• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Peut-on encore parler de racisme de façon raisonnée ?

Peut-on encore parler de racisme de façon raisonnée ?

L’affaire Lilian Thuram nous rappelle une fois de plus que porter la question du racisme sur la scène publique est le plus sûr moyen de semer la discorde et la confusion. Au mieux, tout le monde (ou presque) se vautre dans les imprécisions sémantiques, les écarts de langage provoquant des réactions en chaine qui mènent à l’autocensure et au politiquement correct. Au pire, nous réveillons la « bête », les maux des mots et les entrepreneurs de haine qui prospèrent sur les réseaux sociaux et les plateaux télé. Peut-on donc encore parler de racisme (et d’antiracisme) de façon raisonnée ?

Ce qui piège (ou échappe parfois) aux observateurs les plus avertis est la double nature du racisme : à la fois une idéologie bricolée sur l’idée de race pour justifier de façon radicale des rapports de domination et un système qui produit des effets discriminatoires indépendamment de toute idéologie[1]

 

Le racisme englobe un certain nombre d’idéologies basées sur l’inégalité des races ayant leur propre régime d’historicité. Pour faire simple : tout racisme a une histoire. Les corpus de textes, d’images et de représentations diverses qui avilissent l’Autre permettent à l’historien d’en souligner les permanences et les ruptures. Pour prendre des exemples non sujets à polémiques, il est bien clair que l’antisémitisme, le racisme anti-noir ou anti-arabe ont suivi des cheminements et des logiques très différentes au cours des époques. En schématisant à l’extrême, le racisme anti-arabe a puisé sa source dans l’orientalisme et la domination coloniale. Aujourd’hui, la figure péjorée du « musulman inassimilable et potentiellement fanatique » a pris la place de l’immigré arabe venu « prendre le pain des Français ». Concernant les Noirs, après le traumatisme moral du nazisme et les décolonisations, le racisme biologique a progressivement laissé la place à un racisme plus culturel. Le racisme relève toujours d’un discours essentialiste justifiant une domination. Il procède à la dépréciation par la race d’un groupe dominée et surtout –on l’oublie souvent - à la valorisation par la race du groupe dominant. Mais l’histoire nous apprend qu’il peut parfaitement y avoir esclavage ou colonisation sans racisme. C’est là où les choses se compliquent et deviennent intéressantes. Les Romains essentialisaient les Barbares mais ne les racisaient pas. Les traites arabes justifiaient l’esclavage sur des bases religieuses : les Dhimmis (les gens du Livre, juifs et chrétiens) devaient en principe y échapper, en conséquence, de nombreux Noirs convertis y échappaient. Avant le XVIIIe siècle, nous trouvons certes des textes isolés (juifs, chrétiens et musulmans) particulièrement négrophobes, mais pas plus « animalisant » que pour d’autres groupes stigmatisés. Le racisme au sens moderne est paradoxalement né des Lumières, de l’idée de progrès et donc de compétition entre « nations ». L’ethnonationalisme prenait son envol en Europe après la Révolution française et les guerres napoléoniennes. Le point de basculement fut le milieu de XIXe siècle avec la diffusion simultanée d’un certain nombre d’ouvrages racistes provenant de France, d’Allemagne et des Etats-Unis. D’où un deuxième paradoxe : c’est au moment des abolitions successives de l’esclavage que surgit le racisme, en tant qu’idéologie constituée et légitimée par la biologie et un évolutionnisme dévoyés. Contrairement aux colonisations du XVIe siècle, le racisme fournissait donc une justification morale ex ante à la colonisation : « le devoir de civiliser », dont la dimension positive (et positiviste) doit bien être perçue. Inférioriser certaines races n’était pas perçu comme une infamie. Bien au contraire, les discours de Jules Ferry sur la nécessité morale de coloniser sont à ce titre très éclairants. Faut-il rappeler que le racisme peut être bienveillant, sur le mode « je ne suis pas raciste car j’adooore les Noirs » ? 

Ce constat historique peut amener le trouble pour deux raisons qu’il nous faut à présent examiner.

D’abord, le racisme moderne est né en occident, au XIXe, concomitamment à l’ethnonationalisme et à la colonisation. La culpabilisation des consciences occidentales par l’émergence de mémoires autrefois invisibilisées s’est couplé à la montée en puissance des ex-colonisés et minorités racisées. Ce double phénomène a insécurisé les « petits Blancs » qui se sentent attaqué dans leur identité et leur avantage positionnel (le fameux « on est ici chez nous ! »). Ils se découvrent ou se redécouvrent Blanc mais plus du tout dominant, d’où les effets délétères que l’on peut observer partout dans le monde, en particulier aux Etats-Unis. On se met à haïr une minorité racisée non seulement parce qu’elle est perçue comme « proliférante » (théorie fumeuse et pour le coup proliférante du Grand Remplacement) mais parce qu’ils nous ressemblent de plus en plus et sont en concurrence directe sur un marché du travail en crise.

D’autre part, le racisme, vu dans sa dimension historique, heurte le sens commun, pour qui il existe d’autres formes de racisme. Pour la grande majorité des gens, les choses sont simples : si on me rejette pour ce que je suis, c’est du racisme. Nous assistons aujourd’hui à une multiplication des formes de racisme (anti-gros, anti-rouquins, anti-riches, anti-blanc etc.) au point que le mot « racisme » perd, non pas son sens originel (car ce que le mot désigne n’a jamais cessé d’évoluer), mais toute intelligibilité. De facto, cela interdit tout débat raisonné. Il suffit de se plonger dans les débats sur les plateaux télé et les réseaux sociaux pour s’en persuader. Certes, le racisme est bien un essentialisme qui sert à justifier le rejet de l’Autre, mais tout rejet de l’Autre pour ce qu’il est n’est pas nécessairement du racisme (xénophobie, homophobie, misogynie, sont-ils des racismes ?). L’essentialisme est une des formes de pensée archaïque la mieux partagée au monde, car parfaitement intuitive : elle consiste à confondre les attributs (l’avoir) avec l’essence (l’être). Je reprends ici l’exemple d’Ivan Jablonka concernant les racines de la domination masculine : une femme a un utérus, donc c’est une mère, elle a un vagin donc c’est un objet de plaisir, elle des seins donc elle nourrit (c’est une ménagère confinée dans l’espace domestique). Pour en revenir à la question noire, le postulat « Le nègre africain travaille comme un esclave donc c’est un être inférieur » est un schéma de pensée qui semble a priori relever de la même logique sauf que – c’est un point important – l’esclavage n’a jamais concerné que les Noirs dans l’histoire. De plus, il n’y avait aucune fatalité à ce que les Européens justifient la colonisation par l’inégalité des races. L’histoire des empires nous montre que la question de la race (au sens moderne) n’est presque jamais intervenue avant le XIXe siècle. Mais la constitution des identités nationales sur une base ethnoculturelle a conduit des puissances européennes à se penser comme « nations » alors mêmes qu’elles agissaient en empire. A ce titre, la France n’est devenue un véritable Etat-nation (c’est-à-dire délesté de sa dimension impériale) qu’aux accords d’Evian en 1962. L’histoire de France est décidément riche en paradoxes. D’une part, à cette période, les impératifs de reconstruction nationale, exigeant une main-d’œuvre immigrée abondante, allaient anéantir définitivement l’idée d’une France blanche et chrétienne. D’autre part, l’Etat-nation allait se délester d’une partie de sa souveraineté nationale en s’arrogeant une place dominante au sein de la construction européenne.

La deuxième entrée est le racisme en tant que système qui produit des effets discriminatoires, nonobstant toute idéologie raciste. Beaucoup d’antiracistes ne le perçoivent pas et se contentent de proférer des anathèmes particulièrement contre-productifs. Pour comprendre les effets imbriqués de cette double nature du racisme, à la fois idéologique et systémique, il suffit de rappeler qu’on peut discriminer racialement sans être raciste, voire discriminer à son insu. Il est tout aussi possible d’être raciste sans jamais porter atteinte ou discriminer quiconque sur une base raciale.

Le premier cas renvoie au racisme structurel et au racisme d’Etat. Si les policiers dans les quartiers discriminent à tour de bras en pratiquant les contrôles au faciès, peut-on en déduire qu’ils sont tous racistes ? Les policiers utilisent des stratégies de maintien de l’ordre très différenciées. Dans les manifestations habituelles, on discute et on négocie et éventuellement on tape après[2]. Dans les banlieues et les confettis d’empires que sont les DOM-TOM, on tape d’abord[3]. Il est peut-être alors légitime de parler de racisme d’Etat et certains ne s’en privent pas. Mais peut-on affirmer que les représentants de l’Etat soient racistes ?

Dans le deuxième cas, un quidam peut fréquenter les réseaux sociaux de la fachosphère et s’autopersuader de la réalité du grand remplacement, tout en respectant son collègue de travail musulman, voire même, en se montrant sympathique avec lui occasionnellement. A l’inverse, son patron de gauche aux idées libérales peut très bien discriminer racialement à l’embauche par simple calcul[4]. Un enseignant humaniste peut très bien être conduit structurellement à orienter des élèves racisés vers des voies professionnelles dévalorisées.

Le fait que ces cas paraissent improbables (ils le sont) n’est pas important. Il faut juste admettre que c’est possible. Les individus sont pétris de contradictions et à ce titre récupérables (à l’exception des nazillons et autres enragés de l’identité raciale). Il serait d’ailleurs souhaitable de ne jamais traiter quelqu’un de raciste, au risque évident de le renforcer dans ses préjugés et dans une posture défensive. Il est plus payant de pointer par l’humour ses contradictions et le caractère inacceptable de certains comportements (pas nécessairement les siens). 

Quid alors du racisme anti-blanc ? J’ai déjà produit un article ici sur cette question aussi je vais être court. Il est clair que les provocations, les insultes anti-blancs, qui peuvent être relevées ici où là, ne relèvent pas d’une idéologie raciste quelconque, dont on pourrait rassembler des corpus de textes et de représentations pour en étudier l’historicité. Les études en sciences sociales dans ce domaine sont catégoriques : les discours sur le racisme anti-blanc proviennent des milieux d’extrême droite. Mais les plaintes proviennent aussi de gens qui se revendiquent non-racistes. On ne peut donc pas nier les actes. Il est terriblement contre-productif de leur dire qu’il n’y a pas de racisme anti-blanc. Cependant, ces derniers doivent comprendre que ces comportements stupides et parfaitement répréhensibles sont d’abord des réactions contre une société jugée discriminatoire. Ces personnes racisées, par effet miroir, se retournent contre les « Blancs ». Des Blancs qui, d’ailleurs, ne se retrouveront jamais discriminés à l’embauche, au logement, dans les administrations ou dans la rue. Il n’y a pas de système qui produit des discriminations raciales vis-à-vis des Blancs, autre que par mesure compensatoire (cas des politiques de discriminations positives, particulièrement peu développées en France). Cet effet miroir qui consiste à retourner le stigmate racial est un comportement archaïque que l’on retrouve partout : je m’estime victime de racisme, je vais l’être à mon tour, on me traite de raciste, mais, en fait, c’est l’autre qui l’est, etc.

Je vais conclure en rappelant cette anecdote personnelle. Mon fils ainé adoptif est noir de peau. A plusieurs reprises au CM2, il se faisait régulièrement insulter de « singe » « macaque » par une élève d’origine maghrébine. Comme il n’a pas cru bon en parler, au bout de plusieurs jours, excédé, il s’est mis à traiter cette élève à son tour de « sale arabe ». L’affaire est enfin parvenue aux oreilles des instits qui sont intervenus et ont puni les deux élèves, ce que j’approuve. J’en ai même rajouté une couche à la maison, car l’idée que mon fils puisse proférer des propos racistes était à mes yeux inacceptable, en ayant parfaitement conscience qu’il n’avait pas provoqué la situation. Est-ce que mon fils était « raciste » pour autant ? Non, bien sûr, et il n’est même pas sûr que son agresseur l’ait été. Les « propos racistes » font aussi parti d’un répertoire d’actions (puisé évidemment dans l’environnement proche, ici la cour de récréation) proprement défensif et certainement moins couteux que la violence physique, les propos racistes étant une violence symbolique tout de suite opérante car « dans l’air du temps ». Ainsi le lien entre actes racistes et idéologie raciste n’est pas automatique.

Avertissement : cet article n'est pas destiné à exciter les petits nazillons en herbe qui font leur armes sur Agoravox. Merci à eux de passer leur chemin. Bienvenue à tous les autres.

 

[2] Entre parenthèses, la répression des gilets jaunes a constitué une rupture dans ce domaine. 

[3] Un jour, un membre de ma famille, gendarme m’a dit à propos des missions de service d’ordre dans les DOM TOM, « là-bas, c’est pas comme ici, c’est la guerre ». Eloquent.

[4] A titre personnel, je préfère infiniment un facho qui s’ouvre aux autres, comme le magnifique personnage de Clint Eastwood dans Gran Torino, ; qu’un libéral de gauche qui abandonnent ou trahit ses idéaux de gauche par prétendue « réalisme social ».


Moyenne des avis sur cet article :  1.75/5   (28 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 08:54

    Esprit de clocher, chauvinisme, sectarisme, xénophobie et ségrégation ne sont pas nés au XIXème siècle. Quand un Grec ou un Romain parlait de « barbare », il tenait un propos que vous qualifieriez de racisme.

    Ce qui est plus récent, c’est l’utilisation de ces comportement grégaires à des fins de propagande et de manipulation des foules. Des livres comme « l choc des civilisations » ont fait plus de mal que bien des armes.


    • Fergus Fergus 12 septembre 09:17

      Bonjour, Séraphin Lampion

      Je partage votre opinion sur ce sujet.

      J’ajoute que l’auteur me semble avoir tort lorsqu’il écrit « une multiplication des formes de racisme (anti-gros, anti-rouquins, anti-riches, anti-blanc etc.), phrase qui constitue un amalgame entre des rejets de natures différentes et qui ne touchent pas forcément tous les individus d’un groupe.

      On peut par exemple vouer aux gémonies l’extrême cupidité et le cynisme de certains riches sans rejeter tous les gens fortunés pour autant. Et les avanies que subissent certains »gros" dans certaines situations relèvent plus de la discrimination que du racisme.


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 12 septembre 10:05

      @Séraphin Lampion

      Certes, mais l’anti-racisme n’est pas mieux (sos-racisme, dilcrah, etc.), on va même plus loin puisque on a « intégré » la haine anti-lgbt ^^


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 10:13

      @bouffon(s) du roi

      lien


    • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 12 septembre 10:23

      @Séraphin Lampion

      Conclusion, Racisme et Anti-racisme ne servent que le pouvoir ^^


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 10:50

      @bouffon(s) du roi

      absolument
      c’est sûrement la plus ancienne des wedge-issues
      pendant que les souris vertes se battent pour les bouts de fromages que leur lancent les gros chats stérilisés engraissés de croquettes, elles ne s’occupent pas des souris bouffées par les chats employeurs des distributeurs de morceaux de fromages


    • mmbbb 15 septembre 14:27

      @Fergus Ceux qui critiquent les riches auraient le même comportement s ils avaient de la thune .Ceux qui se prentendent tolérant ne le sont peut etre moins et devant certaines situations ils auraient une reflexe de rejet  , Nous sommes dans une société ou le verbe cache les sentiments et les actes . Mais il bon de de professer la bonne parole et de faire son contraire .
      Quant a Thuram , tout ceci préfigure une société « ou le vouloir vivre ensemble » ne sera qu un slogan politique .


    • mmbbb 15 septembre 16:42

      @Séraphin Lampion

      le racisme a ete defini au XIX siecle ! A la Renaissance les italiens qualifiaient de barbare l art des franc et l appelèrent « gothique » en reference au goth wisigoth


    • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 09:12
      Les discriminations de races sont soutenues par de grosses pointures, les pourfendeurs médiatiques et les gauchos ont substitué de nouveaux dogmes contre nature aux valeurs chrétiennes, de nouveaux blasphèmes (antisémitisme, racisme, sexisme, révisionnisme, homophobie, créationnisme, etc…) aux blasphèmes contre la chrétienté communément admis auparavant.   La discrimination des races est soutenue : Par Jésus-Christ :

      « Cette femme était grecque, syro-phénicienne d’origine. Elle le pria de chasser le démon hors de sa fille. Jésus lui dit : Laisse d’abord les enfants se rassasier  ; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Marc 7-26)


       Par l’Eternel :

      « L’Ammonite et le Moabite n’entreront point dans l’assemblée de l’Eternel, même à la dixième génération et à perpétuité, parce qu’ils ne sont pas venus au-devant de vous avec du pain et de l’eau, sur le chemin, lors de votre sortie d’Egypte, et parce qu’ils ont fait venir contre toi à prix d’argent Balaam, pour qu’il te maudisse. Mais l’Eternel ton Dieu, n’a point voulu écouter Balaam ; et il a changé la malédiction en bénédiction parce que tu es aimé de l’Eternel ton Dieu. Tu n’auras souci ni de leur prospérité ni de leur bien-être, tant que tu vivras, à perpétuité. » (Deu 23-3)

       

      Par l’apôtre Paul :

      « Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur, qu’il soit anathème » (1 Cor 16:22)

      « Toutefois, de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité à l’égard de Christ. Car, si quelqu’un vient vous prêcher un autre Jésus que celui que nous avons prêché, ou si vous recevez un autre Esprit que celui que vous avez reçu, ou un autre Évangile que celui que vous avez embrassé, vous le supportez fort bien. » (2 Cor 11 :3-4)

      « Mais, quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Évangile que celui que nous vous avons prêché, qu’il soit anathème ! » (Gal 1 :8)


       Par Notre Marseillaise dans son couplet 3 :

      « Quoi ! Des cohortes étrangères
       Feraient la loi dans nos foyers !
       Quoi ! Des phalanges mercenaires
       Terrasseraient nos fiers guerriers ! (Bis)
       Dieu ! Nos mains seraient enchaînées !
       Nos fronts sous le joug se ploieraient !
       De vils despotes deviendraient
       Les maîtres de nos destinées ! »

       

      Par De Gaulle :

      « Vous savez, cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux : il y a des nègres à l’Élysée tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites inviter à déjeuner. Je suis entouré de nègres, ici. […] Et puis tout cela n’a aucune espèce d’intérêt ! Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous entendez ? Plus une audience avant deux mois. Ce n’est pas tellement en raison du temps que cela me prend, bien que ce soit déjà fort ennuyeux, mais cela fait très mauvais effet à l’extérieur : on ne voit que des nègres, tous les jours, à l’Élysée. Et puis je vous assure que c’est sans intérêt. « 

      (Entretiens avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968. cité dans ses Mémoires, tome 2.
       Le Général en mai. Journal de l’Élysée. 1968-1969,
      éd. Fayard/Jeune Afrique)

       

      « Nous sommes avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne.

      Qu’on ne se raconte pas d’histoire ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leurs djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français. Ceux qui prônent l’intégration ont des cervelles de colibri, même s’ils sont très savants.

      Asseyez d’intégrer de l’huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d’un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyiez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l’intégration, si tous les Arabes et les Berbères d’Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherez-vous de venir s’installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? »  C’était de Gaulle, tome 1, Alain Peyrefitte, éd. éditions de Fallois/Fayard, 1994 p. 52


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 09:20

        @Daniel PIGNARD

        dans le même genre de démonstration à la con que cette vinaigrette, j’ai vu un conférencier américain à la télé qui prenait un aquarium plein d’eau claire etversait dedans quelques centilitres d’encre de chine pour illustrer le danger su métissage qui se terminait, selon lui, pas la disparition ... de quoi ?
        c’est un peu le même genre de « preuves » que celles de Colin Powell avec ses éprouvettes.


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 09:34

        @Séraphin Lampion
        Si la démonstration de De Gaulle ne vous convainc pas, les faits actuels pourraient s’y substituer et faire taire les stades n’y remédiera pas.


      • Kapimo Kapimo 12 septembre 22:34

        @Daniel PIGNARD

        Le Deutéronome et l’ancien testament de manière générale, sont des textes suprémacistes de discrimination violente envers les non judaiques (comme l’explique très bien le Talmud).
        Par conséquent, en voulant la défendre, vous reprenez un texte « contre la chrétienté ».


      • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 septembre 08:34

        @Kapimo
        Dieu donne les raisons de sa discrimination. Les Français ont aussi leurs raisons de discriminer certains peuples et certaines races.


      • L'Astronome L’Astronome 12 septembre 09:13

         

        Comment peut-on encore parler de « racisme », alors que le mot « race » a été supprimé de la Constitution ?

         


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 09:32

          @L’Astronome
          Le mot race existe encore dans l’article premier de la Constitution de 1958.


        • Fergus Fergus 12 septembre 09:36

          Bonjour, L’Astronome

          Que le mot « race » n’ait aucune valeur au plan scientifique, c’est une évidence, les êtres humains appartenant à une espèce unique dont tous les individus sont dotés d’un même schéma génétique.

          Pour autant, l’usage du mots « race » n’a pas disparu dans le langage pour une raison simple : il permet de distinguer facilement dans un propos les individus qui présentent des caractéristiques physiques, principalement des couleurs de peau, différentes. Il faut donc prendre ce mot comme une convention de langage, et rien d’autre.

          A cet égard, notons que, dans le monde animal, l’on utilise également le mot « race » pour différencier des individus en fonction de leurs caractéristiques alors qu’ils appartiennent également à une même espèce (cas des bovins), voire sous-espèce (cas des chiens). 


        • foufouille foufouille 12 septembre 09:53

          @Fergus

          les différences génétiques sont faibles mais elles existent : deux japonais ( sans aucun ancêtre autre ) n’auront jamais naturellement d’enfants noirs.

          le gène permettant de digérer le lactose une fois adulte n’est pas universel.


        • L'Astronome L’Astronome 12 septembre 09:54

           
          « Le mot race existe encore dans l’article premier de la Constitution de 1958 ».
           
          Au temps pour moi. Mais il était fortement question de supprimer le mot sous le quinquennat de Hollande.
           


        • maQiavel maQiavel 12 septembre 10:27

          @foufouille
          Il existe des différences génétiques entre des groupes humains. Ca ne fait pas pour autant de ces groupes races au sens biologique. 


        • foufouille foufouille 12 septembre 10:36

          @maQiavel

          c’est la définition de race comme pour les chiens et autres animaux.


        • Aimable 12 septembre 11:09

          @Fergus
          Je partage votre com a 100% , il est temps que tout le monde le comprenne pour que notre vie ensemble soit plus sereine .


        • Aimable 12 septembre 11:12

          @maQiavel
          C’est d’ailleurs une chance pour l’espèce humaine .


        • leypanou 12 septembre 11:29

          @Aimable
          pour que notre vie ensemble soit plus sereine 

           : depuis quand vous vivez avec Fergus ? Je croyais qu’il était marié et même grand-père.


        • Jonas Jonas 12 septembre 11:38

          @Fergus « Que le mot « race » n’ait aucune valeur au plan scientifique, c’est une évidence »

          Ça, c’est parce que la loi Pleven, est passée par là !
          Le mot « race » ne posait aucun problème en terme scientifique pour décrire les variétés de l’espèce humaine jusque dans les années 1970.

          Le politiquement correct a modifié la novlangue pour lobotomiser les esprits de la bien-pensance et prendre en compte cet état de fait.


        • maQiavel maQiavel 12 septembre 11:44

          @foufouille
          Précisément, il n’existe rien d’assimilable aux races de chiens au sein de l’espèce humaine. 


        • foufouille foufouille 12 septembre 11:57

          @maQiavel

          nos races sont lié à l’évolution naturelle, c’est la seule différence.

          il existe aussi des race naturelles chez le chien ou la poule. c’est certain pour la poule.


        • foufouille foufouille 12 septembre 12:00

          @Jonas

          ton lien est assez mauvais.


        • Jonas Jonas 12 septembre 12:12

          @foufouille « ton lien est assez mauvais. »

          Pourquoi ?


        • Aimable 12 septembre 12:13

          @leypanou
          Si cela vous fait plaisir de lire mon com de cette façon , cela n’engage que vous . smiley
          Je ne partage pas forcément tous les points de vues de Fergus mais ce sont ses points de vues , ce qui évite l’uniformité .


        • foufouille foufouille 12 septembre 12:25

          @Jonas

          ne serait que la taille qui évolue dans le temps avec une meilleure nourriture.

          parler de races en Europe est aussi ridicule vu le nombre d’invasions.


        • foufouille foufouille 12 septembre 12:36

          @Jonas

          https://www.intelligence-humaine.com/races-humaines/

          même genre de truc sans aucune preuve.


        • Jonas Jonas 12 septembre 12:38

          @foufouille « ne serait que la taille qui évolue dans le temps avec une meilleure nourriture. »

          Ce n’est pas qu’une question de taille, mais de couleur et de morphologie du corps humain, c’est d’ailleurs très bien expliqué dans l’encyclopédie Larousse déjà susmentionnée.


        • foufouille foufouille 12 septembre 12:44

          @Jonas

          Il suffit de regarder nôtre évolution en France depuis le début du siècle ou 1800.

          On est plus grand et plus mince qu’à l’époque où la plupart des personnes bossaient dans l’agriculture ou le travail très manuel très jeune.

          Mais c’est vrai que la polygamie ou le mariage entre cousins ne favorisent pas la diversité génétique.


        • Jonas Jonas 12 septembre 12:53

          @foufouille "On est plus grand et plus mince qu’à l’époque où la plupart des personnes bossaient dans l’agriculture ou le travail très manuel très jeune."

          Bien sûr qu’à l’intérieur d’une même race, la nourriture, les conditions de vie ont une influence sur la taille et l’opulence d’une personne, ce n’est pas un secret.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 13:39

          @maQiavel

          C’est genèse 10 qui définit les races.

          Une race, ce sont des ressortissants issus d’une même famille. Ces familles de départ sont issues des fils de Noé. Les fils de Noé étaient au nombre de 3 : Sem, Cham et Japhet.

          Nous sommes, nous les Français, de la descendance de Japhet mais plus précisément de Gomer l’un des fils de Japhet. Il y a donc 3 grandes races correspondant au 3 fils de Noé :

          Sem qui a donné les Asiatiques jaunes de religion Bouddhistes.

          Cham qui a donné les Africains Noirs ou bronzés de religion animiste et maintenant musulmane. Japhet qui a donné les Occidentaux blancs de religion chrétienne.

          Donc les races existent et la hiérarchie existe depuis que Noé a dit : Maudit soit Canaan ! qu’il soit l’esclave des esclaves de ses frères ! Il dit encore : Béni soit l’Eternel, Dieu de Sem, et que Canaan soit leur esclave ! Que Dieu étende les possessions de Japhet, qu’il habite dans les tentes de Sem, et que Canaan soit leur esclave !" (Gen 9:20-27) Canaan étant un des fils de Cham.

           

          Un peu d’instruction ne nuit pas :

          http://www.info-bible.org/histoire/archeologie/origine-nations.htm


        • foufouille foufouille 12 septembre 14:38

          @Daniel PIGNARD

          Donc Noé et sa femme étaient de toutes les couleurs ?


        • Gollum Gollum 12 septembre 14:58

          @Daniel PIGNARD

          Sem qui a donné les Asiatiques jaunes de religion Bouddhistes.

          Tiens je croyais que Sem avait donné les sémites.. par définition..

          Sinon tout sort de 3 bonshommes et quelques millénaires après ils sont tous différents d’apparence, de couleur de peau, de mentalités... plus fort que l’évolution selon Darwin.

          Le révisionnisme à la sauce catho mène droit au surréalisme.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 15:04

          @Gollum
          Non, l’évolution de Darwin et consorts prétend que les animaux sautent d’une espèce à une autre, comme les dinosaures (Brooaaaarrrrhhh !) ont donné les oiseaux (cui-cui).


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 15:08

          @foufouille
          Noé et sa femme avaient quasi la totalité des gênes, quasi parce que les femmes des 3 fils de Noé étaient aussi dans l’arche et n’étaient pas forcément filles de Noé et de sa femme.


        • foufouille foufouille 12 septembre 15:21

          @Daniel PIGNARD

          D’après la science connue, c’est impossible car aucun blanc n’a eu d’enfants noirs ou asiatiques donc les parents de ces enfants ne pouvaient resté noirs ou asiatiques tout le temps.

          c’est arrivé pour deux noirs américains car ils venaient d’afrique du sud : ils ont eu un blond aux yeux bleus.

          c’est faux aussi pour les dinosaures qui ont disparu sauf les plus petits qui étaient des oiseaux ou des tout petits dinos.

          soit c’est une évolution sur des centaines, millions d’années soit c’est juste une suite d’évolutions à partir de plusieurs singes communs à une même espèce.

          exemple : les gorilles sont noirs et les chimpanzés blancs.


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 15:28

          @foufouille
          Réfléchissez bien avant de faire une nouvelle théorie des races. La bible ne s’est jamais trompé.


        • foufouille foufouille 12 septembre 15:32

          @Daniel PIGNARD

          C’est une blague ?

          Autant faire intervenir dieu, c’est plus simple.


        • Gollum Gollum 12 septembre 18:33

          @foufouille

          Pignard est un fondamentaliste créationniste pur jus, adepte des théories les plus délirantes.. Il est un partisan de Fernand Crombette. Si vous avez du temps à perdre c’est ici : https://ceshe.fr/fr/

          Il a une fiche Wikipédia aussi. Donc pas de Darwin ni d’évolution cela va sans dire...

          Quant à l’âge de la terre vous aurez compris...


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 20:18

          @Gollum
          Vous pourriez ajouter que Pignard a écrit une thèse sur le mécanisme du déluge et de la dérive des continents.
          Pour vous mettre l’eau à la bouche :

          Explications du passage de l’année de 360 à 365 jours :http://24heuresactu.com/2016/10/15/lannee-comportait-360-jours-auparavant-quand-et-comment-est-elle-passee-a-36525-jours/


        • OMAR 12 septembre 22:04

          Omar9
          .
          @Daniel PIGNARD :"Japhet qui a donné les Occidentaux blancs de religion chrétienne.

          "
          .
          Je vous résume ; Japhet, qui est asiatique (du Proche-Orient) s’est non seulement transformé en européen, ,mais aussi chrétien par ... anticipation.
          .

          Et le Christianisme, qui a vu naissance aussi en Asie ( toujours au Proche-Orient) est, en réalité, européen, et destiné aux Occidentaux blancs.
          Ceci, par la grâce de Japhet...
          .
          Et le Père-Noël, il ne descend pas de la cheminée ?


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 septembre 08:41

          @OMAR

          Obélix non plus ne comprenait pas tout. Il ne comprenait pas par exemple que les sangliers étaient de la cochonnerie, mais qu’est-ce qu’on a ri !


        • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 13 septembre 09:02

          @OMAR

          Pour ceux qui veulent comprendre comment l’évangile s’est répandu en Gaule : depuis Chapitre XV page 21 à 28.

          http://www.a-c-r-f.com/documents/Mgr_GAUME-Evangelisation_apostolique_du_Globe.pdf


        • OMAR 13 septembre 12:41

          Omar9
          .
          @Daniel PIGNARD
          .
          La Gaule n’était pas et n’est ni la France, ni l’Europe ou le monde.
          Et si l’expansion du Christianisme s’est peut être déroulée de manière pacifique ou « miraculeuse », comme tente de le présenter de manière prosélyte, votre lien de référence, il n’en est malheureusement pas de même pour le reste du monde :
          http://www.astrosurf.com/nitschelm/Page_noire_christianisme.htm
          .
          Mais je vous rassure sur plusieurs points.
          .
          D’une manière ou d’une autre, il en a été de même pour toutes les autres religions.
          .
          Les actes, paroles et effets négatifs du Christianisme et des autres religions, sont les conséquences d’interprétations, décisions et comportements humains qui décontextualisent les Écrits et Commandements divins.
          .
          L’affaiblissement, l’étiolement et la destruction du Christianisme entrainera systématique celui de l’Islam et du Judaïsme.
          .
          Par contre, évitez de « blanchir » ou de confiner le Christianisme à une race ou une région, car vous détruisez son universalité et ses messages d’Amour et d’équité.


        • un des p'tite goutte un des p’tite goutte 14 septembre 12:41

          @Daniel PIGNARD
          Le Coran interprété sunnite ne s’est jamais trompé !
          ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ interprété chiite ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’ ’  !
          La Bible interprétée orthodoxe, catholique, protestante, copte, maronite, ...ne s’est jamais trompée ... dans chacun des cas ! 
          La baghavad-gita ne s’est jamais trompé !
          Les védas ne se sont jamais trompés !
          Confucius ne s’est jamais trompé !
          Lao tseu ne s’est jamais trompé !
          Le livre de Zoroastre ne s’est jamais trompé !
          Celui des Parsis, des Sikhs non plus !
          La Tour de Garde des Thémons de Jehovah est La seul référence valable d’interprétations des textes !
          Etc.
          Vous êtes prié, M. Pignard, ne vous en déplaise, de quitter le moyen âge. Crier : seule ma religion est la bonne ! tous les autres se trompent ! relève de nos jours d’une attitude qui ressemble à celle du gamin en cour de récréation : nan ! c’est lui qui m’a tapé, moi j’ai rien fait ! 
          Suivez votre religion, faites le bien avant tout.
          Mais la croyance est secondaire. Elle n’est utile que si elle vous porte à vous améliorez vis-à-vis d’autrui et en vous-même, vers un mieux pour toute l’humanité. Ne pas reconnaître que les textes les plus anciens, mais pas que, ont été modifiés, altérés parce que passés entre les mains d’hommes :
          Surtout de pouvoir, cyniques, calculateurs, avec moultes arrières pensées, parfois de bonne fois en modifiant pour une meilleure compréhension d’un croient-ils bas peuple.
          Ne pas reconnaître cela, donc, est déraisonner.


        • Fergus Fergus 12 septembre 09:39

          Bonjour, rita

          A nuancer, à mon avis : le racisme a très longtemps servi les intérêts bien compris des colonisateurs en quête de profit aux dépens de peuples autochtones. Ce n’était donc pas toujours la bêtise qui était en cause, mais l’esprit de lucre.

          Je suis en revanche d’accord avec vous pour ce qui touche au racisme exprimé par des supporteurs de base lors des événements sportifs.


        • foufouille foufouille 12 septembre 09:38

          « Blancs qui, d’ailleurs, ne se retrouveront jamais discriminés à l’embauche, au logement, dans les administrations ou dans la rue. Il n’y a pas de système qui produit des discriminations raciales vis-à-vis des Blancs »

          ben voyons. uniquement dans la tête de l’auteur bourgeois qui a donc vu des races supérieures, les arabes et les noirs.

          le racisme a bien existé dans l’antiquité et existe encore en Afrique.

          chez nous aussi mais il a bien diminué dans toutes les catégories de la population.


          • Fergus Fergus 12 septembre 09:42

            Bonjour, foufouille

            Tu as parfaitement raison : le racisme a existé, existe et continuera malheureusement d’exister sur toute la planète.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 09:51

            @Fergus

            ... et surtout, il est de plus en plus instrumentalisé
            diviser pour régner est une tactique vieille comme le monde et la peur de l’autre un des carburants les plus efficaces pour l’alimenter
            les techniques modernes de manipulation, publicité et propagande, n’ont fait que perfectionner les armes en nous faisant passer du mortier au missile supersonique


          • foufouille foufouille 12 septembre 09:55

            @Fergus

            non un jour ça n’existera plus.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 10:11

            @foufouille

            la planète non plus, d’ailleurs...


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 10:12

            @foufouille

            « Blancs qui, d’ailleurs, ne se retrouveront jamais discriminés à l’embauche »

            Euh ! En 2011, à France inter, 99 % des employés sont juifs.

            https://youtu.be/srbXBMgQ2h0

            Un grand homme a pourtant dit :

            « Laisse d’abord les enfants se rassasier ; car il n’est pas bien de prendre le pain des enfants, et de le jeter aux petits chiens. » (Marc 7-26)


          • foufouille foufouille 12 septembre 10:34

            @Daniel PIGNARD

            dans la sécurité des magasins, c’est souvent des blacks et beurs.


          • Fergus Fergus 12 septembre 12:02

            Bonjour, Daniel PIGNARD

            « à France inter, 99 % des employés sont juifs »

            Des employés, sans doute pas, mais la majorité des journalistes est en effet constituée de Juifs. Mais il ne s’agit pas là d’un effet du racisme. Ce qui est en cause, ce sont les pratiques de préférence communautaire que l’on retrouve ailleurs.

            Un exemple : dans les années 50 et 60, la grande majorité des brasseries et des cafés parisiens était tenue par des originaires d’Auvergne. Je suis moi-même originaire de cette région, et l’un de mes cousins a été patron de bistrot. Les réseaux se sont ensuite peu à peu délités avec l’arrivée d’investisseurs non auvergnats et la préférence communautaire auvergnate s’en est trouvée progressivement diluée.


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 12 septembre 14:34

            @Fergus

            Puisqu’on est partis pour délirer, autant aller jusqu’au bout :
            la différence, c’est qu les enfants d’Auvergnats de Paris se marient avec de gens qui ne sont pas forcément des enfants d’Auvergnats alors que beaucoup de Juifs pensent comme Anne Sinclair : « Je n’aurais pas pu me marier avec un goy ».
            A ma connaissance, la « communauté » auvergnate ne se réunit pas tous les samedis dans des lieux de cultes spécifiques et ne connaissent pas de notion comme celle de « goy » qui désignerait les « non-Auvergnats » !
            A ma connaissance, les Auvergnats n’ont décidé que leur région était le « foyer du peuple auvergnat ».


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 12 septembre 15:12

            @Fergus
            les pratiques de préférence communautaire

            s’appellent encore de la discrimination.


          • Fergus Fergus 12 septembre 16:29

            @ Séraphin Lampion

            « c’est qu les enfants d’Auvergnats de Paris se marient avec de gens qui ne sont pas forcément des enfants d’Auvergnats »

            Pas si évident : nombre de mariages d’intérêt ont eu lieu au sein de la communauté auvergnate au temps où les « Bougnats » avaient la mainmise sur la majorité des affaires de « limonade » de Paris.

            « la « communauté » auvergnate ne se réunit pas tous les samedis dans des lieux de cultes spécifiques »

            Pas tous les samedis en effet, mais très souvent dans le cadre de banquets organisés aux Salons Vianney. Sans oublier la Nuit Arverne au cours de laquelle était élue la « Pastourelle » parmi quelques jeunes filles sélectionnées autant pour leur connaissance de l’Auvergne et de sa culture que pour leur joli visage.

            Beaucoup d’entre-soi dans la communauté auvergnate de Paris. Mais évidemment rien à voir avec la communauté juive très largement soumise au poids de la religion et, même pour les athées, à celui des traditions.

            A noter que, chez les plus sectaires  j’en ai connus dans le genre —, un mariage mixte n’est pas seulement une union entre juif et goy, mais également une union entre séfarade et ashkénaze !  smiley Bon, je reconnais que c’est devenu très rare, fort heureusement. Et les mariages entre juif et goy sont de facto devenus nettement plus nombreux ! 


          • Jonas Jonas 12 septembre 09:53

            « Le racisme au sens moderne est paradoxalement né des Lumières, de l’idée de progrès et donc de compétition entre « nations » »


            Le racisme existe depuis que l’homme existe, il naît de la détestation de ce qui est inconnu et différent, y compris par la couleur de peau.

            Les Lumières n’ont pas inventé le racisme, ils l’ont structuré et codifié au XVIIIème siècle, mais le racisme, c’est à dire l’infériorisation d’un groupe de personnes en raison de son appartenance ethnique existait bien avant la doctrine de ces idéologues.

            Par exemple, le penseur et historien musulman Ibn Khaldun disait au XIVème siècle que :

            "« les seuls peuples à accepter l’esclavage sont les nègres, en raison d’un degré inférieur d’humanité, leur place étant plus proche du stade animal »« 


            Ou sur les Arabes :

             »Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné.« 
            [...]
             »Voyez tous les pays que les Arabes ont conquis depuis les siècles les plus reculés : la civilisation en a disparu, ainsi que la population ; le sol même paraît avoir changé de nature. Dans le Yémen, tous les centres de la population sont abandonnés, à l’exception de quelques grandes villes ; dans l’Irak arabe, il en est de même ; toutes les belles cultures dont les Perses l’avaient couvert ont cessé d’exister. De nos jours, la Syrie est ruinée ; l’Ifrîkiya et le Maghreb souffrent encore des dévastations commises par les Arabes.« 
            Ibn Khaldun (1332-1406)- »Prolegomenes" p311-313


            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 12 septembre 10:00

              @Jonas

              Le talmud c’est sacrément bien raciste aussi ^^


            • Jonas Jonas 12 septembre 10:06

              @bouffon(s) du roi « Le talmud c’est sacrément bien raciste aussi »

              Oui, preuve encore une fois que le racisme ne provient pas des Lumières.



            • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 12 septembre 10:12

              @Jonas

              Non, mais certains y ont beaucoup contribué, Voltaire étant le plus emblématique.


            • Kapimo Kapimo 12 septembre 22:44

              @Jonas

              Oui, preuve encore une fois que le racisme ne provient pas des Lumières.

              Sauf à considérer qu’il y a un lien entre Lumières et judaisme.


            • Jonas Jonas 12 septembre 10:00

              " Des Blancs qui, d’ailleurs, ne se retrouveront jamais discriminés à l’embauche, au logement, dans les administrations ou dans la rue. "

              Elle est bonne celle-là ! À Saint-Denis, il y a plus d’une vingtaine de boucheries islamiques, en tant que Blanc de souche européenne, va postuler un poste de travail là dedans, on va rigoler !


              • Aimable 12 septembre 11:20

                @Jonas
                Cela s’appelle de la ségrégation , ce qui n’est pas l’apanage des « chrétiens » , ceux que vous représentez , je suis désolé de vous le dire , ne sont pas mal non plus, je dirai même supérieur dans ce domaine .


              • Aimable 12 septembre 11:26

                @Jonas
                Je voudrais ajouter , que les deux meilleurs patrons que j’ai eus dans ma carrière étaient de votre caste , il y a toujours des exceptions .


              • Jonas Jonas 12 septembre 10:03

                « théorie fumeuse et pour le coup proliférante du Grand Remplacement »

                Le grand remplacement n’est pas un « théorie fumeuse », mais un programme politique élaboré par l’ONU et l’UE, pour éliminer la population blanche de souche, réfractaire au mondialisme par son héritage identitaire, culturel, cultuel et traditionnel.
                L’ONU facilite l’arrivée des masses migratoires en Europe, qualifié de « migration de remplacement », amenées pour faire face au déclin de la population blanche (alors que les femmes françaises sont encouragées à avorter : 220 000 avortements chaque année en France !).

                L’UE travaille en étroite collaboration avec l’ONU pour mener à bien sur une très grande échelle, le remplacement de population, pour « faire en sorte que l’Europe reste une destination attrayante pour les migrants dans un contexte de déclin démographique, notamment en révisant le régime de la carte bleue, en redéfinissant les priorités des politiques d’intégration et en améliorant l’efficacité de la politique migratoire des pays d’origine, par exemple en facilitant les envois de fonds des travailleurs émigrés. »
                politique migratoire de l’Union Européenne



                • Jonas Jonas 12 septembre 10:05

                  @Jonas

                  Saint-Denis (film vidéo ci-dessous du centre-ville, plus de 90 000 habitants) n’est qu’un exemple parmi les innombrables communes de la banlieue parisienne où la population française de souche a été totalement remplacée par une population d’origine extra-européenne (berbères, arabes, africains sub-sahariens, asiatiques, indiens, etc...) en moins de 30 ans. Dans les rues de la ville, on n’entend presque plus personne parler français.
                  Ceci impliquant un bouleversement du paysage culturel, cultuel et ethnique.
                  Les prénoms donnés ne sont plus Christophe, Matthieu, Sylvaine et Estelle, mais Rachid, Mohamed, Youssouf, Fatoumata et Kakambwa.
                  Les nouveaux arrivants n’ont plus comme héritage Aristote, le Christ, Jeanne D’Arc, Descartes, Pascal ou Chateaubriand, mais le Coran, le Ramadan, le Zouk, le Wolof et l’arabe. (une trentaine de boucheries islamiques pour 90 000 habitants, pas une seule boucherie traditionnelle !!!), 7 ou 8 écoles coraniques enseignant l’Islam radical aux jeunes musulmans, et la grande mosquée financée par l’Arabie Saoudite flanquée de son minaret (islam radical wahhabite), inaugurée par le bon maire communiste.

                  http://islamineurope.unblog.fr/2013/09/23/video-conference-du-cheikh-saoudien-abderrahmane-al-barak-au-centre-deducation-du-palmier-cep-de-saint-denis-les-chretiens-seront-avilis-et-humilies-le-jour-de-la-resurrection/
                  http://islamineurope.unblog.fr/2012/08/01/conference-du-cheikh-ghassen-khalil-mohamed-musallam-au-centre-tawhid-bastion-de-lislam-radical-a-saint-denis-les-colons-sionistes-violent-colonisent-et-occupent-les-terres-de-nos-freres-en-pa/

                  A Pantin, la dernière boucherie traditionnelle a fermé en 2012, il n’y a plus que des boucheries islamiques.


                • Raymond75 12 septembre 10:12

                  Le fait que l’on prête à Lilian Thuram 

                  des pensées douteuses est bien l’illustration de la difficulté à aborder le thème du racisme.

                  D’une part il s’agit d’une pulsion inconsciente : on aime bien rester entre soit ; cela semble naturel.

                  D’autre part, ce thème est exploité par les mouvements nationalistes et d’extrême droite, tels l’ex FN rebaptisé RN. L’étranger, surtout différent physiquement, très visible, est présenté comme la cause de tous nos malheurs.

                  Enfin, et je dirai surtout, les mouvements ’de gauche’ ont fait preuve d’une lâcheté sans limite en refusant d’aborder ce thème, et en niant les difficultés sociales engendrées par l’échec de l’intégration en France.

                  Bien sur qu’il y a des problèmes, de délinquance, de comportement, de volonté de développer un communautarisme contraire à nos valeurs et à notre histoire, par le développement de l’islamisme (à ne pas confondre avec la religion musulmane dans son ensemble).

                  A force de nier ces difficultés, et donc à refuser de chercher une solution, on jette les populations les plus modestes dans les bras des extrêmes !

                  Les lois de la république, à commencer par la laïcité qui seule permet de vivre ensemble, doivent être appliquée avec fermeté, et les ’incivilités’ à l’école doivent être sanctionnées. En même temps, il faut investir du temps et des moyens pour informer les populations immigrées de nos lois et de notre mode de vie. Et peut être faudrait il enfin aborder le thème de l’immigration choisie et non subie.

                  Je ne suis pas choqué par le fait qu’un commissaire européen soit chargé de défendre le mode de vie européen, bien que conscient des dérives possibles. C’est bien notre mode de vie qui est mis en cause par certain(e)s.

                  Enfin, j’ose rappeler que lorsque l’on parle des ’problèmes de l’immigration’ et du ’racisme’, cela ne concerne que les populations originaires de l’Afrique subsaharienne et de l’Afrique du Nord. Il n’y a aucun problème avec les Asiatiques, pourtant issus d’une culture très différente de la notre.

                  Les Français ne sont globalement pas racistes, mais en cette époque de délitement social, ils pourraient le devenir, et cela ne doit pas arriver.


                  • Jonas Jonas 12 septembre 10:59

                    @Raymond75 « Le fait que l’on prête à Lilian Thuram des pensées douteuses est bien l’illustration de la difficulté à aborder le thème du racisme. »

                    Le millionnaire Lilian Thuram qui a bâti toute sa fortune grâce aux Blancs, crache maintenant dans la soupe !
                    Ce suprémaciste noir, qui défend l’Afrique en considérant que l’Occident lui aurait tout pillé (arts, littérature, philosophie, sciences,...) n’a qu’à aller vivre là-bas pour voir si c’est meilleur.


                  • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 septembre 11:22

                    @Raymond75

                    Faire profiter de la laïcité toutes les religions fut une énorme erreur, sur laquelle il faut revenir aujourd’hui.

                    C’est une folie que d’accorder en France la liberté de culte à la religion islamique qui, depuis qu’elle existe, n’a pas cessé de proclamer sa volonté de ne pas séparer la religion et l’État, et qui a toujours, au contraire, asservi celui-ci à l’islam là où il domine.


                  • alexis42 alexis42 12 septembre 12:32

                    @Raymond75
                    « L’étranger... très visible, est présenté comme la cause de tous nos malheurs. »
                    C’est le cas des asiatiques, dont la population est estimée à 1 million de personnes... Et je ne parle pas des Suédois, visibles par leurs cheveux blonds et yeux bleus, coupables de bien des malheurs, justement rejetés par Jean-Luc.


                  • Kapimo Kapimo 12 septembre 22:46

                    @Raymond75

                    Les lois de la république, à commencer par la laïcité qui seule permet de vivre ensemble, doivent être appliquée avec fermeté,

                    Allez dire cela à ceux qui imposent un peu partout sur le territoire des temples dédiés au culte de la Shoa.


                  • Jonas Jonas 12 septembre 10:12

                    " Si les policiers dans les quartiers discriminent à tour de bras en pratiquant les contrôles au faciès, peut-on en déduire qu’ils sont tous racistes ? "

                    C’est de la victimisation pour mieux justifier le racisme anti-Blanc.

                    Dans des villes comme Saint-Denis, La Courneuve, Aubervilliers, Pierrefitte en banlieue parisienne, où 100% de la population est d’origine arabe ou africaine subsaharienne, quand la police arrête un dealer, c’est forcément un Arabe ou un Noir, et c’est normal, puisqu’il n’y a que ça !

                    C’est comme si vous accusiez la police de Pékin en Chine de faire de la discrimination raciale, parce qu’ils n’arrêtent que des asiatiques !


                    • Jonas Jonas 12 septembre 10:14

                      « les discours sur le racisme anti-blanc proviennent des milieux d’extrême droite. »


                      Et ça, c’est quoi ?

                      C’est l’extrême-droite qui l’invente ?


                      • Jonas Jonas 12 septembre 10:24

                        « le racisme moderne est né en occident »

                        Le racisme moderne ou racisme tout court, existe sur tous les continents et n’a rien de spécifiquement européen ou Blanc.

                        Par exemple, les tribus africaines, différentes ethniquement se livrent depuis des millénaires à une guerre raciale sans merci, dont les Blancs et les Arabes ont profité pour aller puiser des ressources humaines, des esclaves, avec l’aide des Africains eux-mêmes, premiers complices de cette traite négrière de masse !

                        Dans les années 1960, on pouvait encore voir en Afrique des marchés aux esclaves, où l’on pouvait acheter des femmes et des enfants pour quelques morceaux de bois.

                        À noter que ces marchés n’ont pas disparu de pays comme la Mauritanie, le Soudan, le Niger, le Nigeria, où il existe encore des centaines de milliers d’esclaves, infériorisés et vendus à cause de leur appartenance ethnique jugée inférieure.


                        • Pierre Régnier Pierre Régnier 12 septembre 10:35

                          Malgré sa négation des biens réels racisme anti-blanc et « grand remplacement de population », l’article est utile par sa mise en lumière, sans la nommer, de la très répandue tricherie langagière.

                           

                          L’auteur, pourtant, y participe lui-même dans cette phrase : Aujourd’hui, la figure péjorée du « musulman inassimilable et potentiellement fanatique » a pris la place de l’immigré arabe venu « prendre le pain des Français ».

                           

                          Cette bien réelle considération négative du musulman - qui conduit souvent, hélas, à le haïr - vient de l’islam, pas d’un quelconque racisme. Citer la confusion - cette forme de tricherie langagière - sans la combattre, comme c’est ici le cas, c’est la conforter.

                           

                          Et cela est particulièrement grave, dans la période actuelle où de nombreux tricheurs veulent nier, et même criminaliser le droit à l’islamophobie, celle-ci étant systématiquement assimilée à de la haine envers les musulmans, voire à du racisme.


                          • foufouille foufouille 12 septembre 10:56

                            @Pierre Régnier

                            l’auteur est aussi sans emploi depuis plus de 10 ans.


                          • leypanou 12 septembre 11:23

                            @foufouille
                            pour quelqu’un qui n’a pratiquement jamais travaillé de ta vie, tu es très mal placé pour dire çà.


                          • foufouille foufouille 12 septembre 11:48

                            @leypanou

                            ma remarque est lié au fait que ça fait plus de 20 ans que nous avons 6 000 000 de chômeurs et que le travailleur étranger prend bien le boulot des français qui peuvent travailler.

                            celle là est bonne aussi. tu peux rouvrir auschwitz comme ça on crèvera plus vite, fermer les hôpitaux pour que toi aussi tu puisse crever en travaillant sans retraite, fermer les FAC de médecine pour les remplacer par une école de magie .........

                            autre option, sortir plus souvent pour rencontrer des malades. te faire enlever les reins, tu pourras crever sous dialyse ....


                          • terbeb 12 septembre 11:53

                            @foufouille

                            Un peu dur , mais toujours aussi efficace Foufouille pour les biens pensants de ce site.


                          • Jonas Jonas 12 septembre 10:50

                            "Aujourd’hui, la figure péjorée du « musulman inassimilable et potentiellement fanatique » a pris la place de l’immigré arabe venu « prendre le pain des Français »


                            Lutter contre l’islam est une question de survie pour notre civilisation européenne.
                            Vous voulez réellement connaître la vérité sur l’Islam ?
                            Alors regardez et écoutez les prédicateurs et imams dans les plus grandes mosquées de France endoctriner des centaines de milliers de musulmans au fondamentalisme islamique misogyne, antieuropéen, antichrétien et antisémite :
                            http://islamineurope.unblog.fr/
                            https://vimeo.com/user75660018


                            • Que les « anti-racistes » essaient de comprendre pourquoi les vilains « racistes » sont passés de 0 à 30% aux élections en trente-cinq ans, malgré les campagnes de ré-éducation des « gentils » humanistes de gauche et d’ailleurs. A force de prendre les français pour des imbéciles, alors qu’ils fuient les villes envahies par la racaille, on récolte ce qu’on a semé. Pour les leçons de morale, on repassera...


                              • Albert123 12 septembre 12:30

                                « Il est clair que les provocations, les insultes anti-blancs, qui peuvent être relevées ici où là, ne relèvent pas d’une idéologie raciste quelconque  »


                                puis


                                « Avertissement : cet article n’est pas destiné à exciter les petits nazillons en herbe qui font leur armes sur Agoravox. Merci à eux de passer leur chemin. »


                                il est surtout clair que si nous ne sommes pas en accord avec votre point de vu nous sommes invités à ne pas nous exprimer et / ou à a partir avec en guise de remerciement l’étiquette facho / nazi.

                                vous incarnez parfaitement la raison pour laquelle il est totalement inutile de débattre et de discuter avec l’archétype du gauchiste. Son complexe en la croyance de sa supériorité morale et intellectuelle, sa suffisance et son incapacité à admettre la diversité des opinions sans la stigmatiser rendent l’idée même du vivre ensemble juste impossible.


                                • Olivier 12 septembre 19:38

                                  @Albert123

                                  Absolument, avec en plus chez le gauchiste une manipulation des bons sentiments vers des objectifs morbides de destruction de la civilisation européenne, à n’importe quel prix.

                                  L’exemple type est l’immigrationnisme compassionnel, où tout en pleurnichant sur leur sort on fait sciemment venir des masses d’immigrés en sachant que ça provoquera des victimes innombrables de la délinquance et du terrorisme.

                                  Mais pour ces victimes, pas d’humanisme qui tienne...


                                • alexis42 alexis42 12 septembre 12:42

                                  « les policiers dans les quartiers discriminent à tour de bras en pratiquant les contrôles au faciès »

                                  Je ne peux pas parler de la France, où il n’y a pas de Stats ethniques, mais aux USA :

                                  « Les auteurs d’homicides sont huit fois plus nombreux chez les Noirs.
                                  Deux-tiers des homicides dus à la drogue sont commis par des Noirs. »

                                  (US Department of Justice)

                                  « En 2014, sur 6095 victimes noires d’homicides, pratiquement toutes avaient été tuées par des Noirs. » (Wall Street Journal)


                                  • rita rita 12 septembre 12:42

                                    Racisme et bêtise sont un pléonasme ?


                                    • Fergus Fergus 12 septembre 13:21

                                      Bonjour, rita


                                      Je vous replace là le commentaire que je vous ai adressé et qui, du fait d’une erreur de manip’ de ma part, a été publié plus haut sur ce fil :


                                      A nuancer, à mon avis : le racisme a très longtemps servi les intérêts bien compris des colonisateurs en quête de profit aux dépens de peuples autochtones. Ce n’était donc pas toujours la bêtise qui était en cause, mais l’esprit de lucre.


                                      Je suis en revanche d’accord avec vous pour ce qui touche au racisme exprimé par des supporteurs de base lors des événements sportifs.


                                    • rita rita 12 septembre 13:35

                                      @Fergus...Bonjour, l’époque coloniale reste pour moi une énorme bêtise humaine envers les peuples soumis aux dictas des colonisateurs, nous en payons le prix aujourd’hui avec une immigration incontrôlable !


                                    • alexis42 alexis42 12 septembre 18:25

                                      @Fergus
                                      Il n’y avait pas besoin de racisme pour coloniser ! TOUS les peuples ont colonisé plus ou moins leurs voisins (et les ont vendus comme esclaves), même ceux qui avait les mêmes caractéristiques physiques.


                                    • Kapimo Kapimo 12 septembre 22:51

                                      @alexis42

                                      Oui, par exemple là, lorsque les anglais vendaient à d’autres anglais des Irlandais :
                                      https://www.globalresearch.ca/the-irish-slave-trade-the-forgotten-white-slaves/31076


                                    • jymb 12 septembre 13:01

                                      Tout est dit hélas dans les deux dernières lignes de cet « article » 

                                      SI vous n’êtes pas d’accord avec moi, vous êtes un nazi 

                                      Il faut oser 

                                      Pour lire de telles imbécilltés il y a déjà Libé, Télérama et Co 

                                      La place est déjà prise 


                                      • Olivier 12 septembre 17:05

                                        Dans ce long exposé politiquement correct sur le « racisme », où figurent tous les lieux communs du genre, la gêne de l’auteur vis-à-vis du racisme anti-blanc est manifeste, car cela dérange ses théories de « non-blancs » forcément bons et de blancs forcément mauvais. Il évacue le problème à sa façon : « les discours sur le racisme anti-blanc proviennent des milieux d’extrême droite. » 

                                        Donc dénoncer le racisme envers les non-blancs c’est bien, mais dénoncer la racisme envers les blancs, c’est mal.

                                        L’auteur semble totalement inconscient de son propre racisme, mais cette attitude est typique de l’hypocrisie des progressistes. Leur anti-racisme de façade n’est rien d’autre qu’un racisme anti-blancs, comme le montre leur promotion de la « discrimination positive » : un statut juridique fondé sur la race est totalement légitime, dés lors que la couleur de la peau de ceux qu’elle favorise n’est pas blanche !





                                        • Julien30 Julien30 12 septembre 18:49

                                          « Il n’y a pas de système qui produit des discriminations raciales vis-à-vis des Blancs, autre que par mesure compensatoire  »

                                          Vous reprenez les énormités répétées à qui mieux-mieux par les intersectionnalistes de tous bords mais trouvez-moi un exemple « systémique » de racisme en France. Au contraire la loi punit les discriminations raciales et autres, la France est un pays « systémiquement » anti-raciste.


                                          • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 12 septembre 21:43

                                            Cela paraissait comme l’ expression d’un complexe d’infériorité.


                                            • Eric Havas Eric Havas 12 septembre 22:41

                                              La pensée dominante organise son opposition dominante (Marx)

                                               

                                              La censure est là pour prouver la niaiserie lèche-cul du système d’AgoraVox et celle de ceux qui y participent... L’opposition convenue et convenable...

                                               

                                              30s avant auto-destruction...
                                               
                                              POUR DARWIN SEULS LA RACE ET L’INDIVIDU SONT PERTINENTS.... (AUX CRETINS PERROQUET DE JOURNALOPE) L’espèce n’est qu’une race qui a réussi...


                                              • yapadekkoaqba yapadekkoaqba 13 septembre 00:08

                                                C’est quand même un régime stalinien de la libre expression qu’on subit en occident ! L’interdiction de dire ce que l’on pense si ce n’est conforme à la pensée unique ; De tous ces « bien-pensants » ou assimilés comme le sont les professionnels de la palabre, politiciens, journalistes.. ; combien pensent le contraire de ce qu’ils disent, surtout en matière sociétale ou discriminatoire ( mot bien-pensant qui remplace racisme) ?


                                                • Kapimo Kapimo 13 septembre 00:14

                                                  Je suis d’accord avec l’intro de cet article : brandir la question du racisme est le meilleur moyen d’introduire confusion et conflits la ou il n’y en avait pas forcément.

                                                  Moi, ce que je constate, c’est que les médias passent leur temps à occulter les vrais sujets sérieux (sociaux, géopolitiques etc...) pour mettre sur la table en permanence des sujets sociétaux relatifs à des minorités forcément opprimées. Le conflit est soi-disant désormais interdit (en fait c’est tout l’inverse qui est recherché), et tout conflit est soi-disant la marque d’un oppresseur, automatiquement gravement coupable. Inutile de dire qu’à ce petit jeu moralisateur, ceux qui appartiennent aux majorités (blanches, hétéros, d’ascendance chrétienne, de mangeurs de viande, de conducteur de voiture etc...) sont perdants à tous les coups.

                                                  Simplement, à force d’imprimer un sentiment de culpabilité généralisé chez tout un chacun, on finit par fabriquer des êtres amorphes, incapables d’être et d’imposer, incapables de détester et donc d’aimer, bref des zombies de fin de civilisation. Ou bien des révoltés.

                                                  Cet article (qui possède des aspects racistes) n’est pas en reste en terme de symptômes caractéristiques de la pensée culpabilisée.

                                                  Sinon, le racisme, c’est le produit de l’incapacité à se confronter à la différence (nous sommes tous racistes à des degrés divers) : c’est une réaction d’auto-défense instinctive venant de nos propres limites. Ça devient du racisme au sens commun du terme lorsque cette incapacité s’accompagne de justifications conceptuelles indéfendables (qui effectivement souvent essentialisent). Ça n’en est pas lorsque ces justifications conceptuelles sont défendables (« Tout pays conquis par les Arabes est bientôt ruiné » est débatable/défendable intellectuellement).

                                                  En fait, un gros problème de l’antiracisme, c’est qu’il essentialise le « racisme » des « racistes », et qu’il finit par devenir aussi con que le racisme.



                                                    • Initiativedharman Initiativedharman 15 septembre 02:19

                                                      Parler de race chez l’être humain n’a pas de sens, il n’existe qu’une seule race humaine. Nous appartenons tous à une seule grande espèce l’homo sapiens sapiens. Tout le reste n’est que délires fachisants.


                                                      • @Initiativedharman

                                                        Grands petits cons !

                                                        Faut pas que ça grandisse une microseconde de plus ! ^^


                                                      • @Blue Hôtel

                                                        A ce stade si Wesson/Willard est pas le dernier à creuser... gaffe à vos matricules !

                                                        Mais bon jamais 42 sans 43 ?????


                                                      • Initiativedharman Initiativedharman 15 septembre 06:54

                                                        @LPD21-Purifying-Patchouli-Full-Desire&Casa-Nostra
                                                        C’est quoi ton traitement médical ?


                                                      • SS71-BB-UV123 SS71-BB-UV123 15 septembre 08:09

                                                        @Initiativedharman

                                                        Romanée-Conti 1945 matin midi et soir !


                                                      • Initiativedharman Initiativedharman 15 septembre 09:28

                                                        T’as pas les moyens et il ne faut pas boire quand on prend des neuroleptiques.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès