• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Savoir rire de soi

Savoir rire de soi

 Suite à l'épisode médiatique largement et servilement relayé par les médias montrant Mélenchon imitant l'accent d'une journaliste pour le tourner en dérision (voir à ce lien), une député LaREM, Laetitia Avia -la mordeuse de chauffeurs de taxi (petit rappel)- propose une loi contre cette discrimination selon elle par l'accent ou "glottophobie" (voir ici). Et beaucoup de repartir sur le couplet sur les parisiens qui seraient ceci ou cela, arrogants et prétentieux. Parisiens qui ont d'ailleurs un accent eux aussi, enfin surtout ceux du XVIème. Rappelons aussi que pour beaucoup de "sudistes" Paris commence au Nord de la Garonne voire de l'étang de Berre.

 

Chaque région a ses préjugés les uns sur les autres, chacune a ses "belges" en quelque sorte réputés ridicules et risibles...

 

J'adore les accents, les accents sont la richesse de ce pays, ils en montrent la diversité. Et je me suis aperçu, croyant ne pas en avoir, que j'avais celui de la Normandie où j'ai quand même vécu depuis 1977 en arrivant à la capitale il y a quatre ans, un accent provoquant une certaine condescendance de la part de collègues n'ayant jamais franchi le "périph". Pour eux la province est une sorte de "terra incognita" où il n'y a sans doute pas l'électricité, encore moins l'internet, sans parler des "bonnes" écoles. Alors que je suis né dans le XVème ! Je dois avouer que j'en rajoute dans le côté rural, c'est tellement drôle de ridiculiser ces préjugés sur les provinciaux.

 

A l'inverse, ayant dit que j'étais né à Paris quand je travaillais en province, j'étais de temps en temps le "parigot de service".

 

Cependant, je trouve que le respect des origines des uns et des autres ne doit pas empêcher de rire de soi, de ses propres travers et ridicules, l'auto-dérision étant la forme la plus élevée de l'humour, mais tout le monde n'en est pas capable. Cela demande une certaine intelligence il est vrai.

 

Au lieu de cela, tout le monde en ce moment s'engouffre dans une judiciarisation des rapports humains. Certes, que deviendraient les rigolos de fin de banquet si on ne peut plus moquer l'accent belge ? Mais qui n'a jamais ri à une blague belge ? Ou française ? (si tu es belge ami lecteur). Par exemple, comment faire fortune ? Il suffit d'acheter un français au prix auquel on l'estime et de le revendre au prix auquel lui s'estime. Mais en quoi est-ce si mal d'avoir de l'humour envers un accent ? En quoi est-ce si mal de savoir rire de soi ?

 

Si l'on va jusqu'au bout du raisonnement de madame Avia spécialiste en mièvreries donc, on interdit les chansons et films de Bourvil qui jouait sur ses origines paysannes, et normandes, on interdit les chansons et films de Fernandel dont l'humour se basait sur son identité du Sud. On met à l'index "Moi un noir" de Jean Rouch ou "les dieux sont tombés sur la tête" et tous les "comiques" qui jouent sur leur côté "lascar" de banlieue. Mais dans ce dernier cas sans doute, "c'est pas pareil"....

 

Sic Transit Gloria Mundi, Amen 

Amaury - Grandgil 

illustration empruntée ici


Moyenne des avis sur cet article :  2.05/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • Christian Labrune Christian Labrune 19 octobre 12:40

    Pauvre Jean-Luc ! Il veut faire rire, il fait le pitre, il contrefait l’idiot, il est assurément le meilleur de nos humoristes, mais personne ne comprend son intention réelle et tout le monde, en tout cas, affecte de le prendre au sérieux sans même se rendre compte que, s’il l’était, il y a déjà longtemps qu’il serait à Sainte-Anne.


    • Pierre Sanders Pierre Sanders 19 octobre 12:43

      @Christian Labrune

      Des années durant, les gauches se sont régalées des malheurs et condamnations de leurs adversaires, en particulier du Front National. Nous, qu’elles pensaient, les gauches, on est du côté du Bien, on est les Bons. On n’est pas antisémites, on n’est pas racistes, on n’est pas des voleurs, on n’est pas des caricaturistes éthologiques : on ne risque rien du tout !

      Ils étaient bien trop bouffis de certitudes républicaines – écoutez-le, façon XVIIIe « Je suis la République » « Ma personne est sacrée » (Robespierre en vue de l’échafaud !) - pour comprendre qu’au-delà de la superficialité des faits, les poursuites s’inscrivaient dans le cadre d’une attaque « apolitique » contre les opposants. Apolitique en ce sens que tous les opposants sont dans le même sac, et qu’ils sont frappés indistinctement quand l’occasion s’en présente. Maintenant, c’est au tour de la FI/JLM, avec, en fonds d’écran permanent, le trio infernal JMLP/MLP/RN

      Quand, en 1988, Jean-Marie Le Pen a été condamné pour un jeu de mots débile, « Durafour crématoire * », j’ai rien dit

      Quand, en 1986, Jean-Marie Le Pen a été condamné pour antisémitisme insidieux, j’ai rien dit

      Quand ils ont sabordé Fillon, j’ai rien dit

      Quand ils ont harcelé le FN pour des histoires d’assistants, j’ai rien dit

      Quand le parquet de Paris a requis, contre le FN, des poursuites pour abus de biens sociaux et recel , j’ai rien dit

      Quand tous les médias se régalaient d’un soupçon de dissimulation de patrimoine par MLP, j’ai rien dit

      Quand une malicieuse gamine a été condamnée à neuf mois de prison ferme pour avoir singé Taubira, je n’ai toujours rien dit

      Alors voilà, camarades, vous permettez qu’on se gausse des indignations et qu’on se tape un rassis.

      Signé : un branleur au nom de plusieurs

      * Le calembour est la fiente de l’esprit qui vole, Victor Jugo, poète espagnol ) París, 26 de febrero de 1802 - 22 de mayo de 1885)


    • Christian Labrune Christian Labrune 19 octobre 15:04
      @Pierre Sanders

      Eh bien moi, quand on a coulé Fillon pour qui je comptais voter - même si c’était la mort dans l’âme !-, je n’ai rien dit.
      Je n’ai rien dit non plus quand on a commencé à chercher des poux dans la tête aux Le Pen.
      Je ne dirai rien à propos de ce qui arrive à la France Soumise, sinon que ça me fait bien rire.
      Je ne dirai certes rien non plus quand ça va tomber sur la macronie - et c’est pour bientôt.

      On est encore en démocratie, et les politiciens ne peuvent pas encore tout se permettre ; c’est heureux. La justice, tant bien que mal - et quelquefois plutôt mal que bien, je vous le concède -, fait son boulot. Je trouve donc assez contestable votre litanie pastichant un texte de Brecht relatif au fascisme. Crier au fascisme à tout propos, ça ne contribue guère à éclairer la situation.

    • Pierre Sanders Pierre Sanders 19 octobre 17:35

      @Christian Labrune

      « On est encore en démocratie... »

       

      Ben non, justement pas, vous voyez.

      Si vous aviez lu ce qui précède l’énumératiom, à savoir :

      « …au-delà de la superficialité des faits, les poursuites s’inscrivaient dans le cadre d’une attaque « apolitique » contre les opposants

      « Apolitique en ce sens que tous les opposants sont dans le même sac, et qu’ils sont frappés indistinctement quand l’occasion s’en présente. Maintenant, c’est au tour de la FI/JLM, avec, en fond d’écran permanent, le trio infernal JMLP/MLP/RN »

      Je m’étais promis - et je rigole pas avec ça !- de ne plus jamais répondre à ceux qui regardent le doigt, plutôt que la lune. Dans le fond, je me fous tellement de ce qu’ils comprennent, ou pas, de ce qu’ils pensent de moi, ou de comment ils me « jugent », ces demeurés.

      Il est possible alors – je m’interroge
      - que j’aie voulu adresser un ultime salut à l’un des rares agoravoxien échappant à la monomanie antisioniste. Il est inutile de me répondre quoi que ce soit, vous êtes sur liste noire, pour m’avoir fait manquer à ma parole.

       

      P.S.- Labrune, c’est facile à se souvenir. Et puis vraiment, en cas se panne, il suffit de connaître la musique : Die Straße frei, Den braunen Bataillonen.


    • La Paille et la Poutre 19 octobre 19:28

      Savoir rire de soi c’est aussi accepter d’être raillé parfois et de ne pas se prendre au sérieux.
      L’auteur qui a l’habitude de faire des signalements en ligne aux pandores ou de menacer de se rendre au commissariat tellement il est imbu de sa personne n’est donc pas concerné smiley

    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 octobre 20:05

      @La Paille et la Poutre
      Bonsoir buzzcocks, au revoir buzzcocks


    • Amaury Grandgil Amaury Grandgil 19 octobre 20:07

      @La Paille et la Poutre
      tu crois vraiment que j’aurais perdu du temps à une main courante pour toi ?? smiley


    • Christian Labrune Christian Labrune 20 octobre 01:21
      @Pierre Sanders

      La contestation que je faisais de votre propos n’était en rien malveillante et ne justifiait certainement pas qu’on pût m’inscrire sur quelque « liste noire » : on pouvait discuter.

      J’entends très bien ce que vous voulez dire : le phénomène du macronisme est préoccupant. Certes, mais il n’a pas grand chose en commun avec la sorte d’’intelligence perverse qui anime les totalitarismes. Il s’étale simplement avec une espèce d’impudence plutôt caractéristique du sans-gêne et de la plus grossière bêtise.

      Dans les totalitarismes, vous aurez toujours une espèce de doctrine idiote, mais rigide et propre à susciter l’enthousiasme et le fanatisme des plus crédules, fussent-ils minoritaires dans le pays. Le macronisme n’a même pas cette pseudo-consistance des systèmes doctrinaires. C’est une simple bulle médiatico- fantasmatique. Elle aura grossi très vite dans les têtes les plus faibles et elle est déjà sur le point d’éclater. Dans un système totalitaire, vous trouverez toujours des volontaires qui croient assez à la pérennité du pouvoir pour vouloir y occuper des postes. Dans le macronisme, ceux de la première heure se rendent compte déjà qu’ils se sont fourvoyés ; ils préfèrent quitter le bord avant le naufrage pour ne pas être entraînés dans les profondeurs. Pour trouver des remplaçants à ceux qui se sont déjà défilés, comme on l’aura bien vu avec le remaniement ministériel, c’est de plus en plus difficile, et ce n’est qu’un début.

      « Le ridicule déshonore plus que le déshonneur », disait La Rochefoucauld, et le pouvoir actuel en France, après les différentes postures adoptées par Macron et ses sbires (fête de la musique, Contrescarpe, etc.), se trouve salement menacé par le grotesque. Il n’y survivra pas plus qu’à une politique extérieure qui est, elle, authentiquement déshonorante, vis-à-vis de l’islamo-nazisme iranien en particulier.

      Il faudrait que le pays pût sortir de cette mauvaise passe, mais le champ politiique actuel ne nous offre malheureusement qu’une galerie de faces de carnaval. Le dernier en date de ces masques grimaçants, qui vient fort heureusement de se saborder, n’était pas le moindre.

    • Cyrus l’ hermite 20 octobre 05:40

      @Christian Labrune

      pastichant un texte de Brecht
      en fait il s’ agit d’ un texte de Martin Niemôller
      Bertold Bresh ecrivait plutot 
      « Nos défaites d’aujourd’hui ne prouvent rien, si ce n’est que nous sommes trop peu dans la lutte contre l’infamie, et de ceux qui nous regardent en spectateurs, nous attendons au moins qu’ils aient honte. »

    • Christian Labrune Christian Labrune 20 octobre 11:40

      @l’ hermite


      C’est exact. J’aurais dû vérifier :


    • Cyrus l’ hermite 20 octobre 14:31

      @Christian Labrune

      Vous êtes tout pardonné , ces deux texte vont très bien ensemble .
      Celui du pasteur as tellement été repris qu’ il en existe de nombreuses version dont une seul est le premier jet.

    • paille et poutre 21 octobre 10:54
      @Amaury Grandgil

      Et non ce n’est pas buzzcocks comme vous dites !

      Mais il faut dire que vous avez menacé de plainte tant de personne que je vous pardonne ce trou de mémoire smiley

      Allez , je vous laisse sur votre agora privée.

      Faites vous plaisir smiley

    • cevennevive cevennevive 19 octobre 14:18

      Bonjour Amaury,


      Oh Bonne Mère ! Oh peuchère ! que seraient les films de Pagnol sans Rému ?

      La preuve, ceux qui ont joué dans les dernières versions de ces films cultes n’avaient pas l’accent du Midi et manquaient totalement de crédibilité (sauf Yves Montant bien entendu qui savait, lui le prendre lorsqu’il le fallait).

      L’accent, cette preuve indiscutable de la région d’où nous venons et que beaucoup d’arrivistes s’efforcent de gommer !

      Lors de mes premiers cours à Mamers, dans la Sarthe, l’un de mes élèves m’a demandé : « Madame, vous êtes Française ? »

      Madame Avia est ridicule avec sa proposition. Parler Français, le comprendre, le lire et le pratiquer : oui, autant que possible. Car aujourd’hui, nous entendons un effroyable sabir de la part de nos jeunes et c’est autrement plus gènant qu’un accent.

      Qui, parmi nous n’a jamais singé l’accent « pointu » d’un arrogant qui se croit le maître du monde parce qu’il parle « parigot » avec hauteur et mépris ? Allez, tous, comme moi, j’en suis certaine !

      Moi aussi Amaury, j’aime les accents.

      Bien à vous.

       

      • Christian Labrune Christian Labrune 19 octobre 15:24

        @cevennevive


        Je déteste l’accent du midi, particulièrement celui de Toulouse, mais c’est à cause d’un traumatisme subi dans mon enfance. La seule institutrice que j’eusse connue avant la classe de sixième était communiste, venait de Toulouse, et nous flanquait des baffes. Son accent était à couper au couteau.

        Et pourtant !

        Ma famille maternelle venait du Nord ; on y confondait souvent l’accent grave et l’accent aigu, on y prononçait « Corée » de la même façon que « craie ». Les oreilles de la dame en souffraient , au sens figuré, mais les miennes en souffrirent au sens propre.

        Mélenchon, fâcheusement, me rappelle cette abominable gorgone.


      • Claudec Claudec 19 octobre 16:54

        Tenter de ramener la prestation de JLM à un exercice de pitrerie, est du même tonneau que vouloir noyer le poisson de présumés détournements de fonds en invoquant le coût d’une campagne, mais cela ne change rien à la réalité des faits.

        N’ayant plus rien à voir avec la geste politicienne, aussi démagogique qu’elle puisse être, des comportements de ce genre démasquent des individus qui ne sont que des énergumènes, par conséquent irresponsables et indignes d’une quelconque représentation.
        Si ceux qui se reconnaissent en lui s’en accommodent, libre à eux, mais ne serait-ce qu’une partie du pouvoir d’un Etat entre de telles mains est une toute autre affaire.


        • papat 19 octobre 19:10

          Suite aux perquisitions menées contre La France insoumise (LFI) sur ordre du parquet de Paris mardi, la justice et les médias lancent une campagne violente contre le chef de LFI, Jean-Luc Mélenchon. Le but est manifestement de menacer d’interdire LFI, une organisation qui a reçu les voix de 20 pour cent des Français aux dernières élections présidentielles, ou du moins de faire planer sur les têtes de ses dirigeants la menace de peines considérables.

          Ceci serait un pas majeur dans la transformation de l’État policier créé en France sous l’état d’urgence de 2015-2017 en un appareil servant ouvertement à écraser l’opposition politique et la colère sociale contre l’aristocratie financière. En fait, la manière dont les milieux officiels traitent cette perquisition est un avertissement de la profonde crise de la démocratie française. Un État policier existe et se consolide rapidement en France, posant une menace mortelle aux travailleurs.


          • math math 20 octobre 08:45

            Mélenchon (comme MLP) vient de montrer ses limites d’homme « Des-Tas »...côté bouffon il en impose.. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès