• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

aquad69

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 286 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • aquad69 7 avril 2009 15:45

    Bonjour Charles,

    excellent article, qui ouvre d’intéressantes pistes de réflexion.

    Deux remarques : 

    1) quand vous dites :

    "Aujourd’hui, apparaissent des organisations terroristes qui ne sont plus seulement des entreprises virtuelles agiles mais des « réseaux agiles » s’affranchissant des frontières géographiques et nationales, aussi pervasifs et résilients que les protocoles Internet par lesquels ils étendent, mobilisent et coordonnent leurs forces pour frapper au coeur des villes, défier ostensiblement les autorités et ensuite disparaître des viseurs anti-terroristes. L’émergence de ces réseaux terroristes agiles est concomitante à l’expansion de la société en réseaux et à la montée d’une « i-génération » vivant quotidiennement entre un mobile multimédia et un ordinateur portable, surpassant et outrepassant le jeu des grandes organisations classiques (l’État, la nation, l’entreprise, l’institution supra-nationale, etc).

    La confrontation entre l’état et des réseaux non-étatiques agiles - terroristes ou criminels - est l’autre symptôme d’un conflit de générations. Les classes dirigeantes plus âgées sont des « migrants du numérique » qui ont toujours besoin « qu’on leur explique » ; les jeunes adultes urbains sont des « natifs du numérique » qui intériorisent la culture en réseaux et disposent donc toujours d’une longueur d’avance décisive sur les plans ",

    ce n’est pas systématiquement vrai ; les pouvoirs étatiques ont commencé depuis longtemps à recruter dans les nouvelles générations, en particulier hackers et "cybergénies". (Ce n’est pas une affaire de génération : il m’est arrivé moi- même deux ou trois fois d’être surpris par des jeunes de quartier, d’apparence assez peu recommandables, qui se révélaient être des policiers en civil qui me présentaient leur carte...) Et, d’autre part, il paraît clair et bien établi que ce sont bel et bien les pouvoirs étatiques et leurs organes plus ou moins secrets qui ont fondé ces réseaux terroristes, qui les entretiennent et qui les manipulent.

    2) aussi étonnant que celà puisse paraître, la culture de la société visée peut aussi jouer un rôle plus ou moins protecteur. Un exemple amusant , rappelez-vous l’affaire du Rainbow Warrior ( si celà n’est pas assimilable moralement à du terrorisme, il s’agissait néanmoins d’un cas de travail clandestin des plus douteux) :

    Il semble bien que ce qui a abouti, dans ce cas précis, à l’arrestation du couple "Prieur", c’est la curiosité des habitués du port, et surtout un certain patriotisme "à l’anglo-saxonne", qui les a mené à signaler immédiatement les intrus suspects aux autorités ; c’est une réaction assez étrangère à des Français et qu’ils auraient difficilement pu imaginer !

    Cordialement Thierry




     

     



  • aquad69 26 mars 2009 12:59

    Bonjour Diogène,

    voyons, Docteur ! Tout homme bien portant est un malade qui s’ignore, c’est la devise de toute médecine libérale !

    S’il y a un livre que l’on devrait faire relire à tout le monde, c’est bien "Knock", un vieux classique ...

    En attendant, merci pour votre article : nul doute que vos remarques, loin de se limiter à la seule psychiatrie, pourraient s’appliquer à tous les domaines du marché médical moderne.

    Cordialement Thierry



  • aquad69 18 mars 2009 14:39

    Bonjour Chistian,

    bienvenue à l’américanisation de la France ! Là-bas, il y a déjà des régions entières qui ne sont plus que ruines économiques.

    Mais vous dites :

    "Aujourd’hui, sans parler de protectionnisme, il revient à mon avis aux territoires d’inventer l’industrie qui les fera vivre durablement."

    Et pourquoi ne pas parler de protectionnisme ? C’est un gros mot ? Il faut s’excuser quand on le prononce ?

    Tout celà est très passionnel, mais incohérent : que signifie "inventer l’industrie ?" Si c’était possible au sein des règles économiques actuelle, il y a longtemps qu’on l’aurait fait et que celà se saurait...

    Décidément, menée par les médias officiels qui ne sont plus que des relais de désinformation, sous le coup d’une irrépressible panique et de son impuissance à "sortir du cadre" des références officielles, toute pensée humaine tourne aujourd’hui de plus en plus en rond dans son piège.

    Vaudrait-il mieux "mourir dans les règles" que "guérir hors des règles" ?

    Thierry



  • aquad69 18 mars 2009 13:25

    Bonjour Sylvain,

    cet évènement nous paraît extrêmement représentatif, cas d’école même, de ce qui nous arrive partout, et dans tous les pays, sous des formes diverses :

    Un changement devant lequel on reste perplexe quand à son intérêt pour le peuple malgache, mais manifestement appuyé en douce par les médias -et donc les pouvoirs qu’ils servent- qui présentent le nouveau candidat comme "soutenu par la rue", ce qui sous-entendrait que l’on voudrait, paradoxalement, lui prêter une légitimité. 

    Mais "la rue", celà représente quelle proportion de la population ? Il est très facile de provoquer des manifestations et d’apparents soulèvements, et il existe d’ailleurs des professionnels dont c’est la spécialité ; rappelons-nous par exemple comment des boites de com américaines avaient participé à l’organisation des "mini-révolutions" dans les pays de l’Est après la chute de l’URSS ( Ce que l’on a appelé, si je me rappelle bien, les révolutions oranges) .

    Quand on consulte d’autres sources que les médias officiels - le net, bien sûr- , on se rend compte que le Président légitime malgache n’était pas si impopulaire que l’on voudrait nous le faire croire, que son bilan ne serait pas si négatif que celà, et que le tableau que l’on nous présente est faussé et mensonger.

    Celà semble être un exemple de plus de ces "tours de passe-passe politiques", militaires ou électoraux, que l’on inflige régulièrement aux peuples pour leur confisquer progressivement ressources et richesses, au profit de petites "élites" (synonyme : maffias) affairistes et asservies aux grands pouvoirs mondiaux. Pour en comprendre les mécanismes, il faudrait bien connaître les quelques familles qui mènent le jeu, les enjeux économiques et financiers malgaches, et surtout qui en tire les ficelles internationales. 

    Une histoire habituelle, hélas...

    Quand à ceux qui ricaneraient en se disant que celà serait propre aux pays du Sud, et que "l’Afrique sera toujours l’Afrique", on peut leur rappeler que ce qui s’est passé chez nous, depuis un peu plus de vingt ans, sous une forme plus "soft", évidemment, n’est peut-être pas si différent dans le fond : sous le terme de privatisations, par exemple, quand du patrimoine français a été systématiquement bradé à des intérêts étrangers (internationaux...), et quand il apparaît que la majorité de nos personnages politiques, jusqu’aux plus hauts, ont de tels liens avec ces intérêts étrangers que l’on en arrive à se demander de qui ils sont les représentants et qui ils servent réellement.

    Le putsch malgache : une péripétie, une étape de l’intégration de Madagascar au "nouvel ordre économique", peut-être ...

    Cordialement Thierry

     





  • aquad69 16 mars 2009 16:28

    Bonjour Henri Moreigne,

    même sans vouloir tomber dans un voyeurisme de paparazzi, il est indéniable que, depuis le lendemain même des élections, ce genre d’invitations douteuses finissent par donner à la figure présidentielle un style assez "pique-assiette" :

    "Viens chez moi, j’habite chez une copine" (milliardaire)...

    Quelle image de nous présentée au Monde !

    Pauvre Général de Gaulle ; à s’en retourner dans sa tombe ; on a fait du chemin, depuis ...

    Thierry

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité