je vous abandonne à vos obsessions idéologiques


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 13:54

      @Jeussey de Sourcesûre

      beaucoup d’Athéniens partageaient l’avis de Diogène dites-vous. Si on avait suivi la majorité pour les affaires scientifiques et philosophiques, nous en serions encore à l’éclairage au feu de bois avec une espérance de vie de 40 ans. Si la caverne de Platon vous semble superficielle n’est que vous n’êtes pas capable de la comprendre. Ce n’est pas plus compliqué.


    • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 14:36

      « @Bernard Dugué
      Je vais dire aussi que vous m’intéressez.
      Vous m’intéressez par votre article qui démontre comment on arrive au grenier ou dans la cave dans la hiérarchie de nos chères populations.
      Je continuerai un article que j’ai écrit à Noël et qui avait pour titre »J’ai honte« et qui faisait suite à une autre avec le même titre chez Nabum.
      Vous n’avez jamais, jusqu’ici, écrit  »Je suis en partie responsable« de ce qui se passe dans le monde.
      Le monde nous le créons à notre mesure, intelligemment et imbécilement.
      L’impact, on le découvre après coup.
      La proactivité est affaire de généralistes avec une vue à 360° et pas d’experts qui.ne s’intéressent qu’à une toute partie de ce qu’ils ont appris à l’école et qu’ils n’ont pas extrapolé.
      Les séries des Experts à la télé n’en sont que le reflet.
      Parlez leur de ce qu’il y a en dehors de leur expertise et ils vous répondent : j’en sais rien, c’est pas mon truc.
      Les mots »opportuniste« , »népotisme« , »populismes« sont très péjoratifs et pourtant.. c’est pratiqué à tous les étages de la société.
      Qui n’est pas content de prendre la place de quelqu’un d’autre qui a décidé de prendre le large, qui ne place son rejeton par coup de pouce dans le jeu de quilles dans lequel par miracle, on est rentré ? Mais chez les autres, c’est inadmissible.
      Alors, il y a des périodes comme ça, où on lave plus blanc que blanc.
      Des périodes »manu pulite« , de »mains propres« , on permute à 180°, plus de dirigeant qui touchent à plusieurs ratteliers.
      On ne se rend même plus compte que c’est payer peut-être même plus cher qu’avant.
      Vous avez eu votre Fillonade.
      Nous y sommes actuellement en plein après les »Affaires Publifin & Co« en pleine période de commission d’enquêtes à gratter les moindres puces et picaillons.
      On profite des occasions, on jouit d’une situation privilégiée, d’être frontalier en nageant entre deux eaux quand on va acheter où c’est le moins cher, on investit, on rationalise..
      Mais c’est vrai, il faut consommer local voyons,
      T’es fou l’enfoiré ?
       »Les français ont horreur des inégalités mais ils adorent les privilèges. Pourtant les inégalités, c’est le nom que tu donnes aux privilèges des autres", comme disait Anne Roumanoff.
      Une phrase à méditer...

      Bonne journée

      .
       


    • Séraphin Lampion Jeussey de Sourcesûre 1er juin 2017 14:42

      @Bernard Dugué

      Olé...

    • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 14:55

      @Jeussey de Sourcesûre

      A voir et à écouter


    • Albert123 1er juin 2017 16:35

      @Bernard Dugué


      « désolé de vous le dire mais vous êtes incapable de comprendre une réalité qui ne colle pas avec vos idées préconçues. »

      « Vous êtes dans un déni de réalité »

      inversion accusatoire pourrais je vous rétorquez, d’autant plus que votre réalité se base sur vos propres a priori qui vous amène a des constats totalement erronés.

      « Je vous abandonne à vos obsessions idéologiques »

      non vous abdiquez, ce qui est bien différent.






    • izarn izarn 1er juin 2017 18:45

      @oncle archibald
      Je suis plutot d’accord et ne comprends pas le nombre faible « d’étoiles »....


    • Hecetuye howahkan 1er juin 2017 18:56

      @Jeussey de Sourcesûre

      Salut jeussey, à propos de Platon, qui a voyagé en Égypte, il est possible que ce soit tout simplement un de ces nombreux plagiaires de ces temps, y compris en calculs géométriques ..qui sont allé piquer un restant de culture inconnue de nous aujourd’hui ....il aurait alors récupérer des allégories hermétiques auxquelles il n’aurait rien pigé...

      une sorte de précurseur du 21eme siècle occidental surtout..qui croit que machines = Dieux....

      ce serait à développer mais je l’ai déjà fait pour moi même...mais pas par moi même..ah mon dieu il arrive de ces choses des fois ... smiley

      http://histoiresecrete.leforum.eu/t446-L-Atmantide-ou-les-plagiats-de-Palton.htm?start=60

      enfin que de questions.....

      quand a Socrate....qui n’a rien écrit lui même..tiens tiens tiens...je ressens là un type totalement en dehors du cours de l’histoire de cette époque comme il le serait aujourd’hui , une sorte de Merlin, de mage, de chaman, etc ..etc je te salue..

      bon si ça se trouve c’est que des conneries...


    • damocles damocles 1er juin 2017 19:03

      @oncle archibald
      VOUS PARLEZ DES DISCOURS CREUX DE MACRON ? 


    • oncle archibald 1er juin 2017 19:52

      @izarn : je ne comprends pas le nombre faible « d’étoiles »....

      Je crois simplement que c’est parce que certains se croient « plus égaux que d’autres » ... Grand bien leur fasse !


    • agent ananas agent ananas 1er juin 2017 23:04

      @webhelice

      Ou « basket of deplorables », pour reprendre l’expression de la reine du chaos ...


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 2 juin 2017 07:13

      @Bernard Dugué
      Bonjour,
      Vous traitez 2 sujets : l’ignorance comme mode de domination, et votre analyse personnelle de la classe politique, qui n’est pas suffisamment claire pour faire consensus. Le mot populisme est si peu clair qu’il fait polémique et passe sous silence l’essentiel de votre juste dénonciation : transformer les citoyens en abrutis, dont le temps de cerveau disponible est utilisé par la publicité et la propagande.


      Fut un temps, où le Parti Communiste faisait de l’éducation populaire, les employés et les ouvriers étaient poussés à s’instruire et à lire. Le PCF, avant Mitterrand, était un acteur important dans la culture. Il était aussi anti européen comme l’étaient les Gaullistes, avant Pompidou.
      Tout cela est terminé.

      « L’ignorance c’est la force, la paix c’est la guerre, la liberté c’est l’esclavage »
      Moins les citoyens se posent de questions, et cherchent les réponses, mieux c’est !

      Le Parti désormais qui fait de l’éducation populaire, qui s’adresse aux Français en les considérant comme intelligents et capables de comprendre des sujets compliqués comme les questions monétaires ou les Traités européens, c’est l’ UPR !  C’est curieux que vous passiez à côté du formidable travail d’information que fait l’ UPR depuis 10 ans !!

    • mmbbb 2 juin 2017 20:37

      @Bernard Dugué « gens declasses » j’ apprécie cette formule mais Dugue les gens declasses arrivent pas milliers en France et ce n’est que le debut Par ailleurs Dugue plus aucune profession n’est vraiment a l abri J avais fait un stage le formateur avait des angoisses sa femme travaillant ches Sanofi risquait « d etre declasseé » a la suite d ’un plan de licenciement Tu traites les autres de cons mais je ne sais quel est le plus abruti


    • agent ananas agent ananas 3 juin 2017 09:15

      @Fifi Brind_acier
      Dugué confond savoir et formatage ...


    • mmbbb 4 juin 2017 10:23

      @Julien30 donc vous etes pour l eugenisme zigouiller les cretins a la naissance Vous pouvez etre tres intelligent et faire d enormes connerie Giscard un bon exemple Ha ces intellos francais que le monde entier nous envient


    • mmbbb 4 juin 2017 15:49

      @Albert123 tout le monde n’a pas la chance d etre paye par le contribuable ( Dugue est un professeur me semble t il ) d’ecrire des articles excellents et de traites les autres de cretins .


    • mario mario 1er juin 2017 09:24

      Si j’ai bien compris l’auteur , je me fait une idée plus précise sur les barbares. .... mais aussi de l’ auteur qui écrit ses torchons avec le ventre bien plein . si un jour il vous vient la faim et le désespoir (que je ne vous souhaite évidemment pas) alors vous deviendrez un barbare, face aux barbares....


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 12:08

        @mario

        assez pathétique votre commentaire. En 50 des tas de gens avaient faim et ils ne sont pas devenus pour autant des barbares. Ils ont même tenté de reconstruire et vous vous renseignerez sur les castors. Votre commentaire est tellement consternant que je vous dirai, à la Desproges, que la faim engendre l’espoir, celui de trouver de quoi manger !


      • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 14:45

        @Mario,

         Les barbares, vous dites....
         C’est ringard.... Ce ne sont pas plutôt les « sans-dents » ?
         Vous ne connaissez pas vos classiques, mon cher Mario.
         Ecoutez les paroles de cette chanson « J’aime pas les gens heureux »
         Tout y est dit...
          smiley


      • Leonard Leonard 1er juin 2017 09:27

        Les gens n’ont pas changer...


        Ils y a ceux qui cherche le savoir et ceux qui n’en veulent pas (heureux les ignorants et les simples d’esprits ne date pas d’hier).

        Internet est un outil fantastique qui permet beaucoup plus que les livres d’en temps. La plupart des ouvrages se trouvent librement et gratuitement. 
        Il s’agit toujours de l’utilisateur de l’outil. A savoir s’il veut s’instruire ou pas...

        Et dans une société... tout le monde a bien conscience que 80% de décérébrés c’est bien plus facile à « chapoter » que 80% de gens érudits doubles de raison...

        Quand à votre « barbarie 2.0 », internet est bien plus libre que notre mon conventionnelle. Elle ne peut s’appliquer dans une société

        • eric 1er juin 2017 09:41

          Le barbare, c’est celui qui ne sait pas parler.....la même langue que moi... !

          Le terme a fleuri dans les milieux de gauche en réponse à la grande question existentielle que les ricains ont découvert comme d’hab. avant nous : « pourquoi les pauvres votent ils à droite »http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2008/01/31/pourquoi-les-pauvres-votent-a-droite-la-rebellion-conservatrice_1005649_829254.html

          La vérité est toute différente. Le niveau monte. Les « pauvres », et en particulier les « ouvriers » qui ne votaient pas, savent désormais lire et écrire, contrairement aux bruits qui circulent chez les intellos de gauche ( analphabétisme des masses populaires). Ils ont les moyens intellectuels, plus que jamais, de comprendre le monde et de s’exprimer politiquement. Ils votent et s’engagent.

          Et de par le fait, en dehors des fonctionnaires qui sont statutairement classé dans la catégorie ouvrier alors que leur destin de classe en fait en réalité de parfait fonctionnaires à tous égard, ils votent non seulement à droite, mais même franchement à droite....

          Et ils lisent. Il n’y a qu’à regarder les tirages de Kontre Kulture. Dans le même temps, le prof de gauche de base lirait parait il 2 bouquins par ans dont un san-antonio (« pour la richesse de la langue »).

          Aujourd’hui, les sous élites de la classe moyenne de gauche sont les nouveaux barbares. ce sont eux qui ne parlent plus la même langue que leur peuple. A grand coup de « genre »,« d’intersectionalité », ils se sont noyés dans une sous culture, mal traduite de l’américain, qui évoque un peu le latin de messe du bas moyen âge, qu’ils comprennent à peine entre eux, sans trop se soucier de ce qu’en pensent le reste de la population.

          Ces gens sont profondément enkysté dans l’appareil et l’argent d’État. Nous ne pouvons, fasse à eux, que nous taire, et résister.

          Une des voies possible consiste notamment à mettre ses gosses dans le privé confessionnel après vérification de l’établissement ( certains sont gangrenés). Là, on apprend à lire, à écrire etc...

          Cela paye sur le long terme.

          A normal sup, la tête du poisson, de plus en plus de gamins chrétiens passent entre les mailles du filet bourdieusien des examinateurs. A tel point qu’ils ont du inventer une sorte de possibilité d’entrer sur dossier, pour ne pas subir complètement l’élitisme républicain et sélectionner quand même des gamins nuls mais au crane bien bourré par leurs idioties postalternéomarxistes.

          Les « élites » intellectuelles de gauche ne refusent pas d’instruire leurs propres gosses (50% des X dit on). Ils ont peur de ne pas parvenir à éliminer les gosses de riches et les gosses de pauvres et inventent donc toute sorte de mécanismes pour exclure les uns et les autres.

          La baisse drastique du nombre de gosses d’ouvrier dans l’excellence est délibérée. Ce n’est pas un hasard non plus si les gosses de riches se réfugient pas mal dans les écoles de commerce ( en générale privée) ; ou à l’étranger.

          La vie est plus forte que la mort. Les intellectuels de gauche sont en train d’achever de tuer notre école et notre culture, mais comme l’écrivait Malraux, « la beauté des cultures morte appelle aux plus belles renaissances... »

          Quelque part, dans une école hors contrat, des enfant sont en train de jouer « pauvre Bitos » ou « les bons bourgeois... » De beaux exemple de ce que sont vraiment les crétins populistes. Dans le jargon actuel, on dirait du reste BOBO. Les gens incultes qui peuplent notre système scolaire et universitaire au slogan populiste de les riches paieront. Dans le jargon de l’époque on disait les capitalistes, les juifs ou les nobles. « égalité pour tous et mes enfants d’abord » ; Bel bande de tartuffes, qui ne survivent à la montée du niveau que grâce à leur emprise bureaucratique.

          Cela ne devrait pas durer éternellement. Pour une raison principale : leurs gosses veulent profite pleinement de leur nouveaux privilèges. Macron est le Poutine de la perestroïka des enfants des bureaucrates français. « progressisme et stock option » LGBT et dénonciation de illettrisme des travailleurs.


          • chantecler chantecler 1er juin 2017 11:41

            @eric
            Je trouve votre avis un peu excessif et tronqué .
            ...
            J’ai apprécié l’article de B. Dugué qui parle (enfin ?) un peu de lui .
            « Fendrait il un chouïa l’armure ? »
            ...
            Effectivement sous le vocable « populisme » on peut trouver beaucoup de définitions .
            Au fait en quoi Poutine est-il « populiste » si j’ai bien compris ?
            En ce qui me concerne j’ai l’impression qu’il défend assez bien la majorité et les intérêts de ses concitoyens .(ce qui n’est pas le cas de beaucoup de dirigeants actuels )
            Ce qui lui est reproché pour la Tchétchénie actuellement ( la répression des homosexuels ) me rend perplexe .
            Comme si ce président pouvait être responsable de tout ,et ce dans toutes les républiques russes y compris les musulmanes .
            Mais il est de bon ton en occident de rejeter V. Poutine : pourtant rien à voir avec un J. Staline ... !
            Mais bon , nous avons besoin de gens à haïr, de désigner des monstres .
            Tant qu’on ne déclare pas une guerre ... !
            ...
            Et puis il y a un lobby homosexuel occidental , dit LGBT , qui commence un peu à me gonfler .
            Suffit de regarder un feuilleton US par exemple pour que systématiquement des femmes homo, bi soient mises en scène .
            La sexualité , comme la religion , est du domaine privé me semble t’il .
            Maintenant qu’il y ait des « fascistes » pour combattre ou attaquer telle ou telle catégorie bien évidemment rien d’étonnant .
            C’est comme pour le racisme .
            On retrouve des cons et des salauds partout .
            Et je ne suis pas certain que l’instruction ou la « culture » modifie la donne ...(après tout en Allemagne nazie on y pratiquait les pires exactions en écoutant du Mozart ou du Bach ou du Wagner .... !).
            ....
            A la justice de défendre les « minorités » et les abus sur la base des délits et des crimes .
            ....
            Si j’étais moins fainéant j’écrirais un article sur ce sujet .(Tolérance/ exhibition).
            ...

            NB : ce matin j’ai trouvé cet article qui m’apparaît intéressant :
            https://www.legrandsoir.info/lorsque-les-psychopathes-prennent-le-controle-de-la-societe.html
            Il me semble que le sujet a déjà été traité sur Agx .


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:48

            @chantecler

            Excellent le papier sur les psychopathes avec surtout le diagnostic sur l’absence de limites. C’est d’ailleurs la fixation de limites sociales qui crée les conditions de la civilisation comme l’a expliqué Elias. Mais les psychopathes se retrouvent dans la population avec les limites repoussées de l’Internet. On voit le résultat. Ici, les anonymes crachent mais je n’hésite pas à sortir mes gants de boxe. En d’autres lieux, des gosses se suicident à cause des psychopathes qui se sont créés dans les cours des collèges et qui n’ont plus de limites dès lors qu’un écran leur est donné


          • JL JL 1er juin 2017 11:51

            @chantecler
             

             ’’en quoi Poutine est-il « populiste » ?’’
             
            Poutine est populiste : ils l’ont dit à la télé !
             
             smiley

          • troletbuse troletbuse 1er juin 2017 13:27

            @Bernard Dugué
            https://www.youtube.com/watch?v=NNDgsw39m9s
            Et vous avez voté pour lui, je crois.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 14:13

            @troletbuse

            Macron est-il un « psychopathe » ? Pas de doute pour une partie de l’extrême droite

            Repéré par Mathilde Dumazet — 10.05.2017 - 15 h 44, mis à jour le 10.05.2017 à 15 h 47

            Repéré sur Le Canard Enchaîné 616 Le Canard Enchaîné révèle que les conseillers de Marine Le Pen ont utilisé l’analyse d’un psychiatre italien affilié à l’extrême droite pour bâtir la stratégie du débat de l’entre-deux tours. Mais les techniques pour déstabiliser un « psychopathe narcissique » n’ont pas si bien marché.


          • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 18:10

            @chantecler bonsoir,

             Si vous voulez voir un documentaire sur les psychopathes, je vous conseille
            « Je suis un psychopathe », un film documentaire qu’il faut revoir pour comprendre les prédateurs sociaux comme Sam Vaknin du film.
            Je ne désignais pas Poutine, mais son alter-ego aux cinquante étoiles et dont nous avons eu la visite très récemment.


          • izarn izarn 1er juin 2017 19:40

            @eric
            Pas mal !
            Mais Dugué se fait une idée fausse des années 70, jusqu’au début des années 80...
            Les revues Best ou Rock&Folck étaient achetées par les étudiants, parce que la radio télé, sous controle d’Etat, diffusait un show bizz médiocre et niais...C’était le seul moyen de nous informer pour acheter les LP de ces fameux groupes rocks, ou chaque membre était une star : Chanteur, guitariste, bassiste, batteur et claviériste...Souvent c’était le guitariste qui faisait le chanteur, comme Hendrix...
            Un peu comme aujourd’hui, ou le net permet de s’informer correctement face à la presse Système...
            Certains falsificateurs ont déclaré que c’était une « contre culture ».
            Mais pas du tout ! Il nous n’est jamais venu à l’idée que Cloclo et ses claudettes étaient de la culture !
             smiley
            Si on achetait « L’homme unidimentionnel » de Marcuse, du Illich, c’était pour se soustraires aux éternels vieux cons d’éditorialistes de « Monde » ou du « Figaro »...Passant en boucle au « Grand échiquier » avec l’éternel Guy Béart et D’Ormesson...
            On lisait Charlie Hebdo de Cavanna, pour ça : Pour la médiocrité de la culture officielle d’alors !

            Dugué nous la joue au vieux con : « De mon temps... »
            Pas tellement mieux !


          • izarn izarn 1er juin 2017 19:46

            @izarn
            Dugué nous la fait comme jadis ou un politique avait déclaré que Hara Kiri (l’hebdo) était « Bête et méchant » !
            Hé oui déjà, nous avions des Dugué à l’époque !

            Izarn, l’auteur bête et méchant.

             smiley


          • troletbuse troletbuse 2 juin 2017 02:35

            @Bernard Dugué
            Donc les techniques ne sont pas encore au point  smiley


          • eric 2 juin 2017 09:07

            @izarn
            Très rapidement : Le roi saluait en retirant son chapeau, et les dernier des paysans français aussi. Bien sur, ce n’était pas le même chapeau. Mais on était loin de l’apparthied social de type anglo saxon. Chez eux, les pauvres parlent une langue différente de celle des riches. Et c’est vrai des blacks aux USA comme des cokeney en GB.

            Marcuse illich and co, avec le recul, c’étaient quand même des fol dinguos. Songez qu’on a rapatrié les cendres de Macuse pour les enterrer prêt de la tombe d’Hegel ! Quelque par, on se situe entre Lénine et Mao. Ou dans les luttes pour être planté plus prêt du cœur des églises, si bien décrites par Philippe Aries. D’Ormesson sait écrire et Guy Béart savait chanter.

            Il aura fallu attendre 40 ans pour qu’on entende des sectateurs des inrocks un peu évolué, admettre du bout des lèvre que l’on pouvait écouter du Sardou au 18 ème degré. Un des chanteurs les plus acheté en France.

            Quand à la culture Charlie, oui, j’en ai déjà parlé : « Bal tragique à Colombey », alors que des gamins venaient de brûler vif juste avant. Franchement, je ne suis pas sur que Claude François ne soit pas d’un plus haut niveau culturel, amis en revanche je sais que dans les deux cas, on a affaire à la même culture française. Eux, se « pensaient » « ailleurs ».


          • chapoutier 1er juin 2017 10:02

            avouez monsieur «  »l’auteur«  »" que vous pensez à Mélenchon et à ses électeurs en écrivant ce texte, mais vous n’osez pas l’écrire !!!


            • oncle archibald 1er juin 2017 10:34

              @chapoutier : à Melenchon sans doute, mais aussi à Madame Le Pen. C’est tout à fait vrai qu’ils visent le même électorat, des individus qui souffrent ou pour certains qui croient souffrir, et qui du coup sont aveuglés et incapables de discerner qu’on leur vend une mauvaise daube.


            • chapoutier 1er juin 2017 10:41

              @oncle archibald

              le syndrome du larbin a encore frappé


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:01

              @chapoutier

              Je n’avouerai jamais rien, excepté si on me fait écouter pendant 15 heures du Maé et du Obispo ! L’âge des crétins est une allusion à la fabrique des crétins de N Polony avec qui je partage quelques diagnostics sur le système d’enseignement. Les électeurs de Mélenchon, ils sont si diversifiés mais une partie vire au populisme et Mélenchon est plutôt du genre dictateur et démagogue qu’un ami du peuple. Il y a aussi les électeurs du FN. Il y a la France en rade qui explique aussi les tendances au populisme sans les excuser. La barbarie 2.0 est un concept encore différent, que je n’ai pas développé mais dont on devine le sens.


            • izarn izarn 1er juin 2017 19:50

              @Bernard Dugué
              Vous ne croyez pas que la barbarie 2.0 c’est plutot ce qu’on lit dans les merdias système ?
              Alors à qui la faute ?


            • damocles damocles 1er juin 2017 20:33

              @oncle archibald
              Ah oui le fameux syndrome : ceux qui croient souffrir , ceux qui ont un sentiment d’insecurité , ceux qui ont le sentiment d’être declassés ,ceux qui ont peur que leur boite ferme....

               
               ...bien sûr toute ressemblance avec des situations réelles serait purement fortuite ...


            • Hecetuye howahkan 1er juin 2017 10:12

              Salut Bernard...tout ceci est impossible...la société hiérarchique qui sélectionne des l’école selon capacités va produire nous dit on le meilleur, les meilleurs donc, partout, tout le temps , à chaque instant qui passe nous vivons le meilleur sur cette planète..de plus le vote démocratique qui est la somme des désirs auto centrés de chacun, , là je mets un grand smiley, en remet une couche...ce n’est même plus le meilleur que l’ on a mais le meilleur du meilleur...

              question : qui sélectionne et sur quels critères ?

              conseil : face à une telle question il ne faut surtout pas essayer de répondre de suite car ce sera encore une réponse automatique de la pensée donc de la mémoire donc ne tenant pas compte de la question donc la réponse sera..fausse......c’est un conseil que je donne y compris à moi même, depuis que je me suis rendu compte années après années que la pensée analytique dont on se sait rien qui ne sait donc quasiment rien d’elle même, que l’on croit être notre seule capacité, enfin la pensée analytique à ses yeux pense être la seule capacité, au dessus c’est le soleil,

              L’humain sent bien qu’il y a un problème...des problèmes...je le sens , tu le sens, il le sent, nous le sentons de Provence vous le sans thé, iles le sentent....etc..

              de suite que fait on ? on fonce dans des solutions.....comme la source du problème n’est pas perçue, « on » le ait sinon ce serait résolu, je peux dire que « on » fonce tête baissée dans des solutions sans rapport avec le, les problèmes..genre pour réparer la fuite d’eau chez moi j’achète une nouvelle tondeuse à gazon...

              voila de façon imagée mais hélas même pas exagéré ce que l’on entreprends aussi bien à l’extérieur que avec soi même..les deux étant irrémédiablement liés bien sur ...bien sur les problèmes demeurent à leur racines..et comme « on » n’en a pas assez de problèmes, cela va en rajouter, en rajouter........................en rajouter.......

              le danger pour moi est de tout expliquer.....intellectuellement..j’ai appris et compris en profondeur et ce à mes dépends mais aussi donc pour mon « bien être » profond que en ce qui concerne les sujets profonds et même souvent les sujets superficiels , l’analyse, intellect va amplifier les problèmes..en gros vous ne le comprendrez pas mais l’analyse , la pensée est sensée, était sensée être sous le contrôle de nos autres capacités...

              comme nous les avons non pas perdues mais mises en stand bye, elles ne marchent plus à cause du totalitarisme de la pensée analytique sur le cerveau , la pensée analytique qui ne sait quasiment rien d’elle même, fonctionne en circuit fermée sur elle même, sur sa mémoire à elle, sur son programme à elle....etc...dont elle ne sait rien du tout sauf exceptions qui de dépendent d’aucune études bien au contraire mais de la capacité d’une personne à entreprendre ce chemin en soi même....

              aveugle, sourds mais pas muets nous sommes...
              ,
              Résultat...il s’étale devant nos yeux..Bernard en fait un rapport assez circonstancié , critiquable oui sans doute pour celui qui est en quête d’absolu là ou ne règne que le relatif, ,mais lorsque la critique devient une sale manie, un tic, ou un toc, tic,toc, elle ne sert plus à rien du tout sauf à la névrose..

              car critiquer tout sauf soi même est bien sur comme nous le savons de Marseille( c’est nul mais c’est pour cela que j’aime bien, je me mets au niveau de l’art en général, qui est celui d’un grosse boule de merdasse faut dire) 

              De ce que je pense saisir sans réfléchir...çà vient comme cela, ce qui se passe à l’extérieur vient de l’intérieur, rien de nouveau bien sur...mais là n’est pas la question que ce soit nouveau ou pas, dans un monde dont l’Origine n’a ni début ni fin, la dite Origine est TOUT..donc la nouveauté est alors pour celui, l’élément, qui l’a vit....et là çà va tout changer pour cette personne, pour ces personnes, pour plus encore je suppose..

              donc je résume, il y a un état global mental des humains pitoyable, en souffrance, hors d’un chemin qui ai un contentement quelconque, terrorisés par la fin, humain qui fait des machines, qui se, te, nous rend malade et te soigne éventuellement seulement contre argent comptant et qui de temps en temps a des orgasmes physiques ou mentaux quand un désir est atteint, aussitôt suivit du désespoir que ce soit fini., de la peur de le perdre etc ..etc etc

              une vie de merde donc, qui est soit de la faute de tous les autres sauf moi, ou alors de la faute de tous les autres potentiellement sauf moi...

              chaque moi est parfait...

              celui qui aurait vu comme dans révélation sait sans le chercher , le cheminent de cela...la pensée analytique essaye de faire ce qu’elle peut là où elle ne doit jamais aller....

              c’est un cul de sac..

              vivre cela sans rien chercher du tout, cela implique que je, tu, il , nous vous , ils, nous tous seront vaincus par... cette souffrance....

              la pensée elle va essayé de comprendre...elle n’y arrivera jamais....l’Origine dit : la souffrance de cette non vie est là....vit cela....sans rien en attendre....

              bon etc...

              je te salue...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:07

                @Hecetuye howahkan

                Salutation mais je n’ai pas de commentaire à faire, je n’ai pas encore trouvé de traducteur pour comprendre ce que vous dites


              • Hecetuye howahkan 1er juin 2017 11:29

                @Bernard Dugué

                Salut.....

                pas de problèmes,mais je sais cela....en général j’ai le droit à : elle doit être bonne...pour le mieux, merci de l’effort

                 smiley


              • JL JL 1er juin 2017 11:41

                @Hecetuye howahkan, bonjour,

                 
                 bienvenue au club ! 
                 
                 smiley
                 

                Vous venez de rencontrer un type qui, autant que Jérémie, pleure à tous vents de n’être pas compris, et qui dans le même temps ne fait aucun effort pour comprendre ceux qui lui tendent la main. Car il faut être furieusement confiant dans le bonhomme, pour lui dédier une si grosse tartine que la vôtre.


              • franc 4 juin 2017 21:12
                @Bernard Dugué

                 Mr Howahkan veut dire qu’il condamne toute pensée analytique et donc toute analyse de la pensée et donc toute pensée communicative et donc en fin de compte toute pensée car une pensée qui ne communique pas ne sert à rien ,il semble confondre intuition et pensée et plus précisément intuition synthétique apriori et synthèse a posteriori qui est aussi une pensée communicative analytique . 

                 On peut donc lui reprocher à quoi sert il d’écrire ou de communiquer car tout écriture et toute communication se doit être rationnelle et donc analytique pour être compris ,et c’est pourquoi vous être tout à fait dans votre droit et en toute légitimité de dire que vous ne comprenez pas ce qu’il dit et il ne peut en retour vous reprocher de ce que vous comprenez pas de ce qu’il dit en quoi que ce soit 

              • JL JL 1er juin 2017 10:27

                Enfilage de perles et auto-glorification ça ne fait pas un article bien intéressant.


                • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 1er juin 2017 11:45

                  @JL

                  je vous ai fait passé à plus 5, ça m’économise un commentaire...
                  ..
                  .
                  ah mince c’est un commentaire ^^


                • François Vesin François Vesin 1er juin 2017 11:24

                  « Soyez vigilants. Si vous refusez de vous instruire, vous contribuerez à la destruction de la civilisation. »


                  Ce qui caractérise les populistes de tous bords,
                  c’est leur intérêt à manipuler et à exploiter la populace
                  tout en lui expliquant qu’ils l’ont comprise.

                  Les érudits - ceux qui ont appris - (par opposition
                  à la caste que vous incarnez si bien des « sachants »
                  - ceux qui prétendent savoir -) s’adressent au peuple.

                  Concrètement, vous aurez un « philosophe » type BHL
                  qui enverra l’armée contre la populace Libyenne car
                  il n’a aucune considération pour le peuple Libyen et,
                  un autre philosophe qui créera une Université Populaire
                  à ses frais pour éveiller au savoir, apprendre à apprendre
                  et accéder à la connaissance !

                  Vous dénoncez, vous menacez, vous stigmatisez mais 
                  vous n’annoncez rien qui supposerait la confrontation
                  de votre immense savoir avec la réalité d’un peuple
                  dont vous prétendez avec mépris qu’il « refuse de s’instruire » !!!

                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 1er juin 2017 11:37

                    @François Vesin

                    Pour tout vous dire, je n’adhère ni à BHL, ni à Onfray qui à son corps défendant, quoique, participe à la décadence de notre société avec la complicité médiatique de masse. Je menace dites-vous. Je ne menace personne, j’avertis, c’est tout ! Quand je dis à un touriste de ne pas se baigner car il y a des baïnes en formation, je le menace ou je l’avertis ? Vous voyez, vous illustrez parfaitement l’illettrisme actuel où chacun lit ce qu’il veut comprendre et non pas ce qui est dit dans les phrases. Quant aux gens qui ne veulent pas s’instruire, vous n’avez qu’à regarder les réactions après les billets savants. Certes, il ne comprennent pas tout, mais comment expliquez vous qu’ils crachent à la gueule de l’auteur. Face à un tribunal éternel, vous n’aurez jamais gain de cause dans votre plaidoyer de procureur du peuple face au monde des Idées


                  • JL JL 1er juin 2017 11:57

                    @Bernard Dugué
                     

                    ’’Quand je dis à un touriste de ne pas se baigner car il y a des baïnes en formation, je le menace ou je l’avertis ?’’
                     
                    Vous déconnez : il se baigne s’il veut. Moi je ne lui dis jamais de ne pas se baigner, je l’avertis simplement du danger.
                     
                     
                    ’’Pour tout vous dire, je n’adhère ni à BHL, ni à Onfray...’’
                     
                     Tout comme les lecteurs d’Agoravox qui n’adhèrent pas à Dugué !
                     
                     smiley

                  • JL JL 1er juin 2017 11:59

                    @JL
                     

                     au fond, il existe une forme de solipsisme très répandue : Bernard Dugué est un solipsiste qui s’ignore.

                  • François Vesin François Vesin 1er juin 2017 12:23

                    @Bernard Dugué
                    « Le monde des idées » La belle affaire !!!


                    C’est précisément ce monde qui forge le populisme.
                    En 1981, le peuple vote pour une gauche dont le programme
                    répond à ses attentes, ses aspirations et ses besoins.
                    En 1983, la populace est renvoyée à sa gamelle, elle aura la 
                    TV berlusconienne, le libéralisme et le marché qui fait la loi.

                    La décadence, ce n’est pas Onfray qui en fait généalogiquement 
                    le constat, mais Dugué et les intellos de son genre pour qui le réel 
                    ne vaut rien quand les idées autorisent toutes les trahisons.

                    Votre caste à rendu possible l’avènement du FN et surtout le triomphe 
                    de Macron à coup d’idées, pendant que le peuple en faisait les frais 
                    systématiquement (chômage, paupérisation, état de siège...etc) 

                    Et vous osez penser que votre rente d’idéologue inconséquent
                    vous mettra indéfiniment à l’abri de ce peuple !! Il aura gain de cause
                    c’est la seule certitude à laquelle je vous invite à porter considération.

                  • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 18:21

                    @François Vesin,

                     Je ne suis pas ici pour défendre qui que ce soit et pas l’auteur de ce billet, non plus.
                     Le peuple aime la peopolisation de la société, si vous ne le savez pas.
                     Sinon certains journaux comme Ici Paris & Co auraient disparu de la circulation.
                     Vous me faites sourire en disant qu’il y a une caste d’intellos qui a rendu possible l’avènement des populismes et le triomphe de Macron.
                     Je fais parie des intellos comme vous dites ;
                     Je ne me suis jamais senti à l’abri pendant 40 ans en tant que tel.
                     On bosse autrement, c’est tout.
                     Normalement on pense plus avant d’agir et de déplacer ce qui est inutile de déplacer.
                     L’homme a quelques neurones de plus que les autres êtres vivants et beaucoup moins de potentiels dans d’autres domaines de la force manuelle, cela ne vous donne pas des idées ?
                     Un éléphant nous le seront jamais.
                     Alors utilisez les ces putains de neurones avant d’émettre une idée saugrenue.
                     


                  • L'enfoiré L’enfoiré 1er juin 2017 18:29

                    Une dernière pour la route ?
                    Pouvez-vous imaginer que pendant ces 40 années de vie active, je n’aurais jamais eu le temps d’écrire quoique ce soit d’autres que des rapports et que Agoravox serait resté une inconnue pour moi ?
                    Quant à lire des romans, c’était réservé pour les vacances.
                    Et oui, mon cher ami, François.
                    La vie d’intello, c’est pas fait de coton en poudre d’escampette. 


                  • izarn izarn 1er juin 2017 20:06

                    @JL
                    S’il n’a pas conscience du soi, alors comment peut-il etre solipsiste ?


                  • quid damned quid damned 2 juin 2017 10:46

                    @L’enfoiré

                    Bonjour,

                    « Sinon certains journaux comme Ici Paris & Co auraient disparu de la circulation. »

                    l’argument qui veut, par exemple que les émissions « intello » intéressent moins que les émissions people est faux selon moi.

                    Par exemple, je ne sais pas si elle existe encore mais il y avait une émission « C’est pas sorcier », qui vaut ce qu’elle vaut, mais qui suscitait de l’intérêt de la part du plus grand nombre, même (voire surtout) au sein des couches de la population la moins instruite.

                    Quand on s’en donne un minimum les moyens on peut intéresser un très grand nombre même avec des sujets réputés ennuyeux ou complexes.

                    Les journaux que vous citez bénéficient (sinon de moyens financiers) de ce laxisme pour ne pas dire mieux.

                    L’abêtissement général est voulu.

                    Nombre de séries (surtout pour les jeunes) ont pour toile de fond « C’est cool d’être inculte » ou « c’est ringard de se cultiver », « c’est cool d’être grossier et arrogant et individualiste et cynique... »
                    Sans parler des télé-réalités. La glorification de l’individualisme inculte arrogant grossier et consommateur superficiel.

                    Il y a quelques années de ça (10 ans au moins) une émission de la cinq ou arte sur la rédaction du 13h de france 2 ou inversement où l’on voyait comment la rédaction était très orientée audimat (en fait plutôt orienté consommation). Un des journalistes avait profité de la présence de caméras d’une autre chaîne pour dire à son directeur « Et si on faisait de l’info tout simplement  ! »
                    Ce journaliste assez connu à l’époque ne figure pas à ma connaissance parmi ceux qui ont significativement perduré.


                  • François Vesin François Vesin 2 juin 2017 12:07

                    @L’enfoiré
                    Je crains que vous m’ayez bien mal compris !

                    J’ai autant de considération pour un intellectuel
                    que j’en ai pour un agriculteur ou un plombier !

                    Dans chacun de ces cas, il y a ceux qui affrontent
                    le réel, tel qu’il est, et ceux qui manipulent des concepts
                    et des idées comme autant de projections aléatoires 
                    qu’ils ne maîtrisent pas mais qu’ils imposent aux autres.

                    Le marché qui fait la loi c’est des travailleurs devenus
                    ressources humaines, des paysans qui se pendent
                    et des activités professionnelles menacées d’ubérisation...

                    A quoi bon avoir des neurones si l’on ne se donne pas
                    les moyens de les contrôler et qu’on les laisse s’agiter
                    au bon vouloir de ceux qui vous secouent le bocal ?


                  • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 2 juin 2017 12:15

                    @François Vesin

                    « A quoi bon avoir des neurones si l’on ne se donne pas
                    les moyens de les contrôler et qu’on les laisse s’agiter
                    au bon vouloir de ceux qui vous secouent le bocal ? »

                    Après ça fait comme les boules de neiges, c’est joliiii ^^


                  • L'enfoiré L’enfoiré 4 juin 2017 09:48

                    @quid damned,

                     Ok. Pour vous donner un appui à ce que je disais.
                     Nous avons un magazine de télé auquel je suis abonné qui en plus des programmes de télé fait parfois des analyses de fréquentation des chaines sous forme de Qualimat indépendamment de l’audimat.
                     Je ne retrouvais pas les chaînes habituelles. J’ai écrit.

                     La réponse fut :

                    Le Qualimat existe depuis 2014, nous en sommes à la sixième vague et donc à la sixième publication. Il s’agit d’un outil d’évaluation mis en place avec l’ULg et le soutien du CSA. Il est appliqué à un échantillon représentatif de la population belge francophone de 2.000 personnes.

                    Vous n’y trouverez pas Arte, ni France 5 qui proposent, en effet, des programmes très qualitatifs. Ne sont jugées que les chaînes faisant au minimum 4 % d’audience moyenne annuelle en Belgique (Arte n’en fait que 1,7 %) car, forcément, pour donner un avis représentatif, il est nécessaire qu’un minimum de téléspectateurs puisse s’exprimer et donc... regardent les programmes.

                    8 chaînes sont concernées, ainsi que 7 thématiques et une tranche horaire de 18 à 23 h. Les programmes seraient, sinon, bien trop nombreux à évaluer.


                    CQFD ?


                  • franc 4 juin 2017 21:17
                    @JL

                     j’ai un doute ,est-ce que vous ne confondez pas solipsisme et sophisme ,à moins que je me trompe ou que je n’ai pas compris ce que vous dites 

                  • Orageux / Maxim Orageux 1er juin 2017 12:05

                    Je reviens ici après quelques années de « repos » finalement on trouve toujours les mêmes...les grands intellectuels incompris qui n’ont rien compris eux -même.....

                     Que les ignares, ploucs, barbares et analphabètes que sont les autres se sont bien mieux intégrés et ne végètent pas dans leur suffisance..

                    D’autres, les sempiternels insatisfaits , bourrés de diplômes et doctorats ne servant pas à grand chose remâchent dans leur coin leur rancoeur contre ceux qui n’ont pas compris que l’auteur était un génie incompris !!!


                    • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 13:59

                      Monsieur Dugué, ce que vous dites n’est pas faux.
                      Mais je me permets de vous dire que le savoir n’a pas été respecté et valorisé de toute éternité.
                      Au contraire, cette valorisation est assez récente à l’échelle de l’histoire.
                      Avant la suite des rois et premiers ministres de génie Sully, Richelieu, Colbert qui ont pris la France dans l’abîme et l’ont amené au zénith, il était de bon ton dans la noblesse, d’afficher son analphabétisme. Le savoir était chose de moinillons ou d’avocats. Les gens savants n’étaient valorisés ni socialement, ni financièrement.
                      La vraie explosion du statut du savant vient avec la prise de pouvoir bourgeoise des XVIIIe et surtout XIXe siècle.Et pourquoi ? Parce que c’est ce qu’a trouvé la bourgeoisie pour se distinguer des aristos et des gueux : le savoir, la culture. Le mouvement en Angleterre est encore plus tardif. L’époque napoléonienne voit de véritables savants d’Oxford et ailleurs vivrent en misère dans l’enfer d’être copiste pour survivre.
                      Mais à partir de 1945, un effort colossal est fait pour l’éducation des masses, on crée même des ministères de la culture pour la promouvoir au lieu de la garder précieusement comme privilège et marqueur des nantis. Moralité : souvent, les gueux sont devenus infiniment plus cultivés et savants que le rejetons des possédants.
                      Et ceci pile poil dans la fameuse parenthèse enchantée des années 60 à 80.
                      Mais ceci ne pouvait pas durer.
                      Alors d’un coup, les rejetons indignes des nantis, dont’avant, on cachait avec honte les frasques à Ibiza ou Goa, on soudain été mis en exergue :
                      W. Bush, Paris Hilton, Jean Sarkozy, Arnaud Lagardère, le risque inculte, idiot et fier de l’être redevient tendance comme au XVIe siècle.
                      Ce n’est pas que la culture et le savoir sont détestés ou méprisés, ils sont simplement dévalorisés, dé-valorisés, démonétisés.
                      « T’es savant ? Et alors ? On s’en b... les c... ». Voilà le leitmotiv.
                      L’epithète « intello » chez les lycéens est probablement la pire insulte qui soit et le passeport pour la solitude.
                      La norme, ce sont les débile de TPMP et les centaines de milliers de débiles qui se prennent, tenez vous bien, pour des intellos quand ils regardent cette m....
                      Le maître reste le maître.... Mais pour ceux qui acceptent d’être ses disciples.
                      Pour les autres, le savoir n’est que dalle.
                      On revient à ce qui a toujours existé hormis à l’époque des Grecs de Péricles : la tune, le pouvoir, la force brutale.
                      Et eu égard aux colossales monstruosités qui se sont commises sous l’ère des « savants et philosophes » , n’est-il pas évident que ce savoir était fort loin d’être sagesse.
                      Peut-être est-il temps de réapprendre l’humilité à ceux qui, m’algré tout, n’ont pas d’autre talent que de savoir théoriser par l’écrit dans une dangereuse construction mentale qui permet certes de monter plus haut, mais à quel prix d’écrasements monstrueux à la base, de pillage pour échaffauder l’édifice et de fragilité dramatique de la réalisation.
                      Non, certes, le savoir n’est plus une valeur de garantie sociale.


                      • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 14:10

                        @Jacobin
                        En fait, n’est-on pas tout simplement entrain de sortir d’une civilisation assez récente de l’écrit.
                        Les Druides interdisaient l’écriture sous peine de mort. Ils devaient avoir leurs raisons autre que dans la dominations de leurs contemporains.
                        Jusqu’à l’époque moderne, l’écrit était de fort peu de chose. Quelques actes notariés et des reproductions de la bible.
                        Puis l’imprimerie a permis à des gens de pouvoir se dispenser d’une reflexion contradictoire et orale comme elle avait toujours été pratiquée, de Socrate à Averoes, pour se lancer, en solitaire dans de fumeuses masturbations intellectuelles qui ont permis l’élaboration des idéologies les plus fantaisistes tout en étant les plus meurtrière et oppressives de l’Histoire.
                        Cette civilisation de l’écrit fut celle d’un orgueil démesuré et cette civilisation commence à peine à atterir(se crasher ?) de son hubris de cinq siècles. Grâce à cet écrit, elle a dominé, pillé, exterminé, opprimé le reste de l« humanité, gâché les ressources de la planète et pourri notre terre au point que la survie de l’éspèce même est en jeu.
                        Et vous voulez que l’on continue à révérer les grands prêtres et petits clercs de cette civilisation inique, insensée et suicidaire ?
                        Ben non, si notre éspèce ne disparaît pas, les moyens technologiques vont permettre un retour à la suprématie de l’oralité et il y fort à parier que nos descendants seront fort méfiants et méprisants pour tout ce qui ressemblera de près ou de loin à un essai. Fut-il de génie.
                        Car on voit bien ce qu’ont fait et où nous ont mené cinq siècle de ce génie là.
                        Vous avez dit »humaniste" ?
                        Personne n’a plus détruit d’humain et mis en danger le sort de l’humanité que cette idéologie là. 


                      • Hecetuye howahkan 1er juin 2017 14:52

                        @Jacobin

                        Salut..j’adhère à ce propos, en long en large et même en travers...nom de dieu !!!


                      • izarn izarn 1er juin 2017 20:21

                        @Jacobin
                        il était de bon ton dans la noblesse, d’afficher son analphabétisme. Le savoir était chose de moinillons ou d’avocats

                        Que pensez vous de Guilhaume, duc d’Aquitaine qui écrivait des canso, au XI ieme siècle ? C’était l’ancétre des rois d’Angleterre, tel Richard Coeur de Lion...

                        "Le mouvement troubadour a commencé vers la fin du XIe siècle en Occitanie, au sein de la haute noblesse occitane. Puis, il s’est répandu par la suite dans d’autres couches sociales et s’est étendu au nord de l’Italie et de l’Espagne. Les troubadours ont participé activement à la vie sociale, politique et religieuse de la société de l’époque. Sous l’influence des troubadours, des mouvements du même type se sont levés partout en Europe"

                        De quelle Histoire parlez vous ?
                        Peut-etre que Simon de Montfort, comte de Leicester, ne savait pas lire, mais n’en faisons pas une généralité !


                      • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 20:39

                        @izarn
                        Mais qu’est ce que vous racontez à la fin ?
                        Les troubadours étaient des poetes, des artistes, PAS DES INTELLOS, PAS DES PHILOSOPHES, PAS DES SAVANTS.
                        Merci d’éviter les hors sujet.


                      • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 20:44

                        @Jacobin
                        Et en plus, personne n’acquérait gloire et fortune en étant troubadour. Ceux qui étaient fortunés l’étaient par la naissance.
                        Rien à voir avec le milieu intellectuel qui à l’époque, et pour longtemps était le privilège de la seule Sorbonne, université CLERICALE. Et là encore, un prélat riche et puissant l’était par son réseau de famille.
                        Et s’il vous plait, ne venez pas me parler des deux ou trois exceptions pour m« affirmer que la clericature était un instrument puissant de promotion sociale.
                        Au lieu d’invoquer la connaissance de l »histoire, évitez de l’évoquer à tort et à travers.


                      • franc 4 juin 2017 21:39
                        @Jacobin
                         
                        Mais de quel genre d’oralité voulez vous dire ,de l’oralité rationnelle ou de l’oralité irrationnelle

                        Ce n’est pas le langage en soi qu’il soit oral ou écrit qui est cause de malfaisance et ce n’est pas la pensée non plus ,qu’elle soit analytique ou synthétique ,c’est la vérité ou fausseté ,la rationalité ou l’irrationalité ,qui est cause d e bienfaisance ou de malfaisance

                        si on abandonne la raison comme moyen de communication et d’action alors ce sera le rapport de force qui règlera les conflits comme dans le règne animal ;

                         il faudra bien choisir la loi de la raison pour l’humanité ou loi de la jungle de la force pour l’animalité pour ne pas dire la bestialité

                         la civilisation est déterminée par la force de la raison et la barbarie par la raison de la force.

                         

                      • zygzornifle zygzornifle 1er juin 2017 14:08

                        comme je suis heureux d’être un populiste c’est tout ce qui me reste .....


                        • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 14:18

                          Et oui, il y a quelques siècle, être un clerc vous offrait un statut énorme. Curé, diacre, évêque et autre. Places hautement enviées. Qui voudrait être évêque aujourd’hui ? Qui voudrait être curé ?

                          Il y a mille ans, être un brillant homme d’arme doublé d’un bon cavalier vous assurait prospérité, respect, position sociale et hierachique. Qui veut être soldat aujourd’hui ?

                          Le temps du prestige de la clericature intellectuelle est passée.


                          • izarn izarn 1er juin 2017 20:43

                            @Jacobin
                            Je crois vous mettez la charrue avant les boeufs....
                            Le statut venait AVANT la culture...
                            Pour etre chevalier il suffisait d’etre noble...Condition aussi pour l’évêque, sauf pour les abbés, ou de fait il y avait parfois une certaine promotion par l’étude chez les moines.
                            C’est justement le début de la « méritocratie »....Mais n’oublions pas que l’Abbaye était une sorte de maison de retraite pour la vieille noblesse....
                            C’est ainsi qu’il y avait des évêques nullards (Oh combien !) et des chevaliers peureux et plein de reproches....La aussi, ça se bousculait au portillon !
                             smiley
                            Ce n’est pas contradictoire avec ce j’ai dit dans un autre post : Le statut venant de la noblesse, imposait très souvent la culture.
                            Je ne veux pas dire que peuple n’avait pas de culture : tradition, savoir faire, artisanat.
                            Le bourgeois ou marchand, lui se servait d’une culture bien à lui : Faire sa comptabilité et connaitre la jurisprudence, les chartes et lois.
                            Ne simplifions pas !


                          • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 20:46

                            @izarn
                            vous êtes aussi incohérent qu’inconséquent et vaniteux.


                          • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 20:51

                            @Jacobin
                            Et le curé du village ? Même d’extraction modeste, il n’avait pas un statut écrasant dans sa communauté ? Comparé à un prêtre aujourd’hui ?
                            Et l’évêque ? N’était-il pas souvent le premier personnage de sa région ? Comparé à l’insignifiance politique d’un évêque aujourd’ui

                            Et le chevalier noble, il n’avait pas un statut écrasant ? comparé à un officier aujourd’hui ?
                            C’est dingue d’être incapable de comprendre ce qu’on lit et de la ramener à tout prix.
                            Dugué a raison, nous entrons dans l’ère des crétins.


                          • Orageux / Maxim Orageux 1er juin 2017 15:17

                            En plus les curés et évêques étant emmerdés pour cause de tripotage de petits garçons et petites filles, plus personne n’a envie d’être curé....

                            Il voulait être en curé avec une calotte smiley


                            • robert 1er juin 2017 19:12

                              @Orageux
                              t’es marrant maxime , mais pas obligé de revenir .....


                            • izarn izarn 1er juin 2017 20:55

                              @Orageux
                              Ca se voit que votre niveau historique c’est bac à sable +
                               smiley
                              Il ne faut pas croire tout ce que la marquis de Sade a écrit.
                               smiley
                              Souvent il en faisait des tonnes ! Question de style...


                            • agent ananas agent ananas 1er juin 2017 16:07

                              Qui veut s’instruire lorsque des charlatants et imposteurs comme BHL s’érigent en philosophes ? L’obscurité s’est répandue aux pays des « Lumières », remplacées par des « filouzophes » de la pop culture... à part quelques exceptions ; mais eux ont rarement voix au chapitre.
                              Quant aux crétins, ce sont ceux qui sont plus terrifiés par les fantômes du passé que par l’inquiétude des dangers et défis du présent et du futur.


                              • agent ananas agent ananas 2 juin 2017 08:10

                                @agent ananas
                                PS : L’auteur se lamente de la dégradation de l’éducation.
                                J’aimerai signaler que la célèbre université d’Harvard a récemment mis en place son propre « décodex », sa librairie ayant publié un guide bidon intitulé « Fausses nouvelles, désinformation et propagande », qui dénigre des dizaines (centaines ?) de sites web qu’il qualifie de « tendancieux », « conspirationnistes », « non fiables », « faux », et autres qualificatifs injustifiés.
                                Bref une sorte d’ « Index Librorum Prohibitorum », instituée par l’Église catholique en 1529 et qui listait les publications jugées hérétiques, anticléricales ou lascives, et interdites. Cette liste fut abolie en 1966 seulement.
                                Donc, en renonçant à la liberté d’expression, on peut douter de la qualité d’enseignement dispensé à Harvard dont les frais de scolarité s’élèvent à plus de 60 000 par an.
                                Mais après tout ce n’est pas une surprise, Harvard étant dirigé par l’escroc Larry Summer, architecte de la dérégulation des marchés financiers (Glass-Steagall), entre autres économiques nuisances.
                                Dans ces conditions, qui veut s’instruire ?


                              • BA 1er juin 2017 17:53

                                - En juin 2016, le Groupe Bilderberg avait sélectionné deux personnalités politiques françaises. Quelques mois plus tard, ces deux personnalités politiques ont été placées aux postes clés :

                                Edouard Philippe est devenu premier Ministre.

                                Sylvie Goulard est devenue ministre des Armées (C’est nouveau. La France n’est plus une nation. La France est devenue une région d’un ensemble plus vaste : l’Union Européenne. Donc on vient de supprimer la Défense nationale. Normal : il n’y a plus de nation.)

                                - En juin 2014, le Groupe Bilderberg avait sélectionné deux hommes politiques. Là encore, ils viennent d’être placés aux postes clés :

                                Emmanuel Macron est devenu président de la République.

                                François Baroin est devenu chef de l’opposition.

                                - En juin 2017, le Groupe Bilderberg n’a plus du tout besoin de sélectionner des hommes politiques français : ils ont déjà placé leurs pions.

                                En juin 2017, l’accent est donc mis sur les journalistes, les éditorialistes, les faiseurs d’opinion.

                                Objectif : faire un bourrage de crâne dans tous les médias français pour expliquer que la construction européenne, c’est génial, que l’Union Européenne, c’est génial, que l’euro, c’est génial, que la future armée européenne, ça va être génial, etc.

                                Le Groupe Bilderberg a donc sélectionné pour faire sa propagande médiatique sept Français, tous européistes, tous chargés de répandre la bonne parole européiste :

                                Henri de Castries, ancien patron d’AXA, président de l’Institut Montaigne

                                Nicolas Baverez, journaliste, éditorialiste de l’hebdomadaire LE POINT

                                Thomas Buberl, patron d’AXA

                                Christine Lagarde, patronne du FMI

                                François Lenglet, journaliste sur France 2

                                Benoît Puga, ancien chef d’état-major

                                Bruno Tertrais, patron de la Fondation pour la recherche stratégique

                                http://bilderbergmeetings.org/participants.html


                                • izarn izarn 1er juin 2017 21:01

                                  @BA
                                  On voit qu’au Bilderberg ils ont beaucoup d’imagination !
                                  Oh quelle surprise que ces noms !
                                  Hahahaha !
                                   smiley

                                  Rassurez vous, ils sont depuis longtemps sur notre liste « s » à nous : S comme Système !


                                • Phalanx Phalanx 1er juin 2017 18:27

                                  Monsieur Dugué,


                                  C’est votre idéologie qui a gagné depuis 40 ans, réjouissez vous, vous avez détruit la « culture bourgeoise » (la culture française quoi). 

                                  Et maintenant vous venez pleurer que les « français » (terme qui ne veut plus rien dire puisqu’il concerne autant un Bantou qu’un savoyard) ne lisent plus ?

                                  Mais il ne savent même plus écrire et de moins moins parler.

                                  Et vous osez pleurer et accuser le « populisme » qui n’est qu’une saine réaction face à votre idélogie destructrice.

                                  Dieu se rit des imbéciles qui pleurent les effets dont ils chérissent les causes.

                                  Bon courage pour votre bouquin :))



                                  • Phalanx Phalanx 1er juin 2017 18:31

                                    Par ailleurs « populisme » siginfie opposer les élites au peuple.


                                    Si il s’avère que les élites ont trahi, alors le populisme est une réaction saine et positive.

                                    Les élites ’européennes« ont trahi au point d’organiser sciemment le génocide des peuples européens (opération de diversification éthnique imposée). 

                                    Le »populisme" européen et la lueur d’espoir de la civilisation européenne. 

                                    Le monstre M. Dugué, c’est vous.

                                    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 2 juin 2017 07:40

                                      @Phalanx
                                      Les élites ne sont que des larbins au service de ceux qui tirent les ficelles !

                                      « Les élites françaises entre 1940 et 1944 »


                                      Les élites européennes proaméricaines à la Libération sont à l’origine de la construction européenne.
                                      Ce sont les mêmes qui aujourd’hui gèrent l’UE et la mondialisation, au bénéfice de la finance, des multinationales et de l’ état profond américain !

                                      « Les racines de l’ UE sont -elles vraiment européennes ?? »


                                    • Jacobin Jacobin 1er juin 2017 20:52

                                      Trop de crétins décidemment ici.

                                      M. Dugué ,comment pouvez vous supporter d’écrire régulièrement pour ça ?

                                      Moi, j’en ai marre, je retire mon compte.


                                      • Attilax Attilax 1er juin 2017 22:57

                                        Encore un énième article inutile révélant votre attitude méprisante, élitaire, votre condescendance et surtout votre PEUR viscéral du peuple, qui est révélatrice de votre réelle appartenance. Vos pseudo « bonnes intentions » pavent notre enfer depuis des années, mais vous faites l’aveugle, comme c’est commode de se réfugier derrière sa « culture » ! Sauf que culture ne veut pas forcément dire intelligence, votre absence de raisonnement en est la preuve. Je connais des gens complètement incultes et TRÈS intelligents, et je connais aussi des bibliothèques ambulantes qui se révèlent, malgré toutes leurs connaissances, cons comme des manches.
                                        Quand aux « civilisations » que vous semblez vénérer, toutes finissent par mourir, que je sache. Et aujourd’hui, il semblerait que les plus avancées d’entre elles nous mènent droit à l’extinction, à court terme, non ? C’est pas les barbares qui ont inventé l’atome, les crédits défaut swap ou la production de masse. Vous êtes de bien mauvaise foi ou stupide d’affirmer que la barbarie sera notre perte : c’est notre civilisation qui le sera, et je pense que vous le savez très bien. Assumez donc l’héritage que nous laissons à nos gosses, s’il vous plaît ! C’est le moins qu’on leur doive...

                                        « La barbarie est l’état naturel de l’homme. La civilisation n’est qu’un ajout, apporté par le hasard. Et il est dit que la barbarie triomphera toujours. »
                                        Robert Howard.

                                        Et juste pour rappel, initialement, les barbares, c’était tout ce qui n’était pas romain, c’est à dire le monde entier. Voilà de qui vous avez peur, Dugué : du monde entier !


                                        • Old Dan Old Dan 2 juin 2017 00:19

                                          (Héhé !) Devoir choisir entre le populisme de Mélenchon,
                                          et le populisme de mon banquier, d’AREVA ou de McDo,
                                          je n’hésite pas longtemps...


                                          • baleti baleti 2 juin 2017 02:47

                                            pourquoi les ouvriers vote a droite ?


                                            Par se qu’on lui a expliquer, dans la propagande littéraire et philosophique, que le savoir appartenais au riche Paraître est devenue plus important qu’être. 
                                            Le populisme est devenue l’outil de tous le monde, depuis l’accès par le biais du net, au « savoir » par la majorité des population.

                                            On oublie que bien souvent, le philosophe, l’écrivain, est l’ouvrier du "système, c’est seulement le maçon de la réflexion, qui suit les plans de l’architecte et du maître d’oeuvre.

                                            Les prolos qui maitrise la langue de voltaire, se donne l’illusion d’avoir changer de classe, en piétinant leur origine social.L’oportunisnisme intellectuelle restera la forme d’intelligence la plus détestable.






                                            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 2 juin 2017 03:37

                                               @ BD


                                              La « Barbarie 2.0 » est née de la démocratisation de l’éducation qui visait une complémentarité productve optimale entre égaux. Cette peudo éducation se voulait uniquement pourvoyeuse de connaissances et d’expertises, à l’exclusion de valeurs les hiérarchisant comme de références culturelles créatrices d’appartenances. Elle y est parvenue. Fin de l’Histoire

                                              La société – (l’humanité ? ) – n’a donc plus de « sens », et se réfugie dans une démarche d’acquisition sas limite ostensiblement vaine et donc dérisoire. Je ne vois pas comment on pourrait faire marche arriére. On continue donc à tâtons, vers un « nouveau sens », une forme de transhumanisme qu’on ne définira qu’ex–post.

                                              PJCA 


                                              • tinga 2 juin 2017 08:56

                                                Un peu de cohérence ne serait pas inutile, n’avez vous pas appelé à voter pour une marionnette des promoteurs de la crétinisation et de la « barbarie 2.0 » (ce 2.0 ridicule accolé un peu partout est un signe de cette crétinisation).


                                                • baleti baleti 2 juin 2017 21:40

                                                  @tinga


                                                  «  »(ce 2.0 ridicule accolé un peu partout est un signe de cette crétinisation).«  »

                                                  Exactement

                                                • yvesduc 3 juin 2017 11:21

                                                  C’est le 11-Septembre qui m’a converti à la lecture. Je lis environ une douzaine de livres par an, essentiellement des essais. Politique, Histoire, économie, actualité… Acquérir une culture politique est quelque peu anxiogène, aussi je le vois comme un devoir citoyen, qui avec les années est néanmoins devenu une passion. Avant le 11-Septembre, je lisais quelques romans, pendant les vacances uniquement. C’est la prise de conscience de l’ampleur de l’ignorance dans laquelle la population est maintenue, qui m’a « jeté » dans les livres et une sorte de course effrénée à la connaissance. Les livres sont complémentaires des articles et des (web-)documentaires ; les seconds mènent aux premiers.


                                                  • zygzornifle zygzornifle 3 juin 2017 12:47

                                                    Après la POP musique voila le POP uliste et cela finira avec la soupe POP ulaire .....


                                                    • smilodon smilodon 3 juin 2017 21:20

                                                      @ l’auteur : N’étant ni érudit ni philosophe moi-même, mais ayant traversé ces « époques » peut-être à un moment « favorable » (20 piges en 77 avec le disco, c’était pas mal), j’ai ma propre analyse du « changement », qui n’explique pas tout, et qui ne vaut que ce qu’elle vaut.
                                                      ..... Il me semble que les années « 80 » (et avant), étaient celles du « SON ».
                                                      ..... Tous mes potes de l’époque avaient un « objectif », se payer la plus belle chaine « hi-fi » !....
                                                      ..... Belle ou pas, on en avait tous une, avec une collec de vinyles et de K7.
                                                      ..... Et dans nos bagnoles, le meilleur autoradio K7, ou même encore à l’époque, lecteurs « cartouches »... Mais c’était la fin......
                                                      ..... Et puis d’un coup d’un seul, vers 1985 (2 ou 3 ans après la naissance de CANAL+), cette « époque du son » est devenue celle de l’IMAGE !......
                                                      ..... On a redécouvert la téloche de nos « vieux », mais avec un magnétoscope et des K7 vidéos !.....
                                                      ..... Il y a eu un vrai « tournant » dans ces années-là.......
                                                      ..... On est passé du « son » à « l’image » !......
                                                      ...... Ca peut paraître stupide ce que je dis.......Mais j’ai senti un véritable changement à cette époque !..... Même plus besoin d’aller au ciné pour voir un film. Suffisait d’acheter la K7 !.....
                                                      ......Comme tous mes potes, j’ai rangé ma belle chaine avec ses grosses enceintes, mes vinyles et mes K7 au fond des cartons.... J’ai acheté une télé couleur, un magnétoscope et des VHS......
                                                      ..... Un peu plus tard j’ai acheté un caméscope avec des K7 plus petites.....
                                                      ..... Le temps de l’image était venu......Vous connaissez la suite !.....
                                                      ..... Je pouvais ouvrir un livre tout en écoutant de la musique sur ma « balle chaine hi-fi »...(et en général, je mettais une musique qui allait avec le bouquin)....
                                                      ......J’ai essayé devant ma télé.......C’est pas possible.....Lire et écouter, c’est possible....Mais pas lire et regarder !......Je pense que tout le reste découle de çà !.......Peut-être que je me trompe....Mais il me semble !..... Il me semble bien !.....De nos jours, si vous ne donnez pas une « belle image », personne ne vous écoutera !....
                                                      ..... J’ai entendu et aimé DYLAN bien avant de le voir !....Et quand je l’ai vu je l’ai trouvé moche... Mais trop tard ! Je l’aimais déjà !......Dans « l’autre sens », aurais-je été « fan » ???......
                                                      ..... L’image a tué le son !.....Tout est là !....
                                                      ..... Adishatz.


                                                      • jack mandon jack mandon 4 juin 2017 13:14

                                                        Le dilemme majeur, le peuple est doublement pluriel, il est multitude en soi et constitué d’un fourmillement de peuples qui se s’aiment pas, s’ignorent ou s’étrippent.

                                                        Merci Bernard Dugué de votre présence séculaire...ça nous rajeuni pas tout ça !


                                                        • bruno35 4 juin 2017 17:52

                                                          Nous faisons face à une crise de civilisation.Poser comme diagnostique le manque de culture c’est tomber à coté.Le coeur d’une civilisation ,son moteur commun, c’est sa religion.Et comme toute crise de civilisation ,dans l’histoire, et les exemples sont nombreux,la perte de sens accompagne la perte de Foi.Avec comme corollaire ,une base morale affaiblit,voire pervertie et c’est ce à quoi nous faisons face. La société de consommation et l’individualisme ne font qu’accompagner et amplifier ce mouvement.Ce n’est pas faire injure à l’avenir de déclarer que cela va logiquement s’aggraver.Il est intéressant de noter que l’Allemagne pré-nazie est la société la plus évoluée de son temps ,la plus éduquée ,et de loin.La lente mais inexorable perte de Foi de ce pays pendant le 19ème siècle n’a fait qu’accompagner le développement des thèses raciales.D’ailleurs les SS recrutaient parmi les plus éduqués et les moins religieux,pas le bas peuple.Les abstractions délirantes des idéologues n’ont jamais été idolâtrée par le peuple,bien plus pragmatique.Je retrouve « la thèse culturelle »de notre déclin assez souvent sur un blog ou un autre,souvent formulée par des personnes brillantes.Ces personnes se trompent .Et j’affirme qu’Il ne peut y avoir de retour en arrière ,le retour à une société « éclairée » sans une solide et stricte éducation parentale et aucune éducation parentale solide sans de saines bases morales et aucune saines bases morales sans une foi dans le Dieu de la bible.La société occidentale des années 60 a rejeté massivement la transcendance pour se vautrer dans un matérialisme vain et inutile.Notre post modernisme a lui aussi atteint ses limites.On voit d’ailleurs aujourd’hui l’explosion des comportements psychopathes et pervers narcissiques .Ces comportements trouvent face à la croyance et à la crainte en un Dieu un frein puissant.Un individu croyant atteint de ces pathologies se limite dans sa toute puissance.Il ne peut y avoir,face à un tel rejet de retour en arrière possible.D’ailleurs ,dans l’histoire les retours en arrières n’existent pas.Face aux attentats islamistes à répétition je retrouve chez mes contemporains les plus éduqués la même antienne anti-religieuse ,antichrétienne le plus souvent,amalgamant deux religions contraires sur tout ou presque.Il n’y a donc pas de « solution » clef en main.Nous assistons à un déclin d’autant plus inexorable qu’il n’est pas compris et j’ose le dire incompréhensible à un non-chrétien.


                                                          • franc 4 juin 2017 22:03
                                                            je suis à peu près d’accord avec la philosophie générale de cet article ,le concept de barbarie 2.0 est assez juste et pertinent , sauf que votre emploi du mot « populisme » est maladroit car le mot est ambiguë en ayant plusieurs sens dont l’un est positif et l’autre négatif .

                                                            Vous l’employez dans le sens négatif dans le sens de démagogique alors que ceux qui s’opposent à vous ne manque de l’utiliser dans le sens positif de bon sens populaire 

                                                             Vous auriez dû avant définir le mot populisme dans le sens que vous l’employez ou mieux l’expliquer ,ou alors employer le mot démagogisme à la place de populisme 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès