• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Préservatif antiviol : l’invention surprenante qui fait (...)

Préservatif antiviol : l’invention surprenante qui fait polémique

 

Le préservatif antiviol serait-il une fausse bonne idée ? Il y a quelque temps, une docteure sud-africaine du nom de Sonnet Ehlers, dévoilait sa dernière invention : Rape aXe. Très vite surnommé le préservatif antiviol, il s’agit en fait d’un dispositif que les femmes peuvent porter comme un tampon. Muni de crampons tranchants à l’intérieur, il provoque une douleur vive dans les parties intimes de l’agresseur qui reste alors prisonnier de ce redoutable moyen de défense.

En quelques heures seulement, l’annonce a fait le tour de la planète. De nombreux médias ont ainsi repris la nouvelle avec enthousiasme tandis que l’inventrice elle-même disait vouloir faire en sorte que “la peur change enfin de camp”. Pourtant, cet engouement est loin de faire l’unanimité. Et pour cause, bien que partant d’une bonne intention, cette invention pose plusieurs problèmes dont l’un des plus importants : le préservatif antiviol ne protège pas du viol. 

 

 

En effet, pour que l’agresseur puisse se retrouver piégé et blessé, une pénétration doit avoir lieu. La victime est alors dans tous les cas exposée à un acte traumatisant et douloureux. Mais il est également indispensable de souligner que le viol ne se limite pas à une pénétration vaginale. Effectivement, toute action sexuelle exercée sous la contrainte ou la surprise est considérée comme un viol. Rape aXe se révèle donc totalement inutile en cas d'attouchements, de fellation forcée ou de pénétration non consentie par l’anus.

Alors, y a-t-il vraiment lieu de se réjouir face à une telle invention ? Non, selon les militantes du collectif Nous Toutes qui considèrent qu’il s’agit d’un dispositif “absurde, inefficace et profondément dangereux”. Pourtant, de nombreux commentaires sur les réseaux sociaux ont salué l’initiative de cette docteure. Néanmoins, si la question soulève de vifs débats, il apparaît clair que ce dispositif ne répond pas au réel problème qui se pose alors dans nos sociétés : comment faire en sorte que les hommes ne violent plus ? Car il s’agit ici avant tout, d’un dispositif à l'intention des femmes. Une fois de plus, on leur fait porter la responsabilité de se protéger contre une éventuelle agression. Cela n’enlève donc rien à la peur d’être violées ou à leur statut constant de proie potentielle. 

 

 

Si l’on souhaite vraiment que la peur change de camp, il importe donc d’agir bien avant qu’une pénétration ait lieu. Car chercher à punir l’agresseur de cette manière, c’est sous-entendre que l’homme ne violera pas seulement s’il a peur d’une punition physique ou de démêlés avec la justice et non pas par respect pour les femmes. 

C’est pour cela qu’il est primordial de prendre des mesures concrètes pour insuffler dans toutes les mentalités que NON veut dire NON. Aujourd’hui, il faut viser directement les auteurs des violences et non pas dire aux victimes de mieux se protéger. Quant aux nouvelles générations, il est important de les éduquer, de les sensibiliser et de leur expliquer dès le plus jeune âge l’importance du consentement et du respect de l’autre. Le vrai enjeu aujourd’hui, c’est donc de tendre vers un monde où il n’y a pas besoin de transformer son intimité en vagina dentata pour mettre fin à la culture du viol.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

20 réactions à cet article    


  • Gégène Gégène 8 juin 11:36

    « Car chercher à punir l’agresseur de cette manière, c’est sous-entendre que l’homme ne violera pas seulement s’il a peur d’une punition physique ou de démêlés avec la justice et non pas par respect pour les femmes »


    vu comme ça, il est devenu inutile de réprimer les violeurs. on se contentera désormais de les éduquer au respect d’autrui  smiley smiley smiley)


    • Stefania Z 8 juin 19:02

      @Gégène

      Le viol est un crime qui doit et qui est puni par la loi. Mais dans la phrase que vous avez reprise, il s’agit surtout de dire que ce dispositif ne permet pas de contrer la source du problème ni même de prévenir une agression. Cette invention repose en quelque sorte sur l’unique espoir qu’un éventuel agresseur aura peur d’une punition physique lorsqu’il passera à l’action ce qui pourra alors l’arrêter. Pourtant, cela ne l’empêchera pas de passer à l’action (comme c’est précisé dans le reste de l’article).



    • robert 8 juin 12:07

      Lol, autrefois le problème était vite réglè


      • Stefania Z 8 juin 19:04

        @robert

        N’y voyez vous pas une très légère ressemblance justement ? smiley


      • ETIENNE 9 juin 15:36

        @robert
        Je crois que c’est un mythe qui date de la renaissance


      • HELIOS HELIOS 8 juin 12:46

        ... en supposant que la femme ...

        dans son cerveau reptilien (si, si, elle en a un aussi) et qui serait pris dans sa partie instinctive (et non pas pour « faire le mal » comme certains l’expriment)  

        ... ne cherchent pas ...

        (y compris a son corps defendant et en dehors de ses parties limbiques et neo-cortex)  

        ... le viol comme une partie de sa propre survie animale...

         (ce qui expliquerait une partie non négligeable des agressions involontaires qu’elles subissent) 

        ... alors le viol devient une simple dérogation culturelle a une société qui s’idealise, se conplexifie et surtout devoloppe son espect plus hautement spiriruel !

        Donc, il est important a ce stade de comprendre que :

         (Le viol est provoqué par une difference significative du stade d’evolution culturel et social disons civilisationnel  et que les hommes (mais les femmes aussi) qui en arrivent a violer ne sont que des individus n’ayant pas encore atteint le même niveau culturel que les autres) 

         (La société en est de fait hétérogène et cela se traduit, évidement par le viol, mais aussi par toutes les actions qui vont a l’encontre du développement social comme le non respect des autorités, le non respect des règles, la violence, le vol, le meurtre... ce qu’on appelle souvent des « associaux ») 

         (Sans excuser ces associaux et surtout en considerant la douleur de celles qui subissent il y a peu de solutions a ce problème 

        Alors on choisi de considerer qu’on ne peut accepter ceux qui entrent qu’apres :

         (une mise a niveau (difficile et peut-etre illusoire car des siècles de Culture....)

         (Une severité dissuassive des actes delictueux... pouvant aller sans doutes a une castratation chimique)

        Le contrôle de l’acces a notre civilisation, je sais que cela n’arrivera pas, que voulez vous, les droits de l’Homme, ne s’appliquent pas à la femme, pas plus qu’aux victimes de l’hétérogénéité, du multiculturalisme tant que ceux qui décident n’en sont pas victimes ! Les points de compatibilités sont peu nombreux !

        Vous pouvez moinsser j’espère que vos petites filles apprécieront si cela arrive un jour ; continuez de voter pour LFI, LREM, LR, etc... ce sera plus efficace que les historiques lames de rasoir dans le vagin des vietnamiennes. Pour ceux qui ne savent pas... 


        • zygzornifle zygzornifle 8 juin 16:06

          Certains maris peuvent avoir la désagréable surprise le soir après s’être engueulé avec bobonne ....


          • zygzornifle zygzornifle 8 juin 16:06

            A se mettre dans l’anus dans certaines occasions, prison ,religion, arrestation par la police etc ...


            • Albert123 8 juin 17:20

              « Si l’on souhaite vraiment que la peur change de camp »


              pourquoi voudriez vous que l’on échange notre sereine et sage tranquillité d’individus sains contre le délire narcissico-paranoïde des hystéro-détraqués ?


              « Le vrai enjeu aujourd’hui, c’est donc de tendre vers un monde où il n’y a pas besoin de transformer son intimité en vagina dentata pour mettre fin à la culture du viol. »


              il n’y a aucune culture du viol en France. commencez par arrêter d’américaniser la France ça nous fera des vacances.


              • Stefania Z 8 juin 19:09

                @Albert123

                Aucune ? Êtes-vous certain de vos propos ? Avez-vous déjà eu l’occasion de discuter avec une ou plusieurs femmes françaises qui vous ont décrit leur quotidien ? Prendre les transports en commun, porter une jupe dans la rue, rentrer tard le soir seule... Il est impossible d’ignorer qu’aujourd’hui, en France et dans d’autres pays, on entend encore trop souvent des propos comme « elle l’a cherché » ; « t’as vu comme elle est habillée » ; « t’avais qu’à pas boire  », etc. À mon sens, ce type de comportement définit justement la culture du viol. Quelle serait votre définition ?


              • Albert123 9 juin 08:46

                @Stefania 

                « À mon sens, ce type de comportement définit justement la culture du viol. Quelle serait votre définition ? »

                mais on s’enfout de vos définitions, de votre perception biaisé idéologiquement du monde ou encore de votre délire entre copines narcissico détraquées, 

                Il n’y a pas de culture du viol en France. 

                mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde, un art où les gens comme vous excellent.


              • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 8 juin 17:28

                Une femme achète un paquet de cigarettes et sort un billet de 200 euros.

                La buraliste passe le billet dans une machine et le refuse, parce que c’est un faux billet.

                « Ah le salaud, dit la dame, mais alors, c’était un viol ! »


                • sylvain sylvain 8 juin 20:31

                  @Séraphin Lampion
                  vous voulez dire que de conditionner l’accès a la société, pour les femmes, à l’usage de leur sexe, que ce soit dans le mariage ou dans la prostitution, est a l’origine de la culture du viol dans les sociétés patriarcale traditionelles ??

                  ou c’est seulement une blague sexiste ??


                • HELIOS HELIOS 10 juin 19:04

                  @sylvain

                  En lisant la blague, cela me fait rire car l’humour provient du décalage.... il n’y a rien de sexiste la dedans..

                  On pourrait adapter l’historiette avec un jeune homosexuel.


                • sylvain sylvain 8 juin 20:35

                  je me rappelle avoir lu un bouquin de cyber punk ou il y avait un truc de ce genre, mais il y avait en plus un sédatif sur les piques .

                  Parcequ’un violeur qui se fait pincer la bite doit pas être de super humeur après .


                  • cyrus cyrus 8 juin 20:59

                    @sylvain

                    si je ne fait pas erreur, c’est dans le recueil de william gibson
                    (« https://fr.wikipedia.org/wiki/Grav%C3%A9_sur_chrome »)

                    Ce dispositif, ne me gêne pas, il permet d’établir un flagrant délit, défaut d’être dissuasif pour d’autre abus comme le met en évidence l’auteur. 

                    C’est une arme de sixième catégorie (en droit français) tout à fait acceptable malgré son port dissimulé puisqu’elle ne peut blesser qu’un agresseur ...

                    Une femme qui en ferait usage au domicile conjugal serais poursuivi pour mutilation volontaire.

                    Mais comme le dit a juste titre l’auteur, ce n’est pas une panacée, 
                    l’éducation des hommes (mais aussi des femmes est un préalable bien plus utile)


                  • sylvain sylvain 9 juin 11:18

                    @cyrus
                    ce n’est pas une panacée

                    c’est sur, surtout le jour ou la nana voudra se faire un pti calin et aura oublié qu’elle portait ce truc


                  • LeMerou 9 juin 07:20

                    Il est vrai que le viol est un acte inacceptable, renvoyant très vite l’homme dans ce qu’il est, non pas de plus vil, mais animal. Et hélas ce n’est pas prêt de changer.

                    Mais tout cela va vite se régler dans le temps, grâce à la PMA, terminé les « pulsions animales » de l’homme, Hop un peu de bricolage des gènes (c’est à la mode et en test en ce moment) et ont produira de gentils « mougeons » .

                     Pierre-Charles et ont avait une descendance qu’en dis tu ?

                     Absolument Anne-charlotte, prenons rendez vous à ’institut de la reproduction

                    ndlr : En plus remboursé par la sécu........

                    Quoiqu’il en soit, actuellement ont ne peut pas éviter la « décérébration » qui survient chez certains.... Par quoi est elle favorisée aussi ? La est la question et peut être une partie du problème.


                    • ETIENNE 9 juin 08:56

                      Inventrice ????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Stefania Z


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité