• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

alt57

alt57

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 105 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • alt57 alt57 13 juin 2013 17:42

    Si l’on peut condamner la disproportion de la réponse a

    une « vague » agression verbale,

    la banaliser n’est pas du tout acceptable non plus.

    Encore bien moins a l’effacer derrière le décès de l’agresseur verbal.

     

    Votre raisonnement est tendancieux, voire fallacieux !



  • alt57 alt57 10 juin 2013 23:28

    Pour ma part je suppose que ce sont deux bandes rivales.

    que les idées sérieuse n’ont que peut de place dans

    leurs « réflexions », que la politique se réduit aux

    « titres » sur une « bannière prétexte »

     

    L’idée c’est de « s’écharper » à la première occasion.

    Sauf que là, la bande du jeune « sciences po » n’étaient

     pas venus pour ça et leurs gros bras n’étaient pas là.

     

    Cependant en présence de la bande rivale, il y en a un qui

     n’a pas pu se « mordre la langue » et c’est ce « petit nervi »

     qui à « morflé  ».(peut-être « courageusement » poussé devant

    par ses « potes », qui auraient préféré, vu ce qu’il y avait en face,

     qu’il ferma sa grande gueule.

     

    Il faut bien sûr déplorer cette mort de jeunes en devenir.

    Comme les accidents de scooter et autres jeux du foulard,

    ou « run » la nuit sans casque sur des engins plus ou moins

    légaux ou encore les rixes aux sortir des « boites de nuit ».

     

    je dirais que ce sont les faces d’une même pièce.

     

    Des jeunes qui s’égarent dans leur « maturation »,

    dont les parents, pour les uns payent des études,

     mais ni ne les élèvent ni ne les éduquent.

     

    Pour les autres ils sont passés devant l’école

    mais il y avait un gros chien devant la porte,

    Alors ils auront plus de mal a s’exprimer ce qui

    Fait, chez eux, parler leurs poings, plutôt que

    le verbe, qui ne peut pas sortir.

     

    Conclusion :

    les uns sont blessants avec leur langue pointue.

    Les autres le sont avec leurs poings ou ce qu’ils ont

    à leur porté.

     

    Mais alors, allez vous dire : "les mots ne tuent pas  !"

     

    Bah ! A votre avis ?  



  • alt57 alt57 2 juin 2013 17:12

    Il ressort de tout cela

    la pensée manichéenne qui rejoint l’extrémisme et l’outrance .

     

    Pour construire qq chose d’équitable il faudrait mettre de l’eau dans son vin 

    je ne parle pas de compromission mais de compromis 

    Essayer de prendre ce qui est bon chez les uns et les autres

    Au lieu de jeter le bébé avec l’eau du bain .

     

    En gros vu d’un coté ce sont les autres qui ont tort.

    Versus vu de l’autre coté . Vous voyez bien que ce ne sont qu’enfantillages

    « C’est pas moi, c’est lui qui ».…L’instituteur prend alors les deux belligérants par une oreille

     et les met au coin jusqu’à ce qu’il soit calmés et arrivés à de meilleurs sentiments.

     

    Un partout le pot au centre, dans lequel cette fois on ne met que ce qu’il y a de bien et bon dans chaque camp.



  • alt57 alt57 16 mars 2013 23:01

    22:49 16/03/2013

     

    Qu’est ce que le profit à outrance ? D’où vient-il ?

    Comment peut-on arrêter le commerce de l’argent, 

    (qui ne devrait pas être une marchandise, qui ne l’était 

    pas dans nos cultures, mais importé par d’autres cultures.)

    Comment ramener le profit au niveau du juste échange 

    et non laisser galoper une spéculation vertigineuse, paupérisante.

    Quel sont « les mains sales » qui essorent le marché 

    économique mondial, en « liquidant » l’outil de production 

    et mettant le travail à la rue. 

    Où est l’humanité de cette civilisation « humaine ».

    Qu’elle est la solution ? qui remettra l’homme au centre,

    des préoccupations de l’économie politique. 

    Ne peut-on s’intéresser à ces fondamentaux,
     
    plutôt que de « papillonner », en parodiant La Politique . 


  • alt57 alt57 14 décembre 2012 21:41

     alt57 21:39 14/12/2012

    Le malheur est qu’aujourd’hui,
    la crise économique préoccupe plus les dirigeants occidentaux,
    que le réchauffement climatique .

    Quant aux pays émergents, leur souci est de rattraper leur
    supposé retard face aux occidentaux, ou rétablir la différence des
    niveaux, disons que eux aussi s’engagent dans la fuite en avant.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité