• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

ash

ash

Appelez ca l’instinct, ou la synthèse de mes lectures, tout ceci a fini par allumer certains voyants à l’orange puis au rouge.  Par déformation professionnelle, mon attention s’est focalisée sur divers sujets relatifs au traitement de l’information et par extension, aux médias, et... malheureusement au pouvoir, s’effarant des concomittances existantes et futures. Sans tomber dans la paranoia idiote, l’air du temps... ne sent vraiment pas bon.
Dorénavant assez vieux et concerné pour me bouger citoyennement parlant : pour mes gosses, et mon entourage. Beware ;) ?


Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 38 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • ash ash 29 août 2008 10:46

    ForestEnt dit :
    Moi je dirais que les jeunes générations ont d’une certaine manière plus la rage que les anciennes, mais elle est pour l’instant contenue. 
    Assez juste. Loin des privilégiés du moment, je ne peux pas vraiment les ressentir (sont-ils heureux ?), mais en ce qui concerne les classes moyennes ou basses : cela s’échauffe pas mal.
    Une différence peut-être, est que bcp d’énervement jeune se distille dans une zone tampon, grise, de non-droit : tant que l’on peut assez facilement se payer sur la bête en téléchargeant, vendre du shit, ou en ne regardant pas TF1 au profit d’Agoravox :), avec un petit esprit revanchard sur le systême... Cette soupape remplit son rôle (attention d’ailleurs à ceux qui voudraient trop brider).
    Certes, ce ne sont que de petites révoltes égoïstes, sans une volonté unanime d’améliorer la condition de TOUS, nécessaire pour allumer le véritable feu : l’altruisme n’est pas dans l’air du temps, les unions ne se réalisent que sporadiquement sur des sujets précis, et en général personne pour cristalliser et rassembler ces fureurs disséminées. Mais régulièrement, la mauvaise moralité affichée par les plus grands pousse un peu plus de gens à glisser vers ces comportements déviants : ’Pourquoi se priver, nous ? Pourquoi se forcer à être gentil et faire ce que l’on nous demande ? Et ce sont ces gens là qui m’empèchent d’être heureux ?’ Etc. .
    Bref, le potentiel existe et augmente. La dissémination se traduira en aggrégat puissant à un moment ou à un autre. Et si un politique est assez malin...



  • ash ash 27 août 2008 16:33

    Et par la même, cela nous exempterait-il de toute réaction ? Un doigt d’honneur, adressé dans ce cas sans le moindre bénéfice du doute, méritera que l’on s’y arrête en vue d’un rédempteur coup de poing sur le nez, non ?



  • ash ash 8 août 2008 12:26

    J’ai beau retourner l’argumentaire de l’auteur dans tous les sens : il y a quelque chose de chiffonnant dans l’idée que la banque ne crée pas de richesses à partir de rien (mais se projeterait sur une valeur estimée future relativement sure, prend en compte divers paramètres comme l’inflation, et se paye uniquement sur ce calcul de risque, et la gestion de l’équilibre entre pertes et profits : simple(?)).

    Mais finalement non. Quels sont les domaines d ’application où le futur peut se vérifier à coups sûr ? Ca a l’air niais, mais par essence aucun : on entre donc dans un domaine de statistiques et de probabilités échevelées, ou la masse d’argent générée à un instant T pour un prêt imobilier, devra se baser sur des (zillions de) critères telle que la valeur estimée de celle-ci dans X années et/ou la probabilité d’un impact d’un asteroïde sur le quartier.

    Au delà du calcul forcément naif(<-important çà)  de la probabilité que l’emprunteur a de quoi rembourser à terme, il existe une autre de probabilité -une non négligeable - que le champ de variables de départ soit tout simplement insuffisant et/ou non maîtrisable : et que toute cette gestion d’équilibre s’effondre.
    Style, le plantage en cascade du systemes de prets immobilier dans sa totalité, ou un état faillitaire.

    Personnellement çà coince pour moi depuis déjà un moment : c’est de l’ordre du Jeu, si grosso modo le casino/la banque tombe juste 49 fois au niveau proba, et donc manoeuvre correctement entre pertes et profits sur un type de prêts, la 50eme elle se plante forcément (car elle ne prendra pas en compte toutes les variables, et elle le sait bien) dans les grandes largeurs. Cette 50eme fois, elle crée bien de l’argent sur... rien d’autre que de l’hypothèse non avérée, et c’est incompensable : de l’argent bien sale dans le circuit ?

    Pire, si dans le champ de ses calculs de réalisation de prêts immobiliers, elle a bien tenu compte de paramètres tels qu’elle puisse s’adosser sur l’etat en cas de plantage (on suppose là qu’elle aurait fait cette hypothèse cynique), elle précipite elle-même la faillite du système ! Ou placer alors la confiance (donc valeur) dans un calcul aussi foireux ?



  • ash ash 7 août 2008 16:00

    Si je ne suis pas trop perdu, on pourra retorquer que la valeur intrinsèque de la monnaie est un (mais pas le seul) des mécanismes d’évaluation de la confiance en celle-ci. Le plus évident peut-être.
    Si les fèves sont aisément ramassables, ou les bonbons faciles à faire à la maison, la confiance et donc la valeur véhiculée diminuent ?
    D’autres indicateurs de confiance peuvent prendre le pas sur cette valeur intrinsèque, mais plus il sont éloignés de la chose simple concrète, plus complexe est le mecanisme d’établissement de la confiance ? Car passer d’une critère objectif  d’une hauteur de pile de lingots, à la richesse au sens large d’un pays à un instant T, puis à sa capacité à produire celle-ci pendant les X prochaines années... On peut admettre que les dimensions que prennent l’équation est étourdissante. Et son évaluation de plus en plus risquée :| ce qui finit par parasiter la relation de confiance à la monnaie.



  • ash ash 7 août 2008 13:48

    Intéressante suggestion. Ceci me rappelle une autre affaire au sujet des diffusion de films en plein air, pour semble-t-il les mêmes raisons que vous invoquez... A lire ici (Rue89) :
    http://www.rue89.com/2008/08/06/le-cine-en-plein-air-concurrence-deloyale-pour-les-salles

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès