• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Un mauvais calcul

Un mauvais calcul

Un caillou dans ma chaussure …

Si l’histoire n’est qu’un éternel recommencement, à moins qu’elle ne s’enroule en spirale pour revenir au point de départ, les petits cailloux d’argile qui donnèrent naissance en Mésopotamie au calcul d’abord, puis à l’écriture ensuite, doivent se faire bien des soucis. Ce monde ne compte plus : bientôt il ne lira plus et s’en retournera joyeusement vers la barbarie.

Il est bien loin le temps des bûchettes, du calcul mental sur l’ardoise ; ce fameux procédé « La Martinière » qui mettait à contribution tous les écoliers pareillement appliqués à trouver la bonne réponse. Le calcul se faisait de tête en classe comme dans la vie ordinaire. Tout juste si quelques adultes disposaient d’une pointe de bois pour griffonner des opérations plus longues et complexes.

Les quatre opérations étaient à l’ordre du jour, il n’était venu à l’esprit d’aucun ministre de la République que la division puisse traumatiser des enfants en mal de générosité et des parents incapables de leur apporter leur aide. On pouvait compter les uns sur les autres pour calculer sans retenue, en s’offrant parfois le luxe de la preuve par neuf. La règle de trois n’avait rien à voir avec le cheval du presque même nom. On savait de quoi on parlait et les opérations d’alors se faisaient sans suppléments ni dépassements astronomiques.

Au marché ou dans les commerces, les vendeurs avaient un calculateur dans la tête, comptaient au fur et à mesure des ventes et les clients vérifiaient en même temps qu’eux. Chacun avait le sens des grandeurs et le souci des économies. Il est vrai que les prix se moquaient d’attirer le chaland en s’offrant des décimales grotesques. On calculait de tête dans un pays qui n’avait pas perdu la sienne. L’époque était alors à la pondération et la seule variable d’ajustement était l’argent dont on disposait réellement.

L’argent était une monnaie d’échange. On payait en liquide, on faisait l’appoint, on se rendait la monnaie sans risque d’erreur. Personne n’aurait jamais songé à prendre une machine pour calculer ce qu’il fallait rendre contre ce gros billet. Les uns et les autres n’avaient pas fait d’études universitaires mais savaient que deux et deux font quatre sans avoir recours à l’électronique. Les machines à rendre la monnaie n’étaient même pas envisageables : elles auraient fait rire toute la population.

Bien sûr, ces braves gens avaient tout juste leur certificat d’étude et l’école était encore respectée. En fin d’année, on remettait des prix aux élèves : preuve que toute chose avait une valeur et le savoir, plus que le reste. Depuis, l’argent s’est fait virtuel, les bonnes affaires se réalisent entre margoulins qui échangent des produits dématérialisés ; on paye avec une carte bleue de rage et on ne compte que des désagréments.

J’ai vu des diplômés de grandes écoles commerciales sortir une calculatrice pour calculer 50 % de 800 euros, les bras m’en sont tombés et j’avais la certitude que le monde courait ainsi à sa perte pour le profit de quelques-uns. Si d’aventure, au marché ou dans un commerce où l’on paie encore en liquide, pour faciliter la transaction, je paie d’un billet et de quelque menue monnaie pour faire l’appoint et faciliter le travail de la vendeuse, je ne vous dis pas le regard désespéré de celle-ci qui ne comprend rien à ma manière de faire.

Les bouliers ont remplacés les ardoises, puis les calculettes sont venues poser leurs touches infaillibles. Les calculatrices ont pris la place, devenant si complexes que nul désormais ne songe à émettre un doute sur la justesse du résultat affiché. On s’incline devant le verdict de la machine ; on ne songe même pas à estimer l’ordre de grandeur. L’ordre est passé de mode, la grandeur est du passé. On ne compte plus, monsieur, on triche ! Les paradis fiscaux sont là pour accueillir les princes de l’entourloupe : ces gens qui en ont tant et mettent tout à gauche sans respecter le droit.

Alors le conteur se fait comptable d’un monde qui va à sa perte sans aucune retenue ni la plus petite preuve par neuf. Tout va à vau-l’eau : la division est rangée dans le musée des tortures d’autrefois, la multiplication est sujette à caution, la soustraction se fait des cheveux, seule l’addition résiste encore mais pour combien de temps ?Il n’est plus question de mettre cartes sur table, on a oublié de les apprendre ou bien de les retenir.

Je vous dispense d’extraire une racine carrée, je dois parler hébreu pour la plupart d’entre vous. Si plus rien ne compte vraiment, c’est le début de la fin. Crédits et débits se rangent dans la même colonne, seuls les banquiers ont compris les leçons de cette société furieuse, s’appropriant l’argent qui n’est pas à eux. Notre compte est bon, nous avons perdu la tête et les seuls cailloux qui restent sont dans nos chaussures …

Comptablement vôtre.

27ec76d1b1e20797b1d76a68b665f456.jpg

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • sarcastelle sarcastelle 6 décembre 2016 13:08

    Pourquoi compterions-nous puisqu’il n’y a plus que l’argent qui compte. 


    • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 14:22

      @sarcastelle

      L’argent ne sait pas compter il triche, il dissimule, il divise


    • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 09:00

      @sarcastelle
      Pourquoi compterions-nous puisqu’il n’y a plus que l’argent qui compte.
      Moi on m’a dit : « l’argent et le cul » (adage vérifié maintes fois). Il serait grand temps que la sagesse populaire s’empare du fait et que se répande l’expression « compter comme un cul ».


    • Alren Alren 6 décembre 2016 13:36

      Nabum, votre conception de la formation mathématico-logique des élèves traduit votre incompétence totale dans ce domaine !!!

      Les opérations sont des algorithmes. Elles étaient effectuées mécaniquement par les élèves d’autrefois et une fois la technique maîtrisé ne contribuaient aucunement au développement de leur intelligence.
      La meilleure preuve de leur vacuité pédagogique est qu’elles sont effectuées de nos jours bien plus rapidement que les humains par des calculettes à un euro ...

      Pas davantage de développement de l’intelligence mathématique avec le « récitatif » de la règle de trois qui ne mettait pas en évidence la notion essentielle de proportionnalité traduite en algèbre par la fonction y = ax et dont la représentation graphique est une ligne droite.
      Je n’oublie pas une autre recette sans support visuel, donc incomprise en réalité et appliquée mécaniquement : la réduction de fractions au même dénominateur.

      Je soupçonne que la maîtrise de « recettes », à tout les niveaux, soit le secret des bons résultats des élèves asiatiques. Cela expliquerait pourquoi, devenus adultes ils sont si peu inventifs en Asie et bien davantage après avoir étudié en « Occident ».
       


      • pemile pemile 6 décembre 2016 13:43

        @Alren "La meilleure preuve de leur vacuité pédagogique est qu’elles sont effectuées de nos jours bien plus rapidement que les humains par des calculettes à un euro ..."

        C’est comme d’apprendre à marcher, cela ne sert plus à rien depuis l’invention de la bagnole ? smiley


      • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 14:23

        @Alren

        Ne prenez pas la peine d’expliquer quelque chose à un incompétent notoire


      • gaijin gaijin 6 décembre 2016 18:36

        @Alren
        « Les opérations sont des algorithmes. »
        je sais ce qu’est une opération mais un algorithme c’est quoi ? ( a part une opération bien sur smiley )

        " la règle de trois qui ne mettait pas en évidence la notion essentielle de proportionnalité traduite en algèbre par la fonction y = ax et dont la représentation graphique est une ligne droite."
        rien compris mais je n’ai pas le sentiment que ne pas comprendre ça m’ait fait défaut


      • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 08:52

        @Alren
        Pas davantage de développement de l’intelligence mathématique avec le « récitatif » de la règle de trois qui ne mettait pas en évidence la notion essentielle de proportionnalité traduite en algèbre par la fonction y = ax et dont la représentation graphique est une ligne droite.
        Fort heureusement la ’règle de trois’ a été utilisée avec succès pendant des siècles, voire des millénaires, avant même que les notions de fonction et de graphe soient dégagées. Il y a la réalité des choses et le verbiage.


      • Alren Alren 8 décembre 2016 16:14

        @Alren

        C’est comme d’apprendre à marcher, cela ne sert plus à rien depuis l’invention de la bagnole ?

        La comparaison n’est pas adéquate. Sauf si elle veut dire qu’il faut plutôt continuer d’aller à pied comme les chemineaux d’autrefois pour se rendre de Paris à Marseille plutôt que d’aller en voiture.

        L’entraînement intellectuel bien conduit des élèves, comme pour une entraînement sportif, c’est que quand une notion est acquise, il faut passer à une autre.

        Or il semble que dans certaines classes on fait résoudre des opérations pendant toute l’année scolaire ce qui est aussi peu formateur que d’apprendre par cœur les noms des préfectures et sous-préfectures des départements comme cela de règle était autrefois. Répéter ce que l’on sait faire c’est ne pas progresser. Or progresser constamment est indispensable pour atteindre des niveaux supérieurs.

        Je persiste : les opérations arithmétiques ne sont qu’une partie infime de la formation mathématique des élèves et si on ne « l’éclaire » pas en expliquant par exemple que la multiplication est une addition répétitive et la division une soustraction répétitive (au niveau du primaire c’est un début), on n’a pas fait des mathématiques formatrices.



      • Alren Alren 8 décembre 2016 16:34

        @gaijin

        Je sais ce qu’est une opération mais un algorithme, c’est quoi ?

        C’est une méthode préétablie qui, a partir d’un énoncé, d’un problème, conduit à la solution automatiquement.

        Les ordinateurs ne fonctionneraient pas sans algorithmes. Par exemple, il y a des algorithmes de tri, d’affichage, de codage etc.

        " la règle de trois qui ne mettait pas en évidence la notion essentielle de proportionnalité traduite en algèbre par la fonction y = ax et dont la représentation graphique est une ligne droite."
        « rien compris mais je n’ai pas le sentiment que ne pas comprendre ça m’ait fait défaut »

        Il est préférable de comprendre ce qu’on utilise, ne croyez-vous pas ?

        La fonction y = ax met en relation deux séries de quantités qui croissent et décroissent proportionnellement, c’est-à-dire que si y double, x double aussi, si x triple, y triple aussi, quelle que soit la valeur du paramètre a.

        Naturellement au lieu de doubler ou tripler, le changement de valeur peut être plus complexe. Si, dans des coordonnées cartésiennes, on repère les x sur l’abscisse et les y correspondants sur l’ordonnée, on détermine ainsi des points qui sont alignés. S’il y a une infinité de points, ils forment une ligne droite.

        On peut expliquer à des élèves de CM2-sixième les raisons pour lesquelles la preuve par 9 permet d’être sûr qu’un résultat est faux en base décimale.

        N’est-ce pas mieux, pour progresser intellectuellement, que d’appliquer la recette sans la comprendre ?


      • Alren Alren 8 décembre 2016 16:54

        @Abou Antoun

        Fort heureusement la ’règle de trois’ a été utilisée avec succès pendant des siècles, voire des millénaires, avant même que les notions de fonction et de graphe soient dégagées. Il y a la réalité des choses et le verbiage.

        Effectivement, il y a la réalité des choses et le verbiage !

        Car ce que vous dites est faux : la règle ne trois ne date pas de millénaires pour la simple raison que la division (avec des nombres exprimés en chiffres romains) était encore un calcul si redoutable au Moyen-âge que des concours de divisions étaient organisés entre savants adultes !

        La règle de trois est dépassée par le tableau de proportionnalité qui figure dans les manuels aujourd’hui. Comment fonctionne-t-il ?

        Prenons le cas du problème vitesse-distance-durée (avec cette redoutable difficulté que les unités de temps ne sont pas décimales mais sexagésimales). Pour calculer la vitesse connaissant le temps du parcours réel et sa durée, il faut un raisonnement et une écriture différents de ceux où connaissant la vitesse et la durée, il faut calculer la distance parcourue, lesquels sont encore différents du troisième problème celui où connaissant la vitesse et la distance parcourue, il faut calculer la durée du voyage.

        Il n’y a qu’un seul tableau de proportionnalité de 2 cases sur 2, dont l’une contient 60 pour 60 mn = 1h et deux cases remplies sur 3.

        Il faut ensuite par un algorithme simple déterminer l’opérateur sur les deux qui conduisent à la case vide. Intellectuellement c’est beaucoup plus parlant.

        Les élèves sont comme les adultes, ils sont séduits quand ils comprennent quelque chose qui leur ouvre des horizons. Cela les motive pour en savoir toujours plus. Or un enseignement qui n’est pas motivant est du temps perdu.


      • Abou Antoun Abou Antoun 9 décembre 2016 01:00

        @Alren
        On peut expliquer à des élèves de CM2-sixième les raisons pour lesquelles la preuve par 9 permet d’être sûr qu’un résultat est faux en base décimale.
        Et pourquoi leur cacher que la preuve par 9 n’est pas une preuve, mais seulement une présomption à 90% ! Je ne vous ferai pas l’outrage d’une démonstration.


      • Abou Antoun Abou Antoun 9 décembre 2016 01:22

        @Alren
        la règle ne trois ne date pas de millénaires pour la simple raison que la division (avec des nombres exprimés en chiffres romains) était encore un calcul si redoutable au Moyen-âge que des concours de divisions étaient organisés entre savants adultes !
        Vous mélangez deux choses. Le niveau scientifique moyen de la population et l’état des connaissances à la même époque. J’admets vos remarques sur la difficulté de la division, mais la notion de proportionnalité, de ratio, existe dans les ouvrages même au moyen âge. Les notions de fonction, de graphe, de fonctions linéaires remontent à Euler et Riemann.
        Je vous demande de réfléchir à la chose suivante. Vous connaissez sans doute la méthode d’Archimède pour le calcul d’une approximation de pi. Or l’algo d’Archimède
        vieux de plus de deux mille ans comporte à chaque étape une extraction de racine qui est infiniment plus complexe qu’une division. Ne me demandez pas comment ils faisaient mais il le faisaient. Les méthodes visant à remplacer à l’époque moderne la règle de trois, masque la réalité de la proportion et la remplace par des automatismes manipulatoires. Il s’agit bien donc de remplacer un savoir par un ’savoir faire’. Or quand on comprend en général on sait faire la réciproque n’étant pas vraie.
        Cela dit, je vous concède que la règle de trois n’était pas maîtrisée par la population depuis des millénaires et sur ce point vous faites bien de remettre les choses en place.


      • juluch juluch 6 décembre 2016 13:52

        Euh....racine quoi ???  smiley


        Il y a une touche sur la calculette du téléphone Nabum ???  smiley

        merci pour ce billet  smiley

        • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 14:24

          @juluch

          Il suffit d’arracher les racines du mal


        • tf1Groupie 6 décembre 2016 14:19

          Quand vous étiez enseignant je n’ai pas bien vu ce que que vous faisiez pour endiguer ce mal.

          Ceci dit, qui pose une division aujourd’hui ?


          • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 14:25

            @tf1Groupie

            Je suis un bon à rien

            C’est par définition mon travail passé


          • sarcastelle sarcastelle 6 décembre 2016 14:32

            @tf1Groupie

            .
            Qui pose une division aujourd’hui ?
            .
            Quand vous n’avez rien d’autre à faire, tentez la division en chiffres romains. Quand on réussit on n’est pas peu fier. 

          • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 08:40

            @sarcastelle
            Qui pose une division aujourd’hui ?
            Et c’est une erreur car ’diviser pour régner" c’est la clé du pouvoir.
            Pour les chiffres romains je propose de commencer par une simple soustraction.


          • Cadoudal Cadoudal 6 décembre 2016 15:01

            Donnez-leur une suite chiffrée, « 6, 13, 20, 27… » ; demandez-leur de la poursuivre, ils sont seulement 59 % à avoir su répondre « 34 ». Ils sèchent encore plus sur les fractions : 15 % sont capables d’identifier, parmi quatre camemberts découpés en parts, celui correspondant à la fraction « 3/8 ». En sciences, 53 % parviennent à identifier, sur des images, un canard et une grenouille comme ovipares et non comme mammifères.
            http://www.lemonde.fr/education/article/2016/11/29/l-inquietant-niveau-des-eleves-en-maths-et-sciences_5039968_1473685.html

            http://www.rtl.fr/actu/societe-faits-divers/education-le-niveau-de-nos-eleves-ne-baisse-pas-il-s-effondre-lance-eric-zemmour-7786066401

            D’après la dernière enquête on est juste les derniers en Europe, mais on devance encore de peu l’Algérie, et comme notre avenir c’est le Maghreb, on peut se considérer en tête de notre groupe...

            Au Sénégal, on cultive l’excellence, la probité et le travail :

            "Ma propre fille a fait le concours, mais elle n’est pas aujourd’hui à Mariama Bâ parce qu’elle n’a pas réussi à faire partie des 25 filles recherchées », révèle le ministre. "
            http://www.leral.net/Concours-d-entree-a-la-maison-d-Education-Mariama-Ba-La-fille-du-ministre-de-l-Education-recalee_a148862.html



            • Cadoudal Cadoudal 6 décembre 2016 16:58

              @C’est Nabum

              Qu’il y a trop de chances en France ???


            • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 08:30

              @Cadoudal
              Donnez-leur une suite chiffrée, « 6, 13, 20, 27… » ; demandez-leur de la poursuivre, ils sont seulement 59 % à avoir su répondre « 34 ». I
              Ceux qui répondent 34 sont ceux qui généralisent après seulement trois observations. Un peu comme ceux qui ayant réussi à traverser la rue 3 fois sans regarder et sans se faire écraser en concluent qu’on peut le faire systématiquement.
              Ainsi les 59% sont dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. J’aurais peur de faire confiance à quelqu’un qui déduit une loi de si peu d’observations.


            • Harry Stotte Harry Stotte 6 décembre 2016 17:10

              « ...je paie d’un billet et de quelque menue monnaie pour faire l’appoint et faciliter le travail de la vendeuse, je ne vous dis pas le regard désespéré de celle-ci qui ne comprend rien à ma manière de faire. »


              Je l’ai vécu en tentant de donner 22.4 € pour un montant de 17.4 €... J’ai renoncé quand je me suis aperçu que je passais pour un con en donnant « beaucoup trop », le billet de 20 € étant déjà supérieur au montant dû.

              • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 18:32

                @Harry Stotte

                C’est assez curieux que nous qui usons ainsi d’un savoir dépassé passions pour des imbéciles de la part de ces ignorants


              • Harry Stotte Harry Stotte 8 décembre 2016 13:04

                @C’est Nabum

                Dans des circonstances comme celles-ci, j’ai la réaction courtelinienne (à ne pas confondre avec courtelinesque), :



              • hervepasgrave hervepasgrave 6 décembre 2016 17:35

                Bonjour,
                Tu as de bons articles ,mais toujours avec une somme de choses plus ou moins contradictoires.
                Personnellement un éternel recommencement m’arrangerais peut-être.Car a voir l’usage de la culture et des connaissances que nous avons aujourd’hui.Ce n’est pas brillant et a des années lumière de ce que cela devrait -être. Alors la culture/les connaissances ne sont que des armes bien destructives et peu constructives !
                Alors peut-être que nous devenons des ânes,sous éduqué,mais qui sait si cela ne sera pas utile a un moment ou un autre ,de se retrouver nu devant la vie,les faits, la réalité en guise d’instruction ? de causes a effets palpable pour la survie. Il faudra certes encore des générations, de la manière que cela perdure c’est encore une fois peut-être souhaitable. Car ce n’est pas critiquer l’inculture qu’il faudrait c’est remédier au problème de manière palpable et réaliste.Le reste c’est des comptes d’apothicaire. Et se démarquer ou se poster au dessus. est-ce volontaire ou pas ?


                • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 18:33

                  @hervepasgrave

                  Je suis ailleurs
                  Il ne faut pas m’en vouloir


                • gaijin gaijin 6 décembre 2016 18:49

                  un caillou dans la chaussure c’est un scrupule et ça pèse 1.3 grammes *
                  c’est a dire pas lourd ........
                  raison sans doute pour laquelle la conscience de nos dirigeants ne s’en encombre pas trop au moment de prendre des mesures. lesquelles autrefois demandaient en effet d’être fort en math :
                  1 grain (gr.) = 0,05g / 100g = 2000 grain (gr.)
                  1 scrupule = 1,3g / 100g = 76,92 scrupule
                  1 drachme = 3,24g / 100g = 30,86 drachme
                  1 gros (gr.) = 3,81g / 100g = 26,246 gros (gr.)
                  1 once (onc.) = 30,59g / 100g = 3,269 once (onc.)
                  1 quarteron = 128g / 100g = 0,78 quarteron
                  1 marc = 244,75g / 100g = 0,409 marc
                  1 litron = 375g / 100g = 0,266 litron
                  1 livre (liv.) = 489,5g / 100g = 0,204 livre (liv.)

                  tableau d’où l’on peut déduire qu’en avoir gros sur la conscience ça fait 76.92 scrupules ou un manque de 3.27 onces de bon sens .....
                  et si certains vous disent qu’il n’y a pas de quoi en faire un drachme et bien précisément si .....


                  • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 20:05

                    @gaijin

                    Merci

                    Voici un tableau qui m’enchante même si la conversion est passée de mode en ce moment


                  • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 08:35

                    @gaijin
                    Il manque la correspondance 1 litron=3 canons.


                  • C'est Nabum C’est Nabum 7 décembre 2016 09:32

                    @Abou Antoun

                    Toute honte bue, je ne l’avais pas remarqué


                  • Clocel Clocel 6 décembre 2016 19:05

                    Les calculis...

                    J’ai découvert par hasard que la Pascaline avait un ancêtre...

                    Le compas de proportion que nous utilisons encore pour la navigation à l’ancienne...

                    (Je n’ai jamais eu de GPS à mon bord : Chronomètre, sextant et éphémérides nautiques pour recaler l’estime.)

                    J’ai fait des recherches sur le compas de proportion. Il semble, qu’associé au pied du Roi, il fut le premier moyen de faire des calculs en Europe.

                    J’ai même retrouvé un vieux grimoire en ligne (un pavé !) qui fait état de son bon usage...

                    Avis aux amateurs !

                    Je me suis même pris à rêver que le symbole maçonnique bien connu et en fait un compas de proportion associé au pied de Roi.



                    • C'est Nabum C’est Nabum 6 décembre 2016 20:06

                      @Clocel

                      Je navigue à vue et sans instrument

                      Merci


                    • Abou Antoun Abou Antoun 7 décembre 2016 08:55

                      @Clocel
                      (Je n’ai jamais eu de GPS à mon bord : Chronomètre, sextant et éphémérides nautiques pour recaler l’estime.)
                      La navigation hormonale repose sur un principe assez simple le sexe tend toujours dans la bonne direction.


                    • C'est Nabum C’est Nabum 7 décembre 2016 09:33

                      @Abou Antoun

                      ça va à l’encontre de la théorie du genre


                    • zygzornifle zygzornifle 7 décembre 2016 13:19

                      J’ai vu des diplômés de grandes écoles commerciales sortir une calculatrice pour calculer 50 % de 800 euros.... Ce sont des ingénieurs ou des énarques pour savoir utiliser une calculette et encore pas une scientifique car il y a trop de touches marquée de sigles dans une langue inconnue ....


                      • C'est Nabum C’est Nabum 7 décembre 2016 13:52

                        @zygzornifle

                        Excellent déduction


                      • zygzornifle zygzornifle 8 décembre 2016 11:30

                        un mauvais calcul c’est comme celui de la  lithiase rénale  qui vous plie en deux de douleur .....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires