• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

astus

astus

Mes études m'ont sensibilisé à l'humain ce qui m'aide à résister à certaines aliénations contemporaines pour tenter de garder l'essentiel : la capacité à penser pour rester libre tant les croyances de notre époque restent pour moi un sujet d'étonnement. Je soutiens une éthique laïque et citoyenne qui privilégie les liens sur les biens. Plutôt agnostique mais intéressé par la spiritualité, la lecture, l'histoire, et les débats philosophiques, j'aime aussi la nature et les arts, notamment la musique et je me dis parfois que les orchestres sont de bons modèles d’organisation sociale. Intéressé par la modernité je ne partage pas l'enthousiasme de certains pour le matérialisme actuel dont la panoplie technocratique me semble être plus un problème qu'une solution tant pour l'avenir de nos sociétés que pour celui de notre planète.

Tableau de bord

  • Premier article le 07/02/2008
  • Modérateur depuis le 21/03/2008
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 65 1202 2321
1 mois 1 11 28
5 jours 0 3 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 656 348 308
1 mois 6 3 3
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • astus astus 20 septembre 17:16

    Merci pour ce billet revigorant qui remet les pendules à l’heure. Récemment un article dans Marianne du 1er au 7 septembre écrit par Abnousse Shalmani, et intitulé paradoxalement « Pourquoi je ne suis plus féministe », reprenait des thèmes semblables. 

    Dans ce texte elle exprime combien elle ne supporte plus que certaines associations, Lallab, par exemple, osent prétendre à un féminisme religieux et même laïque (!) qui est l’exact opposé de celui qui a permis le droit de vote, l’habillement libre, la contraception, les comptes bancaires séparés, le droit de travailler sans l’autorisation du mari, l’avortement, le salaire égal à travail égal (hélas pas partout), et la beauté des femmes qui peut s’affirmer pour le plus grand bonheur de tous. Là où le féminisme n’existe pas tout est rétrograde : culture, recherche scientifique, niveau d’éducation, droits universels, santé... etc.
    Bien à vous


  • astus astus 19 septembre 15:40

    Merci pour cet article intéressant et documenté comme d’habitude !

    Cdlt


  • astus astus 19 septembre 15:14

    Bonjour Alain Roumestand,

    Je suggère qu’avec une réelle volonté politique, il est très facile de supprimer les déserts médicaux : augmentation du numérus clausus, encouragements à la création de cabinets de groupe multifactoriels, et obligation pour les nouveaux médecins de s’installer pendant une certaine durée dans ces déserts médicaux compte tenu que leurs études ont été payées grâce à nos impôts, ce qui suppose une légitime contrepartie.
    Cdlt


  • astus astus 15 septembre 18:56

    J’ai soutenu Agoravox depuis février 2008 et publié au total une soixantaine d’articles ce qui est très peu. J’ai modéré 656 articles pour en accepter indépendamment de mes propres idées 348, et j’en ai refusé 308.

    Cette expérience m’incite à penser qu’il serait utile que la rédaction, les modérateurs et les lecteurs sincères sortent de la dénégation voire du déni pour ne plus accepter qu’un article documenté et suscitant une réflexion, même contraire à ses opinions personnelles, soit aussitôt attaqué sur le site par des trolls confus, haineux et stupides incapables d’écrire eux-mêmes des articles cohérents, que d’ailleurs ils n’écrivent jamais. Leurs méthodes sont parfaitement connues : il s’agit d’attenter à la réflexion d’autrui pour faire croire qu’il en ont une, et distiller leur venin. 

    Ce phénomène dénoncé ici à plusieurs reprises est réalité du terrorisme, qui est un crime, plus précisément un crime contre la pensée et les liens qui sont constitutifs de l’humanité et dont la destruction conduit à la barbarie. Certains évoqueront bien sûr la sacro sainte liberté d’expression qu’il ne faut surtout pas limiter sous peine de la faire disparaitre. Malheureusement c’est le contraire qui est vrai : la liberté sans limites n’existe pas et n’a jamais existé nulle part dans l’histoire, car alors pourquoi ne serait-on pas libre d’attaquer son voisin ?

    Je propose qu’après le dépassement d’un certain quota de commentaires disponibles pour tous, le nombre des commentaires suivants soit lié, d’une façon qui reste à inventer, avec le nombre d’articles publiés. Ainsi chacun pourra faire l’expérience de l’écriture, qui suppose un effort, mais aussi des réactions que cela suscite et des effets qui lui sont associés. 




  • astus astus 15 septembre 09:59

    Merci Alexis Toulet pour cet article intéressant et bien documenté.


    Les tenants de l’IA et de ses prolongements vers le transhumanisme veulent faire croire que le calcul et la pensée, ou a fortiori la conscience, sont identiques, alors que cela ne relève pas du tout des mêmes processus. D’ailleurs on voit bien que les programmes informatiques, même les plus sophistiqués, ne sont que des enfantillages face aux possibilités du génome. Il suffit de comparer les minuscules cellules germinales de l’être humain et le « programme » final réalisé d’un être humain achevé pour s’en rendre compte. Il n’y a pas plus con qu’un ordinateur même si sa puissance de calcul peut rendre des services appréciables à l’humanité. Et si les programmes, les ordinateurs ou les robots vous emmerdent ou vous paraissent dangereux il existe une solution radicale pour être tranquille : supprimez l’énergie nécessaire à leur fonctionnement !
    Cdlt.
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès