• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Passe ta BAC d’abord

Passe ta BAC d’abord

 

Malgré les dénégations systématiques du gouvernement et l’omerta compacte des médias mainstream, il est devenu extrêmement difficile de planquer sous le tapis la réalité massive du déchainement de violence dont les manifestants — et même les malheureux passants « innocents »1 — sont les victimes récurrentes et incontestables. 

Le travail patient d’un journaliste méticuleux et engagé comme David Dufresne2— qui compile patiemment la recension des violences policières autour des gilets jaunes et prend le temps de les vérifier — n’y est surement pas pour rien. Tout comme il faut saluer le quadrillage de terrain inlassable des journalistes citoyensqui filment, racontent et mangent de la tonfa samedi après samedi.

Comme je l’ai écrit, le mouvement des gilets jaunes est un révélateur sans fard de l’état réel et concret de la démocratie et donc des rapports de force en présence dans le champ social, ce qui devrait tous nous alarmer au plus haut point, quel que soit en fait notre bord politique de rattachement. Cependant — et à mon étonnement général —, cette épiphanie en jaune fluo ne parvient pas réellement à sortir du cadre imposé par les discours politiques et à surtout remettre en perspective les conditions de vie générales qui se sédimentent ces dernières décennies et plus particulièrement le sort qui est fait à nos concitoyens dits « de banlieue ».

« Les gens de la BAC sont en guerre, notamment avec les gens des cités. »

Quand David Dufresne analyse longuement l’évolution de la doctrine du maintien de l’ordre à la française, il parle bien de l’émergence d’une manière spécifique de traiter l’ensemble des manifestants — voire même toute personne s’aventurant sur l’espace public à un moment inopportun — comme sont déjà traitées depuis des années certaines populations bien ciblées, et ce, dans une indifférence quasi générale.

23:11 Alors, vous qui avez enquêté, David Dufresne, sur les émeutes de 2005, pensez-vous qu’on se retrouve là face à un comportement spécifique réservé par les forces de l’ordre aux jeunes des quartiers, finalement  ?

23:23 Absolument  ! Absolument. Et d’ailleurs, d’une manière générale, ce qui est en train de se passer sur les gilets jaunes — certains ont parlé de benallisation du maintien de l’ordre, mais il y a de ça…

23:42 Pour ce qui est des images de Mantes-la-Jolie, l’humiliation d’être à genou, les mains sur la tête, etc. c’est une humiliation qui est quotidienne dans les quartiers. Quand je vous parlais des baqueux qui sont en guerre — dixit un commandant de CRS que j’ai eu hier soir, je crois qu’il savait que je venais à l’émission, donc il voulait me faire passer des messages, donc, moi, je passe le message — bien sûr que ce qu’on voit à Mantes-la-Jolie, c’est une partie du quotidien de la police, cette humiliation. Une partie de ce que l’on voit aujourd’hui dans le maintien de l’ordre, c’est en gestation depuis 10 – 15 ans dans les banlieues, dans les quartiers populaires : l’usage immodéré du flash-ball, la violence — par exemple, le plaquage ventral qui n’est pas autorisé dans d’autres pays, que l’on voit, etc. — quantité de choses, oui, c’est en gestation puisque — je vous l’ai expliqué — parfois, le type de la BAC à qui on dit « le samedi soir, tu viens sur les Champs-Élysées faire du maintien de l’ordre », en fait, ça fait trois mois qu’il est à Nanterre, à Clichy et donc, il applique ses méthodes, mais qui sont des méthodes qu’il applique — comme on le sait, déjà, de manière incroyable — en banlieue et qui deviennent visibles.

À l’heure où le monde entier a les yeux rivés sur le mouvement français des gilets jaunes, où l’on s’émeut de la violence qui leur est infligée jusqu’au cœur de cette Europe que l’on pensait pourtant nettement plus indifférente au sort du peuple qu’à celui des banques, où même Amnesty International en est à condamner la France pour sa violence policière, comme la derrière des républiques bananières, le fait que les forces de l’ordre humilient, mutilent et tuent depuis des années en totale impunité devrait tous nous faire réagir ou tout au moins percuter sur certaines vérités pas très bonnes à s’avouer.

Certains, par exemple, s’étonnaient de l’absence discrète et néanmoins remarquable des banlieues depuis le début du mouvement des gilets jaunes. Certes, on pouvait toujours convoquer la sociologie déroutante des néomanifestants, telle que décrite par les médias canal historique qui n’ont cessé de dépeindre les GJ comme des beaufs, des pollueurs, des bouseux, des illettrés, des racistes, des fachos, des casseurs ou des antisémites3, c’est-à-dire pas forcément les camarades de lutte des habitants des quartiers. Mais il y a fort à parier qu’une certaine forme de lassitude est peut-être aussi à l’œuvre dans les rangs des relégués de la République, lesquels ont pourtant tant en commun avec les gilets jaunes… en dehors des gilets jaunes4 et de la certitude de son immunité judiciaire de bon citoyen5.

En plein barbecue dans le parc des Minguettes, la police tire des grenades lacrymogènes et des flash-balls sur des femmes et des enfants. À l’évocation de l’affaire, Mamar ne tique toujours pas.

« Ici on ne rêve plus. »

Ni lui ni aucun des copains à sa table n’a jamais haussé la voix contre les violences policières. « À quoi bon », répètent-ils. Ils s’y sont juste faits. Avec le temps, Mamar raconte qu’il a appris à esquiver les contrôles :

« On baisse les yeux, on fait mine de rentrer chez soi. »
Aux Minguettes, plus personne ne marche contre les violences policières, StreetPress, 9 mars 2017

Maintien de l’ordre… ancien

Tout ceci devrait nous pousser à repenser radicalement nos institutions supposées garantir notre sécurité et notre traitement équitable et juste. Comme nous avons tendance à le dire un peu légèrement, la police a tendance à ne jamais être là quand on a besoin d’elle. Mais en fait, c’est juste que les institutions policières et judiciaires révèlent chaque jour un peu plus à l’ensemble de la population que leur rôle concret est de défendre et protéger les intérêts et possessions des dominants, à nos frais et contre nous. L’instrumentalisation de la justice au service du pouvoir bourgeois n’est pas nouvelle, mais plus la crise des gilets jaunes se prolonge6 et moins le pouvoir se soucie de sauver les apparences.

Bien sûr, le fronton de nos mairies affiche un vœu pieu plutôt qu’un mensonge délibéré depuis bien longtemps déjà, mais l’on faisait mine de croire que tous les citoyens étaient logés à la même enseigne ou avaient au moins les mêmes droits… théoriques, ce qui à l’arrivée était déjà une belle mystification. Une mystification dont les gens qui n’ont hérité ni du privilège blanc ni des privilèges de classe sont conscients depuis bien longtemps. Reiser en son temps avait déjà bien résumé la situation.

Ce qui étonne un peu, c’est que tout le monde s’imaginant dans la fameuse classe moyenne, et considérant que la matraque et la zonzon sont des affaires de gueux, de basanés, bien peu de gens se sentaient concernés par les dérapages et bavures de la police ou la justice d’abattage, à la tête (ou au portefeuille) du client  !

Mais là, il devient de plus en plus évident que la guerre des classes est entrée dans une phase intensive et que les dominants ont une définition de plus en plus large de ce que sont les surnuméraires, c’est-à-dire tous ceux qui, de leur point de vue, ne leur servent rigoureusement plus à rien et sont donc à passer en pertes et profits.7

Notes

  1. Ce qui sous-entendrait bêtement qu’un manifestant n’est jamais complètement innocent et qu’il aurait mieux fait de rester chez lui  ! 
  2. « Travail d’investigation sur les violences policières lors des manifestations de gilets jaunes » qui est salué par la profession puisque l’on apprend ce matin que David Dufresne est nommé pour le grand prix du journalisme 2019  ! 
  3. On attend avec une impatience qu’on ne saurait feindre que le Ministère très Intérieur nous dégote un réseau de nazis pédophiles cannibales consanguins organisé autour des rondpoints du Bas-Quercy
  4. Généralement plus pauvres que la moyenne des foyers, mais cependant nettement moins mal desservis par les transports en commun, les banlieusards des cités ont globalement moins de voitures et donc de gilets jaunes que les périurbains et ruraux.
  5. Cette conviction que lorsqu’on a rien à se reprocher, on ne risque rien de la part de la police et de la justice était jusqu’à présent un privilège blanc. Les gilets jaunes sont en train de se rendre compte qu’il s’agissait en fait d’un privilège de classe !
  6. Révélant par là même l’incapacité grandissante des médias aux ordres de manipuler l’opinion publique
  7. Crédit pour la photo en vignette principale de l’article sur la page d’accueil : Manifestation du 2 mars 2019, par Serge D’ignazio

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (56 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • L'Astronome L’Astronome 4 mars 10:21

     

    Il y aura égalité entre les riches et les pauvres le jour où les pauvres seront moins pauvres et les riches moins riches. Pour cela, deux solutions :

     

    1. soit les riches consentent à partager leurs richesses avec les pauvres (difficile à croire) ;
    2. soit les pauvres tuent tous les riches, et se partagent leurs richesses.

     

    La deuxième solution est la plus plausible, car il y a beaucoup plus de pauvres que de riches.

     


    • Fergus Fergus 4 mars 16:11

      Bonjour, L’Astronome

      A condition que quelques pauvres, groupés en élite autoproclamée, ne s’accaparent pas les richesses, comme cela s’est produit lors de nombreuses révolutions, pour devenir à leur tour une oligarchie friquée soucieuse de ses intérêts face aux nouveaux pauvres !


    • Monolecte Monolecte 4 mars 16:47

      @Fergus
      Bien vu, d’où l’anarchisme ! smiley


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 mars 16:52

      @Fergus

      Bonjour Fergus

      On sait bien  depuis des milliers d’années -que se libérer d’une oligarchie a pour seul rèsultat final de favorisr l"emergence éventuelle d’une autre oligarchie et que ca continuera tant qu’on n’aura pas changer la nature humaine. Mais on aime penser que chaque revolution marque un petit pas en avant.... et on continue. Celle des Gilets jaunes  CAR CE SERA UNE REVOLUTION MAJEURE  ne fera pas exception. Continuons le combat pour plus de justice et, cette fois, un nouvelle repartition de la richesse. La répartition actuelle est devenue intolerable.

      Pierre JC


    • Fergus Fergus 4 mars 17:14

      Bonjour, Pierre JC Allard

      « La répartition actuelle est devenue intolerable »

      Bien d’accord sur ce point. En cela, le mouvement des Gilets jaunes est salutaire. A condition qu’il ne soit pas dévoyé par des dérives radicales plus ou moins contradictoires.


    • jeanpiètre jeanpiètre 4 mars 19:12

      @Pierre JC Allard
      la nature humaine est celle des autres animaux, bouffer, trouver sa place dans la meute et se reproduire, le reste est culturel, donc ça peut se modifier , pas en une génération c’est sur, mais votre défaitisme n’y aidera pas


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 4 mars 22:02

      @jeanpiètre

      « votre défaitisme n’y aidera pas. »

      Je suis au contraire un indéfectible optimiste. Je crois  en un seul mot  que le progres de nos connaissances nous amène à une société où les besoins seront plus et mieux satisfait et dont disparaitront donc peu à peu les occasions de conflits. L’avenir est à la COLLABORATION. Et si la nature elle-même  n’en déplaise à Darwin  n’évoluait pas dans cette direction, elle ne serait pas passée d’une reproduction uniquement scissipare à une reproduction sexuée... Réfléchissez-y...

      PJCA


    • Alren Alren 5 mars 17:08

      @L’Astronome

      « Soit les pauvres tuent tous les riches, et se partagent leurs richesses. »

      Les gens ordinaires ne sont pas des tueurs et réprouvent avec raison toute violence qui sert toujours la droite et la réaction.
      Après les affrontements de 68, une majorité énorme de godillots a été élue : la « majorité de la trouille » comme on a dit.

      Bien sûr les mentalités ont progressé depuis cinquante ans. Le soutien aux gilets jaunes démontré par le bide des foulards rouges (sic) prouve que le grand public a compris d’où venait la violence : de l’État au service des riches.
      Mais les gens n’approuveraient pas un massacre !!!


    • Clocel Clocel 4 mars 10:33

      Je crois pouvoir dire que dans les ZAD, il n’y avait pas la BAC, et les « manifestants » se faisaient déjà bien bastonner loin des micros et des caméras.

      Mais là, tout le monde s’en branlait...

      La plupart des français sont comme Goethe, ils préfèrent l’injustice au désordre, faudra vous y faire.


      • Monolecte Monolecte 4 mars 10:39

        @Clocel
        Oui, aussi. Mais on pouvait toujours arguer de « l’occupation illégale des lieux », ce qui n’est pas du tout une situation comparable pour les habitants des cités.


      • oncle archibald 4 mars 11:05

        @Monolecte : « on pouvait toujours arguer de « l’occupation illégale des lieux », ce qui n’est pas du tout une situation comparable pour les habitants des cités ... »

        Heueeee .... vous croyez ? Il se passe quoi dans les caves des immeubles et dans les halls d’entrée et les gaines d’ascenseurs ? Entrepôts de stockage et magasins de vente de drogues en toute illégalité et toute impunité.


      • velosolex velosolex 4 mars 15:17

        @Clocel
        Mauvais exemple si vous parlez de la zad de notre dame des landes, ballon d’essai il est vrai au mouvement actuel, autant dans la résistance, que dans l’oppression, sur fond de société absurde. 
        La zad de notre dame des landes a été un exemple dont les images ont été distribuées aux quatre coins de la France, et du globe. S’il y a eu un recul de l’état sur la bétonisation de 500 hectares de zone humide, un trésor écologique, ce n’est pas un hasard. 
        Et bien sûr il y avait des journalistes, et aussi autant de photographes improvisés, filmant avec leurs smarphones les différents intervenants, tout comme pendant ce mouvement, qui continue d’exister. Les gilets jaunes ont une bonne partie de la France derrière eux,. 
        Il y en a qui s’en branlent sans doute. Les bas du front « après moi le déluge », ils existaient en 89, en 39, en 68, et maintenant en 19. Tout le monde n’a pas lui Darwin, et Goethe serait fâché de voir si mal cité


      • Paul Leleu 4 mars 22:28

        @Clocel

        eh oui... les gens préfèrent un chef bien identifié, plutôt qu’un amas de petits tyrans anarchistes... c’est vrai qu’il y avait même eu un mort au barrage... mais il y avait eu aussi un mort à Gènes en 2006... et les exemples sont innombrables...

        il y a eu aussi ls « indignés » en Espagne il y a 8 ou 9 ans... vous vous souvenez... des vraies marées humaines celles là... et ça a fini comment ? Ben, pas grand chose.


      • Dom66 Dom66 4 mars 11:59

        Salut Monolecte,

        Bien l’article, merci, avec quelque réserves au sujet des quartiers difficiles, j’ai plussé, et merci pour la vidéo de youtube.

        Mon avis sur la BAC et autres pourris police/gendarmerie, j’aimerais bien qu’ils rendent des comptes un jour, et que ceux qui leur donnent des ordres soient jugés et condamnés. (et tondu à la libération)

        Si le peuple Français ne se réveille pas un jour cela finira très mal. Après les cacatov et pipitov il y aura des snipers.

        Plus aucune abstention aux élections..si non c’est se comporter en moutons et redonner le pouvoir aux micron ou autres guignol dans son genre.


        • Eric F Eric F 4 mars 12:15

          @Dom66
          « Plus aucune abstention aux élections’
          Reste à savoir pour qui voter. Ainsi, je ne pense pas que les candidats arrivés 2ème et 3ème au premier tour des dernières élections présidentielles aient une conception moins rigoureuse du »maintien de l’ordre" que celui qui a été élu (euph.). Quant au 4ème, il a été amené récemment à déchanter sur son soutien au régime vénézuélien où l’armée assure le maintien de l’ordre.


        • Dom66 Dom66 4 mars 12:44

          @Eric F

          voter de toutes les manières contre le micron, on s’en fou de la conception moins rigoureuse, le principal est de virer le représentant des banques et du crif, ça ne peu pas être pire.

          Le principal pour moi c’est qu’arrive au 2ème tour un/une qui veut sortir de l’OTAN et de L’UE, mais comme je suis démocrate je me plierais à la majorité, alors que micron n’a été élu que par 28% des français et surtout contre MLP


        • Emohtaryp Emohtaryp 4 mars 13:36

          @Eric F

          Reste à savoir pour qui voter.

          Si vous voulez vraiment mettre un bâton de dynamite dans le fondement de la macronie, alors il faut propulser Asselineau en orbite pour tous les scrutins à venir, et là je vous assure qu’ils vont tous exploser en plein vol, il est leur PIRE CAUCHEMAR !!!

          L’abstention, c’est le dernier rempart de macrotte, c’est vous dire s’il compte dessus comme jamais.....

          Il faut vraiment aller voter massivement, c’est l’élection la plus importante depuis des lustres !!!


        • Traroth Traroth 4 mars 14:03

          @Eric F
          La situation au Venezuela est bien différente de ce que disent la plupart des médias.


        • Jeekes Jeekes 4 mars 15:51

          @Dom66
           
          ’’le principal est de virer le représentant des banques et du crif, ça ne peu pas être pire’’
           
          Absolument !
          On verra pour la suite, il faut avoir le sens des priorités !!!
           


        • Eric F Eric F 4 mars 19:17

          @Traroth
          J’étais plutôt favorable à Chavez et je suis totalement opposé à l’ingérence occidentale au Vénézuéla et au coup d’état, par ailleurs il est vrai les média en rajoutent une couche. Mais pour autant il est puéril de nier que le régime a dérivé dans l’incurie et l’autoritarisme, et qu’il y a des tirs à balles réelles contre des manifestants -même Amnesty, plutôt alter-mondialiste, le relève-


        • Eric F Eric F 4 mars 19:24

          @Dom66
          les 28% sont un fake, le calcul est pourtant simple : il a été élu par 20 millions sur 47 millions d’inscrits soit environ 43% des inscrits, un des scores les plus élevés -je me suis abstenu justement pour lui éviter un triomphe, mais fausser les chiffre n’amène à rien-.


        • Dom66 Dom66 4 mars 19:32

          @Eric F
          « un des scores les plus élevés »  smiley  smiley.. no comment


        • Paul Leleu 4 mars 22:30

          @Dom66

          les flics et les militaires votent à 70% pour Le Pen... il n’y a pas si longtemps, tout les zintellos nous disaient que « c’est le vrai peuple, pas comme les mélenchonistes »... ben , c’est du joli !


        • Eric F Eric F 5 mars 11:24

          @Dom66
          au lieu de ricaner, il faut prendre en compte la réalité des chiffres : il a obtenu plus de 20 millions de bulletins à son nom, alors on peut le regretter (ce qui est mon cas) mais nier n’amène à rien. La seule question qui importe est : qui pourra faire mieux ?


        • Traroth Traroth 5 mars 15:08

          @Eric F
          Dans ce cas, disons que je suis puéril...

          Le Venezuela affronte des séditieux au service d’une fraction très riche de la population, avec l’appui des Etats-Unis, de la Colombie et désormais aussi du Brésil. La Colombie envoie des paramilitaires qui se font passer pour des manifestants. Il s’agit de COMBATS, tout simplement, et la police se bat pour se défendre et aussi défendre l’état constitutionnel.


        • Eric F Eric F 5 mars 18:08

          @Traroth
          Les choses ne sont pas tout noir ou tout blanc, alors oui il y a des ingérences extérieures et des peaux de bananes, mais le régime est loin d’être un parangon de démocratie généreuse, vertueuse et efficace, derrière les discours il y a une dérive totalitaire. 


        • Dom66 Dom66 6 mars 12:59

          @Dom66

          Ha ! autre chose....Pas de violence policière en Corse contre les GJ, si vous ne savez pas pourquoi...demandez.

           smiley


        • Monolecte Monolecte 6 mars 18:19

          @Dom66
          Heu… Pourquoi ?


        • Dom66 Dom66 6 mars 19:37

          @Monolecte

          Vous ne connaissez pas les Corse alors,

          Et bien c’est simple...Le mec qui crève un œil avec son LBD à « Toutoucheli » est un homme mort en puissance.

          Les flics et gendarmes se la coulent douce, et comme il touchent une prime « spéciale de dépaysement » et qui n’ont pas envie d’avoir des problèmes ils évitent la « vendetta »

          Il nous laissent tranquille ici.

          Nous avons un proverbe ici : Pardonner est d’un chrétien, oublier est d’un couillon.


        • Attilax Attilax 4 mars 13:36

          Super bel article, Monolecte.

          Ça résume exactement mon ressenti. Cependant, je ne désespère pas que les quartiers finissent par nous rejoindre, maintenant que nous sommes à « égalité » devant les flics, maintenant que beaucoup de « blankos » ont compris ce que vivaient les banlieues au quotidien. Nous avons besoin d’être ensemble, de redevenir enfin UN peuple et plus un conglomérat de communautés servant la soupe à la division des gouvernants. L’intérêt général est le même pour tous, sauf les 1% et leur 15% de larbins indécrottables, faut donc mettre de côté ses idéologies, pour l’instant, et mutualiser les colères. Il n’y a pas d’autre issue pour la suite. Si on se bat pas tous ensemble, on sera écrasés séparément, c’est aussi con que ça. Alors fachos, gauchos, anars, prolos, bobos, petits patrons, blancs, noirs ou café au lait, on s’en fout, pour l’instant la seule chose qui compte c’est d’obliger le pouvoir à plier. On se foutra sur la gueule en interne plus tard, quand on aura gagné, il sera bien assez tôt.


          • Attilax Attilax 4 mars 13:39

            Et qui sait ? Peut-être que tous ces mois passés ensemble nous apprendront à discuter ? Peut-être que c’est comme ça que ça se passe, la démocratie, en discutant entre citoyens pour trouver des solutions acceptables par tous...

            On peut rêver, en tout cas, c’est pas encore interdit.


          • Paul Leleu 4 mars 22:31

            @padamalgam

            il est certain que les gens se font beaucoup d’illusions sur les gilets-jaunes... ils croient vraiment au père noël


          • Attilax Attilax 6 mars 16:00

            @padamalgam

            2 erreurs d’entrée de jeu : je ne suis pas pauvre, et on ne se connaît pas assez pour être amis, même si j’aime bien les gens à priori smiley

            Bien sûr que les choses peuvent changer, je crois même que ça s’appelle le cours de l’Histoire. Les empires s’effondrent, les civilisations disparaissent, les systèmes changent, c’est dans l’ordre des choses, rien n’est fixe et tout bouge en permanence. La naïveté est de croire que quelque chose puisse exister pour toujours. Tout finit par mourir et se métamorphoser, et notre système n’échappera pas à cette règle universelle.

            L’argent peut ne plus rien valoir demain. L’effondrement nous guette, on le sait tous. Produire à l’infini dans un système fini est une aberration mathématique. La question n’est pas de savoir si le système va s’effondrer, puisqu’on sait déjà qu’il n’est pas viable, mais quand.

            Et l’Histoire a l’air de s’accélérer, du coup, vous ne voyez pas tous les indices qu’on a depuis des années ? Le vivant disparaît en masse, les ressources s’amenuisent, et nos dirigeants sont dans les mains des oligarques qui sont les principaux bénéficiaires du bordel et n’ont aucun intérêt à ce que ça change.

            Nous sommes à l’aube d’un changement radical de paradigme, ne vous en déplaise : on n’a pas le choix. C’est ça ou l’extinction programmée.

            Les gilets jaunes dans leur incroyable diversité ne sont que l’expression populaire de cette nécessité.


          • pipiou 4 mars 14:06

            Dufresne a un objectif personnel : obtenir un prix journalistique et sortir un bouquin.

            Et donc il fait des analyses partielles pour vendre sa soupe.

            A aucun moment il ne parle de la violence sans précédent des manifestants. Il ne parle jamais des 10 morts dus aux manifestations. 10 morts qu’est-ce que c’est, on s’en branle ! Tout le monde piétine ces 10 morts.

            Dufresne ne dit pas non plus que les dégats matériels de ces manifestations sont sans précédent. !

            Ça fait des années que les manifestations françaises sont de plus en plus violentes. Dufresne et Monolecte soufflent sur les braises en bon pompiers pyromanes.

            La violence des manifestants appelle la violence policière, c’est un cercle sans fin.

            Quand les femmes se font les apotres de la violence c’est vraiment la merde.

            Et quand deux délinquants sans casque et sur un scooter volé se tuent connement en étant poursuivi par la Police les banlieues de Grenoble sont en feu ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès