• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Le mystère de l’apparition de l’homme sur terre

Le mystère de l’apparition de l’homme sur terre

Les analyses d'ossements humains découverts au Maroc et en Chine ébranlent l'hypothèse de l'origine unique de l'homme moderne en Afrique..., et font reculer les origines de notre espèce de 100 000 ans ! Les aspects du crâne de Dali et les squelettes d'homo sapiens datant de 300 000 ans découverts dans le Jebel Irhoud au sud-ouest de Casablanca présentent des similitudes, « mais le cerveau du propriétaire du premier crâne était plus primitif ». Le crâne de Dali (Chine) découvert en 1978, appartiendrait à un maillon intermédiaire entre Homo erectus et Homo sapiens. Des foyers « de notre espèce apparus en Eurasie et en l'Afrique auraient très bien pu se développer de manière isolée. Cette espèce aurait pu venir en Afrique par les mêmes chemins qu'empruntera par la suite l'Homo sapiens pour venir en Asie. Un éventuel croisement entre les deux espèces humaines aurait pu donner naissance à l'homme moderne ».

On admet qu'un organisme vivant requiert quatre facultés pour se maintenir : croître - se nourrir - réagir au milieu - se reproduire. Le fait que les êtres vivants ne peuvent naître que d'autres êtres préexistants ; les mammifères et les oiseaux dérivent des reptiles, les reptiles des amphibiens, et les amphibiens des poissons ne résout pas le problème de l'origine première de la vie sur terre, sauf à évoquer un phénomène surnaturel qui dépasserait notre propos. La première créature vivante serait apparue il y a quelques trois milliards d'années. Il y a environ deux milliards d'années, le noyau de la cellule s'entoura d'une membrane suivi du cytoplasme cellulaire, des mitochondries, puis des chloroplastes qui ont pu être à l'origine des bactéries (minuscules organismes unicellulaires qui ne possèdent pas de membrane nucléaire). Les premiers animaux fossilisés remontent à environ 900 millions d'années, les plantes et les animaux a 300 millions d'années, quant aux mammifères ils ont fait leur apparition il y a seulement 200 millions d'années.

L'atmosphère qui entoure la terre se serait développée en même temps que la croûte terrestre, tandis que certains de ses composants : azote, oxyde de carbone et vapeur d'eau se libéraient pendant le processus de solidification jusqu'au moment où l'atmosphère contint suffisamment d'oxygène et d'ozone pour permettre la vie en dehors des océans. Dans les années vingt, le savant russe Oparine avança que les hydrocarbures produits au cœur des roches brûlantes auraient réagi en présence d'eau et d'ammoniaque et donné des composés organiques simples, dont les acides aminés qui entre dans la composition des protéines. En 1953, Miller de l'université de Chicago fit passer un courant électrique à travers un mélange de méthane, d'ammoniac et d'hydrogène dans un ballon contenant de l'eau. Une semaine plus tard, il constata que le ballon contenait des acides simples, deux acides aminés et la présence de cyanure d'hydrogène. Les éclairs et la lumière ultra-violette ont dû apporter suffisamment d'énergie pour rendre cette synthèse possible en présence d'une atmosphère réductrice. Les composés organiques formés de grosses molécules et de prè-protéines auraient donné par agrégation des structures plus complexes (coacervats).

La totalité des êtres vivants (virus exceptés) sont composés d'une ou plusieurs cellules. Une cellule ne peut se suffire à elle même, une cellule musculaire par exemple, est incapable de fournir la nourriture et l'oxygène nécessaire à son fonctionnement. Ces fonctions sont assurées par d'autres cellules spécialisées qui se trouvent réunies dans les tissus (os, nerfs, etc.,) et les organes chargés d'une unité fonctionnelle : système circulatoire, cardiorespiratoire, nerveux, digestif, reproducteur, etc.

En 1809, Jean Baptiste Lamarck affirme que tous les organismes actuels descendent de formes plus anciennes, et que l'homme s'était développé à partir du singe. Alfred Wallace (1823-1913) se refuse à admettre que l'ancêtre de l'homme soit un singe anthropomorphe. En 1859, Charles Darwin jette les bases de la théorie de l'évolution : « Les êtres vivants voient leurs caractéristiques biologiques évoluer dans le temps et le milieu opère une sélection naturelle qui privilégie, par la reproduction, la transmission de certains caractères héréditaires à l'ensemble du groupe. » Au début du XX° siècle, Eugène Dubois s'est mis en tête de découvrir l'ancêtre de l'homme. Il part du postulat, puisque les singes vivent sous les tropiques, nos ancêtres vécurent sûrement dans ces mêmes régions.

Si on compte tous les humains nés depuis l'apparition de l'homme, on atteint 80 billions d'individus ! Depuis Linné, chaque organisme vivant est désigné par deux noms latins, le premier est celui du genre, le second celui de l'espèce. Entre « Australopithecus afarensis » surnomé Lucy (4-3 MioA) découvert en Ethiopie en 1974 et « Homo habilis » (2,5-1,6 MioA) découvert en Tanzanie en 1962, plus d'un million d'années les sépare et le lien entre espèces est incertain ! La place de l'homme dans le règne animal soulève de nombreuses polémiques. Pour le biologiste, l'homme reste un primate très particulier et un être singulier. La forme du crâne Homo neanderthalensis, du nom de la vallée de Néander (Allemagne), allait devenir la « preuve » du lien entre les grands singes anthropoïdes et l'homme moderne, oubliant que le type anatomique néanderthalien est non seulement différent d'Homo sapiens, mais également des autres êtres humains qui vécurent en Afrique ou en Asie !

Homo neanderthalensis qui vécut 350 000 à 35 000 ans avant notre ère, s'est beaucoup déplacé, et de peupler « la moitié centre et ouest de l’Eurasie. Globalement du pays de Galles ou du Portugal jusqu’en Altaï (sud de la Sibérie) sur environ dix millions de km2 » (Ludovic Slimak). « Leur épopée est incroyable, ils ont tout de même survécu 300 000 ans, soit 17 000 ou 18 000 générations dans des conditions parfois extrêmes » (Pascal Depaepe). L'homme de Neandertal était omnivore, consommant des végétaux, des animaux, voire son semblable sans que l'on sache si s'était purement alimentaire ou rituel. Une chose semble certaine, le besoin de plus de 4 000 calories/jour pour affronter les rigueurs climatiques. Après avoir atteint la Sibérie il y a 130 000 ans, la période glaciaire (-65 000 ans) allait le chasser d'Europe : « pas de végétation, donc pas d'animaux, pas d'animaux pas de chasseurs. (...) Néandertal a disparu il y a environ 35 000 ans, sans que l'on sache pourquoi. Conflit ? Virus ? Déclin démographique ?  » (Le Musée de l'homme de paris consacre une exposition à Homo neanderthalensis jusqu'au 7 janvier 2019).

Si d'un point de vue zoologique l'ordre des primates est homogène, il n'y a pas plus de différences biologiques entre l'homme et le chimpanzé ou le gorille, il n'existe à l'heure actuelle aucune explication satisfaisante de la ressemblance entre des mammifères aux fonctions si différenciées (anatomie comparée). Si le caryotype du chimpanzé se rapproche du caryotype humain, nous partageons 98 % de notre génome avec celui du chimpanzé, les 2 % restants font toute la différence. La colonne vertébrale de l'homme compte 32 articulations, celle des anthropoïdes entre 36 et 60, le squelette humain se distingue par la forme et la structure de la cage thoracique, la plupart des hommes sont droitiers, l'homme possède quatre groupes sanguins (A, B, O, AB), le chimpanzé deux (A et B), l'homme compte 46 chromosomes (qui comptent chacun plusieurs milliers de gènes), le chimpanzé 48, et la capacité cérébrale de l'homme est prédominante (Homo sapiens sapiens ou Néanthropien se caractérise par une capacité céphalique de 1400 cm3 ) et son système nerveux plus complexe.

La biologie évolutive fut éclipsée dans les années soixante au profit de la génétique, décrite pour la première fois par Gregor Mendel dès 1866 (expérience des petits pois). Les généticiens ont démontré que les gènes forment une longue chaine de chromosomes et que chaque gène occupe une place bien déterminée sur un chromosome particulier. Le comportement des gènes dépend donc des chromosomes au cours de la production spermatique, puis de leur fusion avec l'ovule fécondée d'où part la nouvelle génération.

L'absence d'un seul gène contrôlant l'élaboration d'une enzyme essentielle peut avoir des effets désastreux. Un croisement entre deux populations peut entraîner l'apparition de gènes qui en se combinant confèrent à l'individu un nouveau phénotype, la couleur des yeux, des cheveux, les groupes sanguins n'en sont que quelques exemples dont la descendance hérite. La mutation, modification dans un gène ou un chromosome, peut provoquer un changement anatomique ou physiologique (mongolisme, nanisme, hémophilie, etc.).

Si les hominidés sont probablement les derniers êtres apparus sur terre, leur développement a été bien plus rapide que pour les autres espèces. « Une poignée de gènes a présidé au développement cérébral et à la connectivité du cerveau via une succession de mutations génétiques » (Jean-Jacques Hublin). Les anthropologistes pensent que l'intelligence (capacité à choisir la moins mauvaise ou la meilleure solution) a pu être initiée grâce à la céphalisation, à la vue, et à la préhension. Mac Lean distingue le cerveau reptilien (besoins primaires), le cerveau limbique (punition/récompense) et le cortex (réflexion/décision) qui permet d'engranger des connaissances, d'imaginer, de rationaliser, de créer, de communiquer des idées abstraites, et à la base de la curiosité, qualités indispensables à toute adaptation. L'espèce a pu survivre dans des régions inhospitalières (géographie, climat, faune, ressources, etc.), affronter des dangers naturels, survivre à des catastrophes. La conscience, l'empathie ont marqué ensuite un tournant majeur, Néandertal enterrait ses morts.

Bien d'autres types d'hominidés ont existé avant Homo sapiens (Australopithèques, Homo habilis, Homo erectus, etc.) et l'apparition des premiers hommes restera pendant longtemps un des plus grands mystères. Le nombre de chaînons manquants représente une véritable gageure. Toutes les théories avancées ne sont que des présomptions et sujettes à des interprétations. Homo sapiens sera-t-il à son tour victime d'une profonde mutation ? Il est impossible de prédire quand elle aura lieu, mais il est fort probable qu'un nombre considérable de noyaux contenus dans le sperme soit porteurs de mutations génétiques et chromosomiques, sans oublier les méfaits de l'industrie et de ses corrélats : nucléaire, chimie, pollution, etc.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°


Moyenne des avis sur cet article :  4.44/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

309 réactions à cet article    


  • Jean Roque Jean Roque 7 avril 11:27

     
     
    « Nous partageons 50% de notre génome avec la banane, ne soyez pas anthropophage ! »
     
    Gogochon vert antispéciste, ce crétin de la modernité, manipulé par l’oligarchie


    • Jean Roque Jean Roque 7 avril 19:43

      Darwin est un nominaliste, que des individus et des filiations (phylogénie) pas d’essence humaine, l’espèce est juste boite formelle, pas d’homme « universel » comme le pense saint gogochon l’ignare, que la dynamique de l’évolution.
       
      Une race est un individu qui réussit, une espèce une race qui réussit, et avec le tps les caractères se différencient de + en + et vient la barrière des espèces (un mulet peut être reproducteur mais rarement)
       
      « La truite a plus de caractères communs avec le gogochon qu’avec le requin, des petits crânes » La systématique pas bobo
       
      « Les poissons sont sortis de l’eau car ils y avaient envoyé un ballon de foot, et ils avaient peur que gogochon leurs pique » La systématique pas bobo


    • Jean Roque Jean Roque 8 avril 11:30

      LA RACE CHINOISE DU FUTUR
       
      Un prodige de la science, Zhao Bowen, directeur à 21 ans de l’Institut de génomique cognitive de Chine, avec ses séquenceurs les plus puissants au monde, et un budget stratégique digne de la route de la soie, a cartographié 2600 génomes d’autres génies à QI>160, en vue de faire une future génération de petits chinois surdoués. N’oublions pas que la Chine a imposé l’enfant unique. Elle a les moyens d’un vrai état souverain pour faire de l’eugénisme nationaliste.
      Pendant ce temps le QI en France chute, et la qualification OIT, le classement PISA avec, repeuplement par les pays du Maghreb, subsahariens aux QI les plus bas.
       
      Comme l’expliquait Darwin, la notion de race (faible variabilité) est beaucoup plus pertinente que l’espèce (boite formelle) puisque tout n’est affaire que de filiations continument


    • Jean Roque Jean Roque 8 avril 12:00

       
      POURQUOI LA BANANE A ÉVOLUÉ EN GOGOCHON... smiley
       
      FLUX ENTROPIQUES COMPARÉS (dégradation de l’énergie) :
       
      SOLEIL = 800W / m3
      HOMO SOUCHIENS = 1kW / m3
      BOBO GOGOCHONUS = 150kW /m3
      (130 esclaves énergie)
       
      L’Esprit du Monde utilise Gogochon comme destruction de l’énergie organisée primordiale en énergie crétine (chaleur et sueur de bronze fesses) ; Le suicide français prend part au suicide galactique vers le froid universel, augmentation de l’entropie.
       
      L’ÉNERGIE RENOUVELABLE N’EXISTE PAS, SEUL LE GOGOCHONNAGE ENTROPIQUE EXISTE.
       


    • gueule de bois 7 avril 11:32

      La question de l’origine de l’homme ’moderne’ est complexe. Je n’ai personnellement aucune compétence pour émettre le moindre avis.
      Je remarque toutefois que la ’doxa’ actuelle (origine unique et africaine) sert en fait une autre ’doxa’ (inexistence des races, etc...).
      Je comprends fort bien que le pouvoir politique lutte contre le racisme, c’est son rôle et je dirais même son devoir. Mais enfin s’il faut lutter contre les voleurs de pommes en coupant tous les pommiers.
      Je sais qu’il existe d’autre théories, et que les scientifiques chinois, par exemple, ont une autre vision des choses. Toutefois leur point de vue n’est jamais exposé ici.
      De nos jours l’histoire se décrète au moyen d’interdits, il semble que les sciences humaines suivent la même voie. Il faut laisser les chercheurs chercher et savoir reconnaître les limites de notre ignorance. Une théorie ne doit pas être adoptée sous le seul prétexte qu’elle est politiquement correcte.


      • gueule de bois 7 avril 13:58

        @Alcyon
        Monsieur le savant !
        A la différence de toi-même j’étale ici mon ignorance et je n’ai aucune prétention.
        Je constate qu’en fait on remplace souvent un mot par un autre. Est-ce cela le progrès scientifique ?
        tu éviterais d’étaler ta connerie couplée à ton racisme ici même.
        C’est quand qu’on atteint le point Godwin ?
        Ta grossièreté semble égaler et même surpasser ma connerie.
        Je résume et transpose ta démonstration. Je t’attribue un QI de 95, plus serait exagéré. Aujourd’hui nous faisons débuter les imbéciles à 92 (supposition). demain nous décidons que la limite est à 96 et te voilà basculé dans le camp des connards. On peut toujours rattraper le coup en déclarant que les connards n’existent pas et qu’il n’y a que le GIIL (groupe des individus à intelligence limitée).
        Un vrai scientifique utilise la pédagogie jamais l’anathème ni l’insulte.


      • mmbbb 7 avril 14:16

        @Alcyon la biologie est une chose la culture en est une autre . Il s agit moins d opposer la biologie à la culture des hommes Pourquoi l Europe ne marche pas , il n a pas d unite culturelle Entre un Sudeois et un Silicien il existe deux monde Entre le mode de pensee d un occidental est d un africain , entre les anglos saxon et le reste de l europe des visions différentes . Et pourquoi ce « vouloir vivre ensemble » impose en france ne marche pas ? je vous le demande


      • gueule de bois 7 avril 14:42

        @mmbbb
        Le racisme, c’est avant tout la peur de la différence. Ce n’est pas lié à la notion de ’race’ ou « d’ethnie » ou tout ce que vous voulez.
        Or les différences entre les groupes humains, elles existent, même si elles sont majoritairement culturelles.
        Pour l’individu moyen, ’race’, ’ethnie’, cela ne veut rien dire. Combattre le racisme en niant l’évidence (il n’y a pas de différence), ce n’est certainement pas la meilleure façon de faire.
        Ayant passé une grande partie de mon existence sur 4 continents, je rejoins complètement votre constatation. Il y a des différences ; se retrancher derrière des considérations ’biologiques’ pour les nier n’est pas d’une grande honnêteté intellectuelle.
        Enfin, pour ce qui concerne mon intervention initiale, j’ai dit et je maintiens qu’il y a plusieurs théories concurrentes pour ce qui concerne l’origine de l’homme moderne, je ne dispose d’aucun élément pour prendre parti, ces théories existent un point c’est tout.
        Il y a quelques décennies on affirmait la disparition pure et simple de Neandertal, aujourd’hui on envisage l’hypothèse d’un métissage. Les Alcyon d’alors auraient fustigé les tenants du métissage avec force injures.


      • Jean Roque Jean Roque 7 avril 15:26

        Les islandais sont tous cousins et personne ne saurait distinguer un pygmée d’un islandais... mais facilement 2 pygmées ! smiley
         
        Le peuple islandais est très solidaires donc, et leurs banksters ont fini en taule, mais pas chez les troupeaux informes de multiethniqués
         
        La sélection parentèle 1970 Hamilton et Price
         
        « Le degré d’altruisme entre des animaux d’une même espèce est déterminé par la proportion de gènes communs (des colonies d’amibes en lutte antibiotique aux hordes mammifères). Les insectes qui partagent la même reine forment la même société. La sélection naturelle et la société agissent donc réciproquement génétiquement... »
         
        Toute société grégaires crée des clans-races pour favoriser la sélection de l’organisation sociale la plus efficace, une fourmilière unique se scinde en 2 concurrentes, les abeilles ont une seule ruche, clans ennemis de chimpanzés, loups, orques etc.
         


      • mmbbb 7 avril 15:48

        @gueule de bois Désormais avec la theorie mondialiste et la montée en puissance de la science notamment du transhumanisme dont on voit poindre un eugenisme a peine déguisé, l humain sera indifférencié fondu dans un tout indivisible dont une élite ( financiere et scientifique ) dominera ce monde Quant a l unicite de l origine de l homme il ne s agit évidemment qu une hypothese scientifique comme le big bang Il est confortable d un point de vue intellectuel de partir d un seul point original Quand a la conclusion de cet auteur j apporterais un bemol, si nous avions réussi a survivre grace a notre évolution, nous disparaitrons peut etre plus rapidement que prévu apres avoir provoque une regression évolutive. En effet nous sommes a l origine de la sixieme extinctions des populations animales et végétales, le corollaire de la prééminence du genre humain sur cette terre Il faut noter que depuis que l ’espece humaine existe, la croissance demographique a ete exponentielle depuis a peine 150 ans Ce n’est rien a l echelle de l evolution humaine et encore moins que rien a l echelle de l echelle geologique . L ecologie scientifique est comme la génétique une science complexe et nous ne vous pas avoir une vue prospective sur les bouleversements ecologiques


      • HELIOS HELIOS 7 avril 16:43

        @gueule de bois

        ... ce n’est pas parce que nous partageons... enfin « nous », c’est généreux pour certains....... donc nous partageons 98,5% des genes avec les chimpanzés ou les bonobos que cela fait de nous des singes ou les singes des hommes !

        Entre le manifeste du parti communiste (par exemple) et un livre de BHL (autre exemple), les deux textes partagent le même alphabet et il n’y a aucune relation entre l’un et l’autre et ce n’est surement pas le temps qui a fait evoluer l’un vers l’autre et vice versa... pas plus que le melange volontaire ou non des deux textes

        Alors la theorie de l’evolution, qui n’est pas une theorie « continue », mais discrete, c’est a dire que sur le temps qui passe, l’homme (ou n’importe quoi de vivant) n’evolue pas au dela de la dispersion des caracteristiques, jusqu’a ce qu’un evenement arrive et provoque le changement. Si ce changement est plus adapté a la situation, alors c’est la nouvelle version qui va dominer et absorber l’ancienne version, sinon cette nouvelle version va periicliter et disparaitre s’eteindre naturellement.

        37 millions d’années sont largement suffisantes pour reveler et aneantir une quantité importantes d’essais (d’évolution) et ce qui est le plus curieux c’est qu’il ne reste aujourd’hui qu’une seule version.

        Alors parler de race, c’est juste un formalisme qui est basé sur une mesure conventionnelle de la diversité, dans le cas precis basé sur la compatibilité de la reproduction... mesure eminement mecanique, physique etc... et qui ne tient pas compte de la dimension intellectuelle de l’homme...
        Déduisez-en ce que vous voulez, il y en a bien, aujourd’hui qui apprecient la zoophilie....

      • Alcyon 7 avril 16:46

        @mmbbb dis gamin, tu comprends que passer d’un sicilien à un camerounais est du même acabit que passer d’un italien à un suédois ? Tu places où les italiens ?


        Il faut quand même être ultra con pour ne pas saisir que les populations suivent une continuité, qu’elle soit génétique, physiologique, etc. Et dés lors, le concept de « race » est complètement stupide. La biologie l’explique très bien : on a un gros brassage, alors forcément seules les peuplades isolées peuvent avoir des différences majeures.

      • foufouille foufouille 7 avril 16:51

        @Alcyon

        si justement biologiquement tu as des races humaines comme pour les chiens.

        certains ne digèrent toujours pas le lait et ont des maladies spécifiques à leur race


      • gueule de bois 7 avril 16:58

        @mmbbb
        En effet nous sommes a l origine de la sixieme extinctions des populations animales et végétales, le corollaire de la prééminence du genre humain sur cette terre Il faut noter que depuis que l ’espece humaine existe, la croissance demographique a ete exponentielle
        Vous prêchez un convaincu.


      • gueule de bois 7 avril 18:00

        @HELIOS
        Alors parler de race, c’est juste un formalisme qui est basé sur une mesure conventionnelle de la diversité,
        C’est exactement ce que j’ai voulu dire et que vous dîtes bien mieux que moi. Les discussions autour de la notion de race sont donc d’une certaine façon des discussions byzantines. Pour le commun des mortels cela n’a aucune importance ni aucune signification, cela exprime la diversité des groupes humains qui est bien réelle sachant cependant qu’il n’existe aucune barrière infranchissable à l’intérieur de l’espèce, à preuve le métissage. Les jardiniers en savent beaucoup plus que certains diplômés.
        Pour le reste je considère l’évolution comme une théorie scientifique et l’origine unique de sapiens sapiens comme une hypothèse peut-être même contradictoire avec la théorie de l’évolution. La Nature ne met pas tous ses œufs dans le même panier.


      • Alcyon 7 avril 18:55

        @foufouille c’était le cas il y a un demi-million d’années. Désormais, tu es dans la situation où tu as laissé les chiensse reproduire n’importe comment et tu passes du Berger Allemand au Caniche par tous les stades intermédiaires. Et ce n’est pas « comme si » il y avait une proportion de « races » pour quelques « bâtards », c’est exactement l’inverse.


        Pour le lait, c’est bien une différence génétique. Mais comme je ’lai dit plusieurs fois, il y a plus de différences dans une même population qu’entre différentes populations.

      • HELIOS HELIOS 7 avril 19:52

        @gueule de bois
        ... merci de me répondre... nous ne sommes pas loin, effectivement, d’être d’accord...


      • mmbbb 8 avril 09:18

        @Alcyon je suis pas un gamin, ta suffisance tu te l as met dans le fion Je ne parle de race mais de culture Par ailleurs depuis que les Suedois se sont ouvert a une certaine immigration extra europeenne, ce pays a de serieux probleme . Ce pays n a pourtant de passe colonial Commence a prendre a lire connard . L argument de la biologie est avance par les bisounours pour nous faire avaler la pilule du vouloir vivre ensemble Tu devrais relire les territoires perdus de la republique preface par m G BENSOUSSAN Lorsqu un professeur de gauche va tenter une experience en Seine Saint Denis ; il déchante de son experience , il est en face de la realite Relit aussi l histoire des immigrations en Europe La dernier vague d immigration avant celle des pays extra europeen ,espagnols polonais italiens armeniens princiaplement dont nous avons tout de meme un fond culturel commun n a pas pose de probleme Ne confond pas tout abruti


      • Alcyon 8 avril 11:53

        @mmbbb dis connard, je répondais à foufouille et j’ai précisé alors qu’on parle d’ethnie. Ce qui correspond à ton terme « culture ». Qui n’a rien à foutre ici.


        Alors maintenant, va te faire voir et apprends à lire, cela te sera utile dans la vie. Mon Dieu, se dire d’apprendre à lire par un illettré, c’est le summum de l’arrogance.

      • #Shawford #Shawford42 8 avril 11:56

        @#FoireFouille/R-00042

        Sont chafoin.e.s les smarties aujourd’hui ! smiley smiley smiley smiley smiley


      • magma magma 9 avril 19:43

        @gueule de bois
        il y a eu de récentes théories sur des découvertes e Bulgarie par exemple. Ce qui me dérange, c’est que cette doxa nous impose lucie et on en comprend bien au dela de la vérité, la pédagogie qu’on veut en tirer, ne précise jamais « selon nos connaissances actuelles » car dans 10 ans il y a des probabilités pour qu’on trouve des ossements plus vieux sur l’ile de pacques ou au khigistan


      • Alcyon 9 avril 21:00

        @magma tu as 20 ans de retard. « Selon nos connaissances actuelles » Lucy n’est pas membre du genre homo mais d’une branche collatérale. Elle serait plutôt une grand-tante.


        Sinon, « selon nos connaissances actuelles » est sous-entendu dans toute déclaration scientifique. Mais comme c’est chiant, on évite de le répéter. On n’est pas une religion quelconque qui refuse de se remettre en question, quand on a des info neuves, on change les livres. Mais ça n’implique que la théorie à deux balles lancées par deux connards soit plus proche de la vérité.

      • magma magma 9 avril 22:25

        @Alcyon
        non non, dans pas mal de débats certes pas avec des scientifiques, c’est un point incontestable., lucie était un simple exemple


      • Alcyon 9 avril 22:45

        @magma quand le débat est « selon nos connaissances actuelles » vs « dans mon livre saint » ou « parce que je le dis » alors forcément « selon nos connaissances actuelles » est inutile, car en face ils s’en foutent des connaissances actuelles.


      • ASTERIX 11 avril 10:03

        @gueule de bois DOM ET FURTIVE il faut arreter de prendre du WHISKY ET DES JOINTS


      • Jonas 7 avril 11:50

        "En 1809, Jean Baptiste Lamarck affirme que tous les organismes actuels descendent de formes plus anciennes, et que l’homme s’était développé à partir du singe."

        La théorie de l’évolution est une théorie spéculative, et non scientifique.
        Elle est d’ailleurs contraire au bon sens, à l’observation scientifique (fossiles, explosion du cambrien,...) et aux principes élémentaires de la science et de la physique.
        Qui pense ici que son arrière-arrière-arrière... grand-père était une limace, ou ressemblait à un termite ?


        • Gollum Gollum 7 avril 12:10

          @Jonas


          Pas mal pour un post anti-théorie de l’évolution de nous balancer un lien sur l’explosion du cambrien qui est évolutionniste... 

          Z’êtes sûr d’avoir toute votre tête ? smiley En général les bigots nous sortent du Dominique Tassot avec son lièvre « ruminant » qui « confirme » la Bible. Un régal d’obscurantisme et de crétinerie, je recommande. smiley

        • gueule de bois 7 avril 12:24

          @Jonas
          grand-père était une limace
          Le vôtre, c’est sûr !


        • Jonas 7 avril 12:29

          @Gollum « Pas mal pour un post anti-théorie de l’évolution de nous balancer un lien sur l’explosion du cambrien qui est évolutionniste... »


          Ah bon ? Vous pouvez expliquer comment des espèces fossilisées radicalement différentes apparaissent sur une même période ?

        • Alcyon 7 avril 13:42

          @Jonas t’es con ou tu ne sais pas lire ? La « même période » correspond à 37 millions d’années. Pour donner une ordre de grandeur, 37 millions d’années est à un an ce qu’un jour est à une seconde. Alors on va s’amuser, tu vas compter pendant 24h, à chaque seconde. 1, 2, 3, 4, ... et ainsi de suite. A la fin, tu auras une petite idée de la durée de 37 millions d’années.


        • Gollum Gollum 7 avril 13:56

          @Jonas


          Et vous, vous l’expliquez comment ? Par l’action du Saint-Esprit ?

          Si le créationnisme était une réalité l’homme serait apparu tout constitué il y a de cela 4 milliards d’années et non pas relativement récemment.

          Or on voit bien que, grosso modo, on passe du moins complexe au début à du plus en plus complexe...

          Comment s’opère ce processus (hasard ou pas) c’est un autre débat mais il y a bien processus évolutif. Sinon c’est déclarer que les espèces naissent du vide, du néant, comme ça d’un coup de baguette magique.

          Et en plus comme dit plus haut cette explosion a quand même pris quelques millions d’années. Une paille quoi. smiley

        • Jonas 7 avril 14:14

          @Alcyon « la « même période » correspond à 37 millions d’années. »

          37 millions d’années pour expliquer l’évolution de l’huître au lézard, à l’échelle du temps, c’est ridiculement petit.
          Si on prend comme référence la théorie de l’évolution, l’homme n’aurait pas évolué depuis des centaines de milliers d’années.
          Combien de temps estimez-vous qu’il faut pour que les descendants d’une huître puissent donner naissance à un lézard ? Et que la descendance du lézard puisse donner naissance à un oiseau à plumes ?
          Depuis des milliers d’années que l’ont fait reproduire des huîtres, pour le moment, elles ne donnent naissance qu’à des huîtres.


        • Jonas 7 avril 14:18

          @Gollum "Comment s’opère ce processus (hasard ou pas) c’est un autre débat mais il y a bien processus évolutif.

          Jusqu’à preuve du contraire, personne n’a démontré un processus évolutif entre les espèces.
          Ce que j’explique simplement, c’est que la théorie de l’évolution n’a rien de scientifique, puisque les découvertes archéologiques CONTREDISENT la théorie.

          ------------------------------
          "Sinon c’est déclarer que les espèces naissent du vide, du néant, comme ça d’un coup de baguette magique."

          Dans la science rationnelle, le néant ne créé rien, il reste le néant.
          La science n’admet pas la création spontanée.


        • Jonas 7 avril 14:28

          @Gollum « Or on voit bien que, grosso modo, on passe du moins complexe au début à du plus en plus complexe... »

          Comment la science peut-elle expliquer ça ? Le second principe de la thermodynamique impose que l’énergie se dégrade au fil du temps, et devient de moins en moins organisée (augmentation de l’entropie de l’Univers).

          Comment la descendance d’un termite peut-elle donner un jour naissance à une baleine ? Ses organes, ses fonctions vitales complexes nécessitent la mise en oeuvre d’une forme d’énergie extrêmement organisée.
          Il est incohérent de postuler que la Nature puisse faire cela par elle même, puisque c’est en opposition directe avec les principes de la thermodynamique.


        • Gollum Gollum 7 avril 14:31

          @Jonas

          Depuis des milliers d’années que l’ont fait reproduire des huîtres, pour le moment, elles ne donnent naissance qu’à des huîtres.

          Parce que les huitres se trouvent très bien en tant qu’huitres. Et que jusqu’ici aucune pression du milieu ne les a dissuadé de rester huitres. 

          Par contre quand le milieu fait pression, par changement de climat, de conditions, de nourriture qui change, c’est là que les espèces évoluent. Ou pas, mais alors elles disparaissent.

          Mais, comme vous avez abondamment étudié la question, vous le saviez je suppose ?

        • Gollum Gollum 7 avril 14:41

          @Jonas

          Mais que vient foutre le second principe de la thermo ici on se le demande.. smiley

          D’une part ce principe n’est valable que dans un système clos et rien ne prouve que l’univers soit un système clos.

          Comment la descendance d’un termite peut-elle donner un jour naissance à une baleine ?

          Et comment l’ovule peut-il donner naissance à un être organisé ? Selon le second principe et bla, bla, bla... et bla, bla, bla...
          Mode Jonas on : Il est incohérent de postuler que la Nature puisse transformer un ovule en embryon par elle même, puisque c’est en opposition directe avec les principes de la thermodynamique.
          Mode Jonas off.

          Bon, pour ce qui est du passage éventuel (parce que je n’ai pas de compétences suffisantes) du termite à la baleine ça ne se fait pas d’un coup. Il y a des intermédiaires.. et beaucoup. M’enfin, à la forme des nageoires de la baleine, qui sont des mains quelque peu remodelées (rien à voir avec des nageoires de poissons par exemple) et le fait que la baleine respire, et qu’elle soit visiblement un mammifère on se doute bien que ses ancêtres directes ne sont pas des termites... smiley

        • Gollum Gollum 7 avril 14:49

          @Jonas


          Dans la science rationnelle, le néant ne créé rien, il reste le néant.
          La science n’admet pas la création spontanée.


          Et elle a bien raison. Donc vos espèces elles sont créées comment ? Allez crachez le morceau dites nous le fond de votre pensée..

          Si ça n’évolue pas, du plus simple au plus complexe, faut obligatoirement qu’elles sortent du vide il n’y a pas d’alternative. Donc assumez. Dites nous, oui un jour un couple d’éléphant est sorti de la quatrième dimension, du vide, parce que le Créateur l’a voulu.. Allez, osez quoi. smiley

          Et tout ce merdier pour sauvegarder le littéralisme biblique.. smiley

          Je suppose aussi que vous pensez réellement que Noé a sauvé toutes les espèces animales sur sa minuscule arche de bois également ? Allez.. Avouez là aussi, ne vous défilez pas. smiley

        • Jonas 7 avril 14:59

          @Gollum « Mais que vient foutre le second principe de la thermo ici on se le demande.. »

          Parce que toute théorie scientifique obéit aux principes fondamentaux de la Nature, et que le second principe de la thermodynamique n’a jusqu’à aujourd’hui jamais été réfuté.
          Je vais prendre un exemple concret, pour que cela soit plus clair.
          Imaginez que vous avez une boîte de puzzle complet, et que vous la lancez par la fenêtre.
          Vous descendez deux heures plus tard la chercher, et vous constatez avec effarement que les pièces du puzzle ne sont pas éparpillées au hasard, mais que le puzzle est parfaitement reconstitué sur le sol.
          Vous n’allez pas dire que c’est la Nature qui a produit cela.
          Vous allez penser, avec bon sens, que c’est une forme INTELLIGENTE extrêmement organisée, probablement une personne qui passait par là, qui a reconstitué le puzzle.

          De même pour la vie. Vous assistez à la naissance de l’Univers.
          La planète Terre n’est alors qu’une boule de roche avec un noyau métallique en fusion, formée de constituants primaires de la chimie. Vous repassez quelques milliards d’années plus tard, et vous voyez des baleines, des oiseaux qui chantent, d’immenses rapaces (aigles, pygargues,...) des humains, des léopards, des gorilles, des girafes, des plantes, des arbres aux mille couleurs.
          Comment pouvez-vous penser un instant que c’est la Nature seule qui a produit cela ?
          Comment la Nature peut-elle produire à elle seule, à partir de constituants de base, une forme de vie organisée aussi complexe que celle d’un rhinocéros ?


        • Jonas 7 avril 15:07

          @Gollum "Par contre quand le milieu fait pression, par changement de climat, de conditions, de nourriture qui change, c’est là que les espèces évoluent. Ou pas, mais alors elles disparaissent."

          Qu’il y ait des variété à l’intérieur d’une espèce, c’est connu depuis l’antiquité. Il n’y a là rien de nouveau.
          On parlait ici de l’évolution des espèces. Comment un couple d’êtres humains, parmi les milliards existants de par le monde, donnera naissance un jour à AUTRE CHOSE qu’un être humain.


        • Jonas 7 avril 15:18

          @Gollum "M’enfin, à la forme des nageoires de la baleine, qui sont des mains quelque peu remodelées (rien à voir avec des nageoires de poissons par exemple) et le fait que la baleine respire, et qu’elle soit visiblement un mammifère on se doute bien que ses ancêtres directes ne sont pas des termites.."

          Je ne vous comprends pas.
          Vous venez ici défendre avec une ardeur militante la théorie de l’évolution, sans savoir d’où vient la baleine ? Si elle ne vient pas du termite, c’est quoi son ancêtre primaire, son arrière-arrière.. grand-père ? Un cafard, une sardine ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès