• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Qui sont les «  haters  » qui nous veulent du mal  (...)

Qui sont les «  haters  » qui nous veulent du mal  ?

Tous ceux que vous croisez ne vous veulent pas du bien (Thanks Captain Obvious !). Dans votre cercle, (je veux dire parmi ceux avec qui vous aurez au moins une interaction dans votre vie), 2 % des personnes se soucient réellement de votre bien être, 89 % s’en moquent éperdument et 9 % vous veulent du mal.

Parmi les haters qui nous veulent du mal, on distingue quatre catégories : les jaloux, les vengeurs, les discriminateurs et les pervers.
L’image qu’on se fait du hater est celle d’un être frustré qui sans raison et parce qu’il se sent intouchable, cherche le conflit sur les réseaux sociaux. Cependant, même si on n’en comprend pas tout de suite la cause, ce comportement prend souvent ses racines dans un profond malaise social, dans la frustration de l’individu. Je ferai à l’occasion un article plus détaillé sur ce sujet.

1) Le jaloux

Le hâter est souvent jaloux de vous et peut avoir un comportement destructeur  ! La jalousie (hors relation amoureuse) est souvent le fruit d’un mal qui caractérise notre société : la compétition. Alors qu’on devrait chercher à devenir une meilleure version de nous-mêmes en apprenant des plus forts que nous, on veut surpasser l’autre par tous les moyens possibles, en l’écrasant s’il le faut. Ce comportement pose problème, car il déshumanise. Il est destructeur pour la société. Si tout le monde se mettait des bâtons dans les roues, plus personne n’avancerait. Je vous conseille donc d’éviter la compétition et d’entrer dans un état d’esprit plus positif : l’émulation. Cela est applicable dans de nombreuses situations. Par exemple, est-il plus sain pour une entreprise de chercher à nuire à des concurrents qui font de meilleurs résultats ou qu’elle apprenne d’eux pour faire moins d’erreurs, pour s’améliorer  ?

2) Le vengeur

Le hater peut aussi être un vengeur, qui a développé un ressentiment envers vous. Les personnalités humaines étant variées, certaines actions peuvent vous toucher tandis qu’elles seront sans effet sur d’autres. Ainsi, le principe d’empathie ne fonctionne pas systématiquement. Il est alors possible que la personne que vous voyez agir en mal contre vous se soit sentie victime d’un de vos agissements et adopte un comportement nocif : ne pas vous dévoiler la cause du problème qu’elle a avec vous. Dans ce genre de situation, faites et tentez par tous les moyens de vous expliquer, de communiquer avec le vengeur.
Si vous avez fait une faute grave et que vous en êtes conscient, sachez le reconnaitre et s’il vous tient à cœur de vous faire pardonner, excusez-vous. Savoir s’excuser tout comme savoir pardonner démontre que vous savez faire preuve d’humilité : une de vos meilleures alliées dans les interactions.

3) Le discriminateur

Enfin, un hater peut aussi vous détester tout simplement pour ce que vous êtes : c’est un discriminateur. C’est le cas de toutes les personnes qui agissent différemment en fonction de ce qui vous caractérise : votre physique (couleur de peau, taille, poids), votre orientation sexuelle, votre sexe, votre pays… etc. Ils sont malheureusement nombreux et il est compliqué de les faire changer. En effet, il faudrait entièrement reconstruire leur schéma de pensée qui est basé sur des idées fixes et de nombreux raccourcis. Cette catégorie se remet rarement en question et ne réfléchit que très peu sur son propre raisonnement (si facilement démontable). La situation où le discrimateur devient le plus nocif est celle où il dispose d’un pouvoir sur vous. Il peut par exemple s’agir d’un policier (voir ce qui se passe notamment en Amérique), d’un juge, d’un homme politique, d’un recruteur…

4) Le pervers

Contrairement aux autres, le pervers n’a pas de motif pour vous nuire. Dans son monde, votre souffrance est vécue comme un délice. Il y’a plusieurs types de pervers, les plus connus étant les pervers sexuels et les pervers narcissiques. (Voir l’article du Nouvel Observateur à ce sujet :http://tempsreel.nouvelobs.com/le-dossier-de-l-obs/20120315.OBS3872/pervers-narcissiques-20-pistes-pour-les-reconnaitre.html). Il faut apprendre à identifier ce type d’individu et les fuir dès que possible, car ils ne peuvent avoir que des impacts négatifs sur votre vie.

Pour terminer ce billet, je vous conseillerai de toujours tenter d’identifier à qui vous avez réellement à faire pour prendre la meilleure décision. Observez les personnes autour de vous et demandez-vous à quelle catégorie ils appartiennent. Veulent-ils VRAIMENT votre bien  ? Vous comprendrez ainsi que souvent, votre bien être leur importe peu. (Attention nuance : Cela n’empêche pas ces mêmes personnes de vous considérer comme important si vous leur apportez quelque chose d’utile.

Retrouvez mes articles sur mon blog : http://interactionspositives.fr

 

Cédric Mora


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • lsga lsga 3 mai 2016 18:32

    encore faudrait-il définit convenablement « bien » et « mal »


    « C’est pour ton bien » : les « white knights » peuvent faire autant de mal que les haters. 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 3 mai 2016 21:56

      Merci pour cet article, le harcèlement, technique des pervers, mériterait un article à lui tout seul.


      • astus astus 4 mai 2016 14:48

        @l’auteur, 


        Je me demande d’où vous tirez les statistiques que vous énoncez :
        « 2 % des personnes se soucient réellement de votre bien être, 89 % s’en moquent éperdument et 9 % vous veulent du mal. »
        Pouvez-vous préciser vos sources ? 
        Par ailleurs pourquoi utilisez vous l’anglicisme « hater » qui vient de haine je suppose ? Il devrait y avoir des mots français correspondants, par exemple ceux qui veulent le mal et qui agressent autrui parce que pour eux l’enfer c’est toujours les autres, ce qui est proche du narcissisme et de la paranoïa, mais alors comme Isga le propose, il faut définir ce qu’est que le mal, et donc le bien.
        Enfin vous parlez des jaloux alors que la jalousie suppose en général trois personnes : ce que vous décrivez s’appelle plutôt l’envie, ce qui n’est pas du tout pareil. Vous pouvez sans doute mieux faire et l’on ne saurait trop vous conseiller d’essayer 

        • Phalanx Phalanx 4 mai 2016 14:49

          3- « Ils sont malheureusement nombreux »


          Vous avez des chiffres ? parce que les médias ont des équipes de recherche dédiées à trouver plein de racistes et autres machinphode, mais la pêche est assez maigre.

          • Zolko Zolko 4 mai 2016 17:23

            @ l’auteur :
             
            « 2 % des personnes se soucient réellement de votre bien être, 89 % s’en moquent éperdument et 9 % vous veulent du mal. »
             
            ben mon vieux, vous n’avez pas de chance dans la vie. Moi, je ne connais qu’une seule personne qui me veuille du mal, sur les centaines que j’ai connues. Et j’y suis peut-être un tout petit peu pour quelque-chose.


            • sarcastelle sarcastelle 5 mai 2016 07:17

              « hater », ça doit vouloir dire porteur de chapeau ?


              Pourquoi qu’y cause en gliche, ça lui donne l’air plus malin ? 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

cmora


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès