• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Non-recours aux prestations sociales : une personne âgée sur deux (...)

Non-recours aux prestations sociales : une personne âgée sur deux touchée

Les aides sociales ne touchent pas efficacement ceux et celles pour qui elle sont faites. C’est dû au non-recours. Un article de Pierre Luton, journaliste santé social. La Dress vient de publier une étude qui montre que 50 % des personnes seules éligibles au minimum vieillesse n’y recourent pas. Les femmes sont plus touchées. La majorité présidentielle a promis qu’elle rendrait ces aides automatiques.

Une sur deux

Une personne âgée seule sur deux ne touche pas le minimum vieillesse. Elle est victime du non-recours aux prestations sociales. Une étude de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress) le souligne : 50 % des personnes seules éligibles à ce minimum n’y recourent pas.

Personnes âgées

Cela concerne 300 000 personnes, précise cet organisme du ministère de la Santé. Ces chiffres sont fondés sur une étude réalisée sur des données accessible datant de l’année 2016. Son auteure, Pauline Meinzel, précise qu’il reste compliqué de déterminer la proportion de personnes qui ne bénéficient pas d’un droit alors qu’elles pourraient y prétendre. Cette étude ne concerne que les personnes seules (et les revenus immobiliers, d’incapacité permanente, la perception de l’AAH n’ont pu être prises en compte).

Minimum vieillesse

Le minimum vieillesse, autrement appelé allocation de solidarité aux personnes âgées (aspa), est réservé aux personnes qui n’ont pas ou peu cotisé à la retraite. Son montant mensuel est actuellement de 916,78 euros pour une personne seule. En 2016, il était de 801 euros. Tous les bénéficiaires potentiels ne la touchent pas. Le versement de cette prestation n’est pas automatique. Il faut en faire la demande.

Non-recours

Ce constat renvoie à un fait désormais bien établi. Celui du non-recours. « Il s’agit bien d’un phénomène d’ampleur », rappelle notre confrère France info. « Rien que pour le RSA, la Drees a estimé en février dernier, que le non-recours représenterait trois milliards d’euros par an. » Pour l’aide à la complémentaire santé : plus de 20 % des bénéficiaires n’utilisent pas leur chèque. C’est ce qu’indique un rapport du Fonds CMU de 2018 (article de Pierre Luton sur a -part-entiere.fr). De nombreuses études cherchent à comprendre pourquoi des usagers renoncent à leurs droits. L’illettrisme peut, par exemple, peser sur le non-recours à la CMU-C, selon une étude du Fonds CMU (à découvrir sur ASH, sur abonnement).

Femmes

Selon l’auteure de cette étude de la Drees, les personnes éligibles au minimum vieillesse ignorent principalement que ce dispositif existe. Elle dresse un portrait-robot du non-recourant. Les femmes sont un peu plus touchées que les hommes. Le taux de non-recours de ces dernières s’élève à 52% contre 48% pour les hommes. Le non-recourant est aussi un peu plus âgé que ceux qui recourent au minimum vieillesse : 78 ans en moyenne contre 75,8 ans. Ils renoncent en moyenne à un montant estimé à 205 euros mensuels.

Promesse présidentielle

La majorité présidentielle a fait part de son intention de rendre automatique le versement des aides sociales à la source afin d’endiguer le phénomène de non-recours. Une promesse de campagne dont on attend la réalisation…

Pierre Luton

© vvs1976 pexels-pixabay

Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Lonzine 26 mai 10:38

    Luttons pour un juste combat !


    • PascalDemoriane 26 mai 10:53

      N’oublions pas que l’ASPA n’est pas exactement une allocation mais une avance d’état recouvrable en partie sur l’actif de succession. C’est là un éventuel facteur de frein à sa demande par les personnes à faible revenus mais dotées d’un petit patrimoine.
      Ce qui rend aussi son attribution « automatique » difficilement concevable : il faut quand même le consentement du bénéficiaire ! Non ?


      • cevennevive cevennevive 26 mai 11:03

        @PascalDemoriane, bonjour,

        Nous avons fait nos commentaires en même temps, et je vous remercie d’appuyer des arguments que l’auteur ignore peut-être.


      • Hubu Hubu 28 mai 15:26

        @PascalDemoriane

        En réalité il existe un moyen simple pour protéger ses héritiers qui est de devenir usufruitier plusieurs années avant la demande d’ASPA pour empêcher l’hypothèque de la maison.
        C’est parfaitement légal mais il faut prendre ses dispositions longtemps avant !


      • cevennevive cevennevive 26 mai 11:00

        Bonjour pierre luton,

        Je pourrais être bénéficiaire de ce minimum vieillesse... J’en possède toutes les conditions.

        Mais vous ignorez peut-être que ce minimum vieillesse doit être remboursé sur le patrimoine, même si le bénéficiaire ne possède qu’une vieille maison et un jardin.

        Dans nos villages, c’est patent et assez courant.

        Et puis, personnellement, je répugne à être assistée car si on me fait l’aumône, on m’achète en quelques sortes.

        Autre chose : toutes les démarches aujourd’hui sont faites par ordinateur : CMU, ACS, etc. Moi, je n’ai aucun problème avec cela. Mais combien de « vieux » sont capables de faire un dossier par ordinateur ?

        Peut-être la plupart de ceux qui ne demandent pas pensent comme moi ?

        Bon, nous verrons bien si le nouveau gouvernement augmente nos pauvres retraites sans que nous ayons à faire un kilo de papiers...


        • Pauline pas Bismutée 27 mai 05:25

          @cevennevive

          ’Autre chose : toutes les démarches aujourd’hui sont faites par ordinateur’

          C’est en effet un problème presque insurmontable, car, en plus d’un ordi il faut évidemment une connexion internet et aussi une imprimante ou un scanner.
          Quand il n’y a plus aucun service public (plus d’internet cafés, aucun service
          pour scanner un document, etc....je fais court ! plus les sites qui ne marchent pas, etc..., les heures passées au téléphone a taper des numéros surfacturés pour écouter de la musique de supermarché.....)
          Un vrai cauchemar (on peut ajouter le manque de transport public quand pas de voiture), donc on abandonne.... on ne commence même pas...


        • velosolex velosolex 1er juin 09:56

          @Pauline pas Bismutée
          Le marché à plus d’un tour dans son sac, et plein de sociétés privées se distinguent maintenant pour proposer leur aide, bien sûr payante, pour faire les demandes à ta place, de la demande de carte grise, de passeport, à je suppose tout ce qu’on peut faire en ligne, et qui était auparavant fait par un fonctionnaire. 

          Même chercher un simple numéro de télephone, présente le plus clair du temps, en première position sur internet, des entreprises privées, fournissant le renseignement par appel payant, ce que ne savent pas la plupart du temps les personnes qui y ont recours. Il faut donc faire attention a chercher dans le menu déroulant les pages blanches ou jaunes de l’annuaire gratuit. 
          Le pire étant de déléguer alors qu’on est autonome. Car on risque alors de ne pas le rester longtemps. Ce monde est dur, et il faut se battre pour son indépendance, et sa capacité à maitriser le plus longtemps les choses, à déminer les discours de propagande et de sujettion. . 

          C’est fatiguant d’être sans cesse sur ses gardes, de guetter l’alinea foireux, de déconnecter la promesse trop belle, de deviner l’affaire foireuse. « Débranche tout ! » Comme disait France Gall. 


        • contrevenant 26 mai 15:28

          L’ACS, aide à la complémentaire santé, n’existe plus depuis 2021. Le régime l’a remplacée par la complémentaire santé solidaire . Les pauvres payaient 7,50 € par mois de mutuelle, maintenant c’est 30 € par mois soit 400% d’augmentation .


          • cevennevive cevennevive 26 mai 16:10

            @contrevenant, bonjour,

            Oui, c’est bien ça ! 30 euros par mois, cela fait 360 euros par an ôté d’un pauvre revenu...


          • ZenZoe ZenZoe 26 mai 16:32

            @contrevenant
            La CSS avec participation financière prévoit des tarifs qui augmentent avec l’âge. On part de 7 euros je crois pour un enfant pour aller à 30 euros à partir de 70 ans. Je me demande d’ailleurs comment ce truc a pu passer crème, tant ça me parait complètement discriminatoire. La solidarité nationale selon les revenus, d’accord, mais selon l’âge ? J’ai posé la question une fois, on m’a répondu, ah mais c’est parce que les personnes âgées coûtent plus cher ! J’en suis restée baba. La république n’est plus ce qu’elle était.


          • sirocco sirocco 26 mai 19:08

            @ZenZoe
            « ...c’est parce que les personnes âgées coûtent plus cher ! »

            Ce qui coûte plus cher, surtout, ce sont les migrants qui se font soigner gratos.


          • zygzornifle zygzornifle 27 mai 07:59

            @sirocco

            1000 députés et sénateurs des ministres et leurs secrétaires a foison coutent une blinde et 5 600 000 fonctionnaires pour beaucoup improductifs car remplacés par des standards a la minute surtaxée a l’étranger aussi, plus les 8 millions de cartes vitales de plus que le nombre d’assurés sociaux .....


          • ZenZoe ZenZoe 26 mai 16:25

            Comme il a été dit plus haut, mieux vaut ne pas avoir un bien immobilier si vous faites la demande de l’ASPA. Il sera alors hypothéqué et ce sera la galère si vous souhaitez le vendre (par exemple pour vous payer une maison de retraite). Sans compter que vos enfants n’en verront jamais la couleur car il leur faudra le vendre souvent pour payer les frais de succession.

            Au lieu de rendre ce dispositif obligatoire ( ce qui me parait d’ailleurs impossible en l’état), mieux vaudrait commencer par en exclure totalement la résidence principale et supprimer les frais de succession.

            Et aussi augmenter sérieusement les retraites et assurer un minimum non remboursable pour tous, et si possible introduire un minimum de justice sociale. Comment ne pas être révolté quand on sait que des gens qui ont bossé au smic toute leur vie ou une bonne partie auront à peine plus et quelquefois moins que ceux qui n’ont jamais cotisé ?

            Concernant les autres prestations comme le RSA ou la CSS, l’auteur ne parle ni des atteintes graves à la vie privée avec des questionnaires très intrusifs, et le côté stigmatisant de ces aides, deux raisons qui ont un poids important dans la décision de bénéficiaires potentiels. On ne devrait jamais faire honte aux pauvres, or c’est le cas en France.


            • Eric F Eric F 27 mai 10:23

              @ZenZoe
              ’’On ne devrait jamais faire honte aux pauvres, or c’est le cas en France’’
              La France fournit néanmoins davantage d’assistance aux personnes démunies que partout ailleurs.
              Concernant l’aide remboursable sur la succession, cela me semble parfaitement légitime. Certaines familles prennent en charge leurs vieux parents à leurs frais, donc dans le cas où la personne était financièrement aidée par les contribuables, l’équivalent en terme de bien immobilier (résidence principale) ne devrait pas être transmissible aux héritiers.

              En tout cas, compte tenu de ces questions de patrimoine, il ne doit pas y avoir automaticité d’attribution de cette aide, mais en tout cas information systématique des ayant droit sans démarche de leur part, et versement à la source en cas de choix d’en bénéficier.

              A propos des ’’questionnaires intrusifs’’, il est quand même nécessaire de s’assurer des critères d’éligibilité, nous connaissons tous des cas de personnes ayant un patrimoine conséquent et bénéficiant néanmoins de minima sociaux.
              Mais bien sûr il faut que les questions soient réellement justifiées.


            • velosolex velosolex 1er juin 10:20

              @Eric F
              Revient la grande injustice sociale, issue des déterminants sociaux, chers à Bourdieu. Dont personne ne parle plus....La frange aisée de la population bénéficie de la meilleure éducation, va vers les meilleurs emplois ( du moins ceux les plus socialement valorisant à tous niveaux) puis bénéficie des meilleures retraites. Elle a accumulé des biens fonciers, en trésorerie, et les transmet à ses descendants, qui auront donc été bénéficiaires tout le long de leur vie, dont l’espérance de vie, précisément, est la plus longue. 
              Les pauvres par contre, ou ce qu’on appelera les échelons les plus bas de la classe moyenne,( ce ventre mou qui ne veut rien dire, et dont se revendique autant les médecins que les ouvriers, les uns pour ne pas déchoir, les autres par la peur de se distinguer) , ne seront pas à la même enseingne....
              Si les parents ne restent pas autonomes, il leur faudra pouvoir à leur prise en charge. Vu les tarifs des Epadhs, si le nombre d’enfants n’est pas substancielle, cette charge peut s’avérer écrasante, pour un enfant unique. La vente d’un bien immobilier ne pourvoiera aux frais que quelques années. Ce sont des données à prendre en compte pour la demande du minimum retraite, de certains parents, ne voulant pas mettre en jeu la petite succession qu’ils comptent laisser à leurs enfants, mais qui de toute façon disparaitra bien vite s’ils vont en maison de retraite. L’affaire Orphea a révélé au grand jour, au grand désespoir des bourgeois qu’il ne suffisait pas d’aligner 6000 euros pour être traité comme un chien dont on économise sur les croquettes. 
              Cela, la plupart des soignants le savent depuis longtemps, pour avoir fait des stages dans ses maisons de retraite. Le privé exacerbe un peu plus l’horreur des prises en charge dans la plupart des cas. C’est la même comptabilité matoise que les camps de la mort, où la valeur économique des prisonniers était évaluée. Bien sûr il faut relativiser cette donnée par la qualité de certains EPadh tenant à la grande qualité des soignants. Mais la systémie et la logique sont malgré tout assez infamantes, avec une nouvelle race de dirigeants ne reculant absolument devant rien pour faire du chiffre et dégager des martingales d’enfer. Le secteur de la prise en charge des personnes agés en établissement étant celle qui fournissait encore hier les plus gros retours sur investissement. Faites attention à vous, évitez la viande, l’alcool, le tabac, et le stress....Et aérez vous la tête. Il y a plein de régles pour bien vieillir, mais chaque personne et unique. 


            • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 mai 20:57

              Merci pour cet article.


              • zygzornifle zygzornifle 27 mai 07:52

                Le gouvernement est incapable de boucher les nid de poules de nos routes, comment voulez vous qu’elle aident les personnes en difficultés ....


                • Eric F Eric F 27 mai 14:11

                  @zygzornifle
                  Le gouvernement a délégué aux collectivités régionales et locales l’entretien des routes. Celles-ci préfèrent réduire le budget voirie à la mise en place de dos d’ânes, chicanes, goulots d’étranglement, rond points (paysagés), terre pleins et autres obstacles à la circulation que pour la réparations des nids de poule et crevasses de la chaussée. Un de mes voisins, écolo, approuvait cette approche au motif que sur une chaussée défoncée, on roule moins vite ...revenons en donc aux chemins de terre et de pierraille.
                  Le summum de l’aberration est la suppression des priorités sur la route ou avenue principale pour accorder la priorité à droite aux petits accès latéraux, ce qui était la principale cause de mortalité jusqu’aux années 70 -l’instauration des stops et triangles de priorités a permis de diviser par deux la mortalité routière, et ceci n’est pas seulement le cas chez nous (lien)

                  Concernant les ’’personnes en difficulté’’ l’assistance et les minima sociaux sont plus élevés en France que partout ailleurs, au points qu’un certain nombre en âge de travailler s’en abstiennent (l’agriculture, le BTP, la restauration, le tourisme saisonnier n’arrivent pas à recruter quand plus de 30% de jeunes restent sans emploi dans certains quartiers), il est vrai que le revenu n’est pas celui d’une vedette de foot (50 million/an) ni d’un dealer. Il y a quelques maisons en construction dans mon village, quasiment tous les travailleurs viennent des pays de l’Est, je le déplore sur le principe ...mais ils bossent !


                • zygzornifle zygzornifle 27 mai 07:53

                  Par contre si on est un migrant débarquant en fRance toutes les assoces s’occupent de vous et vous êtes suivi et soigné gratos alors que nos vieux ne peuvent même pas se payer une mutuelle qui demande des tarifs sénatoriaux ....


                  • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 27 mai 11:13

                    La question est surtout pourquoi le « non-recours » ?

                    La raison est que les aides sociales sont « politiques » et donnée par des gens qui veulent une reconnaissance sociale pour leurs idées avec l’argent des autres et très éloignés du terrain.

                    Les gens ne veulent pas être qualifiées de « pauvres » par les administrations et dans notre société ou rien n’est secret dans la main des fonctionnaires et croisements de fichiers, les gens essayent de ne pas se faire remarquer.

                    Comme ces parents qui ne souhaitent pas une « bourse » pour que les profs de gauche casent leur progéniture dans la case « assisté ».

                    Comme ces gens au minimum qui refusent de quémander le RSA sachant que la municipalité a accès à leurs noms.

                    A l’ère de l’IA, automatiser, universaliser et bloquer les accès aux données aux fonctionnaires et élus serait une bonne chose, mais à l’époque de la politique spectacle ou chaque politicien aime se voir animateur et créateur d’une aide sociale, c’est pas demain la veille.

                    Nous aurions besoin de 4 fois moins de députés et fonctionnaires.


                    • Eric F Eric F 27 mai 14:40

                      @Spartacus Lequidam

                      ’’Comme ces parents qui ne souhaitent pas une « bourse » pour que les profs de gauche casent leur progéniture dans la case « assisté »’’

                      J’ai été boursier, je ne pense seulement pas que les enseignants le savaient, et qu’ils soient de gauche ou de droite ce n’est pas leur critère. Je paie l’impôt par ’’retour d’ascenseur’’ à la société, le problème n’est pas tant d’en payer trop, mais que d’une part les extrêmement riches l’esquivent, et que d’autre part des resquilleurs en profitent.
                      Le système social issu du CNR était basé sur le concept de cotisants/bénéficiaires, les cotisations ouvrant des accès aux droits. Désormais, les droits cotisés sont en partie mis aux oubliettes, le principe est celui de l’assistance et des minima, et de l’individualisme pour la prévention. Et encore, ceux qui épargnent pour l’avenir ou investissent dans le locatif sont montrés du doigt, seul compte le placement en bourse (suppression ISF sur les placements financiers, flat tax...).

                      ’’Nous aurions besoin de 4 fois moins de députés et fonctionnaires’’

                      Nous n’avons pas plus de députés qu’ailleurs, par contre je suis d’accord qu’il y a trop d’étages administratifs avec leurs élus et leurs gestionnaires, et en plus ils font appel à des sociétés privées pour faire une partie de leur job. Mais les fonctionnaires opérationnels (soignants, profs de maths, forces de l’ordre...) sont insuffisamment nombreux, il a un rééquilibrage à faire.

                    • Jetokex Jetokex 27 mai 16:29

                      Les mort ne peuvent pas seulement voter, mais aussi toucher des allocations  smiley


                      • Eric F Eric F 27 mai 16:54

                        @Jetokex
                        Entre ceux qui touchent des allocation abusivement (après leur décès ou pas) et ceux qui devraient en percevoir mais n’y ont pas accès (manque d’information, démarches rédhibitoires...), il devrait y avoir un équilibre à trouver.

                        Certains programmes politiques proposent de remplacer la multitude des allocations diverses existantes (parfois redondantes ou inadaptées) par une allocation unique. Macron l’avait évoqué, mais a fait comme ses prédécesseurs en introduisant des primes et chèques circonstanciels nouveaux.

                        Plutôt que faire comme certains pays (dont la Belgique) qui ont maintenu l’indexation des revenus sur l’inflation, la tendance chez nous est aux ’’mesures ciblées, pour éviter la spirale inflationniste’’. Donc cela veut dire que certains revenus doivent décrocher jusqu’à rejoindre le ’’seuil’’ (ou plancher, en l’occurrence).


                      • BA 30 mai 18:48

                        L’hebdomadaire PARIS MATCH nous donne des nouvelles de la grande bourgeoisie française :


                        Les enfants de Pap Ndiaye sont scolarisés dans le privé, à l’Ecole Alsacienne, l’établissement scolaire le plus chic de France.


                        Ses enfants, eux, s’appelleront Rose et Lucien et étudieront à l’École alsacienne, autre haut lieu de «  communautarisme  ». Leur mère, Jeanne Lazarus, dirige le département de sociologie de Sciences po. Le couple bobo idéal.


                        https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Pap-Ndiaye-le-ministre-qui-fait-polemique-1808131 ?



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité