• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

bakerstreet

bakerstreet

J'aime la bonne compagnie, la bretagne entre deux marées, J. Bach et Charles Trenet, le thé earl grey et la bonne bière, Bob Dylan mister Tambourine man, le sport sans ses égarements, me perdre et me retrouver. J'aime aussi ma tendre amie, la solitude, l'écriture et la lecture, l'art du zen et de la bicyclette. 

Tableau de bord

  • Premier article le 18/01/2012
  • Modérateur depuis le 20/02/2012
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 60 5330 2309
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 410 270 140
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • bakerstreet bakerstreet 8 juillet 2016 18:57

    @Serge ULESKI
    Le grand mérite tout de même de Wiesel est de ne pas avoir été « ambassadeur des pôles »..


    .Au fait, quel pingouin endimanché va hériter du poste de Rocard, que Sarko lui avait si gentiment donné ?


  • bakerstreet bakerstreet 8 juillet 2016 14:17

    Wiesel comme d’autres, aurait gagné à ne pas avoir une indignation à géométrie variable. Effet nobel ? Illusion des dorures, « d’être une voix »....Certains se sont opposés ainsi à ce « prix Nobel de la paix », distinction qui semble autoriser certains à se laisser aller. On trouve c’est vrai un certain Henry Kissinger dans la liste, un homme qui aurait davantage mérité le prix Nobel de la guerre. 

    Je me souviens du conflit qui l’avait opposé avec Arundhati Roy, cette jeune indienne qui avait écrit un petit chef d’oeuvre, « le dieu des petits rien », et qui avait le culot de défendre tous les exploités de la terre, y compris les palestiniens. L’universalité, pour certains, ça s’arrête à leur frontière. 
    C’est là vraiment qu’on reconnait les grands hommes. Et des grandes femmes, bien sûr intégrés à cette formule générique « d’homme », d’humain faudrait il dire. Et l’indignation et la jeunesse de Arundhati nous montre que l’intelligence, la compassion, et l’universalité ne sont pas le monopole de vieillards chenus, ayant perdu une partie de leurs idéaux, et de leur vigilance. Lisez cet article, qui n’a pas pris une ride
    La bombe indienne - 22 mars 2011 - Bibliobs - L’Obs


  • bakerstreet bakerstreet 8 juillet 2016 13:01

    Président normal ?..Juste une exploitation politique, au niveau de l’image, tant le précédent s’est avéré « anormal » dans le dévoiement qu’il a installé au sein autant dans les institutions, que dans son usage personnel du pouvoir. Rappelons l’affaire Tapie, et son tribunal privé, révélateur de ce quinquennat...Et qui a commencé de la pire façon avec ce petit voyage en bateau Bolloré.

    Donc notre fromage président, ou notre président fromage a exploité cette image dégradée, pour nous emmener dans un autre bateau. « Je serais normal » en opposition avec ce que vous avez connu. Il jouait bien sûr au niveau de l’image dégradée qu’il a réussi à détourner à son profit, surfant sur son look à la Raymond Barre, petit ventre et calvitié de bon père de famille, près du peuple, se réclamant soi disant du « social », assorti de quelques formules qui ne pouvaient tromper que ceux qui y croyaient : « Moi président,... »Je m’attaquerais à la finance, au pouvoir de l’argent« ...Formules qui raisonnaient avec d’autant plus de force qu’on sortait justement de ce monde vermoulu, fait de très grands arrangements entre amis.....
    Rapidement, on a vu ce que cela donnait. Même au niveau symbolique, de l’exemplarité personnel, il a réquisitionné »la lanterne", suivant l’exemple de Sarko, emmenant sa favorite du jour. Retour à l’ancien régime. ce président que certains avaient élu en fonction de ses promesses de goupil, est encore plus amoral que le président. Flûte, je voulais dire anormal. Car pour le reste, inutile de dire ce que tout le monde sait, en terme d’accablement



  • bakerstreet bakerstreet 8 juillet 2016 11:53

    Ce gouvernement baisse les impôts sur le revenu « sur les classes moyennes » euphémisme pour signifier en fait les plus aisés, quand on sait que pas un français sur deux n’assez de revenu pour payer cet impot, et parallèlement augmente l’impôt foncier qui lui touche tous les propriétaires, indistinctement de leur revenu ; ce qui revient à dire qu’il creuse un peu plus l’injustice sociale. 



  • bakerstreet bakerstreet 7 juillet 2016 13:33

    @ben_voyons_ !

    Ben voyons, voir Pétain comme un sauveur, en dit long sur l’état de la société, sa bêtise, son inculture. Faudrait lire par exemple « la France de vichy », de Paxton par exemple, pour mesurer un peu, la crapulerie d’un régime honni, seul gouvernement d’Europe ayant non seulement accépté de collaborer avec les nazis, mais faisant du zèle, mettant les gamins dans les trains de la mort, pour ne pas les séparer de leurs parents...De grandes âmes !
    L’auteur a raison, dans le sens que l’histoire semble bégayer : Plusieurs points de similitude entre les deux époques. Les mêmes paradigmes, de Pétain à Hollande
    -Tenter de créer un ’union sacrée entre les parties
    -Tenter de profiter de l’état de choc, ( lisez Noamie Klein « la stratégie du choc »....Hier la guerre, la débâcle, aujourd’hui le terrorisme, pour décréter l’état d’urgence, et surtout orchestrer sa dérive pour museler l’opinion, à des fins liberticides, et d’ailleurs anticonstitutionnelles, tel la déchéance de nationalité
    - Faire resurgir le sceptre honteux de la déchéance de nationalité, contraire aux droits fondamentaux du citoyen et porteur des pires dérives, et des pires conséquences. Pour mémoire De Gaulle avait été déchu de sa nationalité quand il est parti à Londres par Pétain.....
    - La même passion des discours pompeux et larmoyants, décrétant le garde à vous, de Pétain, à Hollande, en parfait désaccord d’(ailleurs avec leurs actes quand ils parlent de solidarité.
    - Faire l’amalgame à des fins honteuses, entre défenseurs des libertés, et des droits du travail, avec les pires extrémistes. On pense évidemment à l’orchestration des dérives pour accuser d’autant plus facilement ceux dont on veut se débarrasser ou mettre sur le banc de l’infamie. 
    Pétain a ainsi traîné Léon Blum devant un tribunal d’exception, avant de l’envoyer à Buchenwald, pour régler ses comptes au front populaire, responsable selon lui de la défaite, et de la dérive de la « paresse », coupable de tous les crimes. Une accusation pour tenter de masquer ses propres responsabilités en tant que ministre de la guerre, où il n’avait rien fait.... Aujourd’hui c’est la CGT qu’on accuse de la rage. 
    - Et voilà qu’on tente d’interdire les manifs,...Là, c’est de l’inédie, une trahison des droits de l’homme et du citoyen, où se droit apparait intangible, et constitutionnel des acquis de la révolution.. Inédit depuis 61 !....Nous sommes en pleine guerre d’Algérie. 

    Beaucoup de citoyens sont écœurés de la dérive totalitaire. N’ayons pas peur des mots. En ce moment, un flic lit surement par dessus mon épaule. Ca ne fait rien. Internet et les blogs est un nouvel espace de liberté qui courcircuite ces connards. 

    Non seulement ils sont à la botte du patronat, mais en plus ils sont très cons !

    . Incapable avant de se lancer dans des lois absurdes et totalitaires, qu’ils vont droit dans le mur. La marque d’un régime coupé de son socle populaire, autiste en tout, juste préoccupé de la carrière de leurs représentants ; nous sommes arrivés sous l’ancien régime, le deuxième sous sol ! 

    A quand un garçon d’ascenseur pour nous redonner espoir ?...Ne nous leurrons pas, Ce n’est pas une individualité mais le collectif qui nous sauvera. 
Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès