• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Armelle Barguillet Hauteloire

Armelle Barguillet Hauteloire

Formation : journalisme, psychologie, graphologie. A exercé la graphologie pendant plusieurs années.
Mariée, mère de deux enfants.

A publié plusieurs ouvrages de poésie :

Terre promise
Incandescence
Le chant de Malabata -
 couronné par l'Académie française
Cantate pour un monde défunt - Prix Renaissance de poésie
Je t'écris d'Atlantique - Prix des Cahiers Froissart
Profil de la nuit - un itinéraire en poésie



 Des ouvrages pour la jeunesse :

Le poisson qui volait vers le soleil ( conte )
Le petit chasseur de vent  ( conte )
Le passeur d'horizon  ( roman )
La ronde des fabliaux

Des essais :

Proust ou la recherche de la rédemption
Proust et le miroir des eaux


Deux romans

Les signes pourpres
Le jardin d'incertitude


Anime les blogs :  " La plume et l'image"  et  "Interligne"
Membre du conseil d'administration du "Cercle littéraire proustien de Cabourg-Balbec"

Tableau de bord

  • Premier article le 02/01/2008
  • Modérateur depuis le 11/01/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 252 284 2082
1 mois 1 1 9
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 76 76 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 13 juillet 2012 09:46

    à Fergus

    Vous avez du me lire de travers car j’ai parlé des pécheurs d’Islande et de Terre-Neuve dont l’épopée a été immortalisée par Pierre Loti et de l’importance de la mort en terre d’Armorique. Et cet article sera suivi de deux autres qui font suite à une série précédente sur le pays breton qui est le mien comme celui de mon mari. Les chants bretons, nous connaissons, les danses aussi, mon mari a vécu toute son enfance et sa jeunesse à Saint-Malo, son père était natif de Lorient et sa mère de Vannes. Qui dit mieux !



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 12 juillet 2012 20:21

    à Talion et Sabine :

    J’ai bien ri en vous lisant. Au moins vous ne manquez pas d’humour. Des petites vieilles de Bréhat m’ont dit la même chose : ne dites pas trop de bien de notre île, ils vont tous rappliquer. Mais que voulez-vous, je suis d’origine bretonne et je suis dingue de ce pays.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 23 mai 2012 09:34

    Merci à vous, cela encourage en effet les commentaires sympas.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 10 avril 2012 19:11

    Je n’ai pas vu personnellement « Nobody Knows », je n’en connais que les grandes lignes. Par contre, « I wish - nos voeux secrets » est un film magnifiquement tonique, même si la vie des familles de ces enfants n’est pas facile, mais il se dégage de ce dernier film une telle énergie, une telle volonté de croire que tout reste possible que l’on sort de cette projection emballé et requinqué.



  • Armelle Barguillet Hauteloire Armelle Barguillet Hauteloire 24 janvier 2012 10:32

    Je suis assez d’accord avec vous : la solitude et le silence se trouvent partout et on peut se sentir plus seul au milieu d’une foule qu’au fond d’une quelconque forêt. Là n’est pas le problème. Mais si vous ne médiatisez pas un projet, si vous ne disposez pas de relations et de relais auprès des grands médias, n’importe lequel, aussi exaltant soit-il, restera lettrre morte. Il est certain que Sylvain Tesson sait tirer parti des appuis indiscutables dont il dispose. Et c’est tant mieux, car il a du talent et l’emploie au mieux. Il aurait pu gâcher ses dons, alors qu’il les utilise avec beaucoup d’intelligence et d’à propos. Et qu’il donne à rêver, à s’interroger à une jeunesse désenchantée par le monde qui nous entoure. Ecrivain voyageur, qu’importe, cela n’est jamais qu’un détail ! Ce qui séduit le lecteur, c’est le contenu qui est très valable, c’est le message qui l’est tout autant. Voyez-vous des hommes comme Sylvain Tesson, comme les formidables marins solitaires, comme tout aventurier de l’esprit sont pour nous des relais vers quelque chose qui se tend au-dessus de la médiocrité quotidienne. Alors réjouissons-nous qu’il y ait encore, dans notre société bien malade et tellement abimée par trop de matérialisme, des premiers de cordée.

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès