• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Société > Yassine Belattar mis en examen pour « menaces de mort »

Yassine Belattar mis en examen pour « menaces de mort »

L’humoriste Yassine Bellatar a été mis en examen le 28 mars dernier pour menaces de mort et harcèlement moral. Il a été libéré après deux jours de garde à vue mais reste toujours sous contrôle judiciaire.

Le litige des comiques

C’est une affaire pas très drôle qui se profile pour Yassine Belattar. L’humoriste, rappelons-le, a été à de nombreuses reprises à couteaux tirés avec ses relations professionnelles précédentes. Déjà en septembre 2010, alors qu’il avait été fraichement recruté par le PDG de Radio France, Jean-Luc Hees et qu’il animait la matinale du Mouv', il avait raté le renouvellement de son contrat pour mésentente avec le responsable de la station, Patrice Blanc-Francard.

Entre 2018 et 2019, Mediapart après une longue enquête avait publié un article exclusif. Ce papier receuille plus de quinze témoignages accablants et dépeint l’homme de 36 ans comme un habitué des menaces et de comportements humiliants dans le cadre professionnel ou para-professionnel. Yassine Belattar les reconnaît, en partie. Il se défend d’une curieuse façon en expliquant sa version de ces « conflits professionnels ». Il relativise la gravité des faits qui lui sont reprochés : « Que je menace des gens, c’est un fait », a-t-il déclaré sur Actudaily. « Il y a plein de gens qui en menacent d’autres. Mais moi, je ne suis jamais passé à l’acte ».

Longtemps indexé pour ses sorties médiatiques à fortes polémiques et accusé de complaisance avec l'islamisme, Yassine Belattar estime qu’il est une victime de diffamation et de calomnie pure et simple. Il accuse d’ailleurs le journaliste qui l’interviewait, de racisme. 

En début 2019, Bruno Gaccio, ancienne plume des « Guignol » dépose une plainte contre Yassine Belattar. Les deux adversaires dans cette affaire trainent un litige depuis la fin de leur collaboration commune sur Canal+. Gaccio accusait Belattar de diffamation puisque ce dernier l’aurait précédemment accusé de pédophilie. Tout avait été relancé par une pique lancée par Belattar concernant un Tweet de Bruno Gaccio sur le mouvement des gilets jaunes. L’animateur de radio Nova avait réagi : « Trop triste pour l’ami @GaccioB qui a failli devenir Président de sa République sans bouger de St Germain des Prés ».

Le clash s’envenime en plusieurs tweets et le ton nerveux monte. Bruno Gaccio finit par conclure : ne « Me cherche pas petit, Je te connais. T’as pas le niveau. Tu peux faire le malin avec les autres. Moi je te connais. Joue dans ta catégorie. Bonne journée. »

Selon Gaccio, Belattar lui aurait envoyé des menaces par la suite. Il aurait affirmé s’en prendre à sa famille. Lors de sa garde à vue, l’humoriste avoue que ses propos vifs ne concernaient en rien la famille et se situaient dans un contexte de provocations sans plus. Le 15 mars dans le journal Marianne, Yassine Belattar déclare : « il y a entre [Bruno Gaccio] et moi un gros litige et j’ai certainement dû lui dire que si je le croisais, je me battrais à mort avec lui. Mais sa femme, sa mère, ce sont des conneries. ».

Une autre plaignante intervient dans cette affaire. Il s’agir de Jessie Claire. Cette animatrice de radio et de télévision accuse son confrère de ce qu’elle qualifie comme sa « pire expérience de harcèlement professionnel à ce jour ». Yassine Belattar signifie l’invalidité de cette dernière plainte et retourne même l’accusation : « Pour qu’il y ait harcèlement professionnel, faudrait-il encore que j’aie fait travailler cette personne [...] Devant mes amis, cette Jessie Claire s’est livrée à des allusions sexuelles marquées ».

Yassine Belattar a aussi été interrogé sur ses menaces de mort proférées à l’encontre de Kader Aoun, un producteur influent, et son directeur de production.

Mis en retrait

Le 26 mars 2019, l’animateur a été placé en garde à vue puis mis en examen le 28 mars pour « menaces de mort », « menaces de crimes réitérés », « envois réitérés de messages malveillants » et « harcèlement moral ». Radio Nova a aussitôt annoncé jeudi sa « mise en retrait » de l'antenne dans un communiqué transmis à l'Agence France-Presse.

Thomas Barbazan, son co-animateur a été choisi pour animer désormais son émission. Il est par la même occasion déprogrammé d'un festival entre plusieurs humoristes consacré au thème du harcèlement.

Yassine Belattar a été libéré deux jours après sa mise en examen. Il est toujours placé sous contrôle judiciaire et est interdit d’entrer en contact avec les protagonistes des affaires citées.


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • arthes arthes 20 avril 16:31

    Il est le nouvel Djamel de bouse.

    le bougnoule communiquant de service spécialisé balieue de macron

    Et alors ?

    Est ce une histoire de lavage de  linge sale en famille des humoristes « bien pensants » qui font la pluie et le peau temps dans le micrososme parigot ?

    Sont entre eux.


    • arthes arthes 20 avril 21:27

      @arthes

      Tiens, ça me fait penser à un débat Belattar/Zemmour...

      Il lui a dit à ce moment :Je vous emmerde ... ?
      Le gros loukoum. .Alors qu il perorait avant sur les plateaux avec son:J emmerde Mr Zemmour.

      Pffff


    • Vredes Vredes 20 avril 19:02

      L’humoriste Yassine Bellatar ?

      Le politicien Yassine Bellatar qui distile sont venin etho-religieux par le biais de l’humour.


      • marmor 20 avril 19:32

        J’adorerais que ce trou du c..l me menace !! 


        • ETTORE ETTORE 20 avril 22:53

          Humoriste ?

          Semble bien triste cet « humoriste »

          ET politicien de surcroit ?

          L’antidote et le venin ! Lequel pour soigner lequel ?


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 21 avril 00:24

            C’est qui ?



              • Kapimo Kapimo 21 avril 05:02

                Moi, quand je vois quelqu’un se faire démolir dans les médias, je me dis qu’il est ciblé par les réseaux de pouvoir. Reste à savoir pourquoi. Les médias n’ont aucune morale, et la raison est à chercher dans son positionnement sur l’échiquier politico-social.


                • machin 21 avril 08:56

                  Pour une fois, ce gros crétin bien lourd me fait rire.

                  D’habitude, il me fait zapper.


                  • L'Astronome L’Astronome 21 avril 09:06

                     

                    L’humour suppose un si grand esprit critique et une si grande distance par rapport aux faits qu’il semble difficile de parler d’humour quand on est engagé à fond dans une (pseudo) religion ou un mouvement quelconque.

                     


                    • capobianco 21 avril 09:49

                      J’ais cru comprendre qu’il était un grand soutien de macron, là c’est drôle non ?


                      • Dom66 Dom66 21 avril 10:34

                        L’humoriste Y Bellatar   ??? après avoir lu ça ! désolé je ne vais pas plus loin


                        • Franchounet 22 avril 16:32

                          Un guignol, oui, mais un musulman dangereux


                          • CogitoErgoSum 23 avril 11:44

                            Belattar est l’exemple typique de ce qu’on nous impose en permanence. Sous prétexte de différence, de vivre ensemble, de multiculturalité, les médias font docilement une place à des types médiocres, relativement désagréables, insignifiants et de surcroît incapables de se maîtriser.

                            Ce type montre simplement de façon ostentatoire sa haine de l’autre et ses penchants pour l’agressivité. Il est sorti de son rôle d’amuseur. C’est le genre de personne qui ne peut pas supporter la moindre contradiction et qui ne possède objectivement ni la réserve, ni les codes pour dialoguer correctement avec l’autre en général. Manque d’éducation scolaire ? Manque d’éducation tout court ? Haine de l’autre ?

                            Manifestement, il n’a pas appris ce qu’était le respect pour l’autre, le pluralisme d’opinion, la vie en communauté,et la modération. éléments indispensables manquant cruellement à l’immense majorité des personnes partageant ses codes culturels.

                            Ce n’est pas complètement de sa faute. il est en train d’apprendre à ses dépends que la notoriété médiatique n’autorise pas de faire ou dire n’importe quoi.

                            Même si, à la fin, tout va s’apaiser et les poursuites seront soit annulées,soit minimisées, ou comme d’habitude, un juge lui trouvera quelque circonstance atténuante. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès