• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

beneolentia

beneolentia

i am here to send you back to hell

Tableau de bord

Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 0 316 0
1 mois 0 0 0
5 jours 0 0 0

Derniers commentaires



  • beneolentia beneolentia 29 juillet 2011 09:47

    @cathy30


    Si vous voulez comprendre la Bible, il vous faut les livres Apocryphes, que l’on vous cache...

    procurez les vous et lisez, et vous comprendrez.

    Lisez le livre d’Hénoch




  • beneolentia beneolentia 29 juillet 2011 09:37

    "salut Olivier
    j’ai bien peur que beneolentia n’ait pas lu la bible en entier, car au tout début de la bible dans la genèse, elle en parle.
    Les fils de Dieu, sont venus vers les femmes parce qu’ils les trouvaient belles. Cela a donné les Dieux de l’antiquité, des supers héros, doués de facultés et d’un savoir exceptionnels, ensuite vint le déluge pour arrêter tout cela
    .« 

    Sisi, moi je l’ai lue en entier, mais j’ai bien peur que vous, vous n’ayez pas lu la Bible tout cours.

    1) Voilà pourquoi le déluge a eu lieu :

     »12 Et Dieu regarda la terre, et voici, elle était corrompue, car toute chair avait corrompu sa voie sur la terre.
    13 ¶Et Dieu dit à Noé : La fin de toute chair est venue devant moi, car la terre est pleine de violence à cause
    d’eux ; et voici, je vais les détruire avec la terre.« 

    4 ¶Les géants étaient sur la terre en ces jours-là, et aussi après que les fils de Dieu furent venus vers les filles
    des hommes et qu’elles leur eurent donné des enfants : ceux-ci furent les vaillants hommes de jadis, des
    hommes de renom.
    5 Et l’Éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la terre, et que toute l’imagination des
    pensées de son coeur n’était que méchanceté en tout temps.

    8 ¶Mais Noé trouva grâce aux yeux de l’Éternel.

    bref a cause de la méchanceté des hommes

    2)pour ce qui est des Fils de Dieu

    il faut se reporter aux écris apocryphes :

     »Chapitre 6
    1.Il arriva que lorsque les humains se furent multipliés dans ces jours, il arriva que des filles leur
    naquirent élégantes et belles.
    2.Et lorsque les anges, les enfants des cieux, les eurent vues, ils en devinrent amoureux ; Ils se
    dirent les uns aux autres : choisissons-nous des femmes de la race des hommes, et ayons des enfants
    avec elles.
    3.Alors Samyaza [var.A Shemêhaza], leur chef, leur dit : je crains bien que vous ne puissiez"

    source : le livre d’Hénoch
    ps:L’église Ethiopienne est la seule où le livre d’Hénoch soit demeuré canonique.



  • beneolentia beneolentia 29 juillet 2011 08:56

    ah, JL vous êtes toujours là ?, moui, moui ça vas mieux, je me console comme je peux.



  • beneolentia beneolentia 29 juillet 2011 08:54

    et bon comme ça a aussi rapport avec le sujet, je le met ici aussi :

    ça viens de là : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:hS05H9y3uFwJ:www.jacquesthomet.com/2011/07/25/dsk-la-pipe-de-9-minutes-ne-ressemble-gure-un-acte-forc


    "

    25 juillet 2011 | Auteur Jacques Thomet

    25 juillet 2011

    Désolé de retomber dans les catacombes de l’obscénité, mais c’est la propre femme de chambre guinéenne du Sofitel qui nous oblige à un tel langage fleuri après ses interviews en chaîne ce lundi à deux grands médias américains sérieux et non people : l’hedomadaire Newsweek et la chaîne de télévision ABC.

    Selon la revue, il ne s’est passé que neuf minutes entre l’irruption de Nafissatou Diallo dans la suite 2806 de DSK le 14 mai et la fin de la rencontre, confirmée par un appel de l’ex-patron du FMI à sa fille Camille pour leur déjeuner immédiat, confirmé par l’enquête.

    En neuf minutes, DSK aurait donc eu le temps, si l’on suit les dires de la plaignante, plus grande et forte que lui (dixit Newsweek), de tenter de la pousser sur le lit pour une fellation ratée, avant de l’attirer dans la salle de bains, de lui arracher ses bas, de la faire mettre à genoux, et de lui imposer une pipe jusqu’au climax, avant qu’elle ne recrache les oeuvres de l’homme et ne sorte de la suite.

    Sauf si DSK souffre d’éjaculation précoce, ce sont neuf bien petites minutes pour une agression présumée, dans le contexte évoqué par l’accusatrice sur son refus de céder par la force à un homme plus petit qu’elle, âgé de 63 ans, avec pour conclusion une éjaculation dans la bouche de la femme de chambre. Toutes les femmes interrogées par mes soins confirment que dans un tel cas de figure elles auraient émasculé l’homme d’un coup de dent.

    Cette pipe de neuf minutes ne ressemble guère à un acte forcé.

    On a peine à imaginer un tel homme, si son acte sexuel a été consumé sous la
    violence, prendre le téléphone dès le retrait de la bouche féminine pour appeler au téléphone sa fille et lui confirmer leur déjeuner immédiat dans un restaurant de New York. S’il y a eu viol, avec la victime qui s’enfuit, l’auteur de l’abus sexuel n’a-t-il pas pour première initiative de filer de sa suite sans demander son reste ? Dans le cas de DSK, il a pris le temps de téléphoner à sa fille, puis d’aller payer sa chambre au desk, de déjeuner avec sa fille, avant d’appeler l’hôtel sur la route de l’aéroport pour signaler l’oubli d’un second téléphone portable.

    Déjà coupable d’une série de mensonges, reconnus par elle, sur son pseudo-exil politique aux USA et son faux viol par des Guinéens, Nafissatou Diallo en a rajouté un dans ses interviews. Elle avait d’abord affirmé que DSK n’avait pas prononcé un seul mot pendant leur rencontre. Maintenant, elle avoue qu’il lui a dit d’abord « vous n’avez pas à être désolée », quand elle s’est excusée de se trouver devant lui, nu, dans la suite, avant d’ajouter « vous êtes belle ».

    Je ne reviens pas sur les autres mensonges concernant sa fuite dans le hall, alors que l’enquête a prouvé qu’elle avait été dans une autre suite, avant de revenir dans celle de DSK pour y faire le ménage. Le New York Times ne manque pas de relever les « larmes forcées » de l’accusatrice dans son interview à Newsweek.

    Cette affaire met au jour une série de nouveaux éléments :

    1/ La femme de chambre joue son va-tout pour retirer un maximum de dollars du procès à venir. C’est une évidence. Comment une victime de viol peut-elle s’adonner à des interviews en chaîne, visage à découvert, une semaine avant la convocation décisive le 1er août de DSK devant le procureur Cyrus Vance Jr, si ce n’est pour influencer la décision du magistrat ? Les avocats de DSK ne s’y sont pas trompés. Selon eux, « il s’agit de la première plaignante dans l’histoire à mener une campagne de presse pour persuader les juges de poursuivre une personnne dont elle veut obtenir de l’argent ».

    2/ Le procureur Vance joue, lui, sa carrière. Ces accusations de la Guinéenne, jointes à son intention de convoquer la Française Tristane Banon pour la présumée tentative de viol contre elle par DSK en 2003 à Paris, visent à lui permettre d’éviter le non-lieu que ses services avaient donné comme inéluctable après les mensonges réitérés de Nafissatou Diallo, et d’engager un procès contre DSK. Un tel coup de théâtre le sauverait de la chute, après son incarcération sans preuve de l’accusé menottes aux mains, l’exigence d’une caution de 5 millions de dollars et l’obligation pour l’inculpé de payer 120.000 dollars par mois à une société privée de sécurité pour le surveiller, avant la libération sur parole de l’accusé et l’annulation de ces impositions financières face à une dossier « en train de s’écrouler », selon les sources judiciaires américaines."



  • beneolentia beneolentia 29 juillet 2011 08:27

    ah, ouais pas mal...

    je le met ici avant que ça disparaisse :

    "

    25 juillet 2011 | Auteur Jacques Thomet

    25 juillet 2011

    Désolé de retomber dans les catacombes de l’obscénité, mais c’est la propre femme de chambre guinéenne du Sofitel qui nous oblige à un tel langage fleuri après ses interviews en chaîne ce lundi à deux grands médias américains sérieux et non people : l’hedomadaire Newsweek et la chaîne de télévision ABC.

    Selon la revue, il ne s’est passé que neuf minutes entre l’irruption de Nafissatou Diallo dans la suite 2806 de DSK le 14 mai et la fin de la rencontre, confirmée par un appel de l’ex-patron du FMI à sa fille Camille pour leur déjeuner immédiat, confirmé par l’enquête.

    En neuf minutes, DSK aurait donc eu le temps, si l’on suit les dires de la plaignante, plus grande et forte que lui (dixit Newsweek), de tenter de la pousser sur le lit pour une fellation ratée, avant de l’attirer dans la salle de bains, de lui arracher ses bas, de la faire mettre à genoux, et de lui imposer une pipe jusqu’au climax, avant qu’elle ne recrache les oeuvres de l’homme et ne sorte de la suite.

    Sauf si DSK souffre d’éjaculation précoce, ce sont neuf bien petites minutes pour une agression présumée, dans le contexte évoqué par l’accusatrice sur son refus de céder par la force à un homme plus petit qu’elle, âgé de 63 ans, avec pour conclusion une éjaculation dans la bouche de la femme de chambre. Toutes les femmes interrogées par mes soins confirment que dans un tel cas de figure elles auraient émasculé l’homme d’un coup de dent.

    Cette pipe de neuf minutes ne ressemble guère à un acte forcé.

    On a peine à imaginer un tel homme, si son acte sexuel a été consumé sous la
    violence, prendre le téléphone dès le retrait de la bouche féminine pour appeler au téléphone sa fille et lui confirmer leur déjeuner immédiat dans un restaurant de New York. S’il y a eu viol, avec la victime qui s’enfuit, l’auteur de l’abus sexuel n’a-t-il pas pour première initiative de filer de sa suite sans demander son reste ? Dans le cas de DSK, il a pris le temps de téléphoner à sa fille, puis d’aller payer sa chambre au desk, de déjeuner avec sa fille, avant d’appeler l’hôtel sur la route de l’aéroport pour signaler l’oubli d’un second téléphone portable.

    Déjà coupable d’une série de mensonges, reconnus par elle, sur son pseudo-exil politique aux USA et son faux viol par des Guinéens, Nafissatou Diallo en a rajouté un dans ses interviews. Elle avait d’abord affirmé que DSK n’avait pas prononcé un seul mot pendant leur rencontre. Maintenant, elle avoue qu’il lui a dit d’abord « vous n’avez pas à être désolée », quand elle s’est excusée de se trouver devant lui, nu, dans la suite, avant d’ajouter « vous êtes belle ».

    Je ne reviens pas sur les autres mensonges concernant sa fuite dans le hall, alors que l’enquête a prouvé qu’elle avait été dans une autre suite, avant de revenir dans celle de DSK pour y faire le ménage. Le New York Times ne manque pas de relever les « larmes forcées » de l’accusatrice dans son interview à Newsweek.

    Cette affaire met au jour une série de nouveaux éléments :

    1/ La femme de chambre joue son va-tout pour retirer un maximum de dollars du procès à venir. C’est une évidence. Comment une victime de viol peut-elle s’adonner à des interviews en chaîne, visage à découvert, une semaine avant la convocation décisive le 1er août de DSK devant le procureur Cyrus Vance Jr, si ce n’est pour influencer la décision du magistrat ? Les avocats de DSK ne s’y sont pas trompés. Selon eux, « il s’agit de la première plaignante dans l’histoire à mener une campagne de presse pour persuader les juges de poursuivre une personnne dont elle veut obtenir de l’argent ».

    2/ Le procureur Vance joue, lui, sa carrière. Ces accusations de la Guinéenne, jointes à son intention de convoquer la Française Tristane Banon pour la présumée tentative de viol contre elle par DSK en 2003 à Paris, visent à lui permettre d’éviter le non-lieu que ses services avaient donné comme inéluctable après les mensonges réitérés de Nafissatou Diallo, et d’engager un procès contre DSK. Un tel coup de théâtre le sauverait de la chute, après son incarcération sans preuve de l’accusé menottes aux mains, l’exigence d’une caution de 5 millions de dollars et l’obligation pour l’inculpé de payer 120.000 dollars par mois à une société privée de sécurité pour le surveiller, avant la libération sur parole de l’accusé et l’annulation de ces impositions financières face à une dossier « en train de s’écrouler », selon les sources judiciaires américaines."

Voir tous ses commentaires (20 par page)


Publicité


Publicité



Palmarès

Publicité