• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Armelle Barguillet Hauteloire

Armelle Barguillet Hauteloire

Formation : journalisme, psychologie, graphologie. A exercé la graphologie pendant plusieurs années.
Mariée, mère de deux enfants.

A publié plusieurs ouvrages de poésie :

Terre promise
Incandescence
Le chant de Malabata -
 couronné par l'Académie française
Cantate pour un monde défunt - Prix Renaissance de poésie
Je t'écris d'Atlantique - Prix des Cahiers Froissart
Profil de la nuit - un itinéraire en poésie



 Des ouvrages pour la jeunesse :

Le poisson qui volait vers le soleil ( conte )
Le petit chasseur de vent  ( conte )
Le passeur d'horizon  ( roman )
La ronde des fabliaux

Des essais :

Proust ou la recherche de la rédemption
Proust et le miroir des eaux


Deux romans

Les signes pourpres
Le jardin d'incertitude


Anime les blogs :  " La plume et l'image"  et  "Interligne"
Membre du conseil d'administration du "Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec"

Tableau de bord

  • Premier article le 02/01/2008
  • Modérateur depuis le 11/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 246 283 2073
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 76 76 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 10 juillet 2013 11:43

     « En vérité, il y a toutes sortes de bonheur, tant il est vrai que le bonheur a peu à voir avec le plaisir. Le plaisir est instantané, fugitif, paroxysmique ; le bonheur a cela d’étrange que pour le goûter il faut s’y installer dans la durée, le savourer, le méditer, après avoir su le conquérir ou l’inspirer. Il est souvent plus intérieur qu’extérieur, plus personnel que communautaire, et disparaît si subitement qu’alors le malheur lui devient proche comme un frère. »


    Il semble que je sois claire et que le bonheur ait peu à voir avec le simple confort. Mais, on ne peut manquer de souligner que les populations ont gagné en bien-être avec l’aide apportée par la technologie et la médecine. Il n’en reste pas moins vrai que le bonheur gardera toujours une connotation individuelle. Il y a des gens heureux avec rien et d’autres, qui possédant tout - ne le sont pas.Cet article est une simple variation, sans la prétention d’être une étude approfondie sur un sujet dont les interprétations ne peuvent qu’être innombrables. Un simple clin d’oeil qui, je vois, vous fait réagir.


  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 5 juillet 2013 10:45

    Merci Jack. Oui, l’imaginaire de Proust est toujours bien présent sur la côte fleurie.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 5 juillet 2013 10:43

    Merci de votre message. Il y a plus de dix ans que le Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec existe afin de perpétrer la mémoire du grand écrivain dans des lieux qu’il a aimés et qui l’ont inspiré.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 14 juin 2013 11:41

    Oui, Cendrars a écrit des romans, des contes et des nouvelles. Voici trois titres de roman :

    L’or
    L’eubage
    Moravagine.

    Merci de votre visite.


  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 14 juin 2013 11:35

    Merci de votre article Jack. Il est vrai que Cendrars a bousculé bien des choses mais j’avoue être sensible à cette poésie en prose, un peu bancale, rapide, essoufflée, qui court comme le transsibérien. C’est particulièrement ce poème que j’aime avec la petite Jehanne de France et ce côté enfant malheureux, ce petit nomade du coeur que le poète restait malgré son aspect baroudeur. Il y avait un décalage entre son physique et son âme d’enfant. Touchant souvent, agaçant quelquefois, mais plein d’une vitalité et d’un goût prononcé pour la vie.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès