• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

AlainV

AlainV

Je suis intéressé par l'Allemagne où j'ai vécu assez longtemps, travaillant en R.D.A. puis en R.F.A. La vie des riches et des stars ne m'intéresse pas, mais celle des petites gens, c'est-à-dire de la quasi totalité de la population. En France, en Europe, dans le monde.

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 387 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • AlainV AlainV 16 juin 2015 14:15

    Il y a en Europe un pays dont la population se renouvelle mal et qui manque de main-d’oeuvre qualifiée. Il est donc ouvert à une certaine immigration, européenne de préférence, sinon mondiale. Les chômeurs français pourraient y aller travailler, s’ils étaient capables de comprendre un peu d’allemand. Quelques Alsaciens en profitent largement et y trouvent le boulot qu’ils n’ont pas en France. Mais d’autres, échaudés, refusent d’y aller, car à la moindre difficulté économique et de réduction de personnel, c’est eux qui sont licenciés. Immigration choisie, disent les autorités allemandes.
    En France la situation est différente. Si le pays est riche et financièrement capable d’accueillir beaucoup d’immigrés, cette richesse est si mal répartie qu’elle ne sert ni à l’accueil des immigrés, ni aux chômeurs, ni aux travailleurs pauvres. Par volonté politique, notre système social est à bout de souffle, tout comme le personnel des urgences dans les hôpitaux, tout comme les enseignants dans beaucoup d’établissements. L’accueil de nouveaux immigrants, une nécessité en soi,impératif humaniste, est désormais très difficile. Par volonté politique, la part du gâteau, je veux dire de la richesse nationale, qui est consacrée au social, est de plus en plus petite, insuffisante même. Et il faut la partager avec un nombre de personnes de plus en plus grand.
    La seule solution est de changer de politique : donner moins du gâteau aux plus aisés, aux actionnaires en particulier, pour que le reste de la population ait davantage à partager. Cela va à l’encontre de la politique du gouvernement, de l’Europe, du néolibéralisme mondial. C’est pourtant ce qu’il faut faire.
    Et puis, arrêter d’aller faire la guerre un peu partout « pour protéger nos intérêts économiques » (ceux des actionnaires, une fois encore), au contraire, faciliter le dialogue dans les pays en croise, au lieu de souffler sur les braises. Les pauvres, les affamés de ces pays, ceux qui n’y voient plus d’avenir, n’auront plus de raison de quitter leur pays natal, leurs familles et leurs amis pour tenter de trouver chez nous ce qu’on leur a enlevé chez eux. Ils vivront mieux chez eux et nous vivrons mieux chez nous.
    Vous avez compris, l’ennemi ce n’est pas l’immigré, c’est l’actionnaire, c’est le profiteur du système, c’est celui qui, à la tête de l’Etat, préfère donner toujours plus aux riches, en le prélevant sur les autres.
    Ne cherchons pas midi à quatorze heures.
    Que faire pour changer cette situation ? En parler, convaincre d’autres qu’on peut, qu’on doit agir. Utiliser son bulletin de vote, et s’il le faut descendre dans la rue.



  • AlainV AlainV 4 juin 2015 18:15

    @Spartacus
    N’importe quoi, comme d’hab. Les fonctionnaires cotisent au chômage depuis plus de quinze ans et vous ne le savez toujours pas ? Et qui dit qu’un fonctionnaire n’a jamais rien investi ?
    L’ennemi de classe, ce n’est pas le fonctionnaire, mais l’aristocratie financière et ses sbires,... comme vous ?



  • AlainV AlainV 4 juin 2015 18:11

    @foufouille
    Bien d’accord, sur la dureté du climat en montagne. A 600m dans les Vosges, l’hiver, c’est terriblement dur. La ville, c’est tellement plus confortable, si on a un toit.



  • AlainV AlainV 2 mai 2015 23:28

    Un peu débiles, les remarques de Spartacus.
    Aux States, beaucoup de boîtes sont subventionnées, grâce aux commandes exclusives de l’Etat.
    Vous ne savez pas que la préférence nationale est un sport féroce aux Etats-Unis, empêchant toute concurrence internationale ?
    Et les boîtes étrangères que nos multinationales rachètent à tour de bras, elles sont aussi gérées par des incompétents ? A force de vouloir taper sur les hauts fonctionnaires, vous tapez dans le vide et passez à côté des vrais problèmes. Les mauvais gestionnaires en France sont partout, dans le privé comme dans le public. Peu d’entre eux sont socialistes, encore moins gauchistes. Notre problème, c’est la droite ringarde, celle qui mettait des bâtons dans les roues de FREE, par exemple.
    Un bon gestionnaire, c’est avant tout celui qui donne à ses salariés le désir de bien travailler et qui leur fait bénéficier des gains de l’entreprise. Il y en a de plus en plus en France. Avec des salariés motivés, comme c’est souvent le cas en Allemagne, on fabrique des produits de qualité ; chacun participe à l’amélioration des process, etc. etc.



  • AlainV AlainV 2 mai 2015 23:18

    Faudrait pas oublier que les groupes français et les grosses du CAC 40 font aussi leur marché à l’étranger. C’est une histoire de gros sous, et l’argent circule librement ... pour les gros.

    Ce qui est dramatique, ce sont les fermetures d’usines. L’Allemagne de l’Est a connu cela lors de la pseudo ’réunification’. Les ’Français’ (mais sont-ils encore français ?) se sont bien servi : Total a repris les raffineries et la distribution de carburant, Lafarge le secteur du ciment, etc. Les Suisses et les Autrichiens n’ont pas été oubliés. Mais ce sont surtout les boîtes d’Allemagne de l’Ouest qui se sont empiffrées, parfois pour fermer les usines, comme à Berlin et vendre le terrain à prix d’or. L’Allemagne de l’Est, à peu d’exceptions près, ne s’en remet toujours pas : fort taux de chômage, grande pauvreté ..
    L’autre point scandaleux, c’est le dollar gratuit pour beaucoup de multinationales qui, comme Peugeot et Renault, ont leur propre banque, avec des fonds illimités grâce aux généreuses donations de la BCE, appelées « prêts ».

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès