• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Pour vivre heureux, vivons égaux

Pour vivre heureux, vivons égaux

Tel est le titre de l’ouvrage dont je viens de terminer la lecture. Un livre qui mérite d’être lu par le plus grand nombre et qui apporte un éclairage neuf sur un vieux problème, l’inégalité sociale.

A partir du XXème siècle et déjà un peu au XIXème, la question de la justice distributive s’est invitée dans le débat philosophique, principalement aux Etats-Unis. Les deux concepts au centre des controverses sont la liberté et l’inégalité. Parmi les philosophes réputés qui, soit ont blâmé l’inégalité sociale, soit l’ont implicitement défendue en décriant ce qui pourrait lui faire barrage, citons John Stuart Mill, John Rawls, Robert Nozick, Ronald Dworkin, Murray Rothbard, Michael Sandel. Au XXIème siècle, les économistes qui commencent à faire de l’inégalité un objet d’étude ; citons Joseph Stiglitz, Thomas Piketty, Emmanuel Saez.

Je termine justement la lecture d’un livre qui montre que les scientifiques[1] également se sont intéressés à l’inégalité et ses effets. Psychologues, sociologues, anthropologues, épidémiologistes ont multiplié les études à son sujet. L’ouvrage s’appelle « Pour vivre heureux, vivons égaux », traduction française (Les Liens qui Libèrent, 2019) de « The Inner Level » rédigé par deux épidémiologistes anglais de renommée mondiale, Kate Pickett et Richard Wilkinson. L’ouvrage est un essai de vulgarisation, mais il se base sur de très nombreuses études scientifiques. Comme l’écrivent les auteurs, « A ce jour, on compte plus de trois cents études consacrées à la santé et au taux d’homicide en lien avec l’inégalité dans différentes régions du monde » p.16).

Ce livre apporte de nombreuses données qui éclaireraient avantageusement les débats politiques portant sur les questions socio-économiques, raison pour laquelle je me permets de m’en faire le porte-parole.

Dans la suite du présent article, « inégalité » signifiera ampleur des écarts de revenus, à propos desquels diverses mesures ont été mises au point (coefficient GINI, décile contre décile, quartile contre quartile…).

La plupart des problèmes sociaux sont affectés d’un gradient social, c’est-à-dire qu’ils deviennent plus prégnants à mesure qu’on descend dans l’échelle sociale. Mais lorsque le niveau d’inégalité croît, ces problèmes dotés d’un gradient social affectent aussi plus durement la population considérée dans son ensemble. L’ouvrage comporte de nombreux graphiques présentant une régression (procédé statistique mettant en lumière la relation entre deux variables) entre d’une part le niveau d’inégalité d’un échantillon de pays et d’autre part la prévalence de tel ou tel problèmes sociaux. La conclusion est chaque fois que le problème affecte plus gravement les pays ou les régions à forte inégalité. Voici quelques exemples de variables détériorées par l’inégalité :

  • L’indice de santé et l’espérance de vie
  • La mortalité infantile
  • La prévalence des maladies mentales
  • Les addictions (drogues, alcool…)
  • La prévalence de l’obésité
  • La violence (taux d’homicide) et le taux d’incarcération
  • La réussite scolaire
  • Les grossesses précoces
  • La participation à la vie associative ou la politique locale
  • La prévalence de comportements narcissiques (*)
  • La tendance à l’empathie entre les membres de la communauté (*)
  • Les dépenses publicitaires en % du PIB, parce que les annonceurs savent que la population est plus portée sur la consommation ostentatoire
  • L’indice de bienêtre des enfants (*)
  • La mobilité sociale (position sociale des personnes par rapport à celle de leurs parents)
  • La diffusion de la culture classique, qui tend à devenir un marqueur de classe dans les sociétés plus inégalitaires

(*) Les psychologues et les épidémiologistes ont construit des indices et mesuré un vaste éventail de problèmes.

Les auteurs identifient le mécanisme mental à l’œuvre dans la dégradation du bien-être psychologique et de la santé tant physique que mentale : la menace d’évaluation sociale est source de stress et d’anxiété. Or dans les sociétés plus inégalitaires, la tendance à la comparaison de statut et la croyance que le statut reflète la valeur intrinsèque de la personne sont plus ancrées. Ce stress affecte toute la population mais plus encore les couches du bas de la hiérarchie sociale. Contrairement à une idée répandue, le stress est plus présent dans les classes inférieures que chez les leaders. C’est le sentiment d’absence de contrôle qui est le facteur majeur du stress. Les auteurs écrivent : « Plus une société est hiérarchisée, plus l’idée que nous sommes classés en fonction de notre mérite intrinsèque est profondément ancrée et plus chacun en vient à douter de sa valeur » (p.46). D’où des comportements visant à faire impression comme la consommation ostentatoire, le souci des apparences… Le sentiment de compétition est stimulé et la cohésion sociale en souffre, de même que le sentiment d’empathie. C’est ce stress qui, demandant une compensation, est à la base de beaucoup d’addictions. Les études montrent que les enfants des catégories moins nanties ressentent et intègrent ce stress.

L’être humain est hypersensible à la comparaison sociale et manifeste une aversion marquée envers l’état d’infériorité. Cette caractéristique s’explique par notre histoire primitive, ce qu’explique un très intéressant chapitre anthropologique.

Notre histoire a vu se succéder trois périodes :

  1. La période qui voit l’humain émerger progressivement du groupe des grands singes et se différencier tout en conservant certaines similitudes dans les mœurs et l’organisation sociale. C’est l’époque de la hiérarchie à outrance basée sur la force, où le mâle dominant dans la tribu se sert en premier de la nourriture ainsi que des femmes pour assurer la reproduction. Les individus inférieurs sont en permanence sur le qui-vive pour éviter de susciter l’ire des dominants. L’étude des groupes de chimpanzés révèle une tension permanente génératrice d’anxiété.
  2. Il y a environ 250.000 ans, les hommes commencent à chasser le gros gibier, ce qui les oblige à coopérer et leur apporte une certaine sécurité alimentaire. Ainsi commence une période d’égalité. Le groupe instaure des règles pour dissuader les individus de rechercher la domination. Les chasseurs-cueilleurs font montre d’une éthique de l’égalité. La nouvelle crainte des individus est d’être mis au ban de la société.
  3. L’époque actuelle, qui a commencé avec le développement de l’agriculture il y a 8 à 10.000 ans. Elle est marquée par le retour de l’inégalité.

Le cerveau de nos contemporains garde les stigmates des deux époques antérieures[2]. L’angoisse de la comparaison sociale et le stress de l’état d’infériorité sont un legs de la première ; la peur du rejet et une certaine aversion pour l’injustice nous sont légués par la deuxième. La nature humaine, fruit de cette évolution est contradictoire. Elle associe la compétition avec la coopération et la bienveillance. Des expériences révèlent une aversion pour l’injustice.

Après les effets de l’inégalité, l’ouvrage consacre un chapitre à ses causes et plus particulièrement au discours « méritocratique » qui explique les différences de statut par les différences de capacité. Selon les auteurs, les différences de capacité sont bien réelles, mais loin d’être la cause des inégalités, elles en sont la conséquence. Les conditions d’apprentissage des jeunes au sein de la classe défavorisée sont handicapantes. Ces processus de déclassement, qui commencent dès la naissance, sont analysés avec force statistiques. Il s’avère que la situation est clairement plus préoccupante dans les pays plus inégalitaires.

Les derniers chapitres sont plus directement politiques et, à mon avis, un peu moins intéressants car moins novateurs. L’aspect politique de la question ne doit pourtant pas être sous-estimé. La croissance économique est à même de rendre les pauvres moins pauvres, mais elle est impuissante à altérer les conséquences psychosociales du sentiment d’infériorité. Un système social moins inégalitaire serait aussi plus soutenable écologiquement, car la fuite en avant dans la consommation ostentatoire perdrait de sa vigueur.

Les auteurs posent la question : y a-t-il une niveau d’inégalité optimal ? Il est impossible d’y répondre absolument. On se bornera à remarquer que le niveau d’inégalité des pays scandinaves, le plus bas parmi les pays développés (avec le Japon), est celui qui, empiriquement, fut associé au plus grand bien-être psychosocial.

 

[1] Je devrais dire « les autres scientifiques » puisque l’économie politique est une discipline scientifique.

[2] « Les individus qui occupent les échelons inférieurs dans la hiérarchie de statut présentent des taux plus élevés de fibrogène, facteur de coagulation sanguine et liée au stress. Vestige d’une situation où les individus dominés devaient craindre les blessures.

Des études indiquent également que dans les sociétés plus inégalitaires, les femmes tendent à être plus séduites par les caractéristiques physiques représentatives de la masculinité.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

24 réactions à cet article    


  • Clocel Clocel 15 mars 11:32

    Même dans un troupeau de moutons l’égalité n’existe pas...


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 15 mars 11:35

      @Clocel

      la liberté et la fraternité non plus, d’ailleurs. Etre grégaire n’est pas être fratenel.


    • Clocel Clocel 15 mars 11:39

      @Séraphin Lampion

      Preuve que la révolution française était bien une grosse enculade, allez faire entrer ça dans les tronches conditionnées par dix ans de goulag scolaire et les messes cathodiques du 20 heures...


    • samy Levrai samy Levrai 15 mars 12:46

      @Clocel @ seraphin Lampion
      Devons nous donc tendre vers l’esclavage, l’inégalité et la haine des siens ? 
      Naitre libres et égaux en droit est il une infamie ?
      Etre sujet par droit divin serait il enviable ?


    • Clocel Clocel 15 mars 12:54

      @samy Levrai

      Hé Hé Hé... Sérieux !? smiley


    • samy Levrai samy Levrai 15 mars 14:22

      @Clocel
      Très sérieux, comprends tu ce que veut dire tendre vers quelque chose ? on peut sérieusement tendre vers le contraire et c’est ce qui semble se faire sous la domination impériale américaine.
      C’est très gentil d’ailleurs de tendre vers la doxa et chier sur tout ce qui est français.
      Liberté, égalité, fraternité sont la devise de la seule Veme Republique.
       


    • Clocel Clocel 15 mars 15:34

      @samy Levrai

      La république n’a pas attendu la cinquième pour être pourrie jusqu’à l’os, le ver était dans le fruit dès le départ, c’est une œuvre communautaire avant tout, qui ne convenait pas au peuple français, d’où les boucheries nécessaires successives pour installer le logiciel, jusqu’à l’anéantissement de notre identité dont nous sommes les témoins.


    • gnozd gnozd 15 mars 19:41

      @samy Levrai

      J’ai l’impression que les sociétés européennes étaient parfaitement inégalitaires bien avant la « domination impériale américaine » !
      D’ailleurs, on parle de nos sociétés occidentales, mais quid des autres ????
      Egalitaires, really ?!


    • gnozd gnozd 15 mars 19:44

      @samy Levrai

      Il me semble que la société était bien inégalitaire avant la « domination impériale américaine » !
      Et au fait, on parle toujours de nos sociétés occidentales mais quid des autres ?

      Egalitaires, really ?


    • gnozd gnozd 15 mars 19:45

      @gnozd

      Désolé pour le doublon...


    • samy Levrai samy Levrai 15 mars 20:46

      @gnozd
      Quelle est l’offre si cool autour de nous ou dans l’Histoire ? quel serait l’organisation politique à atteindre ? 
      Que viser ? L’inégalité par principe parce que c’est dans la loi de la jungle  ? l’esclavage parce que la liberté ne serait qu’un leurre et que nous sommes inégaux ? La division et la haine plutôt la solidarité et l’entre aide ? 
      On peut entrer dans les religions chères à l’Empire avec le catholicisme vs protestantisme ou écouter/ lire Emmanuel Todd, son approche est intéressante si tu cherches les différences d’approche culturelles, historique.


    • samy Levrai samy Levrai 15 mars 20:55

      @Clocel
      Je ne vois pas les choses comme cela... La Veme a été approuvée par l’écrasante majorité du peuple français, elle n’est évidement pas parfaite mais globalement elle est loin d’être à jeter avec l’eau du bain.
      Elle a surtout été dénaturée ( par corrections successives) et est bafouée par les gentils europeistes et leur traités.
      Je me demande bien ce que tu peux fantasmer comme identité et le système politique que tu cherries...
      Préfères tu l’Histoire anglaise à celle de la France ? ou celle des italiens ? celle des allemands ? celle de la Horde ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 15 mars 11:34

      Le manifeste des égaux est le texte fondateur de la « conjuration » du même nom, animée par Babeuf. Un texte à relire.


      • Aimable 16 mars 21:22

        @Séraphin Lampion
        Du manifeste des égaux vous auriez pu dire aussi des égos , ce qui correspondrait plus a la réalité .


      • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 15 mars 16:29

        Le vrai problème d’inégalité de notre société, c’est le problème d’inégalité des représentations des idées intellectuelles par les non élus qui font la dictature des opinions.

        L’école et les universités, sont une armée d’occupation de militants gauchistes qui fabriquent dans les sciences humaines, sociales ou politique des diplômes en socialisme. 

        Les journalistes, les médias, ces premiers des classes universitaires ou l’on ressort avec son diplôme en socialisme imposent une inégalité des sujets qui intéressent la population.

        L’égalitarisme est une utopie gauchiste. Ca n’existe pas. Mais c’est un sujet qu’imposent le monde gauchiste à la société.

        Il y a des grands, des petits des beaux des moches, l’important c’est que chacun trouve de quoi faire son bonheur, pas qu’on crève un œil a Miss Univers, sous prétexte qu’elle est trop belle et inégale aux autres pour la rendre plus égalitaire.


        • ZenZoe ZenZoe 15 mars 17:46

          @Spartacus Lequidam
          Il y a des grands, des petits des beaux des moches, l’important c’est que chacun trouve de quoi faire son bonheur

          Exact, bien résumé.


        • Paul Jael 15 mars 20:51

          Je constate que la majorité des intervenants ignorent le contenu de mon article et ne vont pas plus loin que le sentiment qu’ils ressentent au prononcé du mot « égalité ». Il s’agissait ici d’études effectuées par des épidémiologistes et des psychologues sur le lien entre le niveau d’inégalité (par exemple celui des Scandinaves, pas besoin de se référer à des utopies) et divers problèmes qui affectent directement le BONHEUR des membres de la communauté. Est-ce vraiment une question si secondaire ???


          • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 15 mars 22:00

            Ce sont des études biaisées dès le départ par le profil des militants qui les écrivent et des données cherchés comme des méthodes.

            Le but de ce genre de bouquins écrits par ces gauchistes consiste a aller chercher des stats, qui essayent de prouver leur idéologie égalitariste qui essaye de prouver que l’inégalitarisme serait un reflet d’une mauvaise société et qu’évidemment leurs utopies Collectivistes et anti-capitalistes seraient une solution.

            Un procédé qui montre une surabondance de résultats statistique mettant en lumière une relation entre deux variables est un paradoxe de Simpson.

            La causalité que l’on trouve généralement dans de telles études ne peuvent pas être considérés comme une recherche scientifique.

            La courbe des supermarchés avec des drives correspond à la baisse des acheteurs de minitel. Correspondance n’est pas causalité

            C’est un énième rabâché remplis de toujours les mêmes raccourcis faussés.

            L’’espérance de vie comme la mortalité infantile n’est pas calculée de la même manière d’un pays à l’autre. Toute comparaison est caduque. POINT

            Les addictions, l’obésité sont culturelles ou sont liés aux modes de vie, la génétique et des facteurs environnementaux locaux par les inégalités.

            Sachant que 50% des Américains ont une fois participé à une vie associative cela devrait être un paradis égalitaire.

            Les Suisse ou Monaco paradis de l’inégalitarisme devraient avoir un nombre de problèmes sociaux a foison selon le texte.

            Une inégalité de revenu n’est pas une inégalité réelle. Une inégalité se mesure au pouvoir d’achat.



            Expliquer que la consommation est le problème est une farce de gauchiste.


            C’est au contraire la croissance rapide, les fins de la planifications l’encouragement du commerce, et des flux que les inégalités se réduisent. La Chine actuelle en est l’exemple.

            Changez de lectures. 

            Essayez Human progress. Fee.org. Aier.org

            Ici une vraie étude sur les inégalités (sur les USA)

            https://www.justfacts.com/income_wealth_poverty


          • Albert123 16 mars 08:25

            @Paul Jael

            de quel bonheur parlez vous ?

            votre égalitarisme c’est l’enfer, un délire totalitaire de plus pondus par des universitaires déglingués qui feraient mieux de retourner dans les champs plutôt que de produire ce genre de bouse nuisible


          • Paul Jael 16 mars 12:21

            @Albert
            Imaginez la société française telle qu’elle est, sauf qu’on aurait divisé par deux les écarts entre riches et pauvres. D’après vous, ce serait l’enfer, le résultat d’un délire totalitaire. Comme le chien de Pavlov, vous avez un réflexe conditionné... quand vous entendez le mot « égalité ». Dans le cas présent ce mot ne signifiait pas l’égalité absolue mais une réduction de l’inégalité.
            Je suis personnellement favorable à l’économie de marché et comme beaucoup d’économistes, je pense qu’elle pourrait aussi bien et même mieux fonctionner avec moins d’inégalité qu’il n’y en a actuellement.


          • Paul Jael 16 mars 12:28

            @Spartacus Lequidam
            Quand les résultats d’une étude vont dans votre sens, vous la trouvez intéressante ; quand elle vont en sens contraire, c’es qu’elle ne peut être que truquée.
            Quand vous entendez parler d’égalité, vous voyez directement du stalinisme, ce qui est doublement faux : 1 parce que cette société était loin d’être égalitaire et 2 parce que l’économie de marché est compatible avec une bien moins d’inégalité qu’il y en a aujourd’hui.
            Je précise aussi que la société suisse n’est pas parmi les plus inégalitaires.


          • Albert123 16 mars 17:47

            @Paul Jael

            « Comme le chien de Pavlov, vous avez un réflexe conditionné... »


            Oubliez Pavlov, il est juste question de morale aristocratique totalement incompatible avec la votre, celle du ressentiment. 


            je préfère juste la justice à l’égalité, de même que je préfère la vérité au groupe.


            c’est d’ailleurs ce qui distingue l’excellence de la médiocrité.








          • mmbbb 16 mars 21:05

            @Paul Jael la semaine derniere , il y a eu une video , de M Brighelli prof agrege dressant un réquisitoire severe contre l effondrement de l education nationale .
            Cette institution a ete dévoyée par le dogme de « l egalité » La France a désormais un pietre niveau et un pays tel Singapour reprenant les methodes traditionnelles mais en les dynamisant obtient d excellents resultats Et désormais les francais ont un niveau general tres moyen
            Par ailleurs , ce prof evoque un secret de polichinelle à savoir l octroi de derogation de la carte scolaire afin de choisir les meilleurs etablissements notamment un sport national chez les Bo bos qui récitent ce bréviaire tel que vous l avez enonce . De l hypocrisie telle que les Francais s en repaissent .
            Si vous vouliez une reduction de l inegalite , il faudrait déja que l enseignement soit tire par le haut avec d excellents profs et non pas des universites politisees ou domine desormais le diktat de ceux ci , theorie du gente racialisme , indigenisme , et ecriture inclusive .
            C est de la fiente a la place de l intelligence que l on veut mettre dans les cranes 
            Vous agitez de vieilles chimeres cela ne marche plus !
            Ps Notre pays consacre pres de 56 % de son PIB dans ses dépenses publiques 
            Un des plus hauts des pays de l OCDE 
            Vous crachez tellement sur les riches , que les tres riches pouvant se tirer ne sont plus domiciliés fiscalement en France . Eux ont eux les codes et ils n ont pus de patrie 
            La ou je me bidonne est la fille de votre mentor , Regis Debray , elle est tradeur 
            Elle a bien retenu la lecon de son papa révolutionnaire : 
            En revanche , votre gauche est pour la tiers mondialisation , c est déjà en marche 
            je doute que cela puisse perdurer 
            Le probleme avec des grands auteurs tel que votre auguste personnalité est que vous croyez que l on rase gratis . Vous etes un pauvre naze 


          • Jonas 16 mars 13:04

            L’inégalité en Occident existe , mais elle est combattue . Et même si tous les pays Occidentaux venaient à être tous égalitaires , ce qui est pratiquement impossible. , est-ce que les pays d’Asie, d’Afrique et du Proche et Moyen -Orient , plus nombreux en termes d’habitants suivront ? 

            En France , nous battons le record absolu du nombre , de sociologues ,anthropologues , historiens , psychologues , psychanalystes et autres, qui passent leur temps à ausculter la France et les Français au scalpel , comme si avec nos 1% d’ habitants de la terre , nous représentons , tous les pays du monde.

            L’Etat devraient établir un -numérus clausus  sur les disciplines citées plus haut et s’atteler à inciter et à former , les étudiants et les jeunes à penser à la création d’entreprises , car seules ces dernières redonnerons l’espoir et jugulerons le chômage et les inégalités, chez nous en France. 



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité