• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Brèves en technologie

Brèves en technologie

biotechnologies, énergie, nanotechnologies, robotique, informatique, économie

- OGM : Un papillon fait de la résistance

La vision idyllique de la nature selon les promoteurs d’OGM serait-elle en train de s’effondrer ? Une petite noctuelle, contre laquelle le coton transgénique produit son propre insecticide, vient de développer une résistance à cette toxine.

Pour fonctionner, le principe des zones refuges devrait concerner des zones très vastes. Selon Bruce Tabashnik, le taux de résistance devrait être nul d’ici dix ans en Caroline du Sud, où le pourcentage des zones non-OGM atteint 82 %. Mais cela vaut-il encore la peine de dépenser des sommes astronomiques pour mettre au point des organismes génétiquement modifiés, qui rencontrent de plus en plus d’opposition parmi le consommateur, pour ensemencer seulement 18 % des cultures ?

En corollaire, on peut se demander si beaucoup d’agriculteurs accepteront de consacrer la majorité de leurs terres à la culture de coton destiné exclusivement à nourrir des larves affamées de Helicoverpa zea...

- Des algues génétiquement modifiées produisent du pétrole avec du sucre au coût actuel du fuel

- Hercules : un laser surpuissant

C’est sans doute la nouvelle la plus importante du mois car « l’amplification par dérive de fréquences » pouvant produire « vingt mille milliards de milliards » de watts (!) ouvre de multiples perspectives pour la recherche fondamentale tout comme pour la fusion contrôlée mais un des enseignements qu’on peut en tirer c’est qu’on pourrait réduire radicalement la dépense d’énergie de certaines applications en la concentrant sur des impulsions extrêmement brèves, une des voies possible de l’énergie intelligente.

Des chercheurs de l’université d’Ann Arbor, dans le Michigan, et de l’école Polytechnique, viennent d’atteindre avec un laser une puissance équivalente à celle de l’énergie du Soleil reçue par la Terre...

Prenez 300 fois la puissance électrique produite par les États-Unis et concentrez-la avec un faisceau laser sur un grain de sable, c’est la performance que vient d’atteindre une équipe de chercheurs internationaux : un record mondial. Cela semble impossible mais, en réalité, la quantité d’énergie mise en jeu est faible. En revanche, ce qui ne l’est pas, c’est la brièveté de l’impulsion laser mise en jeu : 30 femtosecondes !

- Abou Dhabi construit la première cité sans émission de CO2

Le riche émirat pétrolier d’Abou Dhabi a commencé dimanche la construction de la première cité au monde prévue pour fonctionner avec un niveau zéro d’émission de gaz carbonique, a déclaré un porte-parole du projet.

« La construction de Masdar City commence aujourd’hui », a-t-il dit, évoquant le projet qui s’étendra sur 6,5 km2, coûtera 22 milliards de dollars et doit être achevé en 2015.

Masdar City, qui signifie « source » en arabe, fonctionnera exclusivement au moyen d’énergies renouvelables, dont l’énergie solaire, une ressource constante dans le désert de l’émirat.

Ses 50 000 habitants circuleront en utilisant des tramways et une série d’autres moyens de transport automatiques.

- L’avion hypersonique A2 : deux fois plus rapide que le Concorde !

Depuis quatre ans, une entreprise britannique planche sur un cahier des charges ambitieux : relier l’Europe à l’Australie en quatre heures avec un avion de ligne. Financé en partie par l’Esa, ce projet vient d’aboutir à un concept réalisable. Il ne reste qu’à le fabriquer. Rendez-vous dans 25 ans...

- Le solaire thermique n’a pas dit son dernier mot...


Un projet de centrale thermique solaire en Arizona devrait produire 280 MegaWatts en chauffant l’eau à 400 °C. L’avantage, c’est que, dans l’état actuel des techniques, la chaleur se stocke plus facilement et à un coût bien inférieur à l’électricité.


- Augmentation de 30 % du rendement de l’électrolyse

La société QuantumSphere, Inc. (QSI) produit des électrodes recouvertes de nanoparticules de nickel-fer qui augmentent la production d’hydrogène par électrolyse de 30 % ! De plus ces électrodes bon marché pourraient permettre de se passer de platine dans les piles à combustibles faisant chuter radicalement les prix.

- 9 litres d’hydrogène dans une boîte d’allumettes

L’hydrogène est stocké dans un réservoir en aluminium sous forme de particules d’aluminium hydrogéné, molécule développée par le groupe de recherche. Lorsqu’il est chauffé à 80 °C le composé relâche de l’hydrogène sous forme de gaz. Expérimentalement, on a pu extraire 9,3 litres d’hydrogène d’un réservoir mesurant 4 cm x 6 cm et d’une épaisseur de 5,5 mm. Ceci représente une contenance supérieure de 43 % par rapport à l’alliage lanthane-nickel (LaNi5) habituellement utilisé pour le stockage de l’hydrogène. Le groupe espère améliorer les propriétés du système afin que l’aluminium hydrogéné libère le gaz à 60 °C, ce qui permettrait une utilisation directe de la chaleur rejetée par les appareils électroniques et donc une alimentation par piles à combustible d’instruments portables comme les téléphones ou les ordinateurs. Une fois que l’hydrogène a été libéré, il ne reste plus que de l’aluminium. Ce processus étant irréversible, les réservoirs seraient employés comme des cartouches à utilisation unique. La mise en application de la technologie se fera au plus tôt dans trois ans.

À volume égal, cette méthode permettrait de stocker 3,6 fois plus d’hydrogène que des bonbonnes pressurisées à 35 MPa. La distance parcourue pourra alors atteindre les 650 km pour un réservoir de 90 litres qui ne pèserait que 100 kg, à la place de 220 kg actuellement.

- Des vêtements qui produisent de l’électricité

Ces nanofils dorés d’oxyde de zinc (jaune), chacun d’environ 3,5 micromètres de hauteur, sont cultivés sur une fibre de polymère souple. Le frottement des nanofils plaqués or contre des nanofils non traités (en vert) génére du courant. Utilisés dans des fibres textiles, ils pourraient permettre de convertir les mouvements du corps en courant électrique.

- Des vêtements auto-nettoyants

En fait, cette fois il faut recouvrir les fibres (laine, coton, etc.) avec des nanocristaux de dioxyde de titane. Ensuite il suffit d’exposer les fibres au soleil pour qu’elles brûlent la saleté et s’en débarrassent, mais il faut 20 heures de soleil pour éliminer des tâches de vin !

- L’adhésif inspiré du gecko : on y est presque !

Des chercheurs de l’université de Berkeley ont fait un pas de plus vers la maîtrise du pouvoir d’adhérence des geckos. En utilisant des microfibres en polypropylène, ils sont parvenus à reproduire les étonnantes capacités de ces petits lézards grimpeurs. Pour le moment, l’exploit n’est réalisé que sur des surfaces propres et lisses, mais ce n’est qu’un début...

Ainsi, deux centimètres carrés d’un tel matériau suffisent à supporter 400 grammes, mais il est possible de les décoller facilement d’une paroi lisse et propre. De plus, et comme dans le cas des geckos, il ne reste aucun résidu sur la paroi après le décollement.

Toutefois, le gecko conserve sa supériorité. Pour l’égaler, il faudrait que les fibres soient auto-nettoyantes, et surtout, que l’adhérence puisse être suffisante sur des surfaces rugueuses : ce n’est pas le cas actuellement.

- Du caoutchouc qui se répare tout seul

Des chercheurs français ont mis au point un matériau capable de s’auto-réparer après avoir été coupé ou déchiré, par simple remise en contact des morceaux à température ambiante.

La matière se compose de molécules organiques, des acides gras, issues de plantes (maïs, colza, pin et tournesol) qui s’assemblent en réseau supramoléculaires et maintiennent leur cohésion grâce à des liaisons hydrogène. À température ambiante le matériau se comporte comme du caoutchouc : il est mou et peut subir des déformations de 100 à 500 % en retrouvant en suite sa forme originelle. Lorsqu’il est chauffé, il fond et peut donc être facilement modelable.

Mais le plus surprenant réside dans sa capacité à se réparer spontanément : après section, les deux parties se recollent dès qu’elles sont remis en contact sans qu’il soit besoin de les chauffer ou d’exercer une forte pression. Une fois reconstitué, le caoutchouc retrouve ses propriétés et peut à nouveau être coupé sans dommages.

- Record : un tapis de nanotubes de carbone d’un mètre sur deux

- Un transistor en nanotube de carbone

On en parlait, c’est fait : une radio à base de nanotubes de carbone ouvrant à une nouvelle électronique sans silicium.

- Progrès d’IBM dans la manipulation atome par atome

En 1989, des chercheurs d’IBM étaient déjà parvenus à manipuler les atomes individuellement, écrivant avec 35 d’entre eux le nom de leur compagnie. Aujourd’hui, ils ont réussi à évaluer précisément la valeur de la force nécessaire.

- Un téléphone élastique !

Les ingénieurs du Nokia Research Center (NRC), en collaboration avec le Centre de Nanoscience de Cambridge (Royaume-Uni), viennent de lancer une exposition illustrant les possibilités des nanotechnologies dans un futur proche. Un téléphone portable baptisé Morph, qui n’existe pas encore, sert de démonstrateur pour les incroyables perspectives ouvertes.

  • transparent, souple, étirable tout en restant résistant,
  • capable de s’autonettoyer,
  • capable de tirer directement une partie, voire la totalité de son énergie du rayonnement solaire,
  • équipé de nanocapteurs surveillant ce qui se passe dans notre environnement immédiat et en particulier notre santé.

- Le circuit le plus économe du monde

Des chercheurs du MIT viennent de présenter un circuit complet, sur une puce, qui ne consomme qu’1 microwatt. Généralisables, les procédés mis en œuvre pourraient servir aux téléphones portables et à tous les appareils mobiles, multipliant par dix la durée de vie de la batterie.

- Un petit PC Linux pour 300€

Surtout destiné aux usages publics, mais on constate qu’à mesure que les ordinateurs se généralisent, une offre à bas prix se développe depuis l’Asus EeePC.

La société Linutop met en vente la deuxième version de son PC miniature qui tourne sous Linux. Doté cette fois d’une mémoire interne, il permet de faire tourner plusieurs applications à moindre coût.

L’absence de pièces mobiles le rend totalement silencieux et nettement moins gourmand en énergie : 8 watts seulement contre plus de 100 pour un PC classique utilisé de la même façon.

- Amazon Kindle

Il semblerait que cet e-book d’Amazon rencontre un grand succès. Ce qui m’étonne étant donné le prix (400 $, plus 10 $ par livre téléchargé !).


- Microsoft se lance dans l’interopérabilité

L’éditeur s’engage à diffuser suffisamment d’informations pour que ses concurrents puissent développer des produits compatibles avec les siens. Trente mille pages de documentation, jusque-là payantes, seront disponibles en téléchargement. Les développeurs y trouveront les détails des API (bibliothèques de fonctions) concernant non seulement Vista, le lecteur Windows Media et les logiciels pour serveurs mais aussi la suite Office.

Microsoft s’engage, de plus, à modifier Office pour que les logiciels de cette suite acceptent des formats de fichiers créés par des développeurs indépendants.

Il faut rappeler que Microsoft a subi 2 amendes de la Communauté européenne, 497 millions d’euros en 2004 et 899 millions cette année (pour la période 2006-2007), soit près de 1,4 milliards d’euros pour abus de position dominante !

- Microsoft veut racheter Yahoo

Toujours un train de retard ! C’est le signe du déclin de l’ancien modèle (du PC isolé, de son système d’exploitation propriétaire) et qu’on est bien dans un autre monde, celui des réseaux, de la gratuité et de la publicité en ligne.


Nouvelles présentations pour Google

Google a commencé à expérimenter la possibilité pour l’utilisateur de choisir des présentations différentes pour les résultats (carte, etc.), façon d’éviter qu’ils aillent voir ailleurs mais ces annonces n’ont suscité aucun intérêt dans la presse, comme si la simplicité de Google faisait sa force.



Diminution du nombre de clics : Google entre-t-il en récession ?

Le titre a chuté de 6 % à l’annonce de cette baisse qui peut être en partie causée par la chasse à la fraude, mais qui reflète surtout la récession américaine sans aucun doute car les concurrents n’en ont pas profité.


Fin du bridage du P2P ?

Le gouvernement américain est "favorable, prêt et capable" d’empêcher les opérateurs d’entraver volontairement le trafic de leurs abonnés. C’est ce qu’a affirmé le président de la Commission fédérale des communications (FCC), lors de l’audition de plusieurs dirigeants de Comcast, ce lundi 25 février. Cette audition a été entraînée suite à plusieurs plaintes déposées par des entreprises utilisant légalement les réseaux peer-to-peer, qui se plaignaient de ralentissement de ces réseaux chez Comcast.


Le e-commerce victime des vols de colis à La Poste

Le développement du e-commerce en France engendrerait de nombreux vols et disparitions de colis à La Poste, indique une enquête de Que Choisir. Selon le magazine, 1,5 million d’objets disparaîtraient chaque année du circuit postal, sur un total de 263 millions de paquets convoyés. Contactée par l’AFP, La Poste « dément formellement » ce chiffre, sans pour autant fournir ses statistiques. L’ex-PTT refuse de communiquer ses chiffres tant que ses concurrents n’auront pas donné les leurs. Selon le loueur de DVD en ligne Locafilm, cité par Que Choisir, près de 10 000 disques disparaîtraient tous les ans, ce qui représente 5 % de son chiffre d’affaires.

- Imprimante 3D

Desktop Factory 3D printer pour 5000 $.

The maximum build volume of the initial product will be 5 x 5 x 5 inches. The thickness of each layer is 0.010 inch.

Plus professionnel, et plus cher, que le fab@home du mois dernier, mais encore bien limité en taille.

- La transparence pour interagir avec le monde réel

Le designer Mac Funamizu a publié sur son blog un concept d’objet mobile qui utilise la transparence pour interagir avec le monde réel. Une tablette transparente, de la taille d’un livre de poche, sert d’outil pour regarder le monde et obtenir des informations numériques sur lui. Vous regardez un immeuble et accédez aux informations disponibles sur celui-ci. Vous lisez un journal, surlignez un mot par transparence, et la tablette vous affiche les résultats de votre moteur de recherche préféré sur celui-ci.

- Un casque pour commander un PC par la pensée...

Rien d’extraordinaire, sinon que ce casque devrait être bientôt commercialisé par Emotiv pour 300 $. Même si cela ne semble pas marcher très bien, ce n’est qu’un début, mais on butte déjà sur l’inconvénient principal de commander par la pensée, c’est qu’il faut commander à la pensée et s’empêcher de penser à autre chose...

Pour 300 dollars, il sera bientôt possible de commander un ordinateur à la seule force de la pensée, en posant sur sa tête le casque présenté par Emotiv. L’objectif annoncé est de contrôler un jeu vidéo. La performance est louable, mais les possibilités bien limitées...

Lors d’une phase d’apprentissage, l’utilisateur voit défiler une série d’actions proposées par le logiciel système, équivalent d’un pilote de souris ou de joystick. Pour chacune, il doit penser à quelque chose, sans qu’il y ait besoin d’un rapport quelconque avec l’action.

Il suffit de se déconcentrer un peu pour que la commande reste incomprise ou, au contraire, qu’une autre action se déclenche intempestivement. Les commandes sont d’ailleurs plutôt sommaires, se résumant à quelques mouvements.

- WizKid un robot interactif

On dirait un ordinateur, mais c’est un robot qui interagit avec l’enfant (l’écran se tourne vers lui et il suffit de montrer une pochette de disque pour le jouer, etc.).

- Quand le corps humain se transforme en vecteur de données

Un groupe japonais s’apprête à lancer un système qui, en utilisant la conductivité naturelle du corps humain comme mode de transport de données, permettra d’ouvrir des portes ou de franchir des contrôles d’accès sans utiliser de clé ou de carte d’identification.

NTT Microsystem, filiale du géant des télécoms NTT, a conçu des badges d’accès spéciaux qui, glissés dans une poche ou un sac à main, transmettent leur identifiant à des capteurs placés sur les poignées de porte ou sur le sol. Ces derniers sont eux-mêmes reliés à un dispositif de contrôle.

Plus besoin de fouiller partout à la recherche de sa clé ou de sa carte d’accès : un signal d’identification part du badge, transite par le buste, les bras et mains, ou les jambes et pieds de la personne, pour atteindre la poignée de porte ou le plancher. Si l’individu est reconnu, il a la voie libre.

Un médecin pourrait ainsi mesurer la température et le pouls d’un patient simplement en le touchant avec ses mains. Les informations transiteraient par le corps du docteur pour être reçues par des instruments de mesure.

"Si nous parvenons à augmenter les débits, il sera aussi possible d’écouter de la musique en ayant un casque sur les oreilles et le téléphone/baladeur dans la poche, sans aucun fil entre les deux, ou bien de regarder des vidéos avec des lunettes/écran, juste en utilisant le corps comme mode de transmission".

Voir aussi futura-sciences.

- Un nouvelle technique holographique : FINCH

La technique FINCH ou « Fresnel incoherent correlation holography » (b) se distingue de la technique conventionnelle (a) et permet surtout de faire des hologrammes d’objets animés, mais elle ne s’applique ici qu’à des microscopes de pointe...

- Les 14 grands défis de l’ingénierie de demain

Selon l’Académie nationale de l’ingénierie américaine (NAE), il faut :

  1. Rendre économique l’énergie solaire
  2. Utiliser la fusion nucléaire
  3. Développer des méthodes de “séquestration du gaz carbonique”
  4. Savoir gérer le cycle de l’azote
  5. Donner accès à l’eau potable pour tous
  6. Restaurer et améliorer l’infrastructure urbaine
  7. Améliorer l’informatique médicale
  8. Créer de meilleurs médicaments (personnalisés)
  9. Arriver à faire la rétro-ingénierie du cerveau
  10. Éviter une catastrophe nucléaire
  11. Sécuriser le réseau
  12. Améliorer la réalité virtuelle
  13. Développer l’apprentissage personnalisé
  14. Créer les outils nécessaires à la découverte scientifique

- 10 Emerging Technologies of 2008

Deux des technologies - les enzymes cellulolytiques et les magnétomètres atomiques - sont les efforts déployés par d’éminents scientifiques pour résoudre des problèmes critiques, tandis que cinq autres - modélisation de la surprise, connectomics, CMOS probabiliste, le "reality mining" (adaptation personnifiée à la réalité ?), les applications web hors ligne - représentent de toutes nouvelles façons de voir les problèmes. Et les trois dernières - transistors en graphène, nanoradio, et alimentation électrique sans fil - sont d’étonnantes prouesses d’ingénieurs qui ont créé quelque chose d’entièrement nouveau.



Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • anomail 11 mars 2008 12:56

    Intéressant.

    Par contre, Microsoft et l’interopérabilité, ça fait déjà deux ou trois ans qu’on nous en rebat les oreilles sans qu’on ait rien vu venir. Il s’agit d’un thème où ils font toujours le contraire de ce qu’ils disent, il faut arrêter de relayer leurs mensonges.

    Si ils veulent réellement l’interopérabilité, qu’ils commencent par abandonner la normalisation à marche forcée de leur format usine à gaz OOXML qu’ils ne sont même pas foutus d’implémenter correctement dans leurs propres logiciels. Il y a déjà une norme qui couvre ce secteur.


    • sobriquet 11 mars 2008 22:11

      "Des algues génétiquement modifiées produisent du pétrole avec du sucre au coût actuel du fuel"

      L’élément important n’est pas que cela se fasse au coût du fuel. D’une part parce qu’ils précisent bien que la technique n’est pas encore assez au point pour entrer en concurrence avec les autres techniques de production de fuel. Mais surtout, parce que, à terme, même la pire technique de production de carburant végétal sera financièrement plus intéressante que l’exploitation du pétrole !

      Non, ce qui est intéressant, c’est que cette technique, selon l’article, nécessite une moindre surface d’exploitation (pour produire le sucre) que d’autres techniques de production de carburants végétaux. Et donc, entre un peu moins en concurrence avec la production alimentaire pour l’occupation des terres.

      Là où je me pose des questions, c’est qu’a priori, le carburant végétal produit ne sera pas seulement composé du carbone, de l’hydrogène et de l’oxygène apportés par le sucre : aucun être vivant ne peut survivre sans d’autres éléments. Et comme il y aura certainement des pertes de ces autres éléments, je me demande quelle en sera l’ordre de grandeur.


      • Jean Zin Jean Zin 12 mars 2008 09:55

        J’ai cité cette recherche sans insister car il y a des dizaines voire des centaines de recherches de ce type. On est encore très loin de la production de masse mais avec le prix du pétrole qui augmente, ces recherches vont encore se multiplier. Sinon je suppose qu’on peut séparer les algues du fuel produit de même que pour l’alcool produit par fermentation.


      • FrihD FrihD 12 mars 2008 00:19

        Il va de soi que pour les aliments OGM, n’en déplaise aux créationnistes, des résistances apparaîtront en moins d’un siècle, disons 50 ans. Les êtres vivants qui s’adapteront le plus vite seront aussi ceux qui ont le cycle de vie le plus court (les virus, bactéries, champignons et moustiques). Je parie 10 euros que l’espèce humaine résistera moins bien en mangeant de la merde face à une armée de moustiques super-résistants dont le territoire de chasse ne fait que s’aggrandir grâce au réchauffement climatique (commence déjà à y avoir pleins de nuisances, on en parlait l’été dernier, on en reparlera bientôt). Oui, 10 euros seulement.


        • JL JL 12 mars 2008 08:45

          Merci à l’auteur pour ces brèves, toujours très intéressantes.

          Je note que la liste des 14 défis selon la NAE ressemble à une liste à la Prévert assez surréaliste : en effet, "Donner l’accès à l’eau potable pour tous" fait mouton noir dans cette liste de haute tenologies. Est-ce parce que personne n’envisage sérieusement de relever ce défi ?


          • Jean Zin Jean Zin 12 mars 2008 09:43

            Oui, il y a des choses étonnantes dans cette liste. Moi ce qui m’a le plus étonné c’est "Éviter une catastrophe nucléaire" qui me semble en core plus un problème politique et pas du tout technique... Sinon, ce sont quand même les défis écologiques qui dominent, ce qui est très nouveau surtout pour les ingénieurs.


          • JL JL 15 mars 2008 10:42

             

            bonjour Jean Zin, dans la suite de mon post précédent, il faut lire cet article publié par le Monde Diplomatique et Rezo.net :

             

             

             De 15% aujourd’hui à 50% dans 20 à 30 ans ! Voilà pourquoi je parlais de mouton noir.

             

            "Pourquoi plus d’un milliard d’êtres humains n’ont-ils pas accès à l’eau ?" (par Marc Laimé)

            "En dépit des engagements répétés de la communauté internationale, l’accès à l’eau n’est toujours pas assuré pour des quantités croissantes d’êtres humains. Si rien ne change, la moitié des habitants du monde risque de manquer d’eau dans 20 à 30 ans. Symbolisant cruellement les inégalités qui déchirent la planète, l’accès à l’eau sera l’un des enjeux majeurs pour l’humanité au 21ème siècle. Les solutions existent. Mais le capitalisme dominant n’a que faire de la pauvreté et de l’accès à l’eau. Jamais peut-être la démonstration n’en aura été aussi aisée à établir."

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON









Palmarès