• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Alain De Neve

Analyste de défense, je suis co-fondateur du Réseau Multidisciplinaire d'Etudes Stratégiques (RMES - http://www.rmes.be). Je poursuis également une thèse de doctorat sur la (dé)construction sociale des programmes d'armement et projets technologiques à finalité politico-militaire.
L'objet de mes études et analyses porte, d'une façon générale, sur les innovations technologiques dans le domaine de la sécurité et de la défense. Vous pouvez retrouver mes analyses sur http://www.rmes.be.
J'ai l'occasion d'intervenir sur ces questions dans diverses revues (Stratégique, Défense & Sécurité Internationale, Diplomatie, Défense Nationale, etc.). J'ai égaement co-dirigé un ouvrage portant sur la Révolution dans les Affaires Militaires (Paris, Economica, 2003) et co-rédigé une étude sur Les armées d'Europe fae aux défis capacitaires et technologiques (Bruxelles, Bruylant, 2005).

Tableau de bord

  • Premier article le 13/06/2006
  • Modérateur depuis le 05/02/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 8 32 162
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2 1 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique











Derniers commentaires



  • Alain De Neve 13 juin 2006 14:25

    1. Indépendant car je travaille à titre personnel, en dehors de mon activité professionnelle, sur ces sujets. Tout simplement. 2. Je ne saurais pas vous aider sur la question des micro-ondes (mais je ne pense pas qu’il s’agisse des fours)

    Bien à vous,

    Alain De Neve



  • Alain 13 juin 2006 14:14

    Cher Monsieur,

    Tout d’abord, je vous remercie pour l’attention que vous avez porté à mon article, même si celui-ci ne correspond pas à votre posture intellectuelle sur la question. Toutefois, il se pourrait que nous ayons plus de points communs que vous ne le pensez.

    Tout d’abord, un premier point. Les nanotechnologies ne sont pas une dérive en elles-mêmes. C’est, bien sûr, l’usage qui en est réalisé qui peut générer des dérives. A dire vrai, et au regard de l’histoire, l’Homme n’a pas toujours attendu des solutions techniques imaginatives pour mettre ses macabres projets en route. L’imagination humaine, à elle seule, suffit parfois a conduire aux dérives les plus sombres.

    Deuxième point. Un article de ce gabarit ne saurait traduire toutes les nuances qu’il convient de porter sur ce sujet. Evidemment, l’idée de nanopoisons, de smart dust, est des plus inquiétantes ! Néanmoins, il est très difficile d’anticiper les résultats exactes des recherches qui sont actuellement menées. la plupart des considérations évoquées le sont par des auteurs militaires américains(très sérieux au demeurant) qui influent sur la formation des futures générations d’officiers. Je pense, cependant, avoir clairement traduit, dans cet article, mon intention de fournir un aperçu (ce ne peut être autre chose qu’un aperçu) sur cette question (je parle de promesses ET de risques). Dès lors, que ne tolérez-vous point ? Que mes arguments apparaissent à la faveur des nanotechnologies (ce que je ne pense pas au vu de la construction de mon article) ou qu’un simple article sur ce sujet soit édité ?

    Troisième point. Toute technologie se doit d’être examinée, débattue constamment avant d’être utilisée ou condamnée. Cependant, comme le suggérait Dominique Pestre à l’occasion d’un colloque dans lequel j’intervenais la semaine dernière, une évaluation des technologies ne peut être réalisée qu’a posteriori, non pas du fait d’une mauvaise volonté, mais parce qu’il faut que des bribes de ces technologies a priori controversées existent avant de débattre de leur nocivité ou de leurs bienfaits supposés. Ceci m’amène d’ailleurs à l’exemple des OGM que vous citez. Le débat sur les OGM, leur évaluation, a été, me semble-t-il, hypothéqué du fait des réactions violentes qu’elles ont suscitées a priori. Il aurait fallu un contexte plus paisible, mais néanmoins alerte, pour réaliser une analyse correcte de ces produits. Il ne faut donc pas s’étonner des ambivalences qui existent actuellement.

    Ceci, pour revenir sur les nanotechnologies militaires, voici en berf mes positions :

    1. Oui, il faut explorer la voie des nanotechnologies (au moins, pour anticiper les dérives auxquelles d’autres Etats moins soucieux des règles internationales pourraient aboutir). Je n’évoque pas ici la menace du « terrorisme » dont vous semblez vous lasser, mais plutôt l’histoire même de la guerre et des équilibres des forces ; 2. Non, je ne souhaite pas que nos systèmes de forces investissent dans des développements de nanoarmenents invasifs offensifs. Mais, oui, ils doivent demeurer à la pointe de telles capacités pour mieux les anticiper, une fois encore. 3. Il faut débattre, débattre, débattre, encore et encore, sans arrêt sur les nanos (comme sur tout technologie).

    Très cordialement,

    Alain De Neve

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès