• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Uber, moitié Attila, moitié sangsue

Uber, moitié Attila, moitié sangsue

Dans quelques années, quand Uber aura fait faillite, ou que l’entreprise sera en situation de monopole dans le transport routier dans les pays qui l’ont laissé faire, nous porterons sans doute un dur jugement contre ceux qui ont laissé grandir ce monstre numérico-financier. La France est malheureusement parmi les moins interventionnistes, comme le montre l’issue de la médiation gouvernementale.

 

Détruire pour asservir et s’enrichir
 
Cet automne, ce sont les chauffeurs de VTC qui ont manifesté, après l’augmentation de la commission de Uber d’une bagatelle de 40% ! Pour tenter de mettre fin au conflit, le gouvernement a proposé une médiation. Le 20 décembre, devant les revendications grandissantes et publiques de ses chauffeurs, Uber refusait toute remise en cause de l’augmentation de sa commission et proposait un fonds de soutien de 2 millions d’euros. En somme, le géant numérique propose de faire la charité auprès de ceux qui font sa fortune, et encore, d’un montant dérisoire par rapport à son activité. Et en un mois et demi, absolument rien n’a changé, comme le montre ce papier récent du Figaro.
 
Pourtant, la condition des chauffeurs de VTC est peu enviable, certains experts affirmant même que « leurs conditions de travail sont de l’esclavage moderne  » : ils peuvent être privés de travail au moindre jugement négatif d’un client, et subissent, sans rien y avoir à dire, les baisses de prix destinées à éliminer les concurrents tout comme les hausses des commissions. Résultat, on peut trouver des chauffeurs qui veulent devenir taxis. Pourtant, la condition des taxis est très difficile, comme le rapporte ces témoignages : ils ont vu leurs revenus s’effondrer avec les VTC, beaucoup gagnant à peine le SMIC, malgré leurs horaires de travail, une situation qui s’est encore dégradée depuis trois ans.
 
Quand on apprend que Uber a perdu 3 milliards de dollars en 2016, pour un chiffre d’affaires d’environ 5 milliards, la situation semble totalement ubuesque. Malheureusement, il y a bien une logique derrière ces chiffres extravagants. Les marchés financent l’opération Attila d’Uber, qui consiste à éliminer la concurrence pour acquérir une position monopolistique qui doit lui permettre, dans le futur, de monter les prix comme bon lui semble, tout en exigeant des commissions toujours plus juteuses. C’est ce qui explique que les marchés financent les pertes colossales de l’entreprise et qu’Uber se finance sans problème. D’ailleurs, Uber a déjà montré sa capacité à monter prix et commission.
 
Les marchés sont d’autant plus prompts à financer Uber que son modèle d’affaire, léger en coûts et devoirs, a tout d’une sangsue moderne, qui exploite ses chauffeurs, tout en ayant le moins de devoirs possible  : l’entreprise ne possède pas de véhicules et n’est pas soumise au droit du travail, ce que la justice commence à questionner, en France, comme dans les pays anglo-saxons, où la question d’une requalification en salarié se pose. Cela est d’autant plus insupportable qu’Uber exploite toutes les combines pour éviter l’impôt, un défi permanent à l’état de droit pour Laurent Grandguillaume, symbole du côté obscur de la Silicon Valley qui nous mènera au cauchemar, selon Eric Sadin.
 

 

Uber, c’est une concurrence complètement déloyale, dans l’objectif de devenir un monopole ultra-profitable exploitant des chauffeurs privés de tout droit et des clients qui n’auraient plus de choix alternatif, après avoir détruit les taxis. Ce n’est en aucun cas l’économie du partage. C’est le véhicule de marchés cupides et destructeurs qui veulent créer une rente juteuse. Qui pourra l’arrêter  ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • flourens flourens 11 février 10:35

    qui pourra l’arrêter ? Mélenchon


    • Hecetuye howahkan howahkan 11 février 11:47

      Amis humains en souffrances multiples totalement incomprises , ultra riches compris souvent en pire malgré les robinets en or.. bonjours...voila là une des milliards de conséquences prévisibles, inévitables , logiques de causes que nous chérissons aveuglément tous car le maître nous a programmé pour cela pour bien nous voler et nous la mettre profond avec notre consentement......SAUF exceptions qui grandissent...yeah baby yeah smiley

      Nous avons , dans le monde occidental avant tout mais plus seulement et pas seulement, créer un monstre à partir de nous mêmes, de ce que l’on est devenu....mentalement...on fait des machines...OK..

      ce monstre est la pensée, pas en elle même à l’origine mais elle le devient si, que j’appelle pensée analytique qui le devient si à l’age adulte donc fini physiquement elle est la seule capacité en marche...le plan n’est pas celui là, nous devons mettre en route nos autres capacités qui elles n’analysent pas ...je le sais comme d’autres par expériences, certains ne le savant pas que c’est de cela dont il s’agit, bien qu’en en connaissant certains aspects par expériences, par exemple dans le cas de EMI ou de NDE qui sont en fait des moments de vie....telle que cela devrait se produire pour nous..mais aussi dans bien d’autres cas...

      La pensée ,vitale pour survivre, une des fonctions de notre psyché, en général la seule qui reste en marche depuis genre + ou - 5000 ans ( selon énormité du mensonge historique) , ce que relaye l’allégorie hermétique de Eve et de Adam...entre autre....il n’est pas prévue qu’elle fonctionne seule, c’est un moyen, un outil, à ce titre autre chose doit l’influencer, l’utiliser...la guider...

      Concernés uniquement par les effets superficiels, et encore après que ils se soient produit, nous sommes désemparés....ne s’en prendre que aux effets superficiels de causes volontairement ignorées est un acte stupide ce qui irait de mon point de vue si les conséquences n’en étaient pas tragique, mortelles pour beaucoup.., effets qui par polarité renvoient au fait que nous ne sommes plus intelligent....pour moi l’intelligence est avant tout globale...elle peut s’immiscer bien sur ensuite dans le particulier..., le particulier lui n’a pas d’intelligence si il fonctionne en solitaire, il a des capacités techniques....

      Alors prendre Uber ou tout autre sujet comme sujet non relié à ce que nous sommes devenus revient à ne voir que le tout petit bouton même pas visible sur l’épaule.....et décrire le corps humain à partir de ce bouton....çà n’a pas de sens...

      et bien c’est précisément ce que l’on fait....

      c’est la fuite des humains dans le ballets de boucs émissaire dont le seul but est de ne jamais se remettre en question soi même, pourquoi fait on cela ? je le sais pour moi même...sans avoir vécu ces révélations du programme de la pensée je ne le saurais pas non plus...ceci fait parti des incroyablement nombreux effets secondaires non recherchés lorsque l’on vit la souffrance de nos vies ....

      Or nous ne faisons que fuir....or je suis la souffrance...je ne peux me fuir sauf par le suicide qui est je le sais la porte d’entrée de cette tragédie..je souffre, j’essaye de fuir, je ne peux pas...etc

      si on ne va pas dans cette direction alors je vais essayer d’atténuer la souffrance de ma non vie, de ce non sens...travail 24/24, alcool, drogues, sport à outrance, sexe, possessions, argent, pouvoir , j’essaye de m’y habituer, de résister, de nier, de faire face etc TOUT ce que l’on fait à sa racine est une fuite....impossible ...quelques fois pendant un moment , je vais mieux ..puis patatras tout retombe à nouveau et je dois augmenter la dose..

      si on prends les pseudo élites, des malades mentaux comme nous tous mais en pire, ils sont si déments parce que malgré tout ce qu’ils ont leur vie est toujours souffrance, peurs, terreur, angoisse, refus de la mort qui rode = refus de la vie....ils s’en prennent aux autres comme le petit trou du cul le fait dés la crèche..pour se venger, pour blâmer les autres de leurs propres échec dans la vie, de leurs souffrances etc

      Nous devons comprendre que ils ne vont jamais s’arrêter, d’eux même ils ne le peuvent plus , ils sont définitivement passé du coté obscur.....

      Tout ceci nous parle...nous avons une société dite compétitive qui est en réalité une société qui élimine, vol, tue etc ça ne marche pas sauf de cautionner les crimes de masse et tout ce foutoir ...qu’indique alors par polarité cet état de fait ?.....il faut abandonner l’élimination appelée compétition par le maître pour mieux nous gruger..car çà fait mieux ,surtout que comme des cons nous aussi pratiquons cette élimination dans le sport, dés l’école nous sommes PROGRAMME dans ce sens,ensuite partout ailleurs également.....sport qui devrait n’être que un moyen d’être en forme..

      sans cela, des que il y a coopération volontaire,partage équitable entre tous, le maître disparaît..il ne faut pas l’éliminer sinon nous serions comme lui, il doit être empêché de nuire et intégré au collectif volontaire donc coopératif.. d’une manière x..........le vol aussi, la guerre aussi sont finis avec cette sécurité collective..tout probleme peut être résolu, il y a abondance suffisante des nécessites vitales, il y a aussi la sécurité relative qui sera la seule que nous n’ayons jamais...etc

      c’est le seul chemin mais la pensée n’est pas le programme qui va être capable de mettre cela en œuvre...la pensée si elle fonctionne seule c’est machines,guerres,vols,conflits ,crimes de masse etc..

      mais alors que faire ...................


      • Jeff84 11 février 13:36

        Les taxis mentent, leur monopole reste extrêmement profitable, et je suis bien placé pour le savoir, je tiens la comptabilité de 4 d’entre eux.


        Uber n’aura jamais de monopole, puisque n’importe qui pourra toujours légalement le concurrencer, et que tout conducteur pourra toujours aller à cette concurrence.

        En fait, cet article est du n’importe quoi bourré de contradictions du début à la fin. Par exemple, Uber exploiterait les conducteurs, alors qu’ils font des pertes. Risible.

        • Jean Pierre 11 février 16:19

          @Jeff84
          On voit mal en quoi il est contradictoire d’exploiter ses conducteurs et d’avoir des pertes financières...

          C’est même précisément parce que Uber accumule les pertes qu’il est poussé à exploiter ses chauffeurs.

        • Jeff84 12 février 07:12

          @Jean Pierre
          Particulièrement savoureux de la part d’un gauchiste qui piaille toujours que les bénéfices sont pris aux travailleurs. Donc une perte (un bénéfice négatif) n’est pas donné aux travailleurs ?

          Ah, le gauchisme, votre dose journalière de n’importe quoi.

        • Jean Pierre 13 février 21:49

          @Jeff84

          Vos commentaires ne tiennent pas debout.
           Il existe des périodes de crise ou même en exploitant à outrance les salariés, tel ou tel secteur d’activité travaille à perte. 
          Uber s’est mis lui même dans cette situation puisqu’il cherche à atteindre une position dominante en proposant de très bas tarifs. Ces tarifs lui interdisent de rémunérer décemment ses chauffeurs d’une part (donc exploitation que ressentent eux même les chauffeurs qui protestent régulièrement), et lui interdise également de faire des bénéfices (là, il suffit de lire les comptes d’Uber). 
          Donc les faits sont évidents (sauf pour vous) : il y a coexistence d’exploitation du personnel et de perte. L’idée pour Uber étant d’avoir suffisamment de capitaux pour supporter ces pertes jusqu’à l’élimination d’un maximum de concurrents. 
          Si vous preniez 5 minutes pour réfléchir et vous informer, vous comprendriez ces données très simples. Il faudrait également ne pas avoir l’esprit entièrement obscurci par votre idéologie. Quand, en plus, vous me prêtez des idées qui ne sont pas les miennes, vous cumulez dans l’art et la manière de ne rien comprendre, y compris l’évidence.


        • Yaurrick Yaurrick 11 février 20:16

          C’est comme toujours des histoires de privilèges accordées par l’état à certains groupes...Un monopole naturel n’est pas problématique, un monopole légal l’est. Si le marché n’est pas verrouillé par l’état, la concurrence se développera, attirée par les profits.

          On peut être critique envers Uber mais il est nécessaire de reconnaitre qu’ils offrent une alternative d’emploi à une partie de la population qui serait condamnée au chômage du fait de l’état.


          • zygzornifle zygzornifle 12 février 10:30

            en tout cas le monde politique ne risque pas de s’Ubériser ça tire toujours les avantages vers le haut en tirant a balle réelles sur le bas ....


            • rocla+ rocla+ 13 février 22:06

              Pendant ce temps aux Pays Bas les trains roulent avec le produit de ses

               énergies éoliennes . 

              Pendant que nous  , on est très malins avec notre EDF des branleurs .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès