• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Francis, agnotologue

Francis, agnotologue

« La poursuite exclusive de la santé conduit toujours à quelque chose de morbide » Gilbert Keith Chesterton
 
« La peur n’est que la foi inversée ; c’est la foi dans le mal au lieu du bien. » Florence Scovel Shinn
 
Continuez à bien dormir, Big Brother vous aime.
 
Dans le monde libéral, aucun pouvoir ne peut se renforcer ni se maintenir autrement que masqué, en se prévalant de ses turpitudes.
 
« Pire que le bruit des bottes, le silence des pantoufles » (Max Frisch).
 
« Il est incroyable de voir comme le peuple, dès qu'il est assujetti, tombe soudain dans un si profond oubli de sa liberté qu'il lui est impossible de se réveiller pour la reconquérir : il sert si bien, et si volontiers qu'on dirait à le voir qu'il n'a pas seulement perdu sa liberté mais gagné sa servitude. La Boétie, Discours de la Servitude volontaire ...
 
Le masque est le symbole de notre soumission au NOM et de notre acceptation passive à sa prise de contrôle des démocraties occidentales : un pré-puçage et une pré-vaccination.
Le confinement de la population est une ineptie et une monstruosité : https://francais.rt.com/opinions/80258-confinement-ou-mythe-apprenti-sorcier-ariel-beresniak
Les puissants sont si habitués à la servitude volontaire des masses que leur mépris envers le peuple est devenu une seconde nature et imprègne leur imaginaire. Ce qui est important dans cette affaire de vaccins, réponse logique à la stratégie de la peur et du chaos mise en œuvre dans les démocraties occidentales, ce n’est pas tant de savoir si oui ou non on protègera le corps des citoyens : non, ce qui compte c’est de leur dire que leur corps ne leur appartient plus.
Un homme dont le corps ne lui appartient pas n’est plus un homme, c’est une bête.
 
Le capitalisme est versatile et résilient parce qu'il se nourrit de ses contradictions.
Sa forme actuelle c'est le "néolibéralisme", nom politiquement correct du crony-capitalism, parfaitement amoral. 
Le capitalisme survivra à tous les autres parce que, en vertu du rasoir d’Occam, seul un système résilient, versatile et amoral peut vaincre tous les autres : le capitalisme est ce système.
 
« Souvent, au lieu de penser, on se fait des idées. » Louis Scutenaire
« Ne pas laisser le capital régner, voilà ce qu'est être de gauche.  » Frédéric Lordon
« Inspirer des passions tristes est nécessaire à l’exercice du pouvoir » Gilles Deleuze
« Plus une société s’éloigne de la vérité, plus elle hait ceux qui la disent » George Orwell
« La conscience des masses n’a besoin d’être influencée que dans un sens négatif ». (Orwell)
« La gauche condamne les fascismes, pas les totalitarismes » (Orwell) La droite c’est l’inverse.
 
« Le vraisemblable est un piège que le mensonge tend à la vérité. » Yvan Audouard
« Une erreur judiciaire est toujours un chef-d'œuvre de cohérence. » Daniel Pennac
« L’imposture a besoin de beaucoup de détails » Anatole France
« La croissance est l'autre nom de l'accumulation du capital » Jean-Claude Michéa
L’évasion fiscale nous coûte 80 milliards par an. De l’argent qui, pour notre économie part en fumée.
Dans une économie de marché, les prix de vente tiennent compte des taxes qui sont en définitive payées par les consommateurs. De sorte que celui qui ne paie pas ses taxes réalise un bénéfice illicite. Et ceci est vrai pour les salaires et les impôts. Les fraudeurs volent ceux qui ne fraudent pas : ce sont des passagers clandestins.
La Théorie du ruissellement : « Laissez nous nous enrichir, nous vous enrichirons ». Cette injonction libérale qui préside tous les imaginaires est l'équivalent du ’’Donnes moi ta montre, je te donnerai l’heure’’ communiste mais mortifère puisque, au contraire du communisme qui ne négligeait aucun travailleur, le libéralisme est en passe de démontrer la justesse de cette prévision d'Hannah Arendt : « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. Ce n'est pas le travail qui disparait mais l'utilité des travailleurs pour le capital. » 
 

Tableau de bord

  • Premier article le 01/03/2007
  • Modérateur depuis le 09/11/2007
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 36 42599 2319
1 mois 0 330 0
5 jours 0 113 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 5250 4243 1007
1 mois 66 65 1
5 jours 11 10 1

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Francis, agnotologue JL 31 mai 2007 09:03

    Oui, c’est tout à fait ça. De plus, ils ne paieront pas d’impôts sur ces revenus là.

    La question devra être posée, concernant le chef d’entreprise lui-même, qui peut comme vous le savez, être salarié de sa propre entreprise. Jusqu’où pourra-t-il utiliser ce dispositif pour son propre compte ? Pour celui de son conjoint, de ses proches ?

    On le voit, cette mesure est un cheval de Troie dangereux pour notre dispositif fiscal.



  • Francis, agnotologue JL 30 mai 2007 15:00

    « Alors que le Droit est supposé équilibrer les relations marchandes, protéger le faible contre le fort et garantir une certaine honnêteté des échanges, en pratique ce dispositif est si complexe et si délicat à manipuler qu’il produit l’effet inverse. »

    "Une convention de l’OCDE signée en décembre 1997 se présente comme une tentative de lutte contre la corruption internationale mais on peut se demander si, de fait, elle ne l’organise pas.

    «  »Le caractère essentiellement ambigu des opérations effectuées par l’homme d’affaires, dont on ne peut jamais dire objectivement si elles sont ou non équitables, pose un problème quasi insoluble aux sciences morales et politiques. Comment un personnage dont le métier, la compétence principale, est d’organiser des échanges asymétriques peut-il être le personnage central d’une société dans laquelle la recherche de l’équité dans les échanges est supposée être la règle commune ?" (Portrait de l’homme d’affaire en prédateur)



  • Francis, agnotologue JL 30 mai 2007 11:39

    André Comte Sponville a rédigé un petit ouvrge très intéressant intitulé : « Le capitalisme est-il moral ? »

    En fait, la bonne question aurait été : « Le capitalisme est-il immoral ? »

    Et l’on aurait pu répondre : « non, il est seulement amoral, et c’est déjà bien ».

    Mais ce n’est pas le capitalisme, une doctrine, qui est immoral, ce sont les capitalistes, les hommes, qui sont immoraux.



  • Francis, agnotologue JL 30 mai 2007 08:31

    On ne dira jamais assez qu’il ne faut pas confondre richesses et profits. Les échanges économiques avec la Chine me font penser à ceux que les premiers explorateurs faisaient avec les indigènes : échange de verroteries et colifichets contre de l’or ou des pierres précieuses.

    Sauf que, les indigènes c’est nous, les occidentaux !

    Les « explorateurs économiques » modernes nous échangent des T-shirts contre nos emplois dont la perte constituait une richesse que des milliards de T-shirts ne compenseront jamais. Et ne parlons pas de la pollution que génèrent les transports maritimes. Les profits que ces échangent génèrent sont considérables et ne profitent qu’à une minorité au détriment de la collectivité.



  • Francis, agnotologue 29 mai 2007 19:50

    En France on a le droit de dénigrer la personne du président, pas la fonction présidentielle.

    Ce soir, N. Sarkozy participe à un meeting électoral en vue des législatives. Imagine-t-on ses prédécesseurs dans la même situation ? Haranguant leurs affidés contre « les autres » ?

    Je croyais que le président était au dessus des partis ?

    N’est-ce pas là un cas flagrant d’atteinte à la fonction présidentielle ?

    Je dis que c’est grave. Le plus inquiétant c’est que personne ne dit rien ! déjà !

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité