• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Taille 32 : l’aveu révoltant et la charte dérisoire de Kering et (...)

Taille 32 : l’aveu révoltant et la charte dérisoire de Kering et LVMH

« Nous voulions aller vite et frapper fort, pour que les choses bougent vraiment, et essayer d’inciter au maximum les autres acteurs de la profession à nous suivre  » : voilà ce qu’a déclaré François-Henri Pinault, patron de Kering, se donnant un beau rôle qui pourrait faire croire que l’auto-régulation spontanée des grandes entreprises serait suffisante pour le bien de la société.

 

D’extrêmement maigre à toujours trop maigre
 
Taille 32 !!! Une taille qui n’existe même pas dans les vrais magasins, où le 36 est en général la plus petite taille du catalogue, le 34 ne convenant qu’à une femme sur 140 ! Ce faisant, Kering et LVMH admettent de facto avoir utilisé des mannequins au physique complètement surnaturel, bien trop maigres pour des marques sensées véhiculer une image de la beauté féminine. Taille 32 comme la honte d’une industrie qui pousse certaines filles et certaines femmes à s’affamer pour tenter de ressembler à des mannequins dont le physique n’aurait jamais du servir de modèle. Et que dire aussi du fait d’utiliser des mannequins de moins de 16 ans dans une industrie aussi malsaine par bien des aspects ?
 
Bien sûr, on peut se dire que cela représente un progrès, puisque Kering et LVMH, ces géants du luxe, n’emploieront plus de gamines de moins de 16 ans ou de mannequins faisant une taille 32. Mais n’est-ce pas totalement dérisoire ? Est-il sain et souhaitable que tous les mannequins puissent faire une taille 34, taille d’une femme sur 140, taille souvent absente des magasins, pour 1 mètre 80 ? Cela ne véhicule-t-il pas encore une image de la beauté féminine complètement malsaine dans tous les sens du terme, physique, comme psychologiques, pour toutes ces femmes qui ont du mal à penser qu’elles peuvent être belles en faisant une taille normale, les deux plus courantes étant 40 et 42 ?
 
Le Monde cite une ancienne mannequin, pour qui « une taille 34 reste beaucoup trop maigre pour 1,80 mètre », La loi santé a introduit un plancher de 17 pour l’IMC des mannequins. Mais cela correspond à 55 kilos pour 1 mètre 80, à peine plus que le seuil de l’anorexie et de la dénutrition, fixé à 16,5 selon l’OMS, la maigreur allant jusqu’à 18,5 ! Il faut noter que l’Espagne a placé ce plancher à 18, et imposer que les mannequins de vitrine portent du 38. Bref, la France a encore beaucoup de chemin à faire, les députés n’ayant pas fait mieux que la charte dérisoire et insuffisante adoptée par LVMH et Kering, dont le patron, marié à Salma Hayek, semble avoir un autre modèle de beauté…
 

Avec de telles règles, les défilés continueront à être des ballets de sauterelles affamées, le signe d’une époque excessive, inhumaine et auto-destructrice, dont la violence se retrouve dans la représentation du corps des femmes. Les mannequins peuvent être minces, mais les seuils légaux devraient au moins être au niveau de l’Espagne et ne pas être laissés au seul soin du milieu de la mode.


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Decouz 11 septembre 11:45

    Je me suis posé la question de savoir pourquoi les couturiers choisissent des modèles maigres, parce qu’on est bien au-delà de la minceur, je pensais que les couturiers étant souvent homosexuels ou bisexuels choisissaient des modèles plutôt androgynes et peu féminins pour cette raison.
    J’ai vu une autre réponse : ce serait pour éviter d’attirer l’attention sur la beauté de la femme, il faut regarder l’habit plus que celle qui le porte, une femme trop sexy sera regardée pour elle-même plus que pour l’habit qu’elle porte, l’habit la mettra en valeur, alors que c’est le contraire qui est voulu.


    • Abou Antoun Abou Antoun 11 septembre 16:06

      @Decouz
      Il y a certainement du vrai dans ce que vous affirmez. Il paraît qu’on déconseille, voir qu’on interdit aux modèles de sourire ou d’avoir des expressions marquées du visage pour justement ne pas attirer l’attention sur elles-mêmes. C’est pourquoi elles affichent toutes un air neutre pour ne pas dire détaché, absolument sans émotion.


    • Pale Rider Pale Rider 12 septembre 10:25

      @Decouz
      Entièrement d’accord, surtout avec la première hypothèse. Il faut haïr les femmes pour oser faire défiler des squelettes qui ne constituent vraiment pas une tentation pour un homme hétérosexuel... smiley


    • ricoxy ricoxy 12 septembre 18:05

       
      ► Abou Antoun
       
      En effet, les mannequins sont des créatures mécaniques totalement artificielles, sortes de poupées barbie, obéissant à des normes arbitraires, et sous les ordres totalement sadiques de quelques grands couturiers, qui doivent totalement détester les femmes. L’image de la femme qu’ils donnent (des silhouettes filiformes sans expression de vie) a de quoi vous dégoûter des plaisirs de la chair.
       


    • njama njama 11 septembre 12:38

      Il n’y a que dans les défilés de mode (grands couturiers) que les mannequins sont très grandes et maigres (c’est un critère de sélection), mais ça représente une infime partie des mannequins qui ont en règle générale des tailles tout à fait ordinaires 
      Ouvrez n’importe quel magazine pour le constater ...

      Je crois que c’est un faux procès de faire de ces quelques cas marginaux qui gravitent dans la haute couture une opinion générale sur les conditions de de sélection et de travail des mannequins
      l’arbre ne doit pas cacher la forêt



      • Abou Antoun Abou Antoun 11 septembre 16:16

        @njama
        Ouvrez n’importe quel magazine pour le constater ...
        C’est finement remarqué. Les critères pour les catalogues de la grande distribution, de la VPC sont différents. Il n’en reste pas moins que ces critères sont très stricts et correspondent à des stéréotypes.
        Un des autres scandales de la haute couture actuelle est que la presque totalité des modèles exposés est ’importable’. Les défilés n’ont donc qu’une valeur publicitaire, les industriels de la mode faisant du chiffre avec les boutiques qui vendent du tout venant confectionné en Asie, ou du sur-mesure sans aucune originalité (à part le prix qui reste exceptionnel).


      • Christ Roi Christ Roi 11 septembre 20:35

        @njama
        Vous mentez. Même dans les magazines, les filles sont des sacs d’os. Ce procès est parfaitement important parce que la Haute Couture influe sur tous les magazines de mode qui la regarde avec attention. Il est donc très important de lutter contre l’esprit LGBT qui veut faire de ces filles des cadavres ambulants.


      • Abou Antoun Abou Antoun 11 septembre 21:50

        @Christ Roi
        important de lutter contre l’esprit LGBT qui veut faire de ces filles des cadavres ambulants.
        Je ne vois pas le rapport. Les gais n’ont rien à foutre des silhouettes féminines, quant aux lesbiennes tous les goûts sont dans la nature (some like them fat ...).


      • njama njama 12 septembre 11:31

        @Christ Roi

        Je ne vous empêche pas de préférer les grosses ...


      • njama njama 12 septembre 11:52

        @Abou Antoun

        Bien sûr, les critères varient ... autant que les produits, les clients des agences de mannequins cherchant à accorder le look des filles avec ce qu’ils veulent vendre (vêtements de sport, robes de mariées, produits de beauté, ...) , mais aussi le marketing, la pub d’un parfum sera différente suivant qu’elle s’adresse à tel ou tel pays si contraste culturel sensible.

        Connaissant un peu le milieu, je sais que certaines filles marchent bien par exemple en Italie, à Paris, mais pas en Angleterre, ou l’inverse, sans que l’on sache vraiment pourquoi hormis de supposer que certains stéréotypes conviennent là et d’autres non.

         


      • njama njama 11 septembre 12:39

        Quels sont les critères pour être mannequin ?
        Pour les jeunes filles, la hauteur minimum est 1m70 (1m69 dans de rares exceptions mais il faut alors posséder un charisme affirmé). Toutefois, les agences spécialisées dans les défilés recrutent difficilement en dessous de 1m72.

        Les mensurations idéales tournent autour des 85-60-85 cm et les écarts peuvent être compris entre ±5 cm pour la poitrine, ±2 cm pour la taille, et ±4 cm pour les hanches. Le corps doit rester bien proportionné.

        Les critères de beauté sont très subjectifs car la beauté est avant tout une question d’appréciation personnelle. Cependant, l’expression des yeux, la fraîcheur et la clarté du visage sont importantes.

        L’âge minimum est 16 ans mais certaines agences peuvent vous repérer dès 15 ans.
        http://i-fashion.over-blog.com/article-2741143.html


        • zygzornifle zygzornifle 11 septembre 15:24

          c’est le contraire des Américaines Mexicaines et autres bien dodues voire mammouthesques..


          • Pale Rider Pale Rider 12 septembre 10:28

            @zygzornifle
            Aah, Jennifer Lòpez...


          • barbarossa 11 septembre 21:52

            Bonjour,


            fait rarissime pour ne pas dire unique vous avez tous raison (je parle des commentateurs qui se sont exprimés à cet instant précis).

            Ce qu’on appelle la Mode est un spectacle bien orchestré qui a ses codes non écrits.

            Les dessins des modèles « défilés » font le tour des officines sous le manteau et tout le monde sait ce qui fait le concurrent en temps réel. 

            Par preuve les commentaires des médias : "la mode cette année a tendance aux habits (et ici : amples, serrés, courts, longs, inspirés de l’Asie, l’Afrique) les couleurs (et ici : vives, sombres, noir et blanc, bariolés) et les tissus (et ici : soie, organza, écru etc).

            Ah bon ! les originaux créateurs ont tous eu la même idée de génie au même temps ? vous avez dit bizarre ?

            Non ! Copiage général pour le style. En parfait accord. 

            Quant aux tissus, ce sont les fabricants qui imposent leurs dessins, leurs couleurs, les matières. Car il faut prévoir la production très longtemps à l’avance.

            Les créateurs de mode sont leurs VRP en quelque sorte.

            Les défilés sont de la pub, les modèles présentés lorsqu’ils sont mettables rarement commandés, les habits qu’on trouve dans les magasins courants sont vendus sous marque de l’acheteur lors de présentations privées et font l’objet de rudes négociations. 

            A part ça il y a les magasins huppés de la marque ou on retrouve la même tendance de l’année mais sous d’autres modèles - et au prix fort.

            Pour revenir aux mannequins, reprocher quoique ce soit aux créateurs est un mauvais procès.
            On ne peut acheter que ce qui existe ou capable d’exister sur demande.
            Ce n’est pas un marché d’esclaves.

            Pour vendre leur camelote la tendance est, dites - vous, à la taille 34. Bien ! et après ?
            Pour le spectacle on a toujours tenté d’obtenir ce qui attirait l’attention du chaland.
            Et ce n’est pas nos grand parents avec leurs cirques aux femmes barbues ou canons qui pourraient nos contredire.

            Quelques dommages collatéraux auprès des jeunes filles par anorexie ? 

            Admettons. C’est fâcheux.

             Mais quand on regarde autour de soi, si de temps en temps on aperçoit des femmes aux formes squelettiques on a plutôt tendance à croiser une foultitude de jeunes filles à peine pubères, des jeunes femmes, de femmes un peu moins jeunes à l’obésité très prononcées.
             
            Et désolante. Ce qui, hélas, ne va pas s’améliorer avec l’âge.

            Alors, les créateurs, les mannequins (et en général tous les autres) ; laissons-le vivre en paix.




            • symbiosis symbiosis 12 septembre 06:56

              Voilà une incitation à entraîner les adolescentes dans cette terrible pathologie qu’est l’anorexie.
              Cette montée aux extrêmes avec pour une part l’obésité induite par la malbouffe et de l’autre l’anorexie.
              Diabolique manière de déstructurer et d’affaiblir le peuple pour le réduire à néant. Créer un différentialisme générateur de ressentiment et de phobie entre les différents groupes sociaux, ethniques, religieux, politiques, etc...
              La ploutocratie continue son programme : diviser pour régner ?
              Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?
               


              • barbarossa 12 septembre 09:36

                @symbiosis


                Recadrons les choses : L’anorexie est une pathologie qui se manifeste par une perte d’appétit et dont les causes sont à rechercher dans un état général de dysfonctionnements.
                Ce dont vous parlez c’est l’anorexie mentale qui est un trouble psychopathologique et dont les origines sont bien plus profondes que l’envie de rassembler à tel ou tel mannequin.
                Ce qui physiquement trouble beaucoup plus les adolescentes c’est leurs défauts physiques imaginaires et l’envie de se les faire corriger par une intervention de chirurgie esthétique.
                Notamment au niveau du nez et des seins.
                Quant à l’obésité, il y a pas que la malbouffe. Il y a aussi la très bonne bouffe (ça existe encore largement). Mais surtout la sédentarisation. Et le mode de vie en général qui a complètement chamboulé l’ordre naturel : il y a encore un siècle l’homme sortait amaigri de l’hiver et se refaisait une santé grâce aux fruits de saison qui avaient une durée de conservation naturellement limitée. Comme tous les autres animaux de la planète.
                 Aujourd’hui, grâce aux moyens de conservation, aux transports rapides d’un bout à l’autre de la planète, de la culture hors sol ou dans des serres on ressort des hivers en surpoids et on commence des régimes pour être présentables sur les plages.
                Et de grâce arrêtez de mettre la ploutocratie à toutes les sauces et à l’origine de tous les maux de l’humanité.
                « Mon » marchand ambulant de pizzas et tous ses congénères ne sont pas, et de loin, très riches.
                Et pour la « bouffe » utilisent les ingrédients produit par une agriculture dont on dit (mais ce n’est pas sûr) qu’elle est au bord de la faillite.

              • ricoxy ricoxy 12 septembre 16:26

                 
                ► barbarossa
                 
                Oui, c’est un plaisant paradoxe de constater le contraste entre la maigreur artificielle de ces mannequins avec la tendance au surpoids et à l’obésité d’une grande partie de la population du monde occidentalisé. La mode vit-elle complètement à côté de la réalité ?
                 


              • symbiosis symbiosis 12 septembre 17:20

                @barbarossa
                Merci pour la leçon concernant l’anorexie sous toutes ses formes, mais rien ne vaut de l’avoir vécu de très près pour en parler. Je n’en dirai pas plus.
                Quant à l’obésité de la ploutocratie, cela n’a pas l’air de trop vous contrarier, grand bien vous fasse !


              • Giordano Bruno 12 septembre 14:40

                Demandez à des femmes le poids qu’elles souhaiteraient idéalement avoir. Faisons la moyenne et appelons ce nombre, A. Demandez-leur ensuite quel est le poids idéal qu’elles devraient avoir selon les hommes. Faisons la moyenne et appelons ce nombre, B. Enfin, demandez à des hommes les poids que devraient idéalement avoir ces femmes pour leur plaire. Faisons la moyenne et appelons ce nombre, C. Vous observerez alors ceci : A < B < C. Les femmes sont conscientes que leur poids idéal selon les hommes est supérieur à ce qu’elles souhaiteraient elles-mêmes, mais elle sous-estiment malgré tout ce nombre.


                • njama njama 12 septembre 17:37

                  mannequin est un métier où il y a beaucoup d’appelé(e)s par rapport à celles (ceux) qui en vivent vraiment ...
                  en plus d’être dans les clous au niveau taille, poids, hanches, poitrines, proportions, beauté, charisme, d’être photogénique, de savoir parler anglais c’est un +, ... faut faire beaucoup de castings au début, et il y a de la concurrence, ce qui est un investissement en plus d’avoir beaucoup de disponibilité parce qu’elles ne seront payées que si elles sont sélectionnées et en fonction du contrat signé entre l’agence et le client.

                  alors au regard d’une part de rêve certaines filles sont prêtres à de très gros sacrifices pour y arriver, pareil mais à l’inverse des sportifs de haut niveau ...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires