• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Ben

Cet auteur n'a pas encore renseigné sa description

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 14 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • Ben 8 juin 2007 12:37

    « Il regrettable que des gens aiment a penser, que l’accumulation de richesse doit servir majoritairement a l’état plutôt qu’a celui qui la gagne. »

    Ce n’est pas le probleme avec les impots sur la succession puisque ce n’est justement pas celui qui a gagne l’argent qui va l’utiliser. Le merite n’est pourtant pas hereditaire il me semble (cf Paris Hilton dont on parle aujourd’hui dans un autre article...). D’autant plus que dans la plus grande majorite des cas, ceux qui beneficient des grands heritages ont deja largement profite de la richesse de leurs « parents » tout au long de leur jeunesse (education, acces a la culture etc...), et a l’age ou ils touchent cet heritage, ils sont souvent a l’abris financierement depuis longtemps. Un impot (meme faible) sur l’heritage ne semble donc pas illogique (il faudrait mettre evidemment des exceptions dans le cas de personnes perdant tres tot leur famille/parents).

    Sa suppression va totalement a l’encontre de la valeur « merite » pourtant pronee par le nouveau president...



  • Ben 7 juin 2007 17:40

    @ voltaire

    Content de voir que vous rejoignez mes points de vue exprimes plus haut. L’utilisation d’une seule langue pour les communications internationales ou dans le domaine des sciences n’a pour but que la communication entre personnes de langue natale differente et n’a donc evidemment que tres peu d’impact sur les autres langues dans leur utilisation normale. Et quand impact il y a, celui-ci n’est pas significatif et s’inscrit dans l’evolution normale des langues vivantes, et sont le reflet de rapports de force entre civilisations.

    La domination de l’anglais n’est pas definitive contrairement a ce que certains pensent. Evidemment, ca ne changera pas du jour au lendemain, mais comme le disait Voltaire, il y a eu le latin, il y a eu le francais, il y a maintenant l’anglais, il y aura certainement le chinois, l’espagnol , et pourquoi pas l’arabe...

    Quant a la venue d’etudiants etranger en France par un programme d’echange (que ce soit Erasmus ou un autre), c’est un plus evident pour la France et sa culture, la langue d’enseignement est un probleme secondaire. D’ailleurs permettre l’enseignement en anglais, ou dans une autre langue, en France est un signe d’ouverture important, qui contredira notre eternelle image d’arrogance a l’etranger.



  • Ben 6 juin 2007 17:39

    En fait, nous ne parlons pas de la meme chose,il y plusieurs niveaux :

    1 - le fait d’abord qu’on utilise des mots nouveaux d’origine etrangere. Je trouve absurde de vouloir lutter contre ca, c’est une evolution naturelle. Ainsi, on trouve en francais un grand nombre de mot d’origine arabe et anglaise notamment. Je ne vois pas ou est le probleme, c’est une evolution normale. Si le mot « mouse » est utilise par les italiens, il devient de fait un mot italien, d’origine etrangere sans doute, et alors ? Est-ce que le mot « parking » vous pose un probleme ? Encore une fois, voir le lien que j’ai donne ci dessus : 2/3 des mots anglais sont d’origine francaise...

    2e chose plus grave : effecivement le lobbying pour l’utilisation de l’anglais a Bruxelle et en diplomatie en general, je n’en avais pas parle et la je vous rejoins, une langue ne devrait pas dominer une autre a ce niveau. Mais je parlais quand a moi simplement de la communication entre citoyens de base de pays differents : on est quand meme souvent bien content de connaitre l’anglais quand on va a l’etranger. Je sais evidemment que l’anglais n’est pas connu partout, mais le fait est que c’est LA langue de communication aujourd’hui et ne pas l’apprendre, c’est se fermer beaucoup de portes (c’est un fait). Mais je fais la remarque aussi que de plus en plus ne connaitre que l’anglais c’est aussi se fermer des portes quand on cherche un boulot dans certaines branches : il n’y a pas que l’anglais. Connaitre une autre langue est un avantage certain a l’heure actuelle, car tout simplement c’est plus rare.

    3e chose : l’enseignement en langue etrangere (et donc en anglais) : je trouve cela plutot une bonne chose, car je considere simplement qu’apprendre une autre langue ou dans une autre langue, ca ouvre l’esprit. Je ne suis pas naif, je sais parfaitement qu’il y a de lourds enjeux economiques derriere, mais pour moi, le cote positif (la connaissance d’une langue etrangere et de sa culture) l’emporte sur le cote negatif. Je n’ai de plus jamais entendu parler de Danois ou Suedois qui se parleraient en anglais entre-eux... Alors, la disparition du francais, on en est pas encore la... (d’ailleurs, si j’ai suivi des cours en anglais au Danemark, je precise quand meme que c’etait des cours specifiques qui ont pour role de faire progresser l’anglais des etudiants danois mais aussi d’attirer les etudiants etrangers, et que la tres grande majorite des cours normaux auxquels je n’ai pas assistes etaient evidemment en danois, il ne faut pas generaliser Etudes superieures au Danemark ne signifie pas cours en anglais)





  • Ben 6 juin 2007 14:03

    D’accord avec Tonio et avec Fab

    @ l’auteur : Reduire le programme Erasmus de base a un stage linguistique est une aberation pour la plupart des etudiants ayant participe a ce programme. (C’est ce que vous dites dans l’article meme si vous avez precise votre pensee dans un commentaire)

    Je suis moi-meme parti en Erasmus au Danemark, et j’avais alors suivi mes cours en anglais. Sans cette possibilite de cours en anglais, je ne serais pas parti - les places pour chaque pays et universites etant limitees, j’ai fait le choix de tenter un pays Scandinave que je connaissais assez peu pour tenter l’aventure. Je n’avais pas le temps d’apprendre le danois (ou une autre langue comme l’espagnol) avant de partir. Ca ne m’a pas empeche d’apprendre les bases du danois une fois sur place.

    Au dela de l’aspect linguistique du programme, je soulignerais surtout que meme si l’apprentissage (je parle ici des cours autres que cours de langue) est moins efficace ou moins dense que dans son propre pays (encore que ce n’est pas vrai partout non plus, ca depend des universites : des collegues a moi en ont « baves » en Allemagne), la decouverte de la culture du pays ou l’on se rend, l’ouverture d’esprit et l’aventure humaine et sociale qui en decoule valent largement plus que les quelques matieres theoriques que l’on aura manque dans sa propre ecole ou universite, y compris pour sa vie professionnelle future (point de vue personnel mais suivant le parcours des etudiants internationnaux que j’ai rencontre la-bas et avec lesquels je suis toujours en contact, je pense qu’ils sont en grande majorite d’accord), car il s’agit avant tout de developpement personnel qui lui meme est plus important pour la vie professionnelle que quelques competences techniques qui peuvent s’apprendre ensuite sur le tas ou en formation.

    Par ailleurs, cette experience a confirme mon choix de tenter ma premiere experience professionnelle a l’etranger : je suis maintenant en VIE (volontariat internationnal en entreprise) en Pologne et il est clair que je n’aurais pas obtenu ce poste sans avoir fait mes preuves dans un environnement etranger au prealable, Erasmus est un plus evident sur le cv.

    Par ailleurs, vous me faites doucement sourire en concluant : « Nous sommes invités par l’UE à creuser nous-mêmes notre tombe linguistique, à la condition d’acheter la pelle, de fournir la main-d’œuvre et de payer les salaires des croque-morts ! Que le français repose en peace. » Une remarque qu’il est bon de rappeler quant a l’anglais : les 2/3 du vocabulaire anglais proviennent directement du francais, et oui, contre 4% du francais qui vient de l’anglais. (http://perso.orange.fr/mondalire/Henriette_walter.htm) Craindre pour l’avenir du francais, c’est avoir une vision tres obtue sur l’evolution des langues dans leur ensemble et au travers des epoques. Que la langue la plus utilisee pour communiquer entre personnes de pays differents soit actuellement l’anglais ou une autre (que ce soit le francais, l’espagnol ou l’esperanto) n’a franchement pas beaucoup d’importance, cela a souvent change (Francais, Russe en ex-URSS...), et changera encore dans l’avenir (l’espagnol et le chinois vont certainement beaucoup se developper - et peut on pretendre que l’anglais sera autant populaire dans 100 ans ?). Enfin que certains termes techniques n’existent qu’en anglais (ou dans une autre langue) n’est pas un probleme puisqu’ils ne sont utilises que par quelques personnes d’une part, et parce que ca facilite la communication entre ces personnes d’autre part. L’important est de communiquer correctement pour se comprendre. Et ensuite par respect envers les gens avec lesquels on vit et pour s’integrer socialement ou que l’on se trouve, d’apprendre la langue du pays dans lequel on habite (d’ailleurs dans le film l’auberge espagnole, tres realiste a mon avis, les etudiants ne parlent pas seulement anglais comme vous le laissez entendre, mais parlent a la fin pratiquement qu’en espagnol...). Le reste n’est que l’evolution naturelle des langues, qui s’accelere legerement avec la mondialisation et ce n’est, a mon avis, ni bon ni mauvais... mais juste le reflet des rapports de force entre civilisations.

    Pozdrawiam serdecznie :)







Palmarès