• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Anarchasis

Auteur, conférencier

Tableau de bord

  • Premier article le 21/05/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 3 16 20
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique






Derniers commentaires





  • Anarchasis 1er mars 2009 22:04

    Il y a des gens qui détestent la Cité des sciences, d’autres qui n’aiment pas le Palais de la découverte, d’autres qui trouvent que le musée du CNAM est nul, encore d’autres qui trouvent que la Galerie de l’Evolution du MNHN ne correspond à rien...

    Les faits sont là : le Palais de la découverte accueille en moyenne sur ces dernières années 600 000 visiteurs par an, chiffre qui est en augmentation par rapport aux entrées des années 1990, 1980, voire fin 1970, puisque vous parlez de cette époque. La foule est si nombreuse que parfois l’établissement dépasse la limite de sécurité et les gens sont obligés de se mettre dans une file d’attente à l’extérieur.

    Par ailleurs, le Palais de la découverte dépense par mètre carré 4,5 fois moins de euros que la Cité ; et pourtant il accueille par an le même nombre de visiteurs par mètre carré. 

    La situation est donc loin d’être aussi noir que vous le décrivez, les visiteurs le prouvent. 



  • Anarchasis 1er novembre 2008 01:06

    Bonjour

    Vous soulevez ici un volet de l’activité scientifique que l’on pourrait - je pense - caser dans la catégorie des "tabous", non seulement parce que le sujet relève de la parapsy ou autre para..., mais aussi et surtout parce que vous questionnez la pertinence même de la manière d’aborder un sujet et de le traiter. Ce dernier point a fait et fait encore l’objet de beaucoup d’écrits (livres, articles) plus ou moins faciles d’accès et de lecture plus ou moins aisée. Il serait donc illusoire de vouloir faire le tour de la question dans un débat sur forum. Aussi, je vous livre ici quelques remarques sans prétention.

    Je partage votre avis sur le fait que rien que la manière de s’attaquer ( c’est le cas de le dire) à la question laisse à désirer. Ce n’est plus une réflexion neutre ; c’est un combat acharné où une communauté veut démontrer que tel ou tel effet parapsy n’existe pas. Il y a une intention, une idée préconçue. Dans ces conditions, le terrain est très fortement défavorable à une éventuelle acceptation de la thése opposée, quand bien même elle serait vaincoeur à l’issue de l’expérience. L’histoire des sciences montre que contrairement à ce que les scientifiques prétendent et croient, "l’expérience cruciale" n’existe pas et ce n’est pas l’expérience qui tranche, mais bien les scientifiques eux-mêmes. Si le résultat cadre trop mal avec le paradigme établi, il est écarté, éliminé, ignoré...

    Il existe de très nombreux exemples en histoire, où malgré le protocole établi, les résultats non conformes à ce qui était attendu ont été ignorés. A titre d’exemple, je citerai la controverse qui opposa Pasteur à Pouchet à propos de la génération spontanée. Pouchet, favorable à la génération spontanée se lance dans une série d’expérimentations contre Pasteur, qui, lui, ne croyait pas - à cette époque - à la génération spontanée, comme d’ailleurs toute l’Académie des sciences... Mais le combat de Pouchet était perdu d’avance, car l’objectif de la communauté était de démontrer que Pouchet avait tort. Aussi, même lorsque Pouchet avait raison, on trouvait - grâce à des contorsions intellectuelles - des arguments pour dire qu’en fait il avait tort. On donne finalement raison à Pasteur, alors que c’est bien lui qui était dans l’erreur, non dans le fait qu’il n’y a pas de génération spontanée, mais dans son protocole expérimental.

    Cet exemple est emblématique : peu importe la solidité de vos arguments, de vos expériences... si on ne veut pas accepter votre thèse, on trouvera toujours les arguments pour dire que vos expériences ne sont pas bonnes, ou que vos arguments ne sont pas bons.

    Comme le dit Planck dans son autobiographie, une théorie physique n’est pas acceptée parce qu’elle est plus solide qu’une autre, mais parce que ses contradicteurs meurent avant.

    Anarchasis



  • Anarchasis 10 octobre 2008 05:52

    Que l’on soit d’accord ou pas avec le contenu de l’article, il a sans doute le mérite d’ouvrir un débat.

    Pour ma part, je partage assez l’idée de fond de l’artcile qui dit en gos, si j’ai bien compris : on récompense du Px Nobel des travaux aussi hermétiques au public (dont on utilise l’argent) que ceux des mystiques. 

    Cela dit, l’article amène un certain nombre de remarques dont voici la principale. On lit dans les première lignes, ceci : 

    "... les trois récompensés par l’académie de Stockholm n’auront pas la notoriété d’un Montagnier ni d’un Einstein. Car, pour le dire ouvertement, les travaux couronnés n’ont aucun intérêt pragmatique."

    1- C’est le "n’auront pas" qui me gène : qu’en savez-vous ? Peut-être que dans X années, ils l’auront...

    2- la phrase suivante démarre avec "car"...

    Autrement dit, l’auteur nous affirme que puisque les travaux n’ont aucun intérêt pragmatique, les récompensés n’auront pas la notoriété d’un Einstein. Ce qui laisse entendre que la notoriété de ce dernier était liée à l’aspect pragmatique de ces travaux. Ah bon ?

    L’origine de la notoriété n’est pas nécessairement dans le pragmatisme. Einstein en son temps est un exemple, Stephen Hawking en est un autre...

    Perso., je serais pour virer ce "car" qui à mon avis est malvenu...

    Une lecture en rapport avec ce texte : Le Monde des 4-5 novembre 2007 et 8 nov 2007 ; Une passe d’armes entre un jeune chercheur sans doute surexcité et un autre plus mûr dans ces réflexions.

    Bien à vous
    Anarchasis



  • Anarchasis 8 septembre 2008 20:46

    Comme ça, ce sercet de polichinelle est désormais également connu de ceux qui haussent les épaules croyant qu’il s’agit d’un mythe... 

    Pour ceux qui ont la possibilité : sortez vos enfants de l’école et instruisez les vous mêmes. Beaucoup le font et les résultats sont excellents : des enfants épanouis, intéressés, curieux, motivés, qui ont le goût d’apprendre. Ils passent le Bac en candidat libre (ce fut mon cas) et on n’a pas besoin d’école.

    Le principal rôle de l’école, comme le disait un grand physiologiste, est d’inculquer faits et réponses afin que les enfants n’aient plus de question.

    Contrairement à ce que l’Education nationale cherche à faire croire par la désinformation, en France l’école n’est pas obligatoire ; l’instruction l’est.

    L’article L.131-2 du code l’éducation (1882) précise : « L’instruction obligatoire peut être donnée soit dans les établissements ou écoles publics ou privés, soit dans les familles par les parents, ou l’un d’entre eux, ou toute personne de leur choix ».

    "Les parents ont par priorité le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants"
    (Déclaration universelle des droits de l’homme, 1948, article 26.3)

    Ce n’est ni l’école, ni les apparences qu’il faut sauver, mais les enfants.

LES THEMES DE L'AUTEUR

Culture Technologies Culture

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité