• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Les souliers...
#62 des Tendances

Les souliers...

JPEG

Cette chanson de Guy Béart intitulée "Les souliers" nous transporte dans un paysage de neige désolé : elle nous invite aussi à la réflexion : ouvrir les yeux, regarder le monde, voilà l'essentiel...

 

N'oublions pas d'observer ce qui nous entoure, êtres et objets, la nature environnante, n'oublions pas d'espérer aussi, on peut toujours "trouver chaussure à son pied", selon l'expression consacrée.

 

Dans la neige, deux souliers sont abandonnés : tous les passants dédaignent ces objets oubliés, n'y prêtant pas attention...

 

D'abord, un homme"qui passe à grands pas ne les voit même pas...Le deuxième pressé glisse sur le sol... Le troisième met le pied dessus, mais ne les aperçoit pas non plus..."

 

Puis, vient une femme qui, enfin, regarde les souliers mais "n'en croit pas ses yeux". Le suivant se contente de dire : "Ils sont trop petits !"

 

Autant d'images et de métaphores de l'homme moderne trop pressé qui ne voit plus rien et qui en vient à désespérer de tout, qui refuse d'observer le monde... qui, dans une fuite en avant, en oublie le plus important : le regard sur les autres, sur le monde environnant.

 

Les nombreuses négations soulignent l'indifférence humaine, le dédain, le mépris...

On aime ici la simplicité des mots, les jeux sur le vocabulaire, avec l'expression " ne pas en croire ses yeux"... employée de manière amusante, pour montrer que le regard, le vrai, se perd.

 

Le poète s'interroge alors à deux reprises sur les hommes qui ne savent plus s'étonner, observer... "Combien d'hommes qui passent sans voir ?"

 

Le poète, lui, sait s'intéresser aux deux petits souliers : on voit apparaître, alors, la première personne : "Quelle chance, je suis arrivé ! Quelle chance, je les ai trouvés !"

Les exclamations traduisent bien la joie, le bonheur de la découverte !

 

Cette trouvaille devient, dès lors, un véritable "miracle" car les chaussures sont à la mesure du poète..." les petits souliers,ô miracle, sont juste à mon pied ! "

Et voilà notre poète parti à la recherche d'une amie dans la neige.
 
C'est, là, une bien jolie façon de nous rappeler et d'illustrer cette expression :"trouver une chaussure à son pied" !
 
C'est, là, une bien jolie façon de jouer sur les mots !
 
La mélodie à la fois légère et enlevée nous transporte dans ce paysage de neige froid et glacé... où la chaleur apparaît dans le geste, quand le poète réchauffe les pauvres souliers contre lui...
 
Dans ce monde d'indifférence qui est le nôtre, dans ce monde trépidant de fuite perpétuelle en avant, le message délivré par ce poème nous invite à porter une attention, un regard sur tout ce qui nous entoure : nous oublions trop souvent d'observer ce qui se trouve sur notre chemin, nature, êtres et objets...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-les-souliers-121740673.html

 

Vidéo :

 


Moyenne des avis sur cet article :  1/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

22 réactions à cet article    


  • Les souliers rouges – Conte d’Andersen
     
     
     
     
     
     
    5 Votes




    p>  » data-medium-file="https://annbourgogne.files.wordpress.com/2010/01/les-souliers-rouges.jpg?w=300" data-large-file="https://annbourgogne.files.wordpress.com/2010/01/les-souliers-rouges.jpg?w=840" class="size-thumbnail wp-image-421" title="les souliers rouges" src="https://annbourgogne.files.wordpress.com/2010/01/les-souliers-rouges.jpg?w=150&h=112" alt="les souliers rouges" width="150" height="112" srcset="https://annbourgogne.files.wordpress.com/2010/01/les-souliers-rouges.jpg?w=150&h=112 150w, https://annbourgogne.files.wordpress.com/2010/01/les-souliers-rouges.jpg?w=300&h=224 300w" sizes="(max-width: 150px) 85vw, 150px" style="box-sizing: inherit; border-width: 0px; height: auto; max-width: 100%; vertical-align: middle; display: block; margin: 0px;" />les souliers rouges

    Andersen est né dans le quart monde, dans une rue des bas quartiers. Attiré par le théâtre et la littérature, il connaîtra le succès et sera invité à la cour des grands de ce monde. Cependant il se sentira rejeté par les deux milieux, tel le vilain petit canard. Il n’appartient plus au milieu misérable qui l’a vu naître mais n’est pas non plus accepté dans la haute société autrement que comme convive : il ne peut pas se marier par exemple.

    Comme dans les contes de Grimm ou de Perrault, la chaussure, contenant très personnel, symbolise le sexe féminin et la couleur rouge l’entrée dans l’adolescence avec les premières règles.

    Ce stade se caractérise pour la jeune Karen par une terrible difficulté à s’intégrer dans la société alors même que son action : la danse, marque habituellement la bonne connaissance des codes sociaux et culturels d’un groupe.

     La figure maternelle de la mère nourricière, à l’époque des pieds nus, s’efface et meurt au moment de l’adolescence. Karen portera pour la première fois des chaussures le jour de son enterrement. Cette figure de la transmission de la féminité à travers les âges est très positive.

    La mère est d’abord remplacée par une vieille « bottière » aimante mais qui, comme une bonne fée qui n’y verrait plus très bien, lui donne avec tout son amour une paire de chaussures gauchement fabriquées. Le symbole est clair : l’adolescente se sent mal à l’aise avec sa nouvelle féminité.

     Les chaussures sont en tissu rouge, donc doublement inadaptées pour un deuil et pour marcher. Karen craint beaucoup le regard des autres.

    Une troisième période s’ouvre pour la jeune fille après l’enfance et l’entrée dans la puberté, c’est l’entrée dans l’adolescence. Elle va gravir un niveau social en étant recueillie par la vieille dame riche, apprendre qu’elle est belle. Cette vieille dame qui l’adopte marque aussi l’éloignement affectif de la figure maternelle : la mère ne reconnaît plus son enfant dans ce nouvel adulte et la jeune fille ne reconnaît plus la jeune et jolie maman qu’elle adorait pendant ses jeunes années.

    Il faudra là encore faire le deuil de ce qui précède : les premiers souliers rouges seront brûlés et remplacés par une très belle paire en cuir vernis rouge. La jeune fille vit le déchirement de quitter son enfance mais s’aperçoit que ce nouveau stade est plus enrichissant. Cette richesse n’est pas à prendre au sens propre de richesse financière.

     Cette nouvelle paire de chaussures s’acquiert sur une tromperie : la vieille dame ne voit pas bien et ne sait pas qu’elles sont rouges. L’héroïne désobéit, enfreint les règles, comme tout adolescent en crise mais c‘est pour être en accord avec sa propre personnalité.

     Elle va devoir assumer ce qui lui arrive. Sa vanité l’entraîne plus loin qu’elle ne voudrait puisqu’elle ne peut s’arrêter de danser. Perdant toute confiance en elle, elle n’ose plus se montrer en société (à la messe). Cependant, un ange enlève le mur qui la séparait des autres et elle est très bien accueillie par le groupe, à son grand étonnement.


    • rosemar rosemar 15 mars 19:39

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Merci : c’est un conte que je ne connaissais pas... des souliers rouges, en effet, ce n’est pas courant ! La photo fait songer un peu à des babouches avec leur bout pointu...

      http://rosemar.over-blog.com/article-en-trainant-majestueusement-ses-babouches-124978657.html


    • rosemar rosemar 15 mars 20:33

      @Mélusine ou la Robe de Saphir.

      Mais les souliers de Guy Béart sont plus modestes...


    • @rosemar 

      Peut-être moins que les sabots d’Hélène !
       En sûrement moins usés que ceux de Félix Leclerc  smiley


    • rosemar rosemar 15 mars 21:21

      @Armand Griffard de la Sourdière

      Magnifique chanson !

      https://youtu.be/k-8oQiFRIt0


    • rosemar rosemar 15 mars 21:36

      @Armand Griffard de la Sourdière

      Mais, la chanson de Guy Béart est moins connue : une pépite !


    • math 16 mars 08:37

      Les godasses de Guy Béart..éternel obsédé du sexe..

      J’ai bien connu sa secrétaire (une les bienne notoire à Paris)..me racontant quelques prouesses de l’obsédé...MDR


      • ZenZoe ZenZoe 16 mars 13:47

        @math
        Si vous repassez par ici, racontez-nous donc... Ca nous changera des articles de Rosemar qui manquent en effet de piquant, et c’est un euphémisme.


      • rosemar rosemar 16 mars 13:59

        @ZenZoe

        Eh oui, l’argent et le sexe mènent le monde... alors les pauvres souliers de Guy Béart et le message de la chanson, c’est du vent !!


      • math 16 mars 16:12

         chez lui toujours en robe de chambre et rien en dessous...sauf des érections intempestives même devant les visiteurs (même debanr sa fille..) avec masturbations et la fête au tapis... !


      • Fergus Fergus 16 mars 09:18

        Bonjour, Rosemar

        Sur le fond du message, je suis évidemment d’accord avec vous.

        Mais pourquoi diable parlez-vous de « paysage désolé » ? Rien ne l’indique. Nous avons certes un paysage hivernal balayé par un vent glacial où passent d’ailleurs nombre de personnes qui viennent illustrer l’indifférence des hommes. Mais pas le moindre indice de « désolation » du paysage : cette « désolation » est dans les âmes des passants !


        • rosemar rosemar 16 mars 09:39

          @Fergus

          Et le paysage reflète les états d’âme des passants : c’est un procédé fréquent en poésie... il est question de « nuit glacée ». Un des personnages glisse sur la neige... c’est aussi un paysage triste, hostile, désolé...


        • Fergus Fergus 16 mars 10:00

          @ rosemar

          C’est votre lecture ! Or, en littérature, la misère matérielle comme la pauvreté morale ne sont pas moins grandes dans un riant paysage ensoleillé.

          Guy Béart était trop fin connaisseur de la langue et de la poésie pour que l’on sa satisfasse comme vous le faites d’un cliché poétique aussi banal.

          Cela dit, vous avez peut-être raison. Mais encore une fois, rien ne le démontre !


        • rosemar rosemar 16 mars 11:09

          @Fergus

          Bien sûr, c’est ma lecture ! Puisque j’ai écrit le texte... mais vous pouvez en faire une autre interprétation et réécrire une autre analyse... c’est possible...


        • ZenZoe ZenZoe 16 mars 14:17

          @Mais enfin Fergus
          Un paysage neigeux est désolé, un paysage provençal est gai, un paysage du nord est mélancolique, un paysage montagneux est rude, un paysage rural est paisible, un paysage maritime est changeant. C’est comme ça.


        • rosemar rosemar 16 mars 14:33

          @ZenZoe

          Il n’est pas seulement neigeux, il est glacial : il faut bien écouter le texte !


        • Fergus Fergus 16 mars 14:38

          @ rosemar

          « glacial » ne veut pas dire « désolé » : j’ai connu bien des paysages hivernaux soumis à un froid « glacial », que ce soit dans les Alpes, en Auvergne ou dans le Jura, et en même temps d’une somptueuse beauté qui n’avait rien de « désolé » ! 


        • Fergus Fergus 16 mars 14:42

          Bonjour, ZenZoe

           smiley


        • rosemar rosemar 16 mars 14:49

          @Fergus

          Mais enfin, il n’est pas question des Alpes et de paysage somptueux dans cette chanson...


        • Fergus Fergus 16 mars 15:25

          @ rosemar

          Non, mais il question de paysage « glacé » et vous associez ce mot à « désolé », ce que je persiste à trouver erroné, et c’est pourquoi j’ai cité ces massifs montagneux. Mais j’aurais pu citer tout aussi bien des paysages de plaine enneigés aussi « somptueux » aux Pays-Bas ou en Scandinavie !


        • rosemar rosemar 16 mars 15:31

          @Fergus

          Bon, je vous conseille de refaire VOTRE analyse de texte et même de refaire le texte de la chanson, en évoquant les Alpes !


        •  ah ah ,quel pinailleur ce Fergus !  smiley

          Néanmoins (comme le disait « Cléopattes » ) , est qu’avec ou sans souliers les jambes permettent aux hommes de marcher et aux femmes de faire leur chemin .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès