• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les bavards, les sourds et les sectarisations

Les bavards, les sourds et les sectarisations

JPEG

§ 1. A notre époque d’hyper numérisation, d’étranges phénomènes se produisent dans le monde. En matière de géopolitique, d’événements géophysiques, incendies, sécheresse, ouragans, mais aussi dans la sphère médiatique. Je n’y avais guère prêté attention mais cette fois, c’est certain, je crois bien que les individus ne savent plus écouter et d’ailleurs, ils n’écoutent pas. Ce constat, je l’ai fait en observant les médias de masse mais aussi les médias dits « citoyens » comme Agoravox, tout en incluant quelques constatations tirées de mon expérience personnelle.

§ 2. Commençons par les médias avec le cas emblématique de JPE qui anime Bibliothèque Médicis, une intéressante émission sur la chaîne LCP avec une diversité d’auteurs remarquables. Hélas, JPE n’arrive pas à écouter les auteurs. Et c’est normal car à l’entendre, JPE en sait autant sinon plus que les auteurs auxquels il coupe régulièrement la parole pour parler de ce qu’il sait. Sur les ondes d’Inter, Nicolas Demorand est lui aussi un cas d’école. Avez-vous remarqué que Demorand sait plein de choses et même plus que son invité dans le studio de radio. Bien souvent, Demorand pratique une forme de harcèlement verbal pour que son invité confirme ce qu’il sait et qu’il n’a pas besoin d’écouter puisqu’il en sait autant que son interlocuteur. Il n’est pas le seul. Chez JJ Bourdin, c’est un peu différent. C’est une écoute orientée, ciblée. Il est sévère, Bourdin et lorsque l’invité entre dans le studio, il doit s’attendre à être placé en garde à vue pour un interrogatoire serré.

§ 3. La lecture des commentaires sur les sites dits citoyens ou participatifs est édifiante dans la mesure où elle traduit la présence de ces bavardages sans intérêt montrant que ces gens là ne savent plus lire ni écouter. Ils n’accordent aucune attention au texte de l’auteur et s’appliquent à écrire pour ne rien dire. Ces gens là savent tout sur rien et rien sur tout, ils vous corrigent, ils disent que telle chose est fausse, que vous vous trompé. Après avoir navigué en touristes sur les pages du Web, ils en savent plus et mieux que les auteurs d’articles qui ont travaillé des jours voire des semaines pour parvenir à une analyse pertinente des choses. Ces gens là ne lisent pas les auteurs mais parlent d’eux-mêmes. Leur ego rétréci est plus important que les grands événements du monde.

§ 4. Mon expérience personnelle laisse penser à un déficit d’écoute qui semble-t-il s’est accentué depuis quelques années. Je ne dispose pas de données complètes et laisse ce phénomène aux sociologues. A l’heure de la publicité et du bavardage, les dires pertinents et les offres de conversation sont déclinés. Vous devenez à l’image d’un prospectus publicitaire. On vous jette à la poubelle. Ce sentiment doit néanmoins être nuancé, voire amendé. La grande facilité pour transmettre des mails et des informations peut laisser croire qu’on ne vous entend pas dès lors que la machine ne répond pas dans un délai raisonnable mais court.

§ 5. Le danger est de pousser beaucoup de gens vers la sortie. La surdité et le bavardage ne sont que des indices témoignant du malaise contemporain dont les conséquences sont terribles car le système « produit » des individus parfaitement intégrés mais aussi ce que Harari, auteur de deux best-sellers lus par les puissants de ce monde, désigne comme les inutiles. Tel est le destin de la métaphysique. La science d’un autre siècle distinguait les animaux utiles et les animaux nuisibles. A l’ère technumérique, il y parmi les hommes des utiles et des inutiles.

§ 6. Plus personne n’écoute, tout le monde a un avis sur tout. Le système effectue un tri sélectif. Il y a des avis utiles et d’autres inutiles. On recycle rarement les vieilles recettes, on jette les idées obsolètes. Le bavardage c’est l’expression gouvernée par l’obsolescence gérée. Un avis est remplacé par un autre. Tout ce journalisme citoyen et tout ce magma de réseaux sociaux, cela ne sert pas vraiment l’humain mais s’avère utile pour faire fonctionner la machine technumérique.

§ 7. Que dire de plus. La « surdité » des élites repose aussi sur un fonctionnement dans un réseau. Si vous ne faites par partie d’un cercle, d’une institution ou une confrérie, on vous ignore. Débrouillez-vous avec les moyens du bord. Quant au bavardage, il repose sur le réseau universel qui est en réalité un robinet jamais fermé pouvant déverser tout et n’importe quoi.

§ 8. On assiste à un processus global de sectarisation. Ce processus s’analyse en prolongeant les études de Luhmann. Les groupes humains se rassemblent et pensent ensemble. A des degrés divers, sont affectés les groupes suivants : partis politiques, syndicats, ONG, grandes entreprises, médias, communautés religieuses ou culturelles… Ces groupes s’écoutent eux-mêmes mais peinent parfois à écouter les autres. A l’ère de l’hypercommunication, le dialogue de sourds est un genre très répandu.

§ 9. Le bavardage et la sectarisation peuvent-ils êtres maîtrisés ? Je ne crois pas mais c’est avec bienveillance que j’accepterai les arguments contraires.

§ 10. Ces phénomènes entraînent-ils le déclin des civilisations, voire le naufrage de l’homme ? C’est possible mais je n’ai pas sous la main tous les éléments pour penser cette question.

§ 11. Le contexte du bavardage et de la sectarisation est épouvantable pour le philosophe qui a des choses à dire dans ce monde où souvent l’on parle pour ne rien dire.

§ 12. Vais-je arrêter de penser ? Non !


Moyenne des avis sur cet article :  1.64/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Franck Einstein Franck Einstein 1er novembre 17:09

     
    Les philosophe discutent la nuit, cachés, suivant les conseils de Platon
     
    Toute vraie civilisation a besoin d’esclavage, disait un moustachu, les esclaves sont abrutis par les écrans du Spectacle
     
    Non, all is right pour parler le colonisé en marche.
     


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 17:21

      L’auteur est bien sévère avec lui-même dans cette auto-critique !


      • Robert Lavigue Robert Lavigue 1er novembre 17:26

        @Jeussey de Sourcesûre

        Mouais ! Avec 1880 narticles au compteur mitoyen, question bavardages il semble maîtriser !


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 17:39

        @Robert Lavigue

        La prolixité n’est en effet pas antinomique du bavardage.
        Je vous présenterai ma concierge : vous serez impressionné !

      • mmbbb 1er novembre 19:34

        @Jeussey de Sourcesûre c’est pour cela que les flics interrogent toujours les concierges


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 2 novembre 09:09

        @mmbbb

        ... et ils ont bien tort ! Les concierges, c’est comme les chèvres : faut pas les croire ! Elles disent que des menteries !


        « Un indien garde ses chèvres. Un cow-boy lui demande en montrant son chien : 
         »Je peux parler à ton chien  ? 
        -Chien pas parler ! 

        Le cow boy s’approche du chien. 
        -Cet Indien, c’est ton maître ? 
        -Ouais. 
        -Tu t’entends bien avec lui ? 
        -Oauis. Il me donne de la bonne bouffe. 
        (Ahurissement de l’Indien) 

        Puis le cow-boy demande à l’Indien : 
        -Je peux parler à ton cheval  ? 
        -Cheval pas parler. 

        Le cow-boy s’approche du cheval. 
        -Cet indien, c’est ton maître ? 
        -Oui. 
        -Il est sympa ? 
        -Très sympa : il m’a même construit une cabane. 
        (l’Indien n’en croit pas ses oreilles) 

        Le cow-boy revient vers l’Indien. 
        -C’est tes chèvres ? 
        -Chèvres mentir !"

      • Lavéritéestailleurs 1er novembre 17:28

        Quelle bonne surprise de voir un tel article vraiment hors normes sur le média citoyen

        BRAVO l’auteur

        J’ai apprécié le §3 particulièrement ajusté aux commentateurs d’ Agoravox

         smiley



          • JL JL 1er novembre 17:43

            ’’ils disent que telle chose est fausse, que vous vous trompé’’
             
             C’est en effet comme cela qu’ils l’écrivent le plus souvent !
             
             smiley


            • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 1er novembre 17:47

              @JL

              il arrive même qu’ils aient raison...

               smiley

            • Cateaufoncel 1er novembre 18:02

              "Ces gens là ne lisent pas les auteurs mais parlent d’eux-mêmes. Leur ego rétréci est plus important que les grands événements du monde."

              Je vois une foule innombrable d’hommes semblables et égaux qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils emplissent leurs âmes. Chacun d’eux, retiré à l’écart, est comme étranger à la destinée de tous les autres : ses enfants et ses amis particuliers forment pour lui toute l’espèce humaine ; quant au demeurant de ses concitoyens, il est à côté d’eux, mais il ne les voit pas ; il les touche et ne les sent point ; il n’existe qu’en lui-même et pour lui seul, et, s’il lui reste encore une famille, on peut dire du moins qu’il n’a plus de patrie. - Alexis de Tocqueville - De la démocratie en Amérique.

              Il les a vues venir de loin, Tocqueville, les conséquences ultimes des vaticinations des Lumières. Qui conservent, néanmoins, leurs admirateurs inconditionnels,variété de sourds parmi les autres...


              • Vraidrapo 1er novembre 19:08

                Article très intéressant comme point de départ d’une discussion en salle.
                Je vais faire court : concernant le savoir et la communication.
                1° J’ai l’impression que les Media du MEDEF ont très bien verrouillé l’info, probablement par le truchement du Siècle,
                2° le Français lambda consomme et tant que ça dure, il se débrouille ( les guerres, il s’en fout, le terrorisme, il digère comme une fatalité tant qu’il n’est pas concerné)..
                3° en matière de géostratégie, le seul paramètre sur lequel je sens une tendance est que la politique coloniale d’Israël est injuste, soutenue par le nouveau pouvoir politique et des Assos françaises ( ça n’est peut-être pas du gout de tout le monde mais c’est ce que j’entends chez des anonymes )


                • mmbbb 1er novembre 19:36

                  Dugue je ne peux pas lire tes articles trop compliques trop de mots savants Tu m avais ecrit « l auteur te dis que tu es un con » Je suis un tantinet rancunier Je te retournes le compliment


                  • Sparker Sparker 1er novembre 22:20

                    Je suis d’accord sur la critique des articles, commentaires et relations qui en découlent.
                    Mais ces médias « citoyens » n’existaient pas auparavant ça fait à peine 20 ans que la mayonnaise à pris globalement.
                    Il faut essuyer les plâtres et ça passe par le « Moi je pense que » ce qui me semble logique. On est chez soi devant son ordi souvent seul dans sa bulle et on souhaite s’exprimer et il le faut ! Tout ça est nouveau et l’intégration de ces technologies à marche forcée chamboulent autant qu’elles promettent.
                    Je serais curieux de savoir ches les abstentionnistes le niveau de culture. Je me demande si ce n’est pas la première génération qui veut penser « hors système » et à, c’est nouveau, des outils pour le faire, penser le monde en réseaux et non plus pyramidal.
                    Nos générations paieront les frais de cette transition, plus rien n’est comme c’était dans notre jeune temps de prise en considération du monde qui nous entoure et l’avenir nous semble nébulleux matiné d’inquiétudes.
                    Le philosophe est un peu au rencard de nos temps, les réalités pragmatiques ont le dessus mais c’est nécessaire car pour philosopher faut être serein.


                    • L'enfoiré L’enfoiré 2 novembre 16:31

                      @Sparker

                      "Nos générations paieront les frais de cette transition, plus rien n’est comme c’était dans notre jeune temps de prise en considération du monde qui nous entoure et l’avenir nous semble nébulleux matiné d’inquiétudes.« 

                      J’ai eu la (mal)chance de faire partie de contributeur de ce dont vous parlez.
                      Je n’ai donc pas ressenti d’une rupture numérique.
                      Ma génération, celle des geeks fastoches,
                       »Faudra leur dire, à ces petits vieux bien sages et bien propres que la société attend qu’ils disparaissent du paysage du numérique pour qu’ils puissent s’en saouler jusqu’à l’extase", comme je venais de l’écrire.


                    • Taverne Taverne 2 novembre 13:02

                      L’intelligence artificielle, nous y sommes !

                      La plupart des gens n’ont plus qu’une intelligence artificielle ; ils n’emploient plus leurs cerveaux pour des pensées autonomes mais pour faire du bruit autour de leur personnes et de leurs opinions, des opinions qu’il croient personnelles mais qu’ils ont adoptées en écoutant les médias ou sur internet.Tout n’est plus qu’artifice, excès et réaction irréfléchie.


                      • L'enfoiré L’enfoiré 2 novembre 16:25

                        @Taverne

                        Oui, Paul. On pense qu’on crée de l’intelligence artificielle.
                        Or, c’est notre propre intelligence qu’on a mise en boîte.
                        Ne dis pas cela à ceux qui pense avoir une intelligence au dessus de tous soupçon.  smiley


                      • J’ai pris l’option d’écrire sans me poser la question : serais-je comprise ? Il s’agit plutôt de bouteilles à la mer. Une forme d’écriture automatique. Je n’ai personne à convaincre (quelle horreur !!!). Et puis, convaincre de quoi ? Il paraît que ’le système possède une mémoire akashique. Ce doit être vrai, puisque chaque jour je reçois des PINTEREST qui correspondent exactement à mes intérêts. Qu’importe le message, seul compte la dé« marche ».


                        • L'enfoiré L’enfoiré 2 novembre 15:59

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                          Bonne résolution.
                          Écrivez pour vous faire plaisir en se foutant du regard oblique des passants honnêtes.
                          Celui qui écrit uniquement pour les autres n’est que demeuré espérant devenir un nouveau Erostrate.
                          Soyez-vous.
                          Ayez de l’imagination. La vôtre et pas celle de votre vosiin.  smiley


                        • Et d’ailleurs, la meilleurs manière de convaincre, c’est encore d’écrire : faites ceci ou cela étant assuré que les personnes feront exactement l’inverse. Les conseilleurs ne sont pas les payeurs. Alors, à quoi sert-il encore d’écrire ? De toute façon tout est dans les bouquins que plus personne ne lit. Parce que simplement la question se posera toujours : écrire ou ne pas écrire ?


                          • L'enfoiré L’enfoiré 2 novembre 16:00

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                             Pas besoin de convaincre.
                            Convaincre qui ? Pour quoi ?


                          • zygzornifle zygzornifle 2 novembre 14:33

                            Vu ce qu’il se passe en cette période de dénonciation de harcèlements il faut ajouter un quatrième singe avec la main sur la bite ....


                            • L'enfoiré L’enfoiré 2 novembre 15:55

                               Bonjour Bernard,
                               Voyons vos points de conclusion :

                              § 1. A notre époque d’hyper numérisation,... je crois bien que les individus ne savent plus écouter ...  les médias de masse mais aussi les médias dits « citoyens » comme Agoravox« 

                              - Tout à fait. La perte de repères en est la cause. Mais j’utilise le mot »penser« plutôt que »croire« .

                              Mon dernier billet »Le lien entre ’je t’aime’ et ’moi non plus" comme d’autres n’en sont que le reflet. 

                              Qui croire ? Personne. La recherche de la réalité ou de la vérité demande énormément de temps que je n’aurais jamais entrepris dans un autre volet de ma vie.

                              Avec l’âge, quand on n’a plus rien à prouver, on devient philosophe et on écrit un journal personnel.

                              Parfois comme hier, je recevais des échos qui peuvent refroidir et que j’ai ajouté ensemble dans commentaire.

                              § 2. Commençons par les médias avec le cas emblématique de JPE qui anime Bibliothèque Médicis,

                              - Je ne connais pas mais j’ai connu l’autre émission « Ce soir où jamais » qui a disparu et qui respectait des principes de démocratie..

                              § 3. La lecture des commentaires sur les sites dits citoyens ou participatifs est édifiante dans la mesure où elle traduit la présence de ces bavardages sans intérêt montrant que ces gens là ne savent plus lire ni écouter. Ils n’accordent aucune attention au texte de l’auteur et s’appliquent à écrire pour ne rien dire".

                              - En fait, le bavardage commence déjà avec l’article qui n’est qu’un prétexte à la discussion vaine puisque chacun a ses propres prérogatives et sa propre histoire. Des prêcheurs qui ne prêchent que pour leur chapelle. En fait, il ya trop de médias qui répètent la même chose en s’envoyant la patate chaude.

                              § 4. ... un déficit d’écoute ... à analyser aux sociologues. A l’heure de la publicité et du bavardage, les dires pertinents et les offres de conversation sont déclinés. On vous jette à la poubelle."

                              - Absolument. Quand on quitte, on n’existe plus pour la plupart des anciens collègues.. La famille.reste le seul lien. Mais quand ce n’est pas toujours, il reste les retrouvailles lors d’un enterrement d’un proche. 

                              La machine ne répond pas dans un délai raisonnable on attend toujours qu’il y ait des milliers de hz derrière le capot. .

                              § 5. Le danger est de pousser beaucoup de gens vers la sortie.

                              - Exact. Ce serait antidémocratique. Le destin de la métaphysique ne cherche pas les animaux utiles et les animaux nuisibles. A l’ère technonumérique, on ne sait où on va, mais on y va en suivant à vitesse variable l’évolution. Point.

                              § 6. Le système effectue un tri sélectif. Il y a des avis utiles et d’autres inutiles. On recycle rarement les vieilles recettes, on jette les idées obsolètes.

                              - L’obsolescence est gérée et programmée.

                              § 7. des élites repose aussi sur un fonctionnement dans un réseau. Si vous ne faites par partie d’un cercle, d’une institution ou une confrérie, on vous ignore.

                              - Google+ sépare les gens dans des boîtes imperméables, tandis que Fakebook se charge de rassembler les humeurs et les photos de famille.. On tweet dans 140 caractères maxi comme Trump. Cela fait jeune et aux States on aime ce qui l’est..

                              § 8. processus global de sectarisation. Les groupes humains se rassemblent et pensent ensemble.

                              - C’est la théorie des ensembles qui se présente par la pratique.

                              § 9. Le bavardage et la sectarisation peuvent-ils êtres maîtrisés ? Je ne crois pas mais c’est avec bienveillance que j’accepterai les arguments contraires.

                              - Accepter les arguments opposés font partie du jeu sous peine d’être montré comme raciste.

                              § 10. Ces phénomènes entraînent-ils le déclin des civilisations, voire le naufrage de l’homme ? C’est possible mais je n’ai pas sous la main tous les éléments pour penser cette question.

                              - naufrage d’un homme, mais pas des hommes. Place aux jeunes qui feront comme ils le disent mieux que les précédents dans la course relais.

                              § 11. le philosophe qui a des choses à dire dans ce monde où souvent l’on parle pour ne rien dire.

                              - La philosophie vient en son temps. Sont-ils plus malins avec leur expérience ?

                              § 12. Vais-je arrêter de penser ? Non !

                              - Moi, non plus...

                              Ouf...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires