• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Dernières news sur le Covid-19 diffusées par l’azithromycine team : (...)

Dernières news sur le Covid-19 diffusées par l’azithromycine team : la piste anti-inflammatoire

 

 Prologue

JPEG Cet article montre les doutes et questions rencontrés dans cette recherche sur le Covid-19. Il fait suite aux résultats précédents. Apporte une nouvelle présentation de la question. Et s’arrête car la dernière étape à franchir est trop haute. Je n’ai aucune idée sur un succès de l’azithromycine, zinc, autres macrolides et toutes les stratégies misant sur les propriétés antibactériennes et maintenant, dans un angle mort, un ingrédient peut-être trop vite balayé à cause des effets désastreux de l’Ibuprofène ; il ne faut pas fermer l’option anti-inflammatoire. L’Ibuprofène n’était pas le bon anti-inflammatoire, il y en a d’autres et notamment l’azythromycine qui aurait ce type de propriété, pas énorme mais ça joue quand même. Cette note sur la piste anti-inflammatoire n’était pas prévue mais comme je joue à la Miles Davies, je m’autorise à jouer cette note. Qui rehausse ce dernier papier théorique. A l’attention de l’honnête homme du XXIe siècle et du corps médical.

 « L’administration de macrolides est fréquemment proposée en prophylaxie des exacerbations en cas de bronchiectasies. Compte tenu du profil de résistance des germes qui colonisent les bronchiectasies, cette pratique se base plus sur les propriétés immunomodulatrices et anti-inflammatoires des macrolides que sur leurs propriétés antibactériennes. Ce traitement semble diminuer le nombre et l’intensité des exacerbations, qui sont caractéristiques de l’évolution de cette maladie respiratoire chronique. Cependant, les données à disposition dans la littérature restent limitées, concernent principalement les effets à court terme et ne permettent pas de conseiller leur utilisation systématique. Dans l’attente d’études de plus grande envergure avec des suivis plus longs, la prudence s’impose dans leur utilisation qui doit être contrebalancée avec les effets indésirables d’une utilisation prolongée de ces traitements » (Mélanie Bochet, 2011)

 

 1) Deux pathologies en une. La communauté des experts et les médias parlent du Covid-19 comme si c’était une seule et unique maladie d’origine virale dont l’issue est heureuse pour les chanceux épargnés par la roulette virusse, éprouvante pour les infectés parvenant au stade suivant (2) qui secoue, puis « très sévère », surtout pour les malchanceux ou ceux présentant des signes de faiblesse, comorbidité, âge avancé. Le stade 3 dit sévère se traduit par une détresse respiratoire, nécessitant souvent une admission, pour ensuite évoluer au stade 4, critique, nécessitant des soins de réanimation et conduisant souvent à l’issue tragique. Or, il est inexact de parler d’une maladie virale comme la grippe. Certes, ces deux affections virales peuvent avoir des complications mais le Covid-19 se singularise par une évolution en deux stades, 1 et 2. Les stades suivants sont certainement une aggravation du stade 2. A l’image d’une réaction en chaîne, genre incendie. Notre-Dame de Paris a été préservée et n’est pas entrée dans le stade final. La façade fut épargnée avec une bonne partie de l’édifice. L’orage des cytokines ressemble au bouquet final du feu d’artifice viral et bactérien.

 

 2) L’entrée en scène du microbiote en question et les doutes qui arrivent. Le Covid-19 évoluant en deux stades, il est logique de chercher les causes du stade 2, étant entendu qu’au stade 1, la maladie est comparable à un rhume viral saisonnier, impliquant les rhinovirus et coronavirus circulant depuis des lustres. L’aggravation du stade 2 modifie le tableau clinique. Et là, nombre d’indices convergent vers l’hypothèse du microbiote et d’une interférence entre virus et bactéries La cinétique clinique ne suit pas celle d’une grippe qui évolue dans un stade viral puis parfois se complique en stade bactérien. Dans le cas du Covid-19, la synergie virus bactérie se dessine très tôt et le mécanisme semble différer d’une complication classique. Si cette synergie existe, elle constitue une immense zone d’ombre. Selon ce qu’il y a dans cette zone, le traitement de la maladie change radicalement. Très simple à comprendre. Si des bactéries agressives voire complices sont responsables de signes cliniques sérieux du stade 2, alors un traitement antibiotique est envisageable dès le stade 1. Si les bactéries ne font qu’interférer avec les réponses immunitaires et inflammatoires, créant un terrain favorable ou pas pour le virus, alors l’emploi d’un antibiotique dès le stade 1 n’aura pas le même effet. Et la stratégie thérapeutique sera différente.

 Si l’hypothèse du microbiote comme facteur « modulant » pour ne pas dire aggravant est pratiquement acquise, un doute persiste sur les mécanismes en jeu dans cette synergie. L’interférence immunitaire et inflammatoire est une hypothèse à prendre en considération. La participation directe de souches bactériennes agressives dès le premier stade est incertaine. Si l’on veut soigner le Covid-19 avant le stade 3, il faut savoir exactement ce qui se passe lorsque le stade 2 se déclenche et non s’affairer dans les hôpitaux pour sauver les meubles en focalisant la recherche pharmacochimique sur les patients en stade 3. C’est une erreur stratégie flagrante, connue du reste de la plupart des médecins de ville et du professeur Raoult. Pour le dire autrement, éteindre l’incendie au stade intermédiaire entre 1 et 2 avant qu’il ne se propage avec les réactions en chaînes connues et inconnues. L’inflammation et l’orage final de cytokines sont à l’extrémité de la réaction en chaîne.

 

 3) Brève question sur anosmie constatée dans le Covid-19. Pour résumer, la configuration se joue avec trois facteurs. Le virus seul, les bactéries seules comme second agent pathogène et enfin, une interférence entre bactéries et virus. Et dans cette dernière possibilité, encore plusieurs options. Les bactéries peuvent faciliter l’entrée du virus dans les cellules, le virus peut faciliter l’agression des bactéries, le virus peut modifier les bactéries par échange de matériel génétique (effet bactériophage) et enfin, le virus peut muter par recombinaison avec le génome bactérien (Cette dernière hypothèse est la cerise sur le gâteau. Et comme dit mon ami africain, cette affaire, c’est pas de la tarte !) Plus sérieusement, des zones d’ombre persistent et ne permettent pas de trancher sur les rôles des virus et bactéries, ne serait-ce qu’au niveau des signes cliniques.

 L’anosmie par exemple. Elle peut avoir au moins trois origines. Deux se situent au niveau de l’épithélium olfactif. Un agent viral ou bactérien peut altérer le fonctionnement de l’épithélium, et c’est observé pour les anosmies virales ou bactériennes, dans les rhinites et autres sinusites. L’anosmie est aussi causée par des altérations du système nerveux, terminaisons nerveuses, nerf olfactif ou décodage du signal comme dans Alzheimer. Une étude in silico a montré que les deux protéines utilisées par le SARS-CoV-2 pour entrer dans les cellules (ACE2 et la protéase TMPRSS2) sont absentes des cellules nerveuses terminales mais bel et bien présentes dans l’épithélium olfactif (D.H. Brann, 2020). Le virus pourrait expliquer l’anosmie. Du reste constatée sans obstruction nasale chez les patients Covid-19. Maintenant, l’étude in silico référencée ne permet pas de conclure sur la cause de l’anosmie, neurologique ou liée aux épithéliums olfactif et gustatif pour un second symptôme constaté dans le Covid-19, l’agueusie

 Une étude clinique sur 417 cas a montré que « Des troubles partiels ou complets du goût ont ainsi été observés chez 88 % des patients. Une grande majorité d’entre eux (86 %) ont également présenté des troubles partiels ou complets de l'odorat. Ces troubles de l’odorat apparaissent avant l'apparition des symptômes (généraux et ORL) dans 12 % des cas, pendant l’expression des symptômes dans 65 % des cas ou après dans 23 % des cas. « De manière surprenante, les femmes sont nettement plus atteintes par cette anosmie et cette différence liée au sexe est significative sur le plan statistique », constatent les chercheurs. Dans 44 % des cas, l’odorat est récupéré dans un délai de 15 jours » (Le quotidien du médecin, 02/04/2020). Si l’anosmie affecte plus les femmes que les hommes, qu’est-ce qui peut expliquer ces faits à part les différences dans le microbiote ? (explicitée dans mon précédent article). Il y aurait bien interférence mais laquelle ? Et c’est ici la question centrale. L’anosmie dépendrait du microbiote, c’est une hypothèse plus que plausible, mais les facteurs moléculaires sont-ils nerveux ou alors lié aux épithéliums sensitifs ?

 

 4) Brèves considérations immunologiques (séquence ouverte)

 « Au cours des infections virales, la réponse immunitaire spécifique résulte de l'activation du système immunitaire par les antigènes viraux. Elle est basée sur la sécrétion d'anticorps et la production de lymphocytes cytotoxiques détruisant spécifiquement les cellules infectées par le virus. Cette réponse immunitaire associée aux facteurs de l'immunité naturelle (principalement les interférons et les cellules NK) permet de neutraliser et d'éliminer le virus.

 Cependant, certains virus peuvent échapper par différents mécanismes à la réponse immunitaire et sont par là même à l'origine d'infections persistantes. Par ailleurs, un certain nombre de virus atteignent le système immunitaire et déterminent une immunodépression. Enfin, la réponse immunitaire dirigée contre certains virus peut avoir des effets délétères sur l'organisme ; des mécanismes immunopathologiques sont alors responsables de l'action pathogène du virus. » (Segondy, 1996)

 

5) Considérations moléculaires sur l’entrée du virus (note subsidiaire)

 « L'entrée des coronavirus dans les cellules dépend de la liaison des protéines de pointe virale (S) aux récepteurs cellulaires et de l’amorçage des protéines S par les protéases des cellules hôtes. La découverte des facteurs cellulaires utilisés par le SRAS-CoV-2 pour l’entrée pourrait fournir des informations sur la transmission virale et révéler des cibles thérapeutiques. Ici, nous démontrons que SARS-CoV-2 utilise le récepteur SARS-CoV ACE2 pour l’entrée et la sérine protéase TMPRSS2 pour l’amorçage de la protéine » (M. Hoffman, 2020).

 

 

D.H. Bran et al, Non-neural expression of SARS-CoV-2 entry genes in the olfactory epithelium suggests mechanisms underlying anosmia in COVID-19 patients. BiorXiv, 2020.

https://doi.org/10.1101/2020.03.25.009084

M. Hoffmann et al. SARS-CoV-2 Cell Entry Depends on ACE2 and TMPRSS2 and Is Blocked by a Clinically Proven Protease Inhibitor, Cell, Published:March 05, 2020

 https://doi.org/10.1016/j.cell.2020.02.052

Y Segondy, Immunologie et virus, Revue Française des Laboratoires, Volume 1996, Issue 283, April 1996, Pages 107-115 ; https://doi.org/10.1016/S0338-9898(96)80194-6

Mélanie Bochet et al., Quelle est la place de l’antibiothérapie prophylactique par macrolides dans les bronchiectasies ? Rev Med Suisse 2011 ; volume 7. 308-312

https://www.revmed.ch/RMS/2011/RMS-280/Quelle-est-la-place-de-l-antibiotherapie-prophylactique-par-macrolides-dans-les-bronchiectasies

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.55/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

88 réactions à cet article    


  • Durand Durand 16 avril 2020 17:03

    Bonjour Bernard Dugué

    Je ne comprends pas tout mais je sais qu’il n’y a pas de chercheurs qui trouvent sans chercheurs qui cherchent et qui se mouillent. Sans compter qu’en matière de recherche, on a aussi le droit, parfois, d’avoir un coup de chance...

    Bonne continuation !


    • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 avril 2020 17:29

      @Durand le coup de chance s’appelle la sérendipité
      Et ici prevotella. Le scientifique soit saisir la chance et aller au bout de ses recherches. C’est ce que je fais, je prends des distances avec mon premier modèle pour conserver l’essentiel et passer à l’étape suivante


    • Réflexions du Miroir AlLusion 17 avril 2020 18:19

      Bonjour Bernard Dugué,
       Oui, la sérendipité est à l’origine de réflexions propices aux découvertes.
       Je dois avouer que parfois je vous ai mal jugé. Peut-être était-ce par l’auréole que vous vous mettez au dessus de la tête.
       Quand vous apportez un article de ce type, vous avez tout mon appui. Je vous dis « merci » d’apporter de l’eau au moulin qui me parait prendre une mauvaise route en soignant les effets sans chercher les causes.
      .
       La science est une doctrine qui doute, qui construit des modèles, qui se trompe, teste, rate et recommence dans une autre voie. Elle se doit d’assumer ses erreurs.
      Elle ne va pas de pair avec la religion qui a des idées fixées.
       Je vais parler de vos travaux dans mon prochain billet.


    • il faudrait il faudrait 16 avril 2020 17:17

      bonjour, 

      on n’entend plus parler de cette fameuse Prevotella dont il était question il y a quelques jours. Quelqu’un fait-il officiellement des recherches à ce sujet ou est-ce aussi tabou comme la « chloroquine » ? 


      • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 avril 2020 17:27

        @il faudrait
        Pour Prevotella, elle n’a jamais été plus en place centrale (sauf pour Bio Moon) tout simplement parce qu’elle n’est pas souvent retrouvée dans les poumons des patients hospitalisés. Confirmation par source médicale. Cela n’enlève rien à l’hypothèse bactérienne et cela n’a rien d’un sujet tabou. L’orage de cytokine est néanmoins avéré. Les taux en ferritine et en CRP explosent dans le stade avancé. Signe d’une inflammation assez explosive
        Le traitement à l’azithromycine, avec du zinc si possible, marche d’autant mieux qu’il est administré dès les premiers symptômes. 


      • astus astus 16 avril 2020 17:58

        Ce que je crois comprendre, car je ne suis pas spécialiste de ces questions, c’est que le virus est l’allumette qui met le feu à la forêt du microbiote bactérien. Un antibiotique dés le début de l’incendie peut donc théoriquement éviter ou limiter sa propagation. Mais il est probable que la grande variété des symptômes selon les patients, et leur fulgurance, dépend en réalité de l’état de ce microbiote car c’est une sorte de carte d’identité biologique spécifique à chacun, en plus ou moins bon état, avant même le début de l’infection. Dans cette optique la mauvaise santé de ce microbiote, probablement en lien avec à nos modes de vie et nos fragilités de toutes sortes, pourrait alors modifier l’issue de la maladie.


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 avril 2020 19:11

          @astus le virus est en effet l’allumette. Après, il y a une infection virale et une interférence avec les bactéries mais ça reste une zone d’ombre
          Je glisse d’un modèle invasif classique vers un modèle systémique incluant les défenses immunitaires, l’inflammation, les communications du genre interleukines ou interférons. C’est vraiment compliqué cette affaire mais l’azithro semble être une piste intéressante. ça commence à se savoir
          Le microbiote est ce qui pourrait expliquer les différences entre jeune et moins jeune, homme et femme
          bonne soirée Christian


        • domo domo 17 avril 2020 20:40

          @Bernard Dugué

          Voilà les tests sanguins ( prise de sang au labo) sont faits, et nous sommes négatifs ma femme et moi..donc mes observations ne sont pas valables ou alors c’est un mystère de plus.


        • Christian Ratatouille 2 le retour 16 avril 2020 21:33

          bonsoir .

          -

          Rob Elens, un médecin généraliste néerlandais, a traité avec succès huit patients atteints de covid-19 avec de l’hydroxychloroquine, de l’azithromycine et de l’orotate de zinc. Son protocole consistait à administrer de l’hydroxychloroquine et de l’orotate de zinc pendant quatre jours et de l’azithromycine pendant trois jours.

          https://fr.sott.net/article/35251-Un-medecin-neerlandais-soigne-les-patients-atteints-de-coronavirus-mais-le-gouvernement-neerlandais-n-est-pas-content

          Cependant, l’Inspection néerlandaise de la santé et de la jeunesse une institution gouvernementale lui a maintenant interdit de prescrire ce traitement à ses patients, affirmant qu’il n’y a aucune preuve de l’efficacité de l’hydroxychloroquine associée à l’azitromycine. L’inspection l’a prévenu qu’il serait condamné à une amende s’il continuait. En attendant, les preuves qu’ils prétendent faussement absentes, continuent d’augmenter avec un nombre croissant de cas de personnes soignées par cette méthode

          .

          sans commentaires.

          ----------------------------------------------------------------------------------

          Ddans ma ville toujours pas de masque,les gens attentent le bus, 1m mais dans le bus ? sur 20 personnes que j’ai croisés 2 masqués seulement ,le boucher,pas de gants,pas de masques.


          • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 avril 2020 22:13

            @Ratatouille 2 le retour
            Ce médecin n’a qu’à laisser tomber la chloroquine
            et traiter en fonction du symptôme IRA comme un début d’angine
            Zinc et antibiotique et le tour est joué


          • Trelawney Trelawney 17 avril 2020 09:02

            @Bernard Dugué
            C’est ce que font des médecins généralistes dans le nord et l’est de la France, ainsi qu’en Belgique.
            Ils obtiennent des résultats et envoient très peu de patients à l’hôpital


          • nono le simplet bientot vacciné nono le simplet 17 avril 2020 09:16

            @Trelawney
            Ils obtiennent des résultats et envoient très peu de patients à l’hôpital

            5-6% ? parce que la Belgique comme exemple c’est pas top ... 423 dc / million hier, recordman d’Europe hors petites principautés ... très loin devant l’Espagne ...


          • nono le simplet bientot vacciné nono le simplet 17 avril 2020 09:19

            @nono le simplet
            et 13.8% de décès des cas déclarés ... à comparer avec les 2.89% des allemands ou les 2.16% des coréens ...


          • Legestr glaz Legestr glaz 17 avril 2020 09:37

            @nono le simplet
            Sauf que, on peut faire dire ce que l’on veut aux chiffres.

            Il suffit d’examiner les chiffres de mortalité fournis par l’INSEE, mois après mois, pour voir et comprendre que le covid19 n’a absolument aucune incidence sur le taux de mortalité, mois après mois.

            Les chiffres sont têtus. On peut, effectivement « rendre coupable » le covid19 de tous les morts, mois après mois, mais le chiffre total des décès ne ment pas ! Ce covid19 n’affecte pas la mortalité générale en France. Bien moins que la grippe saisonnière de l’hiver 2016-2017, saison qui n’avait pas valu à la France un confinement généralisé. 
            On pourra toujours écrire que c’est le confinement qui a permis d’obtenir un nombre « bas » de décès, mais l’expérience d’autres pays, comme la Suède, indique que le virus fait son petit bonhomme de chemin de la même façon.

            L’expérience « grandeur nature » du paquebot « diamant Princesse » montre la létalité du covid19 dans une population à risque (puisque les passagers étaient plutôt âgés). 3700 voyageurs  700 infectés  7 décès. 

             Les personnes âgées de moins de 50 ans ont, statistiquement, une probabilité infime de décéder du covid19. Mais il faut confiner tout le monde sans même prendre le temps d’analyser les chiffres de la mortalité (âge des victimes et comorbidités). Tout ceci n’a aucun sens, ou un sens caché. 

            https://www.insee.fr/fr/statistiques/serie/000436394#Tableau


          • nono le simplet bientot vacciné nono le simplet 17 avril 2020 10:06

            @Legestr glaz
            mois après mois, pour voir et comprendre que le covid19 n’a absolument aucune incidence sur le taux de mortalité, mois après mois.
            bé voyons ! mois après mois ... en France

            0 morts en janvier ... 2 morts en février du covid, c’est rien du tout ... 3500 morts en mars ... c’est vrai c’est encore peu significatif
            mais sûrement dans les 20 000 en avril, voire plus (13644 le 16/04) ... ça va booster les chiffres de l’Insee d’avril 2020 , non ?
            ça va pas être facile de faire dire aux chiffres ce qu’on veut smiley


          • Legestr glaz Legestr glaz 17 avril 2020 11:16

            @nono le simplet

            Soyez objectif et contrôlez la mortalité en France !

            Ci-dessous un tableau comparatif.

            http://www.francesoir.fr/societe-sante/le-nombre-cumule-des-deces-fin-mars-2020-est-toujours-inferieur-aux-annees-anterieures

            Vous voyez qu’en mars 2020 le total des décès est inférieur aux années 2017, 2018 et 2019.

            Ces chiffres semblent vous donner tort. Mais, peut être qu’au mois d’avril 2020 les décès vont « casser la baraque ». Mais il faudra un gros paquet de morts pour « rattraper » les chiffres de la mortalité de la saison 2016—2017. 

            Alors, une épidémie ravageuse ou pas ? 


          • Durand Durand 17 avril 2020 11:26

            @Legestr glaz

            Il faut quànd même soustraire à vos chiffres les moindres décès liés aux accidents de la route, aux accident du travail et à pas mal d’autres raisons que le confinement ainsi que le décalage chronologique entre la progression de la pandémie et le nombre des victimes peuvent expliquer aisément...

            Les grandes avancées de la science doivent certainement plus à l’intuition, à l’usage et à la sérendipité – merci Dugué – qu’aux chiffres et aux statistiques qui, par définition, arrivent toujours après la bataille !

            En parfait profane des sciences de la santé, j’ai néanmoins pu mesurer le sens des responsabilités, l’immense savoir, l’apport de l’expérience et la somme énorme de travail fourni par un simple médecin de campagne pour parvenir à vous tirer d’un zona ou d’une simple rougeole et je suis écœuré de constater, au travers de certains articles – ceux d’Olivier Berruyer en tête – et de nombres de commentaires, à quel point les égos vexés, l’imbécilité, l’inculture, la méchanceté et peut-être aussi une sourde peur-panique, peuvent engendrer la bassesse, pour ne pas dire le ridicule, vis-à-vis de ces personnes exceptionnelles. Ce phénomène sociologique mériterait à lui seul une étude rétrospective tant il perturbe de manière indigne la sérénité des professionnels qui cherchent des solutions.


          • Legestr glaz Legestr glaz 17 avril 2020 11:41

            @Durand

            Nous sommes d’accords. Néanmoins, la « catastrophe sanitaire » annoncée n’est pas présente dans les chiffres de la mortalité. 

            Si ce covid19 avait été « létal » comme « on » le fait croire, les chiffres l’auraient montré.

            Une piste de réflexion : le GAVI installé dans un immeuble tout neuf à Genève. Qui participe ? Qui met la main à la poche ? Dans quel but ? 

            https://www.gavi.org/our-alliance


          • Durand Durand 17 avril 2020 12:02

            @Legestr glaz

            Parle à mon c..., ma tête est malade...

            Bon, la prochaine fois j’essayerai en pissant dans un violon plutôt qu’en vous répondant par écrit !

            Il semblerait qu’il n’y ait pas que les chiffres qui soient têtus, au fin-fond de votre Bretagne...

            ..


          • Legestr glaz Legestr glaz 17 avril 2020 12:44

            @Durand
            C’est à dire que, lorsque l’on n’est pas en mesure de poser correctement par écrit sa pensée, les choses deviennent incompréhensibles.

            En vous souhaitant de ne pas confondre votre tête et votre c...

            Vous avez quelques « données » à communiquer ou bien vous êtes dans la plus totale subjectivité ? Combien de morts sur les routes en France au cours d’une année ? 
            « En mars 2019, selon les estimations provisoires de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 250 personnes sont décédées sur les routes, contre 233 en mars 2018 ».
            Avec 154 décès, mars 2020 a été le mois le moins meurtrier de l’histoire de la sécurité routière

            Le gain de décès sur les routes a donc été, entre mars 2019 et mars 2020 de....
            94 ! 

            De quoi influencer le taux de mortalité, hein Durand ?

            Faudrait quand même réfléchir ! 


          • Durand Durand 17 avril 2020 13:18

            @Legestr glaz

            Eh bien dites tout ça au Pr Raoult,... de telles évidences chiffrées lui feront certainement réviser son protocole !

            Et parlez-lui aussi de l’article 50..., peut-être une nouvelle piste..., on ne sait jamais ! ^^

            ..


          • Legestr glaz Legestr glaz 17 avril 2020 13:40

            @Durand

            Maintenant vous flottez en pleine dissonance cognitive. Que vient faire l’article 50 ici ? J’y vois une tentative désespérée de vouloir changer de sujet, tactique bien connue lorsque l’on est mis au pied du mur !

            On peut comprendre que l’on ait une certaine opinion en fonction des éléments d’information dont nous disposons. Mais, dès lors que d’autres informations adviennent, venant contredire les premières, l’intelligence consiste à les accepter et à réviser son opinion en conséquence.
            Mais l’être humain est ainsi fait qu’il lui est difficile de reconnaître qu’il a bâti une réflexion à partir de fausses informations. Il entre alors en dissonance cognitive. 

            Etre objectif c’est accepter de revoir son jugement sur la base de nouvelles informations que l’on ignorait au moment de notre prise de position initiale. 

            Voilà Durand, c’est tout pour aujourd’hui. 


          • domo domo 18 avril 2020 13:29

            @Legestr glaz
            A part que la mortalité dans le haut-Rhin est supérieure à trois fois celle de l’année dernière.


          • domo domo 16 avril 2020 22:36

            A vous Bernard Dugué et biomoon, je vous donne mon témoignage.. quelques indications personnelles qui ne sont pas des preuves mais des faits personnels qui peuvent confirmer votre théorie sur Prévotella la Terrible :

            I/ Transplanté foie-rein depuis 30 ans 1990 après une dialyse de vingt ans 1970-1990.
            - 30 ans donc d’immuno-suppression à base de cyclosporine qui m’ont bousillé les gencives.(j’ai arrêté de la prendre depuis cinq ans mais le mal est fait)
            - Analyse de sang en novembre dernier/ IgA très élevée fer sérique diminué.. suspicion de présence Prévotella (à confirmer) mais dans les études que j’ai lue les TH 17 activés par elle s’en prennent fortement.aux articulations ce qui et le cas chez moi ainsi que pour les allergies nombreuses,ce qui est le cas. Je me pose des questions..surtout que mon intestin est toujours grandement ballonné avec difficultés de transit depuis les prises de cyclo (années 90) et les pb gencivaires corollaires à la cyclo. II/
            - Fin janvier ,début février ma femme présente les symptômes du coronavirus avec des toux ,sinusite suivie par ma mère trois jours plus tard avec des symptômes très importants (90 ans ).Nous vivons dans le sud du Haut Rhin et avons été en contact à 1 m de distance, ma femme et moi, avec une trentaine de personnes en provenance de Wuhan (je ne peux pas en dire plus pour l’instant)
            - Le généraliste, hommage à lui de tout mon coeur car il est décédé la semaine dernière du covid, a eu le bon réflexe (je ne sais plus d’ailleurs si c’est moi qui lui ai conseillé à cause de ma situation vulnérable mais qu’importe) de prescrire des macrolides (Zithromax). Des ma prise de rendez-vous téléphonique et quand il entre dans la maison, je l’avertis de notre rencontre avec des gens venant de Wuhan partiellement masqués. Lui-même n’a pas de masque mais ausculte à chaque fois et à une semaine d’intervalle il prescrit ces mêmes macrolides pour ma femme le 4 février et pour ma mère le 10 février chez laquelle il ne trouve pas de traces de pneumopathie bien qu’elle soit très encombrée dans la gorge et les poumons ; je sens bien qu’il suspecte la saloperie également car nous nous connaissons depuis longtemps et nous nous comprenons très vite mais il dit trachéite,pharyngite.. Entre les deux auscultations j’ai donné le reste d’antibios à ma mère car c’était le we et nous ne voulions pas le déranger..Ma femme a donc été 5 jours sous Zithromax du 4 au 9 février puis elle s’en va garder nos deux petites filles. A la suite de son séjour mon fils développe des symptômes graves : douleurs très fortes à la nuque nausées ; vertiges ;fièvre, mais l’hôpital ne le garde pas car le test covid est négatif ; on lui signale quand même que ce peut être un faux négatif car les symptômes sont là et les ambulanciers sont morts de peur... Il est mis sous antibiotique ;les petites développent de légers symptômes comme de la fatigue ainsi que son épouse.
            - Je n’ai ressenti moi même pendant cette période autour du 8 février qu’un frisson et un mal de tête inhabituel mais vite résorbé.
            - Je n’ai pas pris d’antibiotiques car j’y suis allergique et les symptômes ont vite disparu.. III/Les question que je me pose : Est-ce que la présence élevée d’IgA dans mon sang déjà avant janvier (non recontrôlé)et résultats dit-on dans les études de possibilités d’activation de TH 17 anti- Prévotella,ont donné les armes à mon organisme pour éviter la prolifération de la bactérie en présence du virus ?
            - Est ce que les macrolides ont empêché Prévotella de proliférer un maximum dans les organismes de ma mère et de ma femme ainsi que dans celui de mon fils à une date où il devait être le plus virulent possible bien avant sa diffusion massive à partir du rassemblement évangélique dans cette même micro-région ? Il nousfaudra encore faire le test sérique du covid qui ne devrait pas tarder pour notre région très grandement touchée mais nous ne sommes pas prioritaires. Si le test est positif pour ma mère et pour moi qui sommes confinés depuis la mi- février sur ordre d’un éminent bactériologiste et ma femme qui ne rentre et ne sort que pour les courses et par ,pratiquement, un sas de décontamination pour elle et les courses, nous aurons la preuve presque certaine de ce déroulement des faits tels que je viens de les relater soit confirmée. C’est de la logique et du bon sens mais si la moindre poussière viendra se mettre dans notre raisonnement nous serons littéralement étrillés mais je préfère donner ce témoignage quand même

            Sachons nous garder des contre-attaques théoriques mais si nos raisonnements sont justes des moyens très efficaces,simples et peux coûteux pourront être utilisés pour combattre Prévotella avant son activation invasive profitant de covid-sars2 Bien à vous. Dominique


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 16 avril 2020 23:00

              @domo J’ai quitté la piste prevotella qui n’est qu’un facteur parmi tant d’autres
              c’est une bactérie commensale, qui n’est pas agressive
              L’interférence entre virus et bactéries est un domaine nouveau. Les papiers que je lis en ce moment montrent un angle mort dans la compréhension du Covid-19. C’est assez étonnant, les pontes de l’Inserm et ailleurs semblent à côté. Ce qui ne m’étonne pas. La médecine française est héritière de Claude Bernard et ne peut pas encadrer les biologistes théoriciens (ça c’est moi)

              .Nous vivons dans le sud du Haut Rhin et avons été en contact à 1 m de distance, ma femme et moi, avec une trentaine de personnes en provenance de Wuhan (je ne peux pas en dire plus pour l’instant)

              Dites-en plus. Cela veut dire que l’épidémie a été amorcée avant le rassemblement évangélique de début février. Un sujet un peu sensible, non ? 


            • domo domo 17 avril 2020 00:33

              @Bernard Dugué
              oui bien dix jours avant avant le rassemblement évangéliste..sur ce point précis et très sensible je dois d’abord être sûr que nous ayons bien contracté le virus.. je ne pourrai vous en dire plus qu’après les résultats du test.. Bien à vous. 


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:05

              @domo Prevotella n’a sans doute rien à voir avec votre histoire
              si vous avez été préservé, c’est peut-être (et même surement ?) parce que vous prenez de la ciclosporine et que vous être immunodéprimé, ce qui évité à votre système immunitaire de s’emballer. Vous avez dit der sérique bas. Est-ce une analyse de fer ou de ferritine ? 


            • domo domo 17 avril 2020 12:15

              @Bernard Dugué
              Je peux vous répondre en privé si vous me donnez votre mail. le mien est domdomwalter@orange.fr . Merci


            • domo domo 18 avril 2020 13:36

              @Bernard Dugué

              Fer sérique bas (44)ferritine normale (256)Sidérophiline basse (13,8%) avec IgA élevée...plus de cyclosporine mais solupred cortisone 5m par jour... Lymphocites 1500 juste le minimum..


            • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 avril 2020 13:48

              @domo
              en lymphocytes vous êtes bon en effet, légèrement au-dessus 
              en ferritine, au milieu de la fourchette, 
              Pour ceux que ça intéresse, 
              https://www.jci.org/articles/view/137244


            • domo domo 18 avril 2020 15:47

              @Bernard Dugué
              Merci pour votre réponse pour cette analyse de sang datant de novembre : je synthétise mon questionnement... en novembre je suspecte (à rebours après vos études) le présence de Prévotella :IgA élevée typique de la présence anormale de Prévotella causées par inflammations gengivales, fer bas (s’il est utilisé davantage pour amener l’oxygène pour lutter contre l’anareobie Provatella),Th17 qui s’attaquent à mes articulations,fatigue, essoufflement mais la présence de ces th17 empêchent prévotella de proliférer et ainsi me protègent du cov-sars-19 (obligatoirement contracté début février). Nos tests sérologiques IgG et IgM sont aujourd’hui négatifs car je pense que l’infection est trop éloignée (70 jours) c’est bien pour ça que je demande que IgA soit testée également à tous les stades de suspicion de cov-sasrs-2 pour le bien fondé de la recherche.


            • Al Kashi 17 avril 2020 00:02

              Sur l’hypothèse de synergie bactéries-virus, un ancien collaborateur de raoult a posté ça :

              https://www.facebook.com/groups/295594234737553/permalink/308482660115377/

              bon courage ds vos recherches


              • Durand Durand 17 avril 2020 02:33

                @Al Kashi

                Merci !

                C’est un magnifique mais terrible courrier, eu égard aux patients en dangers pour les sordides raisons que nous connaissons. Un véritable pavé dans le marigot de la suffisance imbécile et meurtrière...

                À faire circuler de toute urgence, il me semble...


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:10

                @Al

                https://actu.universita.corsica/plugins/actu/actu-front.php?id_site=24&id=6857

                Votre obstination et votre volonté de procéder à une démarche « méthodique » conventionnelle en période « de guerre », démarche qui dure généralement plusieurs mois avant d’être validée par notre communauté, met en danger un nombre important de patients qui pourraient éviter l’aggravation de leur infection et surtout, éviter le pouvoir contaminant des malades positifs au COVID19 non traités. Même Mme Merkel, même l’Europe (au niveau de la règle des 3%), même le Premier Ministre tant au niveau de la validation des équipements vétérinaires pour pallier à nos lacunes que pour l’éventualité de possibles « nationalisations », ont assoupli dans cette période difficile leur « orthodoxie ». Aussi je vous demande humblement de penser à tous ceux qui prennent le risque d’être contaminés ou à ceux qui le sont et qui souhaitent éviter les complications, de recommander de pratiquer dès aujourd’hui le seul traitement efficace (cf l’accord donné par la FDA aux USA) avec le meilleur rapport avantages/risque et ce avec un coût de revient digeste pour nos dépenses de santé. En effet le coût du plaquenil est bien inférieur à celui des molécules des laboratoires, Gilead ou autre , pour lesquels vous travaillez habituellement, et ce en toute légalité, dans votre spécialité les infections sexuelles.


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:30

                @Durand
                A l’attention de Madame Lacombe, un livre à lire
                H Arendt, Eichmann à Jérusalem


              • Durand Durand 17 avril 2020 12:12

                @Bernard Dugué

                Merci, j’ai lu un résumé ici : https://livre.fnac.com/a108187/Hannah-Arendt-Eichmann-a-Jerusalem

                Seuls les hommes libres savent dire « non ! »... Et ce n’est pas tant que l’on en manque, mais plutôt que les pouvoirs les étouffent, hélas !

                ..


              • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 13:57

                @Durand oui, certes, mais le fond de la question débattue, c’est la banalité du mal et c’est un sacré questionnement philosophique qui n’a pas été tranché
                Personnellement, je n’adhère pas entièrement à la thèse d’Arendt. 
                La banalité du mal, c’est faire des exécutants de pauvres créatures de Milgram se défaussant sur l’autorité des experts. Il y en a, mais il y a aussi des sadiques cachés, comme dans l’expérience de Milgram


              • zak5 zak5 17 avril 2020 07:26

                Encore merci pour cette article (trop technique, mais je comprends que ce n’est pas facile d’écrire plus simplement).

                En tout cas le dogme fanatique « les antibiotiques ce n’est pas systématique » est en train de prendre une sacrée claque. J’avais déjà remarqué sur moi cette collaboration entre virus et bactéries. il y a 20 ans, quand j’avais des angines ou des rhumes (c’est souvent des coronavirus je crois), avec les antibiotiques, au bout de trois jours c’était terminé. Depuis le fanatique dogme, cad sans prescription d’antibiotiques, je traine mes angines des semaines, voire parfois des mois jusqu’à la chronicité (ce qui peut provoquer des cancers à long terme). Je pense personnellement que l’on ne doit pas dire a ceux qui se sentent mal pendant cette pandémie de rester chez eux et d’attendre les étouffements (c’est même criminel, et je pèse mes mots), il est plus logique de les mettre sous antibiotiques des le début des symptômes (fatigue inexpliquée ou inabituelle).

                Autre choses, les spots radio et télé, incitent a commettre des erreurs de jugement chez les malades. Avec le Covid19, souvent il n y a ni toux, ni même fièvre, du moins elle est souvent très faible (<38°C). Le seul symptôme qui est constant, c’est une fatigue inexpliquée ou inhabituelle. Le malade peut aussi se rétablir temporairement, un ou deux jours, il peut se sentir mieux, mais après, rebelote (le fameux yoyo). Certains sont de cet état depuis plusieurs semaines. C’est a croire qu’il existe une forme chronique de cette maladie (un peu comme l’herpes, mais avec des crises moins séparées dans le temps)

                Il faut reconnaitre que nous sommes dans le brouillard total avec cette maladie. 


                • zak5 zak5 17 avril 2020 07:32

                  @zak5
                  Suite : l’on peut penser que cette forme de la maladie « en yoyo » est le résultat d’un organisme qui se défend tant bien que mal contre le virus, qui ne produit pas assez d’anticorps pour éradiquer le virus, mais seulement pour réduire sa charge et ses assauts


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:25

                  @zak5
                  Ce qui prouve que le virus est maître des horloges et qu’il est plus fort que Macron


                • zak5 zak5 17 avril 2020 10:52

                  @Bernard Dugué
                  Macron me fais de plus en pus pensé au petit jeune Tistet Védène dans la Mule du Pape

                  « La mule lui détacha un coup de sabot si terrible que de Pamparigouste même on vit la fumée, un tourbillon de fumée blonde où voltigeait une plume d’ibis ; tout ce qui restait de l’infortuné ... » 


                • berry 17 avril 2020 07:37

                  Selon le professeur Montagnier, le covid 19 possède des séquences du virus du sida.

                  Il s’agirait donc d’une création humaine du laboratoire de Wuhan, soit pour obtenir une arme bactériologique, soit plus certainement en vue de l’obtention d’un vaccin contre le sida.

                  https://www.pourquoidocteur.fr/Articles/Question-d-actu/32184-EXCLUSIF-Pour-Pr-Montagnier-SARS-CoV-2-serait-virus-manipule-Chinois-l-ADN-de-VIH-podcast

                  L’apparition du virus à Wuhan, la seule ville possédant un laboratoire P4 en Chine, ne serait donc pas une coïncidence.

                  Cette information expliquerait peut-être ce que voulait dire Macron hier :

                  « Il y a manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas »


                  • chantecler chantecler 17 avril 2020 08:04

                    @berry
                    A ce compte la plupart des mammifères ont des séquences génétiques identiques .


                  • berry 17 avril 2020 08:31

                    @chantecler
                    Oui, mais si demain votre voisine apparaît avec une tête de raton-laveur ou un bec de canard, vous serez quand même en droit de penser que ce n’est pas normal.

                    Les Etats-Unis et la Grande Bretagne se posent aussi des questions sur l’apparition du virus.
                    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/16/on-ne-sait-pas-apres-washington-et-londres-macron-emet-des-doutes-sur-la-gestion-chinoise-du-coronavirus_6036849_3210.html


                  • chantecler chantecler 17 avril 2020 09:06

                    @berry
                    Si ma voisine apparaît avec un bec de canard , les mecs du quartier risquent de se retrouver avec une queue de castor .


                  • Durand Durand 17 avril 2020 09:51

                    @chantecler

                    Elle est bonne, non d’une pipe !


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:13

                    @berry
                    Cela fait dix fois que je répète que le labo P4 n’a rien à voir la-dedans parce que le corona se manipule en P3
                    Toute théorie du complot ne peut que nuire aux scientifiques qui peuvent gagner la partie et qui vont la gagner, avec Raoult et d’autres


                  • berry 17 avril 2020 10:24

                    @Bernard Dugué
                    Il y a aussi un laboratoire P3 à Wuhan.


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:28

                    @berry Il y a des similitudes assez modestes entre les effets du VIH et du corona
                    Néanmoins, la grippe espagnole avait le même profil clinique que le Covid-19, preuve qu’un agent dévastateur peut très bien jaillir de la nature
                    Je préfère cette explication


                  • berry 17 avril 2020 10:38

                    @Bernard Dugué
                    C’est pas moi qui l’invente, c’est le Pr. Montagnier, le découvreur du VIH, qui en parle.
                    Les Etats Unis et la Grande Bretagne se posent des questions, et Macron aussi ; ça commence à faire beaucoup.


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:54

                    @berry
                    Ils se posent des questions sur la gestion du Covid et des chiffres, pas sur le virus


                  • zak5 zak5 17 avril 2020 11:01

                    @berry
                    ma voisine sort avec un bec de canard, c’est un masque FFP2


                  • Durand Durand 17 avril 2020 12:34

                    @berry

                    Ça vaut ce que ça vaut...

                    « En prenant en compte le temps du début de contamination et d’expansion de la maladie, les chercheurs sont arrivés à la conclusion que le marché du Huanan n’était pas la source du coronavirus. Ceci est confirmé par la présence des haplotypes plus anciens H13 et H38 retrouvés dans les échantillons de patients de Shenzhen (le premier cas d’infection dans la province du Guangdong) et à Washington (le premier cas aux États-Unis). Ces individus auraient dû être contaminés pendant leurs voyages à Wuhan entre fin décembre 2019 et début janvier 2020. Cependant, les haplotypes H13 et H38 n’ont pas été découverts chez les patients de Wuhan. »

                    https://fr.sputniknews.com/international/202002231043115894—le-marche-de-fruits-de-mer-a-wuhan-nest-pas-la-seule-voie-de-transmission-du-coronavirus/

                    ..


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 15:04

                    @Durand L’horloge génomique indique une date autour du 14 décembre 2019 pour le type ancestral

                    https://nextstrain.org/ncov/global


                  • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 15:16

                    @Bernard Dugué Et si, il s’occupent de l’origine du virus
                    Je ne pensais pas que cette affaire allait prendre cette ampleur géopolitique
                    La science se mélange au politique, c’est plus fou que ce que j’avais imaginé
                    https://www.lemonde.fr/international/article/2020/04/17/washington-paris-et-londres-s-inquietent-des-zones-d-ombre-de-pekin-sur-l-origine-du-virus_6036899_3210.html



                  • aliante 17 avril 2020 10:43

                    il y a une autre solution aussi c’est d’observer à la loupe pourquoi des gens ne développent rien du tout tout en infectant tout le monde


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 10:54

                      @aliante
                      Ce sont les énigmatiques supercontaminateurs
                      Le phénomène était déjà constaté pour le SRAS de 2003


                    • aliante 17 avril 2020 11:12

                      @Bernard Dugué

                      en dehors de ça le Professeur Montagné prix Nobel de médecine accuse la Chine d’avoir utilisé le coronavirus pour en faire un vaccin en y insérant des séquences du Vih et d’avoir accidentellement laisser le virus s’en aller dans la nature
                      d’ailleurs il ajoute que la nature faisant ayant horreur des mutations ou manipulations artificielles a depuis la circulation du virus de part le monde modifié les mutations de ce coronavirus qui devient beaucoup moins agressif


                    • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 11:34

                      @aliante Si insert il y a, ce sont quatre insertions dans le gène S et le gène nps3. Je prends cet éclairage. Les inserts dans S ont été retrouvés dans un virus de chauve souris identifié en 2013. Montagnier et moi n’avons pas les mêmes lectures apparemment

                      In spite of the significant similarity of the three isolates to SARS-CoV-2, important differences were observed. First, similar to other viruses, the 2017 and 2015 isolates did not have the four sequence inserts that were found in wS. Second, neither of the two isolates had the large insert between the two domains of wNsp3 from wORF1ab described above. On the contrary, the 2013 isolate had both, the four sequence inserts in its surface protein, matching those in wS, and the large insert in Nsp3, although the sequence of the large insert is different from that one in wNsp3.
                      https://www.mdpi.com/1999-4915/12/4/360/htm


                    • aliante 17 avril 2020 12:15

                      @Bernard Dugué

                      je ne suis pas scientifique ,je relais juste une informations avérée ou pas je n’en sais rien



                      • vachefolle vachefolle 17 avril 2020 11:35

                        Breaking News

                        Le guide du traitement COVID de la Belgique, avec la liste des preco dont la HQC et surtout des anticoagulants pour eviter les cas graves.

                        https://epidemio.wiv-isp.be/ID/Documents/Covid19/COVID-19_InterimGuidelines_Treatment_ENG.pdf


                        • Jelena Jelena 17 avril 2020 12:33

                          Au cas ou ça vous intéresse... Depuis ce matin en Serbie, une usine pharmaceutique produit à la chaine de la chloroquine afin de « se tenir prêt pour l’automne ».


                          • Bernard Dugué Bernard Dugué 17 avril 2020 13:50

                            @Jelena
                            sans l’azithromycine, la chloroquine n’a pas une grande efficacité


                          • Durand Durand 17 avril 2020 12:54

                            Hier...

                            Le gouvernement russe a donné son feu vert à l’utilisation de l’hydroxychloroquine dans le traitement des patients atteints du Covid-19.

                            https://fr.sputniknews.com/russie/202004161043580697-lhydroxychloroquine-autorisee-en-russie-pour-soigner-le-covid-19/

                            La France, où le Pr Raoult de renommée mondiale soigne les patients avec l’hydroxycholoquine + antibio + zinc depuis le début, va être le dernier pays à autoriser ce traitement...

                            Comme le dit le Pr Claude Escarguel, j’ai mal à la France !...

                            ...


                            • domo domo 18 avril 2020 14:52

                              Etant donné, selon l’intuition de bio-moon du 1er avril reprise par Bernard Dugué le 6 avril que Prévotella est opportuniste de covi-sars-2 et réciproquement pourquoi ne pas tester IgA activée par Prévotella en même temps que IgG et IgM.. Si ces analyses sont généralisées et leurs résultats significatifs nous aurons une preuve de la’alliance opportuniste de ce virus et de cette bactérie et la prescription du macrolide le plus efficace contre elle entre le stade I et le stade II évalué par les symptômes (pour éviter la résistance de Provatella) sera un moyen efficace d’éviter les hospitalisations..


                              • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 avril 2020 16:14

                                @domo prevotella n’est qu’une des nombreuses bactéries du microbiote
                                J’ai laissé tomber cette bactérie, après avoir surfé sur la sérendipité. 
                                Sinon, pour moi, la seule cartouche à employer c’est l’azithromycine et si ça ne marche pas, la seconde chance c’est que le virus finisse par nous lâcher. 
                                Pour le reste, je suis déçu par le corps médical, surtout le pilotage d’en haut et ces CHU. sauf Raoult évidemment. Et bravo aux médecins de ville dont les cabinets ont été pratiquement désertés


                              • Durand Durand 18 avril 2020 22:08

                                La dernière putasserie officielle :

                                https://fr.sputniknews.com/france/202004181043595684-une-nouvelle-etude-francaise-met-en-lumiere-linefficacite-de-la-chloroquine-contre-le-coronavirus/

                                Si vous pouviez nous détruire ça en quelques mots précis, Bernard... Merci.


                                • Durand Durand 19 avril 2020 04:11

                                  @Durand

                                  « Adult patients were eligible in this study if they were aged between 18 years and 80 years, had PCR-confirmed SARS-CoV-2 infection, and required oxygen by mask or nasal prongs (corresponding to a WHO progression score of 5). »

                                  Les patients choisis pour cette étude étaient déjà tous sous oxygène ou sous respirateur (ou sonde nasale ?), un stade de la maladie où ni l’hydroxychloroquine ni l’antibio ne sont efficaces !...

                                  Une simple erreur, sûrement !...^^

                                  ..


                                • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 avril 2020 08:33

                                  @DurandThese results do not support the use of HCQ in patients hospitalised for documented SARSCoV-2-positive hypoxic pneumonia.

                                  A ce stade, c’est la réa ou la mort
                                  Ni la chloroquine, ni un antiviral ne peut agir
                                  Cette étude ne conclut pas à l’inefficacité de la chloroquine au stade 1
                                  Une bassine d’eau ne peut pas éteindre un incendie
                                  en revanche, elle éteint une couverture qui commence à brûler


                                • Bernard Dugué Bernard Dugué 19 avril 2020 08:34

                                  @Bernard En outre, les médecins ont noté l’importance majeure de ces résultats obtenus qui « n’encouragent pas l’utilisation de l’hydroxychloroquine chez les patients atteints d’une pneumonie due au Sars-Cov-2 », vue l’inefficacité du médicament. En soulignant qu’il n’y a pas de conflit d’intérêts, ils ont cependant pointé la nécessité de traiter les résultats avec précaution.


                                • leypanou 19 avril 2020 09:00

                                  @Durand
                                  vous lisez l’introduction de l’article, vous vous rendez compte tout de suite de l’inutilité de l’essai car ne correspondant pas du tout à la préconisation du Dr Raoult.
                                  Cela ne va pas empêcher des journalistes aux ordres d’en parler en « bien ».
                                  Cela donne aussi une idée de la vraie motivation de certains médecins.


                                • Durand Durand 19 avril 2020 11:23

                                  @leypanou

                                  Sans vous contredire sur le fond, ces résultats confirment tout de même ce que dit le Pr Raoult, à savoir que son traitement n’est pas efficace aux stades avancés de la maladie et qu’il convient de l’administrer dès les premiers symptômes ou, à défaut de symptômes, dès que la personne est testée positive.

                                  Je m’avance un peu sur ce dernier point car j’ignore, dans ce cas précis, si l’on peut parler de la pertinence d’un traitement ”préventif” pour un positif asymptomatique... Intuitivement, j’arrive à penser que c’est précisément dans cette phase asymptomatique que l’hydroxychloroquine est encore plus pertinente que l’antibio, vu que les personnes atteintes des différentes pathologies chroniques – lupus, etc – traitées au long cours avec l’hydroxychloroquine semblent ”protégées", sinon d’être porteuses du covid, du moins de ses manifestations les plus graves...


                                • Durand Durand 19 avril 2020 11:56

                                  @Bernard Dugué

                                  Merci de cette lecture « pro » de ce point de l’étude en question qui m’avait troublé mais que mon Anglais lacunaire et mon amateurisme ne m’autorisait pas à interpréter...

                                  ..


                                • Durand Durand 19 avril 2020 11:59

                                  @Durand

                                  « motorisaiENT »...^^

                                  ..


                                • leypanou 19 avril 2020 14:13

                                  @Durand
                                  personnellement, je ne vois pas l’intérêt de confirmer quelque chose supposée/soupçonnée ne pas marcher, il y a tout de même des vies qui sont en jeu.
                                  On va voir si le site les-crises en parle de cet essai.


                                • Durand Durand 19 avril 2020 14:50

                                  @leypanou

                                  Il me semble tout-à-fait nécessaire de généraliser un traitement qu’on soupçonne, pour le moins, de ne pas nuire au patient et au mieux, d’être efficace pour lui éviter les complication mais il me semble tout aussi nécessaire de prouver scientifiquement qu’il est réellement efficace.

                                  Le problème principal du type d’études sensé fournir la preuve scientifique que l’on recherche réside dans le fait que les patients-témoins qui prennent un placebo risquent tout simplement leur vie...

                                  Je pense qu’une collecte sérieuse des chiffres depuis le début de l’épidémie auraient permis à un groupe pluridisciplinaire de médecins et de mathématiciens une analyse statistique tout aussi probante et moralement admissible concernant l’intérêt de tel ou tel traitement.

                                  L’anticipation de cette problématique prévisible aurait sans doute permis la création d’un logiciel ad hoc – au moins pour la récupération et la classification des données, sinon pour réaliser des calculs – fort utile pour gagner du temps.


                                • leypanou 19 avril 2020 15:11

                                  @Durand
                                  mais il me semble tout aussi nécessaire de prouver scientifiquement qu’il est réellement efficace 

                                   : des tas de médecins l’utilisent sur la surface du globe, avec l’azithromycine ou non, avec le zinc ou non (exemple ici, autre exemple ici, çà aussi).
                                  Je sais qu’au Bahrein, c’est utilisé, au Sénégal aussi (c’est un médecin nommé Dr Diop quelque chose qui est intervenu récemment à la télé).
                                  D’accord, la Suède apparemment a arrêté de l’utiliser.
                                  Ils n’ont pas toujours de retour avec tout çà ?

                                  La vraie raison en France est ailleurs : regardez l’émission sur la malaria si vous avez du temps (sur agoravox.tv), vous comprendrez certaines choses.
                                  Mais je pense que vous vous en doutez déjà.



                                • Durand Durand 19 avril 2020 19:40

                                  @leypanou

                                  J’adore tout se qui est « stratégie » et depuis longtemps.

                                  De la guerre au jeu d’échecs, du commerce à la recherche scientifique en passant par le développement d’un électorat politique ou la gestion d’une entreprise, toute avancée majeure résulte de la conception et de l’application d’une bonne stratégie.

                                  Les conditions qui permettent de concevoir une bonne stratégie, c’est :

                                  
1 – de bien définir son but ;

                                  
2 – d’inventorier et d’évaluer les moyens dont on dispose ;

                                  
3 – de trier correctement les facteurs intervenants, entre ceux qui sont essentiels et ceux qui ne le sont pas, de manière à supprimer tout parasitage inutile et générateur d’erreurs ou de retard au cours de son développement ;

                                  4 – du sang-froid, de la sérénité, un esprit libre, ingénieux, inventif et la meilleure culture générale possible (tout le contraire de nos dirigeants actuels,... comme par hasard !...).

                                  Et comme je ne perds pas de vue le but – sauver des vies – et que je sais que les moyens existent mais qu’ils sont divisés et difficiles à regrouper du fait des nombreuses polémiques persistant autour de la gestion de cette crise par des autorités dépassées ou complices, je crois que la bonne stratégie n’est pas une attaque frontale contre le système mais plutôt l’alimentation d’une vague de fond par des moyens dispersés.

                                  Une vague pour l’instant informelle mais qui grossi et qui apparaîtra tôt ou tard pour guérir le mieux possible les malades et qui submergera, dans un second temps, à la fois les polémiques et ceux qui les auront suscitées...

                                  
Créer du lien, donc, augmenter la vitesse de circulation des informations qui me semblent aptes à augmenter la puissance de cette vague et ne pas perdre de temps avec ces polémiques dont d’ailleurs on sait par expérience qu’elles peuvent être instrumentalisées et amplifiées pour brouiller les esprits ou pour cacher certaines vérités, voire créés de toutes pieces pour nous distraire de l’essentiel et peut-être même, pour retarder volontairement l’apparition d’une solution...

                                  
Vous écrivez « Mais je pense que vous vous en doutez déjà. »...

                                  
Oui, bien sur, cela fait de nombreuses années que je découvre et dénonce, avec et grace à tant d’autres, les turpitudes du système agonisant qui nous a mis devant cette échéance sanitaire mais aussi économique et financière. A titre personnel, je m’y suis matériellement et mentalement préparé.

                                  
Mais pour l’heure, c’est l’agonie des malades qu’il faut solutionner d’urgence et non-pas celle d’un système qui doit mourir de toutes façon pour nous permettre d’en reconstruire un autre... C’est la destruction-créatrice du cycle économique de Schumpeter... Elle est inéluctable, elle nous dépasse et avec nos petits bras et la meilleure volonté du monde, on ne l’empêchera pas de s’accomplir...

                                  En être conscient et l’accompagner intelligemment, la devancer parfois, est la meilleure des attitudes à son égard... Mieux : en faire une alliée...

                                  
Mais pour l’instant, réfléchir, apprendre, argumenter, participer, même modestement mais positivement à réduire le nombre de victimes est LA priorité,... notre priorité.

                                  
Les nombreux faits qui nous scandalisent et dont il faudra demander raison devant la Justice constituent une problématique dont il ne faut certes pas faire un tabou mais qui ne doit pas interférer négativement dans la recherche d’une solution au problème sanitaire.





                                • Durand Durand 19 avril 2020 19:53

                                  @Bernard Dugué

                                  Une étude infiniment plus pertinente que celle dont j’avais mis le lien... La conclusion est mesurée – on ne crie pas victoire – mais l’étude démontre scientifiquement l’efficacité du traitement hydrochloroquine + azithromycine quand il est administré dans les 3 à 7 jours suivant les premiers symptôme... (si j’ai bien compris) Et on peut constater que les Chinois ont communiqué de manière correcte puisque cette étude s’appuie largement dessus...

                                  Positif, donc... À faire circuler largement.


                                • Durand Durand 19 avril 2020 20:10

                                  @leypanou

                                  Une citation que j’aime beaucoup et qui prend encore plus de sens lorsqu’elle est insérée dans un contexte de crise :

                                  « La véritable école du commandement est celle de la culture générale. Par elle, la pensée est mise à même de s’exercer avec ordre, de discerner dans les choses l’essentiel de l’accessoire, (…) de s’élever à ce degré où les ensembles apparaissent sans préjudice des nuances. Pas un illustre capitaine qui n’eût le goût et le sentiment du patrimoine et de l’esprit humain. Au fond des victoires d’Alexandre, on retrouve toujours Aristote… »

                                  Le fil de l’épée, Charles de Gaulle

                                  PS : toute ressemblance avec des personnes exerçant actuellement le pouvoir est totalement absurde.


                                • Durand Durand 19 avril 2020 20:57

                                  Une autre, de Bernanos et qui vaut son pesant de prémonition :

                                  « Les gouvernements prétendent convaincre les peuples qu’ils sont ingouvernables et, pour les rendre gouvernables, ils ne songent qu’à renforcer la puissance, déjà énorme, de l’État. Mais ce n’est pas l’État qu’ils renforcent, c’est l’administration, qui deviendra bientôt cette équipe de techniciens tout-puissants, incontrôlables, irresponsables, instrument nécessaire de la prochaine, de la très prochaine dictature universelle. Il n’est d’État que dans un pays libre. Un pays libre est un pays qui compte une certaine proportion d’hommes libres. C’est ce nombre plus ou moins grand d’hommes libres qui fait la légitimité, la dignité, l’honneur de l’État. [...] L’État n’est rien s’il n’a son compte d’hommes libres capables non seulement de le servir, mais de le penser, de se faire de lui une idée juste et claire, acceptable par tous. Il faut donc refaire des hommes libres. Français, ô Français, si vous saviez ce que le monde attend de vous ! »

                                  Georges Bernano, Français, si vous saviez... (recueil d’articles parus entre 1945 et 1948)


                                • leypanou 19 avril 2020 23:05

                                  @Durand
                                  la gouverneure du Dakota Sud aux États-Unis Kristi Noem fait partie de ceux qui promeuvent le HCQ : le Dakota Sud va participer à un test de masse avec le HCQ.
                                  Elle est aussi contre le confinement généralisé.


                                • Durand Durand 21 avril 2020 03:01

                                  @Bernard Dugué

                                  Vidéo récente... On y parle entre autre de cette étude...

                                  https://m.youtube.com/watch?v=UtgYuPYLoVU



Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité