• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Voilà pourquoi j’ai pleuré…

Voilà pourquoi j’ai pleuré…

Des larmes venues du plus profond de mon cœur sortaient de mes yeux comme meurtris par ce qu’ils venaient de voir...

 Il y a peu de temps, je regardais sur une chaine de télévision, trois reportages, trois reportages qui m’ont laissé muet. Et après quelques minutes de silence je me suis aperçu que du haut de mes cinquante-cinq ans je pleurais ! Des larmes venues du plus profond de mon cœur sortaient de mes yeux comme meurtris par ce qu’ils venaient de voir, soit une infime partie de ce qui est notre quotidien, le quotidien de l’humanité !

 Un de ces reportages montrait un pays, des villes, des villages qui, habituellement grouillants de vie et en perpétuel mouvements étaient devenus un pays, des villes et des villages fantômes. Les images de ces lieux déserts, abandonnés pour les raisons qu’on connait tous, un virus donnaient froid dans le dos. Un virus et une situation qui, selon certains scientifiques, se reproduit dans des fréquences des plus en plus rapprochées, et bien sûr, ça risque de s’amplifier.

 Le deuxième reportage montrait des images de violences dans un pays dit « civilisé », et que ces violences viennent de la police, des manifestants ou de tout autre groupuscule n’importe pas, c’est là la triste conséquence d’un manque de dialogue, de respect et de compréhension de l’autre.
 Vivre en société serait donc de plus en plus une utopie ?
 Rien ne justifie de tels comportements, le mépris de l’autre ne peut venir que de la peur de cet autre, ou de son ignorance !

 Et dans le troisième reportage, une pointe d’espoir s’est confondue avec une situation catastrophique qu’il va falloir là aussi s’habituer à encaisser.
 Les gigantesques incendies que l’Australie a subi ont ravagé les paysages, semé la mort et le désespoir.
 Et au milieu de tout ça, quelques personnes sans doute encore très optimistes, se donnent à fond pour sauver ce qu’il reste d’encore plus innocent sur cette planète avec les enfants ; les animaux !

 Et quand on pense à tout le reste, la Syrie, la Libye, le Yémen, Haïti, l’Afrique, l’Amazonie, la dangereuse fonte des banquises, et tout ce qu’on ne voit pas, on ne peut que se poser une question :
« Pourquoi ? »
 Pourquoi l’être humain est devenu si peu de chose ! Pourquoi notre boulimie, notre avidité, et notre nombrilisme nous permet de juger, de moraliser, de « liker » ou pas des comportements ou situations que l’on observe assis dans notre canapé, dans le confort qu’il ne faut surtout pas perdre.
 Est-ce pour se donner bonne conscience ; elle ne servira plus à rien le jour où cette réalité lointaine sera à nos portes !
 Est-ce par sensation d’impuissance devant des élites sourds à tout ce qui ne rapporte ni richesse ni pouvoir.
 Ou bien est-ce par peur qu’on préfère fermer les yeux, rester dans le déni et continuer à se dire : « jusqu’ici tout va bien ! »

 S’il est vrai qu’on se sent impuissant, et on l’est un peu, il nous faut ouvrir grand les yeux, ouvrir notre conscience et ouvrir grand notre cœur :
 - Comportement de tous les jours, respect de l’autre, respect de la nature qui nous entoure et nous nourrit, refus de cautionner ou de contribuer à des agissements que l’on sait égoïstes et assassins, etc.

 Et ne pas avoir honte de verser des larmes, d’être autre chose qu’un objet formaté par un système qui ne nous aime que par intérêt.
Ne pas jouer le jeu de ce qui risque de nous coûter très cher !

 Voilà pourquoi j’ai pleuré, parce que je me suis demandé si on mérite notre condition humaine, et si on ne mérite pas ce qu’il risque de nous arriver !
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.55/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

29 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 7 février 19:25

    “Et les plus malheureux osent pleurer le moins !”

    Racine - Iphigénie


    • cétacose2 7 février 19:26

      Le grand triage est commencé ; il ne leur reste qu’à rallumer les fours....... 


      • oncle archibald 7 février 23:09

        En gros vous regrettez que tout ce que nous apprenions au catéchisme soit passé à la trappe. Moi aussi. La vie serait tellement plus agréable si on se contentait de respecter son voisin, quel qu’il soit. De voir en lui un « frère » . De se considérer soi même comme une petite fourmi de la fourmilière qui ne vaut ni plus ni moins que l’autre petite fourmi juste à côté de lui.


        • cevennevive cevennevive 8 février 08:14

          Bonjour cémoi04,

          Et moi, ce matin en écoutant la radio, j’ai presque pleuré de rage à entendre les commentaires décrivant une civilisation écervelée et avide.

          Voyez plutôt : c’est l’époque des vacances de février et du ski. Eh bien il n’y a pas de neige, et la température est trop élevée pour faire de la neige artificielle, et les stations pleurent car les « clients » n’auront rien de ce qu’ils sont venus chercher, et gna gna gna, et gna gna gna...

          Mais on croit rêver !

          Une infime partie de notre pauvre France serait triste parce qu’il n’y a pas de neige. Et pendant ce temps, la plupart des gens galèrent pour vivre décemment !

          Et je ne parle pas des autres pays dont vous parlez si bien et dont le sort de certains vous fait pleurer.

          Vraiment, vous avez raison, il y a de quoi pleurer...


          • Surya Surya 9 février 22:53

            @cevennevive

            Ce que vous dites est vrai, mais si on prend le problème à l’envers, le jour où il n’y aura plus personne pour simplement s’attrister qu’il n’y ait pas assez de neige pour skier, ça voudra dire que cette fois, le monde aura vraiment plongé.
            D’un côté en effet c’est égoiste de penser à son petit plaisir quand tant de gens galèrent, et de l’autre on peut aussi se dire qu’heureusement qu’il reste encore quelques personnes insouciantes.
            D’une certaine façon ils font office de baromètre.
            Il y a, disons, cinquante ans, il y avait beaucoup plus de gens insouciants, et la raison était que le monde allait mieux qu’aujourd’hui.
            Si on voit les choses sous cet angle, alors on ne peut que souhaiter qu’à l’avenir il y ait de plus en plus de gens dont la seule inquiétude soit la quantité de neige tombée dans leur station de ski.


          • oncle archibald 10 février 10:41

            @Surya ET @Cevennevive

            Le vrai pb c’est que personne n’accepte plus les aléas de la vie, la part de hasard pourtant incontournable, ce qui entre parenthèses fait le bonheur des assureurs !

            Les agriculteurs se mettent à hurler si une gelée précoce a ravagé leurs vignes ou leurs abricotiers, ou s’il a grêlé, et les commerçants des stations de ski parce qu’il y a une année avec peu de neige et des températures nocturnes qui ne permettent pas d’en fabriquer de l’artificielle. Pourtant tout le monde sait que ces évènements se produisent de temps en temps et que c’est incontournable.

            Mais le hasard c’est la vie, tout simplement.


          • cémoi04 8 février 09:22

            Eh oui, c’est la triste histoire du pompier pyromane ! On ne voit rien de ce qui est, on en parle juste pour se rassurer ! Bon weekend à tous.


            • rita 8 février 11:02

              L’humanité décadente s’enfonce tous les jours un peu plus dans les profondeurs d’ou on ne revient pas !

               smiley


              • San Jose 8 février 12:37

                @rita
                .
                Du courage... Votre sainte patronne est celle des causes perdues ! 


              • SamAgora95 SamAgora95 8 février 14:11

                Toutes c’est catastrophes se sont toujours produites de tous temps, simplement de nos jours elles sont mises en exergues par les nouvelles technologies de communications.

                Ce n’est pas la 1er fois que des villages et villes se vident suite à une catastrophe, le coronavirus n’a rien avoir avec la pandémie de la grippe espagnole par exemple.

                Ce n’est pas la 1er fois que le feu fait des ravage et que l’Australie brûle, il n’y a qu’à consulter les archives pour s’en convaincre.

                Ce n’est pas la 1er fois que des guerres déciment des populations et anéantissent des pays, il n’y a qu’a voir les dégâts de la 1er et 2e guerre mondiale.

                Notre époque n’a battue aucun record de température dans l’histoire climatologique de la planète.

                etc... etc...

                Conclusion, il faut éviter de tomber dans le piège du catastrophisme et du tout va mal, il faut prendre de la hauteur et remettre les choses à leur place, pour ne pas faire d’une exception une généralité.


                • Shawford NoNo42 8 février 14:17

                  @SamAgora95

                  J’espère qu’ils t’ont bombardé Dark Templar**** minimum au Monastère, ou ça va chier veugra pour les huiles qui de la jouent NÉOS sans que ne me revienne à l’instant T le nom de qui peut revendiquer légitimement ce titre à ReOpen911 !

                  En tout cas pour moi ici, tes commentaires seront nowadays classés DEFCOM5 !!!!!

                  Bon am, fils ou filleul d’ALBATOR ! smiley


                • cémoi04 8 février 21:42

                  @SamAgora95

                  OK, tout va bien, mais le jour où on ne pourra plus dire ça, c’est qu’il sera trop tard, et effectivement on ne s’en rendra pas compte, belle philosophie.


                • SamAgora95 SamAgora95 9 février 13:56

                  @cémoi04

                  Je n’ai pas dit que tout allait bien ! je dit que vous avez une vision déformé de la réalité, un peu comme un policier aura tendance à penser que la société humaine est faite de délinquants et de personnes sans scrupules, son métier lui donne cette vision déformée peut le conduire au suicide.

                  Non tout ne va pas bien, mais tout ne va pas mal non plus, bien au contraire, depuis quelques générations nous vivons une époque d’enfants gâtes et avons oublié la dureté de la vie...l’époque ou la guerre était la normalité, ou un simple mal de dent pouvait vous tuer, ou il fallait chercher l’eau au puits, cultiver ses légumes pour manger, ou un petit tremblement de terre détruisait les maisons fragiles, ou il n’y avait ni assurance, ni aide sociales, l’époque ou l’oisiveté ne serait-ce que d’une heure était inconcevable.

                  Cela dit vous avez raison, il faut chercher la perfection, et dénoncer ce qui peut encore être améliorer...il y encore de quoi faire effectivement.


                • HELIOS HELIOS 8 février 16:26

                  comme d’hab, se cache derrière tout cela la raison marchande !!!

                  Alors, l’exemple de l’Australie est bon, mais incomplet. Les populations ont été blousées par des discours inqualifiables, des autorités irresponsables et des minorités dogmatiques diverses agissantes

                  Et lá, moi qui le voit depuis le pacifique, d’un pays ou la pensée unique n’a pas encore envahi la presse, (on voit encore les noms des délinquants, les images sans floutage et des reportages indépendants)... j’ai été surpris par la chaleur, la solidarité des hommes mais complètement abasourdi par l’imbécillité des contraintes pseudo-morales qui sont imposées.

                  Je ne continuerai pas, vous pouvez tous lire les originaux des videos qui sont toutes sur internet... nos FranceInfo, BFM etc ne recopient que celles qui cadrent avec les rédactions.

                  Au final, il n’y a pas a opposer que les bons et les méchants, pas que la nature et industries ou les consommateurs, les verts contre les autres etc... 

                  Il nous manque ce que 50 années ont effacé, LE réferentiel économique, culturel, moral, religieux qui ont fait de nous la sociéte occidentale la plus puissante avec ses diversités... qui pour satisfaire quelques ambitions de pouvoir et ses divers aspects financiers, politiques ou multinationaux (les pires) ont detruit tout ce que plus de 2000 ans d’histoire avaientt construit, au point que certains d’entre nous ont acquit la haine d’eux-même jusqu’en « suicider » notre société.

                  Oui, les télécommunications aident a prendre conscience de ce qui se passe a l’autre bout du monde, mais cet autre bout, comme son nom l’indique, ce n’est pas chez nous, ne nous y trompons pas. Toute notre aide est requise, mais dans le cadre complexe des relations humaines équilibées entre l’homme, la nature et toutes les autres forces.

                  Comme disais l’autre là, un certain Bossuet (français, du temps ou cela voulait dire quelque chose), sans pleurer :

                  = = = Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes = = =

                  Merci à tous, ce que je vois ne me fait pas plaisir, mais, je ne pleure pas !


                  • cémoi04 8 février 21:53

                    @HELIOS

                    En effet, en oubliant nos valeurs, nos repères, notre fierté même parfois, c’ est le respect de soi même et de l’autre qu’on piétine et ça c’est à mon avis le signe que on n’est plus grand chose. A partir du moment où plus rien d’autre que du futile ne motive, c’est qu’on est nous aussi devenus futiles !


                  • Albert123 8 février 17:30

                    « je regardais (sur) une chaine de télévision »


                    erreur fatale

                    « Des larmes venues du plus profond de mon cœur sortaient de mes yeux comme meurtris par ce qu’ils venaient de voir »

                    ouais ils sont très fort pour cela, fourguer du désespoir, envoyer les violons juste au bon moment puis balancer des pubs derrière, 

                    bref du divertissement parfait, de « l’entertainment » de haute volée.

                    « Voilà pourquoi j’ai pleuré, parce que je me suis demandé si on mérite notre condition humaine, et si on ne mérite pas ce qu’il risque de nous arriver ! »


                    voilà surtout pourquoi ils ont gagné une 1ere bataille contre vous même, ils vous ont piraté, dézingué votre firewall, vous êtes donc cul nu à genou


                    vous êtes exactement là où ils veulent que vous soyez, dans la tristesse, la dépression, le dépit, le renoncement et la résignation.









                    • cémoi04 8 février 21:57

                      @Albert123

                      Aucune dépression, aucun désespoir chez moi, juste des constatations et un certain écœurement de voir à quel point le déni peut rendre aigri .


                    • Aff le loup 9 février 20:56

                      @cémoi04

                      Vous avez une sérieuse tendance à ronfler, et vous vous sentez souvent fatigué le matin. Attention, vous souffrez peut-être d’apnées du sommeil. Ces pauses respiratoires involontaires durant la nuit sont un réel danger pour l’organisme. Outre les risques cardiovasculaires importants, ce trouble serait responsable d’accidents de la route ou même de dépression.


                    • cémoi04 9 février 21:20

                      @Aff le loup Merci docteur


                    • Aff le loup 9 février 22:41

                      @cémoi04

                      L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil fréquent. Elle se caractérise par des arrêts temporaires de la respiration (apnées) durant le sommeil et s’accompagne souvent de ronflements. Ces pauses respiratoires durent plus de 10 secondes, et peuvent se répéter des dizaines voire des centaines de fois par nuit.

                      Mais, la plupart des personnes souffrant d’apnées du sommeil ne savent même pas qu’elles sont concernées... Pourtant, ce syndrome peut entraîner des complications et mettre en péril la santé. En effet, ces arrêts respiratoires nocturnes diminuent la qualité du sommeil et empêchent la bonne oxygénation du sang. Conséquence : un retentissement important sur l’organisme. À court terme l’apnée du sommeil entraîne : fatigue, somnolence, maux de tête, irritabilité... À plus long terme (et si elle n’est pas traitée) l’apnée du sommeil peut avoir des conséquences plus grave sur la santé.


                    • Ruut Ruut 8 février 22:22

                      55 ans, merci pour votre leg a la jeune génération....

                      Ils vont avoir du mal a réparer tout ça......

                      Je ne parle même pas des désinformations en continues qui ne vont pas aider.

                      Sans parler des enseignements de mauvaise qualité que nous leurs offrons.


                      • cémoi04 8 février 22:36

                        @Ruut D’accord pour le mauvais leg, d’accord pour le mauvais enseignement, celui de la bienpensance et du consumérisme assassin, mais aujourd’hui on peut trouver des informations alternatives à la presse formatée, en faisant un tri on peut voir et comprendre beaucoup de choses. Quand on ne savais pas, on pouvait être excusé, mais le pire c’est de ne pas changer alors qu’on sait !


                      • L'Astronome L’Astronome 9 février 01:00

                         

                        « un pays, des villes, des villages qui [...] étaient devenus un pays, des villes et des villages fantômes »

                         

                        Ha ha ! Quand mondialisation rime avec désertification...

                         


                        • Leonard Leonard 9 février 21:18

                          Vite prières et bougies !

                          On va pouvoir avancer comme ça !

                          Pleurons ensemble !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

cémoi04


Voir ses articles







Palmarès