• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Bernard Dugué

Bernard Dugué

Bernard Dugué réside à Bordeaux, il est écrivain-chercheur, diplômé de l’ENS des Mines de Saint-Etienne, docteur en pharmacologie et docteur en philosophie. Après avoir enseigné la biologie et la physiologie à l’université, il s’est consacré à des recherches transversales couvrant la physique, les sciences de la vie, l’évolution, la systémique et la philosophie. --------------------- Derniers livres publiés Le sacre du vivant, Le Temps présent (2014) L’information et la scène du monde, Iste (2017) Temps, émergences et communications, Iste (2017) ------------------- contact : duguebernard =at= gmail(dot)com

Tableau de bord

  • Premier article le 28/03/2006
  • Modérateur depuis le 14/04/2006
Rédaction Depuis Articles publiés Commentaires postés Commentaires reçus
L'inscription 1956 4936 71364
1 mois 3 11 203
5 jours 0 0 0
Modération Depuis Articles modérés Positivement Négativement
L'inscription 2667 1180 1487
1 mois 17 3 14
5 jours 2 2 0

Ses articles classés par : ordre chronologique













Derniers commentaires



  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 mai 2006 21:43

    Je n’irait pas jusqu’à dire esprit chagrin. Stiegler parle de vrais problèmes de société. Je m’en suis expliqué dans un article précédent. L’aveuglement consiste à généraliser et ne pas voir les contrastes dans une société et chez les individus. Chacun voit son monde avec ses yeux intellectuels et émotionnels. Heureusement que la plupart des jeunes aspirent aux valeurs d’amitié et d’amour et ne sont pas désaffectés mais une partie l’est semble-t-il.

    Bon, toute cette affaire me semble relever d’une inversion négative du gnosticisme scientiste, progrès ou déclin, ce système idéologique fonctionne dans un sens ou dans l’autre ou alors d’une manière neutre. Je crois que ce système de pensée est limité et on n’en sort pas. Je crois aussi vouloir sortir de ce système. Qui peut m’indiquer la sortie ?



  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 mai 2006 21:32

    Cher Sylvain, il faut croire que j’ai quelques dons de messie vu que vous entendez des voix que je n’ai pas prononcées. Et je devrais monnayer mes services, surtout aux States, de quoi métamorphoser mon quotidien

    Je n’ai pas la prétention de sauver l’humanité qui se sauvera elle-même avec les moyens techniques et divins qu’elle peut mobiliser. Le témoignage de ma foi est vraiment accessoire, sans importance par rapport au sujet de cet article.

    Quant à l’âme divine, n’oubliez pas que selon Platon, cette âme est raisonnable.



  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 mai 2006 20:21

    Décidément Sylvain, vous ne me lisez pas correctement, je n’ai jamais parlé d’origine divine de l’homme. Tout au plus, j’aurais quelques bienveillances critiques pour la formule de Whitehead, Dieu ne crée pas le monde, mais il le sauve.

    Pour le reste, je persiste et signe, séparant les oeuvres humaines et ce qui relève d’un mélange d’humain et de divin selon un processus encore mal connu mais dont on pressent qu’il n’est pas une illusion, sauf à adopter un rationalisme strict et binaire. Il y a de la Nature et du Divin dans l’homme. Pas plus compliqué. On y croit ou pas. Mais je peux ne pas croire dans les gnoses scientistes et donc, placer Voegelin dans ce débat. à suivre

    merci à tous pour vos commentaires



  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 mai 2006 20:14

    Je ne milite pas pour une spiritualisation du capitalisme, je ne fais qu’exposer la thèse de Stiegler qui lui, penche sérieusement pour cette option. En fait, je prends mes distances avec ce plaidoyer non sans constater avec critique une pertinence pour ce qui concerne les affaires de la société.

    Attention Sylvain, le parti-pris pour la technique et le partage et la tranmission et la communication est lui aussi légitime, c’est l’envers sloterdijkien du pessimisme de Stiegler mais pas le dernier terme de l’analyse sociale puisque, Heidegger oblige, ou Ellul, il faut reconnaître la double face de la technique, à l’image de la figure de Janus. Partager oui, mais quels que soient les moyens techniques, si on a en face des individus désaffectés, on partage quoi, le vide ?



  • Bernard Dugué Bernard Dugué 23 mai 2006 17:50

    Cher Démian,

    L’ère post-démocratique, c’est la démocratie d’opinion, autrement dit la démocratie sans citoyen (marque déposée). Les commentateurs patentés de la télé ont parlé hier soir d’une démocratie sans le peuple. Cette notion signifie pas tout à fait la même chose. Une démocratie qui se veut représentative se fait sans le peuple mais sous la gouvernance de ses représentants.

    Disons qu’on est passé d’une démocratie représentative à une démocratie d’opinions et d’images et autres virtualité de ce méga circus médiasphérique qui noiera ou pas l’intelligence graphosphérique (allusion à Debray) et donc, nous attendons un penseur statosphérique. Des deux esprits, il doit bien y en avoir un qui puisse s’envoler sans risquer un destin à la Icare (hagard qui entre en gare, tribute to Bobby L.)

Voir tous ses commentaires (20 par page)







Palmarès