• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > Technologies > Virus, Cancer, Alzheimer… La science doit être audacieuse, explorer (...)

Virus, Cancer, Alzheimer… La science doit être audacieuse, explorer de nouvelles voies et développer une approche transversale quantique

JPEG

Dans 10, 20 ou 30 ans, ces hypothèses pourraient aboutir à des résultats étonnants sur le plan théorique et s'il y a lieu, sur le plan thérapeutique. Sous réserve que la science joue le jeu.

 

1) Prologue

S’il est une chose acquise et incontestable, c’est que la science moderne a produit un nombre colossal d’objets techniques et de méthodes aux usages illimités et bien souvent, fort utiles à l’existence. En revanche, cette même science échoue à solutionner des problèmes de santé publique. La biologie n’est pas parvenue élucider l’origine de la vie ni des virus. Elle n’a pas trouvé les causes profondes du cancer ou d’Alzheimer malgré le nombre colossal d’études fines et précises portant sur les moindres détails des molécules, cellules, gènes, épigénomes, zones fonctionnelles du cerveau. Ce n’est pas faire insulte aux colossaux travaux réalisés dans les laboratoires que de reconnaître par-delà les succès avérés, les impasses dans la compréhension des virus, d’Alzheimer, et le traitement du cancer. 50 ans d’efforts et de milliards dépensés depuis le plan Nixon ; des progrès pour certains types de cancer mais un mur infranchissable semble-t-il pour d’autres tumeurs.

Face à cette situation, l’alternative se construit autour de deux stratégies. Ou bien on augmente les moyens financiers et technologiques pour chercher dans les voies actuelles, ou bien on tente d’explorer d’autres options en supplément des pratiques mises en place depuis des décennies. Il ne s’agit pas de diminuer le jeu moléculariste actuel mais d’ouvrir un nouveau terrain en jouant une autre partie. Certes, mais quelle serait donc cette partie et avec quelles cartes faut-il jouer ?

 

 

2) Médecine et diversité thérapeutique

A l’époque des diversités en tous genres, la diversité thérapeutique n’est pas bien vue en Occident, surtout en France, sans doute en raison des remarques succès obtenus depuis deux siècles par les techniques médicales modernes et chez nous Français, un cartésianisme obtus. Des médecines différentes ont été développées depuis des millénaires. Place à la diversité :

 

En Chine, médecine traditionnelle et acupuncture, phytothérapie, taoïsme

En Inde, médecine ayurvédique, yoga, métaphysique védique.

 

En Europe, médecine alchimique, Paracelse, médecine traditionnelle des « remèdes de grand-mère », magnétisme, ostéopathie, phytothérapie, huiles essentielles, naturopathie, homéopathie. La plupart de ces pratiques sont désignées comme pseudo-médecines par les professeurs officiant dans les facultés de médecine. La méditation en pleine conscience ne figure pas dans la liste des pseudo-médecines, car elle ne prétend pas être une médecine.

 En Europe contemporaine, médecine scientifique moderne, perfectionnement de la chirurgie et surtout développement considérable de l’allopathie ; molécules thérapeutiques à foison. La plupart de ces molécules interviennent sur des récepteurs membranaires, en cardiologie, en psychiatrie et ailleurs. Les stéroïdes tapent au niveau du noyau, d’où l’efficacité spectaculaire et les effets secondaires redoutables. Les antitumoraux sont conçus comme des armes chimiques, d’où les dégâts collatéraux et imprévisibles. La radiothérapie est une arme radiative.

 

3) Mise au point sur la médecine quantique

Ces dernières décennies ont vu apparaître un nouveau concept thérapeutique, la médecine quantique, qui n’entre dans aucune des catégories précédemment citées. La notice Wikipédia française présente cette nouvelle thérapie comme une pseudo-médecine aux bases théoriques non fondées : « La médecine quantique est une pseudo-médecine reposant sur l’idée proposée par Fritz-Albert Popp en 1970 selon laquelle les cellules communiquent par signaux électromagnétiques, la biorésonance, concept pseudo-scientifique. La médecine quantique ne résiste pas à l’analyse scientifique et abuse du public en reprenant la terminologie de la physique quantique pour des concepts décrits comme fantaisistes ».

Il est exact que l’usage du mot « quantique » est détourné par des individus peu rigoureux en vue de vendre une thérapie quantique comme d’autres commercialisent des objets estampillé « bio  » ; en revanche, les bases scientifiques sont plus sérieuses que ne le sous-entend la sentence de cet article de Wikipédia dont l’amateurisme se confirme avec ces autres lignes : « Un chercheur de l’université de Montréal dénonce l’exploitation de concepts empruntés à la physique et aux mathématiques sans égard à leur signification et dans des contextes où ils n’ont aucune pertinence (…) Or la physique quantique est l’étude de la dynamique des particules subatomiques et n’a rien à voir avec les sciences humaines, la spiritualité, la religion et la médecine. »

Aucun des arguments scientifiques présentés dans cette notice ne tient la route. D’abord les concepts de Popp sont présentés comme pseudo-scientifiques alors que ce savant da collaboré avec deux grandes figures de la physique que sont Bohm et Prigogine, puis fut membre de l’Académie des sciences de New York et figura parmi les invités étrangers de l’Académie russe des sciences naturelles. Il a également travaillé à l'université de Princeton. De plus, la présentation de la physique quantique réduite à l’étude des particules subatomiques est une stupidité évidente. D’abord il y a plusieurs physiques quantiques ; ensuite la physique quantique repose autant sur les ondes et les champs que sur les particules, en théorie et en pratique ; enfin, la physique quantique étudie les structures émergentes de la matière condensée et les lois quantiques fonctionnent à l’échelle mésoscopique (la cellule), macroscopique (le cerveau) et sans doute mégascopique comme l’établira la prochaine théorie de la gravité quantique. L’idée d’un monde macroscopique gouverné par les lois quantiques remonte plusieurs décennies et fut suggéré par ce génie méconnu de la physique du XXe siècle que fut London. Les contempteurs de la médecine quantique ont culture historique atrophiée, ils oublient que la médecine moderne fut initiée dans un contexte prémoderne construit par les alchimistes de la Renaissance. Au lieu de considérer les travaux de Popp comme un terreau pour une nouvelle biologie, les censeurs cartésiens en font un mur.

 

4) Toujours plus loin, la médecine quantique et entropique

La possibilité d’une médecine quantique repose sur deux piliers, expérimental bien évidemment et théorique. On sait qu’en physique, certains « objets » apparaissent dans les théories avant d’être expérimentés. Ce pourrait être le cas en médecine. Je ne parle pas de simples hypothèses mais d’une construction formelle associant les sources, les champs, les descriptions quantiques et macroscopiques. La physique de la matière condensée a récemment découvert de nouvelles phases dites à N corps localisés, puis les phases localisées oscillantes désignée comme cristaux temporels de Floquet. Ces objets ont une dimension mésoscopique et sont décrit par de nouveaux outils quantiques comme l’entropie d’intrication. Observés en 2017, ils ouvrent des possibilités inédites pour comprendre la matière. Et peut-être expliquer comment la vie a pu émerger et fonctionner en gérant l’information chimique et thermique (le bruit).

 Ces phases de la matière sont capables d’échanger des informations quantiques sous formes d’ondes, de résonances (cf. les cristaux de Floquet). Ce qui ouvre des perspectives pour étudier l’interaction entre champs et systèmes vivants et si ces interactions sont d’un genre nouveau, alors elles ouvrent des possibilités de thérapie inconnues jusqu’alors. Les hypothèses bioquantiques de Popp pourraient alors prendre une forme nouvelle avec des possibilités théoriques remarquables et inédites. A titre personnel, je vois un virage sémantique, les ondes n’étant plus qu’un support pour transmettre les informations destinées à être décodées, encodées, codées. Il faut juste élaborer un corpus théorique capable de transposer ces règles quantiques au vivant. Ce n’est pas gagné car ces cristaux de Floquet apparaissent dans des situations extrêmes construites par les physiciens, notamment à des températures très basses ou dans des petits morceaux de diamant présentant des impuretés. Comment imaginer que le vivant mésoscopique puisse utiliser les principes gouvernant les phases quantiques ? Rien n’est impossible pour un savant qui imagine !

L’approche quantique est complémentaire des méthodes accessibles en laboratoire qui utilisant les champs physiques. Les paramètres des champs sont nombreux. Pour faire bref, il y a les champs électriques, magnétiques, en mode statique ou alors pulsé. Il suffit d’un réglage pour choisir une fréquence ou plusieurs. Sans oublier les champs électromagnétiques. Ce qui au final produit une infinité de possibilités. Le tout est de tomber sur la bonne combinaison en supposant qu’elle puisse « agir » sur la matière vivante des cellules et organes. Mais pour cela, il faut chercher dans les bonnes directions. Et sortir des cadres.

 

5) La nécessité de sortir des cadres institutionnels actuels

La découverte d’une thérapie mobilisant la physique quantique, la physique des champs, la génétique et la médecine, nécessite une approche transversale et c’est un sacré défi, pratiquement insurmontable. Ce qui rend encore plus difficile ce défi, c’est la spécialisation des recherches. Le problème n’est plus scientifique cette fois, il est humain. La plupart des chercheurs occultent ce qui se passe dans des domaines connexes ou éloignés de leur discipline.

Pratiquer la transdisciplinarité ne se réduit pas à une question de méthode, d’expériences, de techniques, de calculs. C’est aussi une question de sémantique. Il faut connaître les notions et concepts utilisés dans les différents champs pour savoir s’ils sont transposables au-delà du domaine dans lequel ils ont été forgés. Autrement dit, examiner une possible traduction d’un domaine à un autre ce qui suppose de faire comme si chaque science utilisait sa propre langue et tenter ensuite de traduire d’un domaine à un autre ce qui permet une compréhension partagée et s’il y a lieu, des correspondances signifiantes et des ouvertures théoriques inédites. En neurosciences, on jonglera avec les RMD, RS et RCE, la cingula et l’hippocampe, en physique de la manière condensée, il convient d’employer les états propres, les observable, les opérateurs, les réseaux de tenseurs et l’entropie d’intrication, en génétique, on jouera avec les transposons, télomères, snRNA, lncRNA, épissages, introns et autres exons.

Apprendre un langage scientifique, avec les codes d’une spécialité et leur sens, nécessite deux « ingrédients » essentiels. D’abord une grande curiosité pour les savoirs scientifiques, accompagnée d’une capacité à les assimiler, ce qui n’est pas le lot de tout un chacun. Sans doute faudrait-il mobiliser des scientifiques présentant un caractère HPI et donc susceptibles d’écouter les autres et d’entendre ce qui se dit en physique, biologie, systémique. Ensuite un aménagement dans les institutions car explorer de nouveaux espaces épistémologiques demande du temps et ne garantit pas du tout la possibilité de publier régulièrement, ce qui place ces chercheurs de l’impossible dans une position délicate face à la surveillance des comités d’évaluation. Les administrateurs de la recherche ne sont pas prêts à admettre que certaines recherches puissent transgresser l’implacable règle du publish or perish et qu’un scientifique puisse avancer en savoirs et compétences, en passant trois ans voire plus sans publier un seul résultat. De plus, affranchir les chercheurs de l’obligation de publier permet aussi de les libérer d’une série de tâches bureaucratiques, notamment remplir de la paperasse pour obtenir des financements. Un chercheur qui apprend, s’enrichit d’autres savoirs, progresse autant sinon plus qu’un chercheur qui expérimente. Il faut réhabiliter la théorie dans les sciences du vivant et encourager la transversalité en direction des sciences physiques.

Ce que l’on demande aux chercheurs, c’est de l’intelligence et surtout de l’audace ainsi que de la curiosité. Le monde des découvertes à venir appartient aux audacieux et aux curieux !

 

6) Nouvelle science, nouvelle médecine

J’ai la conviction qu’une nouvelle science émerge avec la physique contemporaine. Longtemps, les sciences de la matière et du cosmos furent divisées en physique de l’être (Newton-Einstein) et physique du devenir (Clausius-Boltzmann). Ce constat fut formulé par Prigogine il y a quelque 40 ans. La mécanique céleste est du genre être, la thermodynamique et la vie du genre devenir. Le devenir renvoie au principe du Kronos, l’être et essence à celui du Kosmos (Dugué 2017-b)

La grande révolution de 2020, c’est que la vie relève à la fois de l’être et du devenir, mais le pôle être n’est plus un trait de la mécanique classique, c’est un caractère de l’intrication quantique qui se dessine peu à peu. Une nouvelle médecine est possible, avec les champs électriques et magnétiques.

Il ne reste plus qu’à élaborer les nouvelles théories de l’émergence. Et les publier avant de passer aux considérations pratiques. Les théoriciens doivent convaincre les praticiens d’examiner comment cette nouvelle médecine est réalisable et expérimentable. Pour l’instant, des résultats probants ont établi l’effet des champs électriques sur le développement des organismes (travaux de Levin et al.). La médecine kosmologique repose sur l’interférence entre les phénomènes physiques macroscopiques et les mécanismes moléculaires mésoscopiques intriqués, notamment épigénétiques. Comment se passe le transcodage entre les codes épigénétiques et les signaux macroscopiques. Les actes de pensée générés par le cerveau produisent des effets mésoscopiques. Les réseaux neuronaux se réorganisent. Il y a bien un lien entre les actes de pensée et les réponses épigénétiques mais quels sont ces liens ? C’est l’une des questions posées dans cette nouvelle aventure scientifique promise pour les années 2020 et après.

 

 

Théorie  Pratique

↓ Kosmos mésoscopique quantique, matière condensée

↓ Kosmos mésoscopique vivant, cellule, génome, épigénome ↑↑

↓ Kosmos macroscopique humain, le corps, le cerveau  ↑↑

↓ Ondes et champs électriques, cibler le Kosmos  ↑↑

 

 

 

Dugué, Les huit physiques et la nouvelle alliance, 2020, livre en attente d’éditeur.

Dugué, L’information et la scène du monde, Iste, 2017-a.

Dugué, Temps émergences et communication, Iste, 2017-b.

 

Levin, M., and Martyniuk, C. J., (2018), The bioelectric code : An ancient computational medium for dynamic control of growth and form, BioSystems, 164 : 76-93)

 

Pietak, A., and Levin, M., (2018), Bioelectrical control of positional information in development and regeneration : a review of conceptual and computational advancesProgress in Biophysics and Molecular Biology, 137 : 52-68

 

Moore, D., Walker, S., and Levin, M., (2017), Cancer as a Disorder of Patterning Information : computational and biophysical perspectives on the cancer problemConvergent Science Physical Oncology, 3(4) : 043001

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.88/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

18 réactions à cet article    


  • troletbuse troletbuse 26 février 10:41

    Après la grippe à bière, nous avons le virus Corona de la bière.

    « 20 minutes », Le Poing, L’Immonde, L’Aberration, France Sphincter, France Tout Faux, France Un Faux lancent ces annonces :

    Si chez vous ou dans votre entourage, une personne âgée meurt de vieillesse ou de maladie ou de la grippe saisonnière, si une personne atteint d’une pathologie lourde contracte un rhume et en meurt :

    faîtes nous-le savoir immédiatement. Il y a de grandes chances qu’elles soient mortes du coronavirus. Ceci afin de peaufiner nos statistiques et de prévenir la population avant même d’avoir fait des analyses qui sont inutiles vu que personne ne connaît ce virus mais dont on pourrait trouver un vaccin miraculeux.

    .


    • sweach 26 février 11:25

      @troletbuse
      *faîtes nous-le savoir immédiatement. Il y a de grandes chances qu’elles soient mortes du coronavirus.*
      Nous avons en France, chaque année environ 500 000 personnes qui attrapent un syndrome grippal et environ 10 000 personnes en meurt, c’est une dizaine de microbes qui sont responsable de ces morts, parmi eux ont retrouve principalement le virus de la grippes, des pneumocoques, des rhinovirus, des métapneumovirus, etc ...

      Et dans le tas on a aussi des Coronavirus !!!
      Oui, oui en France comme en Chine on a des Coronavirus et comme à peut près tout les autres leur taux de mortalité est de l’ordre de 0.5%

      Sur nos 500 000 personnes qui attrapent un syndrome grippal, le dépistage du microbe responsable est rarissime et même sur nos 10 000 morts la recherche du germe n’est pas systématique, on conclue le plus souvent à la grippe et dans 99.5% des cas une bonne semaine au lit suffi pour en guérir.

      *personne ne connaît ce virus mais dont on pourrait trouver un vaccin miraculeux.*
      Se vacciner contre une maladie aussi marginal et autant évolutive serait une pure folie, par contre chercher des traitements pour les rares cas serait plus judicieux.


    • rogal 26 février 14:38

      @sweach
      10.000 morts de la grippe chaque année, mais seulement une cinquantaine depuis novembre. On n’y comprend plus rien.


    • sweach 26 février 15:37

      @troletbuse

      10 000 morts de syndrome grippaux, ce n’est pas le chiffre des morts confirmés due à la grippe, qui tourne dans les 700 par an, cette année la grippe est environ 2 fois plus faible que les années précédente et nul doute que l’effet coronavirus à due donner des réflexes de prévention en plein pic d’épidémie semaine 7.

      Les gens qui meurt de syndrome grippaux sont mort d’une infection et dans la majorité des cas les médecins ignorent totalement qu’elle est le virus qui a achevé le patient.

      Les personnes qui meurt de syndrome grippaux sont pour beaucoup multifacteur, le facteur le plus courant étant la vieillesse :-P

      Savoir que c’est un virus de la grippe ou un rhinovirus ou un coronavirus qui a fini d’achever une personne soufrant de problème cardiaque, de diabète ou d’un cancer, ou autres n’apporte pas une information importante et ne change pas l’approche thérapeutique.

      Faire la démarche de savoir qu’elle est le microbe responsable d’un syndrome grippal est relativement récent et peu rependu, car cela à un coût et nous ne sommes pas encore équipé pour cela.

      *On n’y comprend plus rien*
      Il suffi juste de comprendre que syndrome grippaux = virus de la grippe + tout les autres.


    • doctorix doctorix 26 février 15:58

      @sweach
      Il n’y a en fait pas plus que 500 morts par an de la grippe, et pas 10.000..
      Ils meurent parce que c’est leur heure, et surtout par surinfection.
      Ce coronavirus est encore moins dangereux, sans doute dix fois moins.
      C’est juste une épidémie médiatique comme en 2009.
      De plus, ce virus est sensible à la chloroquine (nivaquine) à 500 mg par jour pendant dix jours. Un médicament à deux balles et vieux comme le monde.
      Malgré tous les efforts des media, ce virus va faire un flop retentissant.
      Et pour le vaccin miracle, il faudra trouver autre chose. Ce n’est pas pour ce coup-ci.
      https://lilianeheldkhawam.com/2020/02/25/coronavirus-fin-de-partie/


    • sweach 26 février 16:30

      @doctorix
      *ce virus va faire un flop retentissant.*
      Le CAC40 est passé de 6100 points à 5700, en quelques jours.
      Le gouvernement chinois réussi à immobiliser des millions de ses concitoyens
      Il y a bcp de n’importe quoi comme immobiliser des paquebots, mettre des gens en quarantaine, stopper des trains, isoler des villages en Italie, etc ...

      Pour un flop ce n’est pas si mal et ça nous donne un bon exemple du pouvoir de manipulation d’opinions quand on utilise la peur comme moteur.


    • Cyrus prong 26 février 16:38

      @doctorix

      CeJusqu’à 650 000 décès par an sont dus à la grippe saisonnière =>titre OMS

      chiffre représente une hausse par rapport à l’estimation précédente qui s’établissait entre 250 000 et 500 000 à l’échelle mondiale ; elle datait de plus de 10 ans et portait sur l’ensemble des décès liés à la grippe, y compris les maladies cardiovasculaires ou le diabète. =>realité le diabete tu meme sans la grippe ... CQFD ?

      https://www.who.int/fr/news-room/detail/14-12-2017-jusqu-%C3%A0-650-000-d%C3%A9c%C3%A8s-par-an-sont-dus-aux-affections-respiratoires-li%C3%A9es-%C3%A0-la-grippe-saisonni%C3%A8re



    • njama njama 26 février 11:20

      La pandémie Covid-19 n’était qu’un pétard mouillé, la question est résolue, le traitement efficace existe déjà, il ne coûte que 3 francs six sous.

      Coronavirus : fin de partie (1’44)

      https://www.youtube.com/watch?v=8L6ehRif-v8&feature=youtu.be


      • Francis JL 26 février 11:34

        @njama
         
         merci pour cette info.
         
        Mais je suis dubitatif. En effet, la guerre économique fait rage, entre la Chine et l’es USA, et nous en sommes les victimes collatérales. Trouver une parade, c’est un peu comme découvrir

        le code secret de l’ennemi : il s’est avéré lors de la dernière guerre mondiale,

        que la meilleure tactique était de ne pas le lui faire savoir.


      • njama njama 26 février 11:42

        Autant dire qu’un vaccin anti-Covid-19 serait non seulement inutile mais il ne pourrait concurrencer un remède aussi peut cher que la Nivaquine dont le principe actif est la chloroquine efficace contre ce coronavirus.

        Une boîte de 100 comprimés 100 mg coûte 5,57 € remboursés à 65 %.

        Si l’on en croit le professeur Didier Raoult dont les compétences en virologie ne saurait être remise en question qui préconise un traitement de 500 mg / jour pendant 10 jours, une seule boîte peut traiter deux personnes autant à titre curatif que préventif.

        http://base-donnees-publique.medicaments.gouv.fr/extrait.php?specid=65130778

        Non cette (pseudo) épidémie n’accouchera pas d’un nouveau blockbuster qui ferait ruisseler les dividendes des actionnaires des Labos.


      • sweach 26 février 11:58

        @njama
        J’ai découvert le professeur Didier Raoult hier et franchement ça fait du bien d’avoir enfin un spécialiste qui s’exprime sur ce sujet au milieu de cette folie médiatique.

        Ça fait des semaines que j’essaie d’expliquer que les chiffres du coronavirus sont loins d’être impressionnant, mais ce professeur le fait mieux que moi.

        Une autre de ses phrases qui me fait tilter, c’est qu’il ne comprend pas les chiffres de mortalité en Chine qui sont supérieur aux chiffres hors de Chine, ce qui sous entend un facteur ethnique ou bien une manipulation des chiffres.


      • Sozenz 26 février 12:28

        @njama
        j’ allais poster , vous avez mis une vidéi et pour ceuix qui ne veulenet pas la voir :

        "Une étude clinique de trois chercheurs chinois révèle qu’un traitement très simple à la chloroquine, utilisé contre le paludisme, a obtenu des résultats significatifs pour traiter le coronavirus. Ce médicament est d’ailleurs peu cher et sans danger. "
        apres le sans danger , cela n existe pas . il y a des effets secondaires et contre indications qu’ il faut prendre en compte .


      • doctorix doctorix 26 février 16:12

        @Sozenz
        apres le sans danger , cela n existe pas 

        La chloroquine est un médicament quasi naturel, dérivé de la quinine (écorce de quinquina).
        Peu de médicaments ont une diffusion aussi large et un recul aussi long (1945).
        Son gros défaut est qu’il est du domaine public, et qu’il n’y a pas une thune à faire avec ça.
        Ses effets secondaires sont nuls sur une courte période et à posologie normale :

        Effets nocifs ou indésirables[modifier | modifier le code]

        L’ingestion régulière de chloroquine à haute dose peut entraîner une rétinopathie non régressive à l’arrêt, se traduisant par des troubles de la vue pouvant aller jusqu’à la cécité17. Le dépistage de cette atteinte doit être fait de manière annuelle après cinq ans d’utilisation, au moins par l’étude du champ visuel18.

        L’ingestion d’une seule dose en grande quantité peut quant à elle être mortelle19.

        Des cas d’achromotrichie ont été constatés à la suite d’un traitement à la chloroquine20.



      • astus astus 26 février 11:38

        Bonjour Bernard,

        Seule en effet la transdisciplinarité rend possible l’émergence de nouvelles découvertes, mais pour le moment chaque chercheur est isolé dans le langage et les expérimentations de son champ particulier ce qui revient à faire de la science une moderne tour de Babel bredouillante...Le problème est donc bien celui de toute sémantique humaine, entre l’écoute et l’entendement...


        • Odin Odin 26 février 16:42

          « cette même science échoue à solutionner des problèmes de santé publique »

          Il est des échecs que l’on ne veut solutionner tant les dividendes sont colossaux

          et ce n’est pas Bill-et-Melinda-Gates qui pourraient me contredire. 


          • sound of sound of 27 février 21:06

            @B.Dugué

            Je ne suis absolument pas fan de vos articles, ainsi que de votre prétention ! Mais votre article est intéressant ... 

            Nous sommes au début de la médecine en occident ... La médecine n’est toujours pas une science exacte smiley


            • Louis TROGI 29 février 14:33

              Merci pour cet article, à la fois particulièrement pertinent et documenté.

              Il m’a réconcilié avec l’idée d’une médecine quantique.

              J’ai en effet une réflexion très ambivalente sur ce sujet :

              d’une part, de par ma formation scientifique, et avec le peu de recul que j’ai sur l’évolution des sciences (et la créativité en la matière), j’ai beaucoup d’espoir dans ces nouveaux champs à explorer

              à côté de ça, on voit fleurir, notamment dans le domaine des médecines parallèles et des thérapies brèves, des tas de méthodes et approches qui se revendiquent du quantique, alors que dans beaucoup de cas, c’est de la bouillie pseudo-scientifique, qui se sert d’un mot à la mode, au même titre que revient souvent la référence aux neurosciences, comme pseudo-caution scientifique : ça fait sérieux parce que ce sont des sciences « dures ».

              Je comprends donc le scepticisme, l’agacement, et quelquefois la mauvaise foi, dont certains médecins et physiciens (mais pas seulement eux) font preuve.

              Car il s’agit d’une mode, attachée à des mots porteurs au plan commercial, comme l’ont été les termes de « humaniste », « holistique », « énergétique », progressivement passés aux oubliettes ou en passe de l’être, pour céder la place aux « neurosciences » et au « quantique ».

              Aussi, merci pour votre article remarquable, qui rappelle brillamment que le quantique mérite de vrais travaux scientifiques, conduits par des esprits puissants, capables de le comprendre, et d’assimiler et gérer les besoins et contraintes d’inter et trans-disciplinarité indispensables pour faire avancer la recherche efficacement.

              En attendant que ces travaux portent leurs fruits, la crédibilité de la médecine quantique passe, à mon avis, par la dénonciation sans concession des promesses pseudo-quantiques, pour démontrer que c’est une affaire sérieuse, et pas un outil marketing passe -partout pour les charlatans ou plus simplement pour les entrepreneurs du bien être et de la thérapie brève en recherche de nouveaux arguments de vente.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité