• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Sida : conférence dissidente dans le Gard

Sida : conférence dissidente dans le Gard

Ah, la dissidence Vih / Sida, une histoire vieille de trois décennies qui fait hausser les épaules ou rouler les yeux de l’immense majorité des gens qui en ont entendu parler. Pour certains c’est un pilier de la culture complotiste, pour d’autres un délire de vieux savants séniles depuis longtemps discrédités, ou encore un paravent pour homophobes qui ne disent pas leur nom. Tous les gens dits sérieux vous diront que c’est du grand n’importe quoi, point final.

Pour preuve, la très sérieuse radio France Culture, que j’écoute souvent avec intérêt, a sorti un programme intitulé « Fake news, théories du complot, comment lutter ? » (1) où elle s’inquiète d’un sondage IFOP affirmant que 32% des Français croient que le Sida a été créé en laboratoire. Sous-entendu, créé dans le but d’éradiquer une partie de la population, celle de facto la plus touchée : les homosexuels mâles et les africains.

Il y a peut-être des gens qui pensent cela, mais on ne les rencontre pas dans les conférences « dissidentes » sur la question de la cause du Sida. Néanmoins cela suffit, tout comme les accusations de « négationnisme » qui associent une pensée dissidente sur le Sida à l’antisémitisme, à discréditer d’office toute personne qui oserait encore vouloir en parler ouvertement et sérieusement. Et c’est bien le but.

C’est donc le fer de lance de cette dissidence qui s’est retrouvée, voici quelques jours, dans un petit village du Gard pour une conférence internationale intitulée « Challenging Avaricious Viral Paradigms« , que je traduirais par « Critique de la suprématie du paradigme viral », à comprendre dans le sens d’une critique du principe que des virus pathogènes et contagieux sont la cause première de certaines maladies qu’on leur attribue. A commencer par le Vih bien sûr, mais aussi le HPV, la polio et d’autres.

Ce blog suit l’affaire de la dissidence Vih / Sida depuis longtemps (il suffit de faire une recherche sur le tag « vih » pour trouver un certain nombre d’articles), non pas par croyance aveugle mais parce que cette affaire reste le symbole de à quoi peut mener une industrie pharmaceutique « décomplexée », celle du monde actuel, tirant d’énormes bénéfices de ces paradigmes viraux et capable de corrompre (en termes polis : faire du lobbying) des gouvernements, truquer voire inventer des études entièrement factices (2) pour vendre leurs produits, et imposer des principes ou des lois que toute personne parfaitement « normale » peut trouver surprenantes.

En France l’affaire du H1N1 (3) fut plus que douteuse, presque autant que l’affaire du Médiator qui n’aurait sans doute pas pu sortir si la récente loi sur le secret des affaires avait existé à l’époque ; sans parler de l’affaire toute récente de l’imposition de onze vaccins au lieu de trois au terme d’une manipulation aussi grosse qu’efficace (4). Mais les médias n’y regardent pas de trop près car l’industrie pharmaceutique est un gros client des espaces publicitaires, et les patrons de presse habitent les mêmes quartiers que leurs homologues de Big Pharma.

Revenons à notre conférence. Ayant participé à une précédente édition en 2012 en qualité de vidéaste amateur (5), l’organisateur me proposa de refaire la même chose et j’ai donc filmé l’ensemble des présentations, qui seront disponibles sous forme de vidéos sur Youtube, ainsi qu’un trailer de cinq minutes introduisant la conférence, et un clip composé d’interviews de quelques participants – notamment un « poids lourd » de la dissidence, le professeur David Rasnick.

Voici le trailer et le clip des interviews :

L’intérêt des présentations est d’avoir un matériel disponible pour le public intéressé par la question, et de discuter sur base de choses concrètes. La critique de l’hypothèse que le Vih cause le Sida est évidemment le fond de commerce de ce mouvement, critique qui date d’une époque où le syndrome de déficience immunitaire ne s’appelait pas encore Sida mais Grid, mais qui sorti du cercle fermé de la discussion scientifique à la fin des années 80, avec la publication de livres accusant spécifiquement la science officielle de se tromper de cible.

L’un des pionniers de cette mouvance grand public est John Lauritsen, auteur en 1986 de l’ouvrage « Death Rush : Poppers and AIDS » qui pointait les effets désastreux de l’usage de « poppers », relaxant musculaire très usité en milieu homosexuel, sur le système immunitaire et donc le probable lien avec le Sida. John Lauritsen, aujourd’hui âgé de 79 ans, était présent à la conférence et l’ouvrit avec un keynote speech intitulé « Making our case in the battle for truth« :

Ce mouvement est aussi né de la critique de l’utilisation de l’AZT pour « soigner » les immuno-déficients déclarés séropositifs, pour deux raisons : d’une part le test de séropositivité ne teste pas pour le virus mais pour des traces d’anticorps qui ne sont pas spécifiques au Vih (6), d’autre part l’AZT est un médicament inventé pour la chimiothérapie mais rapidement retiré du marché car trop dangereux : il tue les cellules cancéreuses certes, mais tout le reste aussi. Il fut ressorti comme traitement des patients atteints du Sida, et reste utilisé aujourd’hui dans les tri-thérapies mais avec un dosage beaucoup plus faible et non-létal, du moins à court ou moyen terme.

Trente ans après le début de cette aventure, le mouvement dissident est certainement très affaibli. Il l’est parce que ses principaux acteurs vieillissent et disposent de peu de ressources, parce que la recherche officielle sur le Sida n’a évidemment aucun intérêt à tuer la poule aux oeufs d’or et excommunie tout scientifique dissident, parce que le Sida n’est plus considéré comme une maladie mortelle mais comme une maladie chronique, pour laquelle existe un traitement à vie. La situation semble donc bien moins grave qu’elle ne l’a été, et la polémique marginale voire sans objet.

Ce mouvement a connu une période plus faste entre le milieu des années 90 et le début des années 2000, avec la publication d’ouvrages pertinents (notamment le « Inventing the AIDS virus » du prof. Peter Duesberg) et le grand combat qui s’est déroulé, en 2000, en Afrique du Sud sous la présidence de Mbeki. Ce dernier, concerné par l’épidémie de Sida qui semblait toucher la population sud-africaine, mais sceptique des causes et remèdes qui lui proposaient les instances internationales officielles, chercha une seconde opinion et organisa une conférence bi-partite avec le mouvement dissident et les « officiels ». L’OMS et les médias occidentaux tirèrent à boulets rouges sur Mbeki et ce dernier finit par laisser tomber, laissant le champ libre à l’industrie du Vih et portant un coup fatal au camp dissident.

David Rasnick, qui s’est retrouvé à la tête du camp dissident dans la confrontation sud-africaine, revient sur cet épisode dans l’interview que j’ai réalisée pour le clip ci-dessus, tout comme y revient la réalisatrice de documentaires Joan Shenton dans une autre présentation sur, justement, la gestion des épidémies de SIda et d’Ebola en Afrique. Elle s’appuie sur une étude réalisée par une professeur de philosophie de l’université tanzanienne de Dar-el-Salam, Helen Lauer, qui critique l’instrumentalisation par les instances occidentales (politiques, sanitaires et pharmaceutiques) de problèmes de santé publique en Afrique, problèmes liés aux conditions de vie mais transformés en crises épidémiques (Sida, Ebola) qui soumettent les institutions africaines à une forme de colonialisme médical : on leur impose ainsi des tests médicaux, des procédures et des traitements sur lesquels ils n’ont pas de contrôle.

Vidéo de cette présentation, intitulée « How epistemic injustice in the global heralth arena undermines public healthcare delivery in Africa« :

La petite communauté ne se fait plus guère d’illusions sur sa capacité à modifier la trajectoire du vaisseau Vih / Sida officiel, mais elle attire toujours des curieux et, surtout, des gens intimement concernés (cad séropositifs ou proches de gens séropositifs) qui se rendent compte des incohérences du discours officiel et cherchent à comprendre ce qu’il leur arrive.

Le mouvement est également sorti de la stricte question du Vih pour s’en prendre à d’autres cas où le lien entre un virus et une maladie, débouchant sur un vaccin, leur semble suspect – et à l’heure actuelle il s’agit surtout du HPV, censé causer le cancer cervical et objet d’une polémique mondiale concernant les effets secondaires des vaccins anti-HPV (7).

Cette conférence fut un moment de rencontre et d’échanges, aussi bien avec des personnalités du mouvement dissident qu’auprès de gens confrontés à des problèmes pratiques de vie avec un diagnostique séropositif. Certaines présentations m’ont paru très pertinentes, d’autres un peu folkloriques mais quoi qu’il en soit une pensée critique du (très rentable) business as usual est toujours nécessaire. Je dirais même qu’au vu des développements récents en matière de contrôle de l’information, du tropisme autoritaire qui sévit partout, du politiquement correct menant à l’auto-censure, de l’argumentation victimaire ou identitaire visant le déni de l’autre, toute pensée dissidente doit être admirée comme une fleur dans un champ de maïs OGM.

 

Notes :

(1) https://www.franceinter.fr/emissions/le-telephone-sonne/le-telephone-sonne-11-janvier-2018

(2) https://zerhubarbeblog.net/2015/06/29/la-moitie-des-etudes-biomedicales-seraient-fausses-selon-the-lancet/

(3) https://zerhubarbeblog.net/2010/07/20/h1n1-le-rapport-du-conseil-de-leurope/

(4) https://zerhubarbeblog.net/2017/07/05/sur-vaccination-le-lobby-pharma-en-marche-avec-edouard-philippe/

(5) https://zerhubarbeblog.net/2012/06/27/reportage-sur-la-conference-dissidente-vihsida-pont-du-gard-juin-2012/

(6) https://zerhubarbeblog.net/2013/01/16/vih-pour-mieux-comprendre-les-tests-de-seropositivite/

(7) https://zerhubarbeblog.net/2012/11/15/vaccination-anti-hpv-gare-aux-accidents/

Crédit image : Robert Crumb.


Moyenne des avis sur cet article :  3.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

33 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 22 juin 14:19
    c’est vraiment dommage que cuba impose 11 vaccins sans big pharma.


    • Paraît qu’un belge serait encore dans le coup (contact avec un singe en Afrique). smiley. Bof, quand on aura trouvé le moyen d’éradiquer le Sida et le cancer surgiront d’autres maladies. Justice immanente qui ne touche pas que les homos,..


      • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 22 juin 23:43

        @Mélusine ou la Robe de Saphir. Naaah il ne fait que raconter des histoires :) Sinon oui les maladies sont surtout des symptômes d’un mode de vie, à en croire la philosophie holistique. Tal Schaller participait aussi à cette conférence, je suis en train de mettre sa présentation en ligne. 


      • @Vincent Verschoore

        Afin de bien saisir ce que j’entends par « justice immanente » il me faut rajouter une précision :  pas un châtiment venant d’une entité supérieure qui surveille les faits et gestes de l’individu. NON, cela ne marche pas comme cela, autrement de nombreux nazis n’auraient pas survécu aussi longtemps. Mais une dynamique inconsciente et mortifère qui entraîne l’individu sur le chemin oh combien fascinant de thanatos. J’ai lu la psychanalyse (très particulière et "hors cadre de Nouréev. Cette mort, il l’attendait,....
        https://www.babelio.com/livres/Grimbert-Rudik-lautre-Noureev/677669. Mais vous échappe encore que l’éros se mêle toujours à Thanatos (Don-Juan et la statue du commandeur ou SURMOI). Contrairement aux nazis qui ne sont pas dans l’éros mais murés dans leur forteresse a

      • Suite : forteresse apathique (ou absence totale d’empathie,...).


      • colibri 22 juin 19:19
        le mouvement dissident est certainement très affaibli. 

        Ils ont quand même gagné il me semble ,

         Je suis allé à une conférence de dissidents il y a une quinzaine d’année , 
        leur pensée était pour résumer si j’ai bien compris qu’il n’y avait pas de corrélation entre le virus et la maladie , 
        non qu’il n’y ait pas de symptômes , mais la panoplie de symptômes nommée globalement « sida » pouvait se rencontrer aussi bien chez des porteurs que des non porteurs , et affectait le plus souvent des personnes ayant des pratiques sexuelles hors norme , avec de nombreux partenaires.
        que le terme sida avait été crée parce qu’il y avait effectivement une mise en évidence du virus chez certaines personnes qui présentaient des symptômes , mais que ce n’était pas systématique , et que si l’entité sida avait été crée c’est pour que big pharma puisse mettre en vente chimio et vaccin ;
        Cela signifiait concrètement selon eux que des personnes porteuses du virus ne développaient pas systématiquement les symptômes , alors que le dogme véhiculé par les instances médicales via les médias était 
        « sida = c’est une maladie mortelle et contagieuse » on parlait même d’épidémie ;

        On observe actuellement que le sida n’est plus mortel (ou dans de rares cas d’homos très immunodéprimés ) et qu’il n’a pas fait les ravages que les médias prévoyaient , , et qu’’il y a des porteurs sains dont on s’ait qu’il n’ont jamais développé la maladie depuis 20 ans , ce qui tendrait à confirmer sur ces 2 points la pensée des dissidents .



        • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 22 juin 23:41

          @colibri Sans doute mais l’establishment rétorque que si l’épidémie a été enrayée c’est du fait de la prévention et des anti-rétroviraux. 


        • colibri 23 juin 13:38
          @Vincent Verschoore
          Il n’y a que les gens qui ne regardent pas de près pour les croire , parce que les anti rétroviraux ne fonctionnent pas plus qu’un placebo et sont même nocifs ,malgré les effets d’annonces . 
          mais le temps passant a bien montré que le dogme du départ était faux ;

        • Garibaldi2 23 juin 02:29
          Il y a des porteurs sains dont on sait qu’ils n’ont jamais développé la maladie, comme il y a des poissons volants, mais qui ne sont pas la règle générale !



          • colibri 23 juin 13:35
            @Garibaldi2
            il y a plus de porteurs sains qu’on ne pense , mais le système se garde bien de les répertorier , il n’intéressent pas car ils sortent du paradigme , c’est comme les gens qui guérissent de cancer sans chimio et qui ne sont jamais comptabilisés .

          • keiser keiser 23 juin 06:38
            Salut

            Je connais un peu cette sidaventure et me rappelle avoir conversé avec les dissidents non orthodoxe, comme ils se définissent.
            C’est un peu comme un puits sans fond, où chacun y cherche son chat.
            Pour ma part, je reste dans l’expectative car dans cette histoire, tout le monde campe sur ses positions.
            Ma femme est morte du sida.
            Et moi qui apparemment serait porteur de la mutation d’un gène CCR5 et ben je suis tout seul dans mon coin. 
            Car et paradoxalement, personne et je dis bien personne ne s’est intéressé au fait que je ne sois pas sensible à ce virus, malgré 25 ans de vie commune.
            Quand j’en parlais au prof qui soignait ma femme, ainsi qu’à d’autres professionnels.
            La seule réponse que j’obtenais était que j’avais eu de la chance.
            Alors quand on se place à ce niveau, la chance peut aussi devenir une science.
            Pour votre prochain article, essayez d’être un peu plus lisible. smiley

            • keiser keiser 23 juin 06:56
              @ tous

              Je voudrais juste préciser que ma femme et moi n’étions pas adepte de délires sexuels et compagnie.
              Elle a juste payé très cher ses erreurs de jeunesse avec l’héroïne.
              Et dans l’instant, j’aurais plus de rancœur envers cette stupide attitude du gouvernement qui à mis si longtemps pour autoriser la vente libre des seringues, ou autres Stéribox.



            • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 23 juin 10:38

              @keiser
              Bonjour et merci pour votre témoignage.

              Dans le reportage ci-dessus un homme est diagnostiqué séropositif mais sans symptômes, et pour la médecine il fait partie de la catégorie des « elite controllers », des séropositifs sans charge virale et un taux CD4 normal. Apparemment, personne ne cherche à comprendre pourquoi. 
              Cela pose toute la question de ce que signifie un test de séropositivité. Et là les réponses varient au sein même du mouvement dissident. 
              Cela dit, comme votre femme si j’ai bien compris, cet homme avait un passé en matière d’addiction à l’héroïne, et même un passé lourd dans son cas. 

            • colibri 23 juin 13:42

              @keiser

              témoignage intéressant qui corrobore la pensée des dissidents , 
              vous être un exemple de porteur sain , et comme les autres vous n’être pas comptabilisé dans les statistiques , car cela remettrait en cause le dogme et les traitements .

            • keiser keiser 23 juin 17:17

              @colibri

              Vous n’avez pas bien compris.
              Je ne suis pas porteur sain.
              Je ne peux simplement pas avoir le sida.
              Cela est du à une mutation génétique.
              Je suis donc un mutant. smiley
              Pardon mais je préfère en rire.

            • colibri 24 juin 11:19
              @keiser
              d’accord , cela amène aussi de l’eau au moulin des dissidents , la transmission n’est pas systématique comme le prévoyait les instances médicales en annonçant une épidémie .

            • Self con troll Self con troll 24 juin 11:52

              @colibri et @keiser
              J’ai survolé un peu le topic et retenu ce que dit keiser de son cas.
              Je crois que son point de vue est honnête, et en plus qu’il est bon. Je le retiens.

              Mais j’interviens pour placer mon dada. Il faudrait que keiser ait la possibilité de certifier ses dires par un système d’authentification qui n’existe malheureusent pas. Que pèsera ma conviction que la desciptrion qu’il fait de son cas est vraie face à un Saint-Thomas du système ?

              Remarque politique, mais je crois détecter que keiser vivrait mieux s’il était établi qu’il ne transmettait pas le sida. Excusez l’intrusion si s’en est une.


            • keiser keiser 24 juin 14:36
              @Self con troll
              Salut
              Honnête et bon, j’avoue ne pas bien comprendre !?...
              C’est juste une tranche de vie, enfin de la mienne.
              C’est comme ça.
              J’ai eu ce que j’ai voulu, malgré que je n’ai pas voulu ce que j’ai eu.
              Et je suis désolé de ne pas pouvoir te transmettre mon dossier médical.
              C’est quand même assez confidentiel mais tu peux toujours t’adresser à saint Thomas.
              Quand à vivre mieux ...
              Il y a longtemps que je suis simplement heureux de vivre et c’est déjà pas mal.
              Il y en a tellement qui se prennent la tête pour pas grand chose.
              Au moins, j’aurais appris cela smiley

               

            • Self con troll Self con troll 24 juin 15:23

              @keiser
              Bonjour
              Je viens de lire l’article en lien, et je suis étonné du peu de commentaires de l’époque.
              J’en aurais, mais il faut que je précise ma pensée dans le post de ce jour.

              Je crois qu’il y a une volonté de normalisation très partagée même si beaucoup s’y opposent.
              Un des procédés pour normaliser est d’ignorer les cas particuliers.
              Je voulais donc dire qu’il se trouvera des gens pour considérer qu’un témoignage sous pseudo n’a pas grande valeur. Des gens qui souhaitent dire, comme il apparait dans les posts de 2014 : on a tout compris sur le sida, circulez y’a rien à voir.
              Tu as, j’imagine, affronté suffisamment de dénis pour accepter que je le dise ainsi.

              Il y a bien d’autres cas où il serait bon qu’on puisse s’exprimer à l’abri d’un pseudo tout en s’affirmant prêt à assumer ce qu’on dit dans un cadre adapté.
              Je pense aux lanceurs d’alerte, qui agissent souvent non pas pour leur gloriole mais par conviction. Ils veulent que leur message passe, mais le contexte « pas de vague » possède des armes juridiques pour le censurer.

              Je pense que dans ce cas, si la dénonciation par le lanceur d’alerte est valide, les dénoncés auraient du mal à nier l’accusation. Car les dénonciations ne peuvent pas toutes être interdites sous prétexte de secret d’état et n’étant pas formellement complotiste, je pense aussi qu’en petit comité les fautifs seraient démasqués.

              Tu comprendras sans doute que je n’y connais rien en biologie. Mais j’écoute. Au plus fort du débat sur les 11 vaccins, j’ai visionné une conférence où intervenait Montagnier. En scientifique honnête (me semble-t-il) il disait que sa propre vision sur les questions d’immunité (dont le sida) avait beaucoup évolué depuis ses travaux aboutissant au prix Nobel. J’ai interrogé là dessus quelqu’un qui est censé savoir, et qui m’a répondu : Montagnier est vieux et gaga ...

              Encore merci de ton témoignage


            • keiser keiser 24 juin 18:16
              @Self con troll
              C’est moi qui te remercie.
              Malgré que cela date maintenant de dix ans.
              Parfois il m’arrive encore d’être triste.
              Mais c’est comme ça.
              La mort c’est la vie et la vie c’est la mort.
              Et il faudrait être bien présomptueux pour l’ignorer.
              Quand aux commentaires et comme je l’ai déjà dit, cela m’arrange.
              Car j’ai toujours beaucoup de difficulté à m’étendre sur le sujet.
              Dissidents ou pas, le sida est une saloperie.
              Et pardessus tout ... il faut aimer la vie.
              Bonne route à tous.



            • Patrick Samba Patrick Samba 23 juin 17:57
              Bonjour,

              " 32% des Français croient que le Sida a été créé en laboratoire. Sous-entendu, créé dans le but d’éradiquer une partie de la population, celle de facto la plus touchée : les homosexuels mâles et les africains.« 

              Pourquoi cette »obligatoire" interprétation ? Il y a des gens pour penser que le virus a été créé dans un laboratoire militaire, que pour certains il s’en est échappé, que pour d’autres des essais ont été effectués sur des détenus qui ont fini par sortir de prison sans symptômes et n’ont déclenché la maladie que bien plus tard sans surveillance.

              • colibri 24 juin 12:07
                @Patrick Samba

                Sous-entendu, créé dans le but d’éradiquer une partie de la population, celle de facto la plus touchée : les homosexuels mâles et les africains.« 

                c’est l’exemple même d’une théorie du complot qui sert à décrédibiliser les dissidents .
                Croire que le virus a été crée en laboratoire est un fake news lancé à dessein pour noyer les dissidents dans un mélange de vrai et de faux .

                En réalité des scientifiques plus scrupuleux que les autres ont trouvé qu’il n’y avait pas corrélation évidente entre virus HIV et la batterie de symptômes qu’on appelle sida . 
                Le virus ne se transmet pas systématiquement , et même une fois transmis , les symptômes sida ne se développent pas obligatoirement :Il y a des porteurs sains .A partir de là il n’y a plus de maladie sida .

                Ce qui donnerait à penser que la maladie sida a été avancée par la communauté scientifique en lien avec l’industrie pharma , de la même façon qu’a été mise en place les protocoles de chimio systématiques contre les cancers : Il ont supposé et soutenus que l’évolution de la maladie est fatale et que dans le cas du sida , provoquerait une épidémie .Ce n’est donc pas un complot intentionnel pour tuer une partie de l’humanité , juste une postulat qui s’avère erroné sur les maladies .
                Et ils sont bien obligés à l’heure actuelle de revoir leur copie : la sida ne tue pas autant que prévu, et la chimio ne fonctionne pas ils comme ils le souhaitent , ils commencent donc à faire des effets d’annonces dans les médias pour annoncer que la chimio (qui était la panacée il n’y a pas si longtemps ) serait inutile dans certains cas de cancers .Cela pour préparer l’avènement des nouveaux traitements qui vont remplacer la chimio : la médecine préventive avec les thérapies géniques. C’est là la médecine officielle à la solde de big pharma .

                Les symptômes sida touchent les personnes à l’immunité affaiblies soit par des drogues , des traitements médicamenteux ou une sexualité multiples qui les met en contact avec de nombreux microbes .d’ou le fait qu’il y ait des porteurs sains , car comme l’avait reconnu Pasteur :
                « le microbe n’est rien , le milieu est tout » 



              • colibri 24 juin 14:25
                @colibri
                .A partir de là il n’y a plus de maladie sida .

                je veux dire plutôt qu’il n’y a pas de maladie sida , mortelle et contagieuse au point de devenir épidémie , qui est le mythe du départ , postulat crée par l’industrie pharma.
                Ce qui change complètement la donne et surtout le traitement .
                L’évolution de la maladie pour une personne seropo HIV n’est pas si évidente et c’est le Pr LUC MONTAGNIER découvreur du VHI qui le dit :

                Pour le Pr Montagnier il n’y que les personnes qui vivent dans des conditions précaires , n’ont pas une alimentation saine , sont immuno déprimés qui développent les symptômes .
                Vouloir éradiquer le virus pou lui est une tactique commerciale vouée à l’échec .




              • @colibri


                Fuyez la mort, elle vous rattrape,...

              • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 26 juin 19:04

                @Patrick Samba Oui vous avez raison, il n’y a pas un monopole sur les sous-entendus, mais l’idée centrale de cette accusation complotiste reste la création volontaire d’un virus tueur, réalité contestée par le mouvement dissident. France Culture, dans son émission cherche simplement à amalgamer le complotisme avec la dissidence dont il est question dans mon article. Et ca c’est grave.


              • pallas 24 juin 14:43

                Bonjour,

                Vous avez raison nul n’échappe à la mort.

                Plus ils la fuiront, moins ils vivront leurs temps présent, devenant lâche, traitre, voir meurtrier, mais de leurs existences imperceptiblement, cette lame s’enfoncera d’avantage.

                Les individues fuient leurs vies, en pensant échapper à la mort et n’en devienne que des poupées de chiffon.

                Il suffit de regarder ses femmes se bourrant d’alcool, de drogue, car ne voulant plus avoir de conscience, et réclament en même temps de l’attention.

                Nul n’échappe à la mort.

                Donc fuir ça vie, en détruisant celle des autres pour beaucoup, le prix n’en sera que conséquent.

                Salut

                • @pallas


                  Faites un tour sur le Site de Nabum où j’explique que la musique triste me met en joie. Comme d’hab, on me traite de cinglée,...je leur ai cassé définitivement le moral. question de niquer le fête de la musique : https://www.youtube.com/watch?v=cd0JJYHfv2c

                • pallas 24 juin 14:59

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.


                  Bonjour,

                  Moi je vous prend au sérieux, sinon j’ignorais votre existence.

                  Il m’est rare de discuter avec un humain, ça me change de ses cadavéreux qui n’ont pas une once de conscience.

                  Une jeune femme mal dans ça peau, fuyant son existence, faisant dans la mythomanie de type « l’errante », aurait besoin d’une ainée comme vous et non de moi.

                  Ne vous sous estimez pas.

                  Salut

                • keiser keiser 24 juin 15:06

                  Je peux tout te pardonner
                  Tu m’as tant donné, mon amour
                  S’il faut nous en retourner
                  Je ref’rai le même parcours, mon amour

                  Comme un enfant sauvage
                  Tu traverses tous les âges
                  Mais s’il te faut choisir une cage
                  Avec toi je la partage

                  Sid’aventure tu nous quittais
                  Sid’aventure tu partais
                  Sid’aventure tu nous laissais
                  Cette blessure, à jamais mon amour

                  Tu m’as toujours pardonné
                  Tu m’as tout donné, mon amour
                  S’il faut nous en retourner
                  je partage le compte à rebours, mon amour

                  Comme un enfant sauvage
                  J’ai traversé tous les âges
                  Mais s’il te faut choisir une cage
                  Avec toi je la partage

                  Sid’aventure, je vous quittais
                  Sid’aventure, je partais
                  Sid’aventure, je vous laissais
                  Cette blessure, à jamais mon amour

                  Mon amour ... de toujours

                  Tu vois si d’aventure
                  En toi cette morsure
                  Au présent au futur
                  A jamais mon amour

                  Tu vois si d’aventure
                  En moi cette morsure
                  En vous cette blessure
                  A jamais mon amour

                  A jamais mon amour

                  Jean Louis Aubert

                  • Vincent Verschoore Vincent Verschoore 26 juin 18:55

                    @keiser SIDA venture capital, surtout. Il me semble assez évident que le syndrome de déficience immunitaire existe bel et bien, et que l’on peut en mourir. La question est de savoir ce qui cause cette condition.


                  • njama njama 24 juin 22:29
                    Jusque où ira le mercantilisme autour de la maladie ?

                    En France, on estime qu’il y a de l’ordre de 30 000 séropositifs qui s’ignorent, et de 6000 à 8000 nouvelles infections annuelles.(Figaro Santé 26/04/2013)

                    Si les 30 000 s’ignorent comment être sûr qu’ils existent ? c’est bête comme chou, car ce genre d’allégation n’est que de la projection statistique, une modélisation mathématique sur la population sans prise avec le réel, alors que à priori le VIH ne prospère pas dans tous les milieux, et qu’il s’avère de plus en plus être très peu contagieux.

                    Les porteurs (dits) « sains » qui ne développeront jamais la maladie..., c’est valable pour tous les virus (rhume ou autres), comme pour toutes les infections bactériennes. Nous sommes tous porteurs sains dans notre microbiote de tas de bactéries fort utiles par ailleurs.
                    Cela me paraît à la fois simpliste et « scientiste » de les intégrer par anticipation dans les cas pathologiques, ce que j’appelle le syndrome de Pasteur.



                    • njama njama 24 juin 22:38
                      fiabilité des tests Elisa ou Western Blot ?

                      je laisse la réponse à doctorix 16 septembre 2015 23:56

                      Je vais être un peu long, pardonne-moi. Mais vous ne serez pas déçus, promis.
                      Une première chose à dire est que les tests Elisa et Western Blot ne sont pas fiables du tout, ils sont de plus d’interprétation variable et vous pouvez être séropo d’un côté d’une frontière et négatif de l’autre.
                      Une seconde est que le fait d’être contaminé par le VIH ne veut probablement pas dire que vous avez ou aurez le Sida. 
                      Je mets probablement par respect pour les fanatiques.
                      Le VIH est probablement un virus banal et sans plus de conséquence qu’une grippe.
                       Les tests prouvent seulement que vous l’avez croisé sur votre chemin. Vous avez donc logiquement des anticorps, mais le virus a disparu, n’est-ce pas le rôle des anticorps ? (on ne le retrouve jamais chez un séropositif, ni même chez un malade de façon directe. Il faut amplifier certains de ses éléments supposés par une méthode rejetée par son inventeur lui-même pour le trouver, d’une manière nullement spécifique, puisque d’autres affections provoquent l’apparition des mêmes éléments).
                      Bon, vous avez eu le malheur de rencontrer ce foutu virus, et l’autre malheur de vous être faire tester au mauvais moment.
                      Vous voilà donc séroposif.
                      Dans un premier temps, vous mourrez de peur, pour rien.
                      Mais vous venez de pénétrer dans l’antre de Big Pharma, qui va vous agonir de substances toxiques le reste de votre vie.
                      Et tout le monde dira que ça fonctionne, puisque vous ne mourrez pas.
                       L’autre hypothèse étant que si vous ne mourrez pas, c’est parce que vous n’avez jamais été malade par ce virus et ne l’auriez jamais été (ce qui ne vous empêchera pas d’être malade par les drogues toxiques supposées le combattre).
                      Big Pharma réalise ici sa plus formidable arnaque, qu’on n’est pas prêt d’égaler : chapeau, l’artiste !
                      Le Sida n’est définitivement pas une maladie en soi, c’est un déficit immunitaire acquis, c’est dans son nom, et c’est la seule chose exacte.
                      Ce n’est pas le VIH qui vous procure ce déficit, mais des causes variées telles que drogues, malnutrition et manque d’hygiène, d’autres sans doute.
                      Les maladies qui vous tueront alors sont alors au nombre d’une quarantaine, tuberculose, pneumocystose, kaposi, et même une simple rougeole, rien de spécifique, et rien que des maladies connues depuis longtemps.
                      La seule chose qui ne vous tuera pas, c’est le VIH.
                      Ce qui vous guérira, non pas du VIH inoffensif mais de votre déficit immunitaire mortel, c’est l’arrêt des agressions contre vous-même (drogues), une meilleure hygiène de vie, et une alimentation saine, vous faisant retrouver des défenses naturelles normales.
                      Montagnier, quand même « l’inventeur » du virus, ne dit pas autre chose :
                      Bien sûr, il ne dit pas que le VIH est innocent (comment pourrait-il le dire, l’ayant inventé, et promu au rang de grand coupable ?), mais reconnaissez qu’il lui donne ici un rôle tout à fait secondaire, pour ne pas dire inexistant.

                      Pour revenir au sujet*, ce test mirobolant ,il va peut-être vous dire que vous avez rencontré le VIH, que vous l’avez combattu, et vaincu.
                      Et alors ?

                      * Autotests de dépistage au Vih, aujourd’hui en France
                      par Vincent Verschoore
                      mardi 15 septembre 2015


                      • eddofr eddofr 5 juillet 17:54

                        Je ne prétends pas à la science universelle et je n’ai aucune théorie, juste une cas concret.


                        Une personne que je connais à eu un rapport non protégé, une seule fois, hors couple.

                        Cette personne boit peu, fume peu, n’a jamais pris aucune drogue et est hétérosexuelle.

                        Quelques années après le rapport en questions, la partenaire qu’il n’avait pas totalement perdue de vue, lui a signalé qu’elle était séropositive.

                        Lui n’avait aucun symptôme, il se souvient vaguement d’avoir eu des « ganglions gonflés » quelques jours ou semaines après le rapport en question.

                        Il a vécu ainsi plusieurs années, sans se tester, sans symptômes.

                        Au bout de quelques années, il subit une période de fatigue intense, sans raison apparente.

                        Parmi un tout un tas d’examens, il fait un test HIV.

                        Le diagnostic de son « coup de fatigue » sera une simple mononucléose.

                        Par contre il est diagnostiqué Séropositif asymptomatique (non immunodéprimé)

                        A l’époque, la politique vis à vis des asymptomatiques était la simple surveillance régulière.

                        Pendant des années, cette personne qui avait toujours un mode de vie sédentaire, hétérosexuel et monogame s’est fait tester une fois par an et est restée asymptomatique.

                        Et puis un jour, le taux de CD4 à commencé à baisser, d’abord un peu, puis de plus en plus et il a commencé à être de plus en plus souvent malade et à mettre de plus en plus longtemps à guérir.

                        La grippe le mettait KO et durait plus longtemps, il attrapait « tout ce qui passe ».

                        Il a donc commencé une tri-thérapie.

                        Son taux de CD4 est rapidement revenu à la normale et sa vie est redevenue « presque » normale (à part les problèmes « intestinaux »).

                        Cette personne est maintenant sous tri-thérapie depuis plusieurs années, CD4 normaux et ADN du virus indétectable dans le sang.

                        Il a accepté un prélèvement ganglionnaire et céphalo-rachidien (je crois que ça se dit comme ça) dans le cadre d’une étude menée par l’hôpital qui le suit. Le virus était toujours présent, à l’état « dormant ».

                        Il vit toujours, il est marié, il n’a pas d’enfants et maintenant que ce serait possible (les séropositifs traités seraient non contagieux ou presque), son épouse est trop vieille ...

                        C’est son plus grand regret, juste après le fait que la seule et unique fois de sa vie ou il à eu un rapport non « monogame » il a gagné le gros lot ...

                        Son cas est intéressant, parce que, chez lui, le seul facteur pouvant justifier l’immunodéficience c’est le virus (pas de vie dissolue, pas d’exposition à un polluant « bizarre », pas de voyage extra-continental, pas de situation de Stress particulière, pas de drogue, ...),.
                        Et que le traitement par tri-thérapie, chez lui, à bien été le seul changement entre l’apparition et la disparition de l’immunodéficience.

                        A moins de supposer que son médecin traitant et tout le système hospitalier lui a menti ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès