• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Armelle Barguillet Hauteloire

Armelle Barguillet Hauteloire

Formation : journalisme, psychologie, graphologie. A exercé la graphologie pendant plusieurs années.
Mariée, mère de deux enfants.

A publié plusieurs ouvrages de poésie :

Terre promise
Incandescence
Le chant de Malabata -
 couronné par l'Académie française
Cantate pour un monde défunt - Prix Renaissance de poésie
Je t'écris d'Atlantique - Prix des Cahiers Froissart
Profil de la nuit - un itinéraire en poésie



 Des ouvrages pour la jeunesse :

Le poisson qui volait vers le soleil ( conte )
Le petit chasseur de vent  ( conte )
Le passeur d'horizon  ( roman )
La ronde des fabliaux

Des essais :

Proust ou la recherche de la rédemption
Proust et le miroir des eaux


Deux romans

Les signes pourpres
Le jardin d'incertitude


Anime les blogs :  " La plume et l'image"  et  "Interligne"
Membre du conseil d'administration du "Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec"

Tableau de bord

  • Premier article le 02/01/2008
  • Modérateur depuis le 11/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 251 283 2073
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 76 76 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 11 juillet 2013 12:03

    Voilà ce que je pourrais ajouter et que je viens de retrouver dans un cahier :


    « D’essence rare, subtile, il n’est pas un état naturel. Personne ne peut nous rendre heureux si nous-mêmes ne le souhaitons pas. Le bonheur est donc une affaire entre soi et soi. Il y a des gens doués pour le bonheur, d’autres qui ne le seront jamais. Mon bonheur, je puis l’acquérir avec presque rien et le détruire avec presque tout. Contrairement au plaisir, à la félicité, à l’extase, on l’associe à une idée de continuité. On peut envisager que les gens, qui ne sont pas malheureux, sont heureux. Mais il n’en est rien. Un peuple en paix devrait être un peuple heureux, l’est-il, le serait-il sans le savoir ? N’est-ce pas l’irruption du malheur qui nous donne à penser que dans l’état précédent nous étions heureux ? Je ne savais pas que j’étais heureuse pourrait dire une personne qui vient d’être frappée par le malheur. Car le malheur a ceci de particulier : il frappe. Je crois qu’il n’y a pas de recette au bonheur. Chacun le secrète comme un miel de façon personnelle. Il n’est pas obligatoirement lié à un événement : retrouvailles, naissance, mariage, diplôme, récompense. Non, il nous touche au plus profond de nous-même sans que nous comprenions ni pourquoi, ni comment. On connait le plus souvent le bonheur, alors que rien nous y préparait : à la vue d’un beau paysage, à l’écoute d’une belle musique, à la rencontre d’une personne, dans la solitude de la nature. Parce qu’il correspond à un bien-être intérieur, à un accord profond avec ce qui nous entoure. Supérieur à la satisfaction, qui suppose une part d’égotisme et d’auto-suffisance, il est tout ensemble fragile, surprenant, désinvolte, touchant, nécessaire, humble et confidentiel. »


  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 10 juillet 2013 11:43

     « En vérité, il y a toutes sortes de bonheur, tant il est vrai que le bonheur a peu à voir avec le plaisir. Le plaisir est instantané, fugitif, paroxysmique ; le bonheur a cela d’étrange que pour le goûter il faut s’y installer dans la durée, le savourer, le méditer, après avoir su le conquérir ou l’inspirer. Il est souvent plus intérieur qu’extérieur, plus personnel que communautaire, et disparaît si subitement qu’alors le malheur lui devient proche comme un frère. »


    Il semble que je sois claire et que le bonheur ait peu à voir avec le simple confort. Mais, on ne peut manquer de souligner que les populations ont gagné en bien-être avec l’aide apportée par la technologie et la médecine. Il n’en reste pas moins vrai que le bonheur gardera toujours une connotation individuelle. Il y a des gens heureux avec rien et d’autres, qui possédant tout - ne le sont pas.Cet article est une simple variation, sans la prétention d’être une étude approfondie sur un sujet dont les interprétations ne peuvent qu’être innombrables. Un simple clin d’oeil qui, je vois, vous fait réagir.


  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 5 juillet 2013 10:45

    Merci Jack. Oui, l’imaginaire de Proust est toujours bien présent sur la côte fleurie.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 5 juillet 2013 10:43

    Merci de votre message. Il y a plus de dix ans que le Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec existe afin de perpétrer la mémoire du grand écrivain dans des lieux qu’il a aimés et qui l’ont inspiré.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 14 juin 2013 11:41

    Oui, Cendrars a écrit des romans, des contes et des nouvelles. Voici trois titres de roman :

    L’or
    L’eubage
    Moravagine.

    Merci de votre visite.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès