• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Qu’est-ce qui est « violent » ?

Qu’est-ce qui est « violent » ?

Qu'est-ce qui est "violent" ? ... Le mot est sempiternellement répété ces dernières semaines, notamment par les petites bouilles dérisoires de journalistes éperdus, tandis que les gouverneurs jouent les effondrés.

 

Naturellement, tout cela n'a vocation qu'à défendre leurs obsessions (ce sont des obsédés) et ils s'enfoncent dans le pitoyable. Bref : ils ne sont pas à leur place, tous ces journalistes et tous ces gouverneurs, quand ils se plaignent de subir des violences, ou que les forces de police subissent des violences. La possibilité de la violence est précisément leur affaire, et l'Histoire ne pratique pas de justice "angélique".

Alors, qu'est-ce qui est "violent" ? ... En fait, tout peut l'être, question de perspective, c'est ce que disait en substance l'un de mes article en lien.

Néanmoins, est-il décidément "violent" de s'emparer d'un lieu symbolique dans le chahut ? ou bien est-il violent de s'emparer des moyens de subsistance et de la dignité des masses, masses qui alors chahutent de perdre leurs moyens de subsistance et leur dignitié, tandis que les fake apitoiements des journalistes et des gouverneurs jouant les effondrés, en rajoutent une couche privative et indigne ? Ce ne sont pas des dirigeants valables.

Au jeu fallacieux (fake) des moues contrites, c'est à un instinct de charité simili-catholique (catholique, néo-catholique ou post-catholique) culturellement assez bien ancré en France (anciennement "fille aînée de l'Eglise") que nos pontes font appel - alors qu'ils n'en ont techniquement pas besoin, de charité, en dehors de leurs stratégies communicationnelles d'autoconservation. Ils veulent nous désarmer sentimentalement dans leurs ressentiments contre nous. C'est que le catholicisme est préposé au masochisme dans l'âme, et qu'il s'agit de nous faire aimer cette servitude française ! Mais ça fait pitié et suscite le mépris : ce ne sont pas des dirigeants valables.

En effet, charité bien ordonnée commence par soi-même, donc par le peuple. De plus, l'imaginaire de la IIIème République qui a défini la France contemporaine s'appuya sur le héros celte, le Vercingétorix gaulois. Or ce héros, non content d'être héroïque, a la particularité de savoir se sacrifier non pas masochiquement mais - pour son peuple. Aussi une dissolution de l'assemblée nationale ou une démission présidentielle, serait une belle preuve de gauloiserie et de celtisme contemporains, c'est-à-dire de respect populaire. Voilà qui serait de valable dirigeance.

L'étymologie de vie est la même que violence, le latin vis pour force. Sans l'une, vous n'avez pas l'autre ; sans force, vous n'avez que la faiblesse ; or les motions agressives sont de toute éthologie, des motions défensives.
La meilleure défense, c'est l'attaque, voilà pourquoi les jounrnalistes et les gouvernements attaquent sur "la violence" avec pour arme "la charité". Ce ne sont pas des dirigeants valables.

Qu'on en finisse enfin avec ce coeur-ronce. Les Celto-Gaulois ne faisaient pas autrement que bouter les rois (titre non-héréditaire chez eux) qui ne garantissaient pas leur prospérité : cette tradition est valable, et si elle est violente c'est parce qu'elle est vivante. Sans force, elle ne serait que faiblesse.

 

 

Moyenne des avis sur cet article :  1.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • picpic 5 décembre 13:18

    Je me suis toujours demandé dans quelle mesure « l’acte » qu’on point du doigt comme étant le violence...n’était pas en réalité, l’acte qui tente de provoquer la fin d’une « violence » située ailleurs ?

    Vous savez...des conflits entre couple, sans violence physique peuvent dégénérer à un point tel que l’un des deux se suicide !

    Et dans ces cas, on estimera qu’il n’y a eu aucune violence...

    je pense aussi que les bons vieux duels permettaient aussi de juguler une violence qui si elle n’avait pas été stoppée au niveau du duel, aurait pu dégénérer et provoquer encore plus de dégât.

    je m’interroge beaucoup sur ce qu’est vraiment la « violence ».

    Mesurez aussi le terroriste qui vient se faire exploser dans une foule...tout le monde pointe du doigt la violence de l’explosion comme étant la seule chose impardonnable...hors, pour qu’un homme parvienne à une telle extrémité, il fallait en amont de son acte, une violence et une souffrance inouïe.

    le simple fait de manipuler un homme pour le pousser à agir contre lui même est une violence incroyable.

    La sexualité est profondément anti social et génère des violences insupportables chez certains individus.

    certains hommes n’ont de leur vie, jamais accès à l’amour d’une femme, tout en devant supporter les films et publicités qui vantent le bonheur d’être aimé et d’avoir accès à une sexualité épanouie et si par malheur, ces hommes doivent s’infliger la violence de devoir payer pour du sexe, on les dénonce.

    cette société humaine est d’une violence inouïe et tout ça peut fonctionner, parce que la plupart des individus sont borgnes, ils refoulent tous, ils nient leur part d’ombre.


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:01

      Je me souviens avoir discuté avec des amis à Paris en 1987 pour savoir ce qui était le plus violent. Une gifle ou une parole blessante. Personne n’a tranché (si je puis dire). 


      • Balkanicus 5 décembre 14:05

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Le plus violent pour un sourd, c est sans nul doute la gifle....


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:11

        @Balkanicus

        s’il est voyant, il reste le langage des signes,..https://vectortails.skyrock.com/769371944-doigt-d-honneur.html.


      • Balkanicus 5 décembre 14:18

        @Mélusine ou la Robe de Saphir.

        Et si il ezt aveugle egalement ?

        Quelle pied ! Comment faite vous ca ?


      • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 14:27

        @Balkanicus

        attention ça colle


      • Balkanicus 5 décembre 14:34

        @Xenozoid

        Est ce que vous avez deja essayer de coller de la colle avec de la colle ?


      • Xenozoid Xenozoid 5 décembre 14:38

        @Balkanicus

        elle a la robe faissont en de la colle pour papier peint, a défault de savons...a prendre au moins ,au 256 eme degré dans l’échelle de la sycronicité


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 5 décembre 14:08

        Pourquoi l’héroïne du film Divergente choisit le groupe des Audacieux alors qu’elle est perçue comme « altruiste ». Elle a compris. 


        • Balkanicus 5 décembre 14:21

          @Mélusine ou la Robe de Saphir.

          Chez les audacieux, y a moulle fritte a volonter tous les jeudi !!!!



          • papat 5 décembre 16:26

            Violence du peuple
            Ah ! les conditions de la lutte sont terriblement difficiles pour les ouvriers ! La violence, pour eux, c’est chose visible […] Oui, la violence c’est une chose grossière, palpable, saisissable chez les ouvriers : un geste de menace, il est vu, il est retenu. Une démarche d’intimidation est saisie, constatée, traînée devant les juges.

            Violences des riches
            Ah ! Le patronat n’a pas besoin, lui, pour exercer une action violente, de gestes désordonnés et de paroles tumultueuses ! Quelques hommes se rassemblent, à huit clos, dans la sécurité, dans l’intimité d’un conseil d’administration, et à quelques-uns, sans violence, sans gestes désordonnés, sans éclat de voix, comme des diplomates causant autour du tapis vert, ils décident que le salaire raisonnable sera refusé aux ouvriers … ».

            Violence policière
            « Ce [que les classes dirigeantes] entendent par le maintien de l’ordre, ce qu’elles entendent par la répression de la violence, c’est la répression de tous les écarts, de tous les excès de la force ouvrière ; c’est aussi, sous prétexte d’en réprimer les écarts, de réprimer la force ouvrière elle-même et laisser le champ libre à la seule violence patronale. [...].

            Violence d’Etat
            De même que l’acte de la violence ouvrière est brutal, il est facile au juge, avec quelques témoins, de le constater, de la frapper, de le punir ; et voilà pourquoi tout la période des grèves s’accompagne automatiquement de condamnations multipliées. » (Jean Jaurès, 9 juin 1906, discours à la Chambre des députés).

            Théophraste R. (ou plutôt Jean Jaurès, assassiné par un fanatique que les juges français ont acquitté et que des anarchistes espagnols ont exécuté à Ibiza. N’allez pas le répéter, mais j’ai pris deux fois de la paella en l’apprenant).

            « Le Capital épuise deux choses : le travailleur et la nature » (Karl Marx).


            • Samson Samson 5 décembre 19:46

              Dans la même veine, « Fin de monde ? » par Frédéric Lordon sur son blog du Monde Diplo.

              A savourer sans modération ! smiley

              En vous présentant mes cordiales salutations !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès