• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Lettre d’un enseignant à M. Peillon

Lettre d’un enseignant à M. Peillon

Voici une lettre que j'ai écrite à M. Peillon, restée sans réponse évidemment. Je la crois explicite, mais les gouvernements ne tiennent aucun compte de ceux qui sont sur le terrain, c'est à dire les citoyens soi-disant détenteurs de la souverainté nationale. Nous ne sommes bons qu'à élire une élite avide de pouvoir qui passe son temps à tromper le citoyen, et cela est valable à gauche comme à droite bien sûr !

 

Monsieur le Ministre,

En tant que citoyen français et enseignant en histoire-géographie en classes de première et terminale et en classe prépa au concours d’entrée à l’IEP, je me permets de vous écrire ce message pour vous faire part de mon ressenti.

Tout d’abord je suis surpris que vous vous déclariez le « ministre des élèves », comme si les professeurs étaient contre leurs élèves. Sans élèves, il n’y aurait pas de professeurs et inversement. Par ailleurs, je suis effondré par la situation qu’un grand nombre d’enseignants rencontrent dans leur vie professionnelle et dont peu de nos ministres successifs se soucient vraiment. L’Education nationale est une Maison en perdition et les réformes successives et incohérentes que nous subissons depuis plus de 35 ans en sont la cause principale : la démagogie des uns et la couardise des autres se disputant la palme.

Je voudrais, en mon nom seul, même si beaucoup de mes collègues partagent mon point de vue, vous présenter mon ressenti et mes requêtes.

 

  • Tout d’abord, je souhaiterais vous rappeler que le corps enseignant est depuis trop longtemps enfermé dans un carcan qui jamais ne lui permet de s’exprimer. Notre avis n’est quasiment jamais sollicité, alors que nous sommes sur le terrain et sûrement les mieux informés. Nous sommes une des rares professions à être assujettis à des inspections, comme si nous étions de dangereux subversifs qu’il fallait surveiller (sûrement pour vérifier que nous appliquons les règles de formatage et transmettons la vérité officielle qui nous sont imposées..).

  • Ensuite, je suis atterré par les programmes imposés par le Ministère depuis plusieurs décennies. Ils n’ont de cesse de niveler par le bas, à force de réduire les exigences au strict minimum, et de réduire le bagage cognitif de nos jeunes. Je ne parlerai que de ma matière, qui est devenue une caricature de l’Histoire, dans laquelle le manichéisme et le simplisme se disputent la place. La formation de l’esprit critique et l’apport d’une connaissance intelligente n’est visiblement plus le souci de la classe politique dirigeante. J’irais même jusqu’à me demander s’il n’y a pas une volonté politique de faire des futures générations de simples consommateurs de tout et n’importe quoi, mais surtout consommateurs. Le Gouvernement précédent nous a donné le coup de grâce en confiant à ce cher Monsieur Laurent WIRTH le soin d’élaborer les nouveaux programmes. Ma crainte, et celle de bon nombre de mes collègues, étant que votre ministère ne modifie pas fondamentalement les aberrations produites par les Cabinets Darcos et Chatel. Et pourtant, nous citoyens détenteurs de la Souveraineté nationale, déléguons notre POUVOIR afin d’être représentés dans nos aspirations par des ministres, qui semblent avoir oublié le sens premier du mot « ministre ».

  • Le baccalauréat, qui coûte si cher à la communauté, est devenu une mascarade indécente. Avec plus de 90 % de reçus dans les séries générales, il serait plus simple, et plus honnête, de le donner. On nous impose des programmes infaisables et des consignes de correction qui sont une insulte au travail que nous réalisons. En cette rentrée 2013, nous recevons une information nous annonçant un allègement des programmes de terminale L/ES. Mais nous ne savons toujours pas de quels allègements il s'agit, à deux jours du début des cours. En revanche nous savons que cela concerne, entre autres, le début du programme. Soit c'est de l'amateurisme, soit c'est du « foutage de gueule » pur et simple. Et il aura fallu un an à ces « grands spécialistes » pour réaliser l'infaisabilité du programme que tous les enseignants avaient annoncée tout de suite. Quand les gens du terrain auront-ils, enfin, droit au chapitre ? La France n'est pas une démocratie, mais un régime hyper hiérarchique et autoritaire.

  • Les Grandes Ecoles et autres Prépas ou les IEP se trouvent donc dans l’obligation de revoir leurs ambitions et leurs épreuves en fonctions de ces programmes de première, et donc de réduire les exigences une fois de plus. La France a déjà perdu plusieurs rangs au niveau de l’OCDE et je me demande jusqu’où nous allons descendre dans le tableau d’honneur des savoirs et savoir-faire de nos élèves. Me dire que j’ai encore 10 années à faire me rendent triste dans ces conditions, ne sachant pas où nous en serons dans dix ans.

  • Les salaires des enseignants français sont encore dans le bas du tableau. Si nous comparons nos salaires à compétences et ancienneté égales, nous nous situons, selon une étude de l’OCDE, dans les derniers. Le Canada et nous sommes dans un rapport de 1 à 2. La plupart de nos voisins européens nous dépassent allègrement. N’est-ce pas une aberration ? Et vous vous étonnez que les jeunes générations n’embrassent pas la profession ? Si l’enseignement est une vocation, il n’est pas un sacerdoce. Mais de ce sujet il n’est jamais question. Pourquoi les autres Etats auraient-ils les moyens de rémunérer leurs enseignants à la mesure de leur travail et pas l’Etat français ? Et l’argument selon lequel nous ne travaillons que 18 heures par semaine est irrecevable. Il serait temps de prendre en considération le travail effectué chez soi, y compris les week-ends, et faire savoir aux Français que l’enseignant n’est rémunéré que sur 9 mois par an, ce qui signifie que contrairement à ce que beaucoup de nos concitoyens croient, nous n’avons pas quatre mois de congés payés. Pourquoi cette précision n’est-elle jamais apportée par nos ministres via les médias ? La pédagogie et l’information sont aussi dans vos attributions, et en vertu de l’article 15 de la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789, préambule de notre Constitution, tout agent public doit rendre des comptes de son travail aux citoyens.

  • Et pour couronner le tout, vous venez d’engager le processus devant conduire à la suppression pure et simple du redoublement. Permettez-moi de vous dire que ce ne sont pas des mesures aussi démagogiques que néfastes qui régleront les problèmes. Certes vous ferez des économies de bouts de chandelles à force de pratiquer une politique à court terme. Mais tous les spécialistes qui vous entourent ne connaissent rien de la réalité. Ceux qui la connaissent, parce que sur le front, jamais vous ne les interrogez.

Pourquoi cette décision est-elle mauvaise ? Tout d’abord, il faut arrêter de comparer la France à l’Allemagne ou à la Finlande. Notre Histoire n’a rien de commun avec celle de ces pays, et la réalité sociétale est aussi très différente. Le copié collé n’a jamais rien donné de bon. Ensuite, le redoublement est déjà, depuis vingt ans, devenu l’ennemi public n°1. De commissions d’appel en commissions de conciliations et en passages à la discrétion des parents, une grande majorité des élèves passent en classe supérieure, quel que soit le niveau acquis. Ceux qui, jusque là, redoublaient devraient être un signal d’alarme, car pour redoubler aujourd’hui il faut soit que les parents le décident pour des raisons d’orientation, soit que le niveau de l’élève soit catastrophique. Il est logique que le redoublement d’un élève qui n’a vraiment pas les acquis suffisants pour passer en classe supérieure, n’ait que peu de chances d’aboutir à un résultat positif. Mais cet argument est fallacieux. Il faudrait que ceux qui nous dirigent aient le courage de prendre le problème à la source, à savoir le primaire : il est anormal que tant d’élèves entrant en 6ème, n’aient pas intégré les apprentissages élémentaires, notamment au niveau grammatical et orthographique. Enfin, vous ne semblez pas du tout mesurer les changements de notre société depuis 40 ans. Les parents ont démissionné et les repères de notre jeunesse sont très flous. Voilà que l’Etat à son tour, par le biais de l’école, démissionne. Les derniers repères volent en éclats. Au nom de l’égalité et de la démocratie, vous avez sciemment nivelé par le bas, réduisant considérablement les exigences en créant une indigence cognitive inadmissible. Le baccalauréat, examen sacro-saint de notre école républicaine, est devenu une mascarade qui nous afflige tous : il n’est que de voir l’édition 2013 pour s’en convaincre. Sujets et surtout, consignes de correction scandaleuses. Mais qui s’en soucie ? Pas nos autorités visiblement, moins les générations futures en sauront, plus on pourra les manipuler. Et nous enseignants, devons faire valoir les vertus d’une République qui n’en a plus depuis longtemps, et siéger en conseils de classe dont l’avis n’est guère que consultatif, et encore. Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, je vous promets une catastrophe sociale sous peu. Vous ne la verrez peut-être pas en tant que Ministre de l’Education nationale, mais elle est en marche. A force d’être coupé du peuple souverain et de ne pas solliciter les bonnes personnes, vous conduisez la France droit dans le mur. Il faudrait qu’enfin, le bon sens dirigeât ce pays.

 

 

Je pourrais allonger la liste, mais je m’arrêterai là. J’espère que vous prendrez en compte ma lettre au titre de l’article 15 de la DDHC évoqué plus haut, et que vous vous distinguerez de vos prédécesseurs par un partenariat plus assidu avec le corps professoral (celui qui est sur le terrain) qui en a assez d’être traité comme la cinquième roue de la charrue.


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (34 votes)




Réagissez à l'article

82 réactions à cet article    


  • Robert GIL ROBERT GIL 13 février 2014 11:54

    Depuis ces dernières années les différentes réformes de l’Education Nationale n’ont eu qu’un seul but, son intégration sur le marché très porteur du projet néolibéral en matière d’éducation.......

    voir : L’ECOLE EST FINIE


    • Aldous Aldous 13 février 2014 12:00

      Libération du 5 mai 1977 :


      « Apprenons l’amour à nos enfants » avec comme illustration un gamin qui fait une fellation ( A son propre père ? à un « pédadogue » ?) 



    • Robert GIL ROBERT GIL 13 février 2014 15:55

      aldous, vous avez de ces fantasmes pas trés sain...


    • Aldous Aldous 13 février 2014 20:18

      Je vous informe des idées progressistes de vos amis qui-n’ont-aucun-théorie.



    • Aldous Aldous 14 février 2014 09:27

      Quand Hollande promouvait la théorie-qui-n’existe-pas :




    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 14 février 2014 11:26

      MR PEILLON COMME LOBBYSTE DES STATIONS DE SPORTS D HIVER VOUS DEVEZ AVOIR AU MOINS POUR VOTRE FAMILLE 1 MOIS DE SPORTS D HIVER GRATUITS.........
      en plus d’etre un ministre « lunaire » VOUS NOUS EMMERDEZ A AVANCER LES VACANCES DES PARISIENS DE 15 JOURS...A MI FEVRIER ET A PAQUES !!!

      car dans les FAMILLES nombreuses LES COUSINS NE SE VOYENT PAS
      PARIS VACANCES CE JOUR (il y a de la neige ) PAQUES CE SERA PAREIL

      RETABLISSEZ DONC AU MOINS LE CHEVAUCHEMENT DE 8 JOURS POUR QUE LES FAMILLES qui pour 75% N ONT PAS LES MOYENS D ALLER AU SKI PEUVENT DE VOIR !!!!!

      RAS LE BOL D UN MINISTRE VRAI « PIERROT LUNAIRE BOBOISE »


    • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 14 février 2014 11:32


        RECTIF « les FAMILLES PEUVENT SE VOIR »et non voir


    • François-xavier 13 février 2014 12:26

      @l’auteur, tout à fait d’accord avec votre démarche, mais en même temps je la pense inutile, car mr Peillon ne travail pas pour vous malgré son ministère, il n’est pas sourd comme on pourrais le penser.
      Les syndicats d’enseignant non plus ne travaillent plus pour vous, le système est complètement corrompu... il faut repartir de zéro, parler avec vos collègues, recréer des réseaux.


      • Allexandre 13 février 2014 18:21

        Peut-être est-elle inutile dans l’absolu, mais si déjà elle permet d’informer certains de mes concitoyens sur certaines réalités du fonctionnement interne de l’Education nationale, c’est un point positif.


      • spartacus spartacus 13 février 2014 12:43

        Pourquoi les autres Etats auraient-ils les moyens de rémunérer leurs enseignants à la mesure de leur travail et pas l’Etat français ?


        Je vais vous expliquer.
        La France se singularise par un faible nombre de personnes créatrices de richesses. 
        Le secteur privé est créateur de richesse, les retraités, les chômeurs et les fonctionnaires sont à la charge par l’intermédiaire de l’impôt de la France créatrice de richesse. Avec moins de richesse, on paye moins cher.
         smiley

        • Robert GIL ROBERT GIL 13 février 2014 15:59

          les seuls qui sont a la charge des français c’est le Medef et tout les actionnaires/rentiers...on vient encore de leur filer 50 milliards soit plus que le budget de l’education nationale .

          On ne croit plus a vos salades mon vieux, il suffit de regarder la réalité

          voir cette vidéo de 2 minutes : LES VRAIS ASSISTES…C’EST LE MEDEF


        • JL JL 13 février 2014 16:48

          spartakès,

          encore une fois vous mélangez tout !

          ’’ les retraités, les chômeurs et les fonctionnaires’’  ! que je sache, les fonctionnaires travaillent, et comme tout travailleur sont créateurs de richesses, non ?

          Vous confondez aussi richesses et profits. Encore que : les fonctionnaires corrompus ou qui gèrent les subventions données généreusement au nom de la relance !!! au secteur privé, ceus-là œuvrent bel et bien pour les profits. S’il faut en virer, il faut commencer par eux. Mais le Medef préfère virer les inspecteurs du travail qu’il voit comme des empêcheurs de frauder en rond et les enseignants qui risqueraient de faire des générations de consommateurs trop avisés.

          Ceci dit, je me souviens des discussions pas si anciennes que ça ici, ou des libéraux pas encore déniaisés (le seront-ils un jour ?) soutenaient mordicus que c’était seulement l’échange qui créait des richesses. A ma connaissance, un chômeur avec ses petites allocs, un retraité avec sa petite pension, un fonctionnaire avec sa petite paye, ce sont des consommateurs dont aucun poujadiste ne s’est jamais plaint sinon peut-être qu’ils sont près de leurs sous.


        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 18:29

          Gladiator il a pas tout compris patron... les classes moyennes paient à la place des oligarchies (20 milliards d’euros de fraude fiscale !). Quant aux fonctionnaires et aux retraités ils paient aussi des impôts !


        • spartacus spartacus 13 février 2014 19:31

          @JL

          Non ! Les fonctionnaires ne sont jamais des créateurs de richesse sauf à la marge dans les secteurs publics marchands, comme par exemple un musée.

          Le prof dans son école est 100% à la charge de l’impôt et donc du contribuable.
          Qui paierait les fonctionnaires dans un pays ou il n’y aurait que des fonctionnaires ? 

          Un lien pour comprendre ce qu’est la création de richesse :
           

        • JL JL 13 février 2014 19:42

          Pauvre spartaquès pour qui l’enseignement n’est pas un service.

          Pourtant les écoles privées paient les enseignants qu’elles emploient ! Comment expliquer ça ?

          Des fois je pense que les post de spartacul sont tellement idiot qu’ils ressemblent à de la provocation ultra gauchiste.

           smiley


        • spartacus spartacus 13 février 2014 21:42

          @JL

          En économie, la richesse est exprimée en PIB. Le PIB correspond a un agrégat de valeur ajoutée qui ne peut être comptabilisée 2 fois.

          Comme dans un bilan vous avez des factures de service qui sont soit au « passif » soit à l’« actif ». Cela dépend de qui émet la facture.

          Un enseignant du privé génère un service « marchand ». Il est donc créateur de richesse. Il génère une production « achetée », « monnayable » ou « vendue ». C’est la définition de la richesse reconnue par tous les économistes.

          L’enseignement donné par un fonctionnaire n’est pas un service qui correspond pas a la définition économique de création de richesse. puisque il est comptabilisé dans le PIB comme dépense. Son travail est au passif de la richesse et comptabilisée en « dépense ». 
          Sa production correspondant à une dépense de la valeur ajoutée.

          Cela ne veut pas dire que le fonctionnaire ne travaille pas mais que son travail est une dépense prise sur la « richesse ». 

          Voila une raison importante pourquoi la France va mal par rapport à ses voisins. Parce que ce qui est « a charge » des créateurs de la richesse marchande ou « monnayable » par rapport aux autres pays est plus importante. Pas assez de gens dans le secteur marchand pour trop dans le passif comme les fonctionnaires, les retraités, les chômeurs, les enfants......

        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 21:44

          Spartagugus a-t-il travaillé dans sa vie ? Peu probable... quant aux profs OUI ils créent de la richesse en FORMANT les jeunes qui paieront des impôts, il faut raisonner sur le long terme !


        • spartacus spartacus 14 février 2014 08:53

          @napoléon du perche.

          On est affligé de cette France 100% ignare en économie basique.
          Il faut dire que les cours en économie comme les profs sont tous Marxistes.

          Vous confondez subjectivité et réalité.
          Restez donc dans le déni et l’obscurentisme. Je ne peux pas convaincre des gens au cerveau lavé par un endoctrinement, sauf à ce qu’ils apprennent et lisent comment se calcule la richesse et le PIB dans le détail. 
          La richesse se mesure par le PIB. 
          Seul le secteur marchand crée de la richesse comptabilisable. C’est effrayant votre négationnisme ! :/-).

          Si vous cultivez votre jardin, et que vous ne réalisez pas une activité« marchande et que votre voisin y plante et vende des tomates. C’est votre voisin qui a créé la richesse. Si votre voisin vous paye, vous êtes la dépense de la richesse qu’il a créé car on ne compte pas 2 fois la création de richesse.
          Cela ne veut pas dire que vous n’avez pas travaillé, mais que vous êtes une dépense.

          Le fonctionnaire est a charge du créateur de richesse, comme le retraité, le chomeur, les enfants ou les malades. 
          C’est une réalité mathématique, économique dans le PIB. Je vous accorde que dans les livre d’éco en France tous engendré par des post Bolchéviques on en est encore au Keysianisme, et qu’on »aime" pas psychologiquement l’écrire pour pas frustrer la corporation.

        • spartacus spartacus 14 février 2014 08:58

          PS : j’ai travaillé et je travaille toujours.

          Et c’est moi qui paye vos privilèges, vos retraites non provisionnées et votre snack tous les midis.
          Dans votre bulle vous ne comprenez pas que c’est vous qui devez tout au secteur marchand et pas l’inverse. C’est lui qui vous paye. 

        • JL JL 14 février 2014 09:35

          Je me demande comment ils font en Corée du nord ! Ils sont encore bien vivants que je sache ? Quel est donc cette diablerie qui ferait que certains peuples arrivent à vivre matériellement sans une once de secteur privé, et d’autres qui ont un secteur public pourtant réduit à la portion congrue, en crèvent ?

          Bon, chacun sait que les idéologues ne reculent devant aucune absurdité. asparagus est un idéologue du marché.


        • bubu123 14 février 2014 09:52

          @spartacus

           « On est affligé de cette France 100% ignare en économie basique.
          Il faut dire que les cours en économie comme les profs sont tous Marxistes. »

          ce qui est sur, c’est que ça doit faire un bail que vous avez pas mis les pieds dans une grande école ou dans une faculté pour raconter des âneries pareil ! Enfin, en partant du principe que vous y êtes allé un jour, j’ai quelques doutes...

        • spartacus spartacus 14 février 2014 10:01

          @JL

          Faut il que vous soyez endoctriné !
          Vous vivez dans un monde parallèle pour ne pas savoir comment vivent les Coréens ???? 

          La Corée du Nord, n’a pas l’auto suffisance alimentaire. la moitié de la population souffre de retard de croissance biologique.
          Un rapport de la Kipu indique des cas de cannibalisme. lien 

          Je vous conseille de regarder cette vidéo plus parlante que n’importe quel affirmation sur la vie en corée du nord.....

        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 14 février 2014 10:32

          50 milliards d’euros de profits boursiers en 2012 non taxés... voila où est l’argent. Vos raisonnements d’aigris qui opposent « fonctionnaires » et « salariés » sont tordus et nous font regretter le communisme. Je comprends mieux pourquoi je rencontre autant de gens qui regrettent ce système à Berlin ! A part cela « fonctionnaire » n’est pas un métier mais un statut, vous vivez de l’arnaque de vos clients, le fonctionnaire est utile à la société (infirmières, profs, flics...). Chaque système a ses avantages et ses inconvénients ; libre à vous de professer l’ultralibéralisme... maintenant ne venez plus vous plaindre d’attendre 4 heures aux urgences pour vous faire soigner ou que vos gosses se tassent dans des classes surchargées, il faut savoir ce que l’on veut...


        • spartacus spartacus 14 février 2014 10:52

          Je vais a Berlin régulièrement et n’ai jamais vu une seule personne regretter la Stazi ni les trabans.

          Peut être avez vous évité la porte de Brandebourg et le « Chekpoint charlie » à coté ?

          Un statut est un privilège. Nombre de pays ont des fonctionnaires non statutaires.
          En Italie, les anciens statutaires ont même lutté pour qu’il n’existe qu’un seul droit commun...
          On doute en voyant votre mentalité que vous puissiez un jour faire pareil et avoir l’intégrité de le reconnaître. 
          C’est vrai que vous êtes tellement corporatistes et nombrilistes, que dans votre univers, quand on a goutté un privilège, revenir à la normalité c’est dur. Un peu la mentalité des « nobles », avant la révolution Française.

          Fonctionnaire est un métier.

        • TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE TOUSENSEMBLE OU L ECUREUIL ROUGE 14 février 2014 11:28

          @robert gil 

          TOUT A FAIT JUSTE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


        • spartacus spartacus 14 février 2014 11:29

          @gauche normale

          Nous ne manquons absolument pas de savants, mais de vraies entreprises et d’entrepreneurs. 

          Si en économie, l’éducation nationale a un endoctrinement politique, haineux de l’entreprise privée, la formation des chercheurs étant plus neutre, il y a des chercheurs qui sont formés.....

          Mais comme l’un ne va pas sans l’autre, cela a pour conséquence ubuesque que ces derniers ne fabriquent aucun emploi et préfèrent rester au chaud cooconné par les privilèges statutaires.



          On en fait une France de savants qui ne servent a rien !

        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 14 février 2014 13:53

          OK Gladiator, vous restituerez votre baratin au personnel lors de votre prochaine hospitalisation. Ne vous étonnez pas que vos articles soient massivement « moinssés » dans l’espace modération (je ne fais pas parti de vos censeurs !) vu le manque d’humanisme et de réflexion dans vos propos... tous les états ont des services publics, y compris les USA.

          PS : on disait « stasi » et non « stazi », et manifestement nous ne fréquentons pas les mêmes milieux socio-culturels... les ouvriers est-allemands (et les chômeurs) regrettent la RDA pour nombre d’entre eux. C’est sûr que pour les bourgeois et les affairistes (comme vous ?) ce système devait donner des boutons...

        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 14 février 2014 13:55

          @gauche normale : bien parlé, l’école est là pour former les élèves à l’esprit critique, pas pour en faire des consommateurs...


        • spartacus spartacus 14 février 2014 17:14

          @napoleon du perche

          Néanmoins « merci » de ne pas faire partie des censeurs. 
          Pour ma part j’approuve majoritairement les articles et n’a pas l’ostracisme de votre majorité statutaire.

          Je vous ferait remarquer que ce n’est pas vil de faire des affaires, et c’est pas parce qu’on est pas de ce milieu que ça donne le droit de se croire dans le camp de la morale, bien au contraire.

          Quand a réclamer le droit commun, en tirer la conclusion du manque d’humanisme et de réflexion de la part d’un avis de privilégié en droit social laisse la leçon de morale, d’humanisme et de réflexion « étonnante » !

        • bernard29 bernard29 13 février 2014 13:14

          Une précision, vous dites ;.

          « ...... que l’enseignant n’est rémunéré que sur 9 mois par an » ; 

          vous n’êtes pas payé pendant les vacances. ??? ça m’étonne !


          • Allexandre 13 février 2014 18:19

            Si bien sûr nous sommes rémunérés les douze mois de l’année, mais nous sommes payés sur 9 mois par ans, l’ensemble divisé par 12 pour obtenir 12 mois de salaires. Ce la signifie que nous congés payés n’excèdent pas les 5 semaines. Comme l’ensemble des fonctionnaires. Il me semblait important de le préciser, car la grande majorité pense que toutes les vacances scolaires sont rémunérées, ce qui ne serait pas très juste au demeurant.


          • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 18:27

            Non, le traitement est basé sur 10 mois d’exercice, redivisé en 12 feuilles de traitements pour gérer les primes et les retenues...


          • mobry 13 février 2014 18:35

            Oui, le salaire n’est pas payé pour 12 mois de travail, les deux mois de vacances d’été ne sont pas rémunéré, c’est pourquoi il est permis de travailler ailleurs sur cette période.

            De plus la preuve en est que seul le salaire de base est versé sur cette période, alors que ce n’est pas le cas pour les autres moments même si il y a des vacances.

            Il y a un salaire mensuel de base qui est multiplié pas 10 puis divisé par 12, ce qui donne le salaire mensuel.

            A ce que l’enseignant touche ensuite vient se rajouter des primes et des heures supplémentaires dites heures années, qui ne sont perçues que sur 10 mois.
            Cela correspond bien à la période de rémunération.

          • Allexandre 13 février 2014 18:47

            Oui j’ai écrit 9 mois mais c’est 10 mois, autant pour moi


          • bakerstreet bakerstreet 14 février 2014 06:46

            Juste un jeu d’écriture digne de Jules Romains, ou de Kafka. 
            On peut défendre son salaire sans passer par une argumentation aussi absurde, qui est je vous l’accorde, officielle. 
            Mais l’explication est surréaliste, et il faut habiter le château, pour faire semblant d’y croire. Il me semble bien que 4 trimestres sont validés d’ailleurs pour la retraite, non ?
            Je n’en parlerait pas si vous ne faisiez pas, remarquez. Il y a d’autres problèmes que ce truc théodule. 
            Beaucoup de gens qui ne se feront pas moinser par la meute, d’ailleurs pouffent de rire devant cette justification, qui est aussi irréelle que celle permettant aux enseignants de visiter les musées nationaux, s’en payer leur billet, à charge aux autres de payer pour eux, ce qu’on ne trouve pas des uns, devant l’être par le versement des autres..

            La justification boiteuse en ce sens s’appuie sur le fait que les enseignants font ensuite profiter les classes, pas les classes sociales, mais les classes de gamins, de cet immense savoir collecté dans les musées, pendant les vacances !
            Bon, les cheminots ne payent pas leur billet, me direz vous, pour aller au musée en question 

            Et voilà comment on entretien l’esprit de corps, et les défenses corporatistes


          • zygzornifle zygzornifle 13 février 2014 14:05

            Il n’y a qu’en lui écrivant une lettre d’insultes qu’un membre du gouvernement réagira en envoyant les flics, autrement c’est pisser dans la mer en espérant la voire déborder....


            • alain_àààé 13 février 2014 15:19

              je vous confirme que votre article n est pas nouveau mais je vous subjert de faire un autre article ou une grande proportion de nos parlementaires sont des enseignements.d aillleurs sous mitterrand on a augmenté ceuxci de plus 100.quand a votre ministre vous devriez que l on fasse bossez les faineants d eneignements qui gravite autour du ministre


              • Allexandre 13 février 2014 18:42

                Je n’ai jamais prétendu faire oeuvre de nouveauté. Mais je voulais juste essayer de faire savoir à ceux qui sont loin de l’enseignement ce qui se passait intramuros et rectifier certains a priori. Quant aux faineants gravitant autour du ministre, sachez que si j’en avais le pouvoir, je balayerais tout ça et j’essayerais de faire parler le bon sens. Mais la volonté de nos dirigeants est-elle vraiment d’améliorer l’enseignement de notre jeunesse ? Je ne le pense pas.


              •  C BARRATIER C BARRATIER 13 février 2014 16:16

                Il y a du vrai dans cet artcile mais aussi du faux. Les enseignants sont payés 12 mois. Il est vrai qu’il est arrivé que plutôt de les augmenter on a réduit leur temps de travail.

                L’inspection c’est du bidon depuis plus de 20 ans. L’inspecté est informé longtemps à l’avance, il peut même essayer son cours avec une autre classe...et les inspecteurs ne voient ainsi plus rien de ce qui se passe en dehors de ce grand « cinéma ».

                Quand informera-t-on restaurateurs, bouchers, maraichers...un mois avant la vérification de ce qu’ils vendent et du prix ? ils n’y a que dans l’enseignement qu’existe ce contrôle bidon.

                Professeur en prépa, l’auteur s’insurge, mais ne dit pas qu’il double sa paye par le système des « colles »..des heures sup de cumulard ! Bien sûr qu’il fait alors plus de 18 h...

                Ce que ne dit pas l’auteur, c’est que le principal nivellement est celui entre enseignants. Qu’ils bossent ou qu’ils glandent, une grille d’évaluation est imposée au notateur qui a renoncé depuis longemps à se justifier, la hiérarchie remet les notes là où elles doivent être au vu de l’âge de l’enseignant. Il en est ainsi dans les deux sens.

                Par contre, c’est sûr, un ministre, comme un chef d’établissement, est d’abord le chef pédagogique des élèves. On n’est pas dans l’armée, et les enseignants par leur statut font ce qui’ls veulent. C’est en suivant les résultats des élèves aux concours qu’on mesure le travail des enseignants, pas en prétendant évaluer un prof dans une leçon- cinéma. Le ministre doit des comptes aux familles, pas aux enseignants.

                J’ai rêvé d’autres rôles, de profs qui soeint des maîtres, d’élèves qui soient très autonomes..et j’ai un, peu fait cela
                Voir en table des news.

                Pédagogie et méthodes actives, le lycée de demain ?

                 http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=198






                • Allexandre 13 février 2014 18:31

                  Je voudrais apporter quelques précisions à votre réaction. Tout d’abord, soit vous n’avez pas bien lu, soit je me suis mal exprimé. Nous sommes effectivement rémunérés sur 9 mois divisés par 12 pour avoir un salaire mensuel. Mais contrairement à ce que pensent 98 % des Français, nous n’avons pas 4 mois de congés payés au frais du contribuable. Première chose. Ensuite vous semblez me reprocher le fait de donner quelques cours en prépa, peu à dire vrai et sans khôles, mais il va de soi que ma lettre n’avait pas pour but de défendre ma petite personne et mes petits intérêts. J’ai fort heureusement une plus haute vue de la profession. Et surtout, je voulais mettre le doigt sur des dysfonctionnements pédagogiques. J’espère que vous aurez remarqué que l’aspect financier n’occupait pas la place principale dans mon propos. Ensuite vous tapez une fois de plus sur lesprofs en remettant en cause leur niveau. Sur quels critères vous basez-vous pour porter des jugements aussi arbitraires ? Je ne sais quelle est votre profession, mais je suis convaincu que des bosseurs et des glandeurs vous en trouverez partout. Mais arrêtez de véhiculer cette image des profs nuls, payés à ne rien faire. Si cela peut arriver, la majorité des enseignants sont consciencieux et essaient de faire leur boulot du mieux qu’ils puissent dans des conditions de travail qui ne sont guère optimales. Evitez de porter des jugements hâtifs sur des domaines que vous ne connaissez pas. C’est justement parce qu’on ne nous demande jamais notre point de vue que les réforemes effectuées par les différents ministres vont de mal en pis.
                  Cordialement
                  Allexandre


                • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 18:33

                  Barratier : le prof n’est pas un marchand de camelots et les élèves ne sont pas des produits de consommation, donc votre raisonnement est foireux. Vous évaluez sur quels critères de « performance » ? Le prof de ZEP en charge d’une « classe » de pré-délinquants rebelles à son enseignement vous le plantez ? Comme pour les « rythmes scolaires » de vos amis socialos vous êtes à côté de la plaque...


                •  C BARRATIER C BARRATIER 13 février 2014 20:15

                  Je suis bien d’accord sur le sérieux des professeurs et sur le fait qu’il y en a quand même qui sont nuls et assurés de continuer jusqu’à leur retraite et à bénéficier de notes acceptables et d’avancements d’échelons. Ce n’est pas ce problème que je soulevais, c’est celui de leur stupide évaluation actuelle (du cinéma).
                  Je ne vois pas où vous avez pris que les professeurs ont un salaire de 9 mois par an, il n’y a rien dans les textes officiels, et les déclarations d’un professeur ou de plusieurs ne sont pas des textes officiels. Mais je suis prêt à prende conaisance de ces textes à condition qu’ils soient officiels.

                  Vous avez bien fait de soulever le problème su salaire, peu attractif, malheureusement un complément de salaire pour les femmes qui ont un époux gagnant plus qu’elles. Sachez quand même que si le ministre ne vous répond pas à vous (ni à moi) il répond au responsable de l’enseignement catholique, le seul négociateur pour l’enseignement privé. Avec lui c’est le tapis rouige souvent dans l’illégalité. Car pourencourager l’enseignement catholqiue il y a des sous !
                  Voir ma lettre sans réponse :

                  Nouveau gouvernement : stop au gaspi et aux illégalités

                   http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=214



                • mac 14 février 2014 09:05

                  Il me semble que le salaire sur 10 mois s’explique ainsi : les professeurs de part leur niveau d’étude sont des fonctionnaires de catégorie A mais gagnent annuellement les 10/12 des autres fonctionnaires de catégorie A. Leur traitement est versé sur 12 mois mais il est moins élevé annuellement. Ainsi on peut dire que les professeurs ne sont pas payés pendant les mois d’été... D’ailleurs les professeurs sous contrat provisoire doivent signer un procès verbal d’installation en septembre car à partir de juillet ils ne sont plus vraiment considérés comme enseignants.

                   

                   

                •  C BARRATIER C BARRATIER 14 février 2014 19:55

                  Il y a là de la logique
                  Ce que je savais par des chefs de service du ministère, c’est que divers aménagements négociés avec les syndicats ont abouti à des promotions de catégories au lieu de suivre pour les salaires.
                  Edgar FAURE ramena la semaine de 5 jours (le samedi jusqu’à 16 h 30) à 4 jours et demie contre un blocage provisoire des salaires (ceci pour le primaire)
                  Ensuite les PGEGC très nombreux furent assimilés aux certifiés, les PTA du Technique devinrent des PT (certifiés), les documentalisrtes passèrent de 32 à 15 h (certifiés), les proesseur des centres publics d’apprentissage devinrent des PLP1 (profs de lycées professionnels), puis des PLP2 (certifiés).
                  Les certifiés restaient certifiés sauf une ouverture par l’agrégation interne, les agrégés ne bougeaient pas, sauf de plus importans contingents à la hors classe.


                • hunter hunter 13 février 2014 18:17

                  salut à tous,

                  lettre très pertinente, mais sans réponse !
                  Essayez de passer par une loge maçonnique qui ait des passerelles avec le B’naï B’rith par exemple, là vous aurez plus de chances. Sinon, vous pouvez encore attendre longtemps !

                  Adishatz

                  H/


                  • Allexandre 13 février 2014 18:45

                    Rassurez-vous, je ne suis pas naïf. Mais il est important, plus que la réponse formelle du Cabinet du ministre, que mes concitoyens sachent ce qui n’est jamais dit dans les médias. Quand fin juillet Pujadas ou un autre annonce les résultats du bac, ils oublient de préciser les conditions et les pressions de notation que nous subissons de l’académie.


                  • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 18:25

                    Peillon sera promu député européen en juin prochain après les élections. Hasta luego Monsieur le ministre !


                    • Allexandre 13 février 2014 18:32

                      Mais hélas, le prochain ne changera rien, comme les précédents. Ou bien alors ce sera encore pire.


                    • Jean-François Dedieu Jean-François Dedieu 14 février 2014 08:44

                      Peillon est venu brasser son bordel dans le merdier hérité puis continuera à profiter en tant que député socialo-libéro-démocrate du foutoir politique européen...
                      Mais puisque nous avons les élus qu’on mérite... j’irai grossir l’ABSTENTION... pour la première fois de ma vie d’éleccicon (électeur-citoyen-contribuable) !


                    • hunter hunter 13 février 2014 18:33

                      Peillon député européen ? Désolé, mais je crois qu’il se présente dans ma région d’origine PACA (Var), et ça m’étonnerait qu’il passe, vu comment les fauxcialistes sont appréciés là bas !
                      A mon humble avis, il va se prendre une tôle, et il restera ministre !

                      En PACA, si une chèvre se présente sous la bannière UMP, elle passe ......

                       smiley

                      adishatz

                      H/


                      • Allexandre 13 février 2014 18:37

                        Oui effectivement en région PACA, cela paraît surréaliste, vous avez raison. Mais qu’il reste ou pas, réformer l’Education nationale reste un travail de Titan. En revanche, revoir certains points est jouable, à condition d’avoir le courage de le faire


                      • tf1Groupie 13 février 2014 19:11

                        Vous êtes prof et vous n’avez pas encore remarqué qu’aujourd’hui le redoublement est devenu totalement inefficace ?
                        La plupart des élèves qui redoublent regressent dans l’année du redoublement.


                        • Allexandre 13 février 2014 19:30

                          Lisez bien mon article. J’explique le pourquoi de cette situation. Pas de redoublement ok, on en voit les effets quotidiens, mais alors des exigences revus à la hausse car sinon, on se retrouve avec des élèves de terminales avec un niveau qui n’est même pas celui d’un élève de 3ème, et comme il aura son bac à coup, presue sûr, à 92 % pour les séries générales en 2012, ce n’est pas un cadeau ni pour l’enseignant, ni pour les élèves désireux d’apprendre et de travailelr. Peut-être faudrait-il un peu penser à eux de temps en temps


                        • mobry 13 février 2014 20:48

                          Tf1groupy

                          Ce que vous dites est faux, je ne sais pas d’ou vous tirez cette information.
                          Figurez que des statistiques sont faites chaque année. Moins de 5% des redoublements n’amènent pas d’améliorations sensibles des résultats.
                          Certe cette mesure ne fait pas de miracle, puisque dans presque 20 % des cas l’année suivante les résultats des élèves concernés "rechutent sérieusement.
                          Cependant, il y a aussi l’aspect psychologique qui compte. Un élève qui est perdu, perd confiance en lui et généralement cette pose lui permet de repprendre confiance en lui.
                          De plus c’est une nouvelle chance qu’une institution se doit de lui donner ne serait ce que pour lui laisser plus de temps pour murir son projet personnel.
                          En plus, il existe un droit au redoublement, c’est à dire qu’il est illégal d’orienter un jeune sans qu’il est redoublé au moins une fois.
                          Ce genre de décision sont bien plus difficile à prendre que vous ne le pensez.
                          Le principe du redoublement est contestable, mais ce n’est pas l’aspect que vous contestez qui pose problème car il est indéniable que tous n’ont pas la même maturité. Il existe des solutions alternative mais toutes nécessitent d’avoir plus de temps. 
                          A moins bien sur de faire comme en Allemagne et orienter d’autorité des le primaire ceux qui peinent le plus.

                        • France Républicaine et Souverainiste Napoléon Du Perche 13 février 2014 21:47

                          Tf1groupie : cela dépend. Si un enfant est en difficulté par manque de maturité cognitive alors le redoublement est utile ; dans le cas de difficultés médico-sociales c’est effectivement inutile...


                        • tf1Groupie 13 février 2014 22:07

                          @ Mobry,

                          Je tiens cette information de mon expérience personnelle, c’est beaucoup fiable que vos statistiques qui sortent de je ne sais où.

                          Ce que je dis s’est avéré vrai sur tous les cas que j’ai suivis, une bonne vingtaine.

                          @ Napoléon : vous avez raison, le seul cas où le redoublement est justifiable c’est quand il y a eu un accident (familial, médical ...) dans l’année.

                          Ce qu’il faudrait, au collège en tout cas, c’est un parcours différencié, en fonction des aptitudes de chacun, un peu comme en Allemagne, mais l’Allemagne c’est pas beau hein.

                          Et puis « l’égalité » c’est tellement important pour tous ces syndicats à la con.
                          Car l’auteur n’en parle pas : les enseignants du terrain sont représentés, mais ils le sont par les syndicats qui sont bouffés par l’ideologie.

                          Pendant ce temps les profs font grève tous les mois, et ça n’a jamais servi à rien ...


                        • passtavie passtavie 13 février 2014 21:41

                          Alexandre :

                          Je suis bien d’accord avec votre protestation. Je pense que l’enseignement est aussi là pour former du citoyen, or le discours que l’on entend souvent est :
                          « ça sert à quoi d’apprendre ça ? » immédiatement suivit du fait qu’il vaut mieux apprendre des choses utiles au futur métier.
                          On dit au jeune que s’il n’étudie pas bien, il n’aura pas un bon métier, ou il ne réussira pas sa vie. On ne lui dit pas que ce qu’il apprend est utile à son rôle de citoyen, que ça va lui apporter quelque chose à lui.

                          Or dans un contexte ou l’école sert juste à former du travailleur, l’histoire effectivement ne sert pas à grand chose.

                          Je vais aller plus loin, pourquoi ne pas donner des notions d’économie ? Des notions sur TOUT les courants d’économie, sans pour autant en encenser une. Pourquoi ne pas apprendre un peu de sociologie. Histoire qu’ils comprennent comment le monde tourne.

                          Ce n’est pas le bac à 90% qu’il faut stigmatiser, c’est la façon dont on atteint les 90%.

                          Enfin, j’ai peur que l’unique but de tout ceci soit de créer un mécontentement qui incitera tôt ou tard les gens à préférer un système d’écoles privées.
                          Quels pronostics faire ? J’essaye d’imaginer les possibles.
                          Demain, les établissements privés majoritaires, et les établissements publics poubelle des pires élèves ?
                          Demain, l’histoire présente dans des établissements privés haut de gamme, et absente des établissements privés bas de gamme unique accessible aux classes moyennes et pauvres car subventionnés par des entreprises dans le but de former de la main d’œuvre ?


                          • tf1Groupie 13 février 2014 22:10

                            « ce qu’il apprend est utile à son rôle de citoyen », ouais bof.

                            Moi quand j’apprends à un enfant de 14 ans à résoudre une équation du second degré je ne pense pas que cela sert son rôle de citoyen .


                          • Allexandre 14 février 2014 10:20

                            Bonjour et merci pour votre réaction. Je veux juste vous faire remarquer que je précise justement comment nous arrivons aux 90% de reçus en series générales. Plus l’on s’approche des 100 % et plus l’examen est dévalorisé, ce qui est doublement injuste. D’abord pour les élèves qui travaillent avec sérieux et densité, mais aussi pour les profs qui font leur boulot de préparation, souvent bien au delà de ce qui est ensuite demandé et surtout comment il est vivement conseillé de l’évaluer.


                          •  C BARRATIER C BARRATIER 15 février 2014 09:04

                            oui Alexandre, on se passera de l’école, déjà l’école « à la maison » se développe. Les conseils du cahier numéro 13 du centre de développement de l’OCDE disent assez qu’avant de privatiser ou suppeimer une institution, il faut la faire détester.

                            En table alpha des news :

                            OCDE, conseils pour casser les services publics et privatiser

                             http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=231


                          • passtavie passtavie 13 février 2014 22:36

                            L’histoire oui.
                            Et l’équation du second degré fait parti du bagage mathématique qui permet de suivre un certain nombre de formations.
                            Ce qui peut être utile au citoyen en math par exemple, c’est les statistiques et les probas.
                            Pour faire des maths il faut être rigoureux, et c’est une qualité que les maths aident à développer.


                            • tf1Groupie 13 février 2014 22:45

                              « Et l’équation du second degré fait parti du bagage mathématique qui permet de suivre un certain nombre de formations. »

                              Je n’ai pas dis que ça ne servait pas, mais c’est inutile pour le citoyen lambda, et ça n’est pas accessible à un grand nombre, donc c’est une démarche élitiste qui participe à décourager une partie de nos enfants.


                            • tf1Groupie 13 février 2014 22:47

                              Et pendant ce temps beaucoup ne savent pas utiliser un pourcentage, or cela est indispensable à un citoyen digne de ce nom.

                              Arrêtez de rêver


                            • Allexandre 14 février 2014 10:23

                              Mais la rigueur est développée dans toutes les disciplines. Il faut arrêter de considérer les maths comme seul vecteur de la rigueur. Si vous n’êtes pas rigoureux en Histoire, en Français ou en Philo, vous ne réussirez pas à faire un bon devoir. Logique et rigueur sont partout


                            • Denzo75018 14 février 2014 07:09

                              Ouvrons les yeux !
                              Tous nos modèles coulent......
                              L’éducation, la culture, l’économie, le sociétal etc.

                              Quand la Gauche et les Syndicats décideront-ils de réformer en profondeur la France ?
                              A quand des états généraux tous partis, corps sociaux confondus....


                              • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 14 février 2014 11:10

                                à l’auteur,

                                Bravo pour votre coup de gueule.
                                Réagissant à votre article en 56 ème position j’irai droit au but :
                                Vous écrivez : 
                                (...) J’irais même jusqu’à me demander s’il n’y a pas une volonté politique de faire des futures générations de simples consommateurs de tout et n’importe quoi, mais surtout consommateurs.(...)
                                Mais, bien sûr qu’il y a un plan : celui de formater nos enfants en con-sommateurs (avec un trait d’union, SVP !)
                                L’oligarchie pourra d’autant mieux les manipuler : car ils n’auront rien dans la cervelle, et tout dans le téléphone mobile !
                                Encore bravo.

                                Cordialement.

                                Thierry Saladin

                                • Allexandre 14 février 2014 11:18

                                  Tous mes remerciements. Nous devons tous être solidaires sans esprit corporatiste et faire savoir à nos élites enfermées dans les palais de la République, qu’il existe des réalités de vie des Français qui les ont élus pour les représenter, et pas pour les enfumer. Depuis 1871, il n’y a pas eu de vraie révolution en France. Peut-être serait-il temps d’y songer. Le mode est à définir


                                • Thierry SALADIN Thierry SALADIN 14 février 2014 11:52

                                  @ l’auteur,

                                  Nos élites (UMP + PS + FN + hélas, le FDG) se foutent de votre lettre, comme de ce que nous pensons, nous le peuple.
                                  Elles travaillent pour leur propre compte, au service de l’oligarchie financière, pour ne pas dire militaro-industrielle, le tout organisé et piloté par les États-Unis : le gros problème sur Terre pour tout le règne vivant.

                                  Oui, vous avez raison, il faut faire la Quatrième révolution française !

                                  Seulement voilà, le formatage des esprits est à l’œuvre, et ce depuis plus de soixante ans...
                                  Une seule chose : convaincre nos concitoyens que la France doit sortir de l’Union Européenne, qui est un piège mortel pour les valeurs de la République.

                                  Seul l’UPR est cohérent, et montre la voie. Il n’y a qu’un reproche à lui faire, et un gros reproche : il se bat notamment pour la défense de la langue française, mais dans la maison on n’a pas encore compris qu’il faut militer pour l’espéranto. afin d’envisager les rapports entre les peuples autrement qu’actuellement.

                                  Nous sommes toujours d’accord, Allixandre et les autres ?

                                  Cordialement.

                                  Thierry Saladin

                                  P.S. : Vous voyez, Allixandre, ma position est sans doute partagée par beaucoup de ceux qui ont approuvé à plus de 90% votre article, mais rien que par le fait que j’ai cité le mot tabou « espéranto » les opposants parmi eux, qui ne sont en fait que des ignorants qui s’ignorent, vont non seulement me moinsser, mais n’auront même pas le courage de m’apporter des arguments.
                                  Arguments que je démonterai, les uns après les autres puisque ce sont toujours les mêmes et qu’ils sont fondés sur de l’ignorance. Bref, je me ferai plaisir.

                                  Messieurs les moinsseurs, bonsoir !



                                • Allexandre 14 février 2014 14:37

                                  Je partage entièrement votre point de vue. Tous les partis politiques sans exception, nous enfument et font miroiter aux plus incrédules qu’ils sont les seuls à détenir la solution. Ce qu’ils se gardent bien de dire, c’est les prises de décisions se font ailleurs qu’à l’Elysée, Matignon ou le Palais Bourbon. Il y a la commission de bruxelles et les conseils des ministres des 28, tous des non élus (bien que cela ne changerait pas grand chose), puis il y a La Cityla BCE et Wall Street. Alors notre vote, aucune valeur. Nous sommes passés dans une dictaure d’un autre âge et d’une autre envergure. Mais en système prétendu démocratique, il faut manoeuvrer plus subtilement que dans les dictatures à la Hitler ou à la Mao. Il fau lire le livre d’Edward Bernays « Propaganda » pour prendre la mesure de la propagande et de l’enfumage dont nous sommes l’objet, plus préoccupés que nous sommes à consommer tout et n’importe quoi, à commencer par la télé poubelle qui assome les peuples de conneries en tout genre.


                                • Sylvain62 16 février 2014 11:36

                                  L’Histoire a toujours été ma matière préférée dans le secondaire. D’abord parce que quand on en saisi le sens on comprend comment en sommes nous arrivés là, ensuite parce que c’est une matière passionnante qui permet à chacun d’avoir conscience de l’importance du patrimoine historique que nous héritons de génération en génération.


                                  En conséquence c’est aussi LA matière la plus torpillée, dévoyée ou orientée de toutes par l’Educ Nat. Pourquoi ? Parce que des élèves qui grandissent en apprenant qu’ils héritent d’une Nation qui s’est constituée sur la bravoure d’individus qui valorisaient la liberté comme personne dans ce pays à l’heure actuelle, c’est dangereux pour l’Ordre établi, c’est dangereux pour les technocrates bruxellois.

                                  Je suis issu de cette génération que l’on a biberonné à « l’Europe c’est la paix », celle qui a assisté au passage à l’euro et à l’explosion des prix des matières premières, du pétrole et du gaz en France. Il a fallu plusieurs années de droit pour que je m’aperçoive de l’escroquerie réelle que constitue la construction européenne. 

                                  Et les arguments fallacieux et nihilistes de notre identité commune qui revenaient sans cesse au cours de certains cours qui comparaient sans rougir la France à d’autres comme si notre pays n’était rien, comme s’il n’avait pas concentré à lui seul les principales évolutions humanistes du XXème siècle. Et encore aujourd’hui, des vers reproduisent le même discours et compare notre pays à des guettos industrialisés émergents, il faudrait donc s’aligner sur les esclaves du monde moderne pour rester « compétitifs ». Voilà où certains veulent nous entraîner.

                                  Voilà pourquoi l’enseignement de l’Histoire est vital, une nation de veaux ignorants de leur histoire c’est tout ce qu’il faudrait pour que certains poursuivent tranquillement leur oeuvre de destruction. 

                                  • lsga lsga 16 février 2014 14:38

                                    Le niveau de difficulté du BAC aujourd’hui est beaucoup plus élevé que dans les années 70. C’est particulièrement vrai en mathématiques. 


                                    • Allexandre 20 février 2014 12:19

                                      Mais les consignes de notation très directives et d’une indulgence à la mesure de la « difficulté » du bac. Au passage, arrêtez de considérer les math comme LA référence. C’est une matière parmi d’autres


                                    • Crab2 20 février 2014 12:00

                                      …/... - Et nous enseignants, devons faire valoir les vertus d’une République qui n’en a plus depuis longtemps, et siéger en conseils de classe dont l’avis n’est guère que consultatif, et encore. Si l’Etat ne prend pas ses responsabilités, je vous promets une catastrophe sociale sous peu. Vous ne la verrez peut-être pas en tant que Ministre de l’Education nationale, mais elle est en marche. A force d’être coupé du peuple souverain et de ne pas solliciter les bonnes personnes, vous conduisez la France droit dans le mur. Il faudrait qu’enfin, le bon sens dirigeât ce pays, écrivez-vous

                                      Votre propos est à relier avec la défense des valeurs de la république, mais pas seulement à l’école :

                                      En rapport avec le concept de diversité et l’antiracisme à géométrie variable

                                      Lu dans la presse à la date du 27 février dernier :

                                      « Français de souche  » : l’énorme contre-sens de deux socialistes qui attaquent Alain Finkielkraut

                                      Suites :

                                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/francais-de-souche.html

                                      Ou sur :

                                      http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/02/20/francais-de-souche-5303547.html


                                      • Allexandre 20 février 2014 12:17

                                        ../... Les valeurs de la République. Je ne cerne pas très bien quelles sont-elles !! On nous a vendu la République comme un régime « parfait » et démocratique. Quel bluff. En tout cas, nos dirigeants sont les premiers à les fouler aux pieds. Alos enseigner cela à nos élèves, j’ai de plus en plus de mal. C’est de la propagande perverse.



                                      • Crab2 21 février 2014 09:59

                                        Les valeurs de la république ne sont pas à vendre, suite :

                                        Les résistants et résistantes françaises et français Germaine Tillion, Pierre Brossolette et Geneviève de Gaulle et l’ancien ministre de l’éducation nationale sous la IIIe République Jean Zay, assassiné par la milice, entrent au Panthéon

                                        Suite :

                                        Panthéon des femmes - février 2014

                                        http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/pantheon-des-femmes-fevrier-2014.html

                                        http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/02/21/pantheon-des-femmes-fevrier-2014-5304273.html


                                        • Allexandre 21 février 2014 10:51

                                          Qui a dit qu’elles étaient à vendre ?? Mais attention de ne pas confondre les symboles et une réalité loin de ces valeurs. Et puis ne tombez pas dans une sorte de sectarisme laïque, comme si la laïcité devait être une nouvelle religion. Ce serait contre-productif


                                          • Crab2 21 février 2014 13:10

                                            La laïcité, c’est le droit de ne pas croire ou de croire - la loi 1905, c’est l’affirmation que de la vie de la conscience ( la spiritualité ) les religions n’en ont pas le monopole
                                            Hors le financement en totalité du Concordat, aussi, en partie les écoles confessionnelles relève d’un détournement de l’argent public ( l’argent collecté de tous les contribuables ) et rompt l’unité entre tous les français et françaises incroyants ou croyant


                                          • Allexandre 21 février 2014 13:26

                                            Oui je connais la loi de 1905 ! Cela dit, tous les Français, croyants ou incroyants, payent leurs impôts. Parler de détournement de l’argent public, ça va loin !! le vrai détournement est fait par des gens haut placés, peut-être laïques ou croyants. Vous êtes trop manichéen !


                                            • Crab2 21 février 2014 20:04

                                              Bonsoir
                                              Tout détournement de l’argent public est en effet inacceptable, cela dit la loi 1905 ne propose pas, en aucun cas, de privilégier des catégories de religieux en salariant en Meurthe-Moselle leurs enseignants ni...aucune école confessionnelle - c’est le principe de la séparation de l’État et des églises

                                              http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/09/observatoire-de-la-laicite.html


                                                


                                              • Allexandre 21 février 2014 20:42

                                                Bonsoir,

                                                Vous semblez oublier la loi Falloux de 1850 qui autorise la liberté de l’enseignement. Cette loi n’a jamais été abrogée. Bien qu’athée, je trouve que la gueguerre école publique/école confessionnelle est stupide et d’un autre âge. L’élitisme bourgeois est partout, y compris dans les bahuts publics. Vous déplacez les vrais combats à mener, public/privé réunis. Il y a des priorités pédagogiques et éducatives bien plus importantes à traiter. La laïcité à tout crin peut aussi générer du fanatisme et donc de l’intolérance.


                                                • Crab2 24 février 2014 11:07

                                                  Bonjour, je n’oublie pas cette loi, cela à mes yeux ne change rien, il n’appartient pas à la république de financer les croyances des uns ou des autres avec les deniers de tous les contribuables

                                                  Toutes les atteintes à la laïcité se justifient au nom d’un « droit à la différence » qui vise toujours à rogner sur les droits des femmes et à contester l’égalité des droits entre femmes et hommes

                                                  Suites :

                                                  http://laicite-moderne.blogspot.fr/2014/02/feminisme-et-laicite.html

                                                  Ou sur :

                                                  http://laiciteetsociete.hautetfort.com/archive/2014/02/24/feminisme-et-laicite-5306655.html

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Allexandre


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès