• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Polanski césarisé au milieu des crachats

Polanski césarisé au milieu des crachats

« Les Français aiment le réalisme ; ils pensent que si les comédiens sont trop beaux, le film ne ressemble pas à la réalité. Il a l’air d’un film. » (Roman Polanski, 7 mai 1997).



Et voici qu’on reparle de Roman Polanski en ce début de décennie. La raison ? La 45e cérémonie des César du cinéma qui s’est déroulée le vendredi 28 février 2020 à la Salle Pleyel, à Paris.

Cette cérémonie est l’un des deux événements importants de la profession du cinéma français, l’autre est le Festival de Cannes. Cette année, tout commençait mal. Deux semaines avant la cérémonie, le 13 février 2020, la totalité du conseil d’administration de l’Académie des César a démissionné à la suite de protestation de professionnels sur le mode de gestion. Mais la polémique avait commencé deux semaines auparavant encore, le 29 janvier 2020, quand la liste des nominations a été publiée. Pourquoi ? Parce que le dernier film "J’accuse" de Roman Polanski a été nommé douze fois !

Cette année, c’est le film "Les Misérables" qui a remporté le titre le plus glorieux, trois César dont celui du meilleur film, mais "J’accuse" a néanmoins remporté lui aussi trois César (comme un troisième film, "La Belle Époque"), celui des meilleurs costumes (Pascaline Chavanne), celui de la meilleure adaptation d’un roman (Roman Polanski et Robert Harris, l’auteur du roman dont le film est inspiré), et enfin, et surtout, celui du meilleur réalisateur (Roman Polanski).

Roman Polanski a été donc récompensé très personnellement comme le meilleur réalisateur, et je m’en suis réjoui, comme je me serais réjoui si "J’accuse" avait été récompensé comme le meilleur film (ce qui n’a pas été le cas). Je l’ai déjà expliqué, j’ai beaucoup apprécié ce film qui a excellemment évoqué l’affaire Dreyfus par un angle détourné, un personnage moins connu (le colonel Picquart) et je suis convaincu que ce film sera "le" film qu’on fera voir aux scolaires pour parler de cet épisode pas très glorieux de l’Histoire de France.

_yartiPolanskiB02

En raison de la polémique qui n’a cessé d’enfler contre la venue de Roman Polanski, aucune personne ayant collaboré à ce film n’est finalement venue à la soirée présidée par Sandrine Kiberlain et présentée par Florence Foresti. Roman Polanski est ainsi couronné par les Césars puisqu’il a remporté, en soixante-cinq ans de carrière, dix César (dont cinq du meilleur réalisateur). Avec Jacques Audiard, c’est le plus césarisé de toute l’histoire des César.

Autant dire que ces César multiples (je n’évoque pas les autres et nombreuses récompenses internationales), attribués de façon continue à des époques très différentes, montrent que Roman Polanski est ce qu’on pourrait appeler un "bon réalisateur", qu’on l’apprécie ou qu’on le déteste. Je salue donc ceux qui attribuent les César de n’avoir pris en compte que le caractère de l’œuvre de l’auteur sans prendre en considération d’autres éléments.

Car soyons clairs, ces autres éléments, ce qui fait polémique depuis plus d’une dizaine d’années (mais pourquoi seulement depuis dix ans et pas depuis quarante ans ?), ce sont les faits qu’on reproche à Roman Polanski et notamment d’avoir abusé d’une jeune fille de 13 ans en 1977 aux États-Unis. Il a reconnu les faits, à savoir des rapports sexuels illégaux avec une mineure, il a purgé une peine de prison pour cette raison, et la victime en question, malgré les pressions très fortes, a tourné la page depuis longtemps et son seul souhait, c’est qu’on ne parle plus de cette affaire.

Avec l’initiative MeToo, en revanche, d’autres femmes ont elles aussi déclaré qu’elles avaient été des victimes de Roman Polanski. Je n’ai aucune raison de ne pas les croire, mais les faits sont prescrits et les preuves assez inexistantes (c’est d’ailleurs le problème dans ce genre d’affaires). Je suis incapable de savoir si Roman Polanski est coupable ou pas, mais ce que je sais, c’est que ce n’est pas à un tribunal médiatique de juger ce genre d’affaires, c’est à la justice, et si la plainte repose sur des éléments solides, une instruction judiciaire est ouverte. À ma connaissance, aucune affaire judiciaire n’existe en France contre Roman Polanski.

On pourra toujours dire que c’est injuste, mais il serait encore plus injuste de laisser les réseaux sociaux ou les médias faire justice eux-mêmes. Notre pays a des lois, généralement, elles sont appliquées et souvent sévèrement (par exemple, dans l’affaire Balkany) et je ne vois pas pour quelle raison Roman Polanski bénéficierait d’une sorte d’immunité judiciaire, et cela pendant deux ou trois générations de juges.

Je ne plaindrais évidemment pas Roman Polanski même si son histoire est particulièrement horrible : sa famille exterminée dans les camps nazis (dont sa mère enceinte), sa femme enceinte et ses amis massacrés à domicile par un pseudo-gourou sanguinaire, etc. Rien ne peut en effet justifier viols ou autres actes criminels si ceux-ci ont été commis. Mais encore faut-il qu’ils eussent été commis.

_yartiPolanskiB03

On pourra aussi se demander s’il faut séparer l’œuvre de son auteur. Flaubert avait déjà répondu à la question mais rien n’empêche non plus d’évoluer, ce fut sans doute le cas de Céline, mais aussi de Hergé (par exemple). Roman Polanski est devenu une sorte d’homme symbole, cible idéale mais injuste d’une cause pourtant juste et sincère, celle des femmes abusées sexuellement voire violées et qui ont toujours gardé le silence parce que traumatisées. Il faut que ces pratiques scandaleuses cessent, d’autant plus que les victimes sont jeunes, et il y a une lente mais heureuse progression de la société qui rejette de plus en plus ces comportements de "prédateur".

Mais pour autant, il faudrait rappeler qu’un film, ce n’est pas une œuvre individuelle, c’est le résultat d’un projet collectif auquel ont contribué des centaines de personnes. Récompenser le film "J’accuse" était mérité, et au-delà de son réalisateur, c’était récompenser aussi ces centaines de personnes, pas seulement les "têtes de gondoles" (acteurs, réalisateurs), sans lesquelles le film n’aurait rien été.

En d’autres termes, rendons à César ce qui est à César, et laissons la justice se faire par des juges et pas par des militants activistes qui peuvent parfois se tromper de combat.


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (02 mars 2020)
http://www.rakotoarison.eu


Pour aller plus loin :
Polanski césarisé au milieu des crachats.
Michèle Morgan.
Miou-Miaou.
Juliette Gréco.
Marina Foïs.
"Le Cercle des Poètes disparus".
Robin Williams.
Suzy Delair.
Michel Piccoli.
Gérard Oury.
Pierre Arditi.
"J’accuse" de Roman Polanski.
Faut-il boycotter Roman Polanski ?
Adèle Haenel.
Michel Bouquet.
Daniel Prévost.
Coluche.
Sim.
Marie Dubois.
Brigitte Bardot.
Charlie Chaplin.

_yartiPolanskiB04


Moyenne des avis sur cet article :  1.69/5   (39 votes)




Réagissez à l'article

38 réactions à cet article    


  • astus astus 5 mars 17:16

    « Chaque fois que cette notion de morale et ses soubassements politiques se sont emparés de l’art, c’est toujours la liberté dans son ensemble qui s’est vue mise en danger. » (Benjamin Sire) : 

    https://www.lefigaro.fr/vox/societe/ceremonie-des-cesars-quand-la-morale-s-empare-de-l-art-la-liberte-est-mise-en-danger-20200228

    Je ne vois pas pourquoi on ne pourrait pas réclamer que la justice fasse son travail pour punir Polanski s’il est coupable, et compatir avec les personnes qui l’accusent (probablement avec quelques raisons), tout en appréciant son travail de cinéaste. Imaginons un instant que Le Caravage, a la réputation très sulfureuse, revienne parmi nous...Faudrait-il le mettre en prison et aussi brûler ses tableaux ? 

    La moraline des émotions éloigne sans doute de la raison.






    • astus astus 5 mars 17:41

      L’art n’a pas plus de lien avec la morale et la justice que le coronavirus avec la fin du monde ou les complots, mais les esprits s’échauffent si vite quand la peur se répand...


      • Sozenz 5 mars 18:44

        tant que les gens seront trop cons pour ne pas être capable de séparer ,le talent l l oeuvre de l histoire de la personne . on ne sera pas capable d evoluer ;

        si une personne a une vie de débauche , mais des idées géniales , pourquoi cracher sur les idées ?

        ne pas être capable intellectuellement de separer les deux ; c est être dans le total émotionnel ;

        en tout cas , si l oscar n a pas ete donné à un autre c est peut etre que les autres font beaucoup moins bien ;

        quand on voit les merdes qui sont produites ... Voilà .


        • Sparker Sparker 6 mars 14:51

          @Sozenz

          Pareil pour Cantat ?


        • @Sparker La famille des Trintignant était incestuelle. Le drame couvait. Les femmes aujourd’hui, avec tous les écrits sur le sujet, ne peuvent ignorer ce qu’est un pervers narcissique : le plus beau cas étant Luc besson.


        • Sozenz 6 mars 17:47

          @Sparker
          i tu ne connais pas l histoire d une personne et que tu vois ses oeuvres et que tu les apprecies ; est ce que la valeur des ses oeuvres sont nulles si ce qu’ il a pu faire est ignoble ? *
          je crois que vous voulez me faire dire que j accepte ce que peut faire une personne si elle a du talent ;
           ma réponse est non ;
           mais je regarderais ses oeuvres avec le plus d objectivité possible .

          si les personnes ne veulent pas accepter la separation du talent et du fonctionnement mental et agissement . que l on interdise alors aux personnes criminelles tout art , ou toute recherche ou toute action dans le monde .
          faut aller jusqu’ au bout du truc .
          que plus personne aille voir certaines expos ; certains films , ne lisent plus certains livres ect ...

          je peux vous dire que vous n allez plus avoir grand monde .


        • Sparker Sparker 6 mars 18:05

          @Sozenz

          « que l on interdise alors aux personnes criminelles tout art , ou toute recherche ou toute action dans le monde »

          En quoi son talent pourrait absoudre ses crimes, il a été condamné il me semble.
          C’est peut-être dommage de perdre un talent, mais c’est un criminel d’abord.
          Personne ne peut l’empêcher de faire des films, sauf la justice, de là à en faire un couronné de lauriers faut pas pousser dans le hard core...
          Et si Holme ou Dutroux avait eu des talents de peintres reconnus, on aurait fait pareil ? eux n’avait pas ces talents apparemment et on a pas oublié que c’était des criminels.
          Il ne vous aura pas échapper que tout ce battage en fait une victime qui tente d’échapper à la prison, un comble...
          Ce film financé à hauteur de 25 millions de dollars sans soucis et fait pour comparer les « victimes » de metoo à l’injustice du cas Dreyfus, tout est mis en scène et on peut compter là aussi sur Polansky pour y avoir investi tous ses talents.
          C’est une contre-attaque et certainement un bon film mais il ne faut pas se laisser berner par le mobile.


        • Sozenz 6 mars 23:34

          @Sparker
          En quoi son talent pourrait absoudre ses crimes

          ce n est pas une absolution ;...vous tentez de me faire dire ce que je n ai pas dit . .

          C’est peut-être dommage de perdre un talent, mais c’est un criminel d’abord.

          Vous êtes pour le principe qu une personne qui a commis un delit ou un crime ne puisse plus se produire ou produire ;
          c est un point de vue qui se respecte ; pourquoi pas .
          dans ces cas là , oui on ne l accepte pas sur le territoire français ;oui on ne file pas des financements pour qu il tourne ses films ; on ne va pas voir ses films ; on ne va pas à la remise des oscars en protestation de la représentation du ou des films( on n attend pas la remise des oscars ;

          il aurait fallu montrer la désapprobation bien avant .
          je pense que ça va faire réfléchir les personnes sur ce qui est ou non possible et acceptable de faire .
          Apres quand on voit l ethique de nos politiciens ....
          donc il va falloir mieux choisir nos politiques , notre justice .
           il faut vraiment reflechir sur le monde que nous voulons et voir tout ce que cela peut engendrer .

          imaginez que vous ayez un genie pour realiser vos voeux ;
          et bien c est aussi voir l incidence que cela va engendrer selon vos choix .
           le juste milieu n est pas facile à trouver ; ça demande vraiment un esprit clair et de la justice humaine pour tous pour ne pas rentrer dans un monde de prison ; ou un monde du grand n importe quoi .
          les effervescences qui se font sur tout peuvent devenir un poison si tous les points de vues ne sont pas pris en compte .et comprendre les causes des problèmes

           


        • San Jose 5 mars 23:14

          J’ai commenté sous l’article de Nabum sur la même affaire, en disant que les avis sont partagés...


          • njama njama 6 mars 09:33

            « Pendant 25 ans, Roman Polanski a fait des films. Tous les acteurs qui étaient dans les films, personne ne contestait, tout le monde trouvait que c’était un grand réalisateur etc. Les affaires on les connaissait cependant. [...] Et tout d’un coup ça a déclenché un tollé chez les femmes et à juste titre. Les acteurs qui sont pris dans le film au départ n’ont rien à voir dans cette histoire : ils ont dit oui à des rôles, à une intention et un film, comme tous les autres acteurs de toutes les générations qui ont travaillé avec Polanski, malgré quand même ces affaires qui couraient déjà. Là où je ne comprends pas c’est qu’aucun acteur ni aucun technicien n’étaient là le soir des César. Ça veut dire qu’ils défendent non pas le film mais l’homme »

            Gérard Lanvin


            • rita rita 6 mars 09:35

              Surprenant que la France lui donne asile ?

              Après réflexion c’est dans la suite des choses, les gouvernants cachant leurs turpitudes sous le tapis de la morale à deux balles ne pouvaient que l’accueillir les bras ouverts !

              Dans la fange les « poux » se promènent en toute impunité !


              • Inquiet 6 mars 09:48

                Pourquoi l’affaire Polanski déchaîne les passions ?

                C’est simple même ceux qui revendiquent soutenir son oeuvre sont peu nombreux a le croire innocent. Nous parlons, de séparer l’oeuvre de l’artiste ou pas.

                Un humain normalement constitué, ne se basera pas sur une espère de pseudo-raison arrangeante : violer des enfants c’est mal.

                Faire de mal à des violeurs d’enfants c’est la moindre des choses. Les briser c’est le plus juste des traitements à appliquer.

                Notre humanité imbibée de réflexes portées à protéger les tout petits, veut faire en sorte qu’au minimum, que ceux qui seraient tentés de faire ça perdent tout, car un enfant pour beaucoup est tout.

                Vous pouvez parler de séparer ou non l’oeuvre de son auteur, du sexe des anges [...] le thème principal est : doit-on laisser faire du mal aux enfants et ne rien entreprendre suivant l’individu qui exerce cette infamie ?


                • Inquiet 6 mars 09:51

                  @Inquiet
                  Et pour moi cette médisance de l’élite autoproclamée envers le petit peuple est le paroxysme du crachat à la gueule : on nique les gosses si on veut et on nous érige, c’est un ordre.

                  C’est l’ultime combat de la bourgeoisie : ne plus avoir à se cacher, régner en tant que despotes absolus.


                • uleskiserge uleskiserge 6 mars 11:16

                  Faut-il dissocier l’homme écrivain, l’artiste... de son oeuvre ?

                   

                  Sans doute car on ne compte plus les artistes, les écrivains les plus brillants avec lesquels on aurait beaucoup de mal à échanger ne serait-ce qu’une poignée de main (quand ils sont encore de ce monde) sans avoir le sentiment de se salir. 

                   

                  L’indifférence méprisante de Polanski à la racine de laquelle on trouvera la recherche systématique d’une impunité qui défie le droit et la morale, la nature du soutien dont il bénéficie, la complaisance d’une arrogance inacceptable qui accompagne chaque intervention de ses soutiens... interdit, hélas, cette dissociation. 

                   

                  Artistes, écrivains… une fois trépassés, cela peut et doit changer sensiblement la donne à condition toutefois que de leur vivant, aucune complaisance, voire une complicité, n’ait accompagné leurs délits ou leurs crimes ( le viol est un crime !).

                   

                  Or, encore une fois : Polanski a bénéficié des années durant, et aujourd’hui encore, d’une complaisance aussi honteuse qu’impardonnable. 


                  • uleskiserge uleskiserge 6 mars 11:16

                    Notez au passage que tous les films de Polanski, les meilleurs de ses films, ne parlent que de ça : trouble de la personnalité, ligne rouge franchie sous l’emprise de pulsions irrépressibles ; pensez à Chinatown et la confession du personnage joué par « John Huston » qui, soit dit en passant, vole la vedette à tous les acteurs masculins de la distribution. Confession comme suit : « Peu d’hommes, au cours de leur vie, seront amenés à réaliser que dans certaines circonstances, on peut commettre le pire des outrages  » - référence à l’inceste et au viol en ce qui concerne Chinatown. Voyez « Le locataire », « Répulsion », « Tess » (encore le viol), la Jeune Fille et la Mort - confession du violeur : « J’ai aimé violer et le faire avec ces femmes terrorisées »......

                    Comme quoi, quand on ne veut pas voir... ni établir un lien entre l’œuvre et le comportement tel qu’il nous est révélé, de l’artiste.... 


                    • uleskiserge uleskiserge 6 mars 11:17

                      Le combat de ces femmes qui militent sans relâche pour le droit qui est le leur de dire « Non ! » sans que leur carrière à toutes soit ruinée (actrices, journalistes femmes, mannequins, animatrices de télé, femmes employées et cadres dans des centaines d’entreprises) est loin d’être gagné. 

                       

                      Sur les réseaux sociaux, c’est la presse de droite - Atlantico, Figaro, Le Point ; et d’extrême droite - Causeur (les mêmes qui sont pourtant d’une intransigeance sans limite à propos des accusations portées contre Tariq Ramadan soutiennent Polanski et dénoncent un lynchage du réalisateur), qui accueille et recueille les commentaires de soutien au réalisateur et à celles et ceux qui dénoncent le lynchage dont Polanski serait la victime... les femmes en priorité. 

                       


                      • uleskiserge uleskiserge 6 mars 11:17

                        80% des commentaires qui concernent l’affaire Polanski sont publiés par des femmes ; 8O% de ces commentaires sont défavorables à celles qui refusent de se taire à propos des délits et des crimes commis dans l’industrie cinématographique ; 100% de ces commentaires-là sont publiés sur les pages FB d’une presse de droite ( Atlantico, Figaro, Marianne - et pour l’extrême droite : Causeur.)

                         

                        Nous les hommes avons toujours su, tout en le regrettant, qu’il n’y a pas mieux qu’une femme pour cracher au visage d’une autre femme ! Cracher sur l’agression sexuelle dont elle a pu être la victime... 

                         

                        Voyez toutes ces actrices ( et acteurs) qui refusent de se prononcer ou qui soutiennent ouvertement Polanski : Deneuve, Ardant, Huppert ( elle déclarera : « J’ai pas suivi cette affaire ! »), Kiberlain et combien d’autres ..

                         


                        • uleskiserge uleskiserge 6 mars 12:45

                          @uleskiserge

                          Rajout en tête de paragraphe : « Sur les réseaux sociaux, 80%...................... »


                        • Le cinéma a sorti les femmes de l’ombre et leur a permis d’être des stars. Maintenant, elles crachent dans la soupe. Drôle de féminisme. Probablement celui des laissées pour compte,...


                          • agent ananas agent ananas 6 mars 14:31

                            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                            On peut regretter que le féminisme d’aujourd’hui est celui de la revanche et non de l’émancipation.


                          • Sparker Sparker 6 mars 14:58

                            @agent ananas

                            Vous vaez lu Polony vous...

                            Bof bof le féminisme est plus celui de l’émancipation en général, la revanche ce n’est que pour certaine. Déjà infériorisées vous voulez en plus en faire des sorcières.
                            Polony à tort et c’est une réac m^me si intelligente et cultivée et un tantinet de gauche.
                            Despentes à craché à la hauteur du crachat des césars et elle à eu raison bien que ce soit ponctuel et non pas la philosophie générale du féminisme.


                          • Emohtaryp Emohtaryp 6 mars 13:01

                            Paul en sky a eu une césarienne ?


                            • Étirév 6 mars 13:27

                              Dreyfus et les Mystères…

                              Faisons remarquer que les Mystères sont toujours fondés par trois femmes : un triangle. Et c’est de là que vient l’idée du tré-pied des Prêtresses. Dans la langue germanique, trois se dit drey et pied fus. Voilà donc un nom, Dreyfus, qui a une haute signification mystique.
                              La Prêtresse, pour enseigner, s’asseyait sur un trépied sacré, ordinairement d’or ou d’argent, devenu une espèce de petite table triangulaire qui existe encore dans les Loges maçonniques.

                              « Plus est claire et nette la vision du passé, écrivait Charles de Gaulle, et plus le présent s’éclaire. »


                              • zak5 zak5 6 mars 13:38

                                Il mérite bien plus que des crachats. Ce genre de vieillards, n’ont qu’un seul œil, l’œil tourné uniquement vers l’intérieur. Si les crachats pouvaient lui provoquer le moindre souci, y aurait bien longtemps qu’il serait dans le trou.


                                • agent ananas agent ananas 6 mars 14:56

                                  On pourra aussi se demander s’il faut séparer l’œuvre de son auteur.

                                  Bien sur dans notre monde sclérosé cela ne s’applique pas à Dieudonné et Soral dont l’anti-sionisme est devenu un crime bien plus grand que celui du viol, si l’on en juge le nombre de procès contre eux.

                                  En tout cas cette « dernière » cérémonie des Césars ressemblait plutôt au bal des vampires, dont l’assistance zombifiée célébrait le deuil du cinéma français, ultime mort après celles de la presse, de la télé, de la musique sous domination marchande et occupation communautaire.

                                  A lire cette tribune bien torchée qui remet les pendules à l’heure !


                                  • uleskiserge uleskiserge 7 mars 08:01

                                    @agent ananas

                                    L’essentiel a été obtenu : Polanski a renoncé enfin à parader.... même s’il a fallu lui expliquer cent fois la raison. 

                                     

                                    Aujourd’hui encore, sa lettre de renoncement prouve une fois de plus qu’il n’a toujours pas compris. Il faut dire qu’il y a autour de lui une telle complaisance à son égard..... (et dans la presse communautaire unanime à le soutenir et à dénoncer un acharnement douteux).... 

                                     

                                    Son positionnement victimaire (typique des hommes en faute) explique bien des choses : cet homme n’a tout simplement pas idée !.... Idée de ce qui se fait et ne se fait pas. Pauvre de lui !


                                  • AlbiProctor 6 mars 15:53

                                    Au-delà de la controverse, je pense que Polanski est un grand réalisateur ! J’adore la plupart de ses movies, mon préféré est « Le Pianiste »


                                    • Inquiet 6 mars 15:57

                                      @AlbiProctor
                                      Je comprends, « le Pianiste » qui permet d’avoir une touche sans violer personne.


                                    • OMAR 6 mars 17:24

                                      Omar9

                                      .

                                      @S. Rako : «  Roman Polanski a été donc récompensé très personnellement comme le meilleur réalisateur, et je m’en suis réjoui »

                                      .

                                      Al Capone distribuait de la soupe a tous les citoyens nécessiteux de Chicago.

                                      Vous devez donc vous réjouir de cet ignoble personnage qui se payait une personnalité et une conscience avec du fric issu du gangstérisme et du sang de ses victimes.

                                      .

                                      Pour vous, les valeurs humaines, c est comme l argent de l urine : ça n a pas d odeur.


                                      • Decouz 6 mars 19:19

                                        @OMAR

                                        Pablo Escobar aussi était aimé par la population, parce qu’il était généreux avec la population, après il y a eu des circuits touristiques autour de son habitation.

                                        et Mauriac, Camus et bien d’autres ont demandé la grace de Brasillac, alors quec’était un collaborateur, Mauriac l’a fait, au regard de l’oeuvre et du génie littéraire.

                                        Le même homme peut être un salaud et un génie, je ne suis pas partisan de mélanger les genres, morale et art, enfin c’est une vieille question.


                                      • OMAR 6 mars 19:50

                                        Omar9
                                        .
                                        @Decouz
                                        .
                                        Ma perception de la crapulerie n est nullement une vérité absolue.
                                        .
                                        Elle est personnelle mais ne souffre d aucune ambiguïté : un salaud reste un salaud même s il est un génie dans un domaine, qu il s appelle Brasillac, Polanski ou Tarik Ramadan.
                                         


                                      • popov 7 mars 04:09

                                        @OMAR
                                         

                                        un salaud reste un salaud même s il est un génie dans un domaine, qu il s appelle BrasillacPolanski ou Tarik Ramadan...

                                        ...ou Mahomet.

                                      • Ulyssien 6 mars 19:07

                                        Les problèmes de Polanski ressemblent ’étrangement’ à ceux de Julian Assange... ou de D.S.Kahn...

                                        Il a eu le tort après enquête suite au meurtre de sa femme  de dénoncer dès les années 1960 aux USA l’influence de réseaux pédo-criminels impliquant certaines personnalités de l’oligarchie américaine.

                                        Il a eu le tort de dénoncer dans certains films (ex : The Ghost Writer) l’influence avilissante des services secrets américains dans la vie politique de l’Union Européenne. Il a eu le tort de dénoncer les réseaux criminels des services secrets des USA liés aux intérêts économiques américains dans les dictatures d’Amérique du Sud...

                                        C’est donc un homme à abattre... De la même manière qu’Assange : une affaire de viol bidon. De la même manière que l’ancien président du FMI (DSK) qui avait soutenu l’établissement d’une monnaie parallèle au dollars et qui posait trop de questions sur le stock d’or des USA (même si lui ne se privait pas d’être un libertin...)...

                                        Les gogos et les pitresses crient et ne vérifient pas les ’preuves’... et sont bien incapables d’avancer le moindre commencement de ’preuves’... Il n’y en a pas. Ils colportent et diffament et on les manipule comme des pantins.

                                        Roman Polanski est avant tout un grand cinéaste, et courageux. 


                                        • popov 7 mars 04:14

                                          C’est pourtant simple : Que Polanski soit puni pour ses méfaits et félicité pour ses chefs d’œuvres.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès