• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Aslem Smida

Directeur Associé dans un cabinet de conseil à Paris. Spécialisé en stratégie commerciale sur l’Afrique du Nord.

Tableau de bord

  • Premier article le 26/05/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 2 7 385
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique





Derniers commentaires



  • Aslem 27 mai 2006 01:57

    SVP ne nous egarons pas ; le sujet de vos commentaires n’a rien a voir avec le sujet de l’article. Merci de tenir compte du fait que ceux qui nous lisent, surtout avec l’affluence des commentaires, prennent de leur temps pour le faire.



  • Neo 25 mai 2006 00:30

    Le terrorisme n’est pas une spécificité des musulmans pas plus qu’il ne fait partie des préceptes de la religion musulmane. Le terrorisme est le cri sauvage de ceux qui ne savent pas ou ne savent plus. Le terrorisme est le fruit de la haine exacerbée par ceux qui ne peuvent pas, ou ne savent pas expliquer et convaincre. Les premières victimes du terrorisme sont les musulmans. Rappelons-nous les milliers de victimes algériennes dans les années 90 (GIA) ; et n’oublions pas les dizaines de victimes quotidiennes en Irak. A quoi nous pouvons rajouter (toutes proportions gardées) les musulmans qui, où qu’ils soient dans le monde, sont regardés de travers, simmplement parce qu’ils croient en une religion qui n’a pas la cote.

    Pourquoi, d’après vous, on ne parlait pas de terrorisme islamiste avant le 11 septembre, alors que la religion musulmane existe depuis plus de 14 siècles ?

    J’apporterai un début de réponse avec 3 points :
    - l’Islam n’est pas une religion belliqueuse
    - quand l’instrumentalisation de la religion a commencé, elle était confinée aux pays musulmans ; « à l’époque on appelait cela »intégrisme musulmans« et il ne déstabilisait que les pays musulmans. D’ailleurs, ce qui est ironique c’est qu’à cette époque, ces intégristes obtenaient le soutien des »démocraties occidentales", au nom de la liberté d’expression et des droits de l’homme, au grand danne des régimes arabes qui les traquaient (ex. la Tunisie)
    - L’islam radical a été exacerbé, soutenu et financé depuis quelques decennies (à peine), à des fins purement politique, par les mêmes « démocraties » qui aujourd’hui les combattent sans ménage, entrainant dans leur chasse au sorcières tous les musulmans, même les plus modérés. C’est ainsi que Londres (entre autres) a recueilis, en tant que réfugiés politiques, les pires intégristes que l’Islam ait connu ; que les Etats-Unis ont formé, armé et exploité ce que le fanatisme islamique a donné de pire (Ben Laden, mais aussi des régimes islamistes comme le Pakistan ou l’Arabie Saoudite).

    Alors arrêtons là les amalgames islam-terrorisme et la corollaire : musulmans-terroristes. Le terrorisme n’a pas de frontière, pas plus qu’il n’a de religion. Il a été tantot irlandais (IRA), tantot italien (brigades rouges), tantot basque... Aujourd’hui, il est malheureusement plus souvent utilisé au nom de l’Islam...

LES THEMES DE L'AUTEUR

International Société Immigration

Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité