• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Newton s’est trompé, la gravitation n’existe pas et c’est (...)

Newton s’est trompé, la gravitation n’existe pas et c’est une immense révolution !

En ce 14 juillet 2010, rien de tel qu’une révolution en sciences physiques pour accompagner notre fête national et si le banquet élyséen est annulé, un étrange banquet à la fois philosophique et scientifique vient de commencer. Le maître de cérémonie est un physicien hollandais, Eric Verlinde qui, avec son frère jumeau, forme un sacré tandem réputé pour leurs compétences dans les théories mathématiques les plus abscondes comme la fameuse théorie des cordes dont on attend depuis des décennies qu’elle livre le secret de la grande unification des quatre forces fondamentales. Or, ce que nous dit Verlinde est proprement hallucinant. La force de gravitation, telle qu’elle a été conçue par Newton, puis utilisé pendant trois siècles de cosmologie, eh bien cette force n’existe pas ! Mais pas d’inquiétude à avoir. Les calculs relativistes sont toujours valables, donc, ne mettez pas à la poubelle votre GPS ! Ce qui risque de changer, c’est une manière de voir l’univers. Les interrogations sont d’ordre philosophique, voire métaphysique. Pour le commun des mortels, rien ne va changer. Il y aura toujours des repas de famille, quelle que soit la nature de la gravitation ou alors les équations de la mécanique quantique.

Selon Verlinde, depuis 30 ans, la physique théorique a pratiqué un « déshabillage » de la gravitation newtonienne telle qu’elle a été conçue comme force fondamentale. Cette déconstruction aurait même commencé dans les années 1970, sous l’impulsion de Jacob Bekenstein et Stephen Hawking. Ces deux physiciens ont mis à jour des mystérieuses connexions entre le comportement des trous noirs et la thermodynamique lorsque ces trous noirs sont décrits en incorporant des effets quantiques. La fameuse formule de l’entropie du trou noir, désignée comme formule de Bekenstein-Hawking, présente l’incroyable particularité d’inclure G, c et h, c’est-à-dire trois des constances les plus fondamentales de la physique, la première étant celle de Newton, auquel on ajoute la vitesse de la lumière et le quantum d’énergie. Sorte de tribut payé à ces trois grands physiciens auteurs des découvertes majeures que furent la gravitation, le quantum d’énergie de Planck et la relativité restreinte d’Einstein. Quant à cette formule, elle permet de calculer la fameuse quantité S qui n’est autre que l’entropie, valeur fondamentale de la thermodynamique. Quant à l’objet concerné par le trou noir, entité étrange dont l’existence n’est possible que dans le contexte des équations d’Einstein, pas celles de la relativité restreinte mais de la cosmologie relativiste. Cette formule ressemble à une sorte de martingale divine, car elle associe les trois branches de la physique contemporaine que sont la mécanique quantique, la physique statistique (issue de la thermodynamique) et la cosmologie relativiste, à laquelle on ajoute l’ajustement temps espace où figure la célèbre constante de la lumière.

Venons-en maintenant au centre de cette étrange affaire instruite par les physiciens. Dans le sillon des idées de Hawking, le théoricien Ted Jacobson a proposé en 1995 une hypothèse plus que provocante, exposé dans un article considéré par Lee Smolin comme l’un des plus importants des 20 dernières années (ce qui nous ramène en 1974, quand Hawking découvrit le rayonnement du trou noir). Les équations de la cosmologie relativiste établies par Einstein cacheraient en fait une manière d’exposer et de formuler les lois fondamentales de la thermodynamique. Ce tour de passe-passe a été rendu possible grâce à un principe lui aussi quelque peu étrange, bien qu’il soit élucidé par la mécanique quantique. C’est le principe holographique. « Holo » comme le tout, graphique comme une carte. L’holographique permet à partir d’une « photographie » bidimensionnelle de projeter des images tridimensionnelles moyennant l’usage d’un rayonnement cohérent, autrement dit le laser. Quant à nos trous noirs émergeant de la cosmologie relativiste, ils ne seraient que des hologrammes dispersés dans l’univers. Plus précisément, l’information « engloutie » par le trou noir serait restituée sur ses bords. Nous ne serions alors que des ombres projetées sur un mur lointain. Incroyable idée. Cela ne vous rappelle rien ? Une célèbre allégorie, celle de la caverne, qu’on peut lire dans le livre VII de la République de Platon. Autant dire que ces investigations menées par la physique sont d’une belle teneur philosophique. Et qu’il y a matière à interrogation métaphysique sur la « réalité » du trou noir qui pourrait apparaître comme une représentation d’une dualité revisité entre deux mondes qu’un Platon avait opposés, le sensible et l’intelligible. Affaire à suivre.

Poursuivons notre enquête sur la disparition prochaine de la force de gravitation. Eric Verlinde reconnaît avoir lu à plusieurs reprises, non sans perplexité, ce fameux article de Jacobson. Son verdict paraît tranché. Pratiquement aucun physicien n’a pris la mesure des implications contenues dans ces travaux maintenant datés d’une quinzaine d’années. Et c’est donc lui, Erik Verlinde, qui a levé ce lièvre « métaphysique » en poussant vers les extrémités les conséquences des travaux de Jacobson, dans son étude savante livrée à la revue physics archive. Il reconnaît néanmoins que son analyse est vague, péchant par déficiences théoriques et qu’il faut persévérer dans l’aventure dont le terme final sera d’établir que la gravitation n’est pas une force particulière mais une force entropique découlant des variations d’informations liées aux déplacements des objets et à leur localisation. Pour l’instant, cette affaire suscite quelques controverses. Les uns pensent que Verlinde n’a rien ajouté de spécialement innovant aux travaux publiés par Jacobson, les autres ont flairé une possible découverte mais repoussée au futur. Comme le précise le Dr. Bousso, d’autres physiciens ont emprunté le même sillage mais sans comprendre les tenants et aboutissants de cette théorie. Bref, c’est une affaire hallucinante d’autant plus que beaucoup parmi les plus réputés des physiciens confessent ne pas avoir compris l’article de Verlinde qui pour ceux qui l’ont compris est soit inexact disent les uns, ou bien parfaitement exact, profond et trivial comme le dit Andrew Strominger, spécialiste des cordes quantiques. Le mot de la fin sera accordé à Verlinde qui persiste et signe : « Nous savons depuis longtemps que la gravitation n’existe pas et il est temps de le dévoiler ! » Ainsi l’histoire de la gravitation se déploiera tel un nouvel habit pour l’empereur. Mais pour l’instant, tout le monde attend au tournant ce facétieux physicien dont on espère une progression substantielle dans ses intuitions.

-----------------

Maintenant, vous aimeriez bien comprendre un peu plus ce qui se trame sur cette affaire et vous conviendrez qu’expliquer un article sur lequel butent les meilleurs physiciens est hors de portée pour mes modestes neurones. 
 
Mais si vous insistez, je veux bien faire un effort

Moyenne des avis sur cet article :  3.57/5   (42 votes)




Réagissez à l'article

47 réactions à cet article    


  • FritzTheCat FritzTheCat 14 juillet 2010 07:49

    L’étape ultime serait de nous démontrer que cet univers n’est qu’une vaste illusion.


    « Avec nos pensées, nous créons le monde. »

    • jmcn 14 juillet 2010 10:13

      Heu cela, on le sait déjà. Elle est même crée par notre cerveau. Les couleurs n’existent pas en tant que telles. A chaque fois, il s’agit d’une onde electromagnétique et le cerveau fabrique une vision de couleur qui dépend de la fréquence de cette onde.


    • Internaute Internaute 14 juillet 2010 08:59

      A vous lire, j’ai l’impression que la physique prend le chemin des mathématiques. Au lieu de trouver des explications au monde qui nous entoure et d’imaginer des lois prédictives, on fait de la théorie en vase clos et on cherche ensuite une vague interprétation possible aux formules écrites.
      Il y a eu a un moment donné le développement simultané des mathématiques (notation algébrique, calcul différentiel etc) et de la physique débouchant sur les équations qui régissent le monde du 18eme siècle et font exploser l’industrie au 19eme. Cette phase passée on a encore eu un petit sursaut avec la mécanique quantique puis on est retourné dans l’étude des tripes de poulet pour déterminer les augures.

      Aujourd’hui, le vrai physicien est celui qui arrivera à domestiquer la fusion nucléaire, à trouver la chimie permettant d’en transporter facilement l’énergie et remplacer ainsi le pétrole.


      • DESPERADO 14 juillet 2010 14:19

        Je vous conseil à tous la lecture d’un grand mathématicien français , qui a reçu la médaille Fields

        René Thom 
        Dans son ouvrage« Prédire n’est pas expliquer »,
         qui éclaire un peu le sujet de cte article

      • ghalaad 15 juillet 2010 02:08

        Je pense que rapporter les sciences à l’Humain directement est une erreur grave.

        C’est lorsque les scientifiques sont laissés libres d’agir dans les recherches fondamentales que les résultats les plus époustouflants sont trouvés. Le truc c’est que les résultats restent moins immédiats qu’avec des recherches dirigées administrativement.

        Domestiquer la fusion nucléaire n’est qu’un détail, un infime détail. Le « vrai physicien » c’est celui qui arrive à trouver d’autres façons, établies, de voir le monde. C’est de là que les ingénieurs et physiciens moins « pointus » trouvent de nouvelles sources d’avancées technologiques, pas l’inverse.


      • titi 19 juillet 2010 07:51

        "

        René Thom 
        Dans son ouvrage« Prédire n’est pas expliquer »,
         qui éclaire un peu le sujet de cte article« 

        Lors d’une conférence de René Thom, à laquelle j’ai assisté il y a déjà bien des années, à la question »que pensez vous des progrès de l’informatique et de leurs impacts sur la vie de tous les jours", René Thom avait répondu qu’il n’y en aurait pas, que l’informatique ne changerait pas nos vies... Visiblement coté prédiction il était pas au top...

      • catastrophy catastrophy 14 juillet 2010 10:10

        Il semble que les mots n’ont aucun sens pour décrire ce qui semble nous contenir.

        Pour décrire la pensée le langage a-t-il d’autre choix que la métaphore et la métonymie ?

        Par exemple : si l’univers existait, il y en aurait moins qu’un...


        • catastrophy catastrophy 14 juillet 2010 10:12

          Bernard, encore ! On en veux plus !!!



            • manusan 14 juillet 2010 11:06

              Étant donné que la physique est une science expérimentale, pour les cordes on attendra 100 ou 200 ans avant de vérifier la théorie, d’ici là on est plus proche de la SF que de la physique.


              • plancherDesVaches 14 juillet 2010 11:56

                Très juste, Manusan.
                D’ailleurs, la théorie des cordes est de plus en plus remise en cause parmi les scientifiques.

                Mais elle semble profiter aux scientologues, philosophes inter-cognitif, et autres spéculateurs du « réel »...


              • catastrophy catastrophy 14 juillet 2010 11:11

                Pardon dup, mais c’est vraiment du pipi de chat que tes trucs ésotérico délirium...

                Bernard Dugué parle de science, ok, mais pas spécialement de schizophrénie. 


                • Philou017 Philou017 14 juillet 2010 11:56

                  Quel mépris pour ce qui n’est pas étiqueté science officielle. Votre mépris n’est que le signe de votre besoin de conformisme. C’est comme pour les médias, des gens les croient parce que ca à l’apparence de la parole officielle.
                  L’indépendance d’esprit n’est décidément plus la marque des scientistes, qui préfèrent le dogme officiel façon Panurge pour esprits rationalistes petits-bourgeois.
                  Pourtant, est-ce que les Einstein, Tesla, Volta, Copernic et autres auraient développé leurs recherches s’’ils s’étaient demandé si c’était dans la norme.acceptable ?
                  La plus grande faille de la « science » actuelle, c’est son conformisme, qui pousse à étiqueter fantaisiste tout ce qui n’est pas conforme aux dogmes établis. Une sorte de religion athéiste ..... qui tourne en rond dans son carcan depuis longtemps.

                  Merci Dup pour ces liens intéressants.


                • dup 15 juillet 2010 10:12

                  Je bois du petit lait en lisant des ’scientifiques’ . Que d’arrogance , que d’oeillères , un vraie religion . Ce sont pourtant de grands scientifiques qui ont dit ça :


                • catastrophy catastrophy 14 juillet 2010 11:13

                  C’est vrai manusan, mais c’est important de bousculer les idées, à condition de le faire avec une rigueur max.


                  • slipenfer 14 juillet 2010 11:14

                    Super dans la physique sa bouge pas mal

                    Lee Smolin le livre : Rien ne va plus en physique ! : L’échec de la théorie des cordes
                    ici
                    Lee Smolin a travaillé aussi bien sur la théorie des cordes ainsi que sur la gravitation à boucles.

                    Dans le livre, il parle beaucoup de la théorie des cordes, où il critique les moyens consacrés à la seule théorie des cordes, que ce soit les thésards, plus ou moins forcés à choisir la théorie des cordes pour obtenir un poste de professeur, etc... alors que la théorie des cordes n’a pas tenu ses promesses.

                    Par ailleurs il critique la surmédiatisation de la théorie des cordes, ainsi que la surestimation des résultats de la théorie. En effet, selon lui, la théorie des cordes unifie la gravitation avec toutes les autres forces, or... la théorie des cordes a juste prédit une boucle fermée ayantune masse nulle et un spin 2 (l’hypothétique graviton, mais personne n’a jamais pu faire de calcul avec, ni retrouver les équations d’Einstein).
                    La dualité des théories n’a pas non plus été établie de manière rigoureuse. Par ailleurs beaucoup d’auteurs parlent de la M-théorie comme s’ils en connaissaient les équations alors que c’est loin d’être le cas. La théorie ne donne pas non plus le lagrangien du modèle standard, il y a a aussi le problème du paysage donnant 1e500 possibilité, la théorie a perdu tout pouvoir de prédiction.
                    Chose pire, la théorie des cordes n’a jamais prouvé qu’elle ne donnait pas des résultats infinis.

                    L’auteur se demande comment les choses sont devenues comme cela (avec un chapitre consacré à la sociologie).

                    Ensuite l’auteur explore les voies indépendants, la gravitation à boucles, la relativité doublement restreinte, les géométries non commutatives, les théories indépendantes du fond (où l’on ne présuppose pas d’espace [héritiers d’Einstein], alors que la théorie des cordes est une théorie dépendantes du fond [héritage du modèle standard]).
                    Lee Smolin propose d’explorer des voies indépendantes, et d’encourager les jeunes qui ont des idées.
                    il aussi critique le fonctionnement actuel de la physique, où tous les moyens sont utilisés pour embrigader les jeunes, les média etc... pour encourager une seule voie dominante, alors que celle-ci n’a jamais montré quoique ce soit comme confirmation expérimentale.

                    Peter Woit  le livre   
                    Même pas fausse ! La physique renvoyée dans ses cordes
                    JPP
                    Quand on regarde les dates de parution on voit que ce livre a été, comme celui de Lee Smolin, publié sous sa forme originale en 2006. Tout cela traduit donc un début de fronde anti-supercordes. Les conclusions de Woit sont les mêmes que celles de Smolin. Doit-on qualifier de science ce que Souriau qualifiait il y a déjà vingt ans comme :

                    Une physique sans expérience et une mathématique sans rigueur

                    Pour la physique sans expérience, le premier venu pouvait s’en apercevoir, puisque cette « théorie » n’expliquait rien et ne prévoyait rien. Par contre ses chantres n’étaient pas avares en grande phrases. Woit reprend certaines d’entre elles :

                    - La théorie des supercordes est une physique du 21° siècle accidentellement tombée dans le 20°
                    Woit rappelle une phrase du prix Nobel Richard Feynman, que je ne connaissais pas non plus et qui est savoureuse :

                    - Les théoriciens des cordes ne font pas de prédictions, ils font des excuses.
                    elle est pas mal celle la  smiley

                    sinon j ’aime bien les allumés comme Nassim Haramein (bien planant) agoravox...Lien 
                    Conférence à la libraire métaphysique de la vallée de Rogue en 2003 (1ère partie)
                    plus de 4 heures de vidéo Prévoir des boissons  :Lien

                    la physique quantique est une baliverne !!! d’après lui.
                    Qui est Nassim Haramein, le successeur d’Einstein, un fou ou un physicien de génie ?
                    peut-être tout ça en même temps.
                    Les théories d’Haramein sont osées mais a la fois pleines de bon sens et de logique.
                    Il redéfini ou complète les bases de la physique, de l’astrophysique, de la biologie etc..
                    Ses théories dérangent et bouleversent la vision que nous avons de l’univers du macrocosme et du microcosme.

                    ou Dan Winter - le vrai graal en physique vidéo:Lien

                    ou Jean-Pierre Garnier Malet : agoravox...Lien Lien 2

                    Mais peut-on parler de Science dans ses cas là ?
                    Bon ba ! amusez-vous bien.

                     smiley j’adore toute c’est conneries et l ’énergie libre



                    • zadig 14 juillet 2010 11:38

                      A l’auteur,

                      Bravo pour cet article de vulgarisation.
                      J’ai apprécié ; son aspect didactique, son vocabulaire à la portée de tous.
                      Ce type d’article est à promouvoir.
                      Les débuts seront difficiles, mais la « clientèle » reviendra de plus en plus
                      nombreuses..

                      Merci

                      Cordialement


                      • Pyrathome pyralene 14 juillet 2010 11:45

                        Bel article,
                        Si je comprend bien l’hypothèse formulée , la gravitation en tant que telle n’existe pas, exit la recherche du graviton ? La gravitation n’est plus la cause mais la conséquence (... le terme final sera d’établir que la gravitation n’est pas une force particulière mais une force entropique découlant des variations d’informations liées aux déplacements des objets et à leur localisation.... )

                        Effectivement ça change tout ! tous les calculs de l’univers lointain sont forcément faux ??

                        Peut-on mettre en parallèle les anomalies des sondes « pionner » sur le compte de cette nouvelle approche ??


                        • OuVaton OuVaton 14 juillet 2010 12:31

                          Je voudrais pas crever
                          Avant d’avoir connu
                          Le fond des trous noirs
                          Qui dorment dans la caverne
                          Les cordes perfides
                          Tendues sur le vide
                          ...
                          Je voudrais pas finir
                          Sans connaitre le désordre
                          Ou les sept entropies
                          Qu’on attrape là -bas
                          Aux confins des galaxies
                          ...
                          Je voudrais pas mourir
                          Sans qu’on ait inventé
                          Les rayons éternels
                          La physique pour tous
                          Et tant de trucs encore
                          Qui dorment dans les crânes
                          Des physiciens facétieux
                          Des géniaux ingénieurs
                          Des jardiniers joviaux
                          Des soucieux socialistes
                          Des urbains urbanistes
                          Et des pensifs penseurs
                          Tant de choses à voir
                          A voir et à z-entendre
                          Tant de temps à attendre
                          A chercher dans le noir.

                          Merci pour cet article.


                          • Julien Julien 14 juillet 2010 13:37

                            Bonjour,


                            Le titre est plus que pompeux, car comme vous le dites, rien n’est prouvé, et il n’y a pas consensus.

                            Rapporter des propos de vulgarisation de choses aussi abstraites est presque sans intérêt.
                            Par ailleurs, à mon humble avis, il faut arrêter de laisser les autres penser pour soi. Il serait plus intéressant de faire de la physique soi-même : prendre des bouquins, lire, et progresser doucement. Se poser des questions, tenter d’y répondre. Noter celles auxquelles on ne sait pas répondre. Comme programme pour commencer :
                            * mécanique classique.
                            * électromagnétisme.

                            Déjà pour passer en détail ces deux disciplines, cela peut prendre une vie. Car il ne faut pas croire qu’il n’y ait rien à trouver, en particulier en électromagnétisme. Il y a plein de problèmes à résoudre, qui sont non résolus, ou abordés de manière incorrecte dans la littérature. Certains chercheurs tentent de corriger les erreurs, de se poser des questions, comme AKT Assis :


                            En particulier, voir plusieurs livres téléchargeables (qui sont aussi disponibles en papier chez les grandes enseignes) :


                            (voir en particulier le livre « relational mechanics »).

                            Et c’est très intéressant, de la vraie physique utile. Autant vous dire qu’il reste critique quant à une certaine physique qu’il compare aux sphères de Ptolémée.

                            Exemple de question : est-ce qu’un fil électrique parcouru par un courant crée un champ électrique à l’extérieur ?

                            Voilà une question sur laquelle on peut se casser les dents.

                            De la volonté, du sens critique, du travail, et alors peut-être qu’on pourra avancer, jusqu’à arriver à un stade plus évolué :


                            • jjwaDal jjwaDal 14 juillet 2010 13:46

                              Je ne vois aucune perçée conceptuelle dans la vision de Verlinde. Mais il a raison de se poser des questions car on sait peu de choses sur l’épine dorsale de la réalité (ce qu’est l’espace, le temps, la matière, l’énergie).
                              Je dis souvent que la vie n’est pas plus faite de vie que la matière n’est faite de matière. Deux découvertes récentes (décennies) et qui situent l’ampleur de nos interrogations. La vie est un fonctionnement et une organisation de la matière ordinaire et cette matière elle-même semble un fonctionnement. Nul part on ne trouve un objet macroscopique à surface continue et permanente, alors aux petites échelles on se frotte avec des micro-domaines pleins de vide en mouvement perpétuel dans un milieu structuré par des champs de forces avec des entités probablement pas réellement tridimensionnelles et permanentes (statistiquement il y a quelque chose ici et maintenant). On sait (via l’effet Casimir) qu’il y a des coulisses et que ça s’y agite mais l’essentiel de la trame de la réalité nous est encore inaccessible. Qui peut jurer que le temps et l’espace sont des lignes continues ?
                              Alors pour savoir ce qu’est la gravitation réellement on peut s’accrocher aux branches longtemps encore.
                              Qu’il fasse des prédictions éventuellement validables. Manifestement il en est loin. C’est pourtant ainsi que la science progresse.


                              • paul mohad dhib 14 juillet 2010 14:35

                                Bien que je m’intéresse énormément a ces sujets....je me pose la question suivante, depuis la disparition du Neandertal il y aurait 28000 ans environ + nos scientifiques qui passent une vie a « scientiser », ma question est comment éviter les prochains massacres sur la terre. ?
                                un drame pour les scientifiques est que eux aussi , ils sont dépendant des lois humaines de la relativité mal comprise de nos opinions relatives qui par mensonges deviennent absolues ..lois humaines telles : l’appât du gain, le mensonge, l’arrogance,l’esprit de compétition etc etc..

                                 la science a fabriqué de jolies boites, mais elles sont toujours vides, vides de sens, de générosité, de bonté...d’universalité, en un mot d’unité...la science décrit la bouteille mais jamais le contenu, or pourquoi acheter une bouteillle si ce n’est pas pour s’ennivrer du contenu de celle -ci ? le contenu de la bouteille ici represente dans mon esprit la vie, et nous , on ne voit que le verre , le verre est froid comme la science, il peut être assez beau comme la science....mais aussi tres tres laid...
                                je me demande s’il ne faudrait pas arrêter, bien que le sujet procure un intérêt bien compréhensible,
                                des pans entiers des mathématiques ne servent a rien, apparemment toujours, et des gens sont ainsi payes pour découvrir ce rien...
                                derrière cette quête de la science , et au delà de l’intérêt compréhensible pour celle-ci se cache , me semble t’il, gentiment dissimulé, l’arrogance et la prétention naturelle de nos ego destructeurs a TOUT savoir....sur tous les sujets, sauf nous même....
                                connaissons nous les mécanismes de la peur, l’origine de celle-ci, les interactions avec nos désirs, ses conséquences sur la vie des humains, sa possible prédominance dans les racines des guerres, de la violence , de la souffrance psychologique etc etc...
                                nous pouvons tous être scientifiques de nous même, on ne le fait pas, car comme pour la critique ,c’est l’autre qui est concerne...c’est curieux cette totale absence de connaissance de soi, non ?
                                merci du billet...


                                • JET67 JET67 14 juillet 2010 15:58

                                  Ce brave Isaac, il se l’est quand-même bien prise sur le trognon... la fameuse pomme !

                                  Il faut donc croire que ça « gravite » toujours et encore ( même gravement dans la tête de certains !? ).


                                  • mokhtar h 14 juillet 2010 16:59

                                    @ à Musima
                                    Merci pour avoir exprimé si brillamment ce que je voulais dire depuis des années. Et Grâces soient rendues à notre Créateur, en son Infinie Sagesse de nous avoir ainsi limité nos sens, et notre taille, réduisant à moins que néant toute possibilité de coloniser l’Univers et même notre voisinage stellaire.
                                    Avec ces minables dirigeants, experts scientifiques et classes politiques que nous nous sommes élus depuis des décennies ou des siècles....


                                  • saint_sebastien saint_sebastien 14 juillet 2010 23:16

                                    ah oui et toutes les réponses sont dans le coran hein , un bouquin écrit y a moins de 3000 ans qui contiendrait toutes les vérités de l’univers ?


                                    c’est grace au coran qu’on a internet et les pcs lol ...
                                    la religion , c’est ça la plus grande farce de tout les temps .

                                  • Caveman Caveman 14 juillet 2010 16:48

                                    En tout cas cette idée n’est pas neuve, puisque dans un extrait des lettres des Mahatmas ( 1880 à 1884), ces derniers qui ne manquaient pas d’humour affirmaient :

                                    "La Science peut continuer à spéculer à jamais, mais tant qu’elle n’aura

                                    pas renoncé à deux ou trois de ses erreurs cardinales, elle se trouvera

                                    toujours en train de tâtonner dans le noir. Quelques-unes de ses conceptions les plus erronées se trouvent dans sa notion bornée de la loi de la gravitation, dans son refus de reconnaître que la matière puisse être impondérable, dans sa récente trouvaille du mot « force » et dans l’idée absurde et tacitement acceptée que la force est capable d’exister « per se » ou pas plus que la vie, d’agir en dehors de la matière, indépendamment de celle-ci ou de toute autre façon qu’à travers la matière ; en d’autres termes que la force est tout ce qu’on voudra sauf la matière dans l’un de ses plus hauts états, les trois derniers états dans l’échelle ascendante étant niés seulement parce que la science ne sait rien à leur sujet et à cause de sa suprême ignorance du Protée universel, de ses fonctions et de son importance dans l’économie de la nature (le magnétisme et l’électricité). Dites à la Science que même du temps du déclin de l’Empire Romain, lorsque le Britannique tatoué avait coutume d’offrir à l’Empereur Claude son nazzur d’ « électron » sous la forme d’un chapelet de perles d’ambre, dites-lui que même alors il y avait déjà des hommes demeurant à l’écart des masses immorales qui en savaient plus sur l’électricité et le

                                    magnétisme que les hommes de science n’en savent maintenant et la

                                    Science se moquera de vous aussi âprement qu’elle se moque à présent du fait que vous vous consacrez aimablement à moi."



                                    • adjudant-Chef Teigne adjudant-Chef Teigne 14 juillet 2010 16:59


                                      alors là Bernard, j’ai pas tout bien saisi, mais c’est intéressant (je relis)

                                      bon, il nous faudrait d’urgence une révolution en sciences philosophiques



                                      • El Nasl El Nasl 14 juillet 2010 17:37


                                         Dugué :" La force de gravitation, telle qu’elle a été conçue par Newton, puis utilisé pendant trois siècles de cosmologie, eh bien cette force n’existe pas ! Mais pas d’inquiétude à avoir. Les calculs relativistes sont toujours valables, donc, ne mettez pas à la poubelle votre GPS ! Ce qui risque de changer, c’est une manière de voir l’univers. « 

                                         Depuis que l’homme observe le monde , avec plus ou moins de talent , il met en relation les objets (dans un domaine bien definie ) R(x,y) , etudie ces relations , les classe etc et enfin les utilisent pour prévoir et atteindre des objectifs .
                                          La gravitation est une manière d’exprimer une relation (parmis d’autres ) entre les objets Affirmer que La gravitation n’a jamais existé na pas de sens . Elle existe et nous l’utilisons tous les jours (langage) .
                                           Maintenant si vous souhaitez nous expliquer que la relation »gravitation" est aussi le résultat d’une fermeture transitive  qui resterait à determiner ,pourquoi pas ... mais j’insiste , la gravitation existe bel et bien !


                                        • Caveman Caveman 14 juillet 2010 17:46

                                          Si il y a un historien doublé d’un scientifique dans la salle, peut-être pourrait-il nous en dire plus sur ce « nazzur d’électron » ?


                                          • Yérémiah Yérémiah 14 juillet 2010 18:06

                                            ouf j’ai eu peur, en lisant le titre, que les scientistes aient compris leurs erreurs.

                                            laissons les donc errer comme des hommes ivres et prions pour qu’ils ne se rendent compte que la gravité n’est autre que l’électromagnétisme qui agit sur l’éther en l’attirant vers l’astre ; « plaquant » ainsi au sol les humains qui y habitent.

                                            bref prions pour que leur ego démesuré les pousse à persister dans leur voie d’abime qui leur fait prendre des vessies pour des lanternes.

                                            allez tous en coeur :
                                            comment peut on dire que la gravité n’existe pas ? non la vraiment c’est du n’importe quoi, que je sache les hommes ne volent pas !! (ou alors de temps en temps au supermarché) smiley



                                              • grangeoisi grangeoisi 14 juillet 2010 18:38

                                                Oui les cosmonautes en orbite volent ! Sais pas s’ils le font aussi dans les supermarchés au retour ?

                                                Comme l’homonyme du créateur de ce site a décrété que le temps n’existait pas, je vais aller me retirer en ermite et regarderai passer de fausses étoiles !



                                                  • Aafrit Aafrit 14 juillet 2010 19:00

                                                    Tout ça me rappelle cette méchanceté dite par un grand soulard raffiné smiley

                                                    Les savants et les sages les plus illustres ont cheminé dans les ténèbres de l’ignorance. Pourtant, ils étaient les flambeaux de leur époque.
                                                    Ce qu’ils ont fait ?
                                                     Ils ont prononcé quelques phrases confuses, et ils se sont endormis.

                                                    Alkhayam.


                                                    • Hieronymus Hieronymus 14 juillet 2010 22:03

                                                      cher Dugue

                                                      la question m’interesse
                                                      mais franchement j’ai du mal a saisir la quintessence de votre reflexion
                                                      expose bcp plus litteraire et brumeux que scientifique et demonstratif
                                                      seul le post de Pyralene met vraiment le doigt sur la question
                                                      la gravitation n’est pas une force particulière mais une force entropique découlant des variations d’informations liées aux déplacements des objets et à leur localisation
                                                      c’est la qu’il faudrait developper : force entropique, etc ..
                                                      parce que juste comme cela, on a une sensation de verbiage
                                                      ou alors je suis carrement con ?
                                                      cordialement


                                                      • belin 14 juillet 2010 22:04

                                                        Ma certitude est que je n’en aurai jamais.
                                                        Une bonne occasion de relire Micromegas de Voltaire.
                                                        http://www.vaucanson.org/lettres/basedoc/micromegas/micromegasP.pdf


                                                        • saint_sebastien saint_sebastien 14 juillet 2010 23:16

                                                          ah oui et toutes les réponses sont dans le coran hein , un bouquin écrit y a moins de 3000 ans qui contiendrait toutes les vérités de l’univers ?

                                                          c’est grace au coran qu’on a internet et les pcs lol ...
                                                          la religion , c’est ça la plus grande farce de tout les temps .

                                                          • Ibn Taymiyya 14 juillet 2010 23:26


                                                            Sans doute la volonté moderne de vulgariser la science sauve ce papier . Trop d’approximations et un mélange des genres qui malheureusement n’accorde aucune crédibilité aux articles qui prétendent parler de physique et de son histoire aux communs des mortels.

                                                            Mais le plus fort , et cela illustre mon propros, c’est la phrase suivante « Ces deux physiciens ont mis à jour des mystérieuses connexions entre le comportement des trous noirs et la thermodynamique lorsque ces trous noirs sont décrits en incorporant des effets quantiques.

                                                             Nul besoin de s’attarder sur l’apparence scientifique quand la syntaxe elle-meme fait defaut à l’auteur. » La mise au jour " c’est pour les calendriers....



                                                             


                                                            • stephanemot stephanemot 15 juillet 2010 02:16

                                                              Sujet emprunt de gravite... a moins qu’il ne s’agisse de la fameuse gravitude segolenienne non clitori-euclidienne ?

                                                              J’ai du mal a dissiper la fumee - sans doute ces substances hallucinogenes destinees a faciliter l’apparition de votre ’intelligent designer’. smiley

                                                              Je me garderai bien de parler d’illusion a son endroit : ce domaine releve de la metaphysique et nullement de la science.


                                                              • saint_sebastien saint_sebastien 15 juillet 2010 03:48

                                                                je rappelle aux gogos de l’islam qu’une théorie est valide si elle vérifiée expérimentalement. cela ne veut pas dire qu’elle est une vérité absolue , juste une vision parcellaire de la réalité. la science ne prétend pas décrire l’absolu. 


                                                                mais que vous le vouliez ou non la science avance et elle sera demain tellement en contradiction avec vos conneries que ne pourrez que dénigrer ses résultats , vous n’aimez déja pas darwin , ni les théories à l’échelle subatomique.

                                                                Cependant chercher sa vérité dans un bouquin vieux de moins de 2000 ans est la chose la plus irrationnelle que l’homme puisse faire.

                                                                Le coran n’explique rien , il ne décrit rien et n’a aucune démarche rationelle. C’est un beau livre de poésie qui impose des lois qui sortent d’on ne sait ou et qui peuvent être interprétées pour dire tout et son contraire.

                                                                • croacroa 18 juillet 2010 00:22

                                                                  dugué c est un peu le coluche libéral du surréalisme.
                                                                  Le ridicule ne l atteint pas , l important c est d occuper le terrain.....pathétique....


                                                                  • Jo Gurmall de Stafferla Jo Gurmall de Stafferla 18 juillet 2010 22:06

                                                                    Feu de Dieu, à la lecture du titre, sur le coup , j’ai eu une de ces peurs !!!!
                                                                     Mais Bernard Dugué me rassure : la force de gravitation n’existe pas, certes, et on s’autorise même à penser dans les milieux autorisés qu’il faudrait commencer à envisager de le dévoiler au public...Mais .les cons pourront continuer d’être cons...Je respire et m’en vais faire une réunion de famille, tiens. ...


                                                                    • Halman Halman 18 juillet 2010 22:15

                                                                      C’est la fameuse blague belge :

                                                                      Pour pouvoir envoyer des fusées, le gouvernement belge a aboli la loi de la gravité.

                                                                       :)


                                                                      • pornocrate pornocrate 18 juillet 2010 22:57

                                                                        Intéressant tout ceci mais assez complexe pour un novice...


                                                                        • schweitzer schweitzer 19 juillet 2010 00:00

                                                                          Il serait aussi relativement nécessaire de constater que la cosmologie scientifique, pour géniale et utile qu’elle soit, n’est qu’une religion qui s’appuie sur des mathématiques... et qui n’est guère que ce que nous en faisons : supposer que le monde (ou l’Univers) peut se réduire à quelques équations a quelque chose d’effrayant au niveaux des concepts et « les philosophes Grecs » ne pensaient pas le monde de cette façon-là, mais d’ne façon, en général, qui supposait que les mathématiques est le vrai langage des divinités.

                                                                          D’autre part, depuis 1950, il n’y a pratiquement que des anglo-saxons qui ont été primés ou reconnus par les sciences, ou des anglo-saxons pour 80% des scientifiques reconnus... est-ce à dire que la Science (et la Vérité) est une idéologie (ou une religion) Anglaise et Américaine ? Bref, je crois que si la science veut survivre à la montée d’un certain nombre d’extrêmismes politiques et mener à bien « sa mission » qui vise au bonheur des êtres humains, elle doit surtout maintenant beaucoup se poser de questions sur son rôle et sur les conséquences de ses « décisions »...

                                                                          Elles ne peut ignorer qu’elle croit elle-même detenir la Vérité (qui n’est peut-être en fait « qu’une vérité parmi d’autres »)... et se rapprocher de « ceux qu’elle gouverne » : les hommes et les femmes de la planète Terre ! Vaste chantier philosophique qu’il ne s’agirait pas de laisser à des politiciens pourris par l’argent, les idéologies et les intérêts personnels...
                                                                           
                                                                          A moins que «  »les scientifiques« préfèrent se conenter de leurs chaussons sous la table, des série B de la télé américaine, et de laisser aller leurs contemporains à la ruine, ainsi que leur planète de naissance courir vers les affres d’un cauchemar écologique qu’elle n’a jamais demandé !

                                                                          L’exemple de la pollution planétaire (qui risque d’étouffer très vite la planète bleue) et des »discussons« sur la crédibilité des mesures scientifiques sur »le réchauffement planétaire« ne sont qu’une brique dans une vaste guerre à la raison et au bonheur de tous dans le but de faire prendre leur pied au plus petit nombre d’entre nous.

                                                                          En bon Français, je croyais, étant plus jeune que la science avait une idéologie relativement pacifiste et humanitaire dans son ensemble... et la vérité, actuellement, est plutôt que plusieurs , voire beaucoup, ont transformé »les sciences« (tout vcomme »la Justice« en instrument de propagande - anglo-saxonne, comme par hasard) dans un monde qui est, en permanence, en guerre.

                                                                          A vous de peser ces phrases et de juger de telles idées : ce n’est qu’une façon de voir le monde car, pour moi, il n’y a pas de vérité absolue (ce qui est à proprement parler »un non-sens« ). Et messieurs Newton, Einstein, Planck et Hawking (4 anglo-saxons... un peu comme les Dalton !) ne sont aucunement des génies, ne serait-ce que par respect pour leurs disciplines : un scientifiques ne peut accepter d’être un génie... c’est absolument contraire à l’éthique scientifique : c’est surtout quelqu’un qui a travaillé et à eu »la chance« de tomber au bon moment sur les bonne expériences en se posant les bonnes questions !!!

                                                                          J’ajoute que la vieille habitude française (entre entre autres) qui consiste à opposer diverse disciplines (pour créer »une saine émulation« , sans doute) et d’opposer le scientifique au littéraire est une profonde absurdité qui condamne surtout la liberté de chacun d’aller discuter »en néophyte« d’un sujet plus ou moins quelconque avec »un spécialiste« , ce qui crée donc des »castes de la connaissances« qui ne sont pas vraiment due au hasard...

                                                                          Bref ! Que de cervelles qui fonctionennent dans le vide depuis ces dernières années et sans doute encore beaucoup plus depuis 350 ans... et même encore plus depuis 4000 (début de l’écriture vers - 1800, paraît-il). Et je crois qu’aujourd’hui, »la Science« doit aussi se poser des questions d’éthique et de philosophie, voire des questions sur d’autres religions, pour s’accepter elle-même, grandir et surtout arrêter de raconter des bobards au gré des »courants de pensées scientifiques« qui ne sont guère que des »modes" bien médiatisées finalement !!!

                                                                          Cordialement. A+. Jake.



                                                                          • Hendrix33 Hendrix33 4 mars 2013 23:02

                                                                            Une onde ou particule venue d’ailleurs.

                                                                            Supposons qu’il pourrait exister une (mono) dimension où l’espace (3D) et le temps n’existe pas, constituée d’un seul élément fondamental à l’origine des ondes-particules, qui se ‘téléporterait’ simultanément (le temps n’existant pas dans sa dimension) dans chacun des éléments (particules) élémentaires qui constituent notre univers (particules que nous n’avons peut-être pas encore identifiées). Cette unique particule jouerait une sorte de yin et yang, positif et négatif, matière anti matière, etc. en fonction d’autres dimensions parcourues entre la sienne et la notre.

                                                                             

                                                                            L’expérience de la gomme quantique à choix retardé, ou la possibilité de conditionner le comportement dans le passé d’onde-particules, trouverait une réponse avec ce postulat, de même que « Démon de Laplace » qui disait qu’ «  Une intelligence qui, à un instant donné, connaîtrait toutes les forces dont la nature est animée et la situation respective des êtres qui la compose embrasserait dans la même formule les mouvements des plus grands corps de l’univers et ceux du plus léger atome ; rien ne serait incertain pour elle, et l’avenir, comme le passé, serait présent à ses yeux. »


                                                                            • Hendrix33 Hendrix33 4 mars 2013 23:03
                                                                              La dualité des ondes-particules ou notre limite d’observation d’un programme intelligent

                                                                              Je tiens à préciser que je ne cherche aucune explication ou instigation pseudo religieuse dans mes spéculations théoriques, qu’il n’y ait pas d’ambiguïté sur ce sujet.

                                                                               

                                                                              Comment tenter de concevoir (ou de trouver une explication) l’énigme de comportements quantiques que sont la dualité des ondes-particules (l’expérience des Fentes de Young, vidéo démonstration ), ou l’intrication des particules (le paradoxe ERP ou du chat de Schrödinger, Paradoxe_EPR, pour faire simple, deux microparticules ayant la même origine peuvent être séparées par l’univers entier, lorsqu’elle se déplace, l’autre se déplace de la même façon).

                                                                               

                                                                              Supposons que nous soyons la résultante d’une sorte de projection d’un « dispositif programmatique », ou d’un système monodimensionnel, la « visualisation » d’un processus originel. Si bien que lorsqu’on tente d’observer ou de mesurer un comportement d’ondes ou de particules, notre observation atteindrait probablement les limites ce que ce « programme » ou cette projection, est en mesure de nous renvoyer comme résultat observable.

                                                                              (Le bouddhisme, ne dit-il pas que toutes les choses et tous les événements ne sont que les manifestations d’une seule réalité unique sous différents masques, que nous avons l’illusion de voir différentes choses. Je pense aussi au physicien néerlandais Erik Verlinde, qui propose de voir la gravitation comme un phénomène, une illusion holographique, et non une force fondamentale).

                                                                               

                                                                              Afin de clarifier l’idée que je tente d’émettre, je tente de proposer une comparaison plus imagée à notre échelle.

                                                                               

                                                                              Imaginons que nous (êtres humains) concevions un programme informatique (appelons le « Prg1 ») dont la fonction est de dessiner la trajectoire d’un point traversant l’écran d’un ordinateur. Précisons maintenant que cet ordinateur est en fait équipé de deux écrans en mode clonage (affichages identiques sur les 2 écrans) mais nous décidons de n’utiliser qu’un seul écran pour l’instant.

                                                                              L’algorithme de notre programme est conçu en sorte qu’à chaque fois qu’il s’exécute, la trajectoire du point qui est aléatoire, est très probablement différente que la précédente.

                                                                               

                                                                              Imaginons maintenant que notre ordinateur soit conçu avec un tel niveau d’intelligence artificiel et d’autonomie, qu’il conçoive seul un autre programme (appelons le « Prg2 ») capable d’entreprendre indépendamment la mise en service du second écran (cloné), et d’observer les trajectoires des points issu du Prg1 sur les 2 écrans simultanément.

                                                                              Les seuls éléments dont dispose le programme « Prg2 » comme concept d’expérimentation sont :

                                                                              1.  Que le programme « Prg 1 » doit générer et afficher la trajectoire d’un point à chaque fois différente sur un écran,

                                                                              2.  Qu’il dispose de deux écrans, donc 2 possibilités distinctes permettant d’observer (mesurer) le résultat de ce programme.

                                                                               

                                                                              Intégrant le principe que le « Prg1 » ne devrait produire toujours qu’une trajectoire du point aléatoire et différente à chaque résultat obtenu, le programme « Prg2 » s’attend donc à observer (mesurer) que sur chacun des 2 écrans, les trajectoires soient donc différentes.

                                                                               

                                                                              Or lorsque nous concepteurs, avons initialisé le programme « Prg1 », nous ne l’avions pas conçu pour que son algorithme puisse produire deux scénarios différents. Nous l’avions limité à ne produire qu’un seul résultat observable, n’anticipant pas que notre ordinateur acquerrait suffisamment d’autonomie et d’intelligence pour être capable un jour de pousser les investigations jusqu’à aller observer ce qui se passe au-delà du périmètre dans lequel il a été envisagé.

                                                                               

                                                                              Vous saisirez certainement le parallèle que j’essaye d’établir entre quelqu’un effectuant des mesures telles que celle de Fentes de Young, et l’ordinateur et ses programmes « Prg1 » et « Prg2 ». :

                                                                              §  L’ordinateur correspond à notre univers

                                                                              §  Le programme « Prg1 » correspond au comportement des particules dans l’expérience des Fentes de Young par exemple

                                                                              §  Et notre démarche initiative et autonome d’observer (mesurer) la trajectoire de ces particules, c’est le programme « Prg2 ».

                                                                               

                                                                              Nous serions le résultat d’un processus créateur de notre univers (certain l’appelleront « Dieu » s’ils le souhaitent) dont les lois physiques sont autres que celles dont nous disposons et connaissons, et reposeraient sur des fondements plus « persistants ».

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès