• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Une rentrée à peine moins cauchemardesque

Une rentrée à peine moins cauchemardesque

Comme le rappelait le comité Orwell dans son livre, la France avait probablement un des meilleurs systèmes scolaires au monde. Malheureusement, comme partout ailleurs, nos dirigeants ne cessent de l’abîmer. Rare point positif de l’arrivée de Macron, son choix de Jean-Michel Blanquer ministre de l’éducation, pourrait ralentir une dégradation qui devient de plus en plus inquiétante.

 

Un retour dans la bonne direction ?
 
L’approche de la rentrée provoque la multiplication de papier sur la situation de l’éducation nationale. Tout ce qui est décrit est absolument révoltant, même si j’écris depuis longtemps sur le sujet. Un professeur de Seine et Marne, Augustin d’Humières, vient de publier un nouveau livre, « Un petit fonctionnaire  », pour qui « on ment sur le niveau réel des élèves  ». Il y dénonce la baisse du niveau réel, parfois révélée par une simple dictée, qui contredit les résultats maquillés du baccalauréat et fait un lien entre l’évolution de notre système scolaire et la montée du djihadisme en son sein, alors même qu’un ancien principal de collège de Marseille décrit la triste montée de l’islamisme à l’école.
 
De son côté, Marianne évoque l’essai d’une professeure de lettres classiques, Isabelle Dignocourt, « L’éducation nationale, une machine à broyer  », qui dénonce les méthodes de son ministère. Elle aussi dénonce le fait que l’on pousse les professeurs à « en demander de moins en moins (aux élèves). Nous sommes sommés de nous transformer en animateurs et d’imaginer des leçons toujours plus amusantes et distrayantes, ce qui empêche tout approfondissement. Dès que la difficulté apparaît, on demande aux professeurs de la contourner ». Elle évoque la dévalorisation de son métier, et des investissements trop concentrés dans le numérique, comme l’a fait Natacha Polony dans le FigaroVox, en décrivant nos enfants, comme le pactole des géants du numérique.
 
Heureusement, dans le déluge de décisions révoltantes de la nouvelle équipe au pouvoir, même Isabelle Dignocourt évoque les « paroles rassurantes  » du nouveau ministre, sur les langues anciennes et les classes bilangues, tout en soulignant que l’autonomie des établissements peut avoir de mauvais côtés. Jean-Michel Blanquer a fait quelques annonces intéressantes, comme l’enseignement de la Marseillaise dès le primaire, ou la pose de limites à l’entrée à l’université. En effet, en réduisant sans cesse les exigences au lycée, on peut penser que trop d’étudiants mal préparés s’y dirigent complètement en vain, alors même que d’autres filières ne sont pas assez valorisées.
 

Voilà pourquoi, malgré la situation très dégradée de notre éducation nationale, et malgré le contexte d’une majorité qui mène notre pays dans la mauvaise direction en accélérant sur la plupart des sujets, un petit rayon de soleil semble subsister avec la présence de Jean-Michel Blanquer rue de Grenelle. Mais il faudra le juger sur les mesures qu’il aura pris dans quelques mois.


Moyenne des avis sur cet article :  4.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 6 septembre 10:16
    Un énième ministre de « les colles »..qui faute d’idée (et d’argent) va mettre son génie ignoré dans la balance de l’innovation avec de vieilles recettes qui ne fonctionnent pas ?
    L’ERE macron c’est le retour des Diosaures

    • Armelle Armelle 7 septembre 10:19

      @bob14
      « L’ERE macron c’est le retour des Diosaures »

      La chronologie est donc logique, les dinosaures apparaissent après les trilobites et autres arthropodes de l’ère Hollande...


    • Fergus Fergus 6 septembre 11:03

      Bonjour, Laurent

      Autant l’on peut effectivement s’inquiéter des orientations prises par l’exécutif dans différents domaines manifestement exposés à de graves régressions, autant la nomination de Blanquer et ses choix sur le plan éducatif vont dans le sens d’un coup d’arrêt aux âneries antérieures. Notamment en matière de formation des plus jeunes enfants aux connaissances de base sans lesquelles il ne peut y avoir de scolarité réussie.

      J’attends avec intérêt de voir comment sera réformé le bac, ce sésame pour l’université totalement dévalué par des décennies d’errance démagogique, le comble du grotesque et du scandaleux ayant été atteint avec les aberrations de l’APB.


      • zygzornifle zygzornifle 6 septembre 13:18

        l’éducation nationale est chapeauté par des politiques qui n’ont plus d’enfants et de souvenirs d’eux depuis des générations voila pourquoi ça merdouille constamment ..... 


        • Armelle Armelle 7 septembre 09:14

          @zygzornifle bonjour,

          Vous voulez dire qu’ un médecin doit avoir un cancer pour être capable de soigner le vôtre ?

          C’est toutes les toutes les strates de l’éducation nationale qu’il faudrait bousculer et pas que les « décideurs ». Il me semble juste un peu simpliste d’imaginer que le désastre de l’EN ne soit dû qu’à un seul homme !!! Et puis cette formule est tellement facile pour tous ces acteurs de l’éducation pour se dédouaner d’une certaine médiocrité !!!
          Mais c’est bien connu, c’est toujours « l’autre »... 


        •  C BARRATIER C BARRATIER 6 septembre 19:09

          Blanquer a fait comme les autres, il a supprimé les innovations sans en organiser avant l’évaluation. Il est certain que le nombre d"heures de classe concentrés sur 4 jours assassinent les apprentissages. Il faudrait supprimer 3 h par semaine et faire 4 semaines de classe de plus prises sur les vacances....

          La réforme des collèges mettait en place un yravail en équipe des professeurs. Une pédagogie de projet. S’il supprime aussi cela, apres que les professeurs aient commencé à se former, en fait on aura encore reculé


          • lloreen 6 septembre 19:37

            Je pense que madame La Bajon, professeur de français à l’éducation nationale ne vous contredira pas...
            https://www.youtube.com/watch?v=isDhOGb2E0A


            • Old Dan Old Dan 7 septembre 00:31

              Avec le crédit bancaire, la pub et l’obsolescence programmée,
              la crétinisation générale des masses est volontaire et délibérée,
              Ne favorise-t-elle pas tous azimuts la consommation libérale ?...
              .
              [ Voir aussi les infos, le sport, la (pseudo) culture, ... ]

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires