• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les élites et les peuples frappés par les styles déraisonnable et (...)

Les élites et les peuples frappés par les styles déraisonnable et paranoïaque

L’Histoire de France est parsemée de périodes improbables, avec des crises et quelques figures à qui l’on attribue, sur le moment ou après-coup, un rôle providentiel puis que l’on érige en symbole de l’unité nationale. Jeanne d’Arc fut contemporaine de Charles VI dit le fol pour ses accès de démence. Dans les périodes de crise, la folie est souvent présente. Avec plusieurs types, depuis la démence jusqu’à la déraison et souvent un style défini comme paranoïaque. C’est ainsi que sont caractérisées les mouvances populistes contemporaines par quelques analyses de la société (lire le dernier Books).

Notre époque a pris le caractère du style paranoïaque, ce qui représente un paradoxe pour le candide pensant qu’à l’ère des sciences, de la rationalité, de l’éducation et de la communication, les individus ne devraient pas être atteints d’une folie douce irrationnelle. C’est pourtant le cas, avec les adhésions aux idéologies populistes et aux théories du complot. Les citoyens ne sont pas les seuls affectés puisque les gouvernants peuvent être frappés du style paranoïaque ou du moins déraisonnable. Et pas seulement dans les régimes totalitaires comme la Corée du Nord. Un style déraisonnable caractérise le comportement de Donald Trump depuis son entrée à la campagne jusqu’à son premier mois passé à la Maison Blanche.

Le style déraisonnable ou paranoïaque est sans conteste le propre de l’homme car ce style repose sur un dysfonctionnement de la raison qui est aussi le propre de l’homme. Ce style se définit sommairement comme une réaction non appropriée face aux événements et aux choses. Une réaction souvent irrationnelle faite, de crainte, de phobie et parfois d’agressivité. Le style paranoïaque caractérise nombre de déviances propres aux mouvements religieux ayant parsemé l’Histoire de leurs folies et exactions, puis les mouvements idéologiques sectaires. Nazisme, stalinisme mais aussi le maccarthysme, ce vent de folie ayant gagné les Etats-Unis dans les années 1950.

Parmi les modèles les plus édifiants pour analyser le style paranoïaque on choisira l’épisode de la chasse aux sorcières en Europe pendant du début du 16ème au début du 18ème siècle. Cet épisode illustre bien comment un processus de déraison gagne une société en affectant non seulement les populations mais aussi les instances dirigeantes. Les condamnations furent pour la plupart prononcées par des tribunaux princiers, avec une collaboration contrastée du clergé. Le marteau des sorcières constitua le principal texte servant de manuel à l’adresse des traqueurs du malin. Les autorités du Vatican avaient condamné ce livre. Ce qui illustre un rôle méconnu de la théologie qui servit souvent de garde-fou rationnel contre les dérives de la déraison.

La déraison se dessine dans le contexte d’une activité sociale et psychique intense, avec des manipulations et des actions. Le style paranoïaque reposait à l’époque de la Renaissance sur les pratiques magiques et la vie active des hommes. Plus il y a de l’action et de la communication accompagnée de techniques et procédés complexes, plus la déraison et le style parano se développent. La science et la technologie ont remplacé la magie mais l’homme est tout aussi fou et déraisonnable que par le passé, comme en atteste l’analyse des programmes politiques du FN et de la France insoumise. Mélenchon est l’enfant caché de la technocratie planificatrice et de Harry Potter. Son programme économique relève de la pensée magique. Populistes et théoriciens du complot alimentent le style paranoïaque. Alors que la déraison est pratiquée au plus haut sommet de la gouvernance. On en a eu la preuve avec la grippe H1N1 et les milliards gaspillés dans cet épisode de folie sanitaire. Combien de centaines de milliards seront-ils investis dans cette autre folie politique que représente le développement durable, l’écologisme et la régulation impossible du climat ? Et l’écotaxe ?

La situation est donc délicate. Elle rappelle par quelques traits la république de Weimar et la fin de la Troisième République. Dans le contexte actuel, le combat ne peut être que philosophique. Avant de s’occuper des votes citoyens, il faut s’assurer que le cerveau rationnel des gens fonctionne correctement. Avant de choisir des gouvernants, il faut étudier quel est le style des propositions. Souvent le style est déraisonnable. Il y a parfois le style parano et dans la vie publique, le style précaution se glisse dans les secteurs de la vie. Un coup de vent et tous les parcs municipaux sont fermés. Le style parano se traduit parfois par les alertes pollution et la chasse aux voitures pratiquée par les grandes villes. Sans oublier la prime de Royal pour le véhicule électrique qui est un non-sens économique et technique à la fois. L’abattage des canards relève sans doute du style déraisonnable qui est trop souvent le trait caractéristique des systèmes technocratiques.

Pour l’instant, il faut se forger un bouclier immunitaire pour vivre dans un monde gagné par les folies de toutes natures. Ce n’est pas encore foutu. Les gens peuvent discuter tout en adhérant à ces déraisons d’Etat et des médias.

Le plus urgent serait de forger une philosophie de la déraison en traçant les ressorts de ces dysfonctionnements qui ne sont pas des démences et donc ne relèvent pas de la sphère psychotique Les peurs des virus et du climat sont des perturbations de l’entendement liées à des facteurs psychiques où se mêlent les émotions renforcées par le carburant des ressentiments névrotiques. Sur le plan politique, la déraison relève d’un usage psychorigide des idéologies et des résultats scientifiques, et quand ce n’est pas le cas, la déraison est employée pour servir le pouvoir d’une autorité et parfois ses intérêts. Le système est déréglé par le style paranoïaque, tout autant que les populations anti-système. Ce qui nous ouvre la voie vers la dialectique de la déraison, voire même la ruse de la déraison comme aurait dit Hegel.

Le premier point d’un projet politique devrait être non pas de donner un emploi mais d’abord un cerveau, aux élites et aux citoyens. Un combat philosophique avec la raison, Platon, Malebranche et Voltaire. Une raison pour le monde temporel et l’éclairage qui convient.

Le reste se joue dans la gnose et la contemplation. Avec Platon, les Evangiles, Nietzsche, Hegel et Heidegger. Vivre la condition humaine jusqu’aux rives du mystère…

Ces deux points mériteraient chacun un livre. Je n’ai fait que tracer des perspectives sommaires sur une nécessité philosophique du moment. Le lecteur pourra consulter le très intéressant traité sur la folie des masses de Broch.

Le seul projet qui vaille, c’est de combattre la société déraisonnable et de la transformer en civilisation.


Moyenne des avis sur cet article :  1.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 22 février 08:12

    Bien sûr, vous, vous ne faites pas partie des « masses ».


    • El Shogun El Shogun 22 février 08:15

      Question : Est-il raisonnable de se prononcer en faveur de Macron pour la présidentielle 2017 ?

      Vous avez 4 heures !

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 22 février 08:17

        @El Shogun

        je viens de poster un article sur cette question
        s’il est publié, vous aurez ma réponse à ccette question

      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 22 février 08:31

        C’est sûr qu’avec Heidegger, on est tranquilles côté parano :« Dans le Dasein, aussi longtemps qu’il est, quelque chose qu’il peut être et qu’il sera est à chaque fois encore en excédent. Or à cet excédent appartient la « fin » elle-même. La « fin » de l’être-au-monde est la mort. Cette fin appartenant au pouvoir-être, c’est-à-dire à l’existence, délimite et détermine la totalité à chaque fois possible du Dasein. Cependant, l’être-en-fin du Dasein dans la mort et, avec lui, l’être-tout de cet étant ne pourra être inclus de manière phénoménalement adéquate dans l’élucidation de son être-tout possible que si est conquis un concept ontologiquement suffisant, c’est-à-dire existential, de la mort. »


        Ca gnose à fond la caisse, hein ?

        • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 10:27

          @Jeussey de Sourcesûre

          Avant la gnose, il y a l’agnosticité. Le génie d’un philosophe se mesure non pas aux réponses mais aux questions qu’il parvient à poser. Et pour revenir au sujet de l’article, mon avis est que vous êtes la plupart assez barrés pour vous croire dépositaires de la pureté face à l’impur que représente les élites. Ce qui confirme mon rapprochement entre l’islamisme halal et le populisme occidental. Il vous a échappé la moitié de mon propos. Si vous saviez lire, vous verriez que les élites technocratiques sont placés dans le même ressort que les populistes. Avec la déraison de la COP21 et toutes les parano sanitaires. Qui a organisé la COP21 ? réfléchissez ! Et qui a rédigé l’agenda 21, le greenkampf de l’écologisme ?


        • Clocel Clocel 22 février 08:51

          Point Godwin atteint dès le troisième paragraphe, des choses qui arrivent lorsqu’on prétend opposer la folie et la raison.

          Méfions-nous comme de la peste, des gens, « raisonnables » et disciplinés et des sociétés stérilisées qu’ils produisent et qu’ils prétendent imposer aux autres.

          Ce sont à l’arrivée des voisins bien peu recommandables qu’il faut régulièrement raccompagner à grands coups de bottes dans le cul dans leur lebensraum.


          • mac 22 février 08:55

            L’abus de complots est dangereux pour la santé mentale mais employer le terme complotisme pour laisser croire que la manipulation des masses n’existe pas et relève de la paranoïa est tout aussi malhonnête. Pour le cas Melenchon, croyez-vous que son programme soit plus déraisonnable que celui de ceux qui attendent la croissance comme on attend Godot ou qui parlent de plein emploi alors qu’il savent pertinemment que les nouvelles technologies risquent de mettre sur le carreau plus de 50 pour cent de la population ? Ces derniers rassurent peut être le conservateur que vous semblez être ?


            • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 22 février 09:19

              C’est bien ce que je disais hier : http://www.agoravox.fr/actualites/politique/article/emmanuel-macron-le-seul-choix-189898?debut_forums=100#forum4819190


              Mohammed MADJOUR 21 février 14:47

              Bernard DUGUE est totalement dans l’aberration, alors il se décharge comme il peut :

              «  »Les élites et les peuples frappés par les styles déraisonnable et paranoïaque«  » 

              • Tall Tall 22 février 09:57

                Pour son prochain livre contre la déraison, je propose un titre à l’auteur >

                 
                « Les paranoïaques du Bataclan »

                • astus astus 22 février 11:20

                  Notre époque n’est peut-être pas plus perturbée que les précédentes, mais elle manque beaucoup de confiance, qui est pourtant le ciment indispensable à la vie des sociétés. 

                  Car c’est la défiance qui règne maintenant partout : démocratie en crise, attentats, confusion politique, communautarismes, économie en panne, mouvements migratoires, pollutions diverses, chômage, information mainstream, et pauvreté nous font croire que tout va mal à cause des autres.
                  Il semble alors légitime de se méfier de son voisin, d’entretenir le doute envers tout et tout le monde, ou de soupçonner des complots ourdis en secret. 
                  Or s’il est exact que de nombreux problèmes bien réels attendent de vraies réponses, l’absence de confiance généralisée est un phénomène aussi important et nocif que les difficultés elles-mêmes parce qu’elles en sont souvent la conséquence, et non la cause, ce qui empêche toute solution. 
                  Et c’est pour tenter de sortir de cette morosité ambiante que tant de personnes dans nos sociétés continuent de recourir à la pensée magique et aux croyances qui font les religions comme les politiques, bien que les deux manquent singulièrement de souffle aujourd’hui. 

                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 11:38

                    @astus

                    Bonjour Christian. En effet, notre époque manque de souffle et montre ses faiblesses. La faiblesse des sociétés occidentales a comme ressort les populismes, les décadences et la démission des élites. Ce qui nous conduit vers un monde déspiritualisé, anti-hégélien, avec comme principe la ruse de la déraison dialectique. Il faut voir la dernière proposition de Terra Nova sur la suppression des lundis de Pâques de Pencôte. Que ces gens de Terra nova sachent que je les combattrai avec les idées comme mon père à combattu les nazis avec les armes !


                  • JL JL 22 février 13:22

                    Le mot style est utilisé 20 fois dans ce petit texte, et je n’ai pas trouvé une seule occurrence qui le justifie.

                     
                    Conclusion : ce texte devrait figurer en rubrique humour, pour son comique de répétition.

                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 22 février 13:29

                      @JL

                      Vous avez utilisé 31404 commentaires et pas un seul n’est justifié. Je vous décerne le Nobel du comique de répétition


                    • JL JL 22 février 13:46

                      @Bernard Dugué
                       

                       le style de votre commentaire ci-dessus est de toute évidence le déni.

                    • JL JL 22 février 13:51

                      @Bernard Dugué
                       

                       plus précisément, le style de votre commentaire relève à la fois du déni et du mimétisme.
                       
                       C’est du plagiat nihiliste.

                    •  
                       
                      Pourquoit un si intelligent gogocho comme Dugué fait des diarrhées continuelles sur Agoravox le site crétin ? Et Drucker alors ?
                       

                      Le Seigneur Capitaliste anti-raciste Starbuck aime traite négrière à Soros :
                       
                      10 000 colons fraîchement commercialisés par les mafias et les ONG seront embauchés !

                       
                       
                      Négriers La Baudruche et petit facteur tout contents ... Souchien prostitué au RU... mieux !
                      Mais pas d’impôt payé au gland remplacé a prévenu le Seigneur philanthrope !
                       
                       

                      https://francais.rt.com/economie/33295-starbucks-embauchera-réfugiés-refuse-toujours-payer-impots-europe


                      •  
                         
                        Les stats de l’INVS de la déraison ?
                         
                         
                        2015 GLANDS REMPLACEMENTS : 39% ... de naissances dépistés colons
                         
                         
                        Stats de l’INVS,hors Dom-Tom, sur la drepanicytose
                         
                         
                        3/4 de naissances colons en Île du Praistan !!!

                         
                         
                         

                         
                        « Le pb du gogocho collabobo c’est que sa branlette subjective ne marche plus »
                         
                        frontiste anomyme


                        • Albert123 22 février 16:28

                          « Le seul projet qui vaille, c’est de combattre la société déraisonnable et de la transformer en civilisation. »


                          conclue celui qui hier encore nous fourguait Macron.

                          Macron représentant parfait de la société que vous définissez comme déraisonnable, puisque bâtie sur l’idéologie d’une poignée de sociopathes lucifériens qui fomentaient des coups d’état cachés dans leur cave il y a à peu prés 300 ans.

                          Une idéologie que vous partagez par ailleurs, une idéologie bien déraisonnable ... et une impasse pour l’avenir de l’humanité.




                          •  
                            Grandes oreilles fait allégeance aux « forces de l’argent » ... Flanby bis ...

                            Farid Fillon est fictif !
                             
                             
                            ALLEZ LES GOGOCHO LUBRIFIEZ VOUS BIEN !
                             
                            COMTESSE A ROTHSCHILD VOTRE HÉROS !

                             
                            Le destin du gogocho .... le troupeau de vovo rabattus ...
                             
                             
                             « Dans le « Crédit d’Etat », Hume résume l’hypocrisie DroitDelHommiste : Il n’y a que dans l’époque moderne, avec sa continuité juridique de la propriété (2 articles) que les capitaux financiers augmentent à l’infini par intérêt et spéculation, ceci sur une période infinie. Le denier placé à la naissance du Christ n’existe plus, éradiqué par les vicissitudes de l’Histoire. En revanche il existe multiplié par 1000, le pfennig placé par le vieux Rothschild, et il grossira pour l’éternité des bobos internationalistes, sous la gouvernance des Seigneurs du Global State. » Gottfried Feder


                            • abcd 22 février 22:11

                              Prenons pour hypothèse que le quiquenat pèse trop sur Hamon et que l intérêt d un vote fillon (qui revient à être compétitif soit baisser le smic avec la bonne conscience que les derniers seront les premiers, il ne fait qu aider les pauvres à atteindre le paradis) ne soit plus si sûr, alors le trio de tête pourrait être intéressant ( macro,marin,meluche) et surtout nous aurions les législatives les intéressante s depuis l invention du quinquennat. Est ce déraisonnable de souhaiter un renouveau politique ?


                              • julius 1ER 23 février 08:52

                                Le premier point d’un projet politique devrait être non pas de donner un emploi mais d’abord un cerveau, aux élites et aux citoyens. Un combat philosophique avec la raison, Platon, Malebranche et Voltaire. Une raison pour le monde temporel et l’éclairage qui convient.


                                @Dugué,
                                pour faire des citoyens dignes de ce nom, il faut déjà remettre l’Histoire au programme pas l’Histoire officielle mais une histoire contradictoire et là c’est pas gagné ...
                                lorsqu’en 1945, 65% des Français pensaient à juste titre que WWII avait été gagné grâce à l’URSS et qu’en 2010 65% pensaient que c’était grâce aux USA ???????????
                                on peut dire qu’il y a un énorme problème d’écriture de l’Histoire et que la propagande et la désinformation ont pris le pas sur l’information du citoyen !!
                                la philosophie doit être parti-prenante de l’Histoire cela va sans dire mais sans les clefs que donne l’Histoire véritable elle sera sans objet !!!
                                parceque bientôt on va nous dire que c’est GOOGLE qui a écrit l’Histoire du monde !!

                                • julius 1ER 23 février 09:10

                                  Combien de centaines de milliards seront-ils investis dans cette autre folie politique que représente le développement durable, l’écologisme et la régulation impossible du climat ? Et l’écotaxe ?


                                  @Dugué, 

                                  le développement durable est la base de tout projet de développement au jour d’aujourdhui je ne vois pas quel intérêt il y a de construire des maisons passoires dévoreuses d’énergie et qui plombe le budget du français lambda classe moyenne qui va dépenser le 1/3 de ses revenus en chauffage et électricité !!!

                                  idem pour les bagnoles qui consomment beaucoup trop en 2017 une Toyota Yaris Hybrid consomme encore autour de 4,5 /5 l/100klms mais c’est à peu près ce que consommait une Renault Super 5 GTL en 1984 ... vous ne trouvez pas qu’il y a là un vrai problème surtout pour faire une moyenne de vitesse de déplacement d’après une étude suisse de 80 klm/h ... 
                                  et là je crois qu’avec l’énoncé de ces simples paramètres économiques on peut parler de la philosophie globale qui doit présider cette société et la gouvernance qui doit en découler .... 
                                  le reste ne sera qu’un abus de langage !! 

                                  • Zip_N Zip_N 24 février 22:38

                                    Je vais prendre des pates,
                                    -Voila le riz commandé de Monsieur.

                                    -Ecrivez le mot noir svp.
                                    Noir.
                                    -Non vous avez écrit le mot rouge je vous demande le mot noir, un conseil, essayez encore

                                    Noir.

                                    -La c’est juste, c’est quand vous m’avez écouté.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires