• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand la Mégamachine s’arrêtera...

Quand la Mégamachine s’arrêtera...

 

La domination de l’homme par l’homme compte au moins cinq millénaires de pratique mortifère, forgée dans une trouble synergie entre économie monétaire, guerre et métallurgie. Ainsi s’est constituée une mégamachine devenue « le plus grand, le plus complexe et le plus dangereux des systèmes à s’effondrer dans notre histoire », avec son arsenal de destruction massive menaçant la vie sur Terre. Mais comment et pourquoi « les humains ont-ils appris à obéir » ? Et pourquoi garder obstinément « le cap » vers un naufrage assuré ?

C’est une machine jusqu’alors bien huilée qui mène l’espèce à son train d’enfer jusqu’à sa perte annoncée. Le « néolibéralisme », constate Fabian Scheidler, n’est que «  l’aspect le plus récent d’un système bien plus vieux qui fut d’emblée, dès son apparition il y a cinq cent ans, fondé sur le pillage ». Mais voilà qu’au XXIe siècle, « la survie d’une grande partie de la population mondiale est menacée par la possessivité insatiable d’une minorité qui revendique pour elle la plus grande partie des terres, des forêts, de l’eau, des moyens de subsistance, des richesses minières et même de l’atmosphère terrestre ». Comment est-il concevable de prétendre tout accaparer sans limite – et d’ignorer même la notion de limite ? Les premiers de corvée qui auraient la réponse à cette délicate question ontologique peuvent toujours "gazouiller" sur leur gadget de destruction massive pour protester, tenter d'avoir un "débat démocratique". - ou réécrire L'Ecclésiaste...

La spoliation en cours se fait tout simplement en se réclamant « d’un ordre social basé sur le régime de propriété que l’Etat peut imposer en recourant à la force physique  »... Mais voilà arrivé, à l'heure de la gouvernance par les données, le moment technocritique où ce système « sape jusqu’à ses propres conditions d’existence »...

Fabien Scheidler utilise le concept métaphorique de « mégamachine » forgé par l’historien Lewis Mumford (1895-1990) : il désigne une « forme d’organisation sociale qui semble fonctionner comme une machine ». Le problème, c’est que cette machine infernale ne laisse de perspective d’avenir ni de possibilité de survie à personne...

Ainsi, au terme de quatre millliards d’années d’existence, notre planète se retrouve calcinée par cette « machinerie économique globale qui engendre simultanément des quantités abyssales de biens et de déchets, des richesses folles et une misère de masse, des salariés surchargés de travail et des chômeurs qui tournent en rond ». Jusqu’à quand ?

 

Le noyau dur d’une absurdité

Le noyau dur de cette absurdité partagée comme une « rationalité » (c’est-à-dire imposée par une secte « rationaliste ») a la densité nucléaire d’une « multiplication à l’infini de colonnes de chiffres sur les comptes en banque d’un nombre relativement restreint d’êtres humains ».

Fabian Scheidler entend recréer de la lucidité sur notre part de responsabilité dans ce désastre en cours : « accroître les fortunes colossales d’une petite caste de super-riches semble être le seul et ultime objectif de la mégamachine globale ». Car enfin pourquoi accepter que la Terre soit saccagée juste « pour que les zéros s’ajoutent sans fin aux zéros »  ? Pourquoi « les humains ont-ils accepté que se constituent des élites qui règnent sur eux et s’emparent d’une partie de leurs revenus, sous forme d’impôts, pour financer des armées et construire des palais colossaux » ? Pourquoi ont-ils admis que « ces élites puissent réglementer leurs rapports et même disposer de leur vie » ?

La persistance de cette soumission n’en finit pas d’interpeller depuis au moins Le Discours de la servitude volontaire (1576) d’Etienne de La Boétie (1530-1563). S’explique-t-elle par la si peu résistible synergie de trois formes de pouvoir (le pouvoir physique par les armes, la violence structurelle par le pouvoir socioéconomique et le pouvoir idéologique) ? L’auteur propose une « quatrième tyrannie » résumant les trois précédentes, celle de « la pensée linéaire reposant sur l’hypothèse que le monde obéit à des lois de cause à effet qui peuvent être calculées ». Cela signifie qu’il peut donc être dominé : « l’application de la pensée linéaire aux systèmes vivants a entraîné dans son sillage un cortège de dévastations sur la planète, sur le plan tant social qu’environnemental  »...

Tout aurait basculé au début de l’âge du cuivre et du bronze lorsque « l’introduction des métaux, en particulier du bronze, a coupé la société entre la minorité qui était en mesure de se procurer et de travailler le bronze, et les autres qui n’y avaient pas accès  ». Le passage à l’âge du bronze est le moment où sont posés les fondements de ce que nous appelons aujourd’hui « civilisation » avec un phénomène bien rodé de transmission des techniques – et l’invention d’un système tant économique que politique qui tire ses ressources de l’asservissement des masses, alors paysannes. La production de cuivre de bronze et de fer puis d’aluminium est au coeur d’un embryon de complexe militaro-industriel alors en constitution : « De la hache en cuivre au misile intercontinental, il a plus de cinq mille ans d’histoire derrière lui  ».

Cette histoire a sans doute commencé, après la diffusion de la technologie du fer à partir d’Anatolie (1200 avant J.-C.), avec la machine de guerre assyrienne puis romaine avant de s’exacerber en cinq siècles de « capitalisme ». Mircéa Eliade (1908-1986) rappelait : « La métallurgie et l’alchimie sont la matrice de l’idée selon laquelle l’homme pourrait exercer une domination illimitée sur le monde matériel  »...

Aux Temps modernes, les Européens transforment « la moitié du globe, au nom du salut et du progrès, en une enfer sur terre » : « L’économie monétaire, la métallurgie et le business de la guerre ont suscité l’apparition d’un appareil de pouvoir en mesure de briser toute résistance et de soumettre progressivement des pays et des continents entiers à l’extérieur.  »

La privatisation de la terre et de ses produits étend le pouvoir de l’homme sur l’homme par la dette, un moyen décisif d’ « accumulation par dépossession ». Lors de la première « mondialisation », les conquistadors étaient « pris dans les rouages internationaux de la valorisation du capital et de l’endettement pour s’acquitter de leur dette auprès des investisseurs de Gênes, Augsbourg et Anvers ». Le moteur de la Conquista avait-il été «  l’immense demande européenne en métaux précieux, employés pour édifier le complexe monétaro-militaire  » ?

L’invention de l’Etat autoritaire puis de la société par actions, « une machine aux propriétés anthropomorphiques dont le seul but est l’accumulation sans fin d’argent  » par l’incessante création de nouveaux besoins bannissent du débat public « les questions sur le sens et le buts de nos activités économiques, celles de savoir de quoi les humains ont vraiment besoin et comment ils veulent vivre ». Ces sociétés par actions sont, peu importe ce qu’elles fabriquent et vendent (de l’alimentation canine à l’armement), des « entités artificielles et immortelles se nourrissant de la réalité pour la transformer en pure abstraction  », c’est-à-dire en une « série de chiffres sur le compte bancaire de leurs actionnaires  »...

Au fil de cette « évolution », les « formes de vie qui reposaient sur la coopération furent peu à peu refoulées au profit d’une lutte impitoyable pour la survie ». Le délicat « tissu social qui avait lié les êtres humains entre eux » s’est déchiré pour aboutir à cette incessante « guerre de tous contre tous ». Les bénéficiaires de cette dévastation n’ont prévu ni frein ni marche arrière à leur machinerie. C’est ce qui s’appelle une accélération sans décélération – ou une hubris.

Les « paradis fiscaux », créés par les Etats dans l’Union européenne, siphonnnent la richesse publique au profit de grands groupes privés : « l’argent public perdu en raison de l’évasion fiscale et de l’économie souterraine s’élève selon certains estimations à 1 000 milliards par an ». Et puis, pourquoi imposer des voitures électriques ajoutant à l’engorgement du parc automobile ? Leur fabrication « dégage bien plus de CO2 que la production d’automobiles conventionnelles sans oublier l’importante consommation d’eau douce en voie de raréfaction ». Ainsi, le projet de Gigafactory pour fabriquer des voitures Tesla près de Berlin menace de « siphonner les nappes phréatiques d’une région qui manque déjà d’eau  »... Tout ça pour vendre encore et toujours plus de gadgets roulants pour la seule « accumulation de l’argent au nom de la multiplication de l’argent  » - et nous écraser contre le mur ?

 

Vers une véritable transformation socio-écologique ?

Toutefois, les propositions ne manquent pour remplacer l’actuel système de fraude et de prédation par un « système monétarisé orienté vers le bien commun  »... Sont-elles écoutées pour autant ?

Un « changement » véritable passerait par une « modification profonde de tous les rapports de production,des infrastructures et de la vie sociale  ». Ainsi que par une « reconversion en profondeur qui ferait reculer la quête de profit privé au bénéfice du bien commun  ». Partout dans le monde, les humains cherchent de « nouvelles manières de vivre ensemble et de travailler au-delà de la logique destructrice de la concurrence mondiale et de la croissance sans fin  ». En atteste cette pluralité de formes d’organisation variables selon les régions : « Tandis que les grands groupes soumis à la pression de la rentabilité visent à vendre le plus possible de courant et à maintenir en marche la machine à accumuler, des services municipaux et des coopératives intelligemment conçus peuvent obéir à une logique de satisfaction des besoins  ».

Des citoyens « politiquement éveillés et bien organisés » auraient l’opportunité d’utiliser les crises systémiques comme « points de départ pour une conversion de la société qui nous fasse sortir de la logique destructrice de l’accumulation ». Ils conviendraient sans peine de ne plus « abandonner à la logique du marché le soin d’assurer ce qui nous est nécessaire pour vivre »... Ils s’accorderaient sur le sens et le but de toute économie raisonnable : une « utilité véritable avec le moins de dépense possible »... La « valorisation sans fin de l’argent  » comme but suprême de l’économie est-elle tenable ?

Auteur indépendant (pour la presse, la télévision, le théâtre et l’opéra), Fabian Scheidler propose un levier d’action : « Penser toute la vie sociale comme culture ». Le terme ne doit pas être réduit « au petit domaine des soirés musicales ou théâtrales ». Il signifie notamment : « redécouvrir le travail comme une activité culturelle qui ne produit pas seulement des choses, mais crée aussi des liens et du sens  ». Il suppose également de « comprendre la formation comme quelque chose qui vise l’épanouissement complet de la personnalité et non la réduction de l’être humain à un rouage fonctionnant sans frottement au sein de la machine économique ». Cela supposerait pour le moins qu’un « centre de décision » consente à se relier à un « espace de délibération ». L’esprit machinique et de calcul aurait-il déjà dévoré toute conscience, toute science – et jusqu’à l’espace des possibles ?

Fabien Scheidler, La Fin de la Mégamachine, Seuil, 620 p., 23 euros


Moyenne des avis sur cet article :  3.89/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

50 réactions à cet article    


  • Étirév 25 janvier 08:39

    Dans l’objectif de hâter sa prochaine disparition volontaire, les autorités politiques en charge de la France relaient avec zèle, voire même anticipent, l’agenda mondialiste consistant à appauvrir matériellement, physiquement et moralement la plus grande masse des gens peuplant la planète au profit de quelques usurpateurs, véritables escrocs économiques qui ont, aujourd’hui, pris l’ascendant sur les pouvoirs politiques des États. La politique généreusement appliquée sur le territoire français est « globaliste » ; elle fait, à ce titre, fort peu de cas des petites gens et des petites et moyennes entreprises pour, au contraire, laisser la part du lion aux multinationales et à leurs propriétaires anonymes. En conclusion, la France, surtout celle du théâtre de « Guignols », Macron, Castex et Cie, qui n’a aucune politique, et encore moins de politique socialiste, dans le sens « social » du terme, est en revanche l’un des principaux fers de lance de l’agenda globaliste, lequel prospère sur le développement de la misère humaine.
    Aussi, c’est notre génération qui doit vaincre le mauvais esprit que la dégénérescence des peuples a introduit dans nos anciennes nations, c’est le devoir de la France, c’est sa mission, car la France s’est divisée parce que les races qui l’ont occupée dans le courant de son histoire avaient des atavismes divers.
    « Français divisés, pardonnez-vous de toute votre âme ! » sont les derniers mots de Jehanne d’Arc marchant au supplice.
    Il a effectivement fallu la longue occupation romaine, puis l’invasion du Franc et l’introduction par lui de la loi salique, il a fallu vingt siècles d’oppression et de servitude « latines » et anglo-saxonne, pour nous faire oublier les traditions glorieuses de nos aïeux.
    Cependant, c’est de la France qu’on attend la lumière nouvelle qui recommencera une civilisation.
    Les Gilets Jaunes ont, les premiers, allumés la Mèche.
    Tôt ou tard, quand la France sera réveillée du cauchemar, quand cette « Flamme » commencera à tout embraser, Le nouvel Esprit Religieux que la nouvelle France instaurera fera cesser à tout jamais les luttes, et purifiera la Terre de l’imposture qui en a été le point de départ. Et cet événement providentiel s’accomplira le jour marqué par la destinée suprême des Etats. C’est fatal. Ce sera la plus grande révolution morale qui se sera produite depuis trente siècles.
    En ramenant les esprits vers la grande vérité traditionnelle, on rétablira le seul idéal qui puisse régénérer le monde : Le Bonheur dans la Vérité.
    BLOG



      • Durand Durand 25 janvier 09:38

        ..

        Le ”vivre à crédit” de chacun – l’assouvissement facile de la cupidité – est l’outil principal de l’esclavage de tous :

        https://www.businessbourse.com/2021/01/25/le-trader-anice-lajnef-balance-tout-si-les-banques-centrales-ninterviennent-pas-cest-leffondrement-de-la-finance/

        (également sur AvoxTV)

        ..


        • chantecler chantecler 25 janvier 10:37

          @Durand
          Purée ,
          Cette vidéo consacrée à la finance contemporaine qui confine aujourd’hui au délire , est géniale .


        • bouffon(s) du roi bouffon(s) du roi 25 janvier 10:42

          @Durand

          oui effectivement, intéressant venant d’un ex-insider !


        • pemile pemile 25 janvier 09:42

          @lephenix « La domination de l’homme par l’homme compte au moins cinq millénaires de pratique mortifère »

          Ou peut être 30.000 ans, Néandertal était sans doute aussi, voir plus intelligent que nous, les Homos Sapiens, et beaucoup plus fort physiquement. Cependant, il était doux et paisible. Grave erreur face à l’Homo Sapiens, qui a de tout temps compensé sa faiblesse par son extrême agressivité et sa férocité ?


          • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 25 janvier 10:15

            @pemile

            Ce n’est pas une question d’espèce (pour autant que Neandertal soit une espèce différente de la nôtre), mais une question de mode devie. Neandertal était un chasseur-cueilleur comme l’était Sapiens avant la révolution néolithique (environ  10 000). Les peuples chasseurs-cueilleurs, peu nombreux, s’établissaient sur des territoires comme certains peuples amérindiens le faisaient encore avant l’arrivée des Européens, et leurs conflits se réglait par la conquête ou l’abandon d’un territoire, pas par l’asservissement de l’autre.
            L’agriculture et l’élevage ont introduit deux notions toujours d’actualité :
             la propriété foncière, nécessaire pour assurer la pérennité du cyscle ensemencement/récolte/stockage
             la propriété du troupeau gardé, nourri, producteur de lait et de viande, deux produits commercialisables
            Le troupeau était le « cheptel », le mot dont est issu « capital ».

            Il semblerait que nous arrivions à la fin de la période néolithique pour l’humanité.


          • lephénix lephénix 25 janvier 12:05

            @pemile
            peut-être bien 30 000 mais aucune traçabilité possible d’autant plus que nous n’y étions pas... difficile aussi de choisir parmi les théories sur l’extinction de Néandertal -quoique le cerveau reptilien plaiderait pour le crime de masse, avec ou sans anthropophagie...


          • Durand Durand 25 janvier 12:13

            @Séraphin Lampion

            « Il semblerait que nous arrivions à la fin de la période néolithique pour l’humanité. »

            Je vous suis mais face à l’épuisement des ressources à la suite de ce très long ”néolithique” – qui a mis le développement du savoir et des techniques au service de quelques uns et au détriment des ignorants,...les plus nombreux – ne pourrait-t-on pas dire, plutôt, que le néolithique fut d’abord et surtout le début de la fin de l’humanité et le début de l’esclavage généralisé ?

            L’éradication des libertés individuelles n’est-elle pas la finalité naturelle chez les animaux grégaires ?... J’observe mes ruches depuis de nombreuses années et je suis toujours émerveillé par les logiques sociales froides et ”inhumaines” qui ont permis aux abeilles de survivre jusqu’à présent... Mais l’abeille n’a aucune liberté individuelle et c’est le dernier animal dans lequel j’aimerais être réincarné !

            D’autre part, une ruche, c’est entre 10 000 et 70 000 abeilles et l’on ne saurait imaginer une seule ruche globale rassemblant à elle seule toutes les abeilles du monde dans une seule et même ”apidité” – comme l’on tente peut être trop souvent de rassembler les humains dans une seule et même ”humanité”... D’où l’intérêt d’entités humaines plus petites, mieux adaptées au milieu spécifique de chacune, à mi-chemin entre la tribu et cette ”humanité globale" qui n’est rien d’autre qu’une aberration fasciste ordo-libérale, délire typique et constant des suprémacistes simplificateurs que l’on retrouve à travers l’histoire chez les sionistes de toutes obédiences, fomenteurs d’empires et pourfendeurs des nations...

            ..


          • Durand Durand 25 janvier 12:36

            @Séraphin Lampion

            Je précise quand-même que si une humanité matérielle globale est une aberration, l’humanité spirituelle reste possible à condition qu’elle soit le point de rencontre, dans le respect mutuel, des humanités spirituelles particulières de chacune des entités humaines : celles des peuples et des nations... La globalisation en cours nous mène donc bel et bien vers la disparition de la seule humanité possible. CQFD

            ..


          • Géronimo howakhan Géronimo howakhan 25 janvier 12:43

            @Durand

            Salut, je suis en accord avec ce propos..ça me semble être un de ces faits.


          • @Durand
             Lisez TRIGANO, tous les juifs sont loin d’être mondialistes. Par contre votre modèle de ruches ressemble plutôt à celui des chinois....Je suis certaine que nous allons changer d’ère anthropologique (pas celle de Taubira et Consort). Ou alors, c’est la fin. L’histoire de l’individu (ontogénèse) suivrait-elle celle de la phylogénèse (histoire des civilisations. Actuellement nous sommes au stade du déclin, de la corruption (ce qui vaut aussi pour le biologique). Recommencer à zéro pour reproduire les mêmes erreurs....Là est la question... ou alors nous passons dans un tout autre stade de notre histoire. Le darwinisme ne marche que pour l’espèce animale. Nous, nous avons un stade supplémentaire ou chaînon manquant : LE VERBE. Verbe qui est associé au souffle et à l’air. Qui vivra verra...


          • Le régionalisme et la défense de la bio-diversité que je défends depuis toujours fut imaginé par qui : un juif : PIERRE MENDES FRANCE


          • eau-pression eau-pression 25 janvier 13:02

            Bonjour @Durand

            Ai-je bien compris, si je reformule ainsi

            La globalisation matérielle en cours nous mènerait donc bel et bien vers la disparition de la seule humanité possible (la spirituelle) ?


          • eau-pression eau-pression 25 janvier 13:04

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            En version originale, ce n’est pas « histoire des civilisations » mais « histoire de l’espèce ». Ce qui n’enlève rien au fait que vous avez raison.


          • Durand Durand 25 janvier 14:38

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Je ne parle pas de « Juifs » et encore moins de « tous les Juifs »... Tous les mondialistes ne sont pas juifs !

            Je fais simplement allusion à toute organisation humaine animée par un quelconque sentiment de supériorité – fut-elle basée sur une élection divine – qui a pour conséquence le droit indiscutable d’être en charge de l’avenir matériel de toute l’humanité (forcément inférieure !...) au travers d’une vision organisationnelle de celle-ci, qui n’a pour tout horizon que celui que lui confère ce même statut de supériorité et sa pérennité... Génocides et esclavage garantis !

            ..


          • Durand Durand 25 janvier 14:46

            Bonjour à vous,@eau-pression

            Oui, c’est bien ce que je veux dire... Une unité humaine immatérielle dans la diversité de ses composantes spirituelles, elles-mêmes issues de la diversité des biotopes et des cultures qui en découlent.

            ..


          • @Durand Le globalisme ou le mondialisme relève d’une régression psychotique niant les différences et particularités qui font de chacun un individu unique. La Chine est l’exemple parfait de ce modèle psychotique. De l’extérieur, certains diront qu’ils ont le sens de la fraternité (je connais des psys qui trouvent leur système merveilleux,...), qu’ils travaillent pour le bien être de l’ensemble. Mais ce déni de l’inévitable agressivité qui est le propre de chaque être humain a un prix. Quoiqu’en pensent certains idéalistes (excepté Aragon), tous les surréalistes sont revenus du communisme. Et ce prix, c’est la haine des autres : les tibétains, les Ouïghours. Ne pensez pas que les chinois visitent nos régions par intérêt pour leur beauté. Non, ils sont envieux et viennent pour copier et même espionner. Tout cela avec beaucoup de politesse et un beau sourire... Je n’aime pas le modèle américain. Mais à choisir, malgré la beauté incroyable de la Chine et sa culture ancienne. je n’y mettrai les pieds pour rien au monde. Les sionistes ne s’inscrivent pas dans la même démarche. Leur problème contrairement aux chinois, c’est qu’ils sont peu nombreux et le savent. Raison pour laquelle ils rêvent d’étendre leur prédominance. A défaut d’espace territorial, ils cherchent à compenser par le pouvoir économique. Au 19ème siècle et avant : la richesse s’évaluait soit en bétail soit en terrain. Les sioniste de trouvent autant du côté des travailliste que des conservateurs. entre eux, ils se détestent. Ils existe bien un millénarisme judéo-protestant. A la différence des chinois qui veulent envahir. Les juifs et protestants seraient en fait plutôt pour accélérer la fin des temps. Exemple (hé, ils ont lu Freud,...) en s’attaquant à la famille (le mariage homosexuel et les LGBT sont bien d’origine juive). Sachant que la famille, ce sont les racines des individus qui leur donne un individualité, il suffit de s’y attaquer.

            Raison pour laquelle les propagandistes juifs sionistes tentent, depuis quelques années de réécrire l’histoire de France pour la faire coller à celle d’Israël. Leur objectif est de faire entrer au forceps dans la tête des Français que le royaume de France a été fondé sur le modèle du royaume antique d’Israël, que les deux nations ont un destin commun, et que le catholicisme et le judaïsme partagent les mêmes valeurs.

            C’est précisément le rôle d’individus tels que Gilles-William GOLDNADEL et Eric ZEMMOUR.


          • Et souvent, tel est pris qui voulait prendre car le globalisme a provoqué la réaction inverse : le retour au nations et même aux régions. Il y a aussi une théorie ’confirmée par le Da Vinci code) qui lierait le destin d’Israël, messianiste à celui de la France. Et remontant à Saint Louis. Raison pour laquelle Zemmour associe la Belgique à la France (eh, Clovis était d’origine belge, Tournai, mais à l’époque cette région s’appelait la NEustrie). En relisant des extraits de : L’ASTREE, j’ai même trouvé un lien entre Henry IV protestant venant bien sûr d’une région d’Aude, près de Rennes le Château (comme par hasard,...) avec les Mérovingiens. Fake news ou non. La suite nous le dira....Le but étant de renverser le catholicisme classique par la KABBALE au niveau mondial.... et de diminuer au passage la population sur terre..... Le contraire du mondialisme selon les chinois...


          • eau-pression eau-pression 26 janvier 10:19

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            C’est agréable à lire, ma foi.

            Pour « A la différence des chinois qui veulent envahir. », j’ai comme un doute. Les conquêtes territoriales autour d’eux ont des objectifs stratégiques, en particulier pour l’eau.


          • eau-pression eau-pression 26 janvier 10:23

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Svp, pourriez-vous nous redonner la référence à votre livre qui parle d’un lien qui se constitue au cours de la croissance de l’individu entre la zone génitale et la glande pinéale (nom qui, si c’est avéré, serait plus approprié qu’épiphyse ...) ?


          • Je ne révèle rien. Attali a déjà abordé le sujet...Bon ! Attali et Zemmour, c’est pas la même tendance. Mais l’objectif de fond est le même. Attali ami de Mythe Errant (« l’antisémite ») a fait toute sa Présidence en s’inspirant de l’Egypte et de Mérovée...qu’il espérait rejoindre par la Bièvre qui coulait près de son lieu d’habitation...


          • @eau-pression J’ai trouvé cal sur internet. Il semble que la glande pinéale joue donc aussi un rôle dans la régulation du développement sexuel par le fait que la mélatonine aurait un effet antigonadotrope qui inhibe l’apparition des caractères sexuels secondaires.

             Cherchez sur internet. Pour le moment je lis : Le Trois totémisations : un essai sur le devenir humain Lotus de Païni JOHAN DREUE : Passionnant. Cela me rappelle une anecdote. On découvre souvent son père un peu tard. Vers 25 ans, j’étais très rationaliste et pas toujours d’accord avec mon père. Maus au cours d’une discussion, il met son doigt sur son front entre les yeux et me dit. M..... tout est là. En moi-m^me, je me dis, hum, il a bu verre de trop,... smiley). Maintenant seulement je comprends. Enfin, pour Henry IV, je devrai me taper l’ASTREE. Heureusement qu’il y a des extraits sur internet. Mes conflits avec mon père tournaient justement autour d’internet qu’à l’époque je détestais..


          • Il s’agit peut-être d’un simple hasard. Mais mon amie Martine, amie de la nièce de Mythe errant a deux petits enfants qui s’appellent : pour l’une MARGOT et l’autre CLOVIS (ne le 21 décembre jour de la conjonction de jupiter-saturne). Leskabbalistes et gnostiques sont aussi astrologues,... A suivre,...Notre astrologie tropicale) est plutôt solaire et l’astrologie chinoise plutôt lunaire. Quand le soleil a rendez-vous avec la lune...


          • troletbuse troletbuse 26 janvier 10:55

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            glande pinéale

            Il est vrai que son nom rappelle le sexe masculin  smiley


          • eau-pression eau-pression 26 janvier 11:04

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Merci, il me semblait que vous aviez touvé ça dans un livre. Vous nous en commentez plusieurs par semaine ...

            Puisqu’on se raconte nos vies, ma mère plutôt rétro a accepté de m’accompagner dans un des premiers bistrots internet (années 90 ?). Résultat : bof ...


          • @troletbuse Ben oui et si on y pense une pomme de pin coupée en deux représente la fameuse séquence de Fibonacci. http://villemin.gerard.free.fr/Wwwgvmm/Iteration/FiboVege.htm qui en cherchant bien se retrouve dans le sperme et la fécondation...http://dspace.univ-msila.dz:8080/xmlui/bitstream/handle/123456789/1984/ZERROUG%20Wafa%20ATTABI%20Sara.pdf?sequence=1&isAllowed=y. 
            D’après ses études, la structure de l’ADN obéit précisément aux suites des nombres de Fibonacci et de Lucas. J-C. Pour le Covid, il paraît que certains ADN résistent au virus.... Le solution est devant leur nez mais ils cherchent ailleurs.... 


          • @eau-pression
             J’ai un livre sur le sujet. Mais vu mes piles de bouquins... Je vous refilerai le titre quand je tomberai dessus. Pin viendrai du celte Pen (tête). Associé à crâne et dérivant vers GRAAL...


          • troletbuse troletbuse 26 janvier 13:40

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Il y a très longtemps, sur un article de Science et Vie, qui n’était pas encore devenu un torche-cul, la glande pinéale était décrite comme un œil intérieur inversé, le 3èmè œil.


          • Le Mahâ-Yuga dure 4 320 000 années, il est divisé en 71,42 périodes divisées chacune en quatre Yugas dont la durée relative est 4, 3, 2, et 1. 4 320 000 : 71,42 = 60 48,725 années humaines. Combien de temps doit durer le Kali Yuga ?


            • La société se compose de plusieurs types d’individus : le niveau le plus élevé, conscient d’être impliqué dans un vaste ensemble et dont le rôle est de faire accéder l’individu à la connaissance l : les pneumatiques (les psys parleront de personnalité génitale ayant intégré la castration et la différence sexuelle et de génération), Ils ont conscience de l’imperfection du monde. 

              1.Le premier plan est le moins élevé et le plus primaire

              C’est le plan de la conscience instinctive qui est proche de l’animal. L’être sur ce premier plan est primitif et cherche avant tout à satisfaire ses besoins sexuels et ne connaît pas l’amour. Il est totalement inconscient. C’est un niveau quasi nul au point de vue spirituel, et essentiellement matérialiste. La personne qui se trouve à ce niveau se complaît dans le matériel, c’est-à-dire l’accumulation des biens et l’assouvissement de ses besoins primaires et des plaisirs des sens. De surcroît, elle est convaincue que la mort est une finalité, qu’après la mort il n’existe plus rien. Bien entendu, pour elle, l’existence de Dieu ou d’un être suprême quelconque n’entre même pas dans l’équation. (sur le plan psychologique ce sont des alexythimiques pré-oedipiens) Disons : 30 % de la population.

              2.Le deuxième plan est celui de la conscience collective.

              A ce niveau là, la personne développe son sens des relations humaines. Elle est plus sélective dans le choix de ses partenaires mais plusieurs peuvent lui convenir. Elle ne connaît pas encore l’amour véritable mais le copie. Elle est possessive et considère son partenaire comme lui appartenant. L’ego est très fort à ce niveau. Ce plan est émotionnel et c’est la que se situe la majorité de l’humanité de notre belle planète. Il s’apparente aussi beaucoup au premier, les possessions matérielles sont encore dirigeantes, une pierre angulaire dans la vie de ces personnes. L’assouvissement des sens tient encore une place prédominante, et ces personnes ont d’ailleurs tendance à croire que la valeur des gens est proportionnelle aux biens qu’ils possèdent. Par contre, dans la majorité des cas, les personnes du second niveau d’évolution croient en l’existence d’un être suprême, mais elles ont aussi tendance à créer un dieu qui sert leurs intérêts. Leur spiritualité est très rudimentaire et par conséquent leur image de dieu l’est aussi. Les Etat-limites.

              3.Le troisième plan est celui du mental.

              Là, l’individu situe son JE. Il commence à s’individualiser. C’est le plan du pouvoir personnel, de l’énergie, des idéologies (religieux, politiques, économiques). C’est le plan des leaders. Il fonctionne selon la dualité du mental (amour-haine, dominant-dominé etc.). Ils vivent des relations qui ne sont pas le véritable amour, mais s’en approche. C’est le plan de la prise de conscience, de la réflexion. L’individu à ce niveau élargit ses connaissances en ésotérisme, en spiritualité. Il prend conscience qu’il existe une autre dimension. Sur ce niveau, on rencontre des gens qui accordent encore une certaine importance à l’aspect matériel, mais tout en croyant sincèrement en quelque chose. La majorité d’entre nous serions à ce niveau d’évolution ou de conscience, où les personnes semblent parfois assise entre deux chaises, amassant des biens matériels, sans toutefois y accorder la valeur ou l’importance que leur accordent les personnes des deux premiers niveaux, jouissant des plaisirs des sens, mais croyant en un Dieu, mais nous en remettant plus souvent qu’autrement entre les mains de ceux qui nous disent en qui il faut croire et ce qu’il faut croire. PHALLICO-NARCISSIQUES pré oedipiens.




              • 4.Le quatrième plan est causal.

                C’est le plan où vous pouvez vous connecter à votre âme. A ce niveau, vous pénétrez dans la partie de l’âme, celle de l’amour (l’amour spirituel). A ce niveau, vous pouvez vivre l’amour avec une âme-sœur. Votre partenaire est tellement proche de vous qu’il n’y a aucun effort à faire, aucune concession. C’est la fusion. C’est le plan des créateurs, des artistes, qui expriment la beauté sous toutes ses formes. A ce niveau on a envie de donner et d’ÊTRE. Ce niveau marque aussi le début d’une certaine spiritualité. Les personnes qui ont atteint ce niveau ne sont plus préoccupées par l’accumulation de biens : elles n’ont plus besoin de ce genre de preuve pour prouver leur importance ou justifier leur existence. Elles apprécient les plaisirs des sens, sans toutefois se laisser dominer par leurs émotions ou leur passions, elles perçoivent la totalité de leur nature et elles sont conscientes du lien qui existe entre le physique, l’intellect, les émotions et la spiritualité et elles assument leur responsabilité de leur pensées, de leur sentiments et de leurs actes. Les oedipiens névrosés proche de l’idéal du moi.

                5.Le cinquième plan est celui de la super-conscience.

                L’amour est manifesté et exprimé pleinement. C’est celui de la pensée symbolique. A ce niveau on peut se passer de sexualité. C’est le niveau des grands comme Beethoven, De Vinci, Pythagore etc. La seule partenaire possible est son âme-jumelle, son complément, son miroir. C’est le plan des guides spirituels, des Maîtres. Ses dons psychiques se développent naturellement, et elle accroît sa capacité de guérison. On atteint ce niveau par une illumination. Elle enseigne l’amour et guide l’humanité. À ce cinquième plan, les personnes sont dotées d’une sensibilité très raffinée, elles perçoivent l’univers comme un tout. Elles ne repoussent pas l’aspect matériel des choses, mais, par contre, l’accumulation de biens n’est pas une préoccupation. Elles ont atteint un niveau où leur intuition joue un rôle important et elles arrivent à développer assez rapidement (et assez facilement) leurs dons psychiques et s’en servent volontiers, principalement pour aider les autres. Elles s’appliquent aussi, de façon diligente, à se débarrasser de leur préjugés. Les génies, les PHENIX (rares).


                • Il y a encore deux niveaux. Mais ils sont réservés à des bouddhas. Ce qui est assez éloigné de notre culture occidentale. 


                  • C’est bien le sens que Mythe Errant a donné à la pyramide noire inversée du Louvres. Sur un plan astrologique pour ceux qui y croient, nous sortons de 200 années de matérialisme (conjonction de jupiter saturne à chaque fois dans des signes de terre : Taureau, vierge, capricorne). Pour la première fois, la conjonction, ce 21 décembre 2020, c’était « tout juste » en VERSEAU : signe d’AIR. A suivre...


                    • Terre égale matérialisme, rationalisme. ALEXYTHIMIE...


                      • Pour le DSM, manuel de psychiatrie venant de l’Amérique. Les trois premiers niveaux sont considérés comme normaux (juste une question de courbe de Gauss et de statistique) et ceux qui s’en éloignent sont perçus comme dérangés....Pour renverser Goliath, il faudrait un david à la puissance 10. Les derniers seront les premiers... Mais voilà, les plus évolués ont tendance à fuir ce qu’aiment ceux qui le sont le moins. Ils détestent généralement le pouvoir. Donc, peut de chance qu’un homme politique incarne ce changement. Qui alors ?,... Je vous laisse imaginer la réponse...


                        • lephénix lephénix 25 janvier 12:15

                          @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                          les géants et les empires aux pieds d’argile s’effondrent et passent, l’aventure vitale se poursuit autrement.... à chacun selon son niveau de conscience et sa foi si la politique ne remplit plus sa fonction de faire tenir les sujets ensemble et de régler leur collectivité pour le mieux...les peuples oscillent entre « besoin de chef », « besoin de croire » et faible engagement en actes...il faudrait toujours oeuvrer à servir le collectif sans s’y dissoudre s’il s’éloigne du « bien commun »  toujours l’ouvrage des jours et des saisons...


                        • Florian LeBaroudeur Florian LeBaroudeur 25 janvier 13:02

                          Partout dans le monde, les humains cherchent de « nouvelles manières de vivre ensemble et de travailler au-delà de la logique destructrice de la concurrence mondiale et de la croissance sans fin  »

                          Quand on voie que ceux qui prônent des alternatives sont en grande partie des idiots utiles qui ne font que renforcer ce qu’ils prétendent combattre.

                          Il suffit de regarder ce que sont devenues des thèmes à la base louable comme la libération sexuelle, la lutte anti-pollution, la protection du vivant, l’économie du partage, le revenu pour tous, la reconnaissance des minorités etc...Tous digérés et réutilisés par les néo-mécènes philanthropes pour les besoins du marché.


                          • Christian proctoconspirologue Christian 25 janvier 13:02
                            Théorie U, changement émergent et innovation

                            https://www.acfas.ca/publications/magazine/2013/03/theorie-u-changement-emergent-innovation

                            Pendant que certains systèmes s’écroulent, d’autres émergent. Alors que nous concentrons notre attention sur le maintien de nos systèmes sociaux, nous oublions que leur renouvellement est un phénomène naturel, que leur changement est leur caractéristique permanente.


                            • Gollum Gollum 25 janvier 13:21

                              @Christian

                              L’évolution des espèces suit le même schéma d’ailleurs..


                            • Christian proctoconspirologue Christian 25 janvier 18:12

                              @Gollum
                              Tant d’intelligence dans l’Univers à de quoi faire réellement très très peur .
                              Comme disait un de mes amis « Cassandre » .
                              Le changement ou la mort... !
                              Perso la mort , ;ça me va comme un gant...


                            • Christian proctoconspirologue Christian 25 janvier 18:25

                              @Gollum

                              https://www.youtube.com/watch?v=W4HWO-DhFko&feature=share

                              Quel réaloptimisme chez Bruno Latour !
                              « Nous nous préoccupons maintenant de l’effet que nos postillons font sur autrui » : c’est exactement le contexte paradigmatique Affiliatif Mondocentrique Relationnaliste que la Spirale Dynamique nomme FS Vert.
                              C’est si réjouissant en effet d’entendre des gens qui voient le cadre méta et sa fluence sous le brouhaha de surface, et qui gardent une vision profonde suffisante propice à reconnaître que ce qui se joue là en ce moment, en deçà et au-delà de nos habitudes modernes de contrôle de l’exteriorité materielle, focalisée sur l’extériorité et les jeux de marionnettes d’une liberté simplifiante, c’est tout bonnement l’avènement d’une responsabilitation toute nouvelle des hommes du point de vue de leur place dans le grand tissu mondial de la petite étoffe de l’existence humaine sociétale, géopolitique et biosphérique.
                              Or, ce palier FS Vert est censé être l’étape essentielle et intermédiaire permettant de déverrouiller ensuite rapidement la spirale compulsive du survivre crispant, et d’enfin nourrir l’éveil adaptatif majeur de l’homme à l’échelle des besoins de son espèce, ce qui est le paradigme GT Jaune de la conscience systémique.
                              Je suis très heureux que des grands penseurs actuels soient conscients de cette énergie-enjeu contemporaine de transition Orange/Vert/Jaune, et du signe paradoxal d’une probabilité de réussite d’emergence que les crises difficiles peuvent heureusement envoyer à tous ceux qui voudront tendre l’oreille !
                              smiley

                              -


                            • Gollum Gollum 26 janvier 11:23

                              @Christian

                              La mort me convient très bien aussi. smiley

                              Meurs et deviens disait déjà Gœthe.. Désire la transmutation surenchérissait derrière lui Rainer-Maria Rilke.

                              Je ne connaissais pas Latour. Je connais Pablo Servigne par contre..

                              Je retiens deux idées phares. On est en suspension entre l’ancien monde et le nouveau. L’ancien essaye de survivre en espérant des jours meilleurs.. le nouveau on le suppute..

                              Deuxième idée phare. On n’est plus spectateur. On est de plein pied dans un monde où l’on participe, soit à sa destruction, soit à autre chose..

                              Un petit désaccord avec lui : il appelle solidarité ce que j’aurai appelé plutôt interdépendance (mot bouddhiste par ailleurs)..

                              L’interdépendance vient d’abord. C’est le constat que tout agit sur tout, quoi qu’on fasse (ou pas).. La neutralité est impossible.

                              La solidarité vient ensuite. C’est une interdépendance active avec une dimension supplémentaire. On n’y est pas forcément encore.

                              Mais avec les catastrophes s’accumulant on sera bien obligé d’y arriver tôt ou tard.

                              C’est ce que vous appelez conscience systémique où être isolé relève de l’illusion.

                              Je l’ai trouvé quand même pas assez pessimiste. Il ne nous dit pas qu’il y a de grandes chances quand même dans cette mutation collective que quelques plumes soient laissées sur le bitume..

                              Et que d’ailleurs cela participera de l’accélération de la dite mutation.


                            • Christian proctoconspirologue Christian 26 janvier 13:19

                              @Gollum 
                              "L’ancien essaye de survivre en espérant des jours meilleurs.. le nouveau on le suppute..

                              "

                              Cela correspond au creux Gamma (tendance régressive aussi) indiqué dans la spirale dynamique.
                              Expression populaire,reculer pour mieux sauter..

                              je l’ai trouvé quand même pas assez pessimiste. Il ne nous dit pas qu’il y a de grandes chances quand même dans cette mutation collective que quelques plumes soient laissées sur le bitume..


                              La liste des plumes déjà perdues est assez longue je trouve,rien que sur le suicide d’ amis et les comportement suicidaire ça fait beaucoup trop ;assister sur des années à la (valorisation) des espaces naturel autours de moi et la catastrophe sur la faunes et la flore qui s ’en est suivi, c’ est impressionnant.
                              -
                              https://www.youtube.com/watch?v=kLzNPEjHHb8

                              Effondrement : seul scénario réaliste ? Par Arthur Keller

                            • Gollum Gollum 28 janvier 09:16

                              @Christian

                              Ah oui.. Keller lui est pessimiste ! smiley

                              J’avoue être en phase bien que non spécialiste. Juste le feeling...


                            • Le paradoxe de l’histoire de la civilisation, c’est qu’elle a commencé par un meurtre et un péché (l’envie, le chancre de l’humanité). Celui de Caïn. Et donc pour renaître, inévitablement, il faudra passer par la mort....Pour l’espèce cela n’a jamais posé problème, c’est son droit à la survie. Cela s’est compliqué avec l’homme. Tu ne tueras point. Principe de base d’une civilisation qui s’est construite sur un meurtre. Abel n’ayant pas eu de descendance...


                              • « Lorsque l’homme apparaît dans l’univers, il n’est plus créé de nouvelles formes : toute la torrentueuse sève vivante de l’existence s’intériorise, l’homme dévie d’autorité le grand courant de l’instinct, il lui impose désormais une route intérieure, il force la sève vivante à devenir IMAGINATIVE. C’est un monde nouveau qui s’ouvre largement devant la course de l’âme...un monde fermé, spirituel, ou va s’engouffrer tout le psychisme de l’univers ». C’est la seule condition de sa survie. 


                                • cilaos 25 janvier 17:18

                                  gue

                                  L’événement le plus important des derniers mois n’est pas le covid, c’est pas l’élection de Biden, c’est pas le terrorisme....... Mais bien les 32 milliard d’euros de sous marins de guerre vendus à l’Australie par la France « le pays des droits de l’homme » pardon Le pays du droit des armes ! et ce n’est pas fini on va encore vendre 18 rafale à la Gréce. Une honte !!!!!


                                  • Reflexo78 25 janvier 21:19

                                    24/01/2021 La vilaine circulaire : vers le délit d’opinion ? Et le fichage en France des penseurs qui s’éloignent de la pensée unique ?

                                    https://laminutedericardo.com/?aiovg_videos=la-vilaine-circulaire-24-01

                                    27/01/2021

                                    Blanquer veut ficher les enfants dès l’âge de 3 ans ! Exclusif : Agité, répondeur, désordonné, rebelle : Le drôle de questionnaire du ministère pour les 3 ans.

                                    « Répond mal à l’adulte ». « Est agité ». « Range n’importe comment ». « Coupe la parole ». Ces mentions sont extraites d’un questionnaire destiné aux élèves des petites sections de maternelle. Réalisée par la Depp, cette enquête va concerner 35.000 enfants qui seront suivis tout au long de leur scolarité. Mais que poursuit donc le ministère avec ces fiches d’observations qui rappellent de mauvais souvenirs ?

                                    https://1.bp.blogspot.com/-Wh6MTnRQZTQ/YA7DSuevg7I/AAAAAAABFyg/wlWZyNg5i6ApTCIxKp2L8v3htoCTBhWkgC LcBGAsYHQ/s250/fichage.jpg

                                    Une attitude de sectaire. Se dit de quelqu’un qui, par intolérance ou étroitesse d’esprit, se refuse à admettre les opinions différentes de celles qu’il professe Il est vrai que le fait de poser des questions ou d’émettre un doute vous fait taxer de complotiste, suivi instantanément de votre mise hors-ban (sans jeu de mot !).

                                    https://leblogalupus.com/2020/11/26/7-choses-qui-etaient-autrefois-des-theories-du-complot-folles-jusquen-2020-se-sont-produites-forum-economique-mondial-si-ce-netait-au-grand-jour-cela-ressemblerait-a/ 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité