• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les écoles ne sont pas des casernes

Les écoles ne sont pas des casernes

« Toutes les bonnes choses qui existent sont les fruits de l’originalité. » (John Stuart Mill, 1864).



Dans la rubrique "La France s’enflamme pour des bricoles", le débat sur l’uniforme à l’école a évidemment toute sa place. Si ce sujet peut passionner les Français, c’est parce qu’il fait partie de ces faux sujets qui ont pour base profonde le mal à l’identité et la perte du sens commun.

Disons-le ici dès le départ, je suis opposé à l’uniforme pour les écoliers. J’avais soutenu la candidature de François Fillon à l’élection présidentielle de 2017, mais j’avais trouvé stupide et inapproprié de mettre dans un projet présidentiel le port de l’uniforme dans les écoles. Stupide sur la forme, car il n’y a qu’en France qu’on pense qu’un Président de la République doit s’occuper des vêtements que porterait un môme de sept ans à l’école primaire ! Inapproprié sur le fond, ce que je vais tenter d’argumenter dans les lignes suivantes.

Prenons d’abord les faits qui ont fait surgir brusquement ce sujet d’actualité en fin d’année scolaire. Un maire LR, que je ne citerai pas, d’une petite ville de la région parisienne que je ne citerai pas plus, sinon pour dire qu’elle fut administrée, dans un temps ancien, par un illustre académicien, a organisé une consultation locale auprès des parents d’élèves des écoles primaires, du cours préparatoire (CP) au cours moyen seconde année (CM2) pour savoir s’ils sont d’accord ou pas avec le port de l’uniforme, avant d’étendre la mesure, le cas échéant, au collège.

La consultation (ce n’est pas un référendum), qui s’est déroulée pendant toute la semaine à cheval en mai et juin 2018, a approuvé à 62% la proposition du maire contre 38%. Si elle bénéficie d’une nette majorité, la mesure n’est cependant pas consensuelle pour autant car 38% représente une forte minorité opposée. Le Ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a apporté son soutien à cette initiative sans vouloir la généraliser partout dans le pays.

Concrètement, la mairie proposera aux parents d’élève un "trousseau" d’une dizaine de vêtements (pull, pantalon, jupe, etc.) pour le prix de 145 euros, vêtements qui pourraient être éventuellement réutilisés par les plus jeunes ultérieurement. Le prix n’est pas excessif par rapport au prix du marché (c’est même inférieur) mais dans une comparaison avec l’achat d’un nombre identique de vêtements neufs de même nature.

Déjà, rien que sur le plan financier, c’est bancal quand on sait que certaines familles ont du mal à payer les quelques dizaines d’euros de tarif réduit pour les cantines scolaires. Alors 145 euros ? Car certaines familles se débrouillent, rachètent des vêtements d’occasion, en récupèrent des plus grands, ou se les confectionnent eux-mêmes pour économiser.

Sur le plan légal, la seule chose qui compte est le règlement intérieur des établissements scolaires qui doit imposer une tenue correcte aux élèves (l’uniforme n’a donc pas pour fonction d’éviter les tenues négligées, elles sont déjà interdites).

Mais aucune loi ne peut imposer à une famille l’uniforme pour ses enfants, et par conséquent, l’uniforme sera nécessairement porté sur la base du volontariat. Là encore, on voit le côté bancal de la mesure : l’intérêt de l’uniforme (comme son nom l’indique), c’est que tout le groupe le porte. Si chacun fait ce qu’il veut, les uns avec un uniforme, les autres sans, il n’a déjà plus beaucoup d’intérêt ni de cohérence.

Rien que sur le plan réglementaire, donc, c’est un faux débat. Et si un chef d’établissement venait à imposer l’uniforme, je ne doute pas que l’affaire remonterait jusqu’au Conseil d’État comme ce fut le cas lors de la première "affaire" du foulard à l’école il y a près d’une trentaine d’années. À l’époque, d’ailleurs, le Conseil d’État avait botté en touche et avait répondu au Ministre de l’Éducation nationale de l’époque, un certain Lionel Jospin, qu’il fallait régler ce problème par la loi, ce qui a mis quinze ans pour la faire adopter (sous Jacques Chirac).

Reprenons aussi quelques titres dans les médias. Beaucoup parlent d’un "retour de l’uniforme" dans les écoles. Je ne dois pas vivre dans le même pays que ceux qui ont écrit de tels titres. Je ne me croyais ni en Chine communiste, ni même à Cambridge, Oxford… que sais-je ? Le problème, c’est qu’il n’y a jamais eu d’uniformes à l’école en France, et heureusement.

Ceux qui parlent de "retour" montrent, à peine masquée, leur envie de retour en arrière. Un retour vers un passé idéalisé, mythifié. Le fameux "C’était mieux avant" (avant : "quand j’étais jeune", sans doute) fait des ravages dans les réflexions. On ne les appelle pas des "traditionalistes" (puisque l’uniforme n’a jamais été porté par les écoliers, ce n’est donc pas une tradition), on les appelle des "réactionnaires", c’est-à-dire (attention, c’est ma définition), des personnes qui, ayant peur du présent, cherchent à se raccrocher à des branches qu’elles pourraient croire du passé et qui ne sont en fait que dans leur propre imaginaire (très arbitraire et subjectif). Rien à voir avec des "conservateurs" dont les meilleurs prototypes aujourd’hui se trouvent plutôt à la CGT et à la France insoumise : surtout, ne touchons à rien, tout va bien malgré les 10 millions de précaires et de demandeurs d’emploi !

Non, il n’y a jamais eu d’uniforme à l’école publique en France. Il y a eu en revanche le port de la blouse jusque dans les années 1970, pour des raisons très concrètes qui intéressent surtout les mères de famille (et les rares pères qui s’occupent de ces choses-là) : la blouse servait pour son utilisation classique, à savoir, se protéger des taches d’encre, car les enfants, beaucoup plus que les adultes, pouvaient faire quelques dégâts sur leurs vêtements avec de l’encre. L’arrivée du stylo à bille a rendu inutile ce type de protection (même si dans certains établissements, l’écriture au stylo à encre, plus agréable à la lecture, est encore demandée). Et cette blouse ne pouvait pas être assimilée à un uniforme puisque toutes les blouses étaient différentes, de différentes couleurs, différents tissus.

Le principe de l’uniforme n’est pas, dans l’absolu, une aberration. Lorsque j’ai fait mon service militaire, j’ai même pu comprendre sa raison d’être, au-delà du fait que le chef commande et les soldats ne doivent demeurer que des pions désindividualisés qui obéissent.

L’uniforme est à la fois une solidarité et une identité. J’ai le souvenir qu’un compagnon ayant attrapé un rhume voulait porter son foulard, et nous avions accepté de le porter aussi car il fallait une uniformité de la troupe. Intellectuellement, cela pouvait paraître stupide car rien n’empêchait, théoriquement, surtout en temps de paix, que l’un portât un foulard pour le protéger du froid et pas les autres. Mais cela prouvait aussi la solidarité de tout le corps, prêt à se contraindre pour aider un camarade.

Identité aussi, voire fierté. J’étais chez les chasseurs alpins, et il était assez fréquent que ceux qui quittaient le bataillon après leur service achetassent au moins leur "tarte" (à cinquante francs, il me semble). Je n’ai pas pu en acheter une car il n’y en avait plus à ma taille (je n’avais pourtant pas une tête énorme !) mais je l’aurais volontiers fait s’il en était resté. Certains régiments sont peut-être plus prestigieux que d’autres, et en arrivant dans ce bataillon, j’étais d’ailleurs étonné de la forte réputation des chasseurs alpins auprès de la population d’Annecy. Je dois même dire que c’est une bonne piste pour charmer la gent féminine ! L’histoire aide et les valeureux et jeunes résistants du Plateau des Glières n’y étaient pas pour rien.

_yartiUniforme01

Mais là, c’étaient des militaires. Et si un militaire doit être interchangeable, si on lui demande justement de ne plus penser par lui-même (ce qui est relativement facile vu le rythme physique qu’on lui impose), c’est tout le contraire de l’écolier, de l’élève, de l’étudiant. Je rappelle le but ultime de l’instruction : devenir un citoyen éclairé, penser par soi-même, être capable d’esprit critique mais aussi d’esprit de solidarité et de responsabilité. Donc, se fier plus à l’individu, à la personne humaine, qu’à des considérations collectives. C’est l’esprit (classique) des Lumières mis en pratique par les lois de Jules Ferry et par les fameux hussards de la République, terme créé par Charles Péguy.

Justement, l’école n’est pas une caserne. On demande aux élèves de réfléchir par eux-mêmes. De ne pas attendre son salut du groupe mais de lui-même. Sans compter qu’on peut aussi leur donner l’esprit de compétition, car la vie active n’est (hélas) qu’un concours permanent.

Alors, prenons les différents arguments pour vouloir cet uniforme.

Le premier, c’est effacer les différences sociales. C’est vrai, il y a des différences de niveau de vie telles que certains écoliers sont habillés "chèrement" et d’autres beaucoup moins. Pourtant, cette révélation sociale ne sera pas effacée par le port de l’uniforme. Car il y aura toujours d’autres distinctions sociales : la montre, par exemple, le collier, la gourmette, le bracelet, ou tout ce qui ne ferait pas partie du "trousseau" (par exemple, peut-être les chaussures). Et sans doute que la plus grande différence sociale, c’est entre ceux qui partent loin en vacances et qui ne partent pas, ceux qui partent en week-end et ceux qui ne partent pas, ceux qui ont des consoles de jeu très coûteuses et les autres, etc. Les différences sociales reviendront toujours par des chemins détournés.

Le deuxième argument est pécuniaire. Je doute de l’efficacité de cet argument car l’uniforme oblige les familles à payer une forte somme. Elle est sans doute plus faible que la moyenne annuelle pour un enfant, mais cela dépend justement des familles. L’autre point de l’argument, c’est que cela éviterait la course aux marques, aux vêtements chic. Probablement. Mais je reste convaincu que la meilleure réponse contre cette course stupide et coûteuse, c’est une réponse éducative. Donner le sens des choses, la hiérarchie des valeurs, et rappeler que si ce sont les parents qui sont les payeurs, ils peuvent aussi se permettre de donner des limites aux désirs de leurs enfants dès lors qu’ils les leur expliquent clairement. L’enfant n’est pas roi.

Le troisième argument utilisé a été pour certains la laïcité. Un uniforme remplit son rôle de neutralité devant la religion. Pourtant, d’une part, les règlements intérieurs et même la loi interdisent tout signe ostentatoire d’une religion dans l’enceinte de l’école, donc, c’est déjà acté pour la laïcité. D’autre part, pour les provocateurs, il y aura certainement d’autres moyens de montrer l’appartenance à une religion, ne serait-ce que dans la manière de manger dans les cantines scolaires.

Le quatrième argument est curieux dans sa cohérence (je les classe sans forcément un ordre précis) car il est en opposition avec les premiers, ceux de l’indifférenciation. Il y a en effet avec le port de l’uniforme un sentiment très fort de fierté et surtout, d’identité à un collectif. C’est donc un argument de différenciation. Différenciation avec les autres corps, les autres établissements. Mais aussi avec les autres identités. La jupe identifie le sexe (on a dit que les filles pourraient quand même porter le pantalon, on respire). C’est justement cette différenciation et ce sentiment d’appartenance qui sont la raison des uniformes dans des collèges britanniques prestigieux. Je suis pareil que les miens, mais différents des autres (pas les miens).

La frontière entre "les nôtres" et "eux" me paraît toujours douteuse et malsaine car ce clivage engendre les pires excès qui peuvent se traduire par la xénophobie, le racisme, l’antisémitisme, etc. et plus généralement le "racisme anti-quelque chose".

Sentiment d’appartenance ? Nous y voilà. Certains confondent les choses et passent allègrement du sentiment d’appartenance à un établissement à celui d’une nation. Ainsi, pour Geoffroy Lejeune, très sympathique et intelligent directeur de "Valeurs Actuelles" (que j’apprécie beaucoup par ailleurs), invité sur LCI le 4 juin 2018, il ne paraîtrait pas inopportun d’imposer aux écoliers le salut au drapeau tricolore et la Marseillaise tous les jours. On voit bien que le courant réactionnaire peut s’exprimer en toute occasion, et ce n’est pas l’apanage de la droite ; durant sa campagne présidentielle en 2007, Ségolène Royal avait évoqué l’armée pour résoudre les problèmes sociaux dans certains quartiers défavorisés.

Imaginons qu’on impose cela aux enfants (après tout, on leur imposait bien la prière le matin dans certains établissements) : que ferait-on, comment réagirait l’enseignant, le chef d’établissement, si jamais un des élèves se mettait à manquer de respect avec le drapeau ou l’hymne national ? Or, vu le niveau de rébellion à bons comptes de certains collégiens et lycéens dans certains quartiers, il paraît assez probable que ce genre de provocations serait nombreux et engluerait le débat public dans des sujets très mineurs par rapport à des objectifs déjà ambitieux sur le niveau éducatif qu’on voudrait obtenir d’une génération.

Dans les mesures réactionnaires, on peut aussi imaginer la fin de la mixité dans les écoles. N’importe quel enseignant qui a connu des classes non mixtes (sexuellement je précise) et qui a vu la mixité (heureusement) arriver dans ses classes pourrait témoigner : les filles, seules, travaillent généralement mieux que les garçons seuls. Et malheureusement, au collège surtout (quand les sens s’éveillent), lorsque les garçons et filles sont mélangés, les filles travaillent généralement moins bien (que seules) car se mettent en mode de représentation devant les garçons. Bon, évidemment, ce sont des généralités qu’il faut pondérer par tous les cas particuliers, mais la tendance est plutôt celle-ci.

Et la réponse à ce constat, serait-ce d’en finir avec la mixité scolaire et de "revenir" aux collèges de garçons et aux collèges de filles ? Bien évidemment non, car l’école, c’est aussi un espace de socialisation, un lieu d’apprentissage de la vie sociale en général, et plus il y a de diversité dans une classe, plus l’élève apprend que les différences ne sont pas si dramatiques que cela et que les choses qui unissent sont plus fortes que les différences. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il est utile d’intégrer les enfants en situation de handicap (à condition d’y mettre les moyens humains), c’est utile à ces enfants qu’il ne faut pas isoler socialement, mais aussi à tous leurs camarades qui ne verraient plus le handicap avant de voir la personne qui vit avec cela.

Faut-il rappeler que le citoyen français est également citoyen européen et qu’à cet égard, il bénéficie de deux belles devises ? La première : "Liberté, égalité, fraternité". C’est-à-dire aussi la liberté de porter les vêtements qu’il souhaite, d’être comme les autres ou au contraire, différent des autres. Et la seconde : "In varietate concordia" qui signifie : "Unie dans la diversité". Eh oui, c’est ce que n’ont pas compris les nationalistes : l’unité n’empêche pas la diversité ni l’identité. Au contraire, elle les renforce car elle leur permet de s’exprimer et d’exister avec beaucoup plus de puissance.

Je crois malheureusement que ce sujet de l’uniforme est encore un faux débat, une sorte de sujet de dispersion, de diversion. Le maire en question l’est devenu récemment en raison de l’application de l’interdiction du cumul : son prédécesseur est un ancien ministre et un député qui occupe aujourd’hui de grandes responsabilités à l’Assemblée Nationale. Je pense surtout que c’est un sujet qui a donné l’occasion, car je ne doute pas que c’était le but premier, à cet élu local, de se faire un coup de publicité à moindre coût et de tenter de faire croître sa notoriété inexistante (d’où ma volonté de ne pas entrer dans ce jeu pervers en ne citant pas son nom). Il y a pourtant d’autres moyens, plus judicieux et plus méritoires pour se différencier et se faire connaître du grand public …de manière flatteuse.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (06 juin 2018)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Les écoles ne sont pas des casernes.
La laïcité.
La réforme du baccalauréat.
Jean-Michel Blanquer.
Prime à l’assiduité.
Notation des ministres.
Les internats d’excellence.
L’écriture inclusive.
La réforme de l’orthographe.
La dictée à l’école.
La réforme du collège.
Le réforme des programmes scolaires.
Le français et l’anglais.
La patriotisme français.

_yartiUniforme02


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (23 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • cassini cassini 7 juin 13:07

    Si j’étais parent d’élève j’enverrais péter l’uniforme comme j’ai envoyé péter la prétention à remettre les collégiens en blouse en classe de 5e après une classe de sixième « en civil ».... et ceci il y a plus de cinquante ans. J’ai suscité le refus de mes camarades garçons, les filles se soumettant. La direction a dû penser qu’elle se contenterait de la moitié de l’effectif en nylon rose.


    Nous portions tous une blouse grise à l’école primaire parce que nous écrivions au porte-plume, outil à produire des taches d’encre, surtout quand on se chamaille avec son voisin. En sixième, disparition du porte-plume au profit du stylo à cartouche, et plus besoin de blouse. 

    Parmi les obsessions droitières imbéciles récurrentes, il y a le retour du service militaire et de l’uniforme en classe. C’est indécrottable ; ça reviendra régulièrement. 

    • Trelawney Trelawney 7 juin 14:01

      Je suis pour le port de l’uniforme à l’école à la seule condition que ce soit un uniforme de clown.

      Clown blanc pour les filles, Auguste pour les garçons, histoire d’être en plus sexiste

      • En l’occurrence, si, jusque dans les années 1960 les écoles étaient des casernes pour enfants au sens propre du terme...
        Aujourd’hui l’uniforme c’est la casquette à l’envers, les écouteurs dans les oreilles, les baskets Nike et le maillot de l’OM dans les REP (zones sensibles)... Plus sérieusement, les britanniques ont laissé tomber le concept, ce sont les cervelles qu’il faut intégrer et non les corps !

        • Souvenir d’enfance dans mon école d’enfance. Ecole Sainte Marie. Marie, déjà très Zazou à l’époque c’était opposée à mes grand-parents qui voulat absolument que je mette l’uniforme bleu de rigueur. Mais ma mère a tenu. Non tu mets un tablier vert comme les feuilles du jardin (écolo avant l’heure). Je me suis retrouvée seule de vant tous les autres qui me regardais la pestiférée. Pourquoi pas le fille du DIABLE (ah oui, dit en passant pour les verrues : le diable vert : excellent). J’ai tenu bon devant la cavalerie,...J’avais de qui tenir... Mais je dois dire que mes années lycées furent marquée par la HAUTEUR de celles qui veanient du Zoute. C’etait l’époque des chaussettes Burlington, les chaussures Salamander. Nous n’avions pas les moyens. https://www.youtube.com/watch?gl=BE&v=YhmLWAcdbNM


          • Lapsus Souvenir d’enfance dans mon école d’enfance. Ecole Sainte Marie. Ma mère, déjà très Zazou à l’époque c’était opposée à mes grand-parents qui voulaient absolument que je mette l’uniforme bleu de rigueur. Mais ma mère a tenu bon. Non tu mets un tablier vert comme les feuilles du jardin (écolo avant l’heure). Je me suis retrouvée seule d vant toutes les autres qui me regardaient comme la pestiférée. Pourquoi pas le fille du DIABLE (ah oui, dit en passant pour les verrues : le diable vert : excellent). J’ai tenu bon devant la cavalerie,...J’avais de qui tenir... Mais je dois dire que mes années lycées furent marquée par la HAUTEUR de celles qui venaient du Zoute. C’etait l’époque des chaussettes Burlington, les chaussures Salamander. Nous n’avions pas les moyens. https://www.youtube.com/watch?gl=BE&v=YhmLWAcdbNM



              • ZenZoe ZenZoe 7 juin 16:54
                Tout dépend de l’objectif.
                S’il s’agit d’égalitarisme (tout le monde habillé pareil), totem français jamais atteint, c’est voué à l’échec de toute façon.
                S’il s’agit d’appartenance et de fierté, façon anglo-saxonne, c’est une très bonne idée. D’ailleurs, qui songerait à supprimer les maillots des sportifs avec le logo de leur club dessus ? Ben une école, c’est pareil !

                • covadonga*722 covadonga*722 7 juin 17:32

                  bof , l’uniforme arrivera assez vite de toute façon, voile pour les filles et qamis pour les garçons 
                  et je pense que votre avis ne vous sera pas demandé .......

                  • lautrecote 8 juin 08:13

                    @FreeDemocracy
                    Pas mal, l’idée du code pine pour ouvrir la ceinture de chasteté des filles....


                  • Self con troll Self con troll 8 juin 08:29

                    @lautrecote
                    Avec un tel pseudo, il faudrait aussi se préoccuper du slip en zinc des garçons


                  • lautrecote 8 juin 11:49

                    @Self con troll
                    pas mal essayé...


                  •  C BARRATIER C BARRATIER 7 juin 20:21

                    Je serais pour le port de l’uniforme fourni totalement gratuit, et rendu en fin d’année scolaire. Dans un lycée hotelier, en cuisine comme en service, il y a un uniforme. Dans un restaurant les serveurs et serveuses ont un uniforme. Je témoigne que « l’habit arrivait à faire le moine » : Des elèves qui se tenaient mal devenaient pros en un instant et le client des restaurants d’application les admiraient.

                    il est impossible par contre, dans l’école publique gratuite et obligatoire, d’imposer un unifome. A l’ecole privée c’est au contraire facile


                    • foufouille foufouille 7 juin 20:36

                      @C BARRATIER

                      mort de rire, tu es vraiment sénile.


                    • Agafia Agafia 7 juin 22:09

                      @foufouille


                      Je ne vois pas en quoi C Barratier serait sénile. 
                      Ce qu’il dit est tout à fait exact. J’habite à côté d’un Lycée hôtelier très réputé en France, et « l’uniforme » est de rigueur. Les garçons sont en costard, le filles sont en jupe. Niveau vestimentaire, et jusqu’au chaussures, ils ont un cahier des charges à respecter très rigoureux, forme, couleurs, hauteur des talons, tout élément composant leur tenue est strictement contrôlé. Coiffure et bijoux de même.

                      Les rues de ma ville sont donc envahies par des jeunes très classes et honnêtement, voir des gens qui ne sont pas négligés, ce n’est pas désagréable, d’autant que ça se fait rare de nos jours.

                      Et cette tenue imposée les incite à une certaine élégance de comportement, ce qui devient également chose rare, à notre époque où le la vulgarité et le laisser-aller sont devenus monnaie courante.

                      Si l’habit ne fait pas le moine, il influence bien souvent le comportement de la personne.

                    • nemuyoake nemuyoake 7 juin 23:41

                      @Agafia
                      Exactement. J’enseigne au Japon au lycée, donc les élèves portent tous un uniforme, avec des codes vestimentaires aussi stricts que les élèves de lycées hoteliers en France, eh bien on insiste beaucoup pour que ces règles strictes soient maintenues pour que le comportement suive, surtout que j’enseigne dans un lycée populaire. Il y a évidemment d’autres raisons purement culturelles (conformité et sens du groupe entre autres) pour le port de l’uniforme.


                    • covadonga*722 covadonga*722 8 juin 07:01

                      @C BARRATIER
                      « il est impossible par contre, dans l’école publique gratuite et obligatoire, d’imposer un unifome. »


                      bonjour , si vous pensez coût dudit uniforme , j’ai traversé nombre de pays pauvres 
                      ou les parents avaient justement à cœur de voir leurs enfants porter un uniforme propre malgré des kms de trajets a pieds.
                      Par ailleurs je vous rappelle que la France verse une généreuse allocation de rentrée scolaire qui hélas fait la plupart du temps le bonheur de Darty et autre Boulanger.

                      A titre plus personnel il est de bon ton dans la gauche « du tout est permis rien n’est interdit » de moquer l’uniforme  comme négation de l’individu , la première fois ou je me suis senti reconnu comme individu responsable est liée au port d’un uniforme ....

                    • foufouille foufouille 8 juin 16:02

                      @Agafia

                      ce qui fonctionne pour un futur métier n’est pas obligatoirement efficace ailleurs. en angleterre, le port de l’uniforme est obligatoire et c’est pas mieux pour autant.


                    • Polity 9 juin 11:09

                      Si l’école n’est pas une caserne, ce n’est pas un stand de mode et d’exhibition ni le lieu ou l’on vient moquer la tenue du voisin. Le port d’uniforme ou de blouses ne militarise pas pour autant les secteurs de la médecine, de l’industrie, de la recherche ou des professions libérales !

                      Somme toute, ni les enfant, ni les parents ne doivent décider de la tenue des élèves dans l’établissement scolaire,et c’est justement le problème de ces 50 dernières années...

                      Je rejoins donc les 80 % des Français favorables au retour de la blouse ou d’uniforme réglementé qui présente les avantages d’égalité, d’unicité, de respect, de discipline et d’une tenue correcte indispensables à la sérénité des cours.

                      Enfin, il est donc urgent et vital que le gouvernement présente un projet de loi qui impose l’uniforme à tous les établissements sans distinction, afin d’éviter toute représentation élitiste, religieuse et/ou idéaliste. C’est une mesure bénéfique que les critiques saugrenues ne peuvent détourner du bon sens.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès