• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Quand les élèves se mettent à contester les notes !

Quand les élèves se mettent à contester les notes !

De plus en plus, les autorités sont contestées, et notamment, celle des enseignants...

Un article paru sur le journal Marianne a attiré mon attention. Intitulé : Parents d'élèves, restez à votre place, cet article rapporte le cas d'une mère d'élève qui a publié un billet de blog indigné, sur le Huffingtonpost.fr, parce que l'enseignante de son enfant de 5 ans a osé écrire sur son bulletin scolaire : "Votre fille voudrait être son propre chef".

La mère n'a pas accepté cette remarque adressée à son enfant... C'est, manifestement, là, une remise en cause de l'autorité des enseignants.

Sans arrêt, cette autorité est battue en brèche, à tel point que les élèves, eux-mêmes, en viennent à revendiquer des droits qu'ils n'ont pas et ne peuvent avoir.

Ainsi, c'est à l'enseignant de décider des notes, ces notes étant justifiées par une appréciation ne devraient pas donner lieu à des contestations.

Et pourtant, on voit de plus en plus d'adolescents qui se mettent à revendiquer de meilleures notes.

Cela m'est arrivé, lors d'une interrogation orale en cours de latin : la leçon portait sur des révisions de déclinaisons : l'élève interrogé avait appris cette leçon, malgré quelques lacunes, il ne maîtrisait pas un des modèles à apprendre et d'autres mots de vocabulaire : je lui attribue la note de 17 sur 20, ce qui est, tout de même, une excellente note !

Aussitôt, contestation des autres élèves qui affirment que la note est trop sévère ! Je n'en reviens pas ! 

Je leur dis que bientôt, ils exigeront d'assurer le cours à ma place, mais ils perçoivent qu'ils en sont bien incapables...

En tout cas, ils se jugent capables de noter à la place du professeur et d'imposer des notes qui doivent atteindre la perfection !

Voilà un comportement nouveau qu'on ne voyait pas, il y a quelques années : les élèves se permettent, dorénavant, de contester certaines décisions, de remettre en question les notes.

La mode est, effectivement, à un manque d'exigences, un certain laisser aller : il faut faire preuve de toujours plus d'indulgence, pour rassurer les élèves.

Mais ces élèves devront, un jour, être confrontés à des difficultés bien plus grandes, passer des entretiens d'embauche, trouver du travail...

Non, les enfants ne peuvent pas être leur propre chef : nier les autorités, c'est faire croire à l'enfant que ces autorités n'ont aucune valeur, et c'est l'exposer à des difficultés, dans sa vie d'adulte.

Chacun doit rester dans son rôle : si les enseignants mettent des notes, c'est qu'ils ont une expérience, un savoir-faire.

Les élèves, eux, ne sont pas à même de délivrer des notes, des appréciations, mais on voit bien la tendance qui se dessine : dans nos sociétés, tout est contesté, et notamment le travail et l'autorité des enseignants : ceux-ci ont, pourtant, des compétences, ils ont poursuivi de longues études, leur tâche est souvent complexe : satisfaire les parents, les élèves, l'administration, ce n'est pas simple !

Baisser le niveau d'exigences est, aussi, dangereux : on donne alors à l'élève l'illusion que tout est facile.

Pour ma part, je m'y refuse et je pense, ainsi, rendre service à mes élèves : un enseignement de qualité doit s'accompagner d'une certaine rigueur dans la notation...

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/article-quand-les-eleves-contestent-les-notes-124721427.html

Documents joints à cet article

Quand les élèves se mettent à contester les notes !

Moyenne des avis sur cet article :  2.89/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

110 réactions à cet article    


  • Elixir Elixir 2 mars 11:33

    Oui l’autorité est nécessaire, mais des enseignements alternatifs existent, ou celle-ci est partagée de manière plus intelligente entre personnel éducatif, administratif et élèves qui se responsabilisent ainsi beaucoup plus, jusqu’à faire le ménage et décider ensemble du contenu de l’enseignement en fonction des besoins.

    Quid de la notation ? Est-elle vraiment utile, si oui pour quoi ? Elle est elle aussi remise en cause par certains courants éducatifs.


    • rosemar rosemar 2 mars 11:38

      @Elixir

      En fonction des besoins ? Serait-ce une adaptation obligée de l’enseignement au monde du travail ?
      Et la culture ? La formation d’un citoyen éclairé ?

    • Elixir Elixir 2 mars 11:51

      @rosema
      non, les besoins des élèves, que personne ne prend en compte dans l’enseignement étatique traditionnel.

      Allons donc on va quand même pas demandé à des enfants de quoi ils ont besoin quand même ?

      Il faut des enfants soumis pour faire des employés soumis...


    • rosemar rosemar 2 mars 12:03

      @Elixir



      Les besoins ? c’est à dire les aspirations des élèves ? Ceux ci de plus en plus le droit de choisir leurs filières, tout de même.
      Si on supprime la notation, il faut bien la remplacer par d’autres repères, afin que l’élève connaisse son niveau...

    • pipiou 2 mars 12:09

      @Elixir
      Un employé est un adulte, un enfant est ... un enfant. Il faut quand même commencer par mettre chacun à sa place.

      Vous n’allez pas donner le volant de votre voiture à votre enfant juste pour qu’il éprouve le plaisir d’être un insoumis et d’exprimer ses besoins.

      Quand à la note son rôle premier est d’évaluer.

      Je connais peu de methodes de formation qui n’utilisent pas d’outils de mesure des performances.


    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 12:36

      @pipiou. Professeur de droit public et spécialiste du droit américain, André Tunc aimait raconter l’histoire du kid qui avait manoeuvré ses parents pour entrer chez un concessionnaire auto. Il s’installe au volant de la limousine la plus luxueuse et réclame qu’on la lui achète.

      Mais tu est trop petit pour conduire ! Ça coûte un prix que nous ne pouvons fournir !...
      Aucun argument rationnel n’a prise sur le kid, qui reste au volant en réclamant qu’on lui achète la voiture. C’était un temps où le docteur Benjamin Spock avait la cote : il n’avait pas encore parlé contre la guerre au Vietnam.

      En désespoir de cause, le vendeur fait appel au psychologue, homme de grande taille et de belle carrure, au charme certain pour madame. Le psychologue glisse quelques mots au galopin, qui descend de la voiture, prend la main de son papa, et sort du magasin sans plus faire d’histoires.

      Les vendeurs entourent le psychologue qui a réussi un pareil miracle :
      - Mais comment avez vous fait ?
      - Je lui ai dit à l’oreille : Ecoute moi bien, espèce de sale petit morveux ! Si tu ne descends pas de là immédiatement, tu auras une raclée dont tu te souviendras.


    • Elixir Elixir 2 mars 13:01

      @pipiou

      oui, bien sûr qu’un enfant est un enfant, mais cela ne l’empêche pas d’avoir des préférences, une sagesse, des gouts, des talent et des besoins spécifiques.
      Le minimum serait de les écouter, après la prise de décision c’est autre chose.
      Par ailleurs éduque-ton un enfant de4 ans comme un ado de 14 ans ? L’apprentissage de l’autonomie et de la démocratie ne devrait-il pas être progressif ?

      Pour info le rapport Villani récent sur les maths, met en avant l’efficacité de la méthode Montessouri, qui est une pédagogie alternative maintenant reconnue :

      "Le concept clé de Maria Montessori est l’idée de l’éducation non pas comme une transmission de savoirs, mais comme l’accompagnement du développement naturel de l’enfant, via un environnement préparé adapté aux caractéristiques et aux besoins de son âge. Sa méthode a vocation à être une pédagogie scientifique, basée sur la connaissance et le respect des lois qui gouvernent le développement psychologique des enfants. Cette pédagogie est une méthode d’éducation dite « ouverte » qui repose sur :

      • l’observation de l’enfant,
      • l’enfant comme une personne non seulement digne d’intérêt mais surtout comme l’avenir de la société,
      • l’importance de l’éducation et de l’instruction avant l’âge de 6 ans.« 

      Wikipédia

       »Cette méthode repose sur le respect du rythme propre à chaque enfant. Elle suppose que l’enfant soit acteur de son propre développement. « Il est donc important que l’enfant ait la liberté de mouvement et le libre choix de ses activités, ce qui va permettre le développement de l’autonomie et de la responsabilisation »"

      http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/09/15/quelles-pedagogies-alternatives-sont-enseignees-en-france_4486704_3224.html


      Je ne crois pas que les méthodes entrepreneuriales ou autoritaires soient l’avenir de l’homme, on sait ou cela mène...


    • Elixir Elixir 2 mars 13:34

      @rosemar

      La notation pour les petits pour moi ne sert à rien, au contraire. La notation pour les grands pourquoi pas, puisqu’on est dans une société de compétition, « il faut » en effet se mesurer, un peu comme sur un champ de course.


    • rosemar rosemar 2 mars 13:35

      @Elixir


      On a sacrifié et négligé ces dernières années la transmission des savoirs : on en voit le résultat... en orthographe, grammaire, expression : c’est la dégringolade...

    • Elixir Elixir 2 mars 13:46

      @rosemar

      on a sacrifié au bénéfice de quoi ?


    • pipiou 2 mars 13:51

      @Elixir

      D’une part il ne faut pas qualifier l’école française d’autoritaire car on en est très loin .
      Ne confondez pas avec l’école de vos parents.

      Les ecoles comme Montessori ou Steiner, pour intéressantes quelles soient s’arrêtent avant le bac et correspondent à une démarche élitiste et plutôt privée, donc chère.

      Et il ne faut pas idealiser ces méthodes « nouvelles », voire « vu à la télé », qui ne disent certainement pas que l’élève décide et fait ce qu’il veut.

      En education l’exigence n’est pas contradictoire avec l’intérêt que l’on porte à l’enfant ; l’exigence c’est même cela la responsabilité, plutôt que le pédagogisme ideologique.


    • JL JL 2 mars 15:13

      @JC_Lavau
       
       belle histoire ... sauf que dans la vraie vie, le gamin serait sorti de la voiture mais en braillant, et les parents auraient porté plainte contre le psychologue.
       
      L’enseignement est en pleine crise.
       
       La crise c’est quand « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres . » (Gramsci)


    • Rincevent Rincevent 2 mars 16:52

      @Elixir

      La méthode Montessori c’est très bien mais, étant hors contrat, ça a un coût et pas qu’un peu : entre 5000 et 8500 € ! https://www.lexpress.fr/styles/enfant/ecole-montessori-fantasmes-et-realites_1550275.html


    • Ben Schott 2 mars 17:28

      @Elixir
       

      Plus je lis vos commentaires, plus j’ai envie de prendre ma carte dans un parti d’extrême-droite.
       


    • Allexandre 2 mars 17:44

      @Elixir
      Qu’appelez-vous l’apprentissage de la démocratie ? Il y a longtemps que ce pays n’est plus une démocratie, si tant est qu’elle le fût jamais. Alors le discours sur les élèves qu’il faut écouter blabla. Vous pensez qu’on vous a attendu pour le faire ? Le souci c’est qu’un ado est encore un « enfant » (certains le restent même toute leur vie), par conséquent le bon sens doit régner en la matière, et pas les théories fumeuses qui , au final, ne font que brouiller l’esprit de nos jeunes, déjà sans repères sinon ceux des firmes transnationales qui les utilisent déjà comme les esclaves de demain. Seule la culture rend libre, mais de cela, il n’est surtout pas question !! Ainsi en ont décidé les élites dirigeantes du pouvoir économique et lobbyiste.


    • Elixir Elixir 2 mars 17:45

      @Ben Schott

      Tant mieux pour vous, il faut de tout pour faire un monde !
      Si j’ai réussi à vous décomplexer j’aurais au moins fait quelque chose d’utile..

      Mis à part çà, la différence entre le libertaire et l’autoritaire, c’est qu’il y en a un des deux qui laisse s’exprimer l’autre.



    • Elixir Elixir 2 mars 17:51

      @Allexandre

      oui le pays n’est pas une démocratie parce que cela s’apprend dès le plus jeune âge.

      Les jeunes font le pays à l’image de l’éducation qu’ils ont reçue.

      Autorité = pas de démocratie

      écoute= démocratie

      La seule autorité légitime est celle de la collectivité représentée éventuellement par le maitre, le prof.

      Vous verrez que les profs seront respectés lorsque l’éducation respectera le libre arbitre des enfants...

      Tous les régimes autoritaires utilisent le baton pour se faire respecter, et cela mene à la guerre.

      Allez voir les systemes educatifs des dictatures et vous me direz si cela marche...


    • Ben Schott 2 mars 17:53

      @Elixir
       

      Là, j’ai envie d’envahir la Pologne !...
       


    • Elixir Elixir 2 mars 17:57

      @Ben Schott
      Et moi de fumer un joint !

      T’inquiète après je fais tourner...


    • Cadoudal Cadoudal 2 mars 18:02

      @Ben Schott
      Ils ont pas l’air réceptifs à toute idée d’invasion en ce moment les Polonais...

      Faudrait qu’Elixir aille les rééduquer...


    • pipiou 2 mars 18:06

      @Elixir
      Les élèves sont représentés dans de nombreuses instances scolaires, via leurs délégués.
      Il y a même des établissements où les élèves participent à l’élaboration du réglement intérieur, va falloir sortir de votre trou.

      Mais ce qui arrive encore très souvent c’est que les élèves élisent certains de leurs camarades qui se tiennent le plus mal, les grandes gueules.

      Alors la démocratie des enfants que vous fantasmez elle n’est pas si jolie que ça.
      Et je ne vous parle pas du harcèlement, du racisme, du sexisme qui répondent à ce « besoin des enfants » que vous portez au pinacle.

      Au final la collectivité est de moins en moins respectée dans ce culte individualiste dont vous êtes le supporter.


    • Elixir Elixir 2 mars 18:07

      @Cadoudal

      Tu crois pas si bien sire perso je suis pour le rétablissement de l’uniforme...

      voire du bonnet d’âne


    • Cadoudal Cadoudal 2 mars 18:17

      @Elixir
      Perso, j’ai rien contre l’uniforme, ma fille est dans une école avec uniforme, 55 élèves par classe, pas un qui moufte pendant les cours...

      Le bonnet d’âne, y en avait pas à ma taille, par contre j’en ai usé des balais à nettoyé la cour, la vie au grand air c’est bien aussi...


    • Elixir Elixir 2 mars 18:18

      @pipiou

      c’est tout le contraire, là ou le collectif disparait, la loi du plus fort apparait.
      Et je suis supporter de la collectivité.

      Il y a des bonnes initiatives évidemment dans certains établissements, mais je crois qu on’ est très loin de l’esprit des lycées auto-gérés...

      Je pense qu’on s’entend mal sur les termes. Évidemment que le respect de la règle est nécessaire, mais je suis pour que les élèves apprennent progressivement à participer à sa rédaction, dans une certaine mesure, en fonction de leur propres besoins et spécificités(ne sommes nous pas tous différents ?).

      J’en ai marre d’un état central ou d’une académie qui prétend tout savoir sur ce que les jeunes ont besoin d’apprendre, et qui dévalorise notamment tous les travaux manuels, artistiques ou artisanaux ainsi que l’apprentrissage du vivre-ensemble, ou meme simplement de la vie au bénéfice d’une élite intellectuelle qui voudrait avoir la main-mise sur le monde.


    • Elixir Elixir 2 mars 18:20

      @Cadoudal

      je n’ai rien non plus contre l’uniforme. je vous rejoins la dessus


    • Cadoudal Cadoudal 2 mars 18:27

      @Elixir

      En totale contradiction donc, avec les idées que vous débitiez plus haut...

      A moins d’organiser une consultation citoyenne chaque début d’année dans chaque classe pour demander aux clients de l’établissement quel uniforme ils aimeraient porter.


    • Elixir Elixir 2 mars 18:42

      @Cadoudal

      non pourquoi l’uniforme serait contradictoire avec ce que je dis ?

      L’uniforme a des avantages bien entendu.

      Mais je ne pense pas que ce soit le fond du problème.


    • Cadoudal Cadoudal 2 mars 18:51

      @Elixir
      « Vous verrez que les profs seront respectés lorsque l’éducation respectera le libre arbitre des enfants... »

      On fait comment avec le libre arbitre du gamin qui veut garder son costume de Zorro ?

      On l’oblige à l’enlever, on l’exclut de l’école ?

      On oblige tous ces collègues à acheter le même costume de Zorro ?


    • Alren Alren 2 mars 19:01

      @Elixir

      « Il faut des enfants soumis pour faire des employés soumis... »

      Cette phrase est complètement démagogique et vise à obtenir l’appui des « libertaires » anarchisants.

      Jamais l’école n’exerce une contrainte telle que la volonté des « étudiants » soit brisée.
      D’ailleurs l’éducation morale et l’anti-éducation morale se font à la maison, par l’exemple des parents, pas à l’école où l’étudiant passe une partie très minoritaire de son temps d’éveil.

      Le jeune qui réussira a compris que l’école enseigne des disciplines qui ne sont guère agréables à apprendre (mathématique pour certains, orthographe pour d’autres) mais qu’il faut SAVOIR pour trouver une place confortable dans la société.

      Les vertébrés ne travaillent pas quand ils ont le ventre plein. Ils ne se démènent que pour se reproduire !
      Les « besoins » psychologiques des enfants sont le jeu, les loisirs, les activités sportives à la rigueur.
      C’est un véritable détournement du naturel de leur faire aimer travailler intellectuellement.
      Mais c’est une nécessité sociale.


    • Allexandre 2 mars 19:17

      @Elixir
      Vous confondez autoritaire et autoritarisme, c’est quand même assez primaire de votre part ; ensuite toute personne sensée vous dira qu’un enfant a besoin d’autorité, qu’ils réclament d’ailleurs. De toute évidence vous ne savez pas ce qu’est la démocratie, pas plus que la dictature. Quand on veut donner un avis, encore faut-il maîtriser : ce n’est pas votre cas. Par ailleurs, si vous aviez une connaissance plus large du sujet, vous sauriez que la manipulation des esprits est une évidence dans les dictatures, mais qu’elle est sournoise et bien plus importante dans les pseudo-démocraties libérales. Lisez donc le livre de Edward Bernays, neveu de Freud, qui a publié un ouvrage intitulé Propaganda aux E-Unis en 1920, et dont Goebbels s’est inspiré pour sa propagande. Après vous pourrez donner un commentaire un peu moins manichéen.


    • Elixir Elixir 2 mars 20:36

      @Cadoudal

      oui les enfants sont des demeurés qui veulent tous s’habiller en zorro pour faire mathématiques...

      respecter le libre arbitre çà veut dire ne pas nuire à son intégrité morale et physique c’est tout, çà veut pas dire céder à toutes ses lubies...


    • Elixir Elixir 2 mars 20:42

      @Allexandre

      oui c’est vrai autorité et autoritarisme ne sont pas pareils c’est une erreur de ma part je me suis mal exprimé.
      Et je reconnais que je ne sais rien, je ne connais ni la démocratie, ni la dictature, heureusement que vous êtes là pour me le rappeler.

      Par contre je connais bien le consensus, et les gouvernance alternatives, si çà vous intéresse, on peut en parler,m ais je pense que çà n’intéresse personne, ou si peu...


    • Elixir Elixir 2 mars 20:48

      @Alren

      « C’est un véritable détournement du naturel de leur faire aimer travailler intellectuellement.
      Mais c’est une nécessité sociale. »

      Une nécessité pour qui pour quoi ?

      Si c’est pas naturel, comment cela peut-il être bénéfique ?


    • Cadoudal Cadoudal 2 mars 21:00

      @Elixir
      Tu me dis que t’as rien contre le principe de l’uniforme à l’école.
      Je note une contradiction avec ton discours sur le libre arbitre des gamins.

      Si tu pouvais tenter de répondre aux questions qu’on te pose :
      « On fait comment avec le libre arbitre du gamin qui veut garder son costume de Zorro ? »

      Sinon, si t’es un éducateur de « punks à chien », c’est sur que te t’enfermer dans le déni est une seconde nature...

      Moi, je les ai bien connu, les éducateurs de « punks à chien », rien à en tirer...


    • V_Parlier V_Parlier 2 mars 21:06

      @Elixir
      Je lis : « met en avant l’efficacité de la méthode Montessouri »
      Ce caprice pour gosses de riches qui les rend plus prétentieux que savants ? L’alliance de mai 68 et du BCBG...


    • Allexandre 2 mars 21:46

      @Elixir
      Si cela m’intéresse, mais je n’y crois pas vraiment. Les puissances de l’argent corrompent tout ce qu’elles touchent comme vous devez le savoir. En tout cas, je ne sais si vous avez des enfants, mais votre autorité leur sera d’un plus grand secours qu’un pseudo-laxisme qui ne leur apporte que malheur et mal-être. 

      Et je ne suis pas là pour vous rappeler ce que sont la démocratie ou la dictature, mais l’approximation a conduit l’enseignement et la France là où ils en sont. Seule la rigueur de la pensée et de la parole comme l’enseignaient les anciens pouvaient engendrer des « gentilhommes » dans son sens le plus noble.

    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 22:08

      @pipiou. A Singapour ?

      Quand tu veux.

    • JC_Lavau JC_Lavau 2 mars 22:10

      @JC_Lavau. Bogue de Spip : c’était à Elixir que je répondais.


    • pipiou 2 mars 22:15

      @Elixir
      Je crois que vous mélangez tout.
      ça peut vous sembler dépassé et autoritaire que les adultes maitrisent les connaissances beaucoup plus que les enfants.
      C’est usé, c’est pas moderne, injuste, tout ce que vous voulez mais c’est comme ça.

      Et contrairement aux adultes les enfants ne font pas d’ideologie, ils sont réalistes et notamment ils savent parfaitement identifier les hésitations et les contradictions des adultes. Ils savent utiliser la manipulation.
      Ils savent abuser de leurs droits, ils sont très performants pour échapper à leurs obligations.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès