• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Annie

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

  • Premier article le 07/02/2009
  • Modérateur depuis le 19/11/2011
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 7 4424 249
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 9 8 1
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique










Derniers commentaires



  • Annie 21 mai 2007 21:30

    Désolée, je ne voulais pas faire dans le pathétique, et je vous souhaite à tous une bonne soirée.



  • Annie 21 mai 2007 21:23

    Je pense que vous avez tous raison, d’une certaine manière, dans la mesure où l’action humanitaire est maintenant à la mode, et qu’elle est devenue pour certains une voie royale vers la notoriété, et qu’elle est trop souvent intellectualisée, ce qui veut dire que les gens ont peur de paraître naïfs. Et je reconnais aussi tous les travers qui lui sont attachés. Mais dans une certaine mesure, toutes les réflexions sur ce blog tentent de démontrer la naïveté de l’action humanitaire, le fait qu’elle ne résoud rien. Moi je dis : soyez fiers si l’on vous traite de naîf, n’ayez pas peur de défendre vos idéaux. Ne laissez pas les arguments que cela sert à rien vous toucher. Parce que cela n’est pas vrai. Demandez-vous si vous voulez mourir seul, oublié de chacun, ou si un peu de chaleur humaine à défaut de l’aide alimentaire ou des secours que les agences humanitaires ne peuvent pas toujours apporter faute de fonds ne vous réconforteraient pas. Appelez-moi naïve, mais je pense que c’est important. Alors toutes les interrogations à propos de l’aide humanitaire passent à côté de la plaque. Je parle de solidarité, le concept qui étaye la notion de sécurité sociale, de services publics qui existent dans notre pays, aider les plus faibles et les plus vulnérables pas forcément parce que cela conduira à une amélioration, mais parce que de ne pas le faire reviendrait à nier toute notion d’humanité dont nous pourrions être porteurs.



  • Annie 21 mai 2007 20:16

    Je me permets de réintervenir en réponse aux commentaires de Fred. Je déteste l’idée que l’aide humanitaire soit l’apanage de la droite, en fait elle correspond plutôt à une remise en question de l’ordre établi. Je pense que les gens de gauche (ou de droite d’ailleurs) qui instrumentalisent sciemment ou non l’aide humanitaire ont tort. Je pense que Kouchner représente une dérive de l’action humanitaire, qui perd toute sa signification parce qu’elle est subordonnée à d’autres objectifs. On parle de l’impératif humanitaire, et nous devons en rester là. Je ne condamne pas Kouchner le politicien parce que la politique selon moi est par nature corruptrice, mais je condamne, et cela pas d’aujourd’hui,l’acteur humanitaire, parce qu’il a galvaudé l’idéal humanitaire en en faisant un élement de la solution aux problèmes du monde. Cela n’a jamais été ni l’ambition, ni la vocation de l’action humanitaire.



  • Annie 21 mai 2007 18:07

    Au-delà du débat sur Kouchner, cet article touche à un point crucial. L’action humanitaire n’a jamais eu l’ambition de solutionner les problèmes, mais de faire un bout de voyage avec des gens en difficulté. C’est à partir du moment où l’on veut des résultats, où l’on définit de objectifs à long terme que l’aide humanitaire devient instrumentalisée. Elle ne doit être politique que dans la mesure où aider quelqu’un dans le besoin est considéré comme un geste politique. Le grand danger aujourd’hui est que l’action humanitaire telle que la conçoit Kouchner est subordonnée à des objectifs politiques, militaires ou de développement. J’aimerai rappeler une phrase de Médecins sans Frontières que je paraphrase (parce que je ne peux pas trouvé ce sacré livre), que l’action humanitaire est un geste subversif dans le sens où elle cible ceux qui ont été abandonnés par tous. Il ne faut surtout pas demander à l’aide humanitaire d’être plus que sa première finalité, qui est d’être un geste de solidarité et d’aider des populations à traverser des périodes de crise. J’ai un immense respect pour MSF qui malgré des contradictions et quelques péchés, n’a jamais varié dans ces principes de neutralité. Quant à Kouchner, il a commis un autre péché, celui de se croire indispensable.



  • Annie 19 mai 2007 19:45

    Tout à fait d’accord (avec qui ?). Il est seulement intéressant de poser la question si on a l’intention de faire quelque chose à ce sujet. Que l’homosexualité soit génétiquement programmée ou un choix, quelle importance ? Par contre la pédophilie mérite qu’on s’y attarde dans la mesure où il est dans l’intérêt de tous, le pédophile comme le reste de la société, de trouver une solution acceptable aux deux parties. Mais se poser la question du patrimoine génétique des délinquants me ramène à la fameuse phrase de Margaret Thatcher : « La société n’existe pas » (there is not such a thing as society). En fait prétendre que c’est le cas absout tout politicien de responsabilité à l’égard de la délinquance.

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité