• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

aquad69

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 286 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • aquad69 11 mars 2009 11:29

    Bonjour FG,

    cher, très cher ami ... Excellent coup de gueule, qui coule de source.

    Mais à vous lire, il semble que vous ayez une vision du monde de la dictature du marché encore modérée, malgrès tout, au regard de ce qu’elle est : la réalité est bien pire.

    Si vous ne l’avez pas encore lu, je vous conseille le livre " La Stratégie du Choc", de Naomi Klein. 

    Ce n’est assurément pas la première fois que j’en parle sur ce site, mais il vous intéressera sûrement et il est incontournable pour qui veut comprendre certaines manoeuvre politiques d’actualités...

    Très cordialement Thierry



  • aquad69 11 mars 2009 09:20

    Bonjour Marc Bruxman,

    à relire votre premier commentaire à cet article, il me semble que votre prospective serait assez vraissemblable quand vous écrivez :

    ’"Une véritable guerre est peu probable car les états seront devenus incapables de la financer. Mais nous allons malheureusement assister à une privatisation de masse de tout ce qui reste à l’état voir à une liquidation pour beaucoup de choses. A ce moment, le pouvoir politique aura cessé d’exister et il faudra trouver une nouvelle force de cohésion pour la société que l’ordre marchand ne peut à elle seule tenir. Cette idéologie la reste à inventer. Et c’est seulement une fois que cette force de cohésion sera revenue que le monde pourra repartir correctement.

    Ce changement est souhaitable et apportera effectivement de grands bienfaits à nos enfants ... "

    Mais quand à être souhaitable... A votre avis, quelle est la force de cohésion principale dans une société marchande sinon le principe de propriété, les corpus de lois qui le consacrent, et les milices privées qui le feront respecter ?

    Vous êtes en train de nous prédire le retour de l’esclavage, ni plus ni moins !

    Et dans un Monde de pénuries de ressources, en l’absence de l’arbitrage d’un pouvoir politique dominant, le prévisible chantage à la subsistance qui sera exercé par les riches sur les pauvres rend celà tout à fait probable.

    En somme, un Monde sur le modèle de certaines régions du Brésil d’il y a cinquante ans, quand de grands propriétaires fonciers étaient quasiment propriétaires des populations employées sur leurs domaines et soumises à leur loi.

    Cordialement Thierry



  • aquad69 10 mars 2009 15:34

    Mr Santi,

    de grâce ! Epargnez-nous tous ces poncifs et lieux communs qui ont servi depuis une bonne vingtaine d’années de slogans à la destruction de nos sociétés :

    Dans votre texte, vous concluez :

    "C’est aussi pour cette raison que - même lorsque la crise appartiendra au passé - notre niveau de vie déclinera inéluctablement à l’avenir : l’omniprésence de l’Etat découragera l’esprit d’initiative et les comportements à risques du passé ayant néanmoins grandement contribué à l’enrichissement de la société."

    Où avez-vous vu que l’Etat décourageait l’initiative ? Toutes les grandes entreprise françaises, d’avant-garde et fleurons de notre tissu industriel, qui ont été fondées après la deuxième guerre mondiale, l’ont été sur des initiatives d’Etat.

    Quand à vanter "les comportements à risques du passé ayant néanmoins grandement contribué à l’enrichissement de la société", mais vous hallucinez, ma parole !

    Alors, comme ça, vous trouvez que l’état d’effondrement actuel de l’économie, causé à l’évidence par les comportements à risques des intervenants majeurs, est un "enrichissement de la société ?"

    Décidément, ce n’était pas la peine de se débarrasser des anciens curés ! Vous et vos semblables, vous êtes bien plus menteurs et nuisibles qu’eux ...

    Dieu sait que nous n’aimons pas l’Etat et sa prétention à exercer un contrôle disciplinaire abusif sur les populations.

    Mais nous le préférons aux prétentions et dérives patronales : qu’il revienne en force dans le jeu économique, eh bien tant mieux ; et nous souhaiterions qu’il y revienne, non pas en tant que simple intervenant, mais en tant que participant à part entière et propriétaire, et qu’il nationalise à tout va, le plus possible.

    La prétendue inefficacité et non rentabilité des entreprises publiques est un vaste mensonge qui a été développé par les escroc libéraux depuis quelques décennies. En vérité, toutes les entreprises qui ont été privatisées depuis les années soixante-dix étaient, non seulement rentables, mais de véritables vaches à lait pour le gouvernement : et à l’évidence ! Car si ce n’avait pas été le cas, on ne se serait pas bousculé au portillon pour les acheter.

    Il n’y a plus d’administrations : Publiques ou privées, les entreprises fonctionnent aujourd’hui de la même façon, avec des comptabilités en parties doubles, et en s’appuyant sur leurs profits - et non sur vos impôts !- pour payer leur développement et leurs investissements.

    La différence entre les deux tient à une seule chose :

    Les profits des entreprises privées vont à des actionnaires privés, c’est à dire pour une petite partie aux privilégiés français, et pour la majeure part à des intérêts étrangers, fonds de pensions américains notamment. Ces profits, fondés sur notre travail, nous échappent totalement.

    Les profits des entreprises publiques reviennent à l’Etat qui est en quelque sorte leur seul actionnaire : c’est à dire qu’ils reviennent aux français, précisément, car c’est autant d’impôts qu’il n’y aura pas a payer, et c’est autant de richesses que l’Etat pourra repartager.

    Oseriez-vous prétendre que les sociétés d’autoroutes étaient déficitaires quand elle ont été bradée au privé, sous notre nez et à notre détriment ?

    Qu’on y croie ou non, la seule institution où le principe démocratique puisse encore exister, c’est l’Etat ; grignoter les pouvoirs -et l’économique est aujourd’hui le plus grand et le plus évident d’entre eux- de cet Etat au profit du secteur privé qui est par nature d’esprit le moins citoyen qui soit, celà revient fondamentalement à miner la démocratie. 

    Depuis des années, on a manipulé la mentalité des gens de manière à leur faire croire que les fonctionnaires - pourtant à leur service - étaient des profiteurs, tandis qu’on présentait les grands patrons, capitaines d’industries, financiers et autres pirates économiques comme l’élite et les fers de lances de notre société. Pour un peu, on nous aurait fait croire que ces corsaires étaient des bénévoles !

     Après avoir vu des millions de benêts applaudir aux privatisations des entreprises publiques, cad à leur propre spoliation, on prend conscience qu’il n’y a pas de limite, pas de fond à la bêtise humaine ...

    Thierry
     



  • aquad69 10 mars 2009 14:23

    Bonjour Loule,

    quand à l’interdiction absolue de la pêche aux pibales, je suis entièrement d’accord avec vous.

    Mais il n’est pas sûr que celà suffise à rétablir la densité de jadis des anguilles : la qualité des eaux douces françaises est sans doute aussi en cause.

    Maintenant, que la pêche à la pibale soit encore permise malgrès son absurdité - des millions d’alevins de quelques grammes chacuns ! -, et celà seulement à des "professionnels", celà semblerait prouver la puissance de certains potentats locaux en Charente et ailleurs : comme toujours, c’est alors la qualité du biotope politique qui est en cause ...

    Cordialement Thierry





  • aquad69 10 mars 2009 13:06

    Bonjour JP,

    bon article sur un désastre de plus provoqué par notre merveilleux mode de vie !

    Mais une remarque : même si celà parait paradoxal, la disparition des Civelles (Pibales) aura été précédée par celle des anguilles, passée, celle-là, complètement inaperçue.

    Je m’explique : l’anguille ne se consomme pas seulement sous sa forme juvénile, mais, adulte, elle fournit aussi une chair très fine qui était jadis réputée et même considérée à l’époque féodale comme un plat de riche ; pour la déguster et la redécouvrir aujourd’hui, il faut aller en Hollande, par exemple, où elle est encore exploitée, essentiellement sous sa forme - exquise ! -d’anguille fumée. 

    Pour les amateurs, on peut trouver en France l’anguille fumée en tant que produit d’importation vendu à prix d’or dans certaines épiceries fines.

    L’anguille était encore abondante et très connue chez nous à l’époque d’avant-guerre : frite, en beignets ou en matelotes diverses, elle était un plat familial dans certaines régions, et les guinguettes vous en proposaient souvent, à côté d’autres poissons d’eau douce.

    Sa pêche était chose facile, puisque l’on y emmenait àlors même les enfants l’attraper "au parapluie", par exemple, comme on va aujourd’hui ramasser en famille les champignons.

    En soixante ans, tout celà a été oublié, perdu, et la foule n’a même plus souvenir que l’anguille ait pu être comestible !

    Jadis omniprésente, il faut aujourd’hui être pêcheur averti et bien connaître certaines régions pour la trouver de taille convenable, et ne craindre ni les PCB ni les métaux lourds pour oser encore la manger.

    Si l’on parle encore aujourd’hui des pibales, c’est que les cours sur les marchés où elle s’échangent et leurs débouchés à l’exportation en font un enjeu économique...

    Au delà du cas particulier, le sort de l’anguille est une illustration de plus de ce qui nous est arrivé à nous en moins d’un siècle, à travers les illusions de ce que l’on nomme le "modernisme" et qui n’est que la progressive dégradation de l’identité et de la beauté humaine. 

    Il n’est évidemment pas original de le remarquer, mais l’espèce actuellement la plus menacée dans le Monde, c’est l’humanité authentique et consciente d’elle-même, aujourd’hui partout chassée et remplacée, au nom d’une concurrence que l’on prétend "naturelle", par l’humain d’élevage, asservi, culturellement uniformisé et produit à grande échelle "sur couche" et en culture hydroponique.

    Mais c’est prêcher dans le désert ...

    Cordialement Thierry
     

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité