• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Global Galaxy ou l’avenir de Google

Global Galaxy ou l’avenir de Google

Toujours plus loin dans la stratégie de puissance de notre cher Google, Googlinside s’interroge sur l’avenir de la firme. Doit-on se méfier des dents longues de cette ex-start-up qui incarne innovation, croissance et efficacité. Aujourd’hui certains indicateurs tendraient à indiquer l’arrivée massive de Google en tant que fournisseur d’accès Internet. En effet la confiance qui lui est accordée, la disponibilité de ses services et son image de marque très forte sont autant de qualités propices à ce nouveau métier. Voyons en détail comment cela pourrait se mettre en place.

Un wifi gratuit et local

On se souvient de la proposition que Google a faite à la ville de San Francisco pour fournir un accès wifi gratuit aux habitants. C’était il y a plus de 6 mois, Google remportait le contrat en partenariat avec Earthlink, géant de l’accès Internet aux US. L’offre devrait être effective dès le début de l’année prochaine et permettre un accès gratuit (à 300 kb/s) et un accès payant (via Earthlink, à 1Mb/s) via plus de 1500 bornes.

Wifi GooglePendant ce temps Google s’est fait la main dans son fief californien de Mountain View dont la couverture wifi est entièrement « powered by Google  ». Pour financer ces accès, Google passera certainement par une barre fixe sur les écrans qui fera de la publicité contextuelle bien connue. Pour confirmer ce désir de conquête on notera que Google se prépare à la nouvelle version d’Internet (IPV6) et a acheté quantité d’adresses IP, se définissant justement comme un FAI auprès de l’organisme responsable de l’attribution (ARIN).

Le modèle du wifi gratuit est encore balbutiant et peu ont réussi la quadrature du cercle. Un tel modèle se base sur la valorisation indirecte par la publicité, mais les investissements sont lourd et la durée du retour sur investissement longue. Mais Google a les reins solides, il a une trésorerie imposante et ses actionnaires principaux ont un large contrôle de l’entreprise lui permettant de mettre sur pied stratégie à long terme. En France peut-être que Free pourrait se lancer aussi dans une telle aventure, suite à ses achats de licence Wimax. Néanmoins posséder un réseau local permet aussi de faire de la publicité de proximité. Cela permettrait à Google de pénétrer le marché gigantesque des commerçants et artisans.


Un réseau continental

A une échelle plus grande, Google annonce vouloir couvrir d’autres villes (rumeurs sur New York). D’ailleurs Microsoft s’intéresse aussi au segment en annonçant un wifi gratuit à Portland. Mais pour déployer un réseau wifi en propre Google aura besoin d’avoir son propre réseau câblé (pour relier les boites wifi entre-elles et a Internet) faute de quoi il sera contraint de payer cher la bande passante. Surtout si les services tel que la vidéo voire la TV en ligne se développe comme semble le montrer l’acquisition de YouTube et les différentes négociations avec les grandes chaînes TV.

Fibre optiqueC’est la qu’intervient une information relevée par des experts : Google achète massivement de la fibre optique dite «  noire », noire parce que non encore utilisée (donc sans lumière). Ainsi Google pourrait bien commencer à câbler les villes à plus fort potentiel, puis les relier entre elles. En disposant de son propre réseau le gros consommateur de bande passante que devient Google sera à l’abri du besoin et fera des économies sur le long terme. Les investissements sont énormes et ce n’est que petit à petit que Google pourra les réaliser mais la machine est en route et rien ne semble l’arrêter.

Google NasaAu delà des riches pays développés, n’oublions pas que Google veut amener l’information organisée au monde, alors le récent partenariat avec la NASA sur de multiple sujet pourrait bien donner des idées de couverture satellite sur les zones moins dense. Mais là, c’est pas pour demain.

L’avenir et au-delà

Ainsi pour résumer le monde de l’Internet c’est un réseau mondial de gros tuyaux qui sont loué aux fournisseurs d’accès Internet et aux grandes compagnies. Puis il y a les fournisseurs de contenu et les terminaux derrière lesquels se trouve généralement un quidam !

Au début Google faisait le lien entre contenu et utilisateur. Peu à peu Google commence à fournir du contenu et des services, un peu via Google news, plus via Gmail, GTalk, Calendar, Docs et Spreadsheets, beaucoup plus via Google Video et YouTube ainsi que Blogger...

Demain on pourrait avoir un réseau wifi dans plusieurs métropoles financé par Google Ads. Après pourquoi pas connecter ces métropole par de la fibre optique à l’échelle nationale, voire internationale, de la fibre Google bien sûr. Pour gérer tout ça il faut des infrastructures de taille, justement il y a un énorme complexe en construction en Oregon. En fin de compte bientôt on ne surfera plus sur le Net mais sur Google !

Mais il y en a encore sous le coude, en effet il reste quand même un point où Google pourrait encore augmenter sa présence c’est nos machines. Il y a déjà eu les incursions de Google Desktop Search et de la Google Toolbar, mais à quant un navigateur et un système d’exploitation ? Et pour couronner le tout, lorsque les logiciels sont Google, autant que le matériel le soit aussi. C’est peut-être pour ça que Google finance l’opération « un laptop pour 100$ ». Programme destiné aux enfants des pays en voie de développement. Mais un PC pas cher équipé en wifi c’est exactement ce qu’on pourrait « donner » aux futurs utilisateurs de la « Global Google Galaxy » ... Vous ne verrez plus Google comme avant !

Par Alexandre VERNO
Googlinside


Moyenne des avis sur cet article :  4.82/5   (65 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • dop (---.---.122.68) 6 décembre 2006 15:52

    Bien écrit, large, intéressant. Merci.

    Un point a prendre plus pour sourire qu’autre chose, mais qui me parait important. :

    Lors de son introduction en bourse les dirigeant de google ont formulée quelque indication sur leurs politique et stratégie.

    Parmis ces indications, une a été plus remarqué que les autres puisqu’elle sort de l’ordinaire :le « dont be evil ». Google est la premiere entreprise a faire entrer dans ses statut de manière aussi « naive » les notions de bien et de mal.

    Donc rassurons nous, google nous amene un monde meilleur. Il ne ferons pas le mal, c’est prévu comme ça au conseil d’administration.

    Source : http://en.wikipedia.org/wiki/Don%27t_Be_Evil Mais surtout le courrier international d’il ya un mois sur Google.


    • chataigne (---.---.143.63) 6 décembre 2006 16:49

      Pourquoi pousser au wifi ? Pour mieux vous surveiller, mes enfants...


      • Aeglin (---.---.32.236) 6 décembre 2006 17:25

        Je commence a etre de plus en plus sceptique au sujet de google. J’apprecie bcp la qualite de ses produits, dont notemment gmail, mais ce qui m’inquiete, c’est cette main mise sur toute la chaine qui compose l’internet. Moteur de recherche, boite mail, fournisseur d’acces, de blogs, de video... vous ne trouvez pas que ca commence a faire beaucoup ?

        Le risque de se retrouver avec une situation de monopole sur le net est important ainsi qu’a terme sur le marches du soft. Quel est l’interet d’echanger un monopole microsoft contre un monopole google ? Franchement je le voie pas.


        • (---.---.46.34) 8 décembre 2006 18:21

          Cette mainmise peut sembler inquiétante, mais au contraire d’une autre grande firme informatique, elle n’est pas imposée, les internautes ont choisi de l’installer : google ne serait pas en train de devenir numéro un si leurs produits et services étaient mauvais. Si la qualité baisse, les gens iront voir ailleurs.


        • raph (---.---.5.110) 6 décembre 2006 23:14

          Jusqu’a quel point ...

          La team qui codait Gaia (alternative libre a googleEarth) décryptant les images s’est vu demander cessation de service ... http://www.google.fr/search?q=gaia+site%3Aslashdot.org&start=0

          Don’t be evil parce que l’article de slashdot n’est pas (encore ?) censuré.

          Pourtant, si demain la France demande à google des censures moins « transparentes » que celles déja recensées dans le cadre du « Chilling Effect » chillingeffects.org ... genre la Chine ... Google perdrait probablement un peu de son « objectivité » moyennant la conservation d’un marché ? (http://cyberie.qc.ca/jpc/images/google_menottes.jpg)

          Nous participons a peu près tous à sa croissance ...

          Le monstre est dodu, qui tiendra la laisse demain ?

          A suivre ... (mais ça s’accélère :p)


          • Phil (---.---.217.238) 7 décembre 2006 01:47

            Débat intéressant, qui recouvre deux questions distinctes :

            1/ Google => Big Brother ? La statégie de Google a toujours été assez unique : mettre en place des infrastructures et ensuite seulement voir ce qu’ils peuvent en tirer. Ils mettent en place des services, et n’hésitent pas à les retirer par la suite. Logiquement donc, Google fait une tentative pour devenir un nouveau genre de FAI. Chacun doit se faire son opinion et utiliser gmail et laisser ses cookies dans son navigateur, en connaissance de cause : devenir une cible pour des Google Ads ou non.

            2/ Wifi permet-il de fournir un accès internet global ? L’auteur cite wimax qui est une technologie totalement différente, ce qui montre bien une certaine confusion. Construire un réseau cellulaire à partir de wifi est dans l’air du temps (buzz !), mais est simplement impossible en pratique, voici pourquoi en quelques points :

            Wifi permet de créer un réseau local. Faire un maillage à grande échelle nécessiterait des centaines de milliers de points d’accès pour couvrir des zones géographiques importantes, et nécessiterait donc des investissements colossaux que même Google ne peut se permettre, à mon avis. On verra bien le résultat à San Francisco, et il semble qu’ils ne soient pas en avance sur le planning.

            Enfin, le pire : les fréquences sont libres et très limitées (13 canaux), ce qui définit une débit maximum théorique, à se partager entre tous les utilisateurs. En pratique, deux énormes problèmes se posent : les interférences entre les réseaux, et la couverture. Dans toutes les grandes villes on compte des dizaines de réseaux wifi personnels à chaque endroit. Les interférences commencent déjà à se faire sentir, alors multiplication des points d’accès devient déjà un vrai problème : il faut trouver un canal qui n’est pas utilisé par les voisins, ce qui est possible pour un particulier mais impossible pour un fournisseur.

            Deuxième problème, la couverture : à ces fréquences (2.4GHz), les murs sont difficiles à traverser, voir quasiment impossible dans les constructions à base de béton armé.

            Même les accès dans les lieux publics posent des problèmes, c’est pourquoi ils sont généralement très chers (dans les gares par exemple). C’est la façon la plus simple d’en limiter l’utilisation, et donc de garantir un minimum de qualité.

            J’aimerais avoir tort et que tout le monde puisse surfer partout, gratis, en nomade... Ceux qui pourront en profiter seront chanceux, mais obligatoirement peu nombreux. Et tant pis pour les investiseurs croyant se ruer vers un nouvel eldorado.


            • Dop (---.---.122.68) 7 décembre 2006 20:17

              Effectivement, le wifi.g tel qu’il est actuellement n’est pas assez costaud pour supporter un reseaux global « total ». Neanmoins ses successeurs pourront le faire, car il ya de la thune a se faire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès